Cà presse!

Laisser un commentaire

67 journalistes ont été tués en 2015, la France 3e pays le plus touché avec « Charlie Hebdo »

Publication: 29/12/2015 08h31 CET Mis à jour: il y a 5 heures
JOURNALISTES TUES
Share

Imprimer

DÉCÈS – Soixante-sept journalistes ont été tués dans le monde en 2015 en raison de leur profession, notamment en France, troisième pays le plus touché à cause de l’attentat contre le journal Charlie Hebdo, selon le bilan annuel de Reporters sans frontières (RSF) publié mardi.

27 « journalistes-citoyens » (blogueurs) et 7 collaborateurs de médias ont également été assassinés, d’après l’ONG qui réclame la nomination « sans tarder d’un représentant spécial pour la protection des journalistes auprès du secrétaire général des Nations Unies ». En 2014, 66 journalistes avaient été tués, selon RSF.

En tête des pays les plus meurtriers pour les journalistes cette année, figurent l’Irak et la Syrie, suivis de la France, du Yémen, du Soudan du Sud, de l’Inde, du Mexique et des Philippines.

RSF dénombre ainsi 9 journalistes tués en Irak en 2015, autant en Syrie, et 8 en France parmi les douze victimes de l’attaque jihadiste contre Charlie Hebdo le 7 janvier.

« Tués en temps de paix »

Cette attaque « participe à l’inversion de la tendance de 2014 où deux tiers des reporters tués dans le monde l’avaient été en zones de conflits. Cette année, au contraire, deux tiers des journalistes tués l’ont été en temps de paix », souligne l’organisation.

En incluant les « morts suspectes », RSF dénombre en tout 110 journalistes tués cette année. « Cette situation préoccupante est imputable à une violence délibérée contre les journalistes, et témoigne de l’échec des initiatives en faveur de leur protection », selon l’organisation.

Depuis 2005, au moins 787 journalistes ont été tués en raison de leur profession.

RSF liste les « exactions qui ont marqué l’année », à commencer par l’attentat contre Charlie Hebdo, mais également l’assassinat « mis en scène » par l’organisation Etat islamique du journaliste japonais Kenji Goto.

« Impunité »

Le Mexique a connu un « assassinat de trop », poursuit RSF : celui du photojournaliste Ruben Espinosa, retrouvé mort en août, « avec des traces de tortures », au côté de quatre femmes dans un appartement de Mexico. « Son assassinat a entraîné une vague d’indignation et une prise de conscience sur le manque criant de protection pour les journalistes au Mexique », souligne RSF, rappelant qu’une loi pour les protéger est entrée en vigueur quelques jours plus tard, mais seulement dans le district de Mexico.

RSF évoque enfin l’assassinat en Somalie de Hindiyo Haji Mohamed, l’une des deux femmes journalistes tuées cette année dans le monde. Cette journaliste de la télévision nationale a « succombé aux blessures infligées par un attentat à la voiture piégée qui porte la signature de la milice islamiste shebab le 3 décembre à Mogadiscio », estime RSF, qui dénonce « l’impunité » des crimes commis contre les journalistes dans ce pays. Son époux, journaliste également, avait lui aussi été victime d’un attentat en septembre 2012.

« Il est impératif de mettre en place un mécanisme concret pour l’application du droit international sur la protection des journalistes. Aujourd’hui, des groupes non étatiques perpètrent des exactions ciblées contre eux, tandis que de trop nombreux États ne respectent pas leurs obligations », relève le secrétaire général de RSF Christophe Deloire, dans un communiqué.

L’organisation déplore aussi que les circonstances de la mort de 43 reporters cette année « demeurent indéterminées, en raison du manque d’enquêtes officielles impartiales et approfondies, du fait de la mauvaise volonté des États ». Elle dénonce « l’impunité des crimes commis contre les journalistes dans de nombreuses régions du monde ».

Outre ces meurtres, 54 journalistes sont retenus en otage dans le monde à fin 2015, contre 40 en 2014, même s’il y a eu cette année moins d’enlèvements que l’an dernier, selon un rapport déjà publié par RSF mi-décembre.

sans-titre4

Presse: 67 journalistes tués en 2015, la France 3e pays le plus touché

Soixante-sept journalistes ont été tués dans le monde en 2015 en raison de leur profession, notamment en France, troisième pays le plus touché à cause de l’attentat contre le journal Charlie Hebdo, selon le bilan annuel de Reporters sans frontières (RSF) publié mardi.

27 « journalistes-citoyens » (blogueurs) et 7 collaborateurs de médias ont également été assassinés, d’après l’ONG qui réclame la nomination « sans tarder d’un représentant spécial pour la protection des journalistes auprès du secrétaire général des Nations Unies ». En 2014, 66 journalistes avaient été tués, selon RSF.

En tête des pays les plus meurtriers pour les journalistes cette année, figurent l’Irak et la Syrie, suivis de la France, du Yémen, du Soudan du Sud, de l’Inde, du Mexique et des Philippines.

RSF dénombre ainsi 9 journalistes tués en Irak en 2015, autant en Syrie, et 8 en France parmi les douze victimes de l’attaque jihadiste contre Charlie Hebdo le 7 janvier.

Cette attaque « participe à l?inversion de la tendance de 2014 où deux tiers des reporters tués dans le monde l?avaient été en zones de conflits. Cette année, au contraire, deux tiers des journalistes tués l?ont été en temps de paix », souligne l’organisation.

En incluant les « morts suspectes », RSF dénombre en tout 110 journalistes tués cette année. « Cette situation préoccupante est imputable à une violence délibérée contre les journalistes, et témoigne de l?échec des initiatives en faveur de leur protection », selon l’organisation.

Depuis 2005, au moins 787 journalistes ont été tués en raison de leur profession.

RSF liste les « exactions qui ont marqué l’année », à commencer par l’attentat contre Charlie Hebdo, mais également l?assassinat « mis en scène » par l’organisation Etat islamique du journaliste japonais Kenji Goto.

– ‘Impunité’ –

Le Mexique a connu un « assassinat de trop », poursuit RSF : celui du photojournaliste Ruben Espinosa, retrouvé mort en août, « avec des traces de tortures », au côté de quatre femmes dans un appartement de Mexico.

« Son assassinat a entraîné une vague d?indignation et une prise de conscience sur le manque criant de protection pour les journalistes au Mexique », souligne RSF, rappelant qu’une loi pour les protéger est entrée en vigueur quelques jours plus tard, mais seulement dans le district de Mexico.

RSF évoque enfin l’assassinat en Somalie de Hindiyo Haji Mohamed, l?une des deux femmes journalistes tuées cette année dans le monde.

Cette journaliste de la télévision nationale a « succombé aux blessures infligées par un attentat à la voiture piégée qui porte la signature de la milice islamiste shebab le 3 décembre à Mogadiscio », estime RSF, qui dénonce « l?impunité » des crimes commis contre les journalistes dans ce pays. Son époux, journaliste également, avait lui aussi été victime d?un attentat en septembre 2012.

« Il est impératif de mettre en place un mécanisme concret pour l?application du droit international sur la protection des journalistes. Aujourd?hui, des groupes non étatiques perpètrent des exactions ciblées contre eux, tandis que de trop nombreux États ne respectent pas leurs obligations », relève le secrétaire général de RSF Christophe Deloire, dans un communiqué.

L’organisation déplore aussi que les circonstances de la mort de 43 reporters cette année « demeurent indéterminées, en raison du manque d?enquêtes officielles impartiales et approfondies, du fait de la mauvaise volonté des États ». Elle dénonce « l?impunité des crimes commis contre les journalistes dans de nombreuses régions du monde ».

Outre ces meurtres, 54 journalistes sont retenus en otage dans le monde à fin 2015, contre 40 en 2014, même s’il y a eu cette année moins d’enlèvements que l’an dernier, selon un rapport déjà publié par RSF mi-décembre.

Au moins soixante-sept journalistes ont été tués dans le monde en 2015

Le Monde.fr |

Soixante-sept journalistes ont été tués dans le monde en 2015 en raison de leur profession, selon le bilan annuel de Reporters sans frontières (RSF), publié mardi 29 décembre. L’ONG recense par ailleurs la mort de 27 blogueurs et sept collaborateurs de médias. En 2014, 66 journalistes avaient été tués. En incluant les « morts suspectes », l’organisation dénombre en tout 110 journalistes tués cette année.

En tête des pays les plus meurtriers figurent l’Irak et la Syrie, avec tous deux, neuf victimes. La France arrive en troisième position, en raison de l’attentat contre la rédaction de Charlie Hebdo, le 7 janvier (huit des douze morts de l’attaque). Celle-ci participe d’ailleurs à l’inversion de la tendance observée l’an passé où deux tiers des reporters tués dans le monde l’avaient été en zones de conflit. « Cette année, au contraire, deux tiers des journalistes tués l’ont été en temps de paix », détaille RSF. Depuis 2005, au moins 787 personnes sont mortes en raison de leur profession.

RSF liste les « exactions qui ont marqué l’année » : l’attentat contre Charlie Hebdo, mais également l’assassinat « mis en scène » par l’organisation Etat islamique du journaliste japonais Kenji Goto. Les cas du photojournaliste Ruben Espinosa, au Mexique, et de Hindiyo Haji Mohamed, en Somalie, sont aussi mentionnés.

Outre ces meurtres, 54 journalistes sont retenus en otages dans le monde à la fin de l’année 2015, contre 40 en 2014, même s’il y a eu cette année moins d’enlèvements que l’an dernier, selon un rapport déjà publié par RSF à la mi-décembre.

L’organisation américaine Committee to Protect Journalists qui a publié son propre bilan, le même jour, dénombre pour sa part 69 journalistes tués cette année.

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/actualite-medias/article/2015/12/29/soixante-sept-journalistes-ont-ete-tues-dans-le-monde-en-2015_4838874_3236.html#c8vXKKeumyBE11gb.99

Presse: 67 journalistes tués en 2015, la France 3e pays le plus touché

AFP

une-carte-de-presse-avec-la-mention-je-suis-charlie-le-8-janvier-2015-a-bruxelles_5490162Une carte de presse avec la mention « Je suis Charlie » le 8 janvier 2015 à Bruxelles   afp.com/LAURIE DIEFFEMBACQ

Paris – Soixante-sept journalistes ont été tués dans le monde en 2015 en raison de leur profession, notamment en France, troisième pays le plus touché à cause de l’attentat contre le journal Charlie Hebdo, selon le bilan annuel de Reporters sans frontières (RSF) publié mardi.

27 « journalistes-citoyens » (blogueurs) et 7 collaborateurs de médias ont également été assassinés, d’après l’ONG qui réclame la nomination « sans tarder d’un représentant spécial pour la protection des journalistes auprès du secrétaire général des Nations Unies« . En 2014, 66 journalistes avaient été tués, selon RSF.

En tête des pays les plus meurtriers pour les journalistes cette année, figurent l’Irak et la Syrie, suivis de la France, du Yémen, du Soudan du Sud, de l’Inde, du Mexique et des Philippines.

RSF dénombre ainsi 9 journalistes tués en Irak en 2015, autant en Syrie, et 8 en France parmi les douze victimes de l’attaque jihadiste contre Charlie Hebdo le 7 janvier.

Cette attaque « participe à l’inversion de la tendance de 2014 où deux tiers des reporters tués dans le monde l’avaient été en zones de conflits. Cette année, au contraire, deux tiers des journalistes tués l’ont été en temps de paix« , souligne l’organisation.

En incluant les « morts suspectes« , RSF dénombre en tout 110 journalistes tués cette année. « Cette situation préoccupante est imputable à une violence délibérée contre les journalistes, et témoigne de l’échec des initiatives en faveur de leur protection« , selon l’organisation.

Depuis 2005, au moins 787 journalistes ont été tués en raison de leur profession.

RSF liste les « exactions qui ont marqué l’année« , à commencer par l’attentat contre Charlie Hebdo, mais également l’assassinat « mis en scène » par l’organisation Etat islamique du journaliste japonais Kenji Goto.

– ‘Impunité’ –

Le Mexique a connu un « assassinat de trop« , poursuit RSF : celui du photojournaliste Ruben Espinosa, retrouvé mort en août, « avec des traces de tortures« , au côté de quatre femmes dans un appartement de Mexico.

« Son assassinat a entraîné une vague d’indignation et une prise de conscience sur le manque criant de protection pour les journalistes au Mexique« , souligne RSF, rappelant qu’une loi pour les protéger est entrée en vigueur quelques jours plus tard, mais seulement dans le district de Mexico.

RSF évoque enfin l’assassinat en Somalie de Hindiyo Haji Mohamed, l’une des deux femmes journalistes tuées cette année dans le monde.

Cette journaliste de la télévision nationale a « succombé aux blessures infligées par un attentat à la voiture piégée qui porte la signature de la milice islamiste shebab le 3 décembre à Mogadiscio« , estime RSF, qui dénonce « l’impunité » des crimes commis contre les journalistes dans ce pays. Son époux, journaliste également, avait lui aussi été victime d’un attentat en septembre 2012.

« Il est impératif de mettre en place un mécanisme concret pour l’application du droit international sur la protection des journalistes. Aujourd’hui, des groupes non étatiques perpètrent des exactions ciblées contre eux, tandis que de trop nombreux États ne respectent pas leurs obligations« , relève le secrétaire général de RSF Christophe Deloire, dans un communiqué.

L’organisation déplore aussi que les circonstances de la mort de 43 reporters cette année « demeurent indéterminées, en raison du manque d’enquêtes officielles impartiales et approfondies, du fait de la mauvaise volonté des États« . Elle dénonce « l’impunité des crimes commis contre les journalistes dans de nombreuses régions du monde« .

Outre ces meurtres, 54 journalistes sont retenus en otage dans le monde à fin 2015, contre 40 en 2014, même s’il y a eu cette année moins d’enlèvements que l’an dernier, selon un rapport déjà publié par RSF mi-décembre.

La France, troisième pays le plus meurtrier pour les journalistes en 2015

PRESSE – EN 2015, 67 journalistes ont été tués dans le monde selon l’ONG RSF ; la France se place en troisième position à cause du massacre de « Charlie Hebdo »…

L’association Reporters sans frontières (RSF) a dévoilé ce mardi son bilan annuel : en 2015, 67 journalistes ont été tués dans le monde en raison de leur profession. La France arrive en troisième position de ce classement, à cause de l’attentat contre le journal Charlie Hebdo. En 2014, 66 journalistes avaient été tués, toujours selon RSF.

L’irak, la Syrie et la France dans le trio de tête

RSF compte aussi parmi les journalistes tués cette année 27 « journalistes-citoyens » (ou blogueurs) et 7 collaborateurs de médias ont également été assassinés. L’ONG réclame la nomination « sans tarder d’un représentant spécial pour la protection des journalistes auprès du secrétaire général des Nations Unies ».

En 2015, la France 3ème pays le plus meurtrier pour les journalistes après la Syrie et l’Irak https ://t.co/zNboSS0JNC #CharlieHebdo

— Christophe Deloire (@cdeloire) December 29, 2015

En tête des pays les plus meurtriers pour les journalistes figurent l’Irak et la Syrie, puis la France, le Yémen, le Soudan du Sud, l’Inde, le Mexique et des Philippines.

Deux tiers des journalistes tués hors « zones de conflit »

RSF dénombre ainsi 9 journalistes tués en Irak en 2015, autant en Syrie, et 8 en France parmi les douze victimes de l’attaque djihadiste contre Charlie Hebdo le 7 janvier. Cette attaque terroriste « participe à l’inversion de la tendance de 2014 où deux tiers des reporters tués dans le monde l’avaient été en zones de conflits. Au contraire, en 2015 deux tiers des journalistes tués l’ont été en temps de paix », souligne l’organisation.

http://infogr.am/journalistes_tues_dans_le_monde_en_2015

En incluant les « morts suspectes », RSF dénombre en tout 110 journalistes tués cette année. « Cette situation préoccupante est imputable à une violence délibérée contre les journalistes, et témoigne de l’échec des initiatives en faveur de leur protection », selon l’organisation. Depuis 2005, au moins 787 journalistes ont été tués en raison de leur profession.

54 journalistes otages dans le monde

Outre ces meurtres, 54 journalistes sont retenus en otage dans le monde à fin 2015, contre 40 en 2014, même s’il y a eu cette année moins d’enlèvements que l’an dernier, selon un rapport déjà publié par RSF mi-décembre.

L’Irak, la Syrie et la France sont les pays les plus meurtriers pour les journalistes en 2015

Reporters sans Frontières a recensé 110 « journalistes tués en raison de leur métier ou décédés de morts suspectes », en 2015.

Cette année, les trois pays les plus meurtriers pour les journalistes ont été l’Irak, la Syrie… Et la France, selon le rapport annuel de Reporters sans Frontières (RSF) qui « a recensé 110 journalistes tués en raison de leur métier ou décédés de morts suspectes », en 2015. La troisième position de ce classement morbide revient à la France en raison des attentats de Charlie Hebdo. Pas moins de 12 personnes, journalistes et dessinateurs, avaient été assassinés de sang froid dans la rédaction du journal satirique le 7 janvier dernier par les frères Kouachi. Selon Reporters sans Frontières, sur 110 journalistes tués cette année, seuls 67 d’entre eux « ont été tués en raison de leur profession ou dans l’exercice de leur mission, soit un total de 787 depuis 2005. Les autres cas font l’objet de suspicions », affirme l’organisation. « A ces chiffres s’ajoutent 27 journalistes citoyens et 7 collaborateurs de médias tués. Cette situation préoccupante est imputable à une violence délibérée contre les journalistes, et témoigne de l’échec des initiatives en faveur de leur protection », dénonce-t-elle encore.

