La France est sauvée…

Laisser un commentaire

La pédagogie par le dessin

Mesures de simplification : 11 milliards d’euros d’économies attendus

Le Monde
Le secrétaire d’Etat à la réforme de l’Etat et à la simplification auprès du premier ministre, Thierry Mandon, le 29 octobre à l'Assemblée nationale.© AFP / LIONEL BONAVENTURE Le secrétaire d’Etat à la réforme de l’Etat et à la simplification auprès du premier ministre, Thierry Mandon, le 29 octobre à l’Assemblée nationale. Simplification acteII. Le «grand chantier» engagé par François Hollande en2013 franchit une nouvelle étape, ce jeudi 30octobre, avec la présentation à l’Elysée, en présence du président de la République, du premier ministre et de huit membres du gouvernement, d’une nouvelle vague de cinquante mesures, principalement destinées aux entreprises. A cette occasion, le secrétaire d’Etat à la réforme de l’Etat et à la simplification auprès du premier ministre, Thierry Mandon, qui coprésidait auparavant le conseil de la simplification, devait dresser le bilan des premières mesures mises en œuvre depuis un an.

Selon le secrétaire d’Etat, «ce qui a déjà été mis en place a fait gagner 2,4milliards d’euros». Avec ce nouveau volet de simplification, le total des gains, entre 2014 et 2016, devrait se monter à 11milliards d’euros, qui devraient profiter pour 60% environ aux entreprises, pour un quart aux collectivités territoriales, grâce à l’allégement des normes, et pour le reste à l’administration. «Des procédures plus simples et moins longues, ça fait plus de compétitivité», défend M. Mandon.

Les nouvelles mesures de simplification annoncées jeudi portent d’abord sur les procédures d’aménagement et de construction. Objectif: réduire les délais et faire gagner du temps à chaque étape des procédures. Le raccourcissement des délais d’instruction des permis de construire devrait permettre de les abaisser à cinq mois maximum à la fin 2015. Les études d’impact et les évaluations environnementales vont être unifiées, la procédure d’enquête publique allégée. Ces mesures de simplification, qui visent également à accélérer les délais de recours contentieux et à dissuader les recours dits «malveillants», ne manqueront pas de susciter certaines inquiétudes du côté des défenseurs de l’environnement ou de l’urbanisme, qui y verront un moyen d’affaiblir et de contourner les oppositions à des projets susceptibles de menacer les équilibres écologiques ou sociaux.

Obligations allégées

Le deuxième volet vise à faciliter l’embauche et la formation. «Le droit du travail, explique le dossier gouvernemental, prévoit des obligations, destinées à garantir la protection et la sécurité des salariés, qui peuvent se révéler en pratique très difficiles à remplir pour les entreprises.» Ces obligations, souvent non respectées par les entreprises, vont donc être allégées – par exemple en matière de visite médicale, ou de définition des aptitudes ou inaptitudes professionnelles. D’autres visent à faciliter l’embauche des apprentis en modifiant les règles de protection, notamment pour les travaux en hauteur, ou à réduire les délais d’instruction des prud’hommes.

Enfin, le troisième chapitre, dit de simplification de la vie quotidienne des entreprises, devrait notamment ouvrir la voie à une déclaration fiscale unique. Cette «petite révolution» devrait être mise en œuvre dès le 1erjanvier 2016.

D’autres chantiers se poursuivent parallèlement, comme celui de la simplification de la fiche de paie. Ou encore celui de l’application de la règle selon laquelle «le silence vaut accord», qui va se substituer à la règle, vieille de cent cinquante ans, selon laquelle le silence de l’administration vaut rejet. Ce principe vaudra désormais pour quelque 1200 procédures d’autorisation.

« Choc » de simplification administrative : ce que ça va changer pour vous

ADMINISTRATION – Le gouvernement a annoncé ce jeudi une nouvelle série de mesures destinées à faciliter la vie des entreprises et des Français, dans le cadre du « choc de simplification » lancé en mars 2013.

CAF Impôts Secu Vitale

Les Français ont souvent l’impression de crouler sous la paperasse. Photo : AFP

Le choc de simplification passe aussi par des «petites» mesures

Isabelle de Foucaud

La réforme simplifiera le régime des congés d'été des boulangers en leur laissant la faculté d'organiser leurs congés entre eux, sans intervention des pouvoirs publics.

Le «choc de simplification» lancé par le gouvernement devrait générer des gains pour l’économie supérieurs à 11 milliards d’euros d’ici à 2017. Un effort qui passe aussi par des mesures à première vue anecdotiques.

Le gouvernement se réjouit d’avoir lancé une véritable «fabrique à simplifier» pour les trois prochaines années, qui devrait générer des gains pour l’économie supérieurs à 11 milliards d’euros d’ici à 2017. Ce «choc de simplification» repose sur des mesures emblématiques – dont certaines sont déjà en place – déstinées à faciliter la vie des entreprises et des particuliers: simplification de la fiche de paie, facilitation des procédures douanières, développement des possibilités de construction, déclaration des impôts sur mobile, demande de passeport en ligne, dépôt de plainte sur Internet, etc. Un effort qui passe aussi par des mesures dont l’impact peut paraître à première vue anecdotique.

Les congés d’été des boulangers organisés plus librement

La réforme simplifiera le régime des congés d’été des boulangers en leur laissant la faculté d’organiser leurs congés entre eux, sans intervention des pouvoirs publics. Une mesure qui remet en cause une réglementation contraignante qui date de 1790! Ces artisans doivent en effet déclarer en préfecture leurs fermetures annuelles pour congés d’été, sous peine d’une amende qui peut aller de 11 à 33 euros par jour de fermeture non autorisé. La suppression de cette obligation figure dans le projet de loi relatif à la simplification de la vie des entreprises (article 6), en cours de discussion au Parlement. Elle concerne près de 32.000 établissements et quelque 150 000 salariés, qui génèrent un chiffre d’affaires annuel de 10 milliards d’euros.

L ‘apprentissage pour les travaux en hauteur assoupli pour les mineurs

Thierry Mandon, le secrétaire d’État à la Réforme de l’Etat, a annoncé ce jeudi un assouplissement des règles dans l’apprentissage, en particulier pour les travaux en hauteur, aujourd’hui interdits aux mineurs. Sur 4 millions de jeunes âgés de 15 à 19 ans en France en 2012, environ 1.720.000 étaient en formation professionnelle, selon le ministère de la Santé. Certaines taches, en revanche, leur sont interdites «en raison de leur âge, de leur inexpérience en milieu professionnel, de leur immaturité physique et psychologique». Parmi ces travaux, la cueillette des fruits sur un escabeau dans le secteur agricole a fait couler beaucoup d’encre cet été.

La notion de «jour» clarifiée

Afin de «minimiser les risques d’erreurs et de conflits», la définition de la notion de «jour» en matière sociale est en cours d’harmonisation, selon un document de Bercy. Il existe aujourd’hui dans le code du travail quatre définitions différentes de cette notion: jour ouvré, soit un jour effectivement travaillé dans une entreprise ou une administration; jour ouvrable, utilisé généralement pour calculer les congés et qui recouvre tous les jours de la semaine, à l’exception du jour de repos hebdomadaire (généralement le dimanche) et des jours fériés habituellement non travaillés dans l’entreprise; jour calendaire, qui correspond à la totalité des jours du mois; jour franc, qui court de 0 h à 24 h.

La règle «dites-le nous une fois» appliquée

Communiquer 15 fois son chiffre d’affaires chaque année, produire 10 fois un document sur ses effectifs pour l’administration, les entreprises croulent sous la paperasse. D’ici à 2017, le programme «Dites-le nous une fois» évitera aux entreprises de fournir à plusieurs reprises leurs informations d’identité, sociales et comptables. Un volet pour les particuliers est également prévu. Il vise à réduire le nombre d’informations et de pièces justificatives demandées à l’usager dans le cadre de ses démarches administratives en développant les systèmes d’échanges interadministration. Par exemple, depuis janvier 2014, les particuliers n’ont plus à fournir d’extrait d’acte d’état civil pour demander un passeport.

Les «tickets resto» dématérialisés

Le paiement par carte ou téléphone mobile est disponible depuis le mois d’avril, ainsi que l’information sur le solde restant. Il est également possible de disposer d’un titre-restaurant numérique. Le gain estimé pour les entreprises s’élève à 65 millions d’euros (charges administratives, gain de temps, etc.), selon le document de Bercy.

Les oraux du bac par visioconférence

Les candidats aux baccalauréats général, technologique ou professionnel pourront passer certaines épreuves orales par visioconférence, notamment pour les épreuves de langues vivantes. Selon le gouvernement, «cette mesure permettra d’assurer un service exhaustif d’évaluation au bénéfice des candidats éloignés des centres d’examen, qu’il s’agisse d’un éloignement géographique ou autre (hospitalisation, incarcération…) et de simplifier l’organisation de l’examen».

La communication avec Pôle emploi par «chat»

Une offre de service «100 % web» à destination des demandeurs d’emploi est en cours d’expérimentation dans 11 agences depuis février 2014. Elle leur donne accès à de nouveaux modes de contacts en ligne (entretiens avec leur conseiller par webcam, courriel, chat en direct…) et à des services enrichis, notamment des ateliers de formation en ligne. Gain de temps et économie de déplacements pour les demandeurs d’emploi, ce service doit aussi permettre de redéployer les effectifs du service public de l’emploi vers des taches plus «opérationnelles», tout en permettant de restreindre le portefeuille de demandeurs d’emploi que les conseillers ont à gérer.

Une batterie de mesures pour simplifier la vie des Français et des entreprises

L' Obs

Carte Vitale, passeport, permis de construire… Le gouvernement a présenté 90 mesures de simplification administrative. Voici les principales.

François Hollande présente les mesures de simplifications proposées par le gouvernement, le 30 octobre 2014. (VILLARD/SIPA) François Hollande présente les mesures de simplifications proposées par le gouvernement, le 30 octobre 2014. (VILLARD/SIPA)

Simple comme 90 nouvelles mesures : le gouvernement a annoncé jeudi 30 octobre une série de dispositions destinées à simplifier la vie des entreprises et des particuliers. Moins de paperasses, moins de démarches… L’exécutif en espère 11 milliards d’euros de gains pour le pays d’ici 2017.

Le secrétaire d’Etat à la Réforme de l’État et à la Simplification, Thierry Mandon, et le Conseil de la simplification ont exposé à l’Élysée les simplifications côté entreprises, dans les domaines de la construction, de l’embauche et de la vie quotidienne.

Elles viennent compléter une cinquantaine de premières mesures, déjà présentées en avril par Thierry Mandon, qui n’était pas encore ministre mais co-présidait ce conseil de simplification avec le chef d’entreprise Guillaume Poitrinal.

Carte Vitale, passeport, listes électorales…

François Hollande a évoqué jeudi 40 simplifications pour les particuliers, parmi lesquelles l’expérimentation dès mars prochain dans dix préfecture de la demande de passeport directement en ligne, avec l’objectif de généraliser cette mesure à tout le territoire d’ici à la fin de l’année prochaine.

La carte Vitale pourra également être demandée en ligne, de même que l’aide au logement. Le paiement des amendes pourra aussi se faire de la sorte, avec l’avantage pour le conducteur de pouvoir suivre par internet les points perdus. « Beaucoup de nos concitoyens conduisent sans permis sans le savoir », a noté François Hollande.

Règlement des frais de cantines et simulateurs de montant de bourse seront également accessibles en ligne pour les familles dont les enfants sont scolarisés, a-t-il indiqué.

Enfin, le président a annoncé jeudi de nouveaux chantiers, dont son intention de permettre l’inscription sur les listes électorales jusqu’à « un mois » avant un scrutin. Sauf quelques cas particuliers, pour pouvoir voter, il faut actuellement s’inscrire avant la fin de l’année qui précède le scrutin.

François Hollande a fait valoir qu’en raison de ce délai, « plusieurs millions de nos concitoyens ont le droit de vote mais ne votent pas, parce qu’ils ne sont plus inscrits sur les listes électorales, parce qu’ils ont déménagé, parce qu’ils ont oublié de faire leur transfert. […] Ça ne veut pas dire qu’ils ne voudraient pas voter, ça veut dire qu’au moment où l’élection a lieu il est trop tard, ils sont pris de court. »

Un autre chantier vise à faciliter la vie des jeunes, avec la création d’un « coffre-fort numérique », espace personnel sécurisé où tout jeune pourra sauvegarder les documents nécessaires aux démarches administratives (diplôme, attestation de journée du citoyen, carte vitale, carnet de santé, acte de naissance…).

Médecine du travail, apprentis et Pôle emploi

Concernant les entreprises, les 50 mesures sont divisés en trois ensemble. Le premier vise à faciliter l’embauche et la formation, et à « sécuriser les entreprises par rapport à leurs obligations en matière de droit du travail ».

Premier point visé : la médecine du travail. La législation sera revue au deuxième semestre 2015 pour « mieux l’adapter aux besoins de prévention des salariés » et donner plus de sécurité juridique aux entreprises. Aujourd’hui, la visite médicale à l’embauche, pourtant obligatoire, n’est réalisée que dans 15% des cas, et les visites annuelles sont « chronophages et peu ciblées ». « Mieux vaut limiter et cibler », a estimé François Hollande.

Par ailleurs, les conditions d’emploi des apprentis devraient être simplifiées, avec notamment une procédure d’autorisation pour travailler sur des « machines dangereuses » et pour les travaux en hauteur. « Même quand on est jeune on peut monter sur une échelle, c’est quand on est vieux qu’on ne peut plus », a plaisanté François Hollande.

Les délais d’instruction des prud’hommes doivent être réduits au 1er trimestre 2015. Les employeurs pourront par ailleurs déposer une offre à Pôle Emploi plus rapidement et plus simplement.

Déclaration fiscale et dématérialisation

Une kyrielle de modifications concernant la vie quotidienne des entreprises est prévue : déclaration fiscale simplifiée, carte d’identité électronique de l’entreprise, dématérialisation des formulaires. Au lieu du grand nombre de pièces justificatives actuelles, une entreprise devra pouvoir demander une aide publique avec son seul numéro Siren/Siret.

Parmi les mesures pour les entreprises, celles qui dépendent de la loi seront introduites dans le texte préparé par le ministre de l’Économie Emmanuel Macron sur l’activité, a précisé l’Élysée.

Permis de construire et monuments historiques

L’exécutif veut aussi faciliter et accélérer les projets d’aménagement et de construction rendus très longs, « jusqu’à une dizaine d’années », selon le conseil, du fait de « la complexité administrative accumulée, la multiplication des autorités, les recours systématiques ».

« Pour le gouvernement c’est une priorité majeure » car « une partie de la croissance se trouve dans la construction et le bâtiment », a souligné le président François Hollande.

Parmi les méthodes préconisées figurera une étude d’impact unique pour un projet global plutôt que des études multiples (comme lors de la construction d’une ligne de chemin de fer et des gares associées, ou d’une route temporaire pour desservir un chantier). La procédure d’enquête publique doit être allégée d’ici mi 2016.

