« il faut la fermer et redresser la France »

Laisser un commentaire

Marine Le Pen : « Si le peuple veut nous donner la barre, nous la tiendrons ! »
Le Point –

La présidente du FN s’est présentée comme un « capitaine » dans la tempête, à l’occasion de sa rentrée politique en Haute-Marne.
pen-discours-2806447-jpg_2436148_652x284
Photo d’illustration. Photo d’illustration. © PIERRE ANDRIEU / AFP
La présidente du FN s’est posée ce samedi à Brachay, un village de Haute-Marne, en « capitaine » prêt à « tenir la barre » face aux « tempêtes » économiques, sociétales et politiques que traverse, selon elle, la France. « Si le peuple veut nous donner la barre, eh bien, nous la tiendrons ! En pleine tempête, un capitaine ne peut refuser de prendre le commandement », a assuré Marine Le Pen, affirmant que c’est à cette qualité que se reconnaît « un homme d’État ».

Devant plusieurs centaines de ses partisans réunis pour son discours de rentrée dans un village qui ne compte qu’une grosse cinquantaine d’habitants et qui a voté aux dernières élections très largement pour le FN, Marine Le Pen a assuré que le parti d’extrême droite qu’elle préside était « prêt à assumer toutes les responsabilités que le peuple nous confiera ». Alors que l’UMP semble redouter une cohabitation en cas de dissolution et de victoire aux législatives qui suivraient, la patronne du FN a fustigé ce « discours tacticien » avant de certifier : « Si le peuple nous donne à l’Assemblée nationale une majorité pour gouverner, eh bien nous gouvernerons ! »
« Le roi François Hollande est nu »

« Je suis d’une trempe suffisamment solide pour ne pas reculer devant les dangers et les épreuves », a-t-elle encore assuré. Elle a brossé le portrait de la dirigeante qu’elle serait si elle parvenait à l’Élysée : « Je ne mentirai pas aux Français, ni avant ni après mon élection. Je ne mentirai pas comme François Hollande sur le chômage ou Nicolas Sarkozy sur l’insécurité. »

Celle qui a remporté les élections européennes en mai a lancé un long appel à « la responsabilité de chacun ». « Chacun doit se poser la question de la part qu’il peut prendre au redressement de la nation. » Elle avait auparavant vilipendé le gouvernement pris « dans une marche destructrice », mais aussi la « prétendue opposition UMP (…), véritable radeau pourri à la dérive, sans projet ni tête, rongé par les guerres intestines d’ambition ».

Dépeignant une triple crise, économique, sociétale et une « terrible crise » politique, la députée européenne a affirmé qu’après la démission du gouvernement lundi et les critiques de l’ancien ministre de l’Économie Arnaud Montebourg contre la voie économique choisie par le président de la République, le pouvoir « était nu, le roi François Hollande est nu, le prince Manuel Valls est nu ».
========
Commentaires

Jean-Francois LP
Quel peuple ?
Madame Le Pen parle d’un peuple… Le peuple qui veut lui donner la barre est un peuple de 312 personne. Le peuple français est de plus de 65 000 millions.

nounapiou1
UMPS a la trouille
Depuis le 8 janvier 1959 avec le général de Gaulle président de la République soit quelque 55 années, la France a compté 6 pouvoirs exécutifs. 4 dits de droite ont été incarnés en leur temps par Pompidou, Giscard d’Estaing, Chirac, Sarkozy et 2 socialistes par Mitterrand et Hollande. Ce dernier depuis le 6 mai 2012 avec une majorité de 51, 64 % des suffrages.
En mai 1968, le général de Gaulle a eu cette saillie célèbre : «vous voulez la chienlit, vous l’aurez». Pile-poil aujourd’hui d’où l’exaspération comme jamais d’une forte proportion de Français, toutes convictions politiques confondues, qui n’en peuvent, mais de l’UMPS.
Pour faire simple, les thèmes de leur colère s’appellent : immigration, insécurité, laxisme, permissivité des pouvoirs publics, fermeture d’entreprises, chômage, retraites, coût de la vie, pression fiscale. Qui n’a pas donné ?
En mai 2017, nos compatriotes fondent leurs espoirs sur une majorité de droite dont le Front national et Marine Le Pen seraient les vainqueurs. Avec, peut-être, l’élection de cette dernière à la présidence suivie d’un grand coup de pied dans la fourmilière afin de remettre l’église au milieu du village. D’où la trouille bleue éprouvée par l’UMPS dans cette perspective et les anathèmes et malédictions formulées souvent par des internautes à son endroit.
Il ne faut pas craindre de donner sa chance à Marine Le Pen et au Front national.

CitoyenCalico
Coco hier gogo aujourd’hui et cocu demain.
Une idéologie en remplace une autre. Rien d’étonnant à ce que le FN fasse un carton chez les ex-communistes. Réécoutez les discours de Georges Marchais en 1980 sur l’immigration, vous allez être surpris par la proximité de ceux de MLP. Quand au programme économique, c’est le degré zéro. Un parti qui s’adresse à des gogos ne peut en faire que des cocus demain.
Samcro le 30/08/2014 à 23:55 Signaler un contenu abusif

Stop ump-ps

Qu’on soit pour ou contre il faut sortir du cirque droite gauche, toujours les mêmes depuis 30 ans et ça va de pire en pire ! C’est aussi la seule a proposer de soumettre les grosses décisions au référendum ! Elle fera jamais pire qu’hollande…

el222
Victoire du peuple de France
Et c’est tant mieux !
Les français valent mieux que tous ceux qui ont profité du pouvoir depuis 40 ans !
La majorité des français voient
Maintenant que tout est vrai dans son programme. Le peuple doit reprendre le pouvoir !

Sicnarf
@marcko347
J’admire votre candeur. Comme si les candidats du FN ne savaient pas quel serait le résultat ! Et, si cela avait été le cas, ils auraient du « en bon gestionnaires » éviter d’avoir à le brader !
Fermez le ban !

Ombrelle
Dream are my réality
Inconcevable qu’elle dispose de la majorité à l’assemblée. Encore de l’agitation, la seule chose que sait faire l’héritière de la LePen Corporation. Comme si on était pas assez dans la mouise…

Njee l
Non merci… 2 ans 1/2 a subir des apprentis…
On ne serait pas assez mazos pour se relancer dans une nouvelle expérience : ça coûte trop cher a l’entreprise, aux chômeurs, au pouvoir d’achat et a notre image pour nos voisins.

marcko347 l
A sicnarf…
Et la revente du siège du FN, n’est pas une erreur de gestion ou fausse facture a bigmalion ou autre, non uniquement pour rembourser les candidats FN (honnêteté oblige) qui n’ont pas été remboursé de leur campagne électorale, puisqu’ils n’avaient pas atteint les 5% pour espérer un remboursement. Voilà votre 3e et 4e affirmation encore fausse…
==============================================
Valls II ne survivra pas à l’hiver, affirme Marine Le Pen

2014-08-30T130517Z_1007180001_LYNXMPEA7T070_RTROPTP_3_OFRTP-FRANCE-POLITIQUE-LE-PEN
Selon Marine Le Pen, qui a fait sa rentrée politique samedi à Brachay, en Haute-Marne, la nouvelle équipe de Manuel Valls n’aura pas de majorité pour survivre aux échéances législatives de l’automne. La présidente du Front national s’est déclarée prête à gouverner si son parti devait être porté au pouvoir par un scrutin anticipé. /Photo prise le 30 août 2014/REUTERS/Benoît Tessier

PARIS (Reuters) – La nouvelle équipe de Manuel Valls n’aura pas de majorité pour survivre aux échéances législatives de l’automne, veut croire Marine Le Pen, qui se dit prête à gouverner si le Front national devait être porté au pouvoir par un scrutin anticipé.

La présidente du FN, qui faisait sa rentrée politique samedi à Brachay, en Haute-Marne, où elle avait obtenu son score le plus élevé à la présidentielle de 2012, a affirmé que son parti était prêt à diriger le pays en cas de dissolution de l’Assemblée nationale.

Si l’hypothèse semble exclue par François Hollande et si la plupart des figures de l’UMP n’y paraissent pas favorables, confrontées qu’elles sont à la reconstruction de leur parti, Marine Le Pen estime une dissolution inévitable à court terme.

Devant les militants venus l’applaudir, celle qui est donnée en tête au premier tour de l’élection présidentielle de 2017 par certains sondages a dressé le portrait d’une France malade sur les plans économique et sociétal.

Puis elle s’est attaquée aux socialistes au pouvoir, qui vivent une université d’été tendue après un remaniement sur fond de contestation, par l’ex-ministre de l’Economie Arnaud Montebourg notamment, du cap économique choisi.

« En cette rentrée 2014, alors qu’aucun des problèmes que j’évoque n’est en passe d’être réglé, vient s’ajouter une terrible crise politique, une crise de régime même », a lancé la présidente du Front national.

« Le gouvernement n’est plus seulement critiqué par l’opposition (…) Il l’est de l’intérieur, de l’intérieur même de sa majorité et il l’est désormais en son sein-même », a-t-elle dit.

« Le pouvoir est nu, le roi François Hollande est nu, mais le prince aussi, Manuel Valls, est nu, contraint de faire un nouveau gouvernement alors que le précédent n’a même pas passé l’été. Et le nouveau ne survivra pas à l’automne ou à l’hiver, je vous le dis, ça ne tiendra pas. »

« Comme Valls I, il tombera car il s’écrasera sur le mur de la réalité », a-t-elle encore dit, fustigeant notamment l’arrivée au ministère de l’Economie d’Emmanuel Macron, signe selon elle d’un « ancrage dans l’ultralibéralisme le plus brutal, le plus stupide, le plus injuste. »

Réitérant les appels à la dissolution lancés par différents responsables du FN ces derniers jours, Marine Le Pen s’est dit convaincue de pouvoir remporter un scrutin anticipé après la victoire de son parti aux élections européennes de mai dernier.

Elle a accusé les ténors de l’UMP, dont beaucoup disent ne pas souhaiter une dissolution, de ménager leur ambition en vue de 2017 et s’est offert une posture de femme d’Etat en se disant prête à prendre le pouvoir.

« Si le peuple nous donne à l’Assemblée nationale une majorité pour gouverner, et bien nous gouvernerons », a-t-elle dit sous les applaudissements de son auditoire. « Nous ferons tout notre possible avec les moyens dont nous disposerons. Nous ne fuirons pas comme ces lâches nos responsabilités. »

« En pleine tempête, un capitaine ne peut refuser de prendre le commandement. C’est bien dans ces heures-là que l’on comprend de chacun s’il est ou non un homme d’Etat qui a ou non le sens de l’intérêt supérieur de notre pays. »

« Je suis d’une trempe suffisamment solide pour ne pas reculer devant les épreuves et comptez sur moi pour prendre sans hésitation la mesure du destin que le peuple me confiera. Jamais je ne me déroberai », a-t-elle conclu.

(Gregory Blachier)
==============
Commentaires

casa •
Elle peut gouverner mais pas aujourd’hui ce serait une erreur fondamentale.
Le tas de mherde qui croit nous gouverner doit boire SA coupe jusqu’à la lie pour se faire satelliser avec ce qu’il reste de son parti pendant des décennies!

Emmanuel •
si les députés frondeurs désavouent le gouvernement, que se passe t il? dissolution de l’assemblée et nouvelles elections legislatives. Et là les députés PS frondeurs ou pas perdraient leurs siège pour la plupart. C’est pourquoi ils ne feront rien.

Pacifique •
Votons-la pour voir ce qu’elle est capable de faire puisqu’il y a un véritable fossé entre les discours et les actes et puis entre être au centre du pouvoir et ne pas l’être.

Jacques •
C’est curieux cette annonce de Marine. On n’a jamais été présenté et cependant elle vocifère tout haut ce que je pense tout bas. Donc je suis en parfait accord avec son propos comme il me semble des millions de français et françaises. Veuillez m’excuser si je commets un impair, M’sieurs, Dames et…

christian •
Il y a le bègue à Pau qui attend que le matador dégage pour prendre la place.

TSINGTAO •
ENVOYEZ W ALL SS LE FACHO AVEC TO BE RAT AU CAMEROUN
EBOLA A DEUX MOTS A LEUR DIRE…

Faut Les Virer •
si on avait ecouté son père la France ne serait pas devenue le pays des zones A RISQUES !!! car contrairement à ce qui se divulgue il n’a pas dit que des KONNERIES !!!

Galinette • i
valls ne représente pas les socialistes il a fait 5% a leur primaire s’est un homme de droite qui s’ignore son équipe que des opportunistes prêt a tout moment a le laissé tomber

Johann • i
Elle dit la même sottise à propos de l’euro depuis 5 ans.
====================================
Marine Le Pen se pose en recours face à la « terrible crise politique »
Le Monde.fr Par Jean-Baptiste de Montvalon
4479408_3_8a87_marine-le-pen-a-de-nouveau-reclame-la_2c5745678c6dc7c76863b03343ee5703
Marine Le Pen a de nouveau réclamé la dissolution de l’Assemblée nationale – ici, le 30 août à Brachay.
« Le pouvoir est nu. Le roi, François Hollande, est nu. Le prince, Manuel Valls, est nu… » Plus que jamais servie par la conjoncture politique, Marine Le Pen s’est posée en recours lors de son premier discours de rentrée, samedi 30 août à Brachay (Haute-Marne).

Dans ce petit village où elle effectue un « pèlerinage » annuel depuis 2012 – sa soixantaine d’habitants lui ayant alors accordé plus de 70 % de leurs suffrages –, la présidente du Front national a dépeint en des termes très sombres une France en proie à une triple crise : « crise économique », « crise de société », et désormais « crise de régime ».

Tandis que le Parti socialiste panse à La Rochelle des plaies qui sont à vif depuis le remaniement, Mme Le Pen ne s’est pas privée de commenter cette « terrible crise politique », qui voit « le gouvernement critiqué en son sein même ».

Cette actualité permet à la dirigeante d’extrême droite de faire coup double. Primo, en dénonçant le désordre au sein de l’exécutif, où « l’instabilité ministérielle revient comme au temps de la IVe République ». Le gouvernement « Valls 2 n’est qu’une illusion de changement. Ça ne tiendra pas. Valls 2 tombera car il s’écrasera sur le mur de la réalité », a-t-elle prédit.

Second point d’appui pour la dirigeante d’extrême droite : le « casting » de ce nouveau gouvernement, marqué par la nomination à Bercy du « banquier d’affaires » libéral Emmanuel Macron, qui vient servir à point nommé l’argumentaire de celle qui se pose en défenseure des « oubliés ». « François Hollande a définitivement confirmé l’ancrage de sa politique dans l’ultralibéralisme le plus brutal, le plus stupide et le plus injuste », a assuré Mme Le Pen.

« COCKTAIL EXPLOSIF »

A la tête du « premier parti de France », comme elle ne manque pas de le rappeler depuis les élections européennes de mai, Marine Le Pen se sent portée par « un mécontentement profond et éclairé » qui serait alimenté par la « prise de conscience » de notre « perte de souveraineté », au profit de Berlin ou de Bruxelles.