Christophe Deloire, secrétaire général de RSF, affirme qu’il « est impératif de mettre en place un mécanisme concret pour l’application du droit international sur la protection des journalistes ». « Aujourd’hui », poursuit-il, « des groupes non étatiques perpètrent des exactions ciblées contre les journalistes, tandis que de trop nombreux États ne respectent pas leurs obligations. Les 110 reporters tués cette année doivent générer des réactions à hauteur de l’urgence : un représentant spécial pour la protection des journalistes auprès du secrétaire général des Nations Unies doit être nommé sans tarder ». « Pour répondre à la persistance et la diversité des risques encourus par les journalistes », explique RSF sur son site, « une édition revue et corrigée du Guide pratique de sécurité pour les journalistes » a été « publiée le 15 décembre 2015, en partenariat avec l’Unesco ».
Read more at http://www.atlantico.fr/pepites/irak-syrie-et-france-sont-pays-plus-meurtriers-pour-journalistes-en-2015-2514359.html#WqVeDFSefijaRK3C.99

67 journalistes ont été tués en 2015, la France 3e pays le plus touché avec « Charlie Hebdo »

JOURNALISTES TUES

DÉCÈS – Soixante-sept journalistes ont été tués dans le monde en 2015 en raison de leur profession, notamment en France, troisième pays le plus touché à cause de l’attentat contre le journal Charlie Hebdo, selon le bilan annuel de Reporters sans frontières (RSF) publié mardi.

27 « journalistes-citoyens » (blogueurs) et 7 collaborateurs de médias ont également été assassinés, d’après l’ONG qui réclame la nomination « sans tarder d’un représentant spécial pour la protection des journalistes auprès du secrétaire général des Nations Unies ». En 2014, 66 journalistes avaient été tués, selon RSF.

En tête des pays les plus meurtriers pour les journalistes cette année, figurent l’Irak et la Syrie, suivis de la France, du Yémen, du Soudan du Sud, de l’Inde, du Mexique et des Philippines.

RSF dénombre ainsi 9 journalistes tués en Irak en 2015, autant en Syrie, et 8 en France parmi les douze victimes de l’attaque jihadiste contre Charlie Hebdo le 7 janvier.

« Tués en temps de paix »

Cette attaque « participe à l’inversion de la tendance de 2014 où deux tiers des reporters tués dans le monde l’avaient été en zones de conflits. Cette année, au contraire, deux tiers des journalistes tués l’ont été en temps de paix », souligne l’organisation.

En incluant les « morts suspectes », RSF dénombre en tout 110 journalistes tués cette année. « Cette situation préoccupante est imputable à une violence délibérée contre les journalistes, et témoigne de l’échec des initiatives en faveur de leur protection », selon l’organisation.

Depuis 2005, au moins 787 journalistes ont été tués en raison de leur profession.

RSF liste les « exactions qui ont marqué l’année », à commencer par l’attentat contre Charlie Hebdo, mais également l’assassinat « mis en scène » par l’organisation Etat islamique du journaliste japonais Kenji Goto.

« Impunité »

Le Mexique a connu un « assassinat de trop », poursuit RSF : celui du photojournaliste Ruben Espinosa, retrouvé mort en août, « avec des traces de tortures », au côté de quatre femmes dans un appartement de Mexico. « Son assassinat a entraîné une vague d’indignation et une prise de conscience sur le manque criant de protection pour les journalistes au Mexique », souligne RSF, rappelant qu’une loi pour les protéger est entrée en vigueur quelques jours plus tard, mais seulement dans le district de Mexico.

RSF évoque enfin l’assassinat en Somalie de Hindiyo Haji Mohamed, l’une des deux femmes journalistes tuées cette année dans le monde. Cette journaliste de la télévision nationale a « succombé aux blessures infligées par un attentat à la voiture piégée qui porte la signature de la milice islamiste shebab le 3 décembre à Mogadiscio », estime RSF, qui dénonce « l’impunité » des crimes commis contre les journalistes dans ce pays. Son époux, journaliste également, avait lui aussi été victime d’un attentat en septembre 2012.

« Il est impératif de mettre en place un mécanisme concret pour l’application du droit international sur la protection des journalistes. Aujourd’hui, des groupes non étatiques perpètrent des exactions ciblées contre eux, tandis que de trop nombreux États ne respectent pas leurs obligations », relève le secrétaire général de RSF Christophe Deloire, dans un communiqué.

L’organisation déplore aussi que les circonstances de la mort de 43 reporters cette année « demeurent indéterminées, en raison du manque d’enquêtes officielles impartiales et approfondies, du fait de la mauvaise volonté des États ». Elle dénonce « l’impunité des crimes commis contre les journalistes dans de nombreuses régions du monde ».

Outre ces meurtres, 54 journalistes sont retenus en otage dans le monde à fin 2015, contre 40 en 2014, même s’il y a eu cette année moins d’enlèvements que l’an dernier, selon un rapport déjà publié par RSF mi-décembre.

RSF a recensé 110 journalistes tués en 2015

PARIS (Reuters) – L’organisation Reporters sans frontières (RSF) a recensé au moins 67 journalistes tués en 2015 dans l’exercice ou en raison de leurs fonctions et demande une « réaction à la hauteur de l’urgence ».

Dans son rapport annuel publié mardi, RSF souligne que 110 journalistes ont été tués en raison de leur métier ou sont décédés de morts suspectes. « Pour 67 d’entre eux, l’organisation est en mesure d’affirmer de manière formelle qu’ils ont été tués en raison de leur profession ou dans l’exercice de leur mission », précise RSF.

« A ces chiffres s’ajoutent 27 journalistes citoyens et 7 collaborateurs de médias tués ».

L’Irak, où onze journalistes ont été tués, et la Syrie (dix) sont aux deux premiers rangs. La France est à la troisième place en raison de l’attaque djihadiste du 7 janvier contre la rédaction de l’hebdomadaire Charlie Hebdo à Paris.

Le bilan établi par RSF fait également état de 54 journalistes retenus en otage à travers le monde (dont 26 en Syrie) et de 153 autres détenus (dont 23 en Chine, 22 en Egypte et 18 en Iran).

« Il est impératif de mettre en place un mécanisme concret pour l’application du droit international sur la protection des journalistes », a déclaré le secrétaire général de RSF, Christophe Deloire, dans un communiqué.

========

Commentaires

Christian  •                 » l’attentat en janvier contre le journal Charlie Hebdo. » étaient-ils journalistes,ces crasseux de l’ultra/gauche?
un VRAI journaliste enquête,analyse…tout l’opposé de « notre » presse aux ordres

  • Jackie  •                     Et combien de routiers sont morts pendant ce temps?

    Paul  •                       Panamza…MISÈRE INTELLECTUELLE : VALLS ÉDITÉ PAR BHL BIENTÔT EN SOLDE …Le livre coûtera seulement 5 euros,quoi,une peccadille en somme pour s’ennuyer a tourné les pages par curiosité politique…D’ailleurs ce livre et un peu trop pauvre intellectuellement pour le présenté chez Ruquier,il n’arriverait pas a satisfaire le contour de la bouche de Léa Salomé…

    29 12 2015 a dada sur 2016

    « L’Exigence » morale commence par soi-mème…

    Il y a aussi l’autre Esprit maléfique de Charlie qui poursuit son œuvre de destruction de la société française…

    Le samedi 26 décembre, Le Parisien rapportait la prochaine parution d’un nouvel ouvrage de Manuel Valls. Le titre : « L’Exigence »

    Le contenu : les discours post-attentats (7-9 janvier + 13 novembre) en mode ultra-sécuritaire, anxiogène et va-t-en-guerre qui furent prononcés par le Premier ministre à l’Assemblée nationale.

    « Tous les droits seront reversés aux associations de soutien aux victimes » selon la notice de l’ouvrage.
    La récolte d’argent sera plutôt légère puisque les « droits » perçus par l’auteur seront minimaux : le livre coûtera seulement 5 euros

    L’éditeur : Grasset, une compagnie dont l’administrateur historique est Bernard-Henri Lévy, agent médiatique de la mouvance sioniste

    Rappel : les discours du Premier ministre sont élaborés par Benjamin Djiane, vice-président d’une association membre du Crif, pro-israélienne et dénommée « Socialisme et judaïsme »

    ***SOUTENEZ L’INFO-PANAMZA !

  • Letac  •                      Grace à qui?
  • zera  •                         Chaque métier a ses risques; le secteur du BTP avec l’amiante fait bien plus de morts
  • Leovigild  •               Pour une fois qu’on fait mieux qu’en Sport…
  • United We Stand  •  MDR
  • pedro  •                     RAF
    jean-jacques  •            La France socialiste « avance » chaque jour davantage : Dorénavant elle est 3eme mondiale au palmarès des journalistes assassinés et 26 eme (sur 85) au palmarès de la corruption dans le monde (selon Transparency International).

    • Moi, Sans Dents  •    Les Reporteurs sans frontière victimes des Rats sans frontières…
      Ils n’ont qu’à arrêter de les défendre ! ils n’en payeraient pas ce prix…
    • Peter  •                           J’avoue n’éprouver plus grande compassion pour cette caste journalistique dont l’objectif est désormais bien plus « d’éduquer les esprits » (propagande en français) que d’informer.
    • Rascasse  •                  parce que les crasseux de Charlie hebdo qui avaient le cul sur une chaise pour conchier sur la France la religion catholique, et tout ce qui a de sacré dans le monde, avaient le même statut que les courageux journalistes                   d ‘investigation , et ceux qui mettent leur vie en péril à                  l ‘étranger pour nous informer?..
      mélangeons pas les torchons puants et les nobles serviettes.. José  •                         Morts dans un métier qu’ils ont choisi, et mieux payé que le smic. Combien d’ouvriers morts sur les chantiers et ailleurs?
    • gege g  •                  et dire que « rsf » avait comme président, un certain robert menard !
      ♖TM  •                     Bon débarras pour ces mercenaires et porte-plume des pouvoirs ! Demandez-vous pourquoi cette profession bénéficie d’avantages fiscaux en France ?

Douce France!!

Laisser un commentaire

sans-titre6

La France ne fait plus partie des 20 pays où l’on vit le mieux


Loin derrière l’Australie, l’Allemagne ou le Royaume-Uni, la France végète désormais à la 22ème place du classement 2015 de l’ONU, basé sur l’indice de développement humain.

© Fournis par BFMNewsLa France est un pays où il fait bon vivre, mais reste à la traîne comparé à nombre de ses voisins. Voilà le principal enseignement du classement 2015 établi par l’Organisation des nations unies (ONU) grâce à l’indice de développement humain. Pour le calculer, l’ONU s’appuie notamment sur des données telles que l’espérance de vie à la naissance, le niveau d’éducation, ou le revenu par habitant.

© ONULa Norvège en tête, les États-Unis reculent

Et comme lors de l’édition 2014, c’est la Norvège qui occupe la plus haute marche du podium, devant l’Australie et la Suisse. Le Danemark fait en revanche un bond au classement, passant de la 10ème à la 4ème place. Les États-Unis empruntent une trajectoire inverse, chutant de la 5ème à la 8ème place. La France, quant à elle, passe de la 20ème à la 22ème place, doublée par le Luxembourg et la Belgique.

© DRRetrouvez le classement complet ici.

En France, la pauvreté a légèrement augmenté en 2014

LE MONDE Isabelle Rey-Lefebvre

L’Insee révèle, dans une étude publiée mercredi 23 décembre, que le taux de pauvreté a légèrement augmenté en 2014, passant de 14 % l’année précédente, à 14,2% des ménages français qui vivent donc avec des ressources ne dépassant pas 1 002 euros (60 % du revenu médian) par mois et par unité de consommation*.

La pauvreté touche donc, aujourd’hui, en France, 4 millions de ménages, familles monoparentales en tête, soit 9 millions de personnes. Elle avait beaucoup empiré, entre 2008 et 2011, passant de 13 % à 14,4 % des 28 millions de ménages, puis régressé légèrement, en 2012 (14,3 %) et 2013 (14 %). Malgré cette aggravation, la France est, des pays européens, l’un des moins touchés par la pauvreté, certes plus que la Norvège (10,1 % en 2011) mais devant l’Allemagne (16,1 %) ou le Royaume-Uni (16,2 %).

Lire aussi : La progression de l’extrême pauvreté en France en trois chiffres

Le chômage, principale cause

Cette dégradation se produit en dépit des mesures sociales et fiscales, par exemple la réduction de l’impôt sur le revenu des ménages modestes ou la revalorisation du Revenu de solidarité active (RSA) et du minimum vieillesse, prises par le gouvernement en 2014, et sans lesquelles le taux de pauvreté aurait encore enflé de 0,5 point.

Elle s’explique essentiellement par le chômage, toujours en hausse, et par la multiplication des périodes d’inactivité des travailleurs en contrat à durée déterminée ou en intérim, l’économie française manquant tout bonnement de croissance. Contrairement à ses voisins italiens, allemands ou anglais, la France n’a pas, pour tenter de résorber le chômage, choisi la voie de la baisse du salaire horaire, qui n’est donc pas en cause dans ces constats.

Accentuation des inégalités

Triste corollaire, les inégalités s’accentuent légèrement, selon le coefficient de GINI** : en 2014, il atteint 0,295, en hausse de 0,04 point, en un an, alors qu’il s’était stabilisé à 0,303, entre 2010 et 2012, suite à une hausse brutale en 2010.

Ces chiffres sont cependant encore provisoires, l’Insee les livrant par avance sur le calendrier habituel (qui exige 21 mois de calcul) afin de donner aux gouvernements et à l’Europe les données les plus fraîches possibles pour évaluer et adapter leurs politiques. S’applique-là une nouvelle méthode, déjà testée par l’Office for National Statistics anglais, dite de micro-simulation à partir de données partielles.

Lire aussi : Les enfants européens toujours plus menacés de pauvreté

* UC : dans un ménage, le premier adulte compte pour une UC, toute autre personne âgée de plus de 14 ans, pour 0,5 UC et tout enfant de moins de 14 ans pour 0,3 : une famille de deux enfants dont un de moins de 14 ans compte donc pour 2,3 UC et le seuil de pauvreté se situait, pour elle, en 2014, à 2 304 euros de revenu mensuel.

** Ce coefficient évolue de zéro à un. Zéro étant l’égalité parfaite, où tout le monde est au même niveau de vie, et un, l’inégalité extrême, où une personne dispose de tout le revenu, rien pour les autres.

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/economie-francaise/article/2015/12/22/en-france-la-pauvrete-a-legerement-augmente-en-2014_4836778_1656968.html#w3kRs60YDo3EfcIL.99

Plus de 14% des Français vivent désormais sous le seuil de pauvreté

Retournement de situation : après deux années de baisse, le nombre de Français vivant sous le seuil de pauvreté est reparti à la hausse en 2014 pour toucher 14,2% de la population, soit 0,2 point que plus qu’en 2013, selon une étude de l’Insee.

© REA: Pb pouvoir d'achat© Tous droits réservés Pb pouvoir d’achat Le seuil de pauvreté, qui se situe à 60% du niveau de vie médian (50% de la population vit au dessus du niveau médian et 50% en dessous) s’élève à 1.002 euros par mois, ce qui correspond à un revenu disponible de 2.104 euros pour une famille composée d’un couple avec deux enfants de moins de quatorze ans.

L’Insee souligne que les inégalités ont augmenté depuis le début des années 2000, plus particulièrement depuis la crise de 2007-2008, avant de régresser en 2012 et 2013. Une baisse stoppée net 2014 : selon les premières estimations, le coefficient de Gini, qui mesure le degré d’inégalité sur une échelle de zéro à un, augmenterait même légèrement, de 0,004 point à 0,295, et le rapport entre le niveau de vie des dix pour cent les plus aisés et des dix pour cent les plus modestes resterait stable à 3,5

Pour expliquer cette évolution, l’Insee souligne que le ralentissement de la croissance française en 2014 (0,2% après 0,7% en 2013) aurait davantage affecté les ménages les moins aisés, du fait notamment de la montée du chômage qui les a davantage touchés.

Les baisses d’impôts et les revalorisations de certaines prestations pour les ménages modestes, la hausse de l’impôt sur le revenu ciblée sur les plus aisés, si elles ont diminué le niveau de vie médian et les inégalités, n’ont pas permis de compenser l’impact de la conjoncture.

Les prévisions (très très) pessimistes de Jacques Attali pour l’année 2016

2016 – Dans quelques jours, vous souhaiterez la bonne année à vos proches. Vous espérerez sans doute aussi que l’année qui arrive sera meilleure que celle qui s’achève, marquée notamment par les conflits et attentats, la crise des migrants, le réchauffement climatique ou encore l’accroissement des inégalités. Et si 2016 était pire que 2015? C’est en tout cas ce que prévoit Jacques Attali.