Le nombre de démarches nécessaires pour obtenir un permis de construire sera par ailleurs réduit, pour ramener le délai de délivrance à « 5 mois maximum ».

Les autorisations de travaux dans les monuments historiques bénéficieront d’une procédure unique, contre « plus d’une douzaine » aujourd’hui, avec des délais de plus de six mois.

Objectif : obtenir un permis de construire en cinq mois maximum d’ici fin 2015, avec 347.000 entreprises du BTP concernées.

L’ensemble des mesures, prises depuis mi-2013 pour les entreprises et les particuliers, devraient générer des « gains » pour le pays de « plus de 11 milliards » d’euros « d’ici 2017 », indique un document du secrétariat d’État chargé de la simplification.

R.F. (avec AFP)

 la politique, c’est si simple…

Le Point –

Thierry Mandon s’est lancé dans une opération titanesque : simplifier notre vie administrative. Un choc de simplification qu’il faut encourager et étendre.

Thierry Mandon, secrétaire d'État à la réforme de l'État, a dévoilé trois des nouvelles mesures de ce "choc de simplification" voulu par le président François Hollande.
Thierry Mandon, secrétaire d’État à la réforme de l’État, a dévoilé trois des nouvelles mesures de ce « choc de simplification » voulu par le président François Hollande. © AFP PHOTO / PATRICK KOVARIK

D’aucuns reprochent en permanence aux responsables politiques – et singulièrement aux ministres en charge – d’être déconnectés de la vie réelle de leurs concitoyens. De ne rien comprendre à ce qui, au quotidien, leur rend l’existence impossible. Il faut croire que ce reproche comporte une part de vérité, puisque certains (Michèle Alliot-Marie, Thierry Mariani, Julien Dray…) ont cru bon de se grimer pour les besoins d’une émission de télévision de la chaîne D8, afin de partager au plus près les réalités quotidiennes des « vraies gens ».

Thierry Mandon, lui, n’a pas besoin de se déguiser pour s’attaquer à des questions a priori terre-à-terre, mais qui, au quotidien, transforment la vie des citoyens, des contribuables, des salariés, des entrepreneurs, en véritable enfer kafkaïen. Depuis des mois, le secrétaire d’État à la réforme de l’État et de la simplification administrative a choisi de faire de la politique autrement. Les grincheux, les cyniques, les blasés diront, comme d’habitude, que les mesures présentées jeudi dernier par Thierry Mandon n’ont rien d’un « choc de simplification ». Les plus idéologues expliqueront que ces mesures auront l’effet du mercurochrome sur une jambe de bois, que la vraie révolution simplificatrice consisterait à jeter au feu le Code du travail et, pourquoi pas, à supprimer les impôts. Et si, pour une fois, au-delà des clivages partisans, au-delà des postures idéologiques et des réflexes claniques, on applaudissait tous le travail de titan accompli par Mandon et ses deux « simplicateurs », Guillaume Poitrinal et Laurent Grandguillaume ?

Le principe du « silence vaut accord »

Cinquante mesures pour simplifier la vie des entreprises et autant pour simplifier le quotidien des ménages, c’est un bon début, non ? Une fiche de paie simplifiée pour 21 millions de salariés avec deux fois moins de lignes, c’est un progrès concret. Surtout si elle s’accompagne d’une simplification de la collecte des cotisations sociales qui permettrait à l’État et aux entreprises de réaliser des économies substantielles. Aller vers une déclaration fiscale unique pour les entreprises – quand elles doivent aujourd’hui en remplir quatre par an ! -, quel patron s’en plaindra ? Réduire les délais des permis de construire ou des contentieux aux prud’hommes, diminuer le nombre de documents administratifs pour les toutes petites entreprises, ce n’est sans doute pas « un choc », encore moins une « révolution », mais c’est une sacrée avancée. Pour une fois qu’une « réforme » ressemble à un vrai progrès et non à une régression !

En finir avec l’interdiction faite aux patrons d’embaucher des apprentis quand ceux-ci doivent travailler à proximité de machines dangereuses ou en hauteur, c’est une bonne nouvelle pour des centaines, des milliers de couvreurs, bouchers, boulangers, ébénistes…

Et que dire du principe du « silence vaut accord » ? Désormais, lorsqu’un ménage ou une entreprise soumettra une requête à l’administration, celle-ci aura deux mois maximum pour répondre. Ce délai dépassé, son silence vaudra accord. Prenons un exemple concret : un couple souhaite un changement d’école pour son enfant, il formule sa demande. Si, dans les huit semaines, l’administration compétente n’a pas répondu, ce silence vaudra accord et ces parents pourront de facto inscrire leur enfant dans l’école de leur choix. Ce nouveau principe vaudra pour quelque 1 200 procédures administratives, et il faudrait bouder son plaisir ?

Et si on en profitait pour simplifier les lois futures ?

Bien sûr, ces sujets volent moins haut que nos sempiternels débats politiciens : gauche réformiste contre gauche passéiste, droite forte contre droite molle, social démocratie contre social libéralisme… Bien sûr, le plan Mandon est plus aride à lire que l’ouvrage de Valérie Trierweiler, moins scandaleux que le livre d’Éric Zemmour, moins violent que les affrontements entre Cécile Duflot et Manuel Valls, moins passionnant que le combat des chefs à droite, moins sulfureux que l’affaire Bygmalion, moins polémique que les ennuis fiscaux de Gilles Carrez ou les travaux domestiques de Thierry Lepaon. Sauf qu’il risque d’être bien plus utile à la vie des Français…

Alors encore un effort, Thierry Mandon ! Simplifier les lois, les codes, les règlements existants, bravo ! Et si on en profitait pour simplifier les lois futures ? Et, tant qu’on y est, le travail du législateur ? Le pacte de responsabilité, annoncé par François Hollande en décembre 2013 et voté cet été, n’entrera pleinement en vigueur qu’en 2015. La loi Macron, sur la libération de la croissance, annoncée en septembre 2014, ne sera votée qu’en mars ou en avril 2015 pour ne produire ses effets qu’en 2016. Les mesures énoncées par Thierry Mandon lui-même mettront sans doute plusieurs mois avant d’impacter concrètement le quotidien des entreprises et des ménages. Ce dernier raconte volontiers à ses visiteurs la difficulté qu’il a eue à convaincre les administrations de simplifier la vie des Français. Et si la prochaine étape consistait à tordre le bras du politique pour que, lui aussi, il nous simplifie la vie ?

Paris attend 11 milliards du « choc de simplification » d’ici 2017

PARIS (Reuters) – Le gouvernement français attend 11 milliards d’euros de gains pour l’économie d’ici 2017 du « choc de simplification » lancé il y a 18 mois et dont une nouvelle salve de mesures a été annoncée jeudi par François Hollande.

« Grâce aux politiques décidées et mises en oeuvre immédiatement ou progressivement, on arrive au chiffre de 11 milliards d’euros », a déclaré le secrétaire d’Etat à la Simplification, Thierry Mandon, lors d’un séminaire qui a réuni à l’Elysée une dizaine de ministres pour faire le bilan des mesures déjà engagées et préparer celles à venir.

La déclaration sociale nominative, un dispositif en cours d’expérimentation et qui permet d’automatiser, via la feuille de paie, les déclarations aux organismes sociaux, devrait ainsi permettre 1,6 milliard d’euros d’économies pour les entreprises lors de la première année de sa généralisation en 2016.

Pour le président français, l’enjeu du choc de simplification est de prouver au monde économique et à ses partenaires européens que des réformes structurelles qui augmentent le potentiel de croissance de la France, sont bien mises en oeuvre.

« Une manière de faire de la croissance, c’est de permettre que des projets qui devaient se faire dans deux ans puissent se faire tout de suite », a dit le président, qui s’est félicité des simplification administratives engagées pour des mises en chantier plus rapides.

« Si l’on gagne un an ou quelques mois, c’est une croissance qui se fait tout de suite sans qu’il en coûte quoi que ce soit au contribuable », a-t-il estimé.

UNE « RÉVOLUTION »

Son gouvernement estime être à l’origine d’une « révolution » avec la mise en oeuvre à travers l’administration du principe selon lequel le silence vaut accord.

A partir du 12 novembre 2014, les entreprises et les particuliers pourront partir du principe que, sauf réponse négative de l’administration, leur démarche a été acceptée.

D’autres mesures vont être mises en oeuvre, comme la réduction à six du nombre de rubriques à afficher sur la feuille de paie, la délivrance en cinq mois maximum des permis de construire, ou le principe de n’adopter une nouvelle norme que si une existante est supprimée.

Le scepticisme qui accueille ce chantier est expliqué par ses détracteurs par les nouvelles contraintes créées par la loi sur le logement ou l’incapacité du gouvernement à supprimer des centaines de taxes jugées peu productives.

« Beaucoup de taxes, cela fait quand même un peu d’argent, on va au rythme que le budget nous permet de le faire », explique une source gouvernementale.

L’extension de la durée de validité de la carte nationale d’identité de 10 à 15 ans a aussi connu quelques ratés avec des passagers français bloqués dans certains aéroports où les personnels n’étaient pas au courant de la mesure.

Outre les mesures destinées aux entreprises et annoncées ce jeudi, le gouvernement doit aussi présenter mercredi prochain en conseil des ministres une cinquantaine de mesures pour faciliter la vie des particuliers.

==
 Commentaires
kampot La mission normale de l’administration, du gouvernement et du parlement c’est d’aider la vie des citoyens et autant que faire se peut éviter de les accabler de démarches, formalités et obligations inutiles… Voilà que redécouvrant cette vérité de base, Hollande et sa bande pour faire croire qu’ils font quelques chose nous rabâchent les oreilles et la vue avec cette tarte à la crème ! La seule façon pour le citoyen d’être protégé contre l’oppression des politiques, des fonctionnaires et des gouvernant est de limiter leur nombre, leur moyens et leur pouvoir ! Les socialistes c’est très exactement le contraire. Il faut espérer qu’après cet épisode calamiteux a tous égards, les français sauront imposer aux suivant les réformes qui s’imposent pour réduire cette emprise de l’état qui paralyse et asphyxie la France !

pauvre de vous

D’une pierre deux coup « silence vaut accord » pour nous il y aura toujours un « si »
Pour les petites mains du gouvernant BEAUCOUP moins de gratte papier voilà
l’essentiel du projet, plus de contact humain à la poste, edf, eau, impôts, et même dans un temps proche nous serons opérés par robot, nous devons être comme les poules dans une batterie d’élevage les morts seront ramassés au balai brosse. Voilà ce que le mondialisme nous réserve

pépé95Pour les mariage pour tous la loi débattue et votée en 3 mois, signée le lendemain par le président et parue quelques jours après au JO.
quand on veut, on peut. 1 ère fois si je bois ça !
et tout le reste il faut attendre attendre et encore. !
merci la France

njut off l         Il lui faut rester 3 quinquennats consécutifs pour commencer à voir un début de résultat à son oeuvre titanesque
mactouches                                 Simplifier l’affichage plutôt que le calcul ?

Concernant le bulletin de paie, c’est une vaste fumisterie… On va regrouper des calculs différents et on prétend faire économiser de l’argent aux entreprises comme cela alors que le complexe calcul lui ne change pas… Pis ! On risque de demander un récap annuel des détails de calculs par salarié… Donc augmenter le coût de la paie… Pour info, cette idée lumineuse date de Juppé… Et si on simplifiait le calcul (harmonisation des tranches, suppressions des règles d’exception qui constituent la norme pour tout le calcul de la paie) on arriverait de facto à un affichage simplifié des résultats de ce calcul ! (c’est à dire le bulletin)… Les éditeurs pour lesquels je travaille on encore de beaux jours devant eux.

Plazza                        Bravo monsieur Mandon

Sauf qu’au quotidien nous avons des politiques (bcp trop nombreux et coûteux) qui nous méprisent et nous font croire qu’ils aiment l’entreprise. J’espère que le citoyen va se réveiller : Mme Trierweiler et M. Zemmour leur ont un peu ouvert les yeux, non ?

jackknight                  Il va se mettre…… Tous les énarques, et les fonctionnaires à dos !
kerrie              Tellement simple   Tout cela ressemble au couteau auquel on a retiré la lame et perdu le manche !

JEAN PAUL MAROLLA                On reste confondu de voir que ces simplifications portent sur des remises en cause de la sécurité au travail, (elles ne sont pas mises en oeuvre, donc on les supprime, c’est comme si on retirait les feux rouges qui sont grillés), et sur des entorses aux règles d’urbanisme. Désormais on saura que les dirigeants ne sont pas les seuls à prendre des risques.

jerome gonsolin           On voit pas d’où sortent ces 11 milliards, balancer un chiffre comme ça, ça décrédibilise la démarche.

Lucine                      Les 1% leur disent merci.

On nous ment don honnêtement          Au gouvernement un conseiller de ministre,et des conseillers il y en a 333,a une rémunération moyenne brut mensuelle de 8201 € à laquelle s’ajoute sa prime mensuelle de 2235 €.Faites le compte en sachant qu’il gagne 6,5% de + cette année que l’an passé et que l’inflation elle est seulement passée de 0,6 à 0,3%.Le + verni est à la culture avec13744 € / mois suivi par l’intérieur avec ses 12987 € / mois.En bas pour nous qui vivons avec bien moins qu’eux rien ne se simplifie au contraire

L.Leuwen             11 milliards ! D’une annonce à l’autre, Hollande et son gouvernement économisent des milliards. Le plus attristant c’est que 13% des Français seulement en sont conscients. C’est que trop de milliards tuent les milliards, probablement.

  • A priori il y a dans le lot des mesures de simplification qui existent déjà. J’entendais ce soir « la possibilité de savoir par internet le nombre de points sur le permis de conduire » cela existe depuis déjà un bon bout de temps.

  • Moins de paperasse a traiter pour les fonctionnaires permettra de supprimer des postes de fonctionnaires.    Eviter des courriers inutiles si il y a accord de la fonction publique générera également moins de travail d’où moins de fonctionnaire rt des économies.  Tout cela va dans le bon sens.

  • Un certain nombre de petites mesures qui sont sans doute presque toutes positives et aboutiront à un peu plus d’efficience mais toujours 100milliards de dépenses publiques de plus que l’Allemagne pour un service moindre, une sécurité sociale qui coûte aux salariés le double d’une assurance privé pour un remboursement moindre (je parle pas des indépendants!), des privilèges indécents pour une classe politique trop nombreuse comme trop de chauffeurs trop grassement payés dans les ministères

  • A quand le choc de démission ?