« On commence à comprendre que le pouvoir n’est plus à Paris. Cette prise de conscience progresse, et atteint même les sommets de l’’Etat », a-t-elle ajouté, en faisant allusion à l’argumentaire de l’ex-ministre de l’’économie Arnaud Montebourg.

Face à une situation qu’elle qualifie de « cocktail explosif », la présidente du FN a de nouveau réclamé la dissolution de l’Assemblée nationale. « Nous sommes prêts à assumer toutes les responsabilités que le peuple nous confiera », a-t-elle déclaré.

Qualifiant l’UMP de « vaisseau perdu dans les limbes de l’UMPS », « véritable radeau pourri », Mme Le Pen a cherché à mettre en exergue son propre « courage ». « Nous ne fuirons pas comme ces lâches. Jamais je ne me déroberai », a-t-elle assuré, alors que plusieurs dirigeants de l’UMP se sont prononcés par avance contre une éventuelle nouvelle cohabitation.
==============
réactions

Gilles
Programme économique délirant, xénophobie assumée, vision de la France rabougrie… La France se ridiculise aux yeux du monde avec un score si élevé pour le FN.

JosieLaRelou
La pauvre, elle s’y croit depuis son score en trompe l’oeil aux européennes. Mais les Français ne l’éliront jamais présidente, au pire elle sera au 2 ème tour où elle fera un max de 25%, ce qui est déjà bien trop mais pas suffisant pour être élue. Alors passons à autre chose et cessons de centrer le débat sur cette incapable et ses sbires…

@erico : c’est peut être que je sais faire la différence dans une situation politique algérienne avec ceux qui en exploitent et en déduisent des conclusions auxquelles je n’adhère absolument pas… Pour simplifier, on peut être antiraciste sans pour autant approuver Bouteflika, je n’y vois même aucun rapport, est ce assez clair pour vous ? Bouteflika est un dictateur et MLP est de la même eau, pour moi les 2 sont à rejeter et jouent sur le même terrain, celui du nationalisme abject…

erico
et pourtant je me souviens de vos réactions, lors de la demande d’explications d’alger à paris pour le décès d’un de leur ressortissant, qui montraient des points de convergence certains avec le racisme ordinaire qui fédère beaucoup au fn…

Lucien Lemaire
Peut être que comme pour les alcooliques, il faut toucher le fond pour se reprendre! au fond la classe politique aurait ce qu’elle montre depuis quelques années: le degré 0 des idées, la démagogie, les ambitions personnelles masquées sous des valeurs incantatoires..; Alors 5 ans de Marine, ça pourrait faire une cure d’huile de ricin.

Pierre
C’est pas au FN qu’il y aurait des querelles internes par exemple entre papa gégène et fifille rénovatrice qui défend la LDJ. Le FN est le seul qui aurait à gagner s’il y avait une dissolution. L’UMP qui en faisait des tonnes n’en veut pas non plus. Et les frondeurs du PS sont pris en tenailles entre le caporal Valls et la droite extrême. Les électeurs de gauche sont réduits au désespoir.

Pierre BRUYERE
Hollande nu, Valls nu, c’est-y que Marine fantasme sur la nudité de ces messieurs.
=================================================
Marine Le Pen : «Le roi François Hollande est nu»

4085587_lepen-new_640x280
ILLUSTRATION. La présidente du FN, Marine Le Pen, s’est posée ce samedi en «capitaine» prêt à «tenir la barre». | LP/ Olivier Corsan

Agrandir le texte Diminuer le texte Imprimer l’article Tout leParisien.fr sur votre mobile
Entre un PS fracturé par ses divergences en matière de politique économique et une UMP endettée, affaiblie par l’affaire Bygmalion et dépourvue de leader, Marine Le Pen compte bien tirer son épingle du jeu.

La présidente du FN, qui fait ce samedi sa rentrée politique à Brachay (Haute-Marne), s’est engouffrée dans la brèche, se présentant en «capitaine» prêt à «tenir la barre».

La veille, déjà, la dirigeante d’extrême droite s’était dite prête à gouverner en cohabitation avec Hollande en cas de dissolution, prenant le contrepied de la plupart des dirigeants UMP. La voilà qui enfonce le clou : «Si le peuple veut nous donner la barre, eh bien nous la tiendrons ! En pleine tempête, un capitaine ne peut refuser de prendre le commandement.» Marine Le Pen n’hésite pas à s’afficher en femme d’Etat, assurant être «d’une trempe suffisamment solide pour ne pas reculer devant les dangers et les épreuves».

Elle se projette à l’Élysée

Alors qu’un Français sur trois la juge capable de réformer le pays, selon un sondage CSA publié ce samedi sur le site Atlantico, la présidente du FN se projette même à l’Élysée : «Je ne mentirai pas aux Français, ni avant, ni après mon élection. Je ne mentirai pas comme François Hollande sur le chômage ou Nicolas Sarkozy sur l’insécurité.» Elle lance également un long appel à «la responsabilité de chacun», estimant que «chacun doit se poser la question de la part qu’il peut prendre au redressement de la nation».

La dirigeante frontiste, qui dit croire à une dissolution de l’Assemblée nationale dans un délai assez rapide, n’a pas de mots assez durs pour charger ses adversaires politiques. D’un côté, un gouvernement pris «dans une marche destructrice», de l’autre la «prétendue opposition UMP», «véritable radeau pourri à la dérive, sans projet ni tête, rongé par les guerres intestines d’ambition».

Dépeignant une triple crise, économique, sociétale et une «terrible crise» politique, la députée européenne en remet un couche et assure qu’après la démission du gouvernement lundi et les critiques de l’ancien ministre de l’Économie Arnaud Montebourg contre la voie économique choisie par le président de la République, le pouvoir «le roi François Hollande est nu, le prince Manuel Valls est nu».
==========
réaction *

latranche
Un attelage hollande-le pen et la france est à genoux en moins de 6 mois!

5402c2a682419
En 33 tout à commencer comme ça ! hitler a utilisé les mêmes ficelles ! on a vu ce que ça a donné ! ouvrez des livres d’histoire une fois dans votre vie !

5402c13fbf8fc
Bientôt très bientôt j’espère la présidence au fn

Réaliste
En réponse @desabusee. si vous cherchez l’oiseau à trois pattes, vous risquez d’attendre encore longtemps. aucun homme politique ne réunit tous les critères pour être une président exemplaire, tout simplement parce que ce sont des êtres humains faillibles. il existe toujours quelque chose chez eux qui coince. ce ne sont pas des saints et encore moins des omniscients. il faut vous faire une raison.

radis call
Que ceux qui disent que le fn ne peut pas gouverner et qu’il n’a pas de programme crédible, m’expliquent en quoi le ps et l’ump sont en capacité de gouverner et ou est la crédibilité de leur programme ? vous avez eu 40 ans pour tester l’incapacité de l’umps, ça suffit !!!!!!!! moi j’exige de pouvoir voter fn sans être montré du doigt par ceux qui ont voté pour des incapables qui nous ont conduit droit dans le mur. vous pouvez critiquer et insulter les électeurs fn si ça vous chante, il passera un jour ou l’autre. 2015, 2017, 2020… peu importe. la nullité umps lui a ouvert une autoroute à 4 voies !!!!!!

Agathe
En réponse @tempo1813. « …marquée par le pouvoir des idéologies criminelles sur les peuples musulmans… » c’est quoi cette époque marquée par le pouvoir des idéologies criminelles sur les peuples musulmans ? que voulez-vous dire? soyez plus précis (e).

anti umps
En réponse @desabusee. madame détient la verite. que c’est beau à voir! critiquer un parti qui n’a pas encore été au pouvoir, et s’abstenir de critiquer les deux partis qui ont prouvé qu’ils pouvaient couler la france. quel beau troupeau de moutons à l’umps!

anti umps
En réponse @rv. au lieu d’essayer de trouver quelques lacunes dans les quelques communes du fn, essayez de faire preuve d’objectivité en dénonçant toutes les magouilles qui font la une des journaux depuis 40 ans dans les villes gérées par l’ump, le ps et le pc. mais ce doit être trop vous demander?

doultrimler6
Bravo a vous @ tempo1813

tempo1813
La déprime fait toujours le jeu des extrêmes, l’époque que nous vivons est marquée par le pouvoir des idéologies criminelles sur les peuples musulmans et sur la montée des partis nationalistes dans nos sociétés en guerre économique. c’est la démocratie et la laïcité qui sont menacées partout.

DESABUSEE
En réponse @rv. vous avez entièrement raison il n’y en a pas un (parti) auquel on peut faire confiance, pas un pour relever l’autre. mlp vise elle aussi à satisfaire son égo personnel et bien sûr à faire « triompher » son parti. ce qui est le pire c’est que cette personne n’a aucune aptitude pour gouverner (déjà que hollande…) et que son programme ne tient absolument pas la route. certes elle énonce beaucoup de vérités que les français aiment entendre, l’attitude de l’actuel gouvernement l’épaule généreusement ! qui sera capable de reprendre la barre pour « redresser » un minimum notre pays ? c’est ça qui m’inquiète le plus, pas de réponse à mon sens.

sister
C’est une rèférence à un conte d’andersen. « le roi est nu » est une expression passée dans le langage courant et qui veut dire en gros que la personne n’a plus de pouvoir contrairement aux apparences. ceci dit, c’est vrai que le « roi est nul » aussi…

RV
Quand on entend mme le pen, que par la suite on voit que les maires des quelques communes dont le parti à remporté les élections s’octroyer généreusement une augmentation de leur salaire pouvant aller jusqu’à 45%, ça me laisse sceptique sur le bien fondé de leur discours… on a tout essayé sauf le fn mais franchement je crains qu’ils ne valent pas mieux que les autres….

angelo6592
Depuis pas mal de temps on a eu que des gouvernements de marionnettes ,alors essayons une fois le fn et on verra ,si c’est pareil et bien on rechangera ,mais au moins on aura essayé ,de toute façon tomber plus bas on ne peut pas on a touché le fond ! alors qu’est-ce qu’on risque !!!!

jim4495
Une cohabitation n’est pas un pacte avec « l’ennemi »! elle se dit prete à etre 1er ministre et sous la v me république le 1er ministre est chef de son gouvernement le président n’a que certain droit de veto… le vrai pouvoir reside dans une majorité parlementaire plus un gouvernement issus de cette majorité? les 2 unis peuvent faire ce qu’ils veulent d’où ses propos

anti umpsle
En réponse @nounapiou. bon résumé d’une situation réelle. le f.n. est aussi louable que l’ump et le ps qui ont démontré depuis 1959 qu’ils étaient copains et coquins, au point d’emmener la france dans le mur, sans se préoccuper un seul instant du recul progressif de la france et de ses valeurs nationales et républicaines.

NOUNAPIOUle
Depuis le 8 janvier 1959 avec le général de gaulle président de la république soit quelque 55 années, la france a compté 6 pouvoirs exécutifs. 4 dits de droite ont été incarnés en leur temps par pompidou, giscard d’estaing, chirac, sarkozy et 2 socialistes par mitterrand et hollande. ce dernier depuis le 6 mai 2012 avec une majorité de 51,64 % des suffrages. en mai 1968, le général de gaulle a eu cette saillie célèbre : «vous voulez la chienlit, vous l’aurez». pile-poil aujourd’hui d’où l’exaspération comme jamais d’une forte proportion de français, toutes convictions politiques confondues, qui n’en peuvent, mais de l’umps. pour faire simple, les thèmes de leur colère s’appellent : immigration, insécurité, laxisme, permissivité des pouvoirs publics, fermeture d’entreprises, chômage, retraites, coût de la vie, pression fiscale. qui n’a pas donné ? en mai 2017, nos compatriotes fondent leurs espoirs sur une majorité de droite dont le front national et marine le pen seraient les vainqueurs. avec, peut-être, l’élection de cette dernière à la présidence suivie d’un grand coup de pied dans la fourmilière afin de remettre l’église au milieu du village. d’où la trouille bleue éprouvée par l’umps dans cette perspective et les anathèmes et malédictions formulées souvent par des internautes à son endroit. il ne faut pas craindre de donner sa chance à marine le pen et au front national.

franc
Marine présidente !!!

540257be8a781le
En voilà une qui peut se frotter les mains devant le spectacle lamentable de ce gouvernement incapable et destructeur
=========================================
Marine Le Pen se dit prête à gouverner en cohabitation avec François Hollande
Le HuffPost avec AFP

POLITIQUE – Marine Le Pen cherche à asseoir sa crédibilité. La présidente du Front national se dite prête à gouverner en cohabitation avec François Hollande, en cas de dissolution de l’Assemblée nationale, dans une interview au Figaro publiée samedi 30 août.

« Je peux vous dire une chose très clairement : nous, si nous obtenons une majorité, nous assumerons les responsabilités que nous aurons confiées les Français », déclare Marine Le Pen. La dirigeante frontiste dit croire à une dissolution de l’Assemblée dans un délai assez rapide en raison de « la crise politique extrêmement lourde que nous vivons » et qui « ne peut qu’entraîner un retour aux urnes ».

L’UMP montre « son vrai visage, purement électoraliste »

Selon elle, le gouvernement Valls II, « dernière cartouche de François Hollande, est un gouvernement de pure provocation ». Soulignant qu’à l’inverse du Front national, la dissolution « n’est pas souhaitée à l’UMP, où la cohabitation semble exclue », elle critique cette attitude de la droite qui montre, selon elle, « son vrai visage, purement électoraliste ».

« Comment peuvent-ils refuser une cohabitation qu’ils ont eux-mêmes théorisée ? », « Comment expliqueront-ils aux électeurs qui votent pour eux qu’ils refuseront de prendre leurs responsabilités pour changer la situation dramatique dans laquelle est plongé le pays ? », lance la présidente du FN. Elle indique qu' »au fil des prochaines semaines », elle va s’efforcer de « montrer à nos concitoyens que nous sommes prêts à gouverner ».

« Attirer la société civile dans notre dynamique »

« Nous allons multiplier les collectifs pour attirer la société civile dans notre dynamique. Ils seront tous liés à des sujets mal connus de notre programme, comme la retraite, la dépendance, le logement et la grande politique de la mer à laquelle je suis très attachée », affirme Marine Le Pen, qui fait sa rentrée ce samedi à Brachay, petit village de 58 habitants en Haute-Marne qui lui avait accordé 72 % de ses voix en 2012.

En attendant la prochaine présidentielle de 2017 pour laquelle l’UMP et le PS sont, selon elle « tellement lucides sur eux-mêmes qu’ils sont en train de se battre aujourd’hui pour la deuxième place », elle espère que le FN pourra décrocher un siège au Sénat lors des élections du 28 septembre. « Peut-être parviendrons-nous à faire élire le plus jeune sénateur, par exemple David Rachline à Fréjus, dans le Var ».