« Le pire du pire est très vraisemblable », annonce l’économiste et éditorialiste sur son blog hébergé par L’Express, qui énumère les raisons pour lesquelles cette nouvelle année n’incite pas vraiment à l’optimisme. Au programme notamment, « de nouveaux attentats terroristes, d’une ampleur défiant l’imagination » y compris en France et une « aggravation » probable des conflits dans le monde.

Affrontements, crise et catastrophes

« D’autres affrontements devraient éclater, en particulier en mer de Chine, en Inde et en Afrique, estime aussi Jacques Attali, selon lequel « cela pourrait déraper en une guerre mondiale, religieuse ou laïque, ou encore liée à la circulation de l’énergie », et « de nouveaux Etats vont sans doute s’effondrer ». Comme si cela ne suffisait pas, l’économie mondiale sera aussi durement impactée.

previsions 2016

Jacques Attali raccord avec ses prévisions en septembre 2014 au « Positive Economy Forum »

« Une crise financière majeure devrait éclater », prévient ainsi Jacques Attali, selon lequel elle sera « comparable à celle de 2008 » mais cette fois causée par les crédits spéculatifs accordés aux entreprises. En France, la situation économique ne s’améliorerait pas, avec une « aggravation du chômage », tandis que l’Europe connaîtra « l’élévation de murs aux frontières » et une remise en cause de l’euro.

Enfin, l’ancien conseiller spécial de François Mitterrand évoque l’environnement et la santé avec « des catastrophes naturelles liées aux changements climatiques » mais aussi « une épizootie, ou une épidémie majeure, partant d’une souche nouvelle d’un virus mutant », qui entraînerait « la fermeture des frontières à travers toute la planète ». Cela commence à faire beaucoup.

Faut-il pourtant cesser d’espérer et se résigner? Pas forcément selon Jacques Attali, qui estime que « de bonnes surprises sont aussi possibles » si « on se donne les moyens, lucidement, d’écarter définitivement ces catastrophes probables, en agissant méthodiquement sur les causes de chacune d’elles », ce qui « exige de se considérer individuellement et collectivement en charge de l’avenir ».

LIRE AUSSI :

• Jacques Attali ne sera pas candidat en 2017 sauf si…

• « Soyons positif », par Jacques Attali

Les grandes entreprises privilégient les dividendes aux primes des salariés

Le Figaro            Damien Durand
Selon le rapport du cabinet Eres Gestion, mieux vaut être un actionnaire en France qu’un salarié pour bénéficier du partage du profit d’une entreprise.

figarofr: Le montant des dividendes des grandes entreprises est cinq fois supérieurs à celui des dispositifs pour les salariés.© MIGUEL MEDINA/AFP Le montant des dividendes des grandes entreprises est cinq fois supérieurs à celui des dispositifs pour les salariés. Nicolas Sarkozy avait remis la formule au goût du jour en 2009, en souhaitant que la pratique se généralise: la «règle des trois tiers» était considérée en effet comme la bonne conduite du partage du bénéfice des entreprises. Elle suggère une division à parts égales entre les salariés, les actionnaires et les investissements. Un vœu pieux selon le «baromètre du partage du profit» du cabinet Eres Gestion, spécialisé sur l’épargne salariale et la retraite, pour qui le partage du profit en France est au final bien plus favorable à l’actionnaire. Au détriment du salarié.

Les données de l’étude sont en effet sans appel: en 2014, les dispositifs de partage des profits pour les salariés (type intéressement et participation) ont été cinq fois moins élevés que les dividendes versés aux actionnaires. Concrètement, Eres estime que le niveau moyen de primes allouées à un salarié (calculé en fonction de l’effectif de l’entreprise) s’élève à 4286 euros, là où la somme des dividendes s’établit à 21.622 euros.

Dynamiques contraires

Et l’écart n’est pas seulement important: il s’accroît. Après un pic en 1992 (40%), la part de résultat distribué en dividendes a chuté selon les données de l’EM Lyon Business School et de l’IFGE rapporté par le quotidien Les Echos. Entre 1999 et 2006 elle a même stagné dépassant à peine les 20%, avant de repartir à la hausse et de s’établir à un peu plus de 30% depuis le tournant de la décennie. Les dividendes versés aux actionnaires ont représenté en tout, pour les seules entreprises du CAC40, pas moins de 43 milliards d’euros en 2014. Dans le même temps, les primes moyennes de partage du profit en faveur des salariés se sont érodées. Selon les chiffres de l’Eres, entre 2011 et 2014, elles ont reculé de 12% pour les salariés des entreprises du CAC40. Une cure d’austérité à laquelle les dividendes ont donc échappé, sans pour autant avoir tout raflé, puisque leur part a malgré tout baissé de 10 points en 20 ans. Les actionnaires ne sont donc pas choyés dans l’absolu, ils sont seulement préservés au détriment des salariés, l’entreprise gardant pour elle-même la principale partie du résultat de l’exercice.

L’étude du cabinet Eres confirme enfin une tendance connue: mieux vaut travailler dans une grande entreprise cotée que dans une petite entreprise de plus de 10 salariés pour espérer toucher un montant de primes dans le haut du panier. Selon les chiffres de la Dares, l’écart, s’il est attendu, la différence s’avère tout de même conséquente: 70% d’écart (4286 pour les premières, 2513 pour les secondes). Malgré tout, 11% des entreprises du SBF120 prennent le contrepied de la tendance générale et offre plus de primes à leurs salariés que de dividendes à leurs actionnaires. Autre timide espoir d’un avenir meilleur pour les salariés: même si l’écart actionnaire/salarié est important, la moitié des entreprises du SBF120 ont versé des primes plus élevées en 2014 qu’en 2013. Et le contexte globalement plus favorable en 2015 pourrait accentuer la tendance et, peut-être, amorcer un début de rattrapage.

L’épargne ne rapportera pas beaucoup en 201

Entre des rendements au plancher et le retour attendu de l’inflation, les placements ne devraient pas faire d’étincelles l’an prochain. Explications…

L'épargne ne rapportera pas beaucoup en 2016© Reuters L’épargne ne rapportera pas beaucoup en 2016 Beaucoup d’épargnants ont l’impression de ne plus rien gagner avec leurs économies. Pourtant, avec une inflation nulle, l’année 2015 ne devrait pas être catastrophique pour l’épargne. Avec un taux moyen de 0,9% sur l’année, un Livret A rapportera par exemple 0,9% net d’inflation, soit plus qu’en 2014 (0,64%).

En revanche, l’année 2016 risque d’être beaucoup plus douloureuse pour les épargnants, principalement en raison du retour de l’inflation que le gouvernement situe à 1%. Il faudrait donc un rebond (peu probable) des rendements pour éviter une chute des taux réels.

Assurance-vie

En 2014, les fonds en euros des contrats d’assurance-vie ont rapporté en moyenne 2,5%, soit 2,11% après prélèvements et 1,6% déduction faite des prélèvements et de l’inflation (0,5%).

Cette année, les spécialistes attendent une performance moyenne de 2 à 2,25%, ce qui devrait déboucher sur un rendement réel de 1,7% à 1,9% (inflation et prélèvements déduits).

L’an prochain, la situation risque en revanche de se gâter. Même en supposant un maintien peu probable des rendements servis (à 2% voire 2,25%), les contrats d’assurance-vie ne rapporteraient plus que 0,9% sur une base réelle. En d’autres termes, une somme placée sur une assurance-vie verrait son pouvoir d’achat se revaloriser de seulement 0,7% à 0,9%… un rythme deux fois moins soutenu qu’en 2015.

PEL

Prenons maintenant l’exemple d’un PEL servant 2,5% (donc ouvert avant février 2015). L’an passé, il a rapporté 1,61% net d’inflation et de prélèvements et il devrait encore offrir 2,11% cette année sur la même base (du fait d’une inflation nulle).

En 2016, si la projection d’inflation du gouvernement se vérifie, ce même PEL ne rapportera plus que 1,11%.

Livret A

Reste le cas du Livret A. Avec un taux de 1% jusqu’en juillet et de 0,75% depuis août, il affichera un rendement moyen de 0,9% en 2015, et autant net d’inflation. A titre de comparaison, le rendement réel du Livret a été limité à 0,64% en 2014, en raison d’une inflation plus soutenue.

Qu’en sera-t-il en 2016 ? Pour faire mieux que l’inflation, le Livret devra rapporter au moins 1% l’an prochain. Mais une remontée de son taux à 1% ou plus en février prochain ne pourra avoir lieu que si l’inflation à fin décembre 2015 est supérieure à 0,7%. Ce qui semble peu plausible.

Rappelons d’ailleurs qu’un taux moyen de 1% sur l’année aboutirait simplement à un rendement réel nul. Pour que le Livret fasse aussi bien qu’en 2015 (0,8% sur une base réelle), il faudrait que son taux moyen sur l’année soit de 1,8%. Cela paraît assez improbable puisqu’il faudrait que le taux grimpe à 2% dès février… ce qui nécessiterait une inflation de 1,7% à fin décembre.

En résumé

Même en cas de légère hausse des taux affichés, le rendement de l’épargne devrait être pénalisé par l’inflation en 2016. C’est en effet sur une base réelle que doit être analysée la performance puisque le taux réel mesure la revalorisation (ou la dévalorisation) du capital placé. Les épargnants ne voulant pas perdre d’argent devront donc se montrer très sélectifs.

Les Français ne croient pas aux prévisions économiques du gouvernement pour 2016

Baisses d’impôts, prévision de croissance et de déficit, recul du chômage. Pour les Français, les promesses ne seront pas tenues…

Les Français ne croient pas aux prévisions économiques du gouvernement pour 2016

Crédit photo © MaxPPP

(Boursier.com) — Le projet de loi de finances 2016, définitivement adopté la semaine dernière par le Parlement français est construit sur une hypothèse de croissance de 1,5% et prévoit de ramener le déficit à 3,3% du PIB. Il comporte également une baisse de 2,1 milliards d’euros de l’impôt sur le revenu pour huit millions de contribuables modestes… Mais d’après les résultats de la 12e vague de l’EcoScope, baromètre mensuel réalisé par OpinionWay pour Axys Consultants, BFM Business et Le Figaro qui publie les résultats, les Français ne croient pas à ces engagements budgétaires…

Croissance plus faible que prévu ?

Ils sont en effet 67% à penser que la croissance sera inférieure aux prévisions du gouvernement. La projection de l’exécutif est légèrement supérieure celles des organismes internationaux. La Commission européenne vise un PIB de +1,4% alors que l’OCDE table sur une croissance de +1,3% l’an prochain. Pour ce qui est du déficit, 85% des Français pensent que les engagements ne seront pas tenus. Sur ce point, Bruxelles est en ligne avec Bercy, avec une prévision de -3,3%. Celle-ci ne tient cependant pas compte des dépenses supplémentaires de sécurité annoncées par l’exécutif suite aux attentats du 13 novembre dernier. Le gouvernement a assuré qu’elles n’engendreraient pas de dérapage.

Baisses d’impôts : les Français n’y croient pas

Vendredi, l’institut national de la statistique a dit tabler sur une baisse du chômage à partir de mi-2016, avec un taux qui reviendrait à 10,4% en France, contre 10,6% à la fin du troisième trimestre 2015. Près de 50% des personnes interrogées (48%) estiment au contraire qu’il augmentera l’an prochain. Enfin, côté prélèvements obligatoires, 84% des Français ne pensent pas que le montant inscrit en bas de leur feuille d’imposition diminuera. Selon le projet de loi de finances, les contribuables célibataires dont le salaire s’élève jusqu’à 1.850 euros nets par mois et les couples avec deux enfants dont les salaires mensuels nets ne dépassent pas 4.200 euros mensuels nets gagneront respectivement de 200 à 300 euros et de 300 à 500 euros, avec la mesure…

Les fraudes à la TVA s’élèvent à 17 milliards d’euros, selon une note secrète du ministère des Finances

« Le Parisien-Aujourd’hui » en France a eu accès à un document confidentiel rédigé par le service de la gestion fiscale de Bercy.

Des conteneurs sur le port de Nantes/Saint-Nazaire (Loire-Atlantique), le 23 avril 2008. 
Des conteneurs sur le port de Nantes/Saint-Nazaire (Loire-Atlantique), le 23 avril 2008.  (FRANK PERRY / AFP)

La somme est faramineuse. Selon Le Parisien-Aujourd’hui en France, les fraudes à la TVA représentent un manque à gagner de 17 milliards d’euros pour l’Etat français. Dans son édition de mardi 22 décembre, le quotidien avance ce chiffre en expliquant avoir eu accès à une note confidentielle rédigée par le service de la gestion fiscale du ministère des Finances.

En 2008, ce montant avait été estimé « à une dizaine de milliards  d’euros », poursuit le quotidien. Aucun autre chiffre n’avait été avancé depuis. « Ce n’est qu’un document de travail (…). Les estimations de fraudes peuvent, par nature, être erronées », a fait valoir une source à Bercy, citée par Le Parisien-Aujourd’hui en France.

Pour expliquer cette hausse, le quotidien met en avant  « un changement de méthode de calcul » opéré à Bercy, mais également une meilleure prise en compte des « fraudes de grande ampleur ».

Le « carrousel de la TVA »

La fraude à la TVA prend, en effet, diverses formes : du commerçant, qui fait une ristourne à condition que le client paye en liquide, à l’escroquerie de masse. Le Parisien met ainsi en avant un système de fraude appelé « Carrousel de la TVA. »

En utilisant des sociétés éphémères ou à des sociétés écrans, des escrocs abusent du système communautaire de taxe sur la valeur ajoutée (TVA), fondé sur le principe de destination. Cette technique consiste, grosso modo, à se faire rembourser par le Trésor public une TVA qui, en réalité, n’a jamais été facturée entre plusieurs entreprises. Elle repose sur des opérations fictives ou non entre des sociétés basées dans plusieurs pays différents, précise Challenges.fr.

======

réactions

D.Oliprane          Pas grave, car quand la Droite sera au pouvoir, tout ira mieux et de mieux en mieux! En effet, dans leurs programmes pour 2017 Juppé et Fillon préconisent de faire 20 milliards d’économies tous les ans et ce pendant 5 ans = 100 milliards! Youpiee, il y aura moins de pauvres…… car ils seront tous morts.

 

Duck                Curieux titre qui minimise la gravité de la situation de 9 million de français sans qu’aucun mesure ne soit prise pour inverser cet incivisme d’Etat.

Jyvaut58 

http://www.lefigaro.fr/culture/2015/12/22/03004-20151222ARTFIG00022-depardieu-les-restos-du-coeur-une-fumisterie-terrible.php

JL                             Les plus riches continuent de s’enrichir, les plus pauvres de s’appauvrir quelque soit la couleur politique de ces majorités. La différence semble être que sous les gouvernements de droite les plus riches sont plus à leur aise.

Victor Warhem      Messieurs du Monde, avez vous les chiffres concernant la distribution du nombre d’individus par ménage en fonction de leurs revenus?

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/economie-francaise/article/2015/12/22/en-france-la-pauvrete-a-legerement-augmente-en-2014_4836778_1656968.html#w3kRs60YDo3EfcIL.99

  • Pas plus qu’au Père Noël

    CAC95                    Les politiciens baissent les impôts ?Mais ce rattrape avec des hausses des taxes par exemple le diesel et un peu l’essence. Pourquoi le RSA est plus augmenter que le SMIC.

    jump                    Les Français ne croient pas aux promesses de 2016 pas plus qu’ils n’ont cru à celles de 2012-2013-2104 et 2015

  • Marsouin_2         Ce n’est pas un scoop! Nous avons élus des politiques pas des hommes d’Etat…Derrière les coups de mentons du Matador et la bonhommie de mimolette se cachent un mépris souverain pour les français (ceux qui payent des impôts et travaillent pour la France) et une incompétence économique crasse.
    La seule réussite de ce gouvernement de politicards est le mariage pour tous… Le reste se dilue dans l’attentisme et les calculs politiques, le tout au détriment de notre pays.

    hmarc1                    Ni celles de 2007 ou 2008 ou 2009 ou 2010 ou 2011 et encore moins celles de 2012. C’est aussi la raison pour laquelle celui qui les avaient faites n’a pas été réélu.jump                      et celui qui est en place sera de même éjecté

  • .justicier
    @hmarc1                   Ni celles de 2007 ou 2008 ou 2009 ou 2010 ou 2011 et encore moins celles de 2012. C’est aussi la raison pour laquelle celui qui les avaient faites n’a pas été réélu.     et celui qui est en place sera de même éjecté.   tout à fait !!! TOUS MAUVAIS

    jermaup                  Depuis trente ans ils ont détruit l’industrie, détruit l’esprit d’entreprise, construit un système politico administratif qui occupe 20 % de la population active ( trois fois la population Parisienne ) . Par définition un homme politique est un imbécile peu courageux qui parle pour ne rien dire, dont l’unique obsession est d’augmenter continuellement les impôts pour lui permettre de ne pas prendre les décisions difficiles . Alors quand à croire ce qu’il dit.Il n’y a que trois choses qui augmentent en France ; les prix, les impôts et le chômage.

    festa                        où mettez vous le FN ?Dans les prix , les impôts ou le chômage ?
    car il augmente… non ?

    jean.mdc                 plus de 40 ans qu’ils nous roulent dans la farine…..