    Jean Jean                     Une seule mesure pour simplifier la vie des français:qu il parte.
    topinet topinette topinet topinette
    « Même quand on est jeune on peut monter sur une échelle, c’est quand on est vieux qu’on ne peut plus », a plaisanté François Hollande. »
    En tout cas lui , il n’aura rien perdu de sa fougue ….Malgré son âge …

    besut burma                Simplet à la barre, non mais quelles réformes pour résoudre la croissance, le chômage,…!!!!!!!
    marylene malaurie              Et pour le Permis de conduire, on peut pas avoir une petite réformette?  Ou tout simplement nous le donner après un temps d’initiation rudimentaire.
    sword         Oui, c’est aussi une façon de montrer que l’on fait plein de petites réformes pour cacher les plus cuisantes, une course à l’autruche qui semble devenir une habitude politique rémanente à laquelle il faudra évidement souscrire par dépit.
    Roland Courtecuisse    bonjour,

    Le bon sens voudrait que notre Président supprime les contrôles stupides des dossiers par plusieurs administrations ou services
    le permis de construire est de la responsabilité du Maire, ses service sont tout simplement à vérifier que les règles des règlements d’Urbanisme sont respectées.
    Mais les Maires font bien souvent appel à des services de l’Etat pour vérifier les dossiers, ce qui est incompréhensible , les documents d’urbanismes ont demandé des mois voire des années avant d’être finalisés et appliqués.
    Un dossier de permis de construire doit être traité en 20 jours ouvrables dans toutes les Mairies de France.

    utah  •                Il faudra que l’on m’explique comment, en enlevant 2 lignes sur un bulletin de salaire, alors que TOUT EST INFORMATISE, on gagne des millions € !!!!!!!!!!!!

    • Cedric          Réduire le nombre de ligne permettrait de n’imprimer le bulletin que sur 1 page au lieu de 2.
      Par contre, réduire ce nombre de ligne va surtout permettre de cacher les éventuelles augmentations de cotisations. On ne sera plus à qui / quoi est du la cotisation…
      Serge  •          Et bientôt, pour simplifier, l’État encaissera directement nos salaires…
    • Un utilisateur Yahoo  •              Nous, espèce de menteur patenté, on attend surtout un autre choc en 2017: celui du grand coup de pied dans l’arrière-train que tu vas te prendre avec un aller simple pour la poubelle de l’Histoire de France, un pays qui redeviendra tout d’un coup beau.
    • Bera  •             les socialistes , président en tête, nous infligent tous les 2 mois une logorrhée verbale dégoulinant de mots qui ne veulent rien dire mais aux quels ils s’accrochent tels des arapèdes sur le dos des contribuables des classes moyennes ,des familles nombreuses ,…

      Ainardi  •         vous etes nul en économie, rien n’a bougé dans le bon sens depuis votre arrivée au gouvernement en 2012, la situtation est pire que sous sarkozy et je plains le successeur qui va recupérer la france dans cet état 
    • Jean  •           Une invention dialectique est très pratique pour contourner un tabou.
      Exemple : « Choc de simplification ». Pourquoi pas simplement « Simplification »?
      Parce que le but réel du message est de qualifier le choc avant que les gens ne le fassent.
    • Labbéattitude  • 

      Ah! il se projette encore en 2017 …
      Serge  •           allez tonton François courage encore 2 années 1/2 à tenir est tu es libre
      Bardamuh  •       Encore une réforme, là c’est trop ! on ne suit plus……… cette marche à la réforme et toutes qui vont rapporter tant de pognon ! incroyable, fantastique, plus fort que le Napoléon du Consulat, irrésistible Hollandouille . utah  •          Incroyable ! HOLLANDOUILLE nous annonce tous les 2 jours qu’il trouve des MILLIONS € !!!
  • Publicités

    Chérie, j’ai ressorti la tronçonneuse

    Laisser un commentaire

    VIDÉO. Filippetti, Pellerin ou Mitterrand : qui parle le mieux de Modiano?

    MITTERANDFILIPPETTIPELLERIN

    LITTÉRATURE – Pas de commentaire, vraiment? L’ancienne ministre de la Culture Aurélie Filippetti a refusé de commenter, ce mercredi sur LCI, l’incapacité de Fleur Pellerin de citer un seul titre de l’œuvre de Patrick Modiano qu’elle aurait lu, paraphrasant par ailleurs Nietzsche selon lequel… « sans les livres, la vie serait une erreur ».

    Interrogée dimanche 26 octobre sur Canal+, Fleur Pellerin n’a pu citer un seul titre d’un livre du prix Nobel 2014 de littérature. « J’avoue sans aucun problème que je n’ai pas du tout le temps de lire depuis deux ans (…) Je lis beaucoup de notes, beaucoup de textes de loi, les nouvelles, les dépêches AFP, mais je lis très peu », a-t-elle déclaré, suscitant un début de polémique.

    Très remontée contre les critiques, la ministre de Culture a réagi ce mercredi au micro de France 5: « Quand j’entends dire que je suis inculte ou que je ne lis pas, je trouve cela absolument scandaleux. J’ai dit que je lisais moins, je n’ai pas dit que je ne lisais pas. »

    Parmi les ouvrages de Modiano, Aurélie Filippetti a préféré Dora Bruder. « J’ai aussi lu La Place de l’Étoile et Pédigree« , a précisé, sourire aux lèvres, la « rivale historique » de Fleur Pellerin aux journalistes de C à vous.

    Mais quand il s’agit de commenter l’œuvre du prix Nobel français, Frédéric Mitterrand parait le plus incollable. L’ancien ministre de la Culture de Nicolas Sarkozy en avait longuement disserté sur BFMTV, le 9 octobre, en livrant quelques clefs de compréhension.

    Fleur Pellerin n’a pas lu Modiano : si seulement c’était son unique problème…

    Avatar de François JostPar 
    Analyste des médias

    LE PLUS. Fleur Pellerin n’a pas lu les ouvrages de Patrick Modiano, l’auteur français fraîchement récipiendaire du Prix Nobel de littérature. C’est ce qu’elle a reconnu sur le plateau du « Supplément » de Canal Plus ce dimanche. On pourrait se dire que ce n’est pas grave, et qu’elle a autre chose à faire. Ce n’est en tout cas pas l’avis de François Jost, spécialiste des médias.

     

    Zahia, Fleur Pellerin et Manuel Valls à la FIAC de Paris, le 22 octobre 2014 (Twitter @ZahiaOfficiel).

    Invitée sur le plateau du « Supplément » de Canal Plus le 26 octobre, Fleur Pellerin s’est trouvée dans l’impossibilité de citer un seul titre de roman de Modiano avec lequel elle avait déjeuné le même jour.

    Tombée dans un piège qu’elle a elle-même tendu

    La nouvelle est en soi étonnante : imagine-t-on Malraux, le premier ministre de la Culture, en 1959, Jack Lang, Frédéric Mitterrand ou même Aurélie Filippetti incapables de répondre à une question à laquelle n’importe quel candidat de quiz télévisé aurait su répondre ?

    Personne n’a d’ailleurs jamais remis en cause la légitimité des trois derniers (Malraux est hors concours) à diriger le destin de la culture française.

    Avec cette ministre parachutée en catastrophe dans le bureau de la rue de Valois, il en va autrement. Si nul ne lui conteste son savoir sur l’Économie numérique, l’interview de dimanche dernier provoque un certain malaise quant à sa connaissance de la littérature et, donc, de la culture en général, pour ne pas dire : la culture générale.

    Il y aurait eu diverses façons de justifier l’impossibilité d’avancer un titre : le refus de choisir, le trou de mémoire ou je ne sais quoi d’autre. Mais, au lieu de s’en sortir avec élégance, la ministre s’est prise dans un piège qu’elle s’était elle-même tendu. Voyons comment.

    « On a bien rigolé »

    Si Modiano est arrivé sur le tapis, dans lequel elle va se prendre les pieds, c’est qu’elle a donné son nom pour répondre à la question de Maïtena Biraben sur la « personne la plus étonnante » qu’elle avait rencontrée. Modiano, la personne la plus étonnante qu’elle ait rencontré ? Étonnant, non !

    On a du mal à croire que cet écrivain rangé, qui parle avec difficulté, qu’on connaît par ses apparitions médiatiques soit la personne la plus surprenante que sa fonction lui ait permis de voir ! En fait, il ne s’agit pas de cela. Si Fleur Pellerin donne son nom, c’est juste pour caser qu’elle est dans le coup, qu’elle connaît bien le milieu des artistes et des écrivains… la preuve : elle a déjeuné le jour même avec le prix Nobel.

    A-t-elle parlé littérature, a-t-elle essayé de comprendre l’art du romancier ? Non, « on a bien rigolé », lance-t-elle pour résumer ce repas au sommet.

    Un invitation à s’interroger sur le ministère de la Culture

    C’est alors que l’animatrice lui demande : « Quel est votre roman de Modiano préféré ? » Dans un premier temps, elle fait semblant de ne pas entendre la question, mais Maïtena Biraben insiste : « … Le dernier ? » et vient cet aveu qui doit tout excuser : « J’avoue que n’ai pas le temps de lire depuis deux ans. »

    Pour moi, cette réponse pose problème. Car le fait qu’elle ne lise pas depuis deux ans, sauf des « nouvelles et des dépêches AFP » ne justifie en rien qu’elle ignore des titres de livres. Après tout, avoir de la culture générale, c’est connaître plus de titres de livres qu’on peut en lire. Mais il y a pire : en cherchant à s’en sortir par l’argument du travail ministériel, elle force à s’interroger sur le fonctionnement de son ministère.

    Car, si elle ne lit que des fiches et des dépêches, que n’a-t-elle pas lu celles qui annonçaient le prix Nobel de Modiano ? Et comment se fait-il que ses collaborateurs ne lui aient pas fait de fiches ?

    Zahia à la FIAC, le plug anal de McCarthy

    En fait, quand on regarde l’interview dans son ensemble, on ne peut qu’être perplexe à propos de la façon dont la ministre voit la culture. Deux autres réponses à l’animatrice sont en effet encore bien plus problématiques que celle concernant Modiano.

    La première a trait à la présence de Zahia à la FIAC : « Appartient-elle au monde de la culture ? », lui demande fort pertinemment Maïtena Biraben. Fleur Pellerin botte en touche : elle pose en Marie-Antoinette dans une œuvre. Certes, mais le monde de la culture, qu’est-ce exactement ? On aimerait savoir ce qu’en pense une ministre de la Culture. Cette absence de prise de position sur la définition même du mot est évidemment un frein au développement d’une politique cohérente. C’est vrai pour l’art contemporain, mais aussi pour la télévision [1].

    Deuxième question sur le fameux « plug anal » : « Est-ce que c’est de l’art ? » Réponse embarrassée : « C’est une œuvre… » Mais rien sur le fond. Pourtant, au moment où s’ouvre une exposition Duchamp à Beaubourg, on aurait pu attendre de la ministre qu’elle suggère au moins quelques pistes de réflexion, d’autant que c’est une question qui ne cesse de tarauder les philosophes et les critiques d’art.

    On retiendra que Fleur Pellerin, au moment où elle rencontre dans un repas l’un de nos rares cinéastes oscarisés, Michel Hazanavicius, que la seule chose qu’elle trouve à lui dire est qu’elle aurait aimé tourner dans « OSS 117 », désir qui d’ailleurs le laisse assez froid, et qu’elle est fière d’avoir rigolé avec Modiano. Manifestement, Fleur Pellerin est meilleure comme fan de célébrités que comme penseuse de la culture.

    Fleur Pellerin incapable de citer un livre de Patrick Modiano

    L' Obs
    La ministre de la Culture admet ne pas avoir le temps de lire « depuis deux ans », même cet auteur nobelisé.
    Fleur Pellerin à la sortie du conseil des ministres le 25 septembre 2014, à Paris (LIONEL BONAVENTURE/AFP). Fleur Pellerin à la sortie du conseil des ministres le 25 septembre 2014, à Paris (LIONEL BONAVENTURE/AFP).

    Un long « euuuuuh » : c’est ce qu’a répondu la ministre de la Culture, Fleur Pellerin, lorsque Maïtena Biraben lui a demandé quel était son livre préféré de Patrick Modiano, dans l’émission de Canal + « Le Supplément » dimanche 26 octobre. L’écrivain est devenu début octobre le 15e français récompensé par le Prix Nobel de Littérature.

    “Son dernier livre ? », tente alors la présentatrice. Prise au dépourvu, Fleur Pellerin préfère jouer la carte de l’honnêteté :

    J’avoue sans aucun problème que je n’ai pas du tout le temps de lire depuis deux ans. Je lis beaucoup de notes, beaucoup de textes de loi, les nouvelles, les dépêches AFP mais je lis très peu », explique-t-elle

    Quelques minutes plus tôt, la ministre, interrogée sur ses rencontres les plus « étonnantes », avait indiqué avoir déjeuné avec Patrick Modiano. « On a eu un déjeuner formidable, très très sympathique. On a beaucoup rigolé », avait-elle indiqué.

    Fleur Pellerin « une honte » pour la France : la presse étrangère déchaînée

    Il n’y a pas qu’en France que Fleur Pellerin est le sujet des railleries des médias et des intellectuels. Depuis qu’elle a concédé dans le Supplément de Canal + qu’elle ne lisait pas depuis 2 ans (date de son entrée au gouvernement Ayrault) et qu’elle ne connaissait pas l’œuvre de Modiano, prix Nobel de Littérature, Fleur Pellerin recueille de nombreuses critiques en France mais aussi à l’étranger.

    The Times, The Guardian, le Daily Mail, la BBC et The NY Times n’ont pas manqué de relayer la polémique et ont saisi l’occasion pour se moquer de la France. Il faut dire que le French Bashing est la mode en Europe depuis les révélations du livre de Valérie Trierweiler et les remontrances de Bruxelles quant à la politique économique de la France.

    Bouc émissaire du French Bashing, Fleur Pellerin n’est pas ménagée dans la presse anglo-saxonne. Ainsi le NY Times a rappelé que quelques jours avant ces déclarations, la ministre de la culture avait déjeuné avec le prix Nobel de Littérature et n’avait pas tari d’éloges sur son œuvre.

    The Guardian, très moqueur sur l’affaire, a publié un papier Modiano qui ? également au ton acerbe et ironique vis-à-vis de la ministre. Dans ce texte, le site du quotidien parle de « honte » pour la France et de rappeler que Frédéric Lefevre avait également commis une gaffe en parlant de Zadig et Voltaire. A sa sortie du conseil des ministres du jour, la remplaçante d’Aurélie Filippetti n’a pas commenté l’affaire…

    Fleur Pellerin : «La polémique sur Modiano est absolument lamentable»

    La ministre de la Culture et de la Communication Fleur Pellerin.

    VIDÉO – Après avoir suscité la polémique dimanche dernier sur le plateau du Supplément de Canal +, la ministre de la Culture et de la Communication a enfin réagi aux critiques dont elle fait l’objet dans l’émission Médias le Magazine sur France 5, présentée par Thomas Hugues et qui sera diffusée le 2 novembre à 12h35.