Marine Le Pen se présente en « capitaine » « en pleine tempête »

La présidente du FN Marine Le Pen s’est posée en « capitaine » prêt à gouverner la France face à la crise politique, samedi lors de son discours de rentrée à Brachay. « Si le peuple veut nous donner la barre, eh bien nous la tiendrons ! En pleine tempête, un capitaine ne peut refuser de prendre le commandement », a assuré Mme Le Pen, estimant que c’est à cette qualité que se reconnaît « un homme d’État ».

Devant un bon demi-millier de ses partisans réunis pour son discours de rentrée, dans un village dont la grosse cinquantaine d’habitants a très largement voté FN aux dernières élections (84% aux européennes de mai), Mme Le Pen a assuré que le parti d’extrême droite qu’elle préside était « prêt à assumer toutes les responsabilités que le peuple nous confiera ».

Alors que l’UMP semble redouter une cohabitation en cas de dissolution –une éventualité rejetée par Manuel Valls– et de victoire aux législatives qui suivraient, la patronne du FN a fustigé ce « discours tacticien » avant de certifier: « Si le peuple nous donne à l’Assemblée nationale une majorité pour gouverner, eh bien nous gouvernerons ! ».

« Je ne mentirais pas aux Français, ni avant, ni après mon élection »

« Je suis d’une trempe suffisamment solide pour ne pas reculer devant les dangers et les épreuves » a-t-elle encore assuré. Elle a brossé le portrait de la dirigeante qu’elle serait si elle parvenait à l’Élysée : « Je ne mentirais pas aux Français, ni avant, ni après mon élection (…), pas comme François Hollande sur le chômage ou Nicolas Sarkozy sur l’insécurité. »

Engagée dans une nouvelle opération crédibilisation, après le succès électoral des européennes, Marine Le Pen a confirmé le lancement prochain de nouveaux « collectifs », après ceux consacrés aux enseignants et aux étudiants, afin de tenter de « pénétrer au plus près de la société civile », et prévenu qu’elle poursuivrait de ses critiques sans « aucun répit », le gouvernement dans les prochains mois.

L’enjeu est de taille : si selon un sondage CSA-Atlantico de samedi, 39% des Français sont « souvent d’accord » avec ses prises de position, seuls 27% lui reconnaissent « l’étoffe d’un président ». Dans les enquêtes d’opinion, bien qu’elle oscille autour des 30% des opinions favorables sur son « action », elle fait toujours face à une forte opposition structurelle.

« L’immense pouvoir » des Français

Juchée sur une estrade, devant des drapeaux bleu-blanc-rouge et des banderoles comme « FN Premier parti de France » ou « Marine on t’aime », la fille de Jean-Marie Le Pen a exhorté ses partisans à prendre leurs « responsabilités » : « Chacun doit se poser la question de la part qu’il peut prendre au redressement de la nation ».

Arguant de son courage, qualité qu’elle ne reconnaît pas à ses adversaires, elle a mis en garde ceux qui seraient séduits par ses idées: « Sans le courage du peuple, point de chef courageux. Sans chef courageux, point de changement salutaire. Prends conscience, peuple de France, de l’immense pouvoir que tu détiens », a-t-elle lancé, se voulant lyrique.

Dans un discours d’une quarantaine de minutes, principalement axé sur la « terrible crise » politique, Marine Le Pen a vilipendé le gouvernement pris « dans une marche destructrice », mais aussi la « prétendue opposition UMP (…), véritable radeau pourri à la dérive ». Après la démission du gouvernement lundi et les critiques de l’ex-ministre de l’Économie Arnaud Montebourg contre la voie économique choisie par le président de la République, le pouvoir « est nu, le roi François Hollande est nu, le prince Manuel Valls est nu », d’après elle.

Emmanuel Macron, un « banquier d’affaires »

L’eurodéputée en a profité pour éreinter « le banquier d’affaires » Emmanuel Macron, nouveau ministre de l’Economie, et la nouvelle ministre de l’Education nationale Najat Vallaud-Belkacem qui n’a selon elle « aucune compétence » pour ce poste, avant de finir son discours sous les appels à la « démission » de François Hollande lancés par ses partisans.

Elle n’a revanche abordé les sénatoriales de fin septembre que d’une phrase, alors que le FN ne nourrit que des espoirs modérés d’envoyer l’un des siens au Palais du Luxembourg.

Publicités

La chasse au dahu

Laisser un commentaire

296c2120-2a50-11e4-a8f5-97d3cb79b4ea_INYTweb
Kerry appelle à une « coalition de nations » pour combattre l’EI

Le secrétaire d’Etat américain John Kerry a plaidé vendredi en faveur d’une large coalition mondiale pour lutter contre les jihadistes de l’Etat islamique en Irak et en Syrie.

A une semaine d’un sommet de l’Otan au Pays de Galles du 4 au 5 septembre, le chef de la diplomatie appelle dans un tribune dans le New York Times à une « réaction conjuguée conduite par les Etats-Unis et la plus large coalition de nations possible ».

John Kerry explique qu’il cherchera, en compagnie du secrétaire à la Défense Chuck Hagel, à former cette coalition lors des discussions avec ses partenaires occidentaux en marge du sommet.

Il ajoute que le président américain Barack Obama proposerait une stratégie contre l’Etat islamique lors d’une réunion du Conseil de sécurité de l’Onu, dont les Etats-Unis prennent la présidence en septembre.

« Nous profiterons de cette occasion pour continuer à former une large coalition et souligner le danger constitué par les combattants terroristes étrangers, notamment ceux qui ont rejoint l’EI », soutient M. Kerry.

Il estime que cette coalition doit pouvoir recourir aux moyens « politiques, humanitaires, économiques, juridiques et de renseignement afin d’appuyer l’action militaire ».

A l’issue du sommet de l’Otan, précise-t-il, il se rendra avec Chuck Hagel au Moyen-Orient afin de rallier davantage de soutiens « parmi les pays qui sont le plus directement menacés ».

« Nous ne permettrons pas au cancer de l’EI de s’étendre à d’autres pays. Le monde peut affronter ce fléau, et au bout du compte le vaincre », estime-t-il.
=====================================
Les Etats-Unis souhaitent une coalition mondiale pour lutter contre l’Etat islamique
Le Monde.fr avec AFP

4478703_3_b4fc_un-combattant-de-l-etat-islamique-apres-la_2a1e236cddde790caf19ba21b538f2b8
Un combattant de l’Etat islamique après la prise de la base aérienne de Tabqa, en Syrie, le 25 août.
Les pays vont-il s’allier pour lutter contre l’Etat islamique (EI) ? C’est en tout cas le souhait du secrétaire d’Etat américain, John Kerry, qui a plaidé, vendredi 29 août, en faveur d’une large coalition mondiale pour combattre les djihadistes de l’EI qui sévissent en Irak et en Syrie.

Lire aussi notre article : Les Etats-Unis ne bombarderont pas l’Etat islamique en Syrie dans l’immédiat

A une semaine d’un sommet de l’Otan au Pays de Galles du 4 au 5 septembre, le chef de la diplomatie américaine appelle ainsi dans une tribune dans le New York Times à une « réaction conjuguée conduite par les Etats-Unis et la plus large coalition de nations possible ».

« NOUS NE PERMETTRONS PAS AU CANCER DE L’EI DE S’ÉTENDRE »

John Kerry explique qu’il cherchera, en compagnie du secrétaire à la défense Chuck Hagel, à former cette coalition lors des discussions avec ses partenaires occidentaux en marge du sommet. Il ajoute que le président américain Barack Obama proposerait une stratégie contre l’Etat islamique lors d’une réunion du Conseil de sécurité de l’Onu, dont les Etats-Unis prennent la présidence en septembre :

« Nous profiterons de cette occasion pour continuer à former une large coalition et souligner le danger constitué par les combattants terroristes étrangers, notamment ceux qui ont rejoint l’EI. »

Il estime que cette coalition doit pouvoir recourir aux moyens « politiques, humanitaires, économiques, juridiques et de renseignement afin d’appuyer l’action militaire ». A l’issue du sommet de l’Otan, précise-t-il, il se rendra avec Chuck Hagel au Moyen-Orient afin de rallier davantage de soutiens « parmi les pays qui sont le plus directement menacés ». « Nous ne permettrons pas au cancer de l’EI de s’étendre à d’autres pays. Le monde peut affronter ce fléau, et au bout du compte le vaincre », estime-t-il.
=============
Commentaires

JP Landr
Et que dit l’Europe à ce vaste projet de lutte contre le génocide annoncé des non croyants islamiques ?

Dominique PIROU
C’est peut être là qu’il y aurait une alliance possible avec les russes .., avec en contrepartie la paix en Ukraine. Au passage on aimerait bien aussi que les musulmans français parlent solennellement contre l’EI. Un peu de courage Mr Boubakeur !

Ulysse
C’est clair, c’est un enjeux de civilisation, si le cancer se répands c’est la mort de 2000ans d’évolution, de civilisation, le retour de la barbarie une fois encore. La prédominance des phallocrates extrêmes, des sanguinaires, sous couvert de religion.

Jean-MArc creau
Cette coalition doit aussi inclure les pays Arabes, y compris leurs moyens militaires. Ras le bol de se faire traiter de colonialiste. Que chacun choisisse son camp et ait une position claire face à l’EI.

Le Thuriféraire
Ca me fait penser aux marchands de sucre qui disent qu’il faut lutter contre le diabète, ou les cigaretiers contre le cancer du poumon…
======================================================================
sans-titre

Ukraine: sommet européen pour répondre à la Russie, admonestée par l’Otan
le Point.fr

Les dirigeants de l’UE doivent apporter samedi une réponse à la nouvelle escalade en Ukraine menée par la Russie, appelée la veille par l’Otan à cesser ses « actions militaires illégales » qui inquiètent aussi l’OSCE.

Le président sortant de la Commission européenne, José Manuel Barroso, a averti vendredi au téléphone le président Vladimir Poutine que toute nouvelle « déstabilisation » de l’Ukraine aurait un « coût élevé » pour la Russie.

Le secrétaire général de l’Alliance atlantique Anders Fogh Rassmussen a de son côté condamné ce qu’il a appelé le « mépris permanent de la Russie pour ses obligations internationales », exigeant une désescalade dans le conflit qui ravage l’est de l’Ukraine. Le président en exercice de l’OSCE, le Suisse Didier Burkhalter, a lui exprimé sa préoccupation face à la récente extension des combats dans l’est de l’Ukraine et devant « les informations » faisant état de l’arrivée de troupes et de matériels militaires russes.

Le président ukrainien Petro Porochenko assistera à l’ouverture du sommet de Bruxelles, au cours duquel les 28 chefs d’Etat et de gouvernement de l’UE discuteront d’éventuelles nouvelles sanctions contre la Russie. Initialement, M. Porochenko devait seulement être reçu samedi matin par les présidents sortants du Conseil, Herman Van Rompuy, et de la Commission, José Manuel Barroso.

Mais l’aggravation de la situation a conduit les Européens à signifier leur soutien de manière plus visible.

En un peu plus de quatre mois, ce conflit entre les forces armées de Kiev et les insurgés prorusses a fait près de 2.600 morts selon l’ONU, ainsi que des milliers de blessés et des centaines de milliers de déplacés et de réfugiés.

Jeudi, l’Otan a affirmé que plus de 1.000 soldats russes combattaient en Ukraine et que 20.000 étaient massés le long de la frontière.

– ‘Fausses informations’ –

Le ministère russe de la Défense a démenti toute présence de troupes russes. Ces accusations « n’ont aucun rapport avec la réalité », il s’agit de « fausses informations », a-t-il déclaré.

Le chef de la diplomatie française Laurent Fabius a demandé vendredi que « cessent les bruits de bottes russes » en Ukraine, et Berlin a dénoncé une « intervention militaire ».

Sur le terrain, Novoazovsk, petite cité balnéaire ouvrière située à une quinzaine de kilomètres de la frontière russe, était solidement contrôlée vendredi par les rebelles, deux jours après le repli précipité de l’armée ukrainienne à la suite d’une contre-offensive des insurgés.

Tous les regards sont désormais tournés vers Marioupol (460.000 habitants), port stratégique ukrainien sur la mer d’Azov, dont la Russie et la Crimée sont aussi riveraines, qui se préparait dans le calme à subir des combats.

Face à cette situation, Kiev a annoncé vendredi son intention de relancer le processus d’adhésion à l’Otan, l’Alliance atlantique soulignant de son côté qu’elle ne fermerait pas la porte à l’Ukraine.

M. Poutine a pour sa part déclaré qu’il fallait « contraindre » Kiev à négocier avec les séparatistes prorusses pour « entamer des négociations sur le fond ». Dans un communiqué, il a vanté les « succès considérables » de la rébellion, qui a repris l’initiative sur l’armée ukrainienne après plusieurs semaines de recul.

M. Poutine s’est adressé aux « insurgés de la Novorossia » (« Nouvelle Russie »), mot qu’il utilise depuis avril pour désigner plusieurs régions de l’est et du sud de l’Ukraine.

Ce concept de « Nouvelle Russie » datant de l’époque tsariste renvoie à l’idée d’un territoire sous contrôle indirect de Moscou, qui pourrait se contenter d’incursions militaires destinées à soutenir la rébellion prorusse, déstabilisant durablement Kiev et freinant le processus de son rapprochement avec l’Ouest.

– ‘Un seul et même peuple’ –

« Le peuple russe et le peuple ukrainien étaient quasiment un seul et même peuple », a lancé M. Poutine, déclarant aussi que la Crimée ne retournerait jamais dans le giron ukrainien.

Par ailleurs, M. Poutine a tenu des propos positifs sur M. Porochenko et a annoncé qu’il avait conclu avec lui un accord sur l’aide humanitaire en Ukraine, dans une interview dont des extraits ont été diffusés dans la soirée et qui doit être diffusée dimanche dans son intégralité.

La rencontre entre les deux hommes mardi à Minsk a été « très bonne, c’est mon impression, elle a été très franche », a déclaré M. Poutine. M. Porochenko « est à mon avis le genre de partenaire avec qui on peut avoir un dialogue », a-t-il assuré.

Il a indiqué avoir accepté une proposition du président ukrainien pour que la Russie livre de l’aide humanitaire par rail à Lougansk et à Donetsk, principaux bastions des insurgés. La Russie avait envoyé la semaine dernière un convoi humanitaire routier à Lougansk, sans le feu vert de Kiev.
================================================================
Russie: une ONG de mères de soldats russes classée « agent de l’étranger »
LEXPRESS.fr

Les autorités russes ont classé ce vendredi comme « agent de l’étranger » un groupe de mères de soldats qui a demandé des comptes à Moscou sur la présence présumée de militaires russes dans l’est de l’Ukraine.

vladimir-poutine-lors-d-une-conference-de-presse-le-27-aout-2014-a-minsk_5021340
Vladimir Poutine lors d’une conférence de presse le 27 août 2014 à Minsk afp.com/Kirill Kudryavtsev

Apparemment, demander des comptes au Kremlin en pleine vraie-fausse guerre est une mauvaise idée. Un groupe de mères de soldat, qui s’interrogeaient sur la possible mort de neuf soldats russes près de la frontière ukrainienne, a été classé ce vendredi comme « agent de l’étranger » par les autorités russes.