  • festa                         Et depuis 40 ans, votre pouvoir d’achat n’a pas augmenté ?en 1975, il fallait plus de 4 mois de salaire pour acheter une télé couleur de moins de 60 cm……, il n’y avait que très peu de téléphones dans les communes, les ouvriers allaient travailler à pied ou à vélo, ou même pour les plus riches à mobylette….Avouez que la farine dans laquelle ils vous ont roulé vous a bien enrichi….

    DeadPool

  • @festa :                        c est normal que ça coutait cher si cher une télé couleur , ça venait de sortir lol
    c’est comme si tu disais de nos jours , qu’il fallait autant de mois de salaire pour s’acheter une voiture électrique ou hybride
    et dans 40 ans la voiture hybride tout le monde pourra s’en acheter ou presque

  • Ce message a été supprimé car il ne respecte pas les règles d’utilisation du forum.

    canyon                       qui n’a pas un smartphone pour regarder la Télé ….festa                  Je vais bientôt passer le concours de ministre des finances….Plaisanterie à part, c’est tellement difficile de comparer 2 époques, de comprendre qu’on est beaucoup plus riche qu’il y a 40 ou 50 ans….
    Il n’y a pas si longtemps que cela, celui qui n’avait pas de boulot devait se débrouiller tout seul sans être indemnisé…..

    Oui, c’est certain, nos hommes politiques se sont enrichis, ils ont fait leur travail comme des manches, mais ça fait combien de temps que ça se dégrade ?
    perso, je irais depuis 2002 avec l’euro et avec Rafarin-Chirac….
    Ce qui s’est dégradé le plus, c’est l’humeur des gens, c’est la solidarité qui a volé en éclat, c’est la montée de l’égoïsme….

    patrickus               Vous en avez marre de la gauche ? Hé bien, on va vous en débarrasser !

  • festa                      Bravo, comme ça, il ne restera plus personne….
    Sauf ceux bien sur qui marchent au pas cadencé…..

    Joufrest02             Là où le pouvoir d’achat des Français a nettement régressé , c’est dans l’immobilier , que l’on soit locataire ou que l’on décide de s’acheter un logement . Par exemple l’OLAP a constaté une augmentation des loyers de 50 % entre 2001 et 2011 à Paris .esta           J’ai fait construire en 1979…..
    Prix de la maison+ terrain = 160 mois le salaire de ma femme.
    taux d’intérêt = 12.7%
    remboursement départ = 1.5 fois le salaire de ma femme….
    Le remboursement augmentant de 3,5% par an…Songez que l’inflation s’est arrêtée peu après, imaginez 20 ans plus tard….Pour ce qui est des loyers, je ne sais pas…..

    • 17 milliard étant une moyenne estimé.
      bercy donne 14 milliards comme estimation.
      Nous pouvons donc s’attendre à plutôt 20 milliards de fraude.

      Et à cela on ajoute les 200 milliards de Fraude fiscale de tout bord.

      Se sont donc les français qui tuent la France.
      Bah voila c’est confirmé

    • Lutter contre la fraude est essentiel : c’est le seuil moyen de ne pas voir fleurir encore plus une économie parallèle qui est bon pour tout le monde, sauf pour le travailleur et notre bien commun….Or, nous sommes tous essentiellement des travailleurs et notre rôle de contribuable devrait nous pousser à être vigilants pour l’ensemble de notre société, car si les comptes sociaux sont équilibrés, alors, la pression fiscale sur les individus et l’endettement de notre pays baisseront alors que nous pourront nous offrir une qualité de service public dont nous avons tous besoin..Elle est pas belle la vie ?Arrêter les sarcasmes, ce serait pas mal non plus..Quand, par exemple, un restaurateur ne déclare pas toute une transaction payée en liquide, il fait du mal à nos vieux, à nos enfants, à nous mêmes…et ne vous fait en aucun cas partager puisque vous avez payé le prix TTC et lui ne déclare rien…

    • Photo d'avatar

      ces politiques ne font que taxer, rien d’autre ! il faut refaire la révolution Française

      La France est un pays ou les taxes ne sont pas si élevés que ca.

      D’autres pays ont des taxe à 24 % et plus.

      Et je dirais aussi, plus il y a de fraude, plus il y a d’impôts pour compenser.
      Si les riches et firmes payaient leurs impôts ca se passerait mieux.

      Prenez vous en aux bonnes personnes

    • Ok, alors on fait quoi pour poursuivre et condamner lourdement ces escrocs ?

      C’est autant d’argent qui manque et que notre ‘cher’ Etat ponctionnera d’une façon ou d’une autre sur les modestes et honnêtes contribuables. Action ! Action !!

      Photo d'avatar

      Il y a les 4 millions de Médiapart compris dans cette somme ?

    • L’ optimisation fiscale des multinationales , c’ est entre 80 et 100 milliards/an qui manquent ainsi dans le budget de l’ Etat. Qui réagit sérieusement à cette escroquerie tolérée par nos gouvernants qui font semblant de s’ occuper du problème ? Cela ne signifie pas qu’il faille frauder sur la TVA. Mais lorsqu’il y a des dysfonctionnements, il est logique de s’ attaquer en premier à celui qui a le plus d’importance et ainsi de suite .

        • Beaucoup d’entreprise qui pratiquent l’optimisation fiscale sont en même temps illégal. La ligne est très mince et facile à franchir.

          Au lieu de chercher à toujours payer moins d’impôts.
          Pourquoi ne pas respecter au mieux son état et les cityens pour que le pays s’en sorte radicalement mieux.

          Cumulé toutes les fraudes, on rembourserait notre dette en 5 ans.
          Et qui dit dette en moins, c’est beaucoup d’investissement en plus et donc de profit à la clé.

      • Oui couper le mal à la racine.

    • Mais qui dit fraude à la TVA, dit aussi dissimulation de sommes importantes de gains …… Et c’est à la suite de ça que cette perte est compensée par la hausse de nos impôts …… pour tous ceux qui sont complètement contrôlés.

      • Certains restaurateurs, notamment, optimisent tellement bien leur caisse enregistreuse que ça leur pose un sérieux problème : comment investir ou dépenser tout cet argent liquide clandestinement ?

        Ceux qui nous nuisent le plus ne sont pas les chômeurs, les sans-papiers, les voleurs, les braqueurs ni même les trafiquants de drogue… Tous les commerçants et artisans fraudent, sinon ils ne pourraient pas subsister face à la concurrence de ceux qui fraudent.
        Et savez-vous que, dans le sud de la France notamment, ils forment la base électorale de l’extrême droite ? Alors si quelqu’un croit que le FN y changerait quoi que ce soit, il est bien naïf.

    • Photo d'avatar

      c’est beaucoup plus important que les fraudes sociales.http://www.economie.gouv.fr/dnlf/frau…

    • Et on pourchasse les chômeurs !

    Bon appétit…bien sur

    Un commentaire

    C03AE4~1

    Des canetons broyés et mutilés pour produire du foie gras

    broyage-canetons-foie-grasOn se souvient des vidéos chocs, reprises par la presse britannique l’an dernier, montrant des oiseaux à la gorge endommagée, aux pattes ensanglantées, agonisants empilés les uns sur les autres ou encore couverts de vomi. Cette fois, ce sont des images tournées non plus dans des salles de gavage mais dans un couvoir de canetons et dans un élevage de canes reproductrices, dans lesquels les animaux sont également maltraités et violemment mis à mort, qui jettent une nouvelle fois l’opprobre sur la production française de foie gras. De quoi donner un arrière-goût amer aux fêtes de fin d’année.

     

     

    La première vidéo, tournée il y a une semaine dans un couvoir pour les filières foie gras et chair en Pays-de-la-Loire, montre le tri des canetons selon leur sexe : les femelles, dont le foie est considéré comme trop petit, se retrouvent broyées à raison de plusieurs dizaines de milliers par jour – dont certaines sortent disloquées mais encore vivantes de la broyeuse. A l’inverse de l’industrie des poules pondeuses, qui voit également des milliers de poussins (mâles) broyés, seuls les canards mâles sont utilisés dans la production de foie gras, soit 43 millions de poussins chaque année selon le ministère de l’agriculture. Ces derniers voient leur bec coupé par une pièce métallique chauffée à blanc, à la chaîne, pour éviter qu’ils ne s’agressent dans les élevages intensifs.

    Dans la seconde vidéo, filmée en avril dans le Sud-Ouest, dans un élevage de canards reproducteurs (pour fournir des œufs aux couvoirs), on voit des canes inséminées artificiellement – ce qui est la norme dans les élevages, pas seulement de canards. Puis, plus tard, une cane qui agonise après avoir eu son cou disloqué ou encore des femelles épuisées qui peinent à se déplacer. Quant aux canards mâles dont on prélève la semence, ils sont enfermés dans des cages minuscules.

    « Une fois de plus, ces vidéos lèvent le voile sur une filière qui a beaucoup à cacher, réagit Brigitte Gothière, porte-parole de l’association L214, qui milite pour l’interdiction de la production de foie gras, à l’origine de la publication des deux vidéos. Les producteurs, à grand renfort de publicité, ont réussi à faire du foie gras un produit de luxe et soi-disant de tradition, mais les images montrent des choses abjectes et de la maltraitance animale. Le broyage est certes autorisé par la législation mais il doit provoquer une mort immédiate, ce qui n’est pas toujours le cas. » « Il n’y a ni transparence ni traçabilité dans cette filière, donc nous voulons montrer l’envers du décor, comment le produit a été obtenu », poursuit-elle, avant de proposer des alternatives.

    « Souffrance inutile »

    Après avoir été élevés 40 jours en poussinières, puis 40 jours en extérieur, les mulards – hybrides stériles issus du croisement de deux espèces de canard – sont gavés industriellement pendant 10 à 12 jours, dans des cages, avant d’être abattus. On leur administre deux fois par jour, à l’aide d’une pompe hydraulique ou pneumatique enfoncée dans l’œsophage, près d’un kilo de pâtée de maïs en trois à quatre secondes. Ce traitement occasionne des lésions, des inflammations (œsophagites, entérites), et des infections (notamment des candidoses et des infections bactériennes). Le foie atteint jusqu’à dix fois sa taille habituelle. « Les oiseaux sont atteints de stéatose hépatique [lésion du foie]. Les consommateurs mangent donc un foie malade », poursuit Brigitte Gothière. 2 % des bêtes meurent pendant le gavage, selon des chiffres de l’Institut technique de l’aviculture.

    L’Union européenne, dans une directive de 1998, interdit l’alimentation forcée des animaux dans les élevages, débouchant sur « des souffrances ou des dommages inutiles ». Toutefois, lors de l’adoption en 1999 de recommandations européennes concernant les canards et les oies, les pays producteurs de foie gras ont bénéficié d’une dérogation, le temps qu’ils étudient des alternatives n’impliquant pas la prise forcée d’aliments (toujours en cours). L’entrée en vigueur de cages collectives, conformément à la législation européenne, a également été repoussée en France de cinq ans, au 1er janvier 2016. 85 % des ateliers de canards gras en sont déjà équipés.

    Consommateurs partagés

    Aujourd’hui, seuls cinq pays européens produisent du foie gras : la France, la Bulgarie, la Hongrie, l’Espagne et la Belgique. Le gavage est interdit – mais pas la consommation – dans les autres Etats, soit directement, soit indirectement en application de la législation contre la maltraitance animale. La Pologne, qui était le 5e producteur mondial, a rendu le gavage illégal en 1999. L’Italie y a renoncé en 2004.

    L’Hexagone, qui a inscrit le foie gras au patrimoine gastronomique national en 2006, représente 73 % de la production mondiale, avec 19 300 tonnes l’an dernier, issues de 36 millions de canards et de 570 000 oies gavés, selon la dernière note de conjoncture du ministère de l’agriculture. Si la consommation est en très léger déclin (- 1 %) en 2014, pour la quatrième année consécutive, la production de foie gras a été multipliée par plus de trois en vingt ans. Les Français en ont consommé l’an dernier 276 grammes en moyenne par personne.

    Les consommateurs restent partagés : selon un sondage YouGov pour L214, réalisé en décembre, 51 % des Français sont favorables à l’interdiction du gavage – 4 points de plus qu’en 2014 et 7 points rapport à 2013 – et 33 % refusent d’acheter du foie gras pour des raisons éthiques ; mais dans le même temps, 80 % d’entre eux estiment que le foie gras est un incontournable des fêtes de fin d’année, selon une autre enquête réalisée en octobre 2014 par le CSA pour le Cifog.

    Les canards à foie gras mutilés et leurs canetons broyés dans des productions françaises filmées par L214


    CANARDS FOIE GRAS

    ANIMAUX – Les images sont encore une fois insoutenables. Après avoir tourné en caméra cachée en Bretagne pour mettre en évidence le broyage des poussins mâles dans un couvoir ou encore à Alès dans le Gard pour montrer les actes de cruauté et mauvais traitements réservés aux animaux destinés à l’abattoir, l’association L214 diffuse lundi 21 décembre des clips sur l’élevage des canards à foie gras.

    « Ces vidéos lèvent le voile sur une filière qui a beaucoup à cacher », commente la porte-parole de l’association de défense des animaux Brigitte Gothière, auprès du Monde . « Les producteurs, à grand renfort de publicité, ont réussi à faire du foie gras un produit de luxe et soi-disant de tradition, mais les images montrent des choses abjectes et de la maltraitance animale. Le broyage est certes autorisé par la législation mais il doit provoquer une mort immédiate, ce qui n’est pas toujours le cas. »

    L’une des vidéos, diffusée par Le Point et filmée il y a quelques jours en région Pays de la Loire, montre effectivement le triste sort réservé aux canetons. Les mâles se font couper le bec pour éviter les agressions liées à l’élevage en cage et les femelles, qui ne produisent pas autant de foie gras, sont broyées. Une étape dont elles ressortent parfois mutilées mais encore vivantes.

    ATTENTION, les images ci-dessous peuvent choquer

    L’autre vidéo, mise en ligne sur le compte YouTube de l’association, donne un aperçu des conditions réservées aux canards qui pondent les oeufs destinés aux couvoirs. Filmé en avril dans un élevage du Sud-Ouest, le clip montre notamment l’épuisement des canes inséminées artificiellement et les maltraitances qu’elles subissent.

    ATTENTION, les images ci-dessous peuvent choquer

    « Il n’y a ni transparence ni traçabilité dans cette filière, donc nous voulons montrer l’envers du décor, comment le produit a été obtenu », explique Brigitte Gothière au Monde qui rappelle que les canards destinés à produire du foie gras sont élevés 40 jours en poussinières, puis 40 jours en extérieur, avant d’être installés en cage pour être gavés pendant une dizaine de jours.

    Pendant cette période, les animaux se font enfoncer dans l’œsophage une pompe qui leur envoie « près d’un kilo de pâtée de maïs en trois à quatre secondes », écrit le journal du soir. Une pratique qui engendre de nombreux problèmes de santé et tue 2% des animaux.

    « En voyant ces images, on peut s’interroger sur la légitimité d’un plaisir de quelques secondes. Le foie gras ne tue pas que les canards gavés », résume auprès du Point Sébastien Arsac, lui aussi porte parole pour L214 – Ethique et Animaux. Sur son site internet, l’association ouvre d’ailleurs aujourd’hui une pétition pour demander l’interdiction du broyage des canetons et appelle la profession à en finir avec cette « pratique standard de l’industrie » qui transforme ces animaux en « déchets de couvoir ».

     Foie gras : dans l’horreur d’un couvoir à canards

    VIDÉO. L’association L214 publie ce lundi des vidéos édifiantes sur le sort réservé aux canetons, broyés ou auxquels on coupe le bec avant de les gaver.

      | Le Point.fr

    https://youtu.be/zBWbTSQ6wZY

    Des canetons femelles broyés ou gazés dès la sortie de l’oeuf, des canards bloqués en cages métalliques et gavés 2 à 3 fois par jour jusqu’à en devenir malades… ou même mourir avant l’abattoir.
    Bienvenue dans l’univers du foie gras, sans les paillettes.

    SNCF : toujours plus SMART!!

    Laisser un commentaire

    1

    A la gare du Nord, les nouveaux portiques de sécurité rassurent et agacent

    Un « mal nécessaire », une mesure « rassurante », une décision d’une « stupidité hallucinante »: à la gare du Nord lundi matin, les passagers du Thalys apprécient diversement les nouveaux portiques de sécurité, mais tous s’y plient sans rechigner.

    Patiemment, ils attendent au bout des quais réservés aux trains reliant Paris à Bruxelles, Amsterdam et Cologne, que la voie s’affiche sur les écrans. Certains voyageurs, prévenus par la SNCF des nouvelles mesures de sûreté, sont arrivés avec plus de 40 minutes d’avance.

    Avant l’embarquement, une vingtaine de policiers, CRS et agents de la sûreté ferroviaire se regroupent devant le train. Deux chiens fouillent minutieusement chaque wagon.

    Dans le grand hall, égayé par les illuminations de Noël, les voyageurs sont assaillis par les messages sécuritaires, qu’il s’agisse des multiples affiches prévenant du plan Vigipirate ou des hauts-parleurs rappelant à intervalles réguliers le « renforcement des contrôles aux frontières ».

    Après les attentats du 13 novembre à Paris (130 morts) et l’attaque ratée fin août dans un train Amsterdam-Paris, le gouvernement a décidé d’installer des portiques pour les passagers empruntant le Thalys. Ils sont opérationnels à Paris depuis dimanche.