    Trois jours après ne pas avoir su citer un seul des romans de Patrick Modiano, le dernier Prix Nobel de littérature, dans l’émission Le Supplément, Fleur Pellerin a enfin réagi à la polémique face aux caméras de Médias Le Mag, l’émission présentée par Thomas Hugues. Une interview enregistrée lors de sa visite au Paris Games Week, au Parc des Expositions de la Porte de Versailles, à Paris, qui sera diffusée ce dimanche 2 novembre.

    La ministre de la Culture et de la Communication avoue être navrée par la tournure et les nombreuses critiques qu’elle a pu lire dans la presse et sur Internet. «Je suis un peu scandalisée quand je lis certaines choses. Ce n’est pas parce que j’ai dit que je lisais moins actuellement, et ça me semble naturel quand on travaille seize heures par jour, qu’il y a deux ans où je lisais à peu près deux livres par semaine. Et j’entends dire que je suis inculte. Je trouve ça proprement scandaleux!», s’est insurgée la ministre.

    «Je n’ai pas dit que je ne lisais pas»

    Visiblement indignée par le procès qui lui a été fait, elle a continué à se défendre en expliquant qu’elle a toujours pris plaisir à lire. «J’ai toujours été une très grande lectrice. Me faire ce procès, je trouve ça absolument lamentable. Je ne vois pas très bien comment on peut s’autoriser à déformer mes propos. J’ai dit que je lisais moins. Je n’ai pas dit que je ne lisais pas. J’ai lu beaucoup pendant mes vacances. Je peux faire des fiches de lecture à ceux qui le souhaitent. On n’est pas autorisé à raconter n’importe quoi!», a-t-elle conclu.

    Invitée de l’émission Le Supplément, dimanche 26 octobre, Fleur Pellerin n’avait pas su citer un livre de Patrick Modiano face à la journaliste de Canal +, Maïtena Biraben. La nouvelle ministre de la Culture a choisi la carte de la franchise, rétorquant qu’elle était trop occupée pour lire la prose de l’écrivain français, couronné du prix Nobel de littérature 2014. «J’avoue sans aucun problème que je n’ai pas du tout le temps de lire depuis deux ans, a-t-elle confié. Je lis beaucoup de notes, beaucoup de textes de loi, les nouvelles, les dépêches AFP mais je lis très peu».

    ==

    Commentaires

    fred bernard

    Ahah ! non mais quel nul ce François Jost ! quand il répond à un internaute il marque à P…. T. alors que l’usage électronique veut que l’on utilise @P… T. C’est vraiment scandaleux d’oser travailler sur un média moderne et de ne pas savoir cela. Je suis perplexe sur les compétences de ce Monsieur.
    Cette brève caricature de votre article pour vous dire que cela m’indiffère de savoir si Madame Fleur Pellerin connait ou pas les livres de Modiano. Moi ce qui m’intéresse c’est de savoir ce qu’elle FAIT pour la culture. Vous parlez de Filipetti, quel est son bilan ? à part avoir avalisé toutes les baisses de budget (notamment dans le domaine de l’éducation), s’être ridiculisée au dernier festival d’Avignon en confondant théâtre et athlétisme… et en ayant imposé par le fait du prince ses relations dans de prestigieuses maisons comme le musée des arts plastiques Guimet, au Centre national du Livre, au Centre national dramatique de Montpellier et bien d’autres ! Mais il est vrai qu’elle avait la tête (et le reste …) ailleurs, son bilan est aussi calamiteux qu’un ministre RPR ou UMP.
    Aux dernières nouvelles, Il n’est pas encore demandé aux futurs ministres de la Culture de gagner à questions pour un champion.

    Huynh Tran      Timeo hominem unius libri = je crains l’homme d’un seul livre, dit un proverbe latin.
    Billie Joe

    N’est ce pas un peu réducteur de réduire le Ministère de la culture au simple fait d’avoir ou de ne pas avoir lu un ouvrage, fut il celui du Prix Nobel?
    Il ne faut pas être hypocrite et dire qu’un ministre de la culture doit tout connaitre. Mme Pellerin a certainement une « autre culture » c’est tout.
    Ces ministres ont des conseillers qui leur établissent des fiches à chaque sortie. Ils les apprennent par coeur, et avec un peu de chance ajoute leurs propres connaissances.

    jean jacques lejuene      Elle aurait du répondre : ZADIG ET VOLTAIRE, cela aurait été un savoureux moment ! Je ne lirais pas de livre de cet écrivain et je m’en moque !
    gilbert coutal      Madame Pellerin a choisi ce ministère car elle se « sentait trop à l’étroit » au poste du commerce extérieur!

    traduction: elle a plus de chance d’être invitée à la télévision en tant que ministre de la culture…
    Ne cherchez pas plus loin!

    roselyne Moore

    Modiano écrit depuis 1968, pas depuis deux ans. Sur la trentaine de romans, elle aurait dû en lire au moins un et surtout commencer par avouer que ce n’était pas le cas avant de répondre aux questions le concernant. Quant à déjeuner avec lui sans avoir lu un de ces livres, c’est éminemment professionnel pour une ministre de la Culture… On ne l’y reprendra pas.

    Mathieu Gibaret

    roman depuis deux ans, qu’elle a pipeauté un message de félicitations saisi d’émotions lyriques autour d’un auteur et d’une œuvre qu’elle n’a en réalité jamais goûtés; pis, elle se gargarise d’avoir rencontré, en chair et en os, cet écrivain français nobélisé à l’occasion d’un « merveilleux déjeuner» pour ignorer encore tout de lui a priori comme à posteriori, et il faudrait lui décerner la palme de la Franchise et du Professionnalisme ?!
    Pour paraphraser Madame le Ministre –de l’économie numérique téléportée à la Culture– dans son message félicitant P. Modiano : « C’est un jour bien triste pour la littérature et la culture françaises. ».

    josiane santoni

    Non seulement elle ne lit pas, mais en plus, elle ne se donne même pas la peine de s’informer un peu avant une émission TV!  Quand on est ministre de la culture, quand un français reçoit le prix Nobel de littérature, la moindre des choses, c’est de se faire préparer un petit mémo et de le lire….
    Si nos autres ministres (économie, travail, santé, etc….) ont le même intérêt, la même passion dans leur domaine de compétence, ça craint!
    En même temps, poser dans un salon à côté de la fameuse Zahia, ça, elle sait le faire. Misère de misère, à chacun sa culture, après tout.

    burgaud dominique           Exemple de la qualité des membres de l’exécutif;  c’est carrément ridicule
    Joel Pons         Je ne suis pas mécontent d’apprendre que notre ministre de la culture (depuis 2 mois, avant elle était au commerce extérieur) a eu d’autres priorités que de lire des romans
    Noël Gaspari

    Cela est assez triste mais il n’y a rien d’étonnant . C’est dans l’air du temps …Je connais des gens qui ont fait les grandes écoles qui sont extrêmement compétents dans leur domaine de prédilection (du moins on suppose et on espère) mais qui n’ont pas la culture générale d’un instituteur des années 50

    Jacques  • « Fleur Pellerin « une honte » pour la France », il n’y a pas qu’elle hélas !

    • Que pense t-on à l’étranger de Moscovici, Fabius, Belkacem, Montebourg, Sapin, toute une clique et de leur chef François nullos 1er, roi de la plaisanterie vaseuse et du sgeg !
       Benjamin B  •       Faut arrêter 2 minutes: lire Modiano n’est pas un gage de culture ou un passage obligé. Donc c’est un faux procès. Après, le fait que les ministres de Hollande soient des incapables, ce n’est pas un scoop. 

      Ololi  •           600 commentaires environ et très très peu faisant mention des origines ethniques de la ministre.Ceci pour dire que lorsqu’une personne d’origine étrangère s’intègre et que sa communauté n’essaie pas d’imposer ses moeurs au pays qui l’accueille, tout se passe bien. Ce petit mot pour tout ceux qui disent à longueur de journée que les français sont racistes et que yahoo leur sert de défouloir!  Les français défendent leur culture et leur liberté tout simplement.
    • Cyrille  •        Faut il blâmer cette jeune femme, sans doute très douée pour les concours administratifs et la gestion de dossier ? Aujourd’hui à la Culture demain à l’Agriculture et après demain ministre de l’Education Nationale… OU Faut il blâmer celui qui choisit les Ministres ? Trop jeunes, sans expérience… et surtout trop promptes à parler aux média. Bossez et arrêtez de travailler votre égo en parlant aux média, vous éviterez les gaffes !

      LlorT  •              parce qu’ils lisent les anglo-saxons?
    • PetitVer  •        Si seulement c’était la seule de notre gouvernement à être une honte pour notre pays… vous attendez quoi de ces bandes d arrivistes malhonnêtes????

      L2XL  •            Ministre de la couillonnade et de la foutaise réunies
      Abel  •        Elle a eu la sincérité de dire qu’elle n’a jamais lu Modiano, comme la majorité des français d’ailleurs… je ne vois pas en quoi cela la disqualifierait. Elle est ministre, doit gérer l’audiovisuel, le cinéma, l’internet, le spectacle vivant, les arts plastiques, les médias, les festivals, la musique, le patrimoine, l’architecture etc etc.. Elle n’est pas censée passer son temps à lire des livres policiers… D’ailleurs ce serait inquiétant 🙂
      • Il sort en France, environ 15000 titres par mois et elle ne les lit pas ? Je suis déçue.

      • Je me demande combien de ces commentateurs indignés ont eux-même lu un Modiano, ou même juste lu un livre tout court récemment.

      • Nullissime ! c’est cela etre Ministre de la Culture ?

        Il n’y a pas péril en la demeur à avoir lu ou non du Modiano. La question qui se pose est plutôt quelle compétence faut il avoir pour être ministre. Faut il etre spécialiste dans la discipline de son ministère pour etre un bon ministre? Pas sûr qu’il y ait une relation directe entre connaissance et compétence. La preuve, c’est que l’usine à gouvernants qu’est l’ENA ne semble pas générer de compétence particulière en la matière…

      • Une ministre de la Culture qui préfère regarder des séries américaines au lieu de lire des livres bien de chez nous c’est pas normal. On a de la chance d’avoir ou eu dans le passé de très bons auteurs.
        Les livres apportent des histoires qui sont plus imagée qu’un téléfilm, c’est un passe temps chronophage qui apporte beaucoup plus de plaisir que de rester planté devant un écran de TV. D’ailleurs ce me donne envie de lire quelques bouquins que j’ai en attente.

      • Décidément sciences-po n’est plus ce qu’il était. Des fiches de lecture défaillantes voire inexistantes. Des collaborateurs incapables de réagir en temps réel à un événement majeur qu’ils n’ont même pas anticipé par une fichier de nécrologie comme dans n’importe quel quotidien de province … Alors qu’il aurait suffi à la ministre de se connecter en 3G au minimum à wikipedia par son smartphone. Voilà l’exception culturelle française : l’arrogance des ignorants. Et elle persiste !

      • Je me fiche comme d’une guigne que  » la fleur que tu m’avais imposée » lise Modiano ou pas.
        .Perso, je boycotte tout livre primé.
        .Ce qui m’indispose ce sont ses tweets enflammés pour ensuite dire qu’elle ne l’a pas lu.
        Et dire qu’elle lit les dépêches de l’AFP (Organisme privé à statut particulier! l’état étant client pour 40% de ses recettes, et représentants des services publics : le premier ministre, le ministre de l’économie, des finances et de l’industrie et le ministre des affaires étrangères nommant chacun un représentant.!!!) , m’insupporte! je n’ai jamais vu autant de subjectivité malodorante que dans ces dépêches de cette entreprise hélas publique.
        .
        Enfin, une bonne femme qui veut taxer les consommables des imprimantes et photocopieuses pour subventionner la « littérature » (bienpensante, hein, pas l’autre!), ne rentre pas dans le groupe de ceux que j’apprécie.

      • D’où sort cette « ministre »?
        UNE de plus ,sans compétence,et sans aucune personnalité.
        COMME D’AILLEURS,dans ce gouvernement,

    « Nous sommes victimes » …

    Laisser un commentaire

    Les voyages à l'ère d'Ebola

    Ryanair condamnée en appel à verser 8,3 millions d’euros de dommages et intérêts pour « travail dissimulé »

    Le Monde.fr avec AFP et Reuters

    La Commission européenne a jugé que la compagnie low cost Ryanair avait bénéficié d'aides publiques illégales pour s'installer dans des aéroports de province.

    La cour d’appel d’Aix-en-Provence a confirmé, mardi 28 octobre, la culpabilité de la compagnie aérienne irlandaise Ryanair pour « travail dissimulé » sur l’aéroport de Marseille-Provence entre 2007 et 2010.  La justice française a ainsi confirmé sa condamnation à une amende de 200 000 euros ainsi qu’a 8,1 millions d’euros de dommages et intérêts aux organismes sociaux, aux syndicats professionnels et à quatre anciens pilotes qui s’étaient constitués parties civiles contre la compagnie.

    L’Urssaf se voit notamment allouer 4,5 millions d’euros pour les cotisations non versées, la caisse de retraite du personnel navigant professionnel aéronautique 3 millions d’euros, et Pôle emploi 493 045 euros, a précisé la cour dans sa décision.

    Ryanair avait été condamnée en octobre 2013 pour avoir enfreint le droit social français sur sa base de Marignae, dans les Bouches-du-Rhône. La procédure à l’encontre de la compagnie aérienne est liée aux conditions de rémunération de ses salariés locaux payés dans le cadre de contrats de droit irlandais et non français.

    SALARIÉS SOUS CONTRAT IRLANDAIS EN FRANCE

    Ryanair a toujours contesté le décret du 21 novembre 2006 soumettant les personnels navigants des compagnies étrangères installées en France au droit français. Elle estime que ses avions ne se posent que temporairement sur le sol français et que le personnel prend ses consignes auprès du siège de Dublin.

    La justice française n’est pas de cet avis, et a jugé la compagnie coupable d’avoir embauché 127 personnes sous contrat irlandais alors qu’elles travaillaient à l’aéroport de Marseille-Provence, dont la compagnie a fait sa principale base en France depuis 2006.

    Le parquet d’Aix-en-Provence avait ouvert le 8 avril 2010 une information judiciaire à la suite d’une enquête de l’Office central de lutte contre le travail illégal, saisi de plaintes déposées par l’Union des navigants de l’aviation civile et par le Syndicat national des pilotes de ligne. Après sa mise en examen, l’entreprise avait répliqué en fermant, début 2011, sa principale base en France avant de revenir, trois semaines plus tard, sur le tarmac de l’aéroport de Marseille.

    Après cette condamnation en appel, Ryanair peut se pourvoir en cassation mais ce pourvoi n’est pas suspensif et les sommes des amendes et dommages et intérêts sont donc exécutoires.

    La compagnie Ryanair condamnée en appel pour « dumping social »

    AIX-EN-PROVENCE Bouches-du-Rhône (Reuters) – La compagnie aérienne à bas coûts Ryanair a été condamnée mardi en appel pour son refus de se soumettre à la législation française en matière de cotisations sociales.