>> « Il n’y a pas de guerre en Ukraine », mais des soldats russes y meurent

Le ministère russe a annoncé dans un communiqué avoir enregistré sous cette classification une organisation appelée Mères de soldats de Saint-Pétersbourg (qui n’est pas la même que le Conseil des mères de soldats russes, ndlr). Cette dénomination, créée par une loi de 2012, oblige les ONG bénéficiant de financements étrangers et ayant une activité « politique » à s’enregistrer et à s’afficher dans toute communication ou activité publique comme des « agents de l’étranger », une expression datant de l’époque stalinienne.

Très influents, les comités de mères de soldats, dont certains sont plus proches du pouvoir que d’autres, dénoncent les abus dans l’armée et ont notamment fait grand bruit pendant les guerres de Tchétchénie dans les années 1990.
« Une centaine de soldats blessés à Saint-Pétersbourg »

Cette décision « va bien sûr compliquer notre travail », a déclaré Alexandre Gorbatchev, militant de l’organisation. « Cela sera plus compliqué pour nous de recevoir des informations de l’armée, des structures militaires ».

La directrice de l’ONG, Ella Poliakova, a fait parler d’elle ces derniers jours en Russie en demandant des comptes aux autorités, sur fond d’informations de plus en plus nombreuses sur la présence de troupes russes dans l’Est de l’Ukraine.

Sur la chaîne d’opposition Dojd, elle a évoqué l’arrivé à Saint-Pétersbourg d’une centaine de soldats blessés, s’interrogeant sur les raisons de cet afflux.

>> INFOGRAPHIE. L’Ukraine s’enlise dans un conflit avec la Russie
Photo d’un satellite de l’Otan montrant des troupes russes en Ukraine.
nato-releases-satellite-imagery-showing-russian-combat-troops-inside-ukraine_5021286
Photo d’un satellite de l’Otan montrant des troupes russes en Ukraine.
Photo by DigitalGlobe

En tant que membre du Conseil russe aux droits de l’homme, elle s’était adressée en début de semaines au Comité d’enquête russe pour demander des informations sur la possible mort de neuf soldats russes près de la frontière ukrainienne.

Une source au ministère russe de la Défense a qualifié auprès de l’agence de presse Interfax les propos de M. Poliakova de « délire » et a relevé l’ajout des Mères de soldats de Saint-Pétersbourg au registre des « agents de l’étranger ».
============
Commentaires

kant008 –
@hervedetreglode : la Russie de Vladimir poutine doit être absolument freinée dans ses ambitions géopolitiques par les pays occidentaux ,comme naguère l’union soviétique par les Etats unis ,il y a urgence ,,heureusement que l’OTAN est la pour assurer cette mission ,faute de quoi les chars russes auraient occupes tous les anciens états du pacte de varsovie

nitrox92 –
Peu importe qui finance . On s’en fiche totalement. Nous retrouvons via poutine le stalinisme bon teint…

hervedetreglode –
L’organisme appelé « Mères des soldats de Saint-Pétersbourg » a reçu par exemple 85 000 dollars du NED en 2010. Le « National Endowment for Democracy » a été fondé à Washington en 1983, et il est financé aujourd’hui principalement par le Département d’État des États-Unis. Au moment de la fondation du NED, le directeur de la CIA (William Colby) avait expliqué au Washington Post que l’activité du NED était conduite auparavant par la CIA elle-même. Si je rappelle cela, ce n’est pas du tout pour justifier la décision (obligation de déclaration) du gouvernement russe envers l’organisme de Saint-Pétersbourg, mais simplement pour compléter l’information des lecteurs.

islandais –
C’est vraiment le retour à l’URSS. Assassinats de journalistes libéraux, assassinats de personnages qui pourraient contester à Londres, guerres dissimulées sans parler de tout ce que nous ne savons pas, sous gentil Poutine, c’est bel et bien le retour aux méthodes de Staline, voire pis. J’espérais ne plus jamais voir Paris sous les bombes. A 66 ans, je me demande.

Mica56-
Avec Vladimir toutes les mères de soldats russes sont susceptibles d’être agents de l’étranger.

cenomane –
@jakjin : bon commentaire dans la ligne editoriale du journal

jakjin –
Bientôt un retour aux bonnes vieilles méthodes Staliniennes ? Classée ASA, Application de l’article 58, 10 ans dans l’Archipel ?
====================================
L’enseignement en France n’est pas pertinent, selon l’OCDE
Reuters

2014-08-29T145125Z_1007180001_LYNXMPEA7S0P7_RTROPTP_3_OFRTP-FRANCE-ENSEIGNEMENT-OCDE
PARIS (Reuters) – Inégalitaire, pas pertinent, trop académique, prodigué par des enseignants considérés comme des ouvriers d’usine par leurs autorités et leurs syndicats : le directeur de l’éducation de l’OCDE n’est pas tendre avec l’enseignement en France.

Andreas Schleicher est le responsable du système Pisa d’évaluation du niveau des élèves de 15 ans de 65 pays, où la France figure souvent en médiocre position -à la 25e place dans le dernier classement- ce dont souffrent surtout les classes sociales défavorisées.

« L’enseignement n’est pas pertinent en France », déclare-t-il dans une interview publiée vendredi par Le Monde. « On y est en décalage. Le monde moderne se moque bien de ce que vous savez. Il s’intéresse à ce que vous savez en faire. Il a besoin de gens créatifs, capables de croiser les sujets quand l’école française fait encore trop réciter des leçons. »

Le directeur allemand de l’éducation de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) ajoute que « l’école française est l’une des plus inégalitaires au monde, alors que l’égalité est un sujet omniprésent dans le débat ».

« Elle est très loin de l’idéal dont rêve ce pays, en dépit d’efforts conséquents comme le temps que les jeunes Français passent en classe et l’âge précoce auquel on les y envoie! »

« UNE ENVIE DE FUIR »

Les Français, qui se gaussent souvent des bons résultats dans l’étude Pisa des écoles asiatiques qui seraient selon eux des machines à produire des robots, se protègent selon lui par « des stéréotypes sur l’école asiatique ».

« Les enseignants (en Asie) sont formés à la gestion de classe, bien mieux qu’en France », dit Andreas Schleicher, selon qui le système « ne leur facilite pas le travail ».

« L’institution les traite comme des exécutants qui sont là pour faire passer un programme. Ils sont comme à l’usine, font leur travail dans leur coin », souligne-t-il en fustigeant une « formation initiale (…) trop académique ».

En outre, la pratique française, qui permet aux enseignants « installés dans le système » de choisir leur classe, laissant les écoles difficile à des débutants « défie le bon sens ».

« Cela crée d’emblée une envie de fuir! Ou de ne pas venir… », estime Andreas Schleicher, selon qui même un salaire supérieur ne suffirait pas à nourrir des vocations.

Les syndicats participeraient selon lui à cette situation.

« Un pays a les syndicats qu’il mérite », explique-t-il. « Si vous avez un système très ‘industriel’, les syndicats reproduisent cette structure et se battent comme ceux des ouvriers pour les salaires, les effectifs. »

Andreas Schleicher estime que la manière dont les réformes sont imaginées en France -« pensées dans le secret des cabinets ministériels par des gens très intelligents et (…) ensuite imposées aux enseignants et aux parents »- aggrave la tendance.

Il estime toutefois que les réformes entreprises, comme celles des rythmes scolaires, vont dans le bon sens et encourage la France à les accélérer.

« La France peut se rassurer car les grosses réformes ne créent pas vraiment plus de remous que les plus petites. En disant cela, je pense bien sûr à la réforme des rythmes scolaires », ironise-t-il.
============
Commentaires

Carlita •
Disons surtout que si les profs pouvaient réellement faire le boulot sans passer la moitié de l’heure à jouer au gendarme, ce serait un vrai pas en avant. Les enfants,surtout dans les milieux très défavorisés, n’ont plus le respect de rien, c’est décourageant. Le niveau est au plus bas, je le vois…

Ololi •
Par souci d’égalité,le niveau scolaire ne cesse de baisser.C’est inquiétant.

Joëlle •
Superficiel, laxiste, menant vers un abêtissement dramatique et une ignorance ……cosmique ! Mais on gouverne mieux les c…., n’est-ce pas ?

eiram •
Encore une directive allemande, quand va-t-on s’affranchir de ce pays ?

galuremarche •
bon, tout est à refaire et on le sait, mais comment bouger le mammouth dont les cellules sont des profs déconnectés des réalités, superprotégés et hyper fragiles, conscients d’eux mêmes jusqu’à vouloir plus que la paie d’un cadre supérieur sans aucune responsabilité sur les résultats?

Gilles •
on a voulu que tous nos enfant est le bac ,idée idiote cela est pas possible il sont chomeurs aujourd’hui .
si on avait garder l’apprentissage entreprise plus école la bonne solution des 14 ans avec des évolutions on en serait pas là car on a des mal formés ou avec diplome sans pratique.

Fick Socialusm •
Et pourquoi il n’y a pas UN enfant de FACHO-BOUKAK sur la photo????
La Finlande était 1ère au classement PISA (la France envahie par les FACHOS-BOUKAKS 22è sur 28)….la Finlande perdant sa 1ère place! La Finlande ne comprenant pas….La Finlande avec seulement 3% de FACHOS-BOUKAKS…et voilà…

Un utilisateur Yahoo •
deja l’education nationale devrait s’appeler la formation nationale, l’education c’est le role des parents, ensuite dans formation il y a la notion d’apprentissage…c’est la vocation de l’ecole: d’apprendre a faire…de transmettre du savoir-faire…pour l’instant on pretend eduquer on echoue et…

AlPacina •
C’est simple : ici, seuls les diplômes comptent. Ce qu’on sait faire ne compte pas. Y a qu’à regarder ceux qui sont à la tête du pays (énarques, etc.). Tous le contraire des pays anglo-saxons qui savent profiter de ce que peut apporter quelqu un, diplômé ou pas.

Serge •
Y avait-il besoin de ce rapport pour arriver à ce constat alors qu’on sait qu’en post-bac 85% des élèves se retrouve en situation d’échec scolaire…

« projet de remise en cause des 35 heures »

Laisser un commentaire

Mais qui travaille 35 heures ?
Donald Hebert

Le nouveau ministre de l’Economie Emmanuel Macron a relancé le débat sur la durée légale du travail hebdomadaire. Mais au fait, quelle est la réalité des 35 heures en France.

Les 35 heures sont de nouveau sur la place publique. La veille de sa nomination, le nouveau ministre de l’Economie Emmanuel Macron a confié au « Point » qu’il ne serait pas contre autoriser les entreprises et les branches à « déroger » à la durée hebdomadaire légale du travail.
C’est déjà possible pour les entreprises en difficulté. Pourquoi ne pas étendre à toutes les entreprises, à condition qu’il y ait un accord majoritaire avec les salariés ? », a déclaré l’ancien conseiller de François Hollande à l’Elysée, répondant à une demande récurrente des patrons et attisant la crainte des syndicats.

Leur suppression n’est « pas à l’ordre du jour », a immédiatement corrigé Matignon de peur que le sujet ne mette le feu aux poudres lors d’une rentrée déjà riche en dossiers explosifs. Les 35 heures ont pourtant une réalité relative.
La durée du travail : 39,4 heures
8456903
35 heures est une durée théorique. En réalité, la durée de travail habituelle est de 39,4 heures en France (chiffre de 2012), soit bien plus que le seuil légal. Après les lois Aubry du début des années 2000, lors du passage aux 35 heures, « un certain nombre d’entreprises ont choisi de conserver un horaire hebdomadaire d’un niveau supérieur en accordant à leurs salariés des jours de congés supplémentaires : les jours de réduction du temps de travail (RTT) », note la Dares dans un rapport. En prenant en compte ces RTT, la durée collective du travail moyenne est de 35,6 heures (2012), là encore un peu au-dessus de 35 heures.
Pour réduire le chômage ?

Les vertus des 35 heures, elles aussi, font débat. Trop rigides pour les petites entreprises. Compensées par trop d’aides publiques pour les grandes. Les 35 heures auraient freiné l’économie française, estiment certains économistes. Elles auraient été vecteur de productivité, jugent d’autres experts. Aujourd’hui certains plaident pour une augmentation de la quantité de travail en France afin de relancer la croissance et mettent en garde contre le risque de se partager un gâteau plus petit. D’autres comme le politique Pierre Larrouturou, demandent à travailler 32 heures. Récemment, des milliardaires comme Carlos Slim, Larry Page (PDG de Google) et Richard Branson (Virgin) l’ont rejoint, avec parfois des arrière pensées différentes. Mais Richard Branson estiment qu’embaucher deux personnes à mi-temps est préférable à une seule personne à plein temps.

La diminution du temps de travail, seule manière de lutter contre le chômage en temps de croissance morne ? « Elle est une caractéristique de tous les pays développés », écrivait la sociologue Dominique Méda dans la revue « Projet » fin 2013. « Non seulement tous les pays occidentaux (mis à part les États-Unis) ont réduit leur temps de travail depuis soixante ans, mais – à rebours des clichés éculés – la France est loin d’être le pays où l’on travaille le moins ! Les Pays-Bas, le Danemark et l’Allemagne présentent des durées hebdomadaires moyennes effectives de travail moins élevées, si l’on prend en considération (ce que ne font généralement pas les commentateurs) les personnes travaillant à temps complet et celles à temps partiel… »
Impossible à détricoter

Lors de la campagne présidentielle de 2012, Jean-François Copé avait plaidé devant les patrons de l’Afep pour la suppression des 35 heures. « Comment, avait ironisé le socialiste Michel Sapin en face de lui à la tribune, Vous voudriez supprimer le seuil de déclenchement légal des heures supplémentaires ?… »

Faute d’avoir supprimé les 35 heures, les gouvernements de droite ont fait en sorte d’en assouplir l’application entre 2002 et 2012. Traduisant son slogan « travailler plus pour gagner plus », l’ex-président Nicolas Sarkozy avait préféré défiscaliser les heures supplémentaires, ce qui avait, paradoxalement, compliqué la suppression des 35 heures. François Fillon en propose désormais la suppression.

Ce n’est pas la première fois qu’une personnalité de gauche plaide pour un assouplissement, les lois Aubry ayant été jugées trop rigides dès leur entrée en application, notamment pour les petites entreprises. En 2006, Ségolène Royal proposait d’aller plus loin dans l’assouplissement. Et en 2011, pendant la primaire socialiste, un des candidat proposait de les « déverrouiller » : Manuel Valls.