    « Tout ce qui peut permettre de faire un voyage sans stresser, c’est impeccable », commente Catherine Segers, une Parisienne prête à partir pour un séjour de 3 jours à Bruxelles avec son compagnon. « Ca me rassure. »

    – « On ne va pas faire les naïfs » –

    Quand le numéro du quai s’affiche, les voyageurs se dirigent prestement vers le train. Quatre couloirs délimités au sol par des bandes blanches s’offrent à eux, menant chacun vers un portique.

    Pour le train de 09H25 à destination de Bruxelles, le premier bagage à passer sur le tapis roulant du scanner à rayon X est un cabas en plastique rose.

    Pas besoin de se déchausser, d’enlever ses clés, de sortir son ordinateur portable ou de jeter son café. Juste d’ouvrir son manteau.

    Les réglages précis des machines permettent de détecter armes et couteaux, assure un agent de sécurité.

    « Je ne suis pas sûre que ce soit très efficace », remarque Rose-Marie Ferré en franchissant le portique avec une poussette.

    « Dans un contexte global de surveillance, un jihadiste a été contrôlé trois fois sans être arrêté », souligne cette mère de famille. Avec les nouvelles mesures de sécurité, « les terroristes ont surtout gagné leur paris d’embêter les citoyens ».

    Si certains passagers sont circonspects, aucun n’est récalcitrant. Les contrôles se déroulent sans heurt, rapidement. Les agents aident à porter sur le tapis roulant les valises les plus lourdes. En 10 minutes, l’essentiel des passagers est passé.

    Toutes ces mesures de sécurité, si elles ne sont pas forcément efficaces, « rassurent les badauds, c’est un mal nécessaire », estime Yann Gallet, qui se rend à Amsterdam pour un voyage de fin d’année avec plusieurs collègues. « On s’en est pris plein la tronche il y a un mois. On ne va pas faire les innocents ou les naïfs. On s’adapte. »

    Richard, un Parisien de 54 ans qui se rend une fois par semaine à Bruxelles pour raisons professionnelles, juge à l’inverse l’installation des portiques d’une « stupidité hallucinante ».

    « Ce n’est pas la sécurité dans le Thalys qui me préoccupe, c’est celle dans le RER A, la ligne de métro la plus fréquentée du monde, ou celle dans le café où je vais prendre mon croissant », explique-t-il.

    « Tout ça parce qu’on pense que les terroristes sont venus de Bruxelles. Mais ils sont venus par la route! » s’agace-t-il en attendant le moment d’embarquer. « Même si ce n’est qu’une demi-heure, on perd du temps, on perd l’avantage du train sur l’avion », regrette-t-il.

    La SNCF veut revoir sa « façon de faire les 35 heures »

    Le président de la SNCF Guillaume Pepy a souhaité dimanche « renégocier à la SNCF la façon de faire les 35 heures », réaffirmant son souhait de « remettre à plat l’organisation du travail » pour baisser les coûts et préparer le groupe à l’ouverture totale à la concurrence.

    La SNCF, qui doit renégocier d’ici au 1er juillet 2016 son accord sur l’organisation du temps de travail, doit « se réinventer », « faire tomber un certain nombre de tabous et, parmi ces tabous, il y a le fait que l’organisation du travail serait figée, qu’on ne pourrait pas réformer la SNCF », a déclaré Guillaume Pepy, invité du Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI.

    « Nous avons à renégocier à la SNCF la façon de faire les 35 heures pour que nos 35 heures soient plus efficaces. Plus efficaces dans l’intérêt des clients, pour avoir des trains plus à l’heure, plus fiables, moins chers. Il n’y a pas d’autre stratégie possible que de faire baisser les coûts », a-t-il poursuivi. « Faire baisser les coûts, c’est remettre à plat l’organisation du travail, c’est faire de la productivité », a-t-il dit encore, en réutilisant une formule employée il y a un an. La CGT l’avait alors accusé de jeter « de l’huile sur le feu ».

    Jusqu’à 300 millions de pertes liées aux attentats

    Dans cette même émission, le président de la compagnie ferroviaire a martelé que la sûreté est la priorité de la SNCF. L’entreprise ferroviaire a en effet été très fortement touchée par les actes de terrorisme qui ont frappé l’Hexagone, bien au-delà des événements du Thalys.

    © Fournis par BFMNews« Les attentats nous ont aussi coûté de l’argent. Sans doute cela nous a fait perdre de l’ordre de 50 à 100 millions d’euros car beaucoup de touristes étrangers ne sont pas venus en France », a déclaré Guillaume Pepy. La première semaine suivant le 13 novembre, l’entreprise ferroviaire a enregistré une baisse de 30 à 40 % de la demande de cette clientèle. Actuellement, la fréquentation se redresse. Mais l’impact pourrait se prolonger en 2016: « Nous avons estimé le risque sur le trafic, c’est-à-dire un impact structurel des attentats, qui pourrait être de l’ordre de 200 à 300 millions d’euros », a poursuivi le président de la SNCF.

    Le coût des portiques n’aura pas d’impact sur les billets de Thalys

    Face à l’urgence de rassurer les voyageurs, Guillaume Pepy rappelle les investissements effectués dans le secteur de la sécurité, qui s’élèvent à 500 millions chaque année. Des moyens supplémentaires ont été déployés pour mettre en place de nouveaux équipements, à l’exemple des portiques mis en œuvre ce dimanche sur les quais du Thalys. Leur coût : 2,5 millions par an et par quai.  Leur généralisation à l’ensemble des gares n’a pas encore été décidée. En tout cas, « le prix des portiques ne va pas se répercuter sur les prix des billets des Thalys », a tenu à préciser Guillaume Pepy.

    Pour l’heure, l’entreprise n’est pas encore fixée sur sa politique tarifaire de 2016, celle-ci devant être validée par le ministère des Transports. Guillaume Pepy a refusé de dire s’il avait demandé à son ministère de tutelle une augmentation du prix des billets, préférant mettre en avant sa politique de petits prix. « Mon objectif c’est qu’en 2017 il y ait 30% de tout petits prix sur le TGV, aux alentours de 35/40 euros », a-t-il rappelé.

    Des TGV avec des sièges tournants

    Quelques nouveautés sont au menu, avec une extension des destinations desservies par Ouigo qui vont être doublées pendant l’année 2016, notamment vers Nantes et Rennes. « On va aussi introduire des trains Intercités qui vont vers Nantes et Strasbourg et tout cela entre 15 et 35 euros », a-t-il ajouté.

    Enfin, les adeptes du TGV vont bénéficier de certains éléments de confort dans les trains qui seront livrés cette année. « Pour la 1ère fois en France, les TGV vont être équipés de fauteuils tournants qui permettront à tout le monde d’être dans le sens de la marche, comme au Japon », a expliqué le patron de la SNCF. La climatisation, dont beaucoup d’usagers se plaignaient, a été aussi repensée « Au lieu d’être le long des vitres, elle se fera par le sol et le plafond, comme cela on ne sera plus gelé dans les TGV », a-t-il poursuivi.

    Enfin, les voyageurs, quels que soient le train qu’ils prennent, devraient prochainement bénéficier d’une connexion internet digne de ce nom. « Nous allons signer dans quelques jours avec les patron d’Orange, SFR et Bouygues Telecom et des accords engageants pour que 90% des trajets en trains (Ter, Transilien, Intercité, TGV, ndlr) puissent avoir l’internet d’ici 2020. Les opérateurs sont décidés à le faire », a assuré Guillaume Pepy.

    Pour faire « baisser les coûts », le patron de la SNCF veut revoir « la façon de faire les 35 heures »

    Le Monde Philippe Jacqué

    Guillaume Pepy veut faire « tomber le tabou de l’organisation du travail » pour anticiper l’ouverture du rail à la concurrence.

    L’année 2016 a déjà commencé à la SNCF. Guillaume Pepy, le président du directoire de la société, a présenté, dimanche 20 décembre, lors du « Grand Jury » RTL-Le Figaro-LCI, les enjeux sociaux d’une année cruciale. D’ici à la fin juin, les organisations patronales et syndicales ferroviaires doivent négocier un nouveau cadre social pour l’ensemble du secteur, que cela concerne le fret ou le transport de passagers. Il s’agit du dernier volet de la réforme ferroviaire, votée en août 2014.

    Lire aussi : Qu’est-ce que l’ouverture du rail à la concurrence ?

    Cela devrait se traduire par une convention collective nationale, dont les premières réunions de négociation ont déjà eu lieu entre l’Union des transports publics (UTP, réunissant la SNCF et l’ensemble des sociétés privées) et les syndicats. Concernant la SNCF, Guillaume Pepy a indiqué, dimanche, qu’il fallait « renégocier la façon de faire les trente-cinq heures » des 148 000 cheminots, et « remettre à plat l’organisation du travail » pour baisser les coûts et préparer le groupe à l’ouverture totale à la concurrence.

    En clair, poursuit le patron, la SNCF doit « faire tomber un certain nombre de tabous et, parmi ces tabous, il y a le fait que l’organisation du travail serait figée, qu’on ne pourrait pas réformer la SNCF ». Pour l’instant, M. Pepy se refuse à chiffrer publiquement « l’écart » de productivité entre cheminots SNCF et salariés du fret privé. « Je crois au dialogue social, et le dialogue social, ça se fait aussi par le respect, donc je ne lance pas d’anathème en donnant des chiffres ou lançant des ultimatums » aux syndicats, indique-t-il.

    Trente-huit jours de congés payés

    Cet écart est connu. Entre la société publique et les sociétés privées qui opèrent dans le fret depuis 2006, il existe un différentiel de 30 % de productivité. Bref, la SNCF est près d’un tiers plus chère que ses concurrents. Il ne s’agit pas ici d’une différence de salaires des cheminots, mais d’un différentiel d’organisation ainsi que d’avantages obtenus historiquement.

    En moyenne, un cheminot roulant de la SNCF dispose de 38 jours de congés payés (entre les congés et les jours fériés) et de 22 jours de repos complémentaires au titre des trente-cinq heures, tandis qu’un agent roulant dans le privé dispose de 35 jours de congés payés et aucun repos complémentaire.

    Mais un ensemble de règles concernant les cheminots – le RH 0077 qui précise l’amplitude horaire de travail, les règles de repos journalier ou périodiques – complexifient l’organisation du travail de la SNCF par rapport à ses concurrents. Par exemple, si un conducteur termine son service après 20 heures, il ne peut être remis sur le planning dès le lendemain. Cela demande donc d’importants effectifs pour avoir des trains qui roulent tous les jours.

    Selon une note d’étude de l’UTP de 2014, il faut en moyenne 30 % de personnels de moins au privé pour offrir le même service de transport de fret que la SNCF. De même, pour offrir le même service de transport de passagers, les sociétés privées auraient besoin de moins de personnel que la SNCF, la différence se situant entre 15 % et 18 %.

    1400 suppressions d’emplois prévues en 2016

    Si les syndicats de la SNCF entendent ces arguments, ils estiment cependant que c’est le secteur privé qui devrait s’aligner sur l’organisation de la compagnie ferroviaire. Cette perspective horrifie les acteurs privés. « Beaucoup mettraient la clé sous la porte, confirme l’un d’eux. Nous sommes prêts à un compromis avec la SNCF sur beaucoup de choses, mais il ne faut pas pousser… »

    Selon Guillaume Pepy, « tout le monde, y compris les syndicats de cheminots, a intérêt à ce que la SNCF réussisse. Si on ne réussissait pas, cela voudrait dire qu’au moment où la concurrence va arriver, la SNCF serait perdante et perdrait des postes ». L’ouverture de la concurrence dans le transport voyageur est prévue au plus tôt en 2020 pour les grandes lignes et 2026 pour les trains régionaux.

    Alors que les syndicats du groupe public sont encore froissés par les annonces du budget 2016, qui prévoit 1 400 suppressions nettes d’emplois, ils devront rapidement se positionner sur ce sujet. Beaucoup prédisent déjà une grande grève au printemps pour défendre les acquis cheminots.

    En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/entreprises/article/2015/12/21/pour-faire-baisser-les-couts-le-patron-de-la-sncf-veut-revoir-la-facon-de-faire-les-35-heures_4835544_1656994.html#RuQGUREhQQFutyPh.99

    Chapeau l’artiste!

    Laisser un commentaire

    sans-titre0

    Le chef Marc Veyrat condamné pour atteintes à l’environnement

    Le Monde

    Marc Veyrat, le 27 novembre 2015, au tribunal à Annecy.

    Le chef Marc Veyrat a été condamné à 100 000 euros d’amende, vendredi 18 décembre, pour des infractions à l’environnement sur le site de son restaurant à Manigod, dans les Alpes françaises.

    Il a été reconnu coupable d’avoir défriché 7 000 m2 de bois et de forêt sans autorisation et d’avoir porté atteinte à des zones humides sur une surface de plus de 10 000 m2.

    La justice lui reproche d’avoir réalisé, entre 2012 et 2013, dans une zone naturelle protégée, des travaux d’aménagement d’un parcours pédagogique considérés comme nuisibles à l’environnement. Selon les autorités locales, « le seuil de dégradation de certaines parcelles » est tel que « les sols sont devenus stériles ».

    « Chacun peut se tromper, même moi »

    Le tribunal a ordonné la remise en état de ces zones humides dans un délai de trois mois, sous peine d’astreinte de 3 000 euros par jour de retard.

    L’avocat de M. Veyrat, Me Nicolas Ballaloud, a estimé que la peine d’amende était « lourde » et due « à la personnalité et à la notoriété de M. Veyrat ». « Nous allons réfléchir et attendre d’avoir les motivations du jugement » pour décider d’un éventuel appel, a précisé l’avocat.

    A l’audience, M. Veyrat s’était dit « désolé de tout ce qui arrive ». « Je ne suis pas au-dessus des lois. Chacun peut se tromper, même moi », avait souligné le chef à la barre, reconnaissant « des erreurs fondamentales » et assurant de sa « bonne foi ». Marc Veyrat a été l’un des cuisiniers choisis pour concocter des plats aux chefs d’Etat à l’occasion de la Conférence de l’ONU sur le climat, qui s’est tenue du 30 novembre au 12 décembre près de Paris.

    Marc Veyrat condamné à 100.000 euros d’amende pour des infractions au code de l’environnement

    MARC VEYRAT

    ENVIRONNEMENT – Le chef étoilé Marc Veyrat a été condamné vendredi 18 décembre à Annecy à 100.000 euros d’amende pour des infractions au code de l’environnement et au code forestier sur le site de son restaurant à Manigod (Haute-Savoie).

    Le cuisinier de la COP 21 a été reconnu coupable d’avoir défriché 7000 m2 de bois et de forêt sans autorisation et d’avoir porté atteinte à des zones humides sur une surface de plus de 10.000 m2. Le tribunal correctionnel a ordonné la remise en état de ces zones humides (des sols gorgés d’eau pendant plus de six mois de l’année) dans un délai de trois mois, sous peine d’astreinte de 3000 euros par jour de retard. Le chef au grand chapeau noir a en revanche été relaxé pour les infractions au code de l’urbanisme.

    Une peine « lourde »

    Le parquet avait requis quatre à six mois de prison avec sursis et 100.000 euros d’amende, lors de l’audience, le 27 novembre. L’avocat de Marc Veyrat, Me Nicolas Ballaloud, s’est dit satisfait que le tribunal n’ait pas retenu les infractions au code de l’urbanisme. « Cela permet à M. Veyrat de conserver son parcours éducatif à destination des enfants avec le jardin botanique, les serres et le rucher », a-t-il souligné.

    Il a en revanche estimé que la peine d’amende était « lourde » et due « à la personnalité et à la notoriété de M. Veyrat ». « Nous allons réfléchir et attendre d’avoir les motivations du jugement » pour décider d’un éventuel appel, a précisé l’avocat.

    « Désolé de tout ce qui arrive »

    La justice reprochait au célèbre chef de 65 ans d’avoir réalisé, entre 2012 et 2013 dans une zone naturelle protégée jouxtant son restaurant et sa propriété familiale, des travaux d’aménagement d’un parcours pédagogique considérés comme nuisibles à l’environnement. Certains, réalisés sans autorisation ni permis de construire, ont notamment conduit à la destruction de « 7000 m2 de forêt et à l’assèchement d’une zone humide de près d’un hectare » au-dessus de sa propriété.

    Selon la Direction départementale des territoires et l’Office national de l’eau et des milieux aquatiques, qui fait état de 12.000 m2 de zones humides impactées, « le seuil de dégradation de certaines parcelles » est tel que « les sols sont devenus stériles ». A l’audience, Marc Veyrat s’était dit « désolé de tout ce qui arrive ». « Je ne suis pas au-dessus des lois. Chacun peut se tromper, même moi », avait souligné le chef à la barre, reconnaissant « des erreurs fondamentales » et assurant de sa « bonne foi ».

    Lire aussi :

    • Le menu 9 étoiles qui sera servi aux chefs d’Etat à la COP21

    • Le restaurant de Marc Veyrat ravagé par un incendie

    Atteintes à l’environnement: Marc Veyrat condamné à 100.000 euros d’amende

    Le chef étoilé Marc Veyrat a été condamné vendredi à Annecy à 100.000 euros d’amende pour des infractions au code de l’environnement et au code forestier sur le site de son restaurant à Manigod (Haute-Savoie).