    La cour d’appel d’Aix-en-Provence a confirmé la condamnation subie en première instance en octobre 2013 par la compagnie irlandaise, à savoir 200.000 euros d’amende et plus de 8 millions d’euros de dommages et intérêts, dont 4,5 de cotisations sociales Ursaff impayées, 3 millions pour les caisses de retraite et 490.000 euros pour Pôle emploi, plus des réparations octroyées à divers syndicats de pilotes.

    Le tribunal correctionnel avait alors parlé d’un « véritable dumping social » permettant à Ryanair de réduire ses coûts d’exploitation, dont ceux du personnel.

    « Le message de la cour est clair : le droit européen ne constitue pas un instrument de fraude à la Sécurité sociale », a déclaré Jean-Victor Borel, avocat de l’Ursaff.

    Ryanair, dont aucun représentant n’était présent au palais de justice mardi, peut se pourvoir en cassation mais ce pourvoi n’est pas suspensif et les sommes sont donc exécutoires.

    La procédure à l’encontre de la compagnie aérienne est liée aux conditions de rémunération de ses salariés locaux payés dans le cadre de contrats de droit irlandais et non français.

    Ryanair a toujours contesté le décret du 21 novembre 2006 soumettant les personnels navigants des compagnies étrangères installées en France au droit français. Elle estime que ses avions ne se posent que temporairement sur le sol français et que le personnel prend ses consignes auprès du siège de Dublin.

    La compagnie a été reconnue coupable d’avoir embauché 127 personnes sous contrat irlandais alors qu’elles travaillaient à l’aéroport de Marseille-Provence, dont la compagnie a fait sa principale base en France depuis 2006.

    « Ce jugement n’est pas une surprise, mais la confirmation d’une jurisprudence déjà observée dans d’autres affaires », a dit l’avocat de l’Union des navigants de l’aviation civile, Rachid Brihi. « La cour n’interdit pas à Ryanair d’avoir des activités en France, à condition de respecter le code du travail du pays ».

    Le parquet d’Aix-en-Provence avait ouvert le 8 avril 2010 une information judiciaire à la suite d’une enquête de l’Office central de lutte contre le travail illégal, saisi de plaintes déposées par l’Union des navigants de l’aviation civile et par le Syndicat national des pilotes de ligne.

    Après sa mise en examen, l’entreprise a répliqué en fermant, début 2011, sa principale base en France avant de revenir, trois semaines plus tard, sur le tarmac de l’aéroport de Marseille.

    L’aéroport de Marseille a accueilli 8,3 millions de passagers en 2013, dont plus de 1,6 million pour Ryanair, soit une augmentation de 6 % du trafic de la compagnie irlandaise en Provence par rapport à l’année précédente.

    (Jean-François Rosnoblet, édité par Yves Clarisse)

    Ryanair condamné à 8,1 millions d’euros de dommages et intérêts pour « travail dissimulé »

    LEXPRESS.fr

    La condamnation de la compagnie aérienne irlandaise, prononcée en 2013, a été confirmée par la cour d’appel d’Aix-en-Provence ce mardi.

    Ryanair condamné à 8,1 millions d'euros de dommages et intérêts pour "travail dissimulé"

    Ryanair avait écopé en octobre 2013 de 200.000 euros d’amende.     afp.com/Miguel Riopa

    Condamnation confirmée pour Ryanair. La cour d’appel d’Aix en Provence a réaffirmé ce mardi la culpabilité de la compagnie aérienne irlandaise pour travail dissimulé sur sa base de Marignane entre 2007 et 2010, et sa condamnation à une amende 200 000 euros à ce titre.

    La cour d’appel d’Aix-en-Provence a en outre condamné mardi Ryanair a verser quelque 8,1 millions d’euros de dommages et intérêts aux organismes sociaux, aux syndicats professionnels et à quatre anciens pilotes qui s’étaient constitués parties civiles contre la compagnie aérienne.

    Décision affichée sur les portes de l’aéroport d’Aix

    L’URSSAF se voit notamment allouer 4,5 millions d’euros pour les cotisations non versées, la caisse de retraite du personnel navigant professionnel aéronautique 3 millions d’euros, et Pôle Emploi 493 045 euros, a précisé la cour dans sa décision.

    La cour a également confirmé les peines complémentaires d’affichage de la décision sur les portes du terminal MP2 de l’aéroport d’Aix-en-Provence pour une durée d’un mois et la publication de la décision dans quatre journaux.

    Actualité > Social > Travail dissimulé : Ryanair condamné à payer 8,1 millions d’euros de dommages et intérêts

    Travail dissimulé : Ryanair condamné à payer 8,1 millions d’euros de dommages et intérêts

    L'Obs avec AFP

    La compagnie aérienne irlandaise, condamné en appel, devra verser cette somme aux organismes sociaux, aux syndicats et à quatre anciens pilotes.

    Un avion de la compagnie Ryanair DR Un avion de la compagnie Ryanair DR

    La cour d’appel d’Aix-en-Provence a confirmé mardi 28 octobre la culpabilité de la compagnie aérienne irlandaise Ryanair, poursuivie pour travail dissimulé sur sa base de Marignane entre 2007 et 2010, la condamnant à 200.000 euros d’amende et 8,1 millions d’euros de dommages et intérêts.

    Le 24 juin, une amende de 200.000 euros avait été requise contre la compagnie. La cour d’appel a également condamné la compagnie dirigée par Michael O’Leary à verser quelque 8,1 millions d’euros de dommages-intérêts aux organismes sociaux, aux syndicats professionnels et à quatre anciens pilotes qui s’étaient constitués parties civiles.

    L’Urssaf se voit notamment allouer 4,5 millions d’euros pour les cotisations non versées, la caisse de retraite du personnel navigant professionnel aéronautique 3 millions d’euros, et Pôle Emploi 493.045 euros, a précisé la cour dans sa décision.

    Pas de droit du travail

    La cour a aussi confirmé les peines complémentaires d’affichage de la décision sur les portes du terminal MP2 de l’aéroport pour une durée d’un mois et la publication de la décision dans quatre journaux.

    Prétendant que ses 127 salariés basés à Marseille relevaient du droit social irlandais, Ryanair n’avait pas déclaré son activité, ni cotisé aux organismes sociaux français. Le droit du travail en matière de représentation du personnel n’était pas non plus appliqué.

    La compagnie était également poursuivie pour un prêt illicite de main d’oeuvre, 56 des 94 personnels navigants commerciaux de la base de Marseille étant à l’époque sous contrat avec deux sociétés irlandaises.

    ===

    Commentaires

    • BLUTZ  •        Ok, maintenant, la même chose pour les travailleurs détachés, les transporteurs et le siège des sociétés qui sont parties profiter de ce dumping à travers l’Europe. En attendant Tafta…

      calenie  •       Peut-être qu’eux aussi, ils ne font pas de bénéfice en France!….pourquoi les uns et pas les autres après tout!  
    • Thomas  •      qu’on m explique une chose en france on fait la chasse aux tricheurs et à l’évasion fiscale…ryanair est il au dessus des lois européennes?

      gilles        Des prix attractifs ? Quand tu fais le compte, entre le déplacement jusqu’à l’aéroport qui n’est pas tout près, les suppléments pour bagages et toutes les options, tu te rends compte que le prix payé est quasiment le même que sur Air-France…

      Patrick  •      RYANAIR a basé son activité sur l’exploitation du personnel, le chantage au subvention des petits aéroports et la délocalisation des taxes et imposition…..Et en plus, RYANAIR joue les martyrs…
    • AllahestSatan  •           La loi européenne est très claire : tu peux faire travailler en France des salariés français avec un contrat de travail étranger, pendant MAXIMUM 5 ans. Au-delà, soit tu les vires et t’embauches d’autres à leur place, soit tu crées une structure juridique (filiale) de droit français, filiale qui reprend les contrats de travail existants sur le territoire français et qui verse les cotisations sociales en France.
    • Vlad  •         Cette compagnie et son arrogant boss O’Neil, joue sur le désespoir de gens sans travail pour exploiter leur faiblesse et lui permettre de régner en Dictateur. Cet homme est un voyou de la pire espèce et abuse de ses prérogatives vis à vis d’un personnel terrorisé à l’idée de perdre leur job, au mépris des lois sociales. Low cost oui, mais pas à n’importe quel prix.
    • LEROUX  •                Vive l’Europe!
      Bruno  •                   Sans les aides régionales, Ryanair ne serait pas en France, ils font du chantage à l’emploi.
    • pierre guillemot        Dans la décision des juges, il y a sûrement autant d’aigreur contre une entreprise qui en fait trop dans la fréquentation des limites (le jour où un avion de Ryanair tombera du ciel en panne de carburant, c’est l’Europe qui se réveillera, ça a failli arriver plusieurs fois) que d’application stricte de la loi sociale. Sinon ce genre de décisions serait quotidien, sans parler des vrais gros comme Total. Quand même, c’est bon signe.

      Info Trois G            Ryanair s’est défié des droits sociaux en Fr.La justice l’a jugée loyalement,condamnée à juste titre. Qu’en pense la CGPAM et le MEDEF/FNSEA ,le Gvt, en Responsables avertis, g érants des fonds en cotis cumulées, garants de la législation des Régimes Soc mutualistes d’Assur privées obligatoires relevant du code des d’Assur,plus URSSAF, des compétences et fiches de postes des personnels de Direction et cadres assimilés,des codes de déontologie, dont la Branche AT/AM / adhérents bafoués,sacrifiés?

      desman démocrate               Un pirate irlandais va devoir mettre la main a la poche c’est la seule chose qui lui fasse vraiment mal. Il faut arrêter de prendre les français pour des buses, il vient de l’apprendre à ses dépends. Maintenant il y a du boulot avec Apple, Google, Total… ensuite vous verrez les déficits vont curieusement diminuer… Et nous pourrons soigner, éduquer notre population pour que des entreprises responsables et respectueuse du droit expriment leurs talents dans notre pays. Fini le c mieux ailleurs.

      En France, 2 choix: travailler ou être subventionné.

      Aprés la RATP qui vient d’étre comdamnée ce vendredi a payer des dommages et interêts pour ne pas avoir appliqué les différentes lois qui cadrent les retraits pour fait de gréve depuis 11 ans. On comprends pourquoi le medef et l’ump veulent supprimer les prud’hommes et juridictions qui font appliquer les lois de notre pays.On ne peut voir dans le montant faible de cette amende qu’une incitation a recommencer… Pourquoi se gêner ? La France comme beaucoup d’autres pays n’est vue par cette entreprise, au capital Texan, que comme un énorme gâteau à venir dévorer. Elle ne vit que grace aux subvention que lui versent, en France, les CCI . Le montant de ses bénéfices est inférieur au montant des subventions… Imaginez que la SNCF, ou les taxis, ne demandent à la ville de Paris une subvention par passager amené à Paris … Les impôts ne sont pas payés en France mais en Irlande ou la compagnie a obtenu un tarif historiquement bas de son impôt sur les sociétés en échange de la domiciliation fiscale de tout ses employés. Sans compter l’évasion fiscale pure et simple au Delaware et le personnel qui ne rêve que d’une chose : partir ….  Bref : l’Avenir.

      200.000 euros c’est peanuts pour cette Compagnie qui fait des millions de C.A. de manière très très limite. La preuve la Cour d’Appel d’Aix vient de la condamner..

      Air France-KLM : les résultats du 3e trimestre plombés par la grève des pilotes

      Le Point –

      L’impact sur le résultat d’exploitation d’Air France-KLM de la grève de 14 jours des pilotes français est estimé à 330 millions d’euros. Le résultat net a chuté de 32 %.

      Alexandre de Juniac, le P-DG d'Air France-KLM.
      Alexandre de Juniac, le P-DG d’Air France-KLM. © Dominique Faget / AFP

      Air France-KLM a dévoilé mercredi des résultats en forte baisse au troisième trimestre, conséquence surtout de 14 jours de grève de ses pilotes français et d’un environnement atone, et le groupe est « résolu » à réduire encore ses coûts tout en adaptant ses investissements et actifs. L’impact du conflit social de septembre est estimé à 330 millions d’euros sur le résultat d’exploitation. Ce dernier s’élève à 247 millions contre 641 un an plus tôt. Le chiffre d’affaires a, lui, été réduit de 416 millions par la grève, à 6,69 milliards (- 6,7 %). Le résultat net a chuté de 32 % à 100 millions, détaille le groupe aérien franco-néerlandais dans un communiqué.

      Air France-KLM, numéro 2 européen derrière l’allemand Lufthansa, souligne qu’à données comparables, c’est-à-dire à taux de change constants et hors impact de la grève, le chiffre d’affaires est presque stable (+ 0,2 %) et le résultat d’exploitation ne diminue que de 18 millions. Cumulé sur neuf mois, le résultat d’exploitation augmente même de 267 millions. Le directeur financier, Pierre-François Riolacci, relève également que pour le dixième trimestre d’affilée, le coût unitaire diminue (- 1,2 % hors grève, hors change et hors kérosène), preuve que le plan de restructuration Transform 2015, lancé depuis janvier 2012, continue de produire ses effets. Pour autant, outre la grève, le groupe pâtit d’un contexte difficile.

      Surcapacités

      « L’économie de la zone euro n’a pas montré au cours du troisième trimestre les signes de vitalité que certains lui prêtaient en début d’année. Nous sommes toujours dans une économie sluggish (molle) », a résumé Pierre-François Riolacci, lors d’une conférence téléphonique. « L’environnement n’a pas été simple pour le transport aérien avec des surcapacités sur certaines zones en particulier, sur l’Asie et, dans une moindre mesure, sur l’Amérique du Nord », poursuit-il. Ces surcapacités, liées à la concurrence, font pression sur les prix et donc sur les recettes unitaires. Le directeur financier a prévenu que les effets de la grève allaient se poursuivre au dernier trimestre avec un retard des réservations.

      Combiné à un marché qui « restera assez atone », le groupe rappelle qu’il prévoit un impact négatif de l’ordre de 500 millions d’euros sur l’excédent brut d’exploitation 2014, qui sera ainsi ramené dans une fourchette comprise entre 1,7 et 1,8 milliard d’euros. « Le groupe est par ailleurs résolu, sans mettre en cause les fondements du plan Perform 2020 (plan de croissance), à limiter les conséquences de la grève et de la détérioration des recettes unitaires intervenues au cours de l’été, en adaptant les programmes d’investissement, en accélérant la réduction des coûts unitaires et en gérant de façon dynamique son portefeuille d’actifs », commente le groupe. Pierre-François Riolacci a souligné que ces mesures porteraient sur 2015. Il a notamment cité la possibilité de céder des parts encore détenues dans Amadeus et la gestion fine de la flotte en fonction des capacités, voire de transformer la commande d’Airbus A380 en A350, moins onéreux.