Donald Hébert
===========================
Mais qui travaille 35 heures ?
Donald Hebert

Le nouveau ministre de l’Economie Emmanuel Macron a relancé le débat sur la durée légale du travail hebdomadaire. Mais au fait, quelle est la réalité des 35 heures en France.
Les 35 heures sont de nouveau sur la place publique. La veille de sa nomination, le nouveau ministre de l’Economie Emmanuel Macron a confié au « Point » qu’il ne serait pas contre autoriser les entreprises et les branches à « déroger » à la durée hebdomadaire légale du travail.
C’est déjà possible pour les entreprises en difficulté. Pourquoi ne pas étendre à toutes les entreprises, à condition qu’il y ait un accord majoritaire avec les salariés ? », a déclaré l’ancien conseiller de François Hollande à l’Elysée, répondant à une demande récurrente des patrons et attisant la crainte des syndicats.

Leur suppression n’est « pas à l’ordre du jour », a immédiatement corrigé Matignon de peur que le sujet ne mette le feu aux poudres lors d’une rentrée déjà riche en dossiers explosifs. Les 35 heures ont pourtant une réalité relative.
La durée du travail : 39,4 heures

35 heures est une durée théorique. En réalité, la durée de travail habituelle est de 39,4 heures en France (chiffre de 2012), soit bien plus que le seuil légal. Après les lois Aubry du début des années 2000, lors du passage aux 35 heures, « un certain nombre d’entreprises ont choisi de conserver un horaire hebdomadaire d’un niveau supérieur en accordant à leurs salariés des jours de congés supplémentaires : les jours de réduction du temps de travail (RTT) », note la Dares dans un rapport. En prenant en compte ces RTT, la durée collective du travail moyenne est de 35,6 heures (2012), là encore un peu au-dessus de 35 heures.
Pour réduire le chômage ?

Les vertus des 35 heures, elles aussi, font débat. Trop rigides pour les petites entreprises. Compensées par trop d’aides publiques pour les grandes. Les 35 heures auraient freiné l’économie française, estiment certains économistes. Elles auraient été vecteur de productivité, jugent d’autres experts. Aujourd’hui certains plaident pour une augmentation de la quantité de travail en France afin de relancer la croissance et mettent en garde contre le risque de se partager un gâteau plus petit. D’autres comme le politique Pierre Larrouturou, demandent à travailler 32 heures. Récemment, des milliardaires comme Carlos Slim, Larry Page (PDG de Google) et Richard Branson (Virgin) l’ont rejoint, avec parfois des arrière pensées différentes. Mais Richard Branson estiment qu’embaucher deux personnes à mi-temps est préférable à une seule personne à plein temps.

La diminution du temps de travail, seule manière de lutter contre le chômage en temps de croissance morne ? « Elle est une caractéristique de tous les pays développés », écrivait la sociologue Dominique Méda dans la revue « Projet » fin 2013. « Non seulement tous les pays occidentaux (mis à part les États-Unis) ont réduit leur temps de travail depuis soixante ans, mais – à rebours des clichés éculés – la France est loin d’être le pays où l’on travaille le moins ! Les Pays-Bas, le Danemark et l’Allemagne présentent des durées hebdomadaires moyennes effectives de travail moins élevées, si l’on prend en considération (ce que ne font généralement pas les commentateurs) les personnes travaillant à temps complet et celles à temps partiel… »
Impossible à détricoter

Lors de la campagne présidentielle de 2012, Jean-François Copé avait plaidé devant les patrons de l’Afep pour la suppression des 35 heures. « Comment, avait ironisé le socialiste Michel Sapin en face de lui à la tribune, Vous voudriez supprimer le seuil de déclenchement légal des heures supplémentaires ?… »

Faute d’avoir supprimé les 35 heures, les gouvernements de droite ont fait en sorte d’en assouplir l’application entre 2002 et 2012. Traduisant son slogan « travailler plus pour gagner plus », l’ex-président Nicolas Sarkozy avait préféré défiscaliser les heures supplémentaires, ce qui avait, paradoxalement, compliqué la suppression des 35 heures. François Fillon en propose désormais la suppression.

Ce n’est pas la première fois qu’une personnalité de gauche plaide pour un assouplissement, les lois Aubry ayant été jugées trop rigides dès leur entrée en application, notamment pour les petites entreprises. En 2006, Ségolène Royal proposait d’aller plus loin dans l’assouplissement. Et en 2011, pendant la primaire socialiste, un des candidat proposait de les « déverrouiller » : Manuel Valls.

Donald Hébert
===================
Commentaires

Jean Guiet
Hier soir sur BFMTV ,Y.Treard a rappelé le slogan:  » Travailler plus pour travailler tous » !!!!! Autrement dit, si les entreprises augmentent le temps de travail ( et donc le salaire ) de leurs employés, elles vont automatiquement créer de nouveaux emplois. C’est tellement évident, qu’un peu d’explications de la part des partisans de la suppression des 35 heures, seraient les bienvenues.

fraise desboires
Je connais dans la territoriale une fonctionnaire qui est payée 35 h, elle fait sur l’année complète 32h.

domino 0769
Deux salariés à mi-temps à la place d’un vrai poste de travail , c’est 2 serfs corvéables à merci pour l’employeur et 2 chômeurs en moins à l’ ANPE . Mais autant d’aides sociales diverses , fournies par l’état .

oiseau migrateur
On aimerait surtout savoir quelle est la durée de travail effective, c’est à dire le nombre d’heures non déclarées et non payées que font les salariés en plus des 35 ou 39.4h, et le nombre de jours de congés ou rtt non pris.
J’estime cette durée, dans mon cas, à une dizaine d’heures par semaine en moyenne, ce qui me monte à 45-55h selon les périodes, payées 39.4h. Sur un CDD de 6 mois, 7 jours de congés non pris. J’oublie les heures passées à bosser dans les transports en dehors de mon temps de travail et les emails pros tout le week end et à toute heure du jour et de la nuit. Je pense être dans la moyenne inférieure de ma catégorie professionnelle (cadres et professions intellectuelles).
Si mon estimation est exacte, cela veut dire qu’un salarié moyen de catégorie supérieure bosse 50h payées 35. Finalement, on dépasse toutes les espérances des patrons; pourquoi s’en plaignent-ils?

Djea Sgc
Vous avez tout à fait raison ! Expérience partagée par mon mari, cadre dans une PME ! Il n’a pas encore entamé ses congés de …l’année dernière !
Précision : il faut lire « les congés de cette année » .

Philippe Saturne
A titre personnel si on veut travailler plus cela peut se comprendre si on aime son travail.
Mais pour les autres ? Je veux dire une bonne majorité…le travail on le fait car il faut le faire en attendant de gagner à euromillion.
Avoir une vie plutôt détendue (= pas sous stress) cela change beaucoup de choses.
Ne serait-ce que pour la vie de famille. J’ai connu un père qui n’était jamais là car avant « c’était comme cela »…résultat j’ai grandi comme une herbe sauvage c’est à dire un peu n’importe comment. Et cela fait des dégâts.
A l’école et au lycée je n’en fichais pas une car j’étais « dans mon monde à moi donc je rêvais » par contre j’en ai payé le prix faut voir comment, en fait comme une bonne partie des « branleurs » on vit intérieurement très mal la chose mais on est si fier qu’on rit jaune quand on est jeune. Je fais régulièrement des rêves que je suis au lycée et que je ne comprends rien à rien.
J’ avais un ami et son père faisait le même travail que le mien sauf que tous les samedi il passait sa journée à aider son fils en math et autres. Un jour j’ai assisté à ce genre d’aide et j’écoutais ce qu’ils se disaient et je vous jure que j’ai été bouleversé par cela. Son père a un moment s’est retourné et a dit « Philippe..et toi tu veux que je t’aide ? « .
J’ai répondu non ça va merci..continuez ». Je suis rentré chez moi après et j’étais heureux et triste dans mon esprit.

Hercule Poiroteur
donc.. PACTISER avec Les Plus Forts (les fameux « responsables ») pour d’autant mieux CULPABILISER ainsi Les Plus Faibles au moins 35 heures (les si fameux « salariés » trop coupables d’être irresponsables, « eux »,).. oui voilà bien en effet un sacré bon partage en effet.. ce si joli gâteau surdopé de La Nouvelle Economie, n’est-ce pas?! oui vous savez? « celle » des Meilleurs Bienfaiteurs d’une Humanité désormais tellement Plus Forte sans Les Peuples devenus bizarrement trop faibles aujourd’hui.. les « éternels coupables » pourrait-on dire… somme toute les seuls légitimes à punir.. TOUJOURS!

Djea Sgc
Plus de 35 h alors qu’il n’y a pas de travail, que les seniors et les jeunes souffrent du chômage !!!
Ah ils savent gérer les solfériniens !!! Encore un exemple :
« François Hollande est sympa, il vient de me donner 49 017 euros ou plutôt il m’a permis de déduire cette coquette somme de mes impôts. Je ne comptais pas dessus. Mes affaires marchent très bien, merci. Je paye déjà mes salariés bien au-dessus de la moyenne de mon secteur. J’ai refait mes banquettes, mon chauffage…
Je ne fais pas d’export et ne compte pas en faire. Je paiera 591 153 euros d’impôts à titre personnel cette année. Bref, je n’en avais pas besoin, mais un petit billet de 50 000 c’est toujours bienvenu. Franchement merci, François  »
Hollande.http://rue89.nouvelobs.com/2014/07/05/cice-hollande-vient-faire-cadeau-50-000-euros-253467

Marco Nour
« Plus de 35 h alors qu’il n’y a pas de travail, que les seniors et les jeunes souffrent du chômage !!!
Ah ils savent gérer les solfériniens !!!  »
Juste remarque sauf que cela n’a strictement rien à voir avec les « solfériniens » Aucune réforme du temps de travail n’a été faite depuis 2012, sauf… la fin de la défiscalisation et de l’exonération des charges patronales sur les HS.
Cette mesure de Sarkozy encourageait les HS au détriment des :
– jeunes non embauchés
– intérimaires dont le contrat n’était plus prorogé.
– des seniors de +50 ans poussés vers la sortie.
La suppression de cette mesure a donc plutôt eu pour effet de faire moins d’heures supplémentaires.
Votre exemple suivant est de la pure intox.

Djea Sgc
De l’intox ? il s’agit d’un restaurateur parisien qui a fait un article sur Agoravox! Pourquoi la vérité vous dérange-t-elle ? Vous avez des infos concernant « l’intox » ?
Je viens de trouver la liste de ses restaurants à Paris, très facile à trouver !
Téléphonez-lui il vous dira si c’est bien lui qui a écrit l’article ! croyez-vous que cet homme aurait laisser un imposteur écrire n’importe quoi à son sujet ?
==========================================
« L’aide au patronat ne créera pas d’emplois »
LE MONDE | Benjamin Coriat (Professeur de sciences économiques à l’université Paris-XIII, cofondateur des Economistes atterrés)
4468039_3_54a9_francois-hollande-au-vieil-armand_920d6fd863b6c0dfd3525c2b934225e1
François Hollande, au Vieil-Armand (Haut-Rhin), le 3 août.
Alors qu’au sommet de l’Etat la crise fait rage, il est sans doute utile de revenir sur certains des fondements des oppositions qui se sont cristallisées ces derniers jours. Une question-clé qui traverse ces oppositions est celle de savoir si le pacte de responsabilité a une chance de réussir. Peut-on faire confiance aux patrons pour, en contrepartie des 41 milliards promis, relancer l’investissement et l’emploi ?

Si l’on se base sur les résultats d’une récente enquête sur la distribution des dividendes, la cause est entendue. L’évidence le clame : le « civisme » économique des patrons est pour le moins sujet à forte caution. Avec l’augmentation de 30,3 % sur un an des rémunérations distribuées aux actionnaires, la France est le pays qui, en Europe, a versé le plus de dividendes, et l’Europe a elle-même été la zone la plus prodigue de la planète.

Dans ce contexte, les exhortations lancées aux patrons par les ministres socialistes, à commencer par le premier d’entre eux, à « investir » pour relancer l’économie, alors que la courbe d’investissement reste plate et même négative (– 0,8 % au deuxième trimestre), ont quelque chose de pathétique…

L’EMPLOI ET L’INVESTISSEMENT, DES VARIABLES D’AJUSTEMENT

Tout laisse à penser que cette supplique ne changera rien. Les niveaux actuels de distribution de dividendes ne font que renouer avec des niveaux déjà connus par le passé. Dans les grandes entreprises, à commencer par celles du CAC 40, les patrons, leurs actionnaires, n’en sont pas à leur coup d’essai. Pour ce qui est des PME, bien moins florissantes, les exhortations gouvernementales n’auront pas plus d’effet. La part de la manne qui leur revient, souvent très faible, n’est pas à même de leur permettre d’investir.

Les raisons de cette situation sont multiples. La principale est que, dans une économie dominée par la finance, tout se passe comme si nous avions basculé dans une économie de « dividendes minimum garantis » où l’emploi et l’investissement jouent le rôle de variables d’ajustement. Au théorème Barre-Schmitt d’antan, « les profits d’aujourd’hui sont les investissements de demain qui sont les emplois d’après-demain », s’est substituée la nouvelle loi de la finance selon laquelle « les licenciements d’aujourd’hui sont les profits de demain et les dividendes d’après-demain ».

Quant aux banquiers supposés financer l’investissement, pourquoi ne participeraient-ils pas à la fête ? Lorsque les taux de rémunération du capital placé sur les marchés financiers atteignent les niveaux d’aujourd’hui, pourquoi prêteraient-ils aux entreprises qui ont besoin de liquidités ? Quel banquier choisira une rentabilité du capital de plusieurs points inférieure à celle que lui procurent ses placements financiers ?

« BON VOULOIR DES PATRONS »

Alors faut-il incriminer les patrons ? Oui, sans aucun doute. L’indécence dont ils font montre atteint aujourd’hui des sommets. Mais il faut aller au-delà. Et poser la vraie question : que faut-il penser d’une politique économique dont l’axe central repose sur des transferts unilatéraux de ressources aux entreprises, une politique qui en saignant le pays à coups de coupes budgétaires s’en remet, pour ce qui est de l’emploi, au « bon vouloir des patrons » ? Là est l’erreur majeure. Dans une économie financiarisée, il n’y a pas à attendre des patrons un autre rôle que celui pour lequel ils ont été placés à la tête des entreprises par les actionnaires : dégager des profits et les « rendre » sous la forme de dividendes.

Dans un tel contexte, la seule politique économique dotée d’une chance de succès est celle qui, au contraire de celle promue aujourd’hui, créerait les conditions d’une relance de l’investissement en articulant une politique de la demande et une politique de l’offre basée sur des investissements publics. Seule une telle politique est aujourd’hui à même de relancer l’emploi en offrant aux entreprises ces débouchés que des années d’austérité ont fortement réduits. Pour une majorité de patrons, le non-investissement s’explique d’abord par l’insuffisance de la demande. Les carnets de commandes sont désespérément vides. Et ce n’est pas un mieux de trésorerie qui se traduira par une reprise.