    Le cuisinier de la COP 21 a été reconnu coupable d’avoir défriché 7.000 m2 de bois et de forêt sans autorisation et d’avoir porté atteinte à des zones humides sur une surface de plus de 10.000 m2.

    Le tribunal correctionnel a ordonné la remise en état de ces zones humides (des sols gorgés d’eau pendant plus de six mois de l’année) dans un délai de trois mois, sous peine d’astreinte de 3.000 euros par jour de retard.

    Le chef au grand chapeau noir a en revanche été relaxé pour les infractions au code de l’urbanisme.

    Le parquet avait requis quatre à six mois de prison avec sursis et 100.000 euros d’amende, lors de l’audience, le 27 novembre.

    L’avocat de M. Veyrat, Me Nicolas Ballaloud, s’est dit satisfait que le tribunal n’ait pas retenu les infractions au code de l’urbanisme. « Cela permet à M. Veyrat de conserver son parcours éducatif à destination des enfants avec le jardin botanique, les serres et le rucher », a-t-il souligné.

    Il a en revanche estimé que la peine d’amende était « lourde » et due « à la personnalité et à la notoriété de M. Veyrat ». « Nous allons réfléchir et attendre d’avoir les motivations du jugement » pour décider d’un éventuel appel, a précisé l’avocat.

    La justice reprochait au célèbre chef de 65 ans d’avoir réalisé, entre 2012 et 2013 dans une zone naturelle protégée jouxtant son restaurant et sa propriété familiale, des travaux d’aménagement d’un parcours pédagogique considérés comme nuisibles à l’environnement. Certains, réalisés sans autorisation ni permis de construire, ont notamment conduit à la destruction de « 7.000 m2 de forêt et à l’assèchement d’une zone humide de près d’un hectare » au-dessus de sa propriété.

    Selon la Direction départementale des territoires et l’Office national de l’eau et des milieux aquatiques, qui fait état de 12.000 m2 de zones humides impactées, « le seuil de dégradation de certaines parcelles » est tel que « les sols sont devenus stériles ».

    A l’audience, M. Veyrat s’était dit « désolé de tout ce qui arrive ». « Je ne suis pas au-dessus des lois. Chacun peut se tromper, même moi », avait souligné le chef à la barre, reconnaissant « des erreurs fondamentales » et assurant de sa « bonne foi ».

    HAUTE-SAVOIE Infractions à l’environnement : Marc Veyrat condamné à une amende de 100 000 euros

    Marc Veyrat. Photo Le DL/Norbert FALCO

    Le tribunal correctionnel d’Annecy vient de livrer sa décision dans l’affaire Marc Veyrat. Le chef triplement étoilé était poursuivi pour sa fondation à Manigod pour des infractions à l’environnement et défrichement. Il a été condamné à une amende de 100 000 € et la remise en état des zones humides sous astreinte de 2 000 € par jour dans une durée de 3 mois. La mairie de Manigod, qui s’était portée partie civile, a été pour sa part déboutée.

    Marc Veyrat, un chef pas tout vert pour la COP21

    Le célèbre cuisinier, qui faisait partie des restaurateurs chargés de nourrir les chefs d’Etat ouvrant la conférence sur le climat, a été condamné ce vendredi pour infractions à l’environnement

    Marc Veyrat        © Sipa Press

    Il fallait y penser ! Parmi les cinq chefs cuisiniers chargés de confectionner le déjeuner bio servi lundi 30 novembre aux 150 chefs d’État et de gouvernement au Bourget qui ouvrent la COP21, se trouvait le savoyard Marc Veyrat (65 ans, deux fois trois étoiles au Michelin). Ce passionné de plantes aromatiques avait élaboré, nous apprenait Le Parisien, un « reblochon blanc servi notamment avec de la menthe odorante, de la mousse, du lichen et une salade sauvage aux arômes des sous-bois ».

    Ironie du destin, la star de la gastronomie au chapeau noir a été condamnée ce vendredi par le tribunal correctionnel d’Annecy pour plusieurs infractions à l’environnement autour de son restaurant de Manigod (Haute-Savoie). Quatre à six mois de prison avec sursis avaient été requis, ainsi qu’une amende de 100 000 euros. Le chef étoilé échappe à la prison avec sursis, mais se retrouve condamné à l’amende de 100.000 euros. Le cuisinier de la COP 21 a été reconnu coupable d’avoir défriché 7.000 m2 de bois et de forêt sans autorisation, et d’avoir porté atteinte à des zones humides sur une surface de plus de 10.000 m2. Le tribunal correctionnel a ordonné la remise en état de ces zones humides (des sols gorgés d’eau pendant plus de six mois de l’année) dans un délai de trois mois, sous peine d’astreinte de 3.000 euros par jour de retard.

    « Constructions rudimentaires ». 

    L’avocat de Marc  Veyrat, Me Nicolas Ballaloud, s’est dit satisfait que le tribunal n’ait pas retenu les infractions au code de l’urbanisme. « Cela permet à M. Veyrat de conserver son parcours éducatif à destination des enfants avec le jardin botanique, les serres et le rucher », a-t-il souligné.

    Il a en revanche estimé que la peine d’amende était « lourde » et due « à la personnalité et à la notoriété de M. Veyrat ». « Nous allons réfléchir et attendre d’avoir les motivations du jugement » pour décider d’un éventuel appel, a précisé l’avocat à l’AFP.

    « Je suis désolé de tout ce qui arrive. Je ne suis pas au-dessus des lois. Chacun peut se tromper, même moi », s’était défendu à la barre le chef étoilé, reconnaissant « des erreurs fondamentales » et assurant de sa « bonne foi ». « Dans cette opération, j’ai tout mélangé. C’est le cœur qui a parlé. Il y avait des conditions à respecter et j’ai été trop vite. Je ne savais pas qu’il fallait un permis de construire pour ces constructions rudimentaires », avait-il ajouté, se disant « affecté ».

     

    Annecy : le chef écolo Marc Veyrat suspecté d’infractions à l’environnement

    Le chef multiétoilé au grand chapeau noir aurait, entre autres, coupé des arbres dans ses zones naturelles, a confirmé son avocat à l’AFP.

    Source AFP

    Publié le 23/11/2015 à 13:40 | Le Point.fr
    Marc Veyrat est suspecté de plusieurs infractions à l'environnement.
    Marc Veyrat est suspecté de plusieurs infractions à l’environnement. © AFP/ Gilles LANSARD

    ===========

    Commentaires

    • Mary  •                     Venez vite voir mon #$%$ de paysan !! Il bousille toute la nature sur 200 hectares

      christophe  •             Faire les travaux dans un délai de 3 mois ????? Est ce que les juges sont au courant qu’on est au début de l’hiver et que la zone en question est à environ 1400m d’altitude, donc sous la neige actuellement ?????
    • Holydays in Vorkuta     »le parcours éducatif » dans son jardin… Lol On croit rêver…
    • Bariton  •                Donc la propriété privée ne l’est plus. Détruire des milliers d’hectares pour faire passer des autoroutes, des TGV, construire des barrages ou des aéroports, construire en zone inondable, empoisonner les nappes phréatiques, j’en passe et des meilleures, cela c’est LEGAL.
    • Christo  •                   Il n’est que victime de l’idéologie des écolos rigolos. Et le prix des amendes a explosé avec l’introduction de l’euro. Bonne affaire pour l’état.
    • Jean-Pierre  •           Le prix du repas dans ses restos va s’en ressentir !!!
    • L2XL Le Haineux  •    C’est bien le seul, à ne pas se rendre compte qu’il a toujours été ridicule !
      Denis  •                       Les « migrants » détruisent des landes protégées sur des centaines d’hectares mais les socialopes trouvent cela bien .
      Par contre un type , chez lui , sur son terrain , fait un aménagement pédagogique mais là c’est un crime !!!!
      Dans ce pays , y’a un gros gros ménage à faire et cela devient de plus en plus urgent .
      Liberté , égalité , fraternité … je me marre .

    😡😡😡😡😡😡🇫🇷                   Qu’il continue à engraisser les riches …très cher , dans ses restaurants, mais de quel droit cet huluberlu s’est-il engagé à une telle déforestation, et cela n’a pas du dû se faire en un jour, …que faisaient les services préfectoraux , les maires , les adjoints, et on nous serine avec cette COP21 ….qui n’a abouti à aucune contrainte …il faudrait que ….autant dire rien de concret , et l’autre idiot qui déracine les arbres, mais putain, dans quel monde on vit 😡😡😡😡

    Maralpine                      2 poids 2 mesures, à Biot (06) la maire a profité du désordre lié aux inondations pour massacrer le parc naturel de La Brague sans autorisation. Adieu nid de hérons cendrés et autres espèces protégées ! à peine 2 mois après la catastrophe, une voie de 2kmX3m avec enrochement et étanchéification des sols a été ouverte entre l’amont et l’aval du village pour favoriser les projets immobiliers de la mairie, SE très à gauche. Les services de l’Etat ont été prévenus mais se taisent

    En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/police-justice/article/2015/12/18/le-chef-marc-veyrat-condamne-pour-atteintes-a-l-environnement_4834606_1653578.html#kzdGYZBYqsCItPqG.99

    daver            Pôvre marc…

    Pauvre marc, écolo quand ça l’arrange… Comme tous.

    pépé54        Pas vraiment réjouissant

    C’est vraiment dommage pour le très grand Chef qu’est Marc Veyrat, mais on ne peut pas s’empêcher de sourire en voyant les ayatollah verts se bouffer entre eux !
    Ce n’est pas demain que je confierai une responsabilité, quelle qu’elle soit à un écolo !

    Jepirad               Un poids une mesure ? Pas sûr.

    C’est consternant de voir ces gens qui ont un nom, se croire tout permis. Alors pris la main dans le sac, ils tombent des nues. Alors ils dégainent les avocats pour l’expliquer.
    Maintenant il faut tout remettre en état et repartir à zéro. Mais gageons que la cuisine locale lui permettra de réparer le manquement à moindre frais.

    Skiboom    Scandale. Encore des sapins qui ont rejoint clandestinement la scierie

    heracles2      Logique. Plus un brin d’herbe sous les fenêtres de ses cuisine, un mitron y jeté les restes des repas…
    US-D-F        La Planète des Singes

    Euh… Pardon : des humains !
    Vraiment ? … Enfin, c’est pareil.

    regard                Si seulement…les textes et le zèle juridique avaient été aussi poussés en matière de détection et de lutte contre le terrorisme et les trafics criminels en tous genre qu’en matière environnementale, nous n’en serions peut être pas aussi loin en matière de lutte contre l’EI…

    Mais l’intégrisme écologiste est aussi une réalité.

    « Les effets spéciaux ont évolué tellement vite entre chaque sortie de film »

    Laisser un commentaire

    a1ae8380-a245-11e5-b948-e54d378c6b1b_I151212cfLR

    A la tête d’une nouvelle coalition contre le terrorisme, Riyad n’exclut pas l’envoi de troupes

    Le Monde.fr avec AFP et Reuters

    Le ministre des affaires étrangères saoudien, Adel Al-Joubeir, le 15 décembre 2015 à Paris.

    « Le terrorisme a frappé les pays musulmans. Il est temps que le monde musulman prenne position. » C’est ce qu’a déclaré le chef de la diplomatie saoudienne, Adel Al-Joubeir, en visite à Paris mardi 15 décembre, après l’annonce surprise par Riyad de la création d’une coalition de 34 pays pour lutter « militairement et idéologiquement » contre le terrorisme.

    Les pays membres de cette alliance échangeront des informations et fourniront du matériel et de la formation, a précisé le ministre des affaires étrangères saoudien. Ils pourront aussi, si nécessaire, mettre des forces à disposition. « Rien n’est exclu, a déclaré M. Al-Joubeir, interrogé sur un éventuel envoi de troupes au sol. Cela dépend des demandes exprimées, cela dépend des besoins et cela dépend de la volonté des pays à fournir le soutien nécessaire. »

    Les 34 pays du Moyen-Orient, d’Afrique et d’Asie qui forment cette nouvelle coalition sont membres de l’Organisation de la coopération islamique (OCI) installée à Jeddah, en Arabie saoudite. Ni l’Iran, ni l’Irak, ni la Syrie n’en font partie.

    Lire aussi : Qatar et Arabie Saoudite : un rôle mineur dans le financement de l’EI

    Combattre « toute organisation terroriste »

    L’Arabie saoudite, qui prend la tête de cette alliance et où sera établi son centre de commandement, est déjà directement engagée dans une guerre coûteuse au Yémen, où elle combat les rebelles chiites houthistes. Riyad, comme d’autres Etats, fait également déjà partie de la coalition internationale menée par les Etats-Unis pour combattre l’organisation Etat islamique (EI) en Syrie et en Irak.

    Cette nouvelle coalition va combattre « toute organisation terroriste qui fait son apparition » dans le monde musulman, « le premier à avoir souffert du terrorisme », a assuré le prince Mohamed, fils du souverain saoudien Salmane. « Concernant la Syrie et l’Irak, nous ne pouvons mener les opérations [antiterroristes] qu’en coordination avec [les autorités] légitimes dans ces pays et avec la communauté internationale », a-t-il ajouté.

    L’annonce de la formation de cette coalition intervient alors que les Etats-Unis multiplient les déclarations sur la nécessité de mobiliser des troupes au sol, notamment arabes, pour réussir la guerre contre les djihadistes de l’EI. Al-Azhar, la prestigieuse institution de l’islam sunnite sise au Caire, a exhorté « tous les pays musulmans » à la rejoindre.

    Lire aussi : « La France n’a aucune intention de revoir ses relations avec l’Arabie saoudite et le Qatar »

    Une coalition islamique antiterroriste de 34 pays formée par l’Arabie Saoudite

    COALITION ARABIE SAOUDITE

    INTERNATIONAL – L’Arabie saoudite a formé une coalition islamique antiterroriste de 34 pays, dont l’Egypte, la Turquie, le Pakistan et le Sénégal, a annoncé ce mardi 15 décembre l’agence officielle Spa qui publie une liste de ces pays n’incluant pas l’Iran ou l’Irak.

    Cette coalition, placée sous la conduite de l’Arabie saoudite, sera dotée d’un centre de commandement basé à Ryad pour « soutenir les opérations militaires dans la lutte contre le terrorisme », a ajouté l’agence.

    Cette coalition témoigne « du souci du monde islamique à combattre le terrorisme et à être un partenaire dans la lutte mondiale contre ce fléau », a déclaré le futur prince héritier et ministre saoudien de la Défense, Mohamed Ben Salmane, lors d’une conférence de presse à Ryad.

    Daech ciblé mais pas nommé

    L’Arabie saoudite, qui dirige une coalition arabe contre les rebelles chiites au Yémen, fait partie aussi de la coalition internationale qui, sous la conduite des Etats-Unis, combat le groupe jihadiste Etat islamique qui sévit en Syrie et en Irak.

    A la question de savoir si la nouvelle coalition va se consacrer à la lutte contre l’EI, le prince Mohamed, fils du souverain saoudien, a souligné que cette coalition allait combattre « toute organisation terroriste ». Un élément de langage qui suggère que, même si elle n’est pas explicitement nommée, l’organisation jihadiste Daech est bien visée par ce projet.

    Dix autres pays musulmans, dont l’Indonésie, soutiennent la nouvelle coalition et pourraient se joindre à elle ultérieurement, selon l’agence Spa.

    Pourquoi l’Arabie Saoudite prend-elle cette initiative ?

    Déjà membre de la coalition internationale contre l’Etat islamique, la volonté de Ryad de former une autre coalition et avec des pays du monde islamique s’explique par plusieurs facteurs. Sur un plan international, l’Arabie Saoudite veut montrer sa bonne volonté en termes de lutte contre le terrorisme et donc asseoir son leadership dans la région.

    Une façon de suggérer à l’Occident que le pays, exaspéré des comparaisons avec Daech, compte bien en finir avec le jihadisme et s’imposer comme l’interlocuteur privilégié des Occidentaux à l’heure où l’Iran -son principal concurrent- sort progressivement de son isolement.

    Sur le plan sécuritaire également, Ryad a des arguments de poids en faveur de la formation d’une telle coalition. Celle-ci doit en effet être lue à l’aune de la situation chaotique en Libye. Car à l’image des autres chancelleries occidentales, le développement de Daech dans ce pays ruiné par la guerre préoccupe au plus haut point, et la formation de cette coalition peut-être aussi comprise comme un moyen d’intervenir sur place avant que la situation ne devienne comparable à celle de la Syrie.

    Lire aussi :
    • L’UE et la Turquie relancent leurs négociations d’adhésion


    • Neuf femmes élues pour la première fois en Arabie saoudite

    Arabie saoudite: une trentaine de pays musulmans forment une coalition antiterroriste

    L’Arabie saoudite a annoncé mardi la création d’une coalition de 34 pays majoritairement musulmans dont l’objectif sera de « combattre le terrorisme militairement et idéologiquement » dans un contexte de montée en puissance de groupes jihadistes.

    Les pays membres de cette alliance échangeront des informations, fourniront du matériel et de la formation et mettront des forces à disposition si nécessaire, a déclaré à Paris le chef de la diplomatie saoudienne Adel Al-Jubeir.