    Superbement, bien fait……

    Laisser un commentaire

    > C’est l’histoire d’un mec qui va au « bistro » et qui boit de la bière !!
    > Après chaque verre, il sort une photo de sa poche et la regarde.  
    > Intrigué, au bout du 4ième verre, le barman lui demande pourquoi il sort une photo à chaque fois.
    > > > > > > 
    Le mec lui répond: « C’est la photo de ma femme.  Quand je commence à la trouver belle,
    > je sais qu’il est temps de rentrer à la maison !!!
    > Démonstration: Cliquer ici !!! (Déplacez le verre de bière vers la droite)

    50Ans de présidence

    Laisser un commentaire

    capture_d___e__cran_2012-08-27_a___16.31.35

    1412100189.157816630811111

    « Clown » : une alternative au « djihad » ?

    Laisser un commentaire

    Halloween 2014Affaire des clowns : une peine de 4 mois ferme

    Un jeune homme de 18 ans, qui s’était déguisé en clown et avait agressé un passant en le frappant avec une barre de fer, a été condamné lundi à 12 mois de prison, dont 4 ferme par le tribunal de grande instance de Montpellier.

    Un jeune homme, sans profession, a été placé sous mandat de dépôt, conformément aux réquisitions du procureur de la République ce lundi 27 octobre à Montpellier.  Il était jugé en comparution immédiate pour avoir, habillé en clown, frappé de 30 coups de barre de fer dans le dos et la nuque un agent artistique de 35 ans qui regagnait son domicile à pied dans la nuit de samedi à dimanche.

    « Je me suis retrouvé en face de trois individus, dont un portant un masque de clown et qui brandissait une barre de fer, il m’a pourchassé en hurlant, « donne moi tout, ton téléphone, ton fric, ta sacoche », j’ai eu la peur de ma vie, l’arrivée d’un témoin en voiture l’a mis en fuite. Je ne dors plus depuis et je fais des cauchemars », a expliqué la victime aux juges.

    Le prévenu a reconnu qu’en état d’ivresse, il avait voulu, accompagné de deux mineurs restés passifs, effrayer un passant en s’habillant en clown, comme c’est la mode sur les réseaux sociaux.

    Dans l’Hérault, six plaintes ont été déposées pour des agressions de « clowns qui sèment la terreur », un phénomène qui se propage sur Facebook.

    Un an de prison pour un clown agressif de Montpellier

    JUSTICE – Un jeune homme de 18 ans, qui s’était déguisé en « clown » et avait agressé un passant en le frappant avec une barre de fer, a été condamné lundi à 12 mois de prison, dont 4 ferme par le tribunal de grande instance de Montpellier.

    Le clown menaçant de Montpellier a été condamné à quatre mois de prison ferme. C'est le deuxième procès du genre en l'espace d'une semaine
    Le clown menaçant de Montpellier a été condamné à quatre mois de prison ferme. C’est le deuxième procès du genre en l’espace d’une semaine Photo : Kevin Swank / Sipa Press

    ==

    Commentaires

    Français soyons Patriotes  •  4 mois???? On est où là? 4 mois pour avoir agressé de 30 coups de BARRE DE FER.
    4 MOIS!!! C’est encore la JUSTICE de Taubira, madone des racailles.
    Et 9 mois FERME pour une insulte envers la madone…..

    • jule  •           Je donnerai 30 ans de prison 50000 euros d’amende ce serait dissuasif
      xtra  •          « Encore un « faux clown malfaisant » à Montpellier.»     Bof… Il est moins nocif que le VRAI !!… à l’Élysée!!!!!
      MIX  •         Je pense qu’en prison, les co-détenus vont être morts de trouille…il pourra leur expliquer que c’est la mode sur les réseaux sociaux, on ne sait jamais ça peut marcher !!!!
    • Lariflette      Même la connerie s’est mondialisée , faut les condamner sévèrement : regarder en taule sans discontinuer la Piste aux Etoiles de Gilles Margaritis avec Achille Zavata : … »pompidur ou pompidoux? « 

      b23      merci Max pour ce commentaire, je pense que Bébert va y réfléchir toute la journée

      Bébert     Une bonne branlée en public pour un de ces joyeux farceurs et vous verrez, tout de suite, il y aura moins de clowns inquiétants sur le marché. Pour autant, les vrais resteront quand même à la tête du pays…

      @lex

      La débilité du virtuel , des réseaux sociaux hors de contrôle nous amènent là , pauvre de nous … Elle est pas là la vraie vie … Et les parents de ces ados , ils font quoi ?

       Jean-Yves Le Roy

      @Max Lombard Trop fort! + 100000000000

    • Complètement malades ces mecs ce sont des petits voyous c’est tout il faut les punir
      Punaise , sur la photo le clown du milieu ressemble à Martine Aubry 😨 ….

      Mon dieu j’ai réveillé mes voisins en rigolant à ta blague mdr le pire c’est que c’est vrai XDDDD

      Messieurs les juges vous voulez stopper cette invasion de clown le prochain vous lui mettez 10 ans ferme je vous assure qu’ils vont se calmer vite fait

      Ces dingues, avant de les mettre en prison  Il leur faut une bonne raclée qu’ils savent ce que c’est que de battre les gens.
    • –     On croit rêver ! Seulement 4 mois pour une tentative de meurtre !
    • Rusty Storm

      Nan, mais en vrai ?? Sérieux ?? Une PSYCHOSE du clown ?? Scuzez, j’ai pas du lire les bons livres ou vu les bons films (ou fumé la bonne beuher !) pour rentrer dans le trip parce que j’y vois, au mieux -ou au pire selon-, des Ronald McDo plus ou moins au top de la crétinerie, et sous acide !!

      Tigre Bleu Tigre Bleu
      Hallucinant la rapidité à laquelle ce délire s’est propagé. Entre les demeurés déguisés en clown qui rançonnent les passants à coup de barre à mines et les groupes de chasseurs de clowns qui sillonnent la ville la nuit, on nage en pleine débilité. Est-ce la pollution qui rend les gens si cons?
      sword    Oui, mais rien ne prouve que personne ne fera le 17 pour signaler les clowns de la Politique !

      La dénonciation est interdite et celui qui le fait, trahit la république fondée sur les valeurs de la liberté et de la fraternité, consolidées par la résistance au nazisme, la dénonciation d’un délit mineur est un crime en France, et ceux qui le font, finissent toujours par le payer un jour.

      Simone- Laure Theron Simone- Laure Theron
      C’est tout simplement une façon de dissimuler son visage. Pour commettre un forfait: un casque de moto, une cagoule ou autres …peuvent « faire l’affaire ». Les malveillants « en herbe » ou adultes trouvent toutes sortes de façon pour agresser les gens incognito. Ils ne manquent pas d’idées….
      Frank Lovisolo Guillard Frank Lovisolo Guillard
      « Il » est revenu, aussi connu sous le titre Ça (It en anglais).
      Certain jouent à une adaptation dangereuse du roman Ça de Stephen King.
      Bon… Il va falloir instaurer un permis de séries TV et un permis lire… »Ça » va pas mieux…
      J’ai l’impression que les imbéciles se reproduisent de plus en plus vite…http://frank-lovisolo.fr/
      Hubert RE Hubert RE
      Vous n’êtes pas marrant les clowns, inlassables suiveurs du web…s’en prendre à des petits jeunes isolés et à des femmes! allons, c’est indigne de vos déguisements. Rendez-vous dans ces lieux étranges mais répandus, vous savez , là où les habitants ont peur toute l’année, et où la police ne va pas trop, où les braves gens ne trainent pas dans les rues le soir…vous y rencontrerez d’autres clowns, qui eux aussi rient de la terreur qu’ils inspirent. Vous pourrez faire ensemble de fameux numéros de clowns, et les habitants riront beaucoup, pour une fois…
      sword    Oui, mais lorsque des citoyens ont voulus légalement remplacer ces clown là, le gouvernement à préféré les garder dans vos rues et envoyer les citoyens au tribunal.

      Donc si personne ne dit rien, c’est que tout le monde est d’accord, et les associations qui avait une solution, sont obligées de laisser les clowns de cette politique continuer de vous faire rire au quotidien.
      Et on pense même que la troupe va s’agrandir grâce aux idiots (nous) qui financent ce cirque et que le spectacle va durer encore longtemps, vu les tendances actuelles.
      Mais on est sûr que vous vous amusez bien, puisque ça fait 40 ans que ça dure.

      natoc         C’est la justice française ça ? ! Pardon ? 4 mois pour agression avec arme, préméditation, visage masqué?!  30 coups de barre de fer au risque de tuer?! pardon ? On parle de « mode » ? De « mode », et non de crime ? Mais c’est quoi cette justice?!  Quelle honte !
      vivelavie     Ridicule justice       5 ans de prison minimum car à moins de 2 ans ferme, il n’y a aucune application de la peine.
      anternoz     4 mois ferme ?  Pour 30 coups de barres de fer? C’est pas cher paye par coup… Un clown c’est amusant pour la justice ?
      coucoulesrg       Il avait voulu effrayer un passant ? En lui assénant 35 coups de barre de fer ? 1 mois le coup de barre ça aurait été pas mal non ? Mais que du ferme il aurait fait 3 ans, ça l’aurait fait réfléchir ce jeune montpelliérain (il doit être komvouzemoi vu qu’on a pas son identité).
      cora58  30 coups de barre de fer ?  Faire peur c’est une chose, donner 30 coups de barre de fer… C’en est une autre !    Ce n’est pas un accessoire habituel… Il s agit là d’une agression violente et préméditée, peu importe le costume !
      Ysildur78Fût un temps on mangeait un clown pour avoir de l’humour… Maintenant c’est l’inverse! Et puis c’est quoi ces gens qui se cachent derrière des masques, Islamistes et leurs femmes soumises, Clowns et leur stupidité de parasites qu’ils sont, terroristes nationalistes qui font péter les gendarmeries… Aucun n’a en tout cas le courage d’assumer ce qu’ils sont… La force doit rester à la Loi et celle-ci ne fait rien pour se faire respecter, rien !
      mame7342      Martine a raison !  Entre la zombie walk et les clowns je me demande vraiment ce que vous avez dans la tête.
      Overseas     On n’a là affaire qu’à de ces authentiques psychopathes que l’on ne peut laisser aller au milieu de l’espèce humaine civilisée en liberté.
      N »en déplaise à Mme Taubira en particulier ni aux idéologies « de gauche » (comme s’appellent les « bons » autoproclamés), les individus susceptibles d’être nuisibles pour les agressés, les volés, les décapités et autres victimes de tarés, de tueurs, voleurs et autres agresseurs ne sont pas des « cas sociaux » à soigner mais bien d’abord des humanoïdes à mettre hors d’état de nuire.
      Un masque de clown ?
      Et pourquoi pas aussi une cagoule, une combinaison unie qui cache tout de la tête aux pieds ?
      Tiens, tout en noir par exemple ! Et bien ample, comme une robe.
      Même sous 1m95 de haut et 1 m de large, pour pousser l’humour jusqu’au bout, puisqu’il s’agirait d’humour.
      Parce que moins… « drôle » ?
      La facture gauchiste est décidément trop lourde pour qui a compris le vrai jeu de ses promoteurs, depuis 68 puis 81…
      jokerman      Ah bon ! !   Ils devaient être du FN, car qui se ressemble, s’assemble apparemment ! !
      Theo1986       « Je ne dors plus… Je fais des cauchemars »… Soit c’est un exploit, soit c’est un mytho… En tout cas, des cauchemars sans dormir, ça me laisse pantois.

    beaux compagnons de l’humanité

    Laisser un commentaire

    Barrage de Sivens, boues rouges dans les Calanques : Royal n’apaise pas les tensions

    Le Monde.fr | Martine Valo

    Des heurts entre forces de l'ordre et opposants au projet de barrage de Sivens, dans le Tarn, le 1er septembre 2014.

    Ségolène Royal espérait calmer le jeu. Par deux fois, dimanche 7 et lundi 8 septembre, la ministre de l’écologie a exprimé sa désapprobation sur deux projets – les boues rouges de Gardanne (Bouches-du-Rhône) et le barrage de Sivens (Tarn) – qui bénéficient de l’appui des autorités locales mais suscitent une vive opposition des défenseurs de l’environnement.

    Dans le Tarn, ces propos n’ont pas ramené le calme. Tant s’en faut. Mercredi matin, les affrontements entre opposants et forces de l’ordre ont redoublé. Avec le renfort de militaires, les gendarmes mobiles ont expulsé de leur chapiteau les « zadistes » qui s’étaient installés dans la forêt de Sivens, non loin du chantier de déboisement. Des campeurs et des grévistes de la faim continuaient de  protester devant l’hôtel du département à Albi.

    La veille, alors que le président du conseil général, Thierry Carcenac (PS), se trouvait à Paris pour rencontrer la ministre de l’écologie, les engins de chantier étaient revenus s’activer autour des 13 hectares de zone humide appelés à devenir un lac artificiel. Les échauffourées et les manifestations ont lieu depuis l’arrivée des bûcherons le 1er septembre.

    On recense plusieurs blessés légers. Cinq personnes, qui s’étaient enterrées pour empêcher les grosses arracheuses d’avancer, ont été piétinées lundi par les forces de l’ordre. Depuis plusieurs jours, ces dernières font usage de gaz lacrymogènes et des membres du groupe d’intervention de la gendarmerie nationale (GIGN) grimpent dans les arbres pour décrocher les militants qui s’y cramponnent.

    >> Lire le reportage : Tensions dans le Tarn, où le barrage de Sivens attise la guerre de l’eau

    PAS DE MORATOIRE À SIVENS

    « L’eau est un bien précieux et rare qui doit faciliter l’agriculture », avait rappelé Ségolène Royal dimanche, depuis sa région de Poitou-Charentes, à Rochefort. Seulement, si des réservoirs comme celui de Sivens doivent pouvoir « faciliter l’agriculture », ils n’ont pas pour autant vocation à permettre à quelques grandes exploitations de s’approprier la ressource grâce à des investissements publics, avait-elle estimé en substance.

    Sur le terrain, ces prises de position ont fait naître chez les opposants, qui se battent précisément au nom d’un autre modèle agricole, l’espoir d’un moratoire. Ils ont vite déchanté.

    Dès lundi, la ministre de l’écologie a demandé à un ingénieur général des ponts, des eaux et forêts et à un de ses homologues de l’environnement de mener immédiatement une expertise, afin « de s’assurer de la qualité et de l’ambition du projet de territoire et des mesures compensatoires ».

    Ségolène Royal espérait que cette mission allait permettre « de rétablir un climat serein ». Mais il est peu probable, vu le niveau de tension, que les opposants se contentent de compensations environnementales revues à la hausse.

    DES EFFLUENTS DANS LA MÉDITERRANÉE

    Le dossier des boues rouges déversées dans le parc national marin des Calanques (Bouches-du-Rhône) semble moins conflictuel – une manifestation dimanche à Cassis n’a rassemblé que quelques dizaines de participants –, mais il est sans aucun doute bien plus difficile à régler.

    En 1996, l’Etat avait fixé comme date butoir le 31 décembre 2015 à l’usine d’alumine de Gardanne pour cesser de déverser ses millions de tonnes de résidus de boues rouges en mer, dans une faille située précisément au cœur du parc marin.