Précisons encore, car ce point n’est pas mineur, que la politique de relance de l’investissement public, que nous appelons de nos vœux pourvu qu’elle soit appliquée à la transition écologique, permettrait de surcroît de garantir l’avenir en faisant face à la fois à la crise économique et à la crise écologique.

Oui, il y a un cynisme insupportable des patrons qui, sans vergogne, se distribuent la valeur ajoutée, plutôt que d’investir. Mais il y a aussi une politique économique totalement aveugle aux réalités qui met notre avenir entre les mains de la finance.
=================
Commentaires

oiseau moqueur
Bien sûr, il faut donc augmenter encore les impôts et les cotisations sociales et ouvrir des ateliers nationaux; du même coup on résoudrait la question du chômage et celle des activités périscolaires.

Max Lombard
@Benjamin Coriat on sent dans vôtre propos que vous avez beaucoup travaillé dans les secteurs productifs de l’économie…

M. Fallet
Clair et lucide. Supposer que les patrons seraient porteurs de l’intérêt collectif est une hypothèse qui n’a jamais été démontrée. Elle l’est d’autant moins aujourd’hui que les profits qui est leur véritable objectif peuvent être accumulés autrement que par la voie de l’investissement productif.

JD
Ce qui est sûr c’est que mes impôts aident à payer ce professeur. Et ne lui en déplaise je suis entrepreneur et n’émarge pas au budget de l’Etat. Mais merci pour la leçon très théorique et sans incidence pratique. Idéologie quand tu nous tiens…

Eric Thuillier
Bon, on commence par supprimer la Bourse. Ensuite on fait supporter aux seuls patrons tout le poids de confortables Assedics afin que le patronat n’ait d’autre choix que d’embaucher plutôt que de payer des gens à ne rien faire… Car l’ennemi du système c’est l’employé du balayeur au directeur. C’est une purge stalinienne du capitalisme, le zéro et l’infini. Pour fonctionner notre économie a besoin de plus de consommateurs que de producteurs. Et la machine à tuer les emplois s’emballe…
==============================================
35 heures – Lionel Stoléru : faut-il laisser la main aux partenaires sociaux ?
Le Point –

L’ancien ministre est favorable à ce que les accords entre partenaires sociaux prennent le pas sur la loi. À condition de prévoir des garde-fous.
Négociations entre syndicats et patronat au siège du Medef à Paris le 28 janvier. Négociations entre syndicats et patronat au siège du Medef à Paris le 28 janvier. © Fred Dufour / AFP
par-2804893-jpg_2434883_652x284
L’idée évoquée par Emmanuel Macron de ne pas appliquer la loi des 35 heures lorsqu’il y a accord d’entreprise reprend un thème que j’avais évoqué publiquement lorsque j’étais secrétaire d’État au Travail : celui de « lois biodégradables ». De quoi s’agit-il ? Il s’agit de légiférer sur un sujet d’intérêt général en stipulant que la loi ne s’applique qu’en l’absence d’accord contractuel. S’il y a accord, celui-ci prévaut sur la loi.

Idée révolutionnaire ? Certainement pas puisqu’elle s’applique, à la satisfaction générale, pour les contrats de mariage. Une loi existe, définissant un régime général de communauté réduite aux acquêts, mais, si cela ne convient pas aux mariés, ils peuvent signer un autre contrat devant notaire, qui remplace la loi. Cette idée n’est en somme que l’expression de l’adage selon lequel il ne faut pas faire le bonheur des gens malgré eux : qui, mieux que les intéressés, peut savoir ce qui leur convient ? Laissons-les donc faire eux-mêmes leur bonheur !

Mais, comme chacun sait, le diable est dans les détails, et la mise en pratique d’une telle idée demande une analyse un peu plus fine que l’exposé théorique.
Pour responsabiliser les syndicats…

Dans le domaine social, il faut avoir un peu d’expérience pour comprendre comment cela marche. Prenons un exemple (récent) parmi d’autres, celui du régime de formation professionnelle. L’État dit : cela ne marche pas, je demande aux partenaires sociaux de négocier un système plus satisfaisant. Les partenaires sociaux se réunissent, trouvent un accord, et le soumettent à l’État qui met un point d’honneur à ne pas changer une virgule et le transforme en loi. Le contrat est devenu une loi, c’est dans ce sens que le système fonctionne.

Ou, plus exactement, quand il fonctionne bien. Car, très souvent, les partenaires sociaux ne parviennent pas à un accord, ou, pire encore, ils pourraient y parvenir, mais ils préfèrent ne rien signer et « passer la balle à l’État » pour qu’il prenne la responsabilité de légiférer sans accord, ce qu’ils pourront alors critiquer à loisir. Ce petit jeu est bien connu.

Imaginons maintenant l’autre système. C’est l’État qui « tire le premier » en légiférant, mais il prévoit dans la loi que celle-ci ne s’appliquera pas dès lors qu’il y aura un accord différent entre les partenaires sociaux, que ce soit au niveau national, de branche ou d’entreprise. Le jeu change totalement ! Les partenaires sociaux ne peuvent plus critiquer la loi puisque, s’ils trouvent mieux, ils peuvent s’en exonérer : la balle passe chez eux. C’est ce que suggère Emmanuel Macron pour la loi sur les 35 heures, mais cela peut évidemment s’appliquer au travail du dimanche, aux intermittents, aux seuils sociaux, bref, à toute l’organisation sociale.

Bien, mais lorsque j’avais lancé cette idée, les partenaires sociaux avaient eu la même réaction qu’en ce moment, comme vient de le rappeler la CFDT, pour les 35 heures : « pas question ». Pourquoi ? Pas parce qu’on diminue leur rôle, puisque, au contraire, on leur donne un nouveau pouvoir essentiel : celui de remplacer la loi.
… et les mettre au pied du mûr !

Si un syndicat responsable comme la CFDT s’y oppose, c’est qu’il doit y avoir une vraie raison. Et il y en a une : l’absence de représentation syndicale digne de ce nom dans un très grand nombre d’entreprises. Dès lors, qui peut représenter les salariés pour signer un accord avec le patron ?

Je me suis toujours élevé contre les jérémiades antisyndicales d’une partie du patronat. Formé à l’école d’Antoine Riboud, j’ai toujours pensé au contraire que le dialogue sincère avec les syndicats est nécessaire et fructueux. Le drame de notre pays, comparé à l’Allemagne, est le très, très faible pourcentage de syndicalisation dans l’entreprise qui empêche de prévenir les conflits par le dialogue permanent et la négociation. Faut-il rappeler qu’un syndicaliste n’est pas nécessairement un anarchiste, mais plus généralement quelqu’un qui accepte de consacrer à autrui une partie de son temps ?

Et, évidemment, compte tenu de cette carence, la nature ayant horreur du vide, la tentation est grande d’organiser un « syndicat maison » avec qui le chef d’entreprise pourra s’exonérer des lois sociales grâce à un pseudo-accord d’entreprise.

À l’époque, je m’étais rendu à ces arguments, et je n’avais pas poussé plus loin ces propositions. Aujourd’hui, dans la crise profonde que nous traversons, je pense qu’il faut rouvrir ce dossier avec les syndicats. Une solution pourrait être, pour éviter le détournement d’un tel dispositif, d’exiger un double accord paritaire : au niveau de la branche, où la représentativité syndicale est réelle, et au niveau de l’entreprise. D’autres solutions existent sans doute : cela vaut la peine d’en discuter.

On parle beaucoup de la flexibilité : aurons-nous le courage de nous en donner les moyens ?
==========
Commentaires

cos69
Stop !
C’est le contraire qu’il faut faire. Ces grandes messes avec les syndicats ne mènent à rien depuis 50 ans, il n’en est jamais rien ressorti de bon. Il faut absolument dans ce pays casser le monopole syndical des communistes, redonner la liberté aux salariés de former de nouveaux syndicats. Il faut arrêter de subventionner les syndicats avec de l’argent public, ils doivent vivre de l’argent de leurs cotisants. Il faut aussi arrêter de payer les délégués syndicaux avec l’argent public.

charlin
Pourquoi pas ? ?
j’irais plus loin :
on supprime l’Assemblée Nationale, le Sénat, et on arme les syndicats : que le meilleur gagne…
. Si la paix sociale est à ce prix ?

curieux37
L’accord sur la formation professionnelle…
Est une illusion… Sans efficacité sur la formation… Et tout le monde semble content
la flexibilité ? Au maximum du négatif en ce moment, 85% des embauches se faisant sous régime CDD ou intérim
il faut lié flexibilité et formation afin de pouvoir simplifier le contrat de travail en CDI, faire que l’entreprise puisse licencier plus facilement, soit ceux qui ne répondent pas à ses besoins, soit dans les périodes de fortes « sous charges » mais avec comme corrolaire l’entrée en formation des dits licenciés pour maintenir leur employabilité, voire accompagné des réelles reconvertions
c’est l’unique solution pour que tout un chacun accepter de modifier le CDI, actuellement frein à l’embauche… Et favorisant de cet fait le « salarié » jetable, mal formé, pas impliqué dans l’entreprise et sans horizon personnel autre que les contrats à la semaine…
il faut impérativement que patronat et syndicats s’entendent sur ce points… Il est plus important que le détricotage de 35 heures…
j’ai la naiveté de penser que nombre de chômeurs prendront les jobs… À 39 heures si payés correctement et même avec un CDI moins protecteur pour le job en tant que tel, mais porteur d’avenir en accompagnement de l’individu en cas de rupture de contrat

René 88
Faible syndicalisation ?
Bien sur car on est face à des syndicats hyper politisés (à gauche). Il faut d’abord faire sauter le verrou des syndicats censés être représentatifs. Le paysage sera alors plus ouvert (et surtout plus démocratique), et le taux de syndicalisation pourra remonter.

==============================================
Schäuble salue l’action du gouvernement français devant le Medef
Reuters par Jean-Baptiste Vey

2014-08-28T194725Z_1007180001_LYNXMPEA7R0ZK_RTROPTP_3_OFRTP-FRANCE-SCHAUBLE

Le ministre des Finances allemand Wolfgang Schäuble était en visite jeudi à Paris. Lors d’une intervention à l’université d’été du Medef, il a salué les réformes économiques menées par le gouvernement français et invité les chefs d’entreprise à les soutenir, tout en conseillant à la France d’améliorer le fonctionnement de son marché du travail. /Photo prise le 28 août 2014/REUTERS/Charles Platiau

Reuters/Reuters – Le ministre des Finances allemand Wolfgang Schäuble était en visite jeudi à Paris. Lors d’une intervention à l’université d’été du Medef, il a salué les réformes économiques menées …plus
JOUY-EN-JOSAS Yvelines (Reuters) – Le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble, a salué jeudi les réformes économiques menées en France et invité les chefs d’entreprise à les soutenir, tout en conseillant à la France d’améliorer le fonctionnement de son marché du travail.

Devant des centaines de chefs d’entreprise réunis à l’université d’été du Medef, première organisation patronale française, il s’est dit certain que le cap du gouvernement français était le bon et que le pays en sortirait renforcé.

Il a balayé d’un revers de main ce qu’il considère comme des fausses solutions aux problèmes économiques en Europe: la manipulation du niveau de l’euro, une politique monétaire laxiste ou l’abandon des règles de sérieux budgétaire.

« Je n’ai aucun doute là-dessus: la France va suivre la bonne voie en matière de politique économique et budgétaire, elle en sortira plus forte », a-t-il déclaré en français.

Face aux « défis majeurs » auxquels la France est confrontée, « je salue et je soutiens le pacte de responsabilité du gouvernement français. Ce pacte va renforcer la France et ce pacte va donc renforcer l’Europe », a-t-il dit.

Aux côtés de son homologue français, Michel Sapin, il a jugé que « Michel est le garant d’une solide politique budgétaire ».

Les réformes structurelles « ne sont pas des obsessions comme certains ont pu le dire récemment », a-t-il dit, une allusion à peine voilée aux critiques envers l’Allemagne du ministre de l’Economie Arnaud Montebourg remplacé à ce poste mardi par Emmanuel Macron, mais une des clés de la reprise économique.

Prônant des réformes du marché du travail pour relancer l’économie française, il a invité la France à améliorer la façon dont elle mène le dialogue social.

PAS D’ALTERNATIVE AUX RÉFORMES

« Une culture du partenariat entre salariés et employeurs est nécessaire », a-t-il dit, en invitant le patronat à comprendre la difficulté des réformes pour le gouvernement: « c’est facile de demander des réformes structurelles, c’est difficile de le faire comme homme politique en responsabilités ».

« Je veux dire aux employeurs français que leurs homologues allemands ont toujours soutenu les réformes que nous avons conduites dans la dernière décennie, même quand elles n’allaient pas assez loin à leurs yeux. S’il vous plait, faites-en autant. »

Il n’y a selon lui pas d’alternative aux réformes.

« Nous ne devons pas considérer la politique monétaire comme substitut aux réformes », a-t-il dit, et « la manipulation des taux de change n’a encore jamais conduit à une croissance durable ».

De même, « le débat sur l’assouplissement du pacte (de stabilité européen NDLR) est extrêmement dangereux. Nous pourrions là gâcher la confiance dans la politique de réforme ».

Résistant aux demandes de l’aile gauche du Parti socialiste, l’exécutif français ne souhaite pas remettre en cause ces règles mais, probablement incapable de tenir son engagement de ramener le déficit public à 3% du PIB fin 2015, il demande qu’elles soient appliquées avec souplesse, en raison de la panne de croissance en zone euro et d’un niveau très bas d’inflation.

Le niveau de l’euro, qui a baissé ces dernières semaines pour s’établir jeudi à environ 1,318 dollar, est quant à lui toujours jugé trop élevé par les responsables français.

Au lendemain d’un appel de Manuel Valls à l’union entre le pouvoir politique de gauche et les entreprises pour sortir de la stagnation économique et du chômage, Michel Sapin a défendu l’agenda de réformes du gouvernement.

« Hier des déclarations d’amour vous ont été faites, il m’appartient aujourd’hui de vous donner quelques preuves d’amour », a-t-il dit.

Il a assuré que l’intégralité des baisses du coût du travail et des prélèvements sur les entreprises annoncées seraient mises en oeuvre, ainsi que les économies en dépenses publiques, et a promis d’empêcher à l’avenir les mesures fiscales rétroactives.

L’Etat prend ses responsabilités, « je vous fais confiance pour prendre les vôtres », a déclaré Michel Sapin.