    « Le terrorisme a frappé les pays musulmans. Il est temps que le monde musulman prenne position », a-t-il lancé.

    Mais ni l’Iran chiite, ni l’Irak, ni la Syrie ne figurent sur la liste de ces Etats diffusée par l’agence officielle saoudienne SPA après l’annonce surprise de Ryad.

    Pour des analystes, il est trop tôt pour dire quelles actions cette alliance militaire islamique pourrait entreprendre, alors que l’Arabie saoudite qui la dirige est déjà directement engagée dans une guerre coûteuse au Yémen, où elle combat des rebelles chiites.

    L’annonce est surtout « chargée de symbole », a jugé Adam Baron, de l’European Council on Foreign Relations.

    La coalition comprend des pays majoritairement sunnites comme l’Egypte, la Turquie, le Pakistan et le Sénégal. Elle sera dotée d’un centre de commandement basé à Ryad.

    L’alliance témoigne de la volonté du « monde islamique de combattre le terrorisme et d’être un partenaire dans la lutte mondiale contre ce fléau », a expliqué le vice-prince héritier et ministre saoudien de la Défense Mohamed Ben Salmane lors d’une conférence de presse à Ryad.

    – ‘Notre guerre’ –

    « La guerre contre le terrorisme » est « notre guerre », celle « des musulmans contre les terroristes qui commettent leurs actes horribles au nom de la religion », a réagi le porte-parole du gouvernement jordanien, Mohamad Momani.

    La prestigieuse institution de l’islam sunnite basée au Caire, Al-Azhar, a exhorté « tous les pays musulmans » à rejoindre cette coalition.

    Les 34 pays du Moyen-Orient, d’Afrique et d’Asie de la coalition sont membres de l’Organisation de la coopération islamique (OCI), basée à Jeddah (ouest de l’Arabie saoudite).

    Dix autres pays, dont l’Indonésie, le premier pays musulman du monde par sa population, pourraient se joindre ultérieurement à la coalition, selon SPA.

    Certains des membres, comme l’Arabie saoudite, font déjà partie de la coalition internationale qui, sous la conduite des Etats-Unis, combat le groupe Etat islamique (EI) en Syrie et en Irak.

    Cette nouvelle coalition se consacrera-t-elle à la lutte contre l’EI ? Le prince Mohamed, fils du souverain saoudien Salmane, a répondu qu’elle combattrait « toute organisation terroriste qui fait son apparition » dans le monde musulman, « le premier à avoir souffert du terrorisme ». Il a cité « la Syrie, l’Irak, le Sinaï (Egypte), le Yémen, la Libye, le Mali, le Nigeria, le Pakistan et l’Afghanistan ».

    « La coalition va combattre le terrorisme militairement, idéologiquement et médiatiquement, en plus de l’effort sécuritaire », a affirmé le prince Mohamed.

    – Accusations de laxisme –

    Le royaume saoudien, régi par l’idéologie wahhabite (une version rigoriste de l’islam sunnite), est accusé en Occident de laxisme envers le jihadisme. Certaines personnalités l’accusent même de financer des mosquées et des groupes radicaux.

    « Cette coalition est une réponse de l’Arabie aux allégations persistantes de la communauté internationale sur son engagement insuffisant contre l’EI », a ainsi estimé Farea al-Muslimi, du Carnegie Middle East Center à Beyrouth.

    C’est « peut-être une façon de sauver la face » pour les Saoudiens, a jugé le chercheur auprès de quelques journalistes à Washington.

    Un diplomate occidental est du même avis tout en décelant deux autres explications à cette coalition: la menace sécuritaire que représente pour le royaume saoudien un groupe comme l’EI et l’effort que fait l’Iran pour convaincre l’Occident que les chiites sont de « bons musulmans » par rapport aux sunnites. « C’est pour ces raisons que les Saoudiens ont pris l’initiative », dit-il.

    Le prince Mohamed, qui s’exprimait lors de sa première conférence de presse depuis son entrée au gouvernement, formé en janvier, incarne la nouvelle politique internationale de Ryad, plus visible et plus affirmée.

    Cette nouvelle coalition s’inscrit dans ce mouvement, selon l’analyste Adam Baron.

    Cela intervient au moment où les Etats-Unis multiplient les appels à mobiliser des soldats au sol, principalement de pays arabes, pour gagner la guerre contre l’EI en Syrie et en Irak. A Washington, le département d’Etat a d’ailleurs salué cette nouvelle coalition, estimant que « tous les efforts pour augmenter la pression sur ces réseaux (terroristes) sont les bienvenus ».

    Ryad forme une « coalition islamique antiterroriste »

    L'ARABIE SAOUDITE FORME UNE "COALITION ISLAMIQUE ANTITERRORISTE"

    Conférence de presse à Ryad du ministre saoudien de la Défense, le prince Mohammed bin Salman. L’Arabie saoudite a annoncé la formation d’une coalition islamique antiterroriste réunissant 34 pays du Proche et du Moyen-Orient et d’Afrique, dont l’Egypte, le Qatar, les Emirats arabes unis, la Turquie, la Malaisie ou le Pakistan. /Photo prise le 15 décembre 2015/REUTERS/Agence de presse saoudienne

    PARIS/DUBAI (Reuters) – Les 34 pays membres de la coalition islamique antiterroriste formée par l’Arabie saoudite partageront des renseignements, équiperont, formeront et, si nécessaire, mettront à disposition des forces, a déclaré mardi le chef de la diplomatie saoudienne, Adel al Djoubeïr.

    Ryad avait annoncé un peu plus tôt la formation de cette coalition réunissant des pays du Proche et du Moyen-Orient mais aussi d’Afrique, décision qui a été saluée par les Etats-Unis qui réclamaient une plus grande implication de la région dans la lutte contre les islamistes maîtres d’une partie de l’Irak et de la Syrie.

    « Rien n’est exclu », a déclaré Adel al Djoubeïr, interrogé lors d’une conférence de presse à Paris sur un éventuel envoi de troupes au sol. « Cela dépend des demandes exprimées, cela dépend des besoins et cela dépend de la volonté des pays à fournir le soutien nécessaire ».

    « Des discussions sont en cours, impliquant des pays parties prenantes de la coalition (comme) l’Arabie saoudite, les Emirats (arabes unis), le Qatar et Bahreïn, sur l’envoi de forces spéciales en Syrie. Ce n’est pas exclu », a-t-il dit aux journalistes.

    L’Egypte, la Turquie, la Malaisie, le Pakistan et plusieurs pays d’Afrique figurent également sur la liste des membres de la coalition qui a été diffusée lundi par l’agence de presse officielle saoudienne. L’Iran, grand rival de l’Arabie saoudite dans la région, n’y figure pas.

    La coalition disposera d’un centre commun d’opérations installé à Ryad afin de coordonner et soutenir les opérations militaires. La coalition ne disposera pas d’armée autonome en soi.

    « Si des pays ont besoin d’une aide, ils pourront en faire la demande et les pays qui peuvent fournir une assistance le feront, tout cela se décidera au cas par cas », a dit Djoubeïr.

    Le communiqué diffusé par l’agence de presse saoudienne SPA parle d’un « devoir de protéger la nation islamique contre le fléau des groupes et organisations terroristes, quels que soient leur secte et leur nom, qui propagent la mort et la corruption sur terre et qui cherchent à terroriser les innocents ».

    LUTTER CONTRE « TOUT GROUPE TERRORISTE »

    Le ministre saoudien de la Défense Mohammed bin Salman, deuxième dans l’ordre de succession du trône, a indiqué lors d’une conférence de presse que la coalition coordonnerait son action avec les principales puissances et avec les organisations internationales. Son ambition n’est pas seulement du lutter contre l’EI mais contre « tout groupe terroriste », a ajouté le ministre.

    En visite mardi en Turquie, le secrétaire américain à la Défense Ashton Carter, a déclaré que l’initiative saoudienne semblait répondre à ses appels à un plus grand engagement des pays sunnites dans la lutte contre l’EI.

    « Nous attendons d’en savoir plus sur les intentions de l’Arabie saoudite au sujet de cette coalition », a-t-il dit sur la base aérienne d’Incirlik.

    « Mais, en général, cela semble s’inscrire tout à fait dans la ligne de ce que nous réclamons depuis un certain temps – un plus grand engagement des pays arabes sunnites dans la campagne pour combattre l’EI. »

    La ministre allemande de la Défense a également salué l’annonce de la création de cette coalition.

    Ursula von der Leyden, qui s’exprimait sur la chaîne de télévision allemande ZDF, a déclaré que cette alliance sera utile si elle rejoint des autres pays qui lutte contre l’EI. Elle a souligné que le groupe djihadiste l’EI avait prospéré en profitant des désaccords au sein du monde musulman.

    Ce très gros détail que l’Arabie saoudite oublie dans la construction de sa coalition contre l’Etat Islamique

    La formation, le 15 décembre, d’une coalition islamique antiterroriste de 34 pays placée sous la conduite de l’Arabie Saoudite est, selon les déclarations officielles, censée « soutenir les opérations militaires dans la lutte contre le terrorisme ». Mais sa composition, des Etats sunnites seulement, et son objectif ne devraient pas rassurer ceux qui luttent aujourd’hui militairement contre l’Etat islamique. L’Arabie Saoudite cherche à redorer son image, souhaitant faire oublier qu’elle a créé le monstre du djihadisme islamiste.

    Atlantico : Que signifie cette initiative de l’Arabie Saoudite? Est-ce seulement pour l’image et contenter les Américains qui demandaient une plus grande implication des pays arabes dans la campagne militaire menée contre EI? Ou cela marque-t-il un tournant et de réelles inquiétudes de la monarchie moyen-orientale?

    Alexandre Del Valle :  Il faut d’abord rappeler qu’historiquement l’Arabie Saoudite est un Daech qui a réussi. La fondation même de l’Arabie Souadite a présidé à un Etat schizophrène par nature dont la main droite du terrorisme ignore ce que fait la main gauche du pragmatisme. Elle a été fondé par une tribu pragmatique bédouine qui s’appelait les Saoud qui gère de manière totalitaire et patrimoniale leur pays. Mais ce ne sont pas eux les véritables islamistes obscurantistes. Ils se sont alliés avec une confrérie religieuse, les Wahhabites, et l’alliance de ces deux pôles différents fait que quand les Saoud veulent être alliés de l’Occident ou pragmatiques ou faire du business, les Wahhab, qui gardent leur autonomie, eux financent partout l’islamisme le plus radical. Les Wahhabites ont pris l’Arabie Saoudite, comme aujourd’hui Daech avec la Syrie et l’Irak, par le djihad. Dans son essence même, ce pays est donc schizophrène.

    Ce très gros détail que l’Arabie saoudite oublie dans la construction de sa coalition contre l’Etat Islamique

    Atlantico : Que signifie cette initiative de l’Arabie Saoudite? Est-ce seulement pour l’image et contenter les Américains qui demandaient une plus grande implication des pays arabes dans la campagne militaire menée contre EI? Ou cela marque-t-il un tournant et de réelles inquiétudes de la monarchie moyen-orientale?

    Alexandre Del Valle :  Il faut d’abord rappeler qu’historiquement l’Arabie Saoudite est un Daech qui a réussi. La fondation même de l’Arabie Souadite a présidé à un Etat schizophrène par nature dont la main droite du terrorisme ignore ce que fait la main gauche du pragmatisme. Elle a été fondé par une tribu pragmatique bédouine qui s’appelait les Saoud qui gère de manière totalitaire et patrimoniale leur pays. Mais ce ne sont pas eux les véritables islamistes obscurantistes. Ils se sont alliés avec une confrérie religieuse, les Wahhabites, et l’alliance de ces deux pôles différents fait que quand les Saoud veulent être alliés de l’Occident ou pragmatiques ou faire du business, les Wahhab, qui gardent leur autonomie, eux financent partout l’islamisme le plus radical.

    Les Wahhabites ont pris l’Arabie Saoudite, comme aujourd’hui Daech avec la Syrie et l’Irak, par le djihad. Dans son essence même, ce pays est donc schizophrène.

    Aussi les Saoud peuvent-ils être sincèrement contre la progression de certains mouvements djihadistes. Mais à l’intérieur de cet Etat, ceux qui contrôlent la religion favorisent ce même djihadisme. Donc l’Arabie Saoudite a produit un monstre qui se retourne contre elle. C’est tout l’intérêt de la coalition qui vient d’être annoncée. Les Saoud en tant que dirigeants politiques n’ont pas intérêt à favoriser des gens, Daech, qui ont pour but de faire un califat qui signerait la fin de l’Arabie Saoudite.

    Aujourd’hui, le monstre ne se retourne pas encore totalement contre l’Arabie Saoudite, mais il va le faire. Donc l’Arabie Saoudite est contrainte à un moment ou un autre de résister à l’Etat islamique, de participer à une lutte contre ce courant extrémiste mais à sa manière. Elle n’a pas le même intérêt que les Etats-Unis ou les Russes à liquider tous les mouvements djihadistes. Elle veut uniquement anéantir ou au moins réduire les mouvements islamistes qui menacent son territoire.

    Elle a donc monté une coalition conforme à sa vision. Une coalition qui n’inclut pas les Iraniens ou les Russes qui eux veulent lutter contre tous les djihadistes. L’Arabie Saoudite a monté sa coalition, dans laquelle elle peut lutter uniquement contre les mouvements qu’elle identifie comme dangereux pour son territoire et la vision sunnite.

    Et son autre but est de faire oublier qu’elle est le principal fournisseur, formateur, financier du mouvement djihadiste sunnite depuis la Guerre Froide. Car de plus en plus d’analystes pointent sa responsabilité.

    Quelles sont les menaces que fait peser l’Etat islamique sur l’Arabie Saoudite ? Sécuritaires avant tout ? Les attaques d’EI contre des mosquées chiites pourraient-elles, notamment, radicaliser cette minorité d’Arabie saoudite qui s’estime déjà moins bien traitée et pourrait se rebeller ?

    Ce n’est pas ce que craint le plus l’Arabie Saoudite. D’autant que l’Arabie Saoudite a créé ce monstre, entre autres, pour lutter contre les chiites. Le principal problème c’est qu’il y a en Arabie Saoudite des djihadistes très nombreux qui sont recrutés chaque année dans plein de mouvements. Près de 3000 ont rejoint l’Etat islamique. Les Saoudiens sont ainsi toujours un contingent très important dans la plupart des mouvements djihadistes. Et ce que redoute l’Arabie Saoudite, c’est le retour de ces moudjahidins chez eux, lesquels risqueraient de prendre à la lettre l’idéologie wahhabite et de vouloir renverser les Saoud, accusés d’avoir trahi le véritable wahhabisme.

    En gros l’Arabie Saoudite veut uniquement contenir les djihadistes salafistes qui voudraient renverser le pouvoir saoudien.

    EI menace-t-il aussi les ressources naturelles et économiques de l’Arabie Saoudite?

    Oui, à terme totalement. Car l’Etat islamique a pour but de réunir tous les territoires composés de musulmans sunnites en particulier et ensuite d’attaquer les musulmans chiites. La Jordanie, la Syrie, tout l’Irak sunnite, et l’Arabie Saoudite bien sûr, le cœur du Moyen-Orient qui serait le cœur de Daech, font partie du territoire que souhaite occuper Daech. Et pour lui posséder les lieux saints de l’Islam serait un atout extraordinaire. C’est ainsi que les Wahhabites, qui étaient des parias avant de prendre les lieux saints, ont fini par être jugés respectables. Si Daech arrive un jour à s’agrandir, à multiplier les territoires et à prendre les lieux saints, le monde serait obligé de composer avec.

    Mais en termes économiques, le pétrole en particulier intéresse Daech et donc menace l’Arabie Saoudite non ?

    Il ne s’agit pas uniquement du pétrole saoudien. Daech est un mouvement prédateur par définition et c’est d’ailleurs pour cela qu’il s’appelle Califat car c’est un empire qui a pour définition de s’étendre indéfiniment. Pour ce faire, il a besoin d’argent. Cet argent peut provenir du pétrole d’Irak, d’Egypte ou d’Arabie Saoudite.

    Mais comme le souligne l’idéologue de l’Etat islamiste Abou Bakr Naji, le Califat vise d’abord les points faibles, les ventres mous de ce qui deviendra son empire. L’Arabie Saoudite fait partie des cibles potentielles – elle est sur la carte que l’Etat islamique a dressé pour désigner son futur empire –  mais ce n’est pas le point le plus faible. Ils vont déjà essayer de s’emparer de pays comme le Liban, la Jordanie avant l’Arabie Saoudite.

    On croit toujours que les intérêts ne sont qu’économiques. Bien sûr l’Etat islamique a besoin d’argent. Et posséder l’Arabie saoudite et ses réserves de pétrole serait un joyau extradordinaire. Mais le pétrole n’est pas la dimension la plus fondamentale. La plus fondamentale, consiste à contrôler un territoire pour établir et étendre l’empire et y faire fonctionner une armée. Daech ne crachera pas sur un pays doté d’énormément de richesses évidemment. Mais il sait très bien que vouloir s’en prendre à l’Arabie Saoudite ça veut dire avoir le monde entier sur le dos.