    >> Lire : Le dossier noir des boues rouges de Gardanne

    Le conseil d’administration du parc national des Calanques a néanmoins émis, dimanche 7 septembre, un avis majoritairement favorable à la demande de l’entreprise Alteo, qui souhaite obtenir une nouvelle concession de trente ans lui donnant le droit de poursuivre ses rejets de résidus – sous forme de liquides cette fois – dans la Méditerranée. Des effluents qui continuent d’être chargés en soude et métaux dissous.

    Lundi soir, la ministre de l’écologie a réagi rapidement sur Twitter, indiquant que des « contrôles complémentaires » étaient indispensables et qu’en « aucun cas » elle ne donnerait son feu vert à l’opération.

    Là encore la ministre n’a pas convaincu : la députée européenne Europe Ecologie-Les Verts Michèle Rivasi répète son refus d’un « parc marin Canada Dry qui bafoue la convention de Barcelone de protection de la Méditerranée », ratifiée par la France.

    Barrage de Sivens : mort mystérieuse d’un opposant

    Que s’est-il passé dans la nuit de samedi à dimanche aux abords du barrage de Sivens ? Le corps sans vie d’un jeune homme de 21 ans a été retrouvé aux abords du chantier de cet ouvrage contesté, dans le Tarn, au terme d’une nuit d’affrontements entre opposants et gendarmes. Pour les antis, la mort est survenue au cours des échauffourées. La préfecture, après avoir confirmé la mort et précisé les circonstances de la découverte du corps, n’a pas voulu faire de commentaires sur ce nouveau développement. Le procureur d’Albi a précisé dimanche soir qu’il était impossible en l’état de déterminer les causes de la mort. Une autopsie doit être menée lundi après-midi afin notamment de faire toute la lumière sur la cause de cette mort troublante.

    Un témoignage situe la mort pendant les affrontements. Ben Lefetey, le porte-parole du collectif Sauvegarde de la zone humide du Testet, qui regroupe la majeure partie des opposants au projet de barrage, a expliqué dimanche qu’ « un témoin dit avoir vu quelqu’un s’effondrer lors d’affrontements et être enlevé par les forces de l’ordre ». « Selon les premiers éléments que nous avons recueillis, la mort a eu lieu dans le contexte d’affrontements avec les gendarmes vers deux heures du matin. Nous ne disons pas que les forces de l’ordre ont tué un opposant, mais un témoin nous a dit que le décès s’était passé au moment d’affrontements », a-t-il précisé. « On n’en sait pas plus sur la cause de ce décès. On ne sait pas si c’est relié directement aux affrontements. On mène l’enquête et nous allons coopérer avec les enquêteurs », a souligné le porte-parole.

    Le corps découvert vers deux heures du matin. Contactée, la préfecture n’a pas voulu faire de commentaire sur ces déclarations des opposants. Quelques heures auparavant, elle avait annoncé dans un très bref communiqué que, « vers 02 heures du matin, le corps d’un homme (avait) été découvert par les gendarmes sur le site de Sivens ». « Les sapeurs-pompiers sont intervenus rapidement, mais n’ont pu que constater le décès de la victime. Une enquête a été ouverte sous l’autorité du procureur d’Albi afin de déterminer les causes du décès et l’identité de la victime », ajoute le texte qui ne donne aucun autre élément.

    Le procureur attend l’autopsie. Le procureur d’Albi a indiqué dimanche soir qu’il était « impossible » en l’état de déterminer les causes de la mort. Claude Derens a expliqué que les résultats préliminaires de l’autopsie du corps, prévue lundi à la mi-journée, devraient permettre d’en savoir plus. Le magistrat a déploré que les gendarmes chargés de l’enquête, « confrontés à l’hostilité » des manifestants, n’aient pu effectuer dimanche « la moindre constatation technique sur le lieu où le corps a été retrouvé ».

    « S’il est trop tôt pour affirmer son rôle exact au sein du groupe d’opposants à la construction du barrage de Sivens, il faut rappeler qu’au cours de la nuit dernière, une centaine d’opposants violents a voulu en découdre avec les forces de l’ordre. On dénombre sept victimes de blessures, certaines importantes, parmi les forces de l’ordre », a poursuivi le procureur. « En raison de l’avancée des opposants, plus nombreux que les gendarmes qui étaient 70, le terrain était balayé par des torches, ce qui a permis de repérer le corps d’un homme gisant au sol. Les gendarmes ont immédiatement fait une sortie pour récupérer le corps de Rémi et lui on donné les premiers secours », a-t-il rapporté.

    2.000 opposants pacifiques… et une centaine de casseurs. Selon le lieutenant-colonel Sylvain Renier, commandant du groupement de gendarmerie du Tarn, « 100 à 150 anarchistes encagoulés et tout de noir vêtus ont jeté des engins incendiaires » et autres projectiles aux forces de l’ordre. Elles encadraient une mobilisation de « 2.000 » opposants qui, elle, est restée pacifique, selon lui. Ce rassemblement était le plus important depuis le début de la contestation. Les forces de l’ordre ont fait usage de gaz lacrymogènes, de grenades assourdissantes et de flash-balls, a-t-il ajouté. Il a précisé que des négociations avaient été entamées, en vain, entre un représentant pacifique des opposants à la construction du barrage de Sivens et un des assaillants, qui avait alors dit qu’ils se réclamaient de « l’anarchisme ».

    Selon une source proche de l’enquête, le jeune homme décédé avait 21 ans et « faisait partie de ceux qui étaient au milieu des échauffourées samedi soir ».

    Bernard Cazeneuve appelle au calme et condamne les violences. Bernard Cazeneuve a lancé un appel au calme dans un communiqué publié dimanche soir. « Le ministre de l’intérieur appelle (…) à la retenue les responsables politiques et
    associatifs qui se sont autorisés à tenir des propos approximatifs, irresponsables et polémiques », peut-on lire dans le texte. « Ces commentaires ne participent ni à la manifestation de la vérité, ni au nécessaire retour au
    calme », ajoute-t-il. Le ministre indique également qu’il « condamne avec la plus grande fermeté les incidents qui se sont déroulés dans la soirée ». « Aucune cause, dans un Etat de droit, ne peut justifier ce déchaînement de violences répétées », poursuit-il en appelant ainsi au « calme et à la responsabilité ».

    Le « Notre-Dame-des-Landes du Sud-Ouest ». Le projet de barrage-réservoir de 1,5 million de m3 d’eau stockée fait de plus en plus figure de « Notre-Dame-des-Landes du Sud-Ouest », en référence à cette commune de Loire-Atlantique, où une importante mobilisation a provoqué le gel en 2012 de la création d’un nouvel aéroport. Depuis le début des travaux de déboisement le 1er septembre, les échauffourées et les rassemblements se sont multipliés aux alentours du chantier. Le projet de retenue d’eau est soutenu par le conseil général du Tarn, qui le juge indispensable pour irriguer les terres agricoles alentour. Les opposants dénoncent un projet coûteux destiné, selon eux, à un petit nombre d’exploitants pratiquant une agriculture intensive. Un rapport d’experts, commandé par la ministre de l’Ecologie, Ségolène Royal, doit être rendu public la semaine prochaine.

    a obtenu une copie, critique fortement le projet de barrage de Sivens dans le Tarn. Il doit être remis lundi après-midi à la préfecture du Tarn, dans un contexte très tendu.

    Un jeune homme a en effet trouvé la mort dans la nuit de samedi à dimanche sur le site de ce barrage contesté. Les causes de sa mort sont encore inconnues mais les opposants à sa construction affirment que le décès est survenu « dans le contexte d’affrontements » avec les gendarmes.

    Lire le point sur la situation sur place : Barrage de Sivens : tensions et appels au calme après la mort d’un opposant

    Le projet de barrage-réservoir d’1,5 million de m3 d’eau stockée est soutenu par le conseil général du Tarn, qui le juge indispensable pour irriguer les terres agricoles alentour et affirme qu’une autre zone humide sera recréée. Très critique sur le projet, le rapport juge cependant « difficile » d’arrêter le chantier, « compte tenu de l’état d’avancement des travaux et des engagements locaux et régionaux pris avec la profession agricole ». Il propose d’améliorer le projet sur plusieurs points.

    « SANS RÉELLE ANALYSE DES SOLUTIONS ALTERNATIVES POSSIBLES »

    Etabli par deux ingénieurs généraux des ponts, eaux et des forêts, ce rapport doit être rendu public par la préfecture du Tarn dans le courant de cette semaine, peut-être dès lundi. Il critique tout d’abord une évaluation « contestable » des besoins « réels » d’irrigation, évoquant « une surestimation du volume de substitution destiné à l’irrigation d’au moins 35 % ». Un surdimensionnement qui s’explique par une estimation des besoins établie « sur des données anciennes et forfaitaires ».

    « Le choix d’un barrage en travers de la vallée a été privilégié sans réelle analyse des solutions alternatives possibles », une situation d’autant « plus regrettable que le coût d’investissement rapporté au volume stocké est élevé », note le rapport. Il qualifie en outre l’étude d’impact de « qualité très moyenne » et juge le financement du projet « fragile ».

    Outre plusieurs recommandations techniques, le rapport préconise la mise en place d’un « comité de suivi multi-acteurs de la gestion des retenues [des barrages] de Sivens et de Thérondel afin que l’affectation des volumes et le projet territorial qui en découlera soient partagés par l’ensemble des acteurs locaux ».

    Barrage de Sivens: après la mort de Rémi, les écologistes dénoncent des « violences policières »

     LEXPRESS.fr

    Les circonstances de la mort d’un jeune homme de 21 ans retrouvé mort dimanche sur le site du barrage contesté à Sivens restent à éclaircir, a indiqué la préfecture dimanche. Les écologistes critiquent la gestion des événements par les autorités.

    Barrage de Sivens: après la mort de Rémi, les écologistes dénoncent des "violences policières"

    Une tache de sang (en bas à gauche) sur le site du barrage de Sivens, où un jeune opposant a été retrouvé mort, le 26 octobre 2014.   afp.com/Pascal Pavani

    Indignation et colère après le décès de Rémi, 21 ans, à Sivens, sur le site du barrage contesté. Les causes exactes de la mort du jeune homme sont encore indéterminées, a expliqué à la presse le procureur d’Albi Claude Dérens, et les premiers résultats de l’autopsie prévue lundi à la mi-journée. Les écologistes, eux, attendent des explications.

    >> Lire aussi: à Sivens, trois questions autour d’un barrage polémique

    Ce que dit le préfet

    Le magistrat a dénoncé dimanche le fait que les gendarmes chargés d’enquêter sur les causes de la mort n’avaient pu effectuer dimanche « la moindre constatation technique » sur place en raison de « l’hostilité » des manifestants. Ces derniers s’opposent au projet de barrage à Sivens, jugé trop coûteux alors qu’il n’aidera selon eux qu’un petit nombre d’exploitants qui pratiquent une agriculture intensive.

    Le préfet a également apporté des éclaircissements sur les circonstances entourant la découverte de la victime. « Les gendarmes présents étaient retranchés dans l’aire de stockage des engins de chantier et ont été attaqués en règle par le groupe de manifestants violents, approximativement une centaine [sur environ 2000 manifestants, ndlr], qui jetaient des cocktails Molotov, des engins pyrotechniques et des pierres sur le grillage et à l’intérieur, depuis l’extérieur », a rapporté Claude Dérens.

    « En raison de l’avancée des opposants, plus nombreux que les gendarmes qui étaient à peu près 70, le terrain a été balayé par des torches ce qui a permis de repérer le corps d’un homme gisant au sol. Les gendarmes ont immédiatement fait une sortie pour rapatrier le corps » de Rémi, avant de lui donner les premiers secours.

    Ces affrontements ont fait sept blessés parmi les forces de l’ordre, a précisé le procureur.

    Les critiques des écologistes

    Cette description des événements conforte les déclarations antérieures, à l’AFP, de Ben Lefetey, porte-parole du collectif Sauvegarde de la zone humide du Testet, qui regroupe la majeure partie des opposants au projet de barrage.

    « Nous ne disons pas que les forces de l’ordre ont tué un opposant, mais un témoin nous a dit que le décès s’était passé au moment d’affrontements », a-t-il souligné. Ce dernier « dit avoir vu quelqu’un s’effondrer lors d’affrontements et être enlevé par les forces de l’ordre ».

    Sur Twitter, plusieurs responsables écologistes critiquent la gestion du dossier par la préfecture. Notamment Guillaume Cros, conseiller régional de Midi-Pyrénées EELV, ou l’ex-ministre du Logement Cécile Duflot.

    La journée de samedi avait pourtant bien débuté, les opposants mobilisant quelque 2.000 personnes dans le calme. Parmi les manifestants, le dirigeant du Parti de Gauche Jean-Luc Mélenchon et le député européen écologiste José Bové. Ce dernier a déploré dimanche la mort « inacceptable » du jeune homme et regretté plus généralement la manière dont avait été mené ce projet accompagné de « violences policières importantes ».

    Barrage de Sivens : un rapport d’experts épingle le projet

    L'Obs avec AFP

    Très critique sur le projet de barrage-réservoir, le rapport juge cependant « difficile » d’arrêter le chantier.

    Un jeune homme est décédé dans la nuit de samedi à dimanche sur le site du barrage contesté de Sivens (Tarn). (PASCALPAVANI/AFP) Un jeune homme est décédé dans la nuit de samedi à dimanche sur le site du barrage contesté de Sivens (Tarn). (PASCALPAVANI/AFP)

    Des besoins surestimés, une étude d’impact « de qualité très moyenne », « un financement fragile »: un rapport d’experts commandé par le ministère de l’Ecologie, dont l’AFP a obtenu copie, critique fortement le projet de barrage de Sivens dans le Tarn.

    Un homme est mort dans la nuit de samedi à dimanche sur le site de ce barrage contesté, les opposants à sa construction affirmant que le décès est survenu « dans le contexte d’affrontements » avec les gendarmes.

    Le projet de barrage-réservoir d’1,5 million de m3 d’eau stockée est soutenu par le conseil général du Tarn, qui le juge indispensable pour irriguer les terres agricoles alentour et affirme qu’une autre zone humide sera recréée.

    Un surdimensionnement des besoins

    Très critique sur le projet, le rapport juge cependant « difficile » d’arrêter le chantier, « compte tenu de l’état d’avancement des travaux et des engagements locaux et régionaux pris avec la profession agricole ». Il propose d’améliorer le projet sur plusieurs points.

    Le rapport, établi par deux ingénieurs généraux des ponts, eaux et des forêts, doit être rendu public par la préfecture du Tarn dans le courant de cette semaine, peut-être dès lundi.

    Le rapport critique tout d’abord une évaluation « contestable » des besoins « réels » d’irrigation, évoquant « une surestimation du volume de substitution destiné à l’irrigation d’au moins 35 % ». Un surdimensionnement qui s’explique par une estimation des besoins établie « sur des données anciennes et forfaitaires ».