===================
Commentaires

ybug •
attends Schäuble, te fais pas niquer par les belles paroles de Manuel qui n’a encore rien fait depuis qu’il estnommé
Du baratin, on te dis !

mocso •
………….MONSIEUR PETITS DRAPEAUX ….IL A PAS L’AIR KON.
…………..L’ARGENT EST LE POUVOIR SUPREME SUR TOUT . MEME SUR LA POLITIQUE. ET CA SE CONFIRME !…LES COMMUNARDS DE GAUCHE VONT ETRE CONTENTS. C’EST UNE POLITIQUE UMPS…DROITE/GAUCHE LES FRANCAIS N’EN VERRONT PAS LA…

Teophile •
En somme, le ministre allemand des finances juge en lieu et place des patrons Français. C’était bien la peine de #$%$ les fridolins dehors en 45.

patricia •
Les patrons allemands ne sont pas des voyous comme les nôtres !

brigitte •
Le peuple Allemand le déteste comme la peste le salopard !

DeGaule •
on s’en fout de l’opinion de ce mec; ici on est en France .

Isaac Ebole •
Quand l’élève (France) a besoin de la remarque bienveillante de maître (l’Allemagne), on peut être content. Mais est-ce suffisant? Le réalité est toute autre…

Gaby •
Le « vrai » Socialisme a connu son apogée en URSS. Laissez mourir cette doctrine bisounours néfaste. La réalité est qu’il y a 7 milliards de personnes sur cette Terre prêtes à tout pour survivre. Vos préoccupations égalitariste de répartitions des richesses, elles s’en tamponnent le coquillage.

marc •
Les allemands n’ont pas des syndicalistes comme les nôtres, et ça change tout, leurs syndicalistes sont des gens responsables qui pensent au pays pas à leur petite magouilles comme les nôtres.

brigitte •
c’est vrai… mais Schäuble est un voyou , salopard ! Il va se très bien entendre avec le nouveau Macron !

Paternoster •
Maquereau ….oui !

Music •
@ Marc
C’est vrai les Allemands pensent ….pas toujours bien…..mais ils savent obeir…. Heil

mat •
@Marc: dans ton message, tu peux remplacer  »syndicalistes » par  »patron », ca marche aussi.

Rob •
Montebourg, Hamon, Melenchon ce qu’ils voient c’est démagogique, continuer à arroser les politiques avec des salaires indemnités, continuer à embaucher et arroser les fonctionnaires une bonne partie à rien faire que regarder les autres travailler, continuer à donner toujours plus à ceux qui ne… Plus

Fiches pratiques

Laisser un commentaire

Les avantages des ministres (et des ex-ministres)
Publié par Rita Santourian
1827464-focus-wide
Les avantages des ministres (et des ex-ministres)

Alors qu’Emmanuel Macron et Patrick Kanner, les nouveaux arrivés aux gouvernement avec la promotion Valls II, endossent leurs nouvelles responsabilités de ministre, ils acquièrent également avec cette fonction une série d’avantages. Voici les détails.

Un salaire de 10 000 à 14 000 euros

En arrivant au pouvoir, François Hollande a baissé son salaire ainsi que celui de ses ministres de 30%. Aujourd’hui, un ministre touche 9940 euros bruts par mois, et 14 910 euros pour le Premier ministre.
En plus de ce salaire s’ajoutent de nombreux avantages en nature.

Les avantages en nature : transports, sécurité

Les ministres peuvent, durant leur mandat, un accès gratuit au réseau SNCF. Ils peuvent donc prendre les transports gratuitement, et en première classe. Ils bénéficient également de la prise en charge de leurs déplacements aériens, d’une voiture de fonction avec chauffeur, de la mise à disposition de voitures. Leurs dépenses téléphoniques et postales sont également prises en charge.
Pour assurer leur sécurité, les ministres sont accompagnés d’un nombre de gardes du corps variables selon leurs fonctions. Dans les petits ministères, un ministre peut n’avoir qu’un seul garde du corps alors que le ministre de la Défense et le ministre de l’Intérieur peuvent être accompagnés d’une vingtaine de policiers.
Le Premier ministre quant à lui bénéficie d’un groupe de sécurité spécifique avec plusieurs dizaines d’agents dont trois gardes du corps permanents.
Le logement de fonction

Les ministres peuvent également, mais sous conditions, bénéficier d’un logement de fonction. Le Premier ministre, lui, bénéficie d’office d’un logement de fonction à Matignon.
Les autres ministres peuvent bénéficier d’un logement de fonction mais à condition de ne pas avoir déjà un logement en région parisienne. Par ailleurs, la superficie du logement est limitée à 80 m² plus 20 m² par enfant.
Et les ex-ministres ?

S’il n’a pas vraiment de retraite à proprement parler, un ministre à la retraite garde quelques avantages. Ainsi, il perçoit l’intégralité de son salaire jusqu’à six mois après son départ s’il n’occupe pas un autre emploi rémunéré pendant cette période.

Par ailleurs, s’il peut dire adieu à son logement de fonction et à la gratuité du réseau SNCF en première classe, il est d’usage que le Premier ministre bénéficie à vie d’une voiture avec chauffeur, d’une secrétaire et d’un garde du corps. Une protection rapprochée chiffrée par la Cour des comptes à 71 879 euros par an.

D’autres ministres d’Etat comme le ministre de l’Intérieur, de la Justice, de la Défense, ou encore, des Affaires étrangères peuvent également bénéficier de tels privilèges, mais aucun texte ne régit leur attribution et le gouvernement reste silencieux sur le sujet…
=====================
commentaires

popole • il y a 11 heures
quel outrage ils n’y a que les arabes les noirs et les roms qui ont le droits à tout toi le vrai français qui a travaillé toute sa vie tu n’as le droit à rien que les yeux pour pleurer pauvre france

saperlipopette2014
>popole •
Jamais nous n’avons vu dans le passé autant de gabegies. Jamais des gouvernants hormis le précédent n’ont déployé autant d’énergie pour allumer des allumettes pour allumer le feu..

Blackmonday •
LAMENTABLE ET NOUS ON CREVE AVEC 800 EUROS PAR MOIS.

Caballé •
C’est incroyable j’ai travaillé 43 ans dans divers métiers, charcutier apprenti, soudeur, chauffeur SPL, conducteur de travaux, directeur d’usine; j’ai également déménagé pour toujours évoluer dans ma carrière, re-déménager parce-que des financiers avaient besoins de moi et trois ans après ils m’ont viré comme un chien, j’ai retrouvé du boulot dans tout autre domaine (mécanique de précision) et patatras de nouveau au chômage, et à ce jour je suis en retraite avec 50% DE MON SALAIRE, alors effectivement je trouve que c’est un scandale de voir nos politiques nous narguer avec notre argent.

saperlipopette2014
>Caballé •
Nous pouvons craindre que le grand chambardement soit pour bientôt.

lumisiku52 •
Comment osent-ils nous serrer la ceinture à outrance alors qu’ils se gavent allégrement même quand ils ne sont plus au gouvernement!
Pauvre Français que nous sommes, nous allons subir ce gaspillage pendant combien de temps????
Chez les gouvernants, il y a une montagne d’économies à faire mais jamais ils n’en parlent ni eux ni les médias…..Nous ne sommes plus en République mais dans une parfaite royauté!

pacha19 •
Pourquoi les chiffres datent-ils de 2011 ? N’y a t il pas eu de journalistes assez courageux pour faire une enquête en 2012, alors que M. Hollande avait promis « Moi Président, je serais clair sur mes indemnités et celle de mon gouvernement ?

vincentien •
Vite tous dans la rue pour dégager ses inutiles ….

25pier25 •
Cela fait des mois que vous gueulez !!Vous n’avez pas encore compris que cela ne sert à rien; et encore,on découvre tous les jours de quoi vivent tous ces clampins.Qu’attendez-vous pour agir????? descendez dans la rue bon sang …..!!!!!

saperlipopette2014
>25pier25 •
Vous pouvez craindre car cela va venir.!!! Cela ne sera certeinement qu’une descente pacifique dans la rue, la France est à cran !!!! Hélas.

fantarina2009 •
c’est vraiment degoutant c’est bien ce que tout le monde dit la place est bonne. ils ont en rien à faire de nos tronches je crois que jamais que l’on sera sur le meme pied d’égalité; en 2017 envers qui je vais voter? ils sont tous là pour l’argent .

saperlipopette2014
>fantarina2009 •
Pour des individus qui n’ont jamais exercé de pouvoir. !! Il faut vraiment y penser pire c’est impossible.

pacha19 •
En plus, la mesure de baisse des salaires annoncée par François Hollande a été retoquée par le Conseil Constitutionnel qui la juge anti constitutionnelle… mais pour dire ce mensonge vous avez les chiffres 2012, étonnement ???

saperlipopette2014
>pacha19 •
sauf pour tous ceux qui ne sont pas au pouvoir. Le conseil constitutionnel devrait n’être que bénévole, ils ne sont pas élus par le peuple, s’ils veulent en faire partie ce doit être gratuitement. Encore de bonnes économies.

William.becart0000005916 •
Putain avec tous les changements ils vont nous coûter un Max ses guignols le changement c’est maintenant Nullande vive le PS !!!!’

tutu81 •
SCANDALEUX, en plus ils se foutent de nous petit Français avec un revenu de 1120€ pour les smicards et 850€ pour les retraités qui ont travaillé avec acharnement toute une vie, quand va-t-on se révolté refaire un petit 8 Mai.
Vivement 2017 que tout cela soit chamboulé
==================================================
Salaires des politiques : combien gagnent-ils vraiment ?
Publié par Maëlle Boudet

-
Depuis qu’ils ont choisi de baisser leur salaire, François Hollande et Jean-Marc Ayrault se retrouve loin d’être les fonctionnaires les mieux payés de l’Etat. Mais combien ça gagne un élu ? Président, ministre, député, sénateur, maire… Planet.fr vous dit tout.

Le président de la République et le Premier ministre gagnent 14 910 euros bruts par mois

Après refus du Conseil constitutionnel, le chef de l’Etat et le chef du gouvernement ont finalement réussi à revoir leur salaire à la baisse. Ils gagnent désormais 30% de mois que sous l’ère Sarkozy.
Chaque mois, François Hollande et Jean-Marc Ayrault touchent donc 14 910 euros bruts, soit 12 696 euros nets. Cependant, à cette somme s’ajoutent de nombreux avantages en nature, tels que le logement de fonction, la voiture avec chauffeur, ou les résidences secondaires de l’Etat.
Les membres du gouvernement gagnent 9 940 euros bruts par mois

Tout comme le salaire du président de la République et du Premier ministre, le salaire des ministres a été raboté de 30%. Les ministres touchent donc désormais 9 940 euros bruts par mois, soit environ 7 500 euros nets, et les secrétaires d’Etat récupèrent 9 443 euros bruts par mois, soit environ 7 000 euros nets par mois.

-
Dans le gouvernement Ayrault, tous les membres touchent le même salaire de 9 940 euros bruts par mois puisqu’il n’y a pas de secrétaires d’Etat, seulement des ministres et des ministres délégués. Ils profitent par ailleurs de certains avantages, tels que le logement de fonction, le service de sécurité, les transports en train et en avion, ou encore la voiture de fonction…
Les députés et les sénateurs gagnent 7 100 euros bruts par mois

Chaque parlementaire bénéficie d’une indemnité de 7 100 euros bruts par mois, soit environ 5 388 euros nets, incluant également l’indemnité de résidence et de fonction.

-
Ils profitent aussi des « frais de mandat », servant à régler les dépenses qui dépendent du mandat de l’élu, à régler les salaires des collaborateurs et à payer les déplacements par exemple.
Si un député ou un sénateur occupe plusieurs mandats à la fois, il ne peut additionner des indemnités que dans la limite d’un plafond défini : pas plus de 2 757,34 euros pour les mandats locaux.

Les députés européens gagnent 7 956,87 euros bruts pas mois

Les députés de l’Union Européenne touchent tous la même somme depuis les élections européennes qui se sont déroulées en 2009. Ainsi, en 2011, chaque eurodéputé touchait 7 956,87 euros bruts par mois, soit environ 6 200 euros nets.

1339531-inline
Mais à leur salaire s’ajoutent plusieurs indemnités : pour frais généraux, pour voyage, et une indemnité journalière.

Les maires, conseillers généraux, régionaux touchent un salaire dépendant du nombre d’habitants de la collectivité
Tous les maires, tous les conseillers généraux et tous les conseillers régionaux ne sont pas logés à la même enseigne, et reçoivent un salaire différent selon le nombre d’habitants situés dans leur collectivité.
1339532-inline
Ainsi, par exemple, le maire d’une commune de 10 000 à 19 999 habitants touchent une indemnité brute mensuelle de 2 470,95 euros. Même somme pour un conseiller général d’un département de 1 million à 1,25 million d’habitant.
[Décret n° 2010-761 du 7 juillet 2010 portant majoration de la rémunération des personnels civils et militaires de l’Etat, des personnels des collectivités territoriales et des établissements publics d’hospitalisation ]
==========
commentaires

bollet
Si je vous demande le salaire d’un maire d’une petite commune c’est pour vous dire qu il n’atteind pas les 1000 euros il tourne autour des 650 euros par mois.
Sans aucune aide extèrieure, j’entends par là pas de voiture de fonctions pas de vacances offertes…. rien que son salaire et là dessus il doit faire vivre sa commune.
Monsieur Le Maire que je connais bien travaille il exerce une profession très difficile et qui rapporte très peu voir rien du tout car il ne fait pas 35 heures mais 70 voir 80 par semaine et là dessus s’ajoute son mandat de Maire . Jamais il ne se plaint bien au contraire, sa devise , un pas devant l’autre on avance brique par brique le mur se construit.
C est ce qu’il fait quand il y a des dégâts dans la commune il relève ses manches et il n’hesite pas à prendre une pelle, une truelle, un pinceau et il s’y met pas de main d’oeuvre à payer c est lui qui paie de ses mains et de son temps!
Croyez vous que beaucoup d’élus prennent le temps de s’occuper d’un chantier?
Pourtant il est toujours présent pour recevoir les demandeurs d’emplois, les demandes de logements, les réclamations pour ceci cela et ils cherchent des solutions et il trouve pas toujours malheureusement mais il cherche.
Seulement ces élus là ne sont pas nommés, ne sont pas connus ni reconnus mais si dans chaque commune petite, moyenne ou grange, l’élu y mettait du sien , ne croyez-vous pas qu il se sentirait plus proche de ses électeurs et plus proche du combat à mener pour réduire les dépenses publiques?

mag18
La cravate ne sert qu’à rassurer celui qui la porte, de la place qu’il s’octroie dans la société
Pourquoi parle-t-on de salaires??? Il me semble que les politiques touchent des indemnités !!!
Plus facile pour nous voler, car il n’y a pas de grille … des indemnités

jc07
Une honte de vouloir maintenant s’attaquer aux retraites soit-disant des plus aisés et des classes moyennes: quelle est donc l’âge de la retraite pour toute cette bande de sénateurs qui ne servent à rien, qui coûtent cher au pays et qui cumulent les mandats ( pourtant toujours des promesses électorales le non cumul des mandats?!!)….et puis de plus en plus de députés (qui ne servent pas grand chose non plus qu’à nous voter des lois minables) et de moins en moins de médecins….UNE HONTE

bloomberg
Bonjour,
Il ne faut pas oublier que les deputes ont chacun en plus de leur salaire de 7100€ une indemnite de residence de 175€ (soumis tous les deux à l’imposition)
Ils ont en plus une indemnisation de representation de frais de mandat de 6412€ bruts/mois pour frais face aux diverses depenses (loyer, frais de reception et d’habillement) non imposables.
Sans oublier en AVANTAGES sous forme de credit? destines à remunerer leurs collaborateurs, accès gratuit à l’ensemble des reseaux SNCF en première classe, remboursement des forfaits des 5 lignes telephoniques et d’un abonnement internet.
En resume, le salaire net des deputes est de 11 146€ nets/mois. N’oublions pas qu’ils sont 577. Faites le calcul.
Le gouvernement cherche en ce moment 10 000 millions d’euros. Puisque tout le monde doit participer, pourquoi ne demanderait_on pas aux deputés ou tout autre elus de reduire leur salaire de 10 pourcents?
J’ai le remède car en faisant le calcul rien que pour les députés cela se monte à:
_ 11 146€ multiplies par 577 deputes egal à 6 431 242/mois
_ 6 431 242 multiplies/12 mois egal 77 174 904
mais je crois que le malade ne prendra pas le medicament.

Portrait de Minet33
Ils veulents faire payer les retraités: mon ami 1500 euros net après 38 ans de travail, une fois payé loyer, charges et impôts reste 300 euro/mois pour vivre…Un retraité aisé c’est celui qui a plus de 4000 E/mois plus des biens immobiliers ou autres placements qui lui rapportent de l’argent..ce n’est pas le cas de mon ami…. un problème est il est en découvert et obligé de faire un crédit….. ARRETONS LES CONNERIES SVP

levanicole
je vais tous les plaindre, avec mon petit salaire et tout ce qu ils nous prennent , je voudrais bien echanger avec eux, voiture, maison de fonction, voyages etc;;;;;;;;;; arretez de nous faire pleurer d avoir baisser les salaires de 30 % avec tous ces ministres en plus, cela revient plus cher qu’avant.

comnene
Compte tenu de leurs avantages c’est de l’argent de poche

David
On se fout carrément du peuple et ça va pêter dans peu de temps.
Nos politiques vivent comme des princes tous frais payés. Ils sont pris en charge par des bataillons de fonctionnaires qui les servent comme des barons de l’ancien régime.
C’est facile de taper dans le dos des pauvres en leur déclarant que la vie est difficile et en plus on en rajoute en nous taxant de tous côtés.

patrickR2
je m’en contrefou du moment qu’ils fassent bien leur job… Là c’est une autre histoire… Pour l’heure j’ai pas vu grand chose…
De toute façon ne sera jamais aussi débile que ce que peut toucher un footeux et de plus ils sont tous sous anabolisants et autres drogues . Le sport fou dans une société débile qui ne sait plus que regarder que le salaire du chef de l’état plutôt que de s’occuper de choses beaucoup plus constructives.
La jalousie est un vilain défaut mais pas les prunaux……………… Ouai, je sais; pas terrible mais c’est tout ce que j’ai trouvé !!!
Moi ces salaires me dégoute .

rocquepine
j’espere que SARKO sera battu j’ai 70 ans, c’est la première fois que je vois un président aussi haineux avec les gens, qui ne pensent pas comme lui Moi ma polique c’est mon porte-monnaie , Et SARKO me l’à bien entamé, pendant que lui dépense

16 Septembre 2012 à 00h06
Moi ces salaires me dégoute . pour ceux qui dirige, cela est normal, mais pour les gounaffier qui ne sont plus à la tête de l’état il devrait comme nous aux smic, cela leur montreraient comment il faut faire, pour boucler les fins de mois Mr De COURSSON avait fait une proposition sur des indemnites Mais la personne ne relève. Touche pas à mes sous ces Mrs sont la honte, nous on peut crever. Et ils se permettent de dégoiser sur les autres
=================================================================
Impôts : ces 192 taxes totalement inutiles qu’il faudrait supprimer
Publié par Stéphanie Thibault
1671680-inline
Elles ne rapportent quasiment rien, certaines coûtent même plus cher à collecter que le montant des recettes qu’elles rapportent, ces taxes inefficaces sont dans le viseur de Bercy. Un rapport remis au gouvernement liste ces impôts jugés absurdes et qu’il faudrait supprimer.
Publicité

La France, championne des taxes, et des taxes inefficaces ? Selon un rapport remis au gouvernement par l’Inspection générale des finances, que Le Figaro s’est procuré, il existerait chez nous 192 taxes inefficaces, c’est-à-dire dont le rendement est jugé trop faible. Pire, le coût de collecte de certaines d’entre elles serait plus élevé que les recettes qu’elles permettent d’engranger. L’heure est donc au nettoyage de printemps pour Bercy.

La France, championne de la création de taxes
D’après le rapport de l’IGF, les 192 taxes identifiées et étiquetées « inefficaces » rapporteraient moins de 150 millions d’euros par an. Mises à bout à bout, elles permettent tout de même de récolter 5,3 milliards chaque année, mais beaucoup se révèlent complexes à recouvrer, pour un rendement jugé trop bas. Au menu de ces taxes parfois absurdes, on trouve par exemple une taxe ski de fond, une taxe flipper ou encore une taxe baby-foot…Une situation due à la multiplication des impôts ces dernières années : entre 1998 et 2012 ce sont en effet pas moins de 93 nouvelles taxes qui ont été créées, soit environ 6 chaque année, l’année record étant 2010 avec 19 nouveaux impôts.

Coup de sabre
Face à ce constat, l’IGF propose plusieurs scénarios au gouvernement pour faire un peu de ménage à Bercy. La solution la plus drastique viserait à ne conserver que les 20 ou 30 taxes les plus performantes. Les autres, soit environ 160, seraient purement et simplement supprimées. L’Inspection générale des finances préconise également de « proscrire » la création de nouvelles taxes dont les recettes seraient inférieures à 50 ou 100 millions d’euros. Une spécificité française semble-t-il, puisque chez nos voisins européens, cette situation est beaucoup plus rare : en Allemagne par exemple il n’existe que 3 taxes rapportant moins de 100 millions d’euros par an, et aucune en Grande-Bretagne. L’IGF note également que seules 21% de ces taxes rapportent réellement de l’argent à l’Etat, les autres bénéficient notamment à des opérateurs et des filières économiques. A l’heure où le gouvernement cherche à faire 50 milliards d’économie, un petit toilettage de la machine fiscale parait en effet le bienvenu.
========
commentaires

Dudule32
Ce qui est admirable c’est qu’on ne peut Qu’ajouter les taxes ,sans effort , mais qu’il est pratquement impossible de les supprimer quand on le pourrait

miroh
La raison qui explique ces taxes est toute simple :
Etant le pays le plus taxé, le seul moyen d’ajouter des taxes c’est d’en créer qui ne touchent qu’un petit nombre d’individus afin d’eviter une levée de bouclier… resultat il encaisse moins qu’ils ne dépensent.
Ils ont une excuse : ils passent tous par la meme ecole qui n’est pas celle de la vie.

gigimase
TATA CHRISTIANE A MENTI QUELLE HORREUR A CE POSTE LA C’EST VRAIMENT NUL IL FAUT LA RENVOYER ELLE A FAIT ASSEZ DE RAVAGES ELLE EST A L’IMAGE DE CE GOUVERNEMENT QUE DES MENTEURS . QuAND EST-CE QUE LES FRANCAIS VONT SE REVEILLER ?

Roger Dupont
12 Mars 2014 à 17h37
Est-que par hasard vous envoyez la même critique par circulaire pour n’importe quel sujet? Aucun rapport avec le thème de l’ article.

gigimase
On se croirait revenu au temps des seigneurs: droit de cuissage, des favorites en veux tu en voilà, des impots qui écrasent ceux qui se lèvent le matin pour aller bosser, mais aussi ceux qui ont bossé toute une vie et cotisé, pour faire prospérer la France.C’EST UN HOD UP…. Y en a marre de tous ces bons à rien qui ne savent pas réduire les dépenses, nous on est bien obligé de le faire, mais eux ils profitent de nous.arretez le social et mettez les gens au boulot. c’est sur c’est pas populaire, il y a des emplois, ceux qui refusent il faut leur couper les indemnités et les aides. c’est pas compliqué. LES DEMAGOS Y EN A MARRE ILS NOUS COUTENT CHER.DEHORS TOUS CES PANTINS!…….en plus ce sont des menteurs et des manipulateurs,.

drfouzy
Vous y croyez, vous, que les élus (quelle que soit leur couleur) vont supprimer des taxes ? Faut pas rêver….. Ils vont peut-être juste en changer le nom, tout en l’augmentant… car là ils sont spécialistes ! Mais réduire leur train de vie ça ils ne savent pas faire ! !

jeannin211
Ne vous leurrez pas tout est mis au conditionnel et les élections passées ces taxes n’auront pas disparues !!! Ou alors nous allons être taxés sur les innondations (vu le « battage » fait à la météo depuis décembre) . On connaît les gouvernements que ne feraient-ils pas pour gagner des voix ? Mais les Français ne croient plus à leurs promesses mensongères !

MICHEL
bientôt nous aurons une nouvelle taxe : la taxe sur le nombre d ‘orgasmes !!

REVOLUTION80
Ce qu’il y a de scandaleux dans le scandale, c’est qu’on s’y habitue…
Hé ben Pépère « le tombeur de ces dames »…il va … casquer !
Sinon va falloir réactiver « DORCEL TV » car c’est pas avec notre gouvernement que les français vont prendre leur pied !

Enfin de bonnes pubs…de votre banque ………..

Laisser un commentaire

ATT1 ATT2 ATT3

> Pour les celibataires, voila une belle femme.

Laisser un commentaire

Moi Personnellement je dis «  » bravo à notre justice » » » Enfin…! Il y en a à qui ça va plaire!!!!!!!!!!!
GetAttachment.aspx
> Enfin une réaction de ce juge qui va devoir faire très attention à ses arrières, mais qui redore un peu le blason d’une profession qui n’a plus qu’à suivre !!!!!!!!!!!!!!!
> On y arrive enfin- Mais ça n’a pas fait les gros titres
> ENFIN une bonne nouvelle
> Finalement, de temps en temps, il y a quand même de bonnes nouvelles, non ?
> Rappelez-vous cette magnifique œuvre littéraire, cet ouvrage qui s’intitulait « Nique la France » !
> Et dont l’auteure était cette admirable Houria BOUTELDJA. Eh bien cette poétesse de caniveau vient d’être mise en examen…
> Si, si … C’est une « Première » ! pour « racisme antifrançais » !!!
> …………………….1
Je ne sais pas ce que je donnerais pour voir la tête de la TAUBIRA !!!

Le juge d’instruction de Toulouse a fait signifier sa mise en examen à Madame Bouteldja par son collègue compétent territorialement, c’est-à-dire celui de son lieu de domicile
> Elle sera très probablement jugée par le tribunal correctionnel de Toulouse
> Par ailleurs, la procédure contre le livre «Nique la France » édité par l’association
de Madame Bouteldja dans la même veine de haine anti française est en cours
>
> Source : AFP
A noter que le NPA d’Olivier Besancenot apporte son soutien à Madame Houria Bouteldja !!!!!
>
> C’est la première fois à notre connaissance qu’une plainte pour racisme anti français est portée devant la Justice et déclarée recevablepar un magistrat, dont on salue ici la décision, car elle a valeur de message.
> Soyons attentifs aux jugements et arrêts qui seront prononcés par les tribunaux dans cette affaire : ils feront jurisprudence.
> > Les responsables de l’Institut du Monde Arabe, à Paris,qui emploient Houria Bouteldja, apprécieront sans doute médiocrement ce procès impliquant l’une de leurs employées, qui les place dans une situation assez inconfortable.

Une route dangereuse près de chez vous ? C’est le moment de la signaler‏

Un commentaire

> Avez-vous repéré, sur votre trajet, un nid-de-poule qui tarde à être rebouché ? Un carrefour dangereux qu’il faudrait d’urgence aménager ? Une signalisation incohérente qui induit les conducteurs en erreur et peut provoquer des accidents ?

> C’est le moment de le signaler ! Pour cela, notre association a développé Activ’Route, un site spécialement dédié au signalement des endroits dangereux : rendez-vous ici pour enregistrer votre signalement.

> Cher ami,
> Chaque année, le mauvais entretien des routes provoque des dizaines de milliers d’accidents.
> Les chiffres de la sécurité routière sont formels : dans 40 % des accidents mortels, l’infrastructure routière était en cause.
> Nids-de-poule, chaussée affaissée ou déformée, bitume ondulé, signalisation incompréhensible, marquage au sol effacé… Combien de vies auraient pu être sauvées si les aménagements nécessaires avaient tout simplement été faits ?
> Seulement voilà : les pouvoirs publics préfèrent se défausser sur la vitesse pour camoufler leur propre responsabilité dans les accidents de la route. Les budgets d’entretien des routes nationales ont même été diminués de 25 %, alors que le budget radars, lui, augmente d’année en année !
> Il est temps de mettre les pouvoirs publics face à leurs responsabilités. Lorsque nous payons des impôts, c’est en partie pour que les collectivités s’occupent du bon état de la voirie sur laquelle nous roulons au quotidien.
> La première chose à faire, pour les obliger à entretenir et aménager les routes dangereuses, c’est de leur montrer l’ampleur des dégâts, et leur désigner précisément les endroits où il faut intervenir.
> C’est pour ça que la Ligue de Défense des Conducteurs a lancé Activ’Route, le premier réseau de signalement des endroits dangereux. En cliquant sur le lien ci-dessous, vous arriverez à une carte interactive : il vous suffira de pointer l’endroit dangereux, et nous indiquer de quelle catégorie de danger il s’agit (route dégradée, signalisation incohérente, aménagement routier inadapté, vitesse excessivement basse, danger pour les deux-roues).

CLIQUEZ SUR L’IMAGE CI-DESSOUS POUR DECOUVRIR ACTIV’ROUTE

> Ça ne vous prendra que deux minutes, mais derrière, cela permettra à notre association de faire remonter l’information vers la Préfecture concernée. Et nous continuerons à tanner ses services de la voirie, jusqu’à ce que la réparation soit effectuée !
> C’est un travail de titan pour notre équipe, mais c’est la seule façon d’obliger les pouvoirs publics à vraiment faire leur travail et assurer des routes sûres pour les usagers.
> Alors s’il vous plaît, n’hésitez pas à nous signaler les endroits dangereux que vous rencontrez sur votre route. Pour votre propre sécurité, et celle de tous les autres conducteurs qui emprunteront cette route après vous.
> D’avance, merci, et bonne route !

> Christiane Bayard
Secrétaire Générale

LIGUE DE DEFENSE DES CONDUCTEURS
Stop à la répression absurde Oui à une conduite responsable
23, avenue Jean Moulin 75014 PARIS

Older Entries