    Une étude d’impact de « qualité très moyenne »

    Le choix d’un barrage en travers de la vallée a été privilégié sans réelle analyse des solutions alternatives possibles », une situation d’autant « plus regrettable que le coût d’investissement rapporté au volume stocké est élevé », note le rapport.

    Il qualifie en outre l’étude d’impact de « qualité très moyenne » et juge le financement du projet « fragile ».

    Outre plusieurs recommandations techniques, le rapport préconise la mise en place d’un « comité de suivi multi-acteurs de la gestion des retenues (des barrages) de Sivens et de Thérondel afin que l’affectation des volumes et le projet territorial qui en découlera soient partagés par l’ensemble des acteurs locaux ».

    Un rapport d’experts étrille le barrage du Tarn

    Le Point –

    Des besoins surestimés, une étude d’impact « de qualité très moyenne » et « un financement fragile » : les critiques fusent contre le projet de Sivens.

    Un manifestant et un gendarme se font face.
    Un manifestant et un gendarme se font face. © REMY GABALDA / AFP

    Des besoins surestimés, une étude d’impact « de qualité très moyenne », « un financement fragile » : un rapport d’experts commandé par le ministère de l’Écologie critique fortement le projet de barrage de Sivens dans le Tarn.

    Un homme est mort dans la nuit de samedi à dimanche sur le site de ce barrage contesté, les opposants à sa construction affirmant que le décès est survenu « dans le contexte d’affrontements » avec les gendarmes. Le projet de barrage-réservoir de 1,5 million de mètres cubes d’eau stockée est soutenu par le conseil général du Tarn, qui le juge indispensable pour irriguer les terres agricoles alentour et affirme qu’une autre zone humide sera recréée.

    Très critique sur le projet, le rapport juge cependant « difficile » d’arrêter le chantier, « compte tenu de l’état d’avancement des travaux et des engagements locaux et régionaux pris avec la profession agricole ». Il propose d’améliorer le projet sur plusieurs points. Le rapport, établi par deux ingénieurs généraux des ponts, des eaux et des forêts, doit être rendu public par la préfecture du Tarn dans le courant de cette semaine, peut-être dès lundi.

    Un financement du projet « fragile »

    Le rapport critique tout d’abord une évaluation « contestable » des besoins « réels » d’irrigation, évoquant « une surestimation du volume de substitution destiné à l’irrigation d’au moins 35 % ». Un sur-dimensionnement qui s’explique par une estimation des besoins établie « sur des données anciennes et forfaitaires ». « Le choix d’un barrage en travers de la vallée a été privilégié sans réelle analyse des solutions alternatives possibles », une situation d’autant « plus regrettable que le coût d’investissement rapporté au volume stocké est élevé », note le rapport.

    Il qualifie en outre l’étude d’impact de « qualité très moyenne » et juge le financement du projet « fragile ». Outre plusieurs recommandations techniques, le rapport préconise la mise en place d’un « comité de suivi multi-acteurs de la gestion des retenues (des barrages) de Sivens et de Thérondel afin que l’affectation des volumes et le projet territorial qui en découlera soient partagés par l’ensemble des acteurs locaux ».

    ==

    Commentaires

    Bilou21

    Les effluents ne continueront pas d’être chargés en soude et en métaux : il y en aura 99,9 % en moins quand même. Allez, un peu de rigueur Mme la journaleuse, vous n’êtes pas pigiste à Gala.

    Fabien Nony

    Bien sûr qu’elle n’a rien changé, Ségolène Royal, après son petit coup de com’! Mais que pouvait-on attendre d’autre d’une ministre de Hollande et Valls? Après tout, le sieur Carcenac décline à son niveau l’attitude du gouvernement. Il se met au service des lobbys (ici celui des gros cultivateurs de maïs) leur cédant tout au mépris de l’intérêt général. Plutôt détruire une zone humide protégée que contrarier si peu que ce soit les copains de la FNSEA!

    A l’eau       Alors elle veut ou elle veut pas en tout cas elle a l’air de vouloir gagner du temps. Vu le climat actuel ça se comprend

    Nicotine      Elle a raison Ségolène l’écologie ne doit pas être punitive pour les puissants, ce serait dommage.

    epatant       bref, le Monde anti-hollande systèmique roule pour les boues rouges dans les calanques ! ce journal progresse

    Acidcitrix

    Projet du barrage déclaré d’intérêt général ?  Trois avis défavorables ont été émis par le Conseil Scientifique Régional du Patrimoine Naturel ainsi que le Conseil National de la Protection de la Nature, en vain. Tout ça pour permettre l’irrigation par 20 exploitants de leurs champs de maïs. Où est l’intérêt général ? Le choix des cultures ne répondent plus à des critères climatiques mais à des critères purement économiques. On frise l’absurdité. Ce projet semble n’avoir d’autres objectifs qu’une grosse opération financière au détriment de l’environnement.

    yaouenn

    Mais les rapports… « on » s’en moque ! !  Tout comme les enquêtes, sérieuses et indépendantes, sur le gaz de schiste et toutes ses conséquences désastreuses sur nos vies, sachant que l’exploitation « propre » coûtera « un bras », donc… Le jour ou un « décideur » imposera son extraction rapport ou pas rapport cela se fera, tout comme l’inutile aéroport de ND des Landes pour lequel il existe de sérieuses  » contre indications » qui passeront à la trappe… Vive la démocratie !

    voltaire21

    Vive la décentralisation   Encore un aspect négatif de la décentralisation.
    Encore un exemple d’argent gaspillé de d’environnement dégradé.
    Il se rajoute aux nombreuses routes, rocades, ronds points… Commandés pour soutenir des entreprises de BTP privés.

    daredeville87

    Quand on voit le look…de certains décérébrés qui manifestent, on comprend au final que ce barrage doit voir le jour. … Et que le gendarme (sur le cliché) doit être au bord du fou rire… Et ne parlons pas des casseurs qui viennent de mettre à feu et à sang cette petite agglomération du Tarn… Elle est belle l’Ecologie !

    Grand Sud

    Une photo manipulatrice ! On est quand même loin de la place Tian’anmen… Cela dit ce manifestant face aux décideurs aurait été plus dans la réalité des choses, car les forces de l’ordre dans quelque pays que ce soit ne sont que le bras « armé » d’un pouvoir. Si tu coupes la tête le bras ne bouge plus… À méditer !

    Odalie

    Ce rapport va-t-il servir à quelque chose ? J’en doute : ça dépendra si normal 1er a passé une bonne nuit, s’il est d’humeur morose ou non, etc. Puisque c’est lui qui prend les décisions. Mais je pense que ce rapport, comme tant d’autres, ne servira à rien, si ce n’est que Royal peut y mettre la patte et abandonner le projet pour contrer son ex et ainsi récupérer de la crédibilité.
    Et cet homme mort ? Connaîtrons-nous la raison exacte de son décès ? Là encore je me pose la question, tout est tellement pourri au royaume de France !

    Harmaggedon33On n’arrête pas de mous « bassiner » avec les énergies de substitution, et voilà, maintenant qu’on pourrait construire une centrale hydro-électrique, tout le monde décrie le projet. En plus un barrage, n’est-ce pas aussi un lieu favorable pour le développement de la faune et de la flore.
    En même temps, dans une région malgré tout pauvre, ne serait-ce pas un vecteur potentiel d’une activité économique et touristique ?
    J’ai du mal à comprendre les tenants et les aboutissants de cette affaire, ainsi que les intérêts que défendent les opposants au projet…
    Quelqu’un pourrait-il m’expliquer ?

    Proudhon

    Valls, Cazeneuve ! Des explications sur le décès de ce jeune homme

    Séquano Dionysien.

    Une question simple.: Pourquoi ces nouveaux experts n’ont ils pas été consultés avant de tout raser ?
    C’est un peu comme pour l’écotaxe, on construit d’abord les portiques et on se rend compte que les routiers ne sont pas d’accord, alors on stoppe le projet et les sommes engagées seront payées par le contribuable.
    Et pas une seule des personnes à l’origine de ses projets n’est jamais inquiétée.

    Katsepy

    Au fait ?   Le président du conseil régional ne serait-il pas socialiste… ?

    Cela fait plusieurs mois que les forces de l’ « ordre » emploient la violence contre des manifestants pacifistes… on ne compte plus les témoignages de clowns se prenant des coups de crosse, de tirs de flashball tendus sur des manifestants ne présentant aucune menace, de campements incendiés, d’humiliations répétées. A cela il faut également rajouter les agissements d’une espèce de milice locale, organisant entre autre de véritables chasses à l’homme dans les bois. Il est évident que ce projet est une menace pour la nature, et n’apporte presque aucun bénéfice en retour… diluer la pollution d’un élevage, et irriguer quelques terres, rien d’autres. N’a t on vraiment rien de mieux à faire de l’argent public que de subventionner ces projets inutiles d’un autre temps ? Est-ce ça la transition écologique dont on nous parle tant ? C’est pour cela que Remi Fraisse, 21 ans, se battait, pour la nature, contre l’absurdité du capitalisme destructeur, il portait l’espoir d’un changement. Mes pensées vont vers lui, vers sa famille et ses amis, vers tous ceux qui étaient à ses côtés. Que cet accident tragique ait au moins l’utilité à tous de nous faire réfléchir sur les raisons de ce combat.

    Si on attaque les gendarmes avec des cocktails incendiaires ou autres armes c’est pour tuer alors les manifestants se mettent en danger ; les vrais responsables sont les gens dans l’ombre qui poussent les jeunes à la violence;  respect à la famille et courage aux gendarmes qui doivent gérer ce genre de situation. ..

    en tout cas bravo aux gendarmes qui n’ont pas hésité à rompre leur formation pour aller sauver le jeune malheureusement déjà décédé!!! une sacrée conscience professionnelle, un sacré courage qu’il faut devant un tel déchaînement de violences! quand c’est pas l’extrême droite et sa haine, c’est l’extrême gauche: ça commence à bien faire!!

    Obibi san

    @Bruller Bertrand et Xavier Duval      Vous avez lu l’article? Si oui, votre réaction n’est en aucun rapport avec les infos fournies par celui-ci.
    Ce qui était tristement prévisible est arrivé, le rapport pointe les dysfonctionnements de l’étude mais comme les travaux se sont accélérés pendant l’étude on ne peut que difficilement revenir en arrière.
    L’étude des experts gouvernementaux n’était peut-être pas compétente pour pointer cela, mais la société qui avait fait les études préalables est aussi celle qui est chargée de la construction du barrage, la Compagnie d’Aménagement des Coteaux de Gascogne…

    Bruller Bertrand Bruller Bertrand
    En fait, chaque fois qu’un projet leur déplait, les écolo font une manifestation sans se préoccuper de l’intéret général, et le gouvernement recule. Ce sont des voix pour le FN. Merci les écolos

    George Orwell

    @Bruller Bertrand

    En l’occurrence, si vous aviez pris la peine de lire cet article, vous auriez vu que le rapport d’experts dont il est ici question établit clairement que ce projet va justement à l’encontre de l’intérêt général, confirmant ainsi ce que n’ont eu de cesse de dire, arguments fondés à l’appui, les citoyens qui s’opposent à la destruction de ce site naturel et au gaspillage d’argent public à des fins clientélistes.
    Quand au FN – dont vous avez déjà la façon de penser – si son électorat croît, c’est en partie du fait de comportements de ce genre des élus, et tout particulièrement ceux du PS…

    xavier duval

    Avec les écolos ce qu’il y a de bien c’est : pas d’ambiguïté sur ce qu’on doit détruire,: tout ce qui est proposé . Avec l’âge, l’éclairage à la bougie, le déplacement à bicyclette et ces autres manies pour sauver une planète deviennent incertaines et on se convertit en frondeur abstentionniste c’est moins dangereux et la sécu et l’Etat plus intéressants.

    Fabienne Courvoisier

    Ce qui m’a frappé,c’est qu’il y avait longtemps que la Police et/ou la gendarmerie n’avaient utilisé une telle violence (impossible sans ordre venu d’en haut).
    Une fois de plus (et de trop) ce que la Droite n’aurait pas osé faire , c’est un GVT (prétendu) de Gauche qui en prend la responsabilité !

    R jf R jf
    Vous vous trompez d’article, non ? Ici, il est question du rapport sur le barrage. Quant à la violence, je pense comme vous que les manifestants cagoulés qui s’en sont pris aux forces de l’ordre n’auraient probablement pas osé le faire sous un gouvernement de droite : happy ?

    George Orwell 

    @Fabienne Courvoisier

    Un dossier de fond très éclairant de Reporterre sur ce sujet et sur le déroulement des évènements depuis le début du passage en force du président du Conseil Général avec le soutien de la préfecture :

     » DOSSIER : La bataille pour sauver la zone humide du Testet  »
    http://www.reporterre.net/spip.php?article6247

    Notamment :

     » Au Testet, deuxième jour du déboisement, la police redouble de violence  »
    http://www.reporterre.net/spip.php?article6249

     » Au Testet, la police s’est comportée de manière violente et injurieuse, sans raison.  »
    http://www.reporterre.net/spip.php?article6252

    « Testet : à la violence de l’Etat, les résistants opposent… la générosité »
    http://www.reporterre.net/spip.php?article6297

    frédéricmoreau

    Stratégie Carcenac: 1 amadouer amis bétonneurs et gros agrochimistes FNSEA pour avoir financements et soutiens politiques; 2 lancer études de barrage inutile avec plan média mensonger basé sur « jeunz agriculteurs qui s’installent sur territoire en déprise » ou « prévision de réchauffement climatique » 3 lancer travaux avant d’être sûr que c’est une bonne idée mais aussi avant élections sénatoriales pour s’assurer voix des FNSEA; 4 s’empiffrer avec autres fossiles au Sénat pour le restant de sa vie.

    Jean Robert GAUTHEY

    Si j’ai bien lu des études ont été faites et n’ont pas été critiquées en leur temps et aujourd’hui, après 2 ou 3 jours d’un labeur sans doute intense, 2 ronds de cuir viennent émettre leur opinion tardive …. pour proposer un « comité de suivi multi-acteurs de la gestion des retenues [des barrages] de Sivens et de Thérondel » bref un nouveau comité Théodule où pourront se prélasser quelques fonctionnaires et copains écologistes. L’état dans ce qu’il fait de mieux … faire semblant de faire!

    ficelle

    Une surestimation des besoins de 35% ne me parait pas une erreur. Quelle est leur marge d’erreur en annonçant un tel chiffre ??

    Jean-Loup AZEMA

    Les ploucs ne se rendent pas compte qu’avec leur agriculture intensive, ils creusent leur propre tombe en faisant baisser les cours de leur propre production. Cercle vicieux classique !

    Uchronik451

    Est-on un pays d incapables? rapports contre-rapports, expertises, contre-expertises, études d’impact… tout cela ne sert-il  à rien? Déjà un mort… et les responsables sont irresponsables. désespérants et inhumains

     

    Older Entries