    Je ne pense pas que l’Etat islamique soit assez bête pour vouloir privilégier aujourd’hui l’Etat saoudien, aujourd’hui énormément protégée par un armement sophistiqué et surtout par le fameux pacte de Quincy qui fait que les Etats-Unis la défendent quoi qu’il arrive.

    Si l’Arabie Saoudite venait vraiment à mobiliser des troupes et à s’engager, cela ne serait-il pas un énorme point fort dans la lutte contre le terrorisme islamique engagée par les occidentaux notamment ?

    Je n’y crois pas. Car, trouver des combattants qui vont vouloir aller se battre contre Daech est quasi impossible alors qu’aujourd’hui les principaux ennemis de Daech sont les Chiites contre lesquels ils luttent au Yemen en particulier. Aujourd’hui, je crains que l’Arabie Saoudite ne fasse comme la Turquie. On fait croire qu’on veut anéantir Daech. On fait comme par hasard une coalition composée de pays sunnites qui exclut l’axe chiite Irak-Iran. Cette seule exclusion rend la coalition suspecte et prouve qu’elle n’est là que pour défendre les intérêts des sunnites. Quand on veut vraiment lutter contre Daech, on inclut aussi les ennemis de Daech. Comme la Turquie d’Erdogan, cette coalition risque de frapper de temps en temps Daech mais surtout de se réunir contre les chiites. L’Arabie Saoudite comme la Turquie est un pays tiraillé. Et on ne peut se fier à des Etats foncièrement divisés.

    Ouverture des élections aux femmes en Arabie Saoudite : un progrès de façade pour le Royaume wahabite
    Financement du terrorisme : ce qu’il est possible de dire du rôle de l’Arabie Saoudite et du Qatar (et pourquoi la Russie peut changer la donne)
    Et maintenant, l’Arabie saoudite confrontée à la disparition de son agriculture pour avoir abusé de ses ressources en eau

    Des centaines de photos de l’Etat islamique découvertes dans les téléphones portables de migrants en Norvège

    Les forces de l’ordre ont admis que l’énorme afflux de réfugiés ces derniers mois avait conduit à des contrôles moins poussés, mais les migrants pourraient détenir ces clichés pour des raisons parfaitement innocentes.

    Haute tension

    Des centaines de photos de l'Etat islamique découvertes dans les téléphones portables de migrants en Norvège

    La nouvelle risque d’augmenter un peu plus le climat de tension en Europe. Alors que le flot de demandeurs d’asiles ne se tarit pas en Norvège, les policiers auraient trouvé des images d’exécutions et de propagande de l’Etat islamique dans leurs téléphones portables, révèle le DailyMail. Le site britannique affirme également que des images d’enfants morts et d’autres victimes de conflits ont été découverts.

    Cette information intervient dans le cadre d’un état de tension maximale entourant l’arrivée des réfugiés en Europe, certains responsables craignant que l’Etat islamique ne se serve de la crise des migrants pour passer les frontières du continent.

    Les forces de l’ordre ont d’ailleurs admis que l’énorme afflux de réfugiés ces derniers mois avait conduit à des contrôles moins poussés sur les nouveaux arrivants.

    Mais selon le responsable d’un programme en charge de l’accueil des migrants, les demandeurs d’asile pourraient avoir des raisons parfaitement innocentes pour détenir ces photos. Ils pourraient notamment les avoir gardés pour témoigner de l’horreur vécue dans leurs pays respectifs, ou bien justement pour échapper aux représailles des djihadistes durant leur périple jusqu’en Europe.

    L’EI a déjà indiqué qu’il comptait sur les flux migratoires pour infiltrer des djihadistes sur le Vieux continent. Selon le DailyMail, trois des terroristes ayant participé aux attaques de Paris en novembre se seraient fait passer pour des migrants pour entrer en Europe, notamment Abdelhamid Abaaoud. Par ailleurs, les services américains ont déclaré craindre que le groupe terroriste ait conçu une machine à fabriquer des passeports occidentaux.

    ==============

    Commentaires

    abderrazak  •

    – L’Arabie Saoudite represente l’Islam radical.
    – L’EI represente l’Islam fanatique.
    Avant d’etre fanatique ,il faut etre radical…….
    Donc,il faut libérer d’abord la péninsule arabique des Al-Saoud et le monde connaitra la paix

    Romeo  •                               en bossant honnetement vous ne serez jamais riche les exemples abondent

    01011  •                                    Mais bien sur..

    AHMED  •                              Une coalition sélective ne concerne pas tous les pays arabes et islamiques, on sait que ceci est un agenda américain, il est inimaginable que cela soit une idée saoudienne.

    Hotlikefyah  •                        Enfumage.
    dupont  •                                 Incroyable ce que l’on peut lire comme énormité dans la presse.
    Magdalena  •                        CE SERAIT A EUX LES PAYS MUSULMANS D ALLER ECRASER DAESH,MAIS C EST TROP LEUR DEMANDER ,ILS PREFERENT RESTER DANS LEUR COIN
    fathia  •                                  De la pure propagande destinée à attenuer les lourds soupçons pesant sur certains pays pour leurs soutiens avérés aux groupes térroristes dits « islamistes » .
    paul  •                                    Aussi crédibles que les turcs…
    Thierry  •                              A voir. Seul le temps le dira. Pour ma part, je n’y crois pas un seul instant. Plutôt de l’enfumage pour éviter que les musulmans soient interdit dans certains pays.
    Au delà des mots, on demande les preuves!
    Marquise  •                         Nous ne sommes pourtant pas le premier avril ? Si ? Ai-je loupé un épisode ? Dans la série « on nous prend vraiment pour des #$%$ « 
    Hate and Love  •                 et le droit des pays , des peuples à décider par eux-mêmes
    la Syrie, l’ Irak qui refuse l’ingérence turque sans que la communauté internationale ne s’en émeuve .

    gloup gloup  •                         Moi si un mec me vend une voiture pleine de vices cachés, je l’appelle pas pour qu’il me fasse les réparations.

    Enfin j’dis çà…
    • Adèle 1.1  •                   Ce n’est pas le berceau du salafisme et du wahhabisme …. courants d’un islam rigoriste et fondamentaliste, terreau de l’idéologie des terroristes ?
      Des coalisés de circonstance !
      salim  •                          qui arréct de finance les terroristes en syrie en irak en afrique le plus grand pays du monde qui finance les terroriste dans le monde avec c mosquée du diable il arréct de finance les salafiste wahabites dans le monde et sa ira mieux dans notre la cpi pour les crime commi pas l arabie sahoudite yémen syrie irak afrique balde crimille
    • Joan  •                              Ce journal aussi ne nous donne pas la liste complète, c’est dingue l’info de #$%$ qu’on nous donne!
    • jacot  •                             Et concrètement cela se traduit par quoi?
    • ykel  •                               Maintenant qu’on les a bien armés, il vont pouvoir nous mettre sur la courge, voila leur coalition !!!!
    • salim  •                              la coaliton de l’ingérence,  attention c pour envers les autre pays comme la syrie et l’irak;  y a rien de bien dans c coalition du diable
    • abderrazak  •                  C’est surement une idée des sionistes pour diviser ce qui est dèjà divisé
      Des musulmans imbéciles pro- occidentaux ( les sunnites)
      Des musulmans intelligents pro- Russess ( les chiites )
    • Bertrand  •                          Qui peut croire une minute que les Etats-Unis et l’Arabie saoudite mèneraient une vraie lutte contre Daesh?! Les Occidentaux et les grands empires sunnites se sont totalement ridiculisés depuis quatre ans dans leur alliance contre Bachar al-Assad et la déstabilisation de la Syrie afin de contrôler la voie du gaz qatari! Ils tentent maintenant de prendre le train en marche dans la lutte contre l’Etat islamique uniquement pour ne pas perdre la face au niveau médiatique mondial mais qui peut croire leur « sincérité »? Personne! Ils sont et resteront les commanditaires du terrorisme international uniquement pour servir leurs seuls intérêts! Riyad, Washington, Ankara, du balai!!!

      Vive l’Armée Arabe syrienne!
      Vive le Hezbollah!
      Vive les Kurdes!
      Vive la Russie!

      … et puis la France dans tout ça, « NATO go home! ».

      Gilh Gilh  •                             arabie saoudite …………….. le mal absolu

      Jean Robert GAUTHEY    Ce qui est gênant dans cette « coalition antiterroriste » c’est que ce sont que des pays sunnites qui considèrent les shiites comme des terroristes (par exemple au Yemen)… Les attentats contre l’Occident eux, sont le fait d’individus se réclamant du sunnisme! Ce que nous appelons terrorisme peut être interprété librement chez eux comme « guerre sainte ». Bref nous ne sommes pas d’accord sur ce qui s’appelle terrorisme.

      perhaps                              Après les mots , et les beaux engagements, …des preuves concrètes sur le terrain, contre Daech , ….sur les 34 pays participants, …..que cette coalition soit franche, parfaite et réaliste !!

      Pierre                                  Belle opération marketing de l’Arabie Saoudite en finançant qq pays pour la rejoindre

       

       Max Lombard            Pourrait-on connaitre la liste de ces pays?

      RECKNEWAR                       Compliqué, l’Orient, compliqué…C’est là où l’on a besoin d’un vrai journalisme d’investigation et non pas de lecteurs de communiqués de presse, de journalistes capables en outre de se décentrer par rapport à nos visions occidentales, et tout particulièrement de celles de nos fiers à bras locaux, qui voulaient « écraser DAECH. »

    Les morpions

    Laisser un commentaire

    sans-titre4

    Régionales: la presse choquée du « pitoyable spectacle politique « 

    La reconduction, mardi, de Claude Bartolone – battu lors des Régionales en Ile-de-France – au perchoir de l’Assemblée nationale, tout comme la guerre des chefs à droite, ont choqué nombre de quotidiens mercredi qui clouent au pilori des pratiques dont le Front national a fait son miel.

    Claude Bartolone a été reconduit mardi par acclamation président de l’Assemblée nationale par les députés socialistes, une méthode qui a provoqué un chahut des députés de droite dans l’hémicycle qui ont accusé l’élu PS de « déserter » en raison de son absence en séance dans l’après-midi.

    C’est « le « système » de la barbichette, des prébendes, des copains et des coquins partout dénoncé deux jours plus tôt (qui) est reparti de plus belle », condamne Denis Daumin dans La Nouvelle République du Centre-Ouest.

    Pour Le Républicain Lorrain, Xavier Brouet abonde et s’offusque d' »une classe politique dont la pratique du pouvoir est devenue insupportable pour une opinion désormais allergique au cumul assimilé aux prébendes d?un autre siècle. »

    – Bartolone ‘l’anti-Xavier Bertrand’ –

    « D?une pirouette, Bartolone est remonté sur le perchoir, Cambadélis a servi la soupe, Valls a réinventé les emplois jeunes en attendant de dissoudre les chiffres du chômage dans un méga plan de formation », dénonce Jean-Louis Hervois (La Charente Libre).

    « A peine l’encre des Régionales est-elle sèche que le pitoyable spectacle politique reprend comme si aucun nuage n’avait survolé le pays (…) Les petits arrangements continuent à l’envi », soupire Stéphane Siret (Paris Normandie).

    « Claude Bartolone, c?est aujourd’hui l’anti-Xavier Bertrand. Battu à Paris, il revient par une porte dérobée à l’Assemblée », remarque le Midi Libre (Yann Marec).

    Vainqueur dans le nord face à Marine Le Pen, en partie grâce aux voix de la gauche, Xavier Bertrand (Les Républicains) a annoncé renoncer à la primaire à droite pour la présidentielle et à ses autres mandats électoraux.

    Pour Guillaume Goubert de La Croix, « en agissant ainsi, Xavier Bertrand (…) témoigne d’une capacité à se remettre en cause face à la sanction qu’ont exprimée les électeurs. On aimerait observer le même souci à l’échelle nationale, qu’il s’agisse de la gauche ou de la droite. »

    Malheureusement, nous dit Philippe Marcacci (L’Est Républicain) « sans nouvelles têtes, avec des pratiques d’un autre âge (…) le changement n’est pas pour demain. »

    « C’est sûr (…) le FN n’a pas de souci à se faire », acquiesce, en écho, Sébastien Lacroix (L’Union).

    Régionales: la presse choquée du « pitoyable spectacle politique « 

    AFP

    claude-bartolone-lors-de-son-allocution-au-siege-du-ps-le-13-decembre-2015-au-soir-des-regionales-a-paris_5483014Claude Bartolone lors de son allocution au siège du PS le 13 décembre 2015 au soir des régionales à Paris afp.com/LOIC VENANCE

    Paris – La reconduction, mardi, de Claude Bartolone – battu lors des Régionales en Ile-de-France – au perchoir de l’Assemblée nationale, tout comme la guerre des chefs à droite, ont choqué nombre de quotidiens mercredi qui clouent au pilori des pratiques dont le Front national a fait son miel.

    Claude Bartolone a été reconduit mardi par acclamation président de l’Assemblée nationale par les députés socialistes, une méthode qui a provoqué un chahut des députés de droite dans l’hémicycle qui ont accusé l’élu PS de « déserter » en raison de son absence en séance dans l’après-midi.

    C’est « le +système+ de la barbichette, des prébendes, des copains et des coquins partout dénoncé deux jours plus tôt (qui) est reparti de plus belle« , condamne Denis Daumin dans La Nouvelle République du Centre-Ouest.

    Pour Le Républicain Lorrain, Xavier Brouet abonde et s’offusque d' »une classe politique dont la pratique du pouvoir est devenue insupportable pour une opinion désormais allergique au cumul assimilé aux prébendes d’un autre siècle. »

    – Bartolone ‘l’anti-Xavier Bertrand’ –

    « D’une pirouette, Bartolone est remonté sur le perchoir, Cambadélis a servi la soupe, Valls a réinventé les emplois jeunes en attendant de dissoudre les chiffres du chômage dans un méga plan de formation« , dénonce Jean-Louis Hervois (La Charente Libre).

    « A peine l’encre des Régionales est-elle sèche que le pitoyable spectacle politique reprend comme si aucun nuage n’avait survolé le pays (…) Les petits arrangements continuent à l’envi« , soupire Stéphane Siret (Paris Normandie).

    « Claude Bartolone, c’est aujourd’hui l’anti-Xavier Bertrand. Battu à Paris, il revient par une porte dérobée à l’Assemblée« , remarque le Midi Libre (Yann Marec).

    Vainqueur dans le nord face à Marine Le Pen, en partie grâce aux voix de la gauche, Xavier Bertrand (Les Républicains) a annoncé renoncer à la primaire à droite pour la présidentielle et à ses autres mandats électoraux.

    Pour Guillaume Goubert de La Croix, « en agissant ainsi, Xavier Bertrand (…) témoigne d’une capacité à se remettre en cause face à la sanction qu’ont exprimée les électeurs. On aimerait observer le même souci à l’échelle nationale, qu’il s’agisse de la gauche ou de la droite. »

    Malheureusement, nous dit Philippe Marcacci (L’Est Républicain) « sans nouvelles têtes, avec des pratiques d’un autre âge (…) le changement n’est pas pour demain. »

    « C’est sûr (…) le FN n’a pas de souci à se faire« , acquiesce, en écho, Sébastien Lacroix (L’Union).

    Elections régionales : quels élus sont concernés par le cumul des mandats

    Le Monde.fr | Mathilde Damgé

    Les élections régionales ont vu l’élection de listes avec à leur tête des hommes ou des femmes politiques ayant déjà un autre mandat. Certains de ces mandats ne peuvent pas être cumulés. Comment fonctionne le cumul des mandats ? Qui devra abandonner ses fonctions ?

    1. Le(s) ministre(s)

    Le ministre de la défense, Jean-Yves Le Drian, qui a emporté au second tour, dimanche 13 décembre, l’élection régionale en Bretagne (avec 51,41 % des voix), ne peut théoriquement pas cumuler les deux postes.

    Les membres d’un gouvernement ne sont certes pas, à proprement parler, concernés par la question du cumul des mandats, car le poste de ministre est une fonction, et non une charge élective.

    Mais ils sont tenus par l’engagement moral de François Hollande, alors candidat à l’élection présidentielle, qui avait proclamé en 2012 : « Moi, président de la République, les ministres ne pourraient pas cumuler leurs fonctions avec un mandat local. »

    A priori, M. Le Drian devrait toutefois cumuler les deux postes, au moins pendant un certain temps, en raison de la situation sécuritaire liée aux attentats du 13 novembre. « En ce moment il y a une situation particulièrement dramatique, tragique, tendue et en période d’état d’urgence il est difficile pour le président de la République de dire à son ministre de la défense “tu arrêtes” », a-t-il souligné, lundi.

    « Je ne serai pas ministre de la défense à mi-temps, je serai ministre de la défense dans la plénitude de mes fonctions », a-t-il répété à RTL. « J’ai auprès de moi à Rennes une équipe qui est prête à assurer la complémentarité de mes fonctions (…) Elle m’a aidé pendant la campagne et va m’aider encore », a-t-il ajouté.

    Jean-Yves Le Drian a estimé toutefois qu’il n’avait pas trahi ses électeurs en restant ministre et donc en ne se concentrant pas exclusivement sur ses responsabilités de président de région. « Les Bretons ont voté pour moi en toute connaissance de cause. J’ai annoncé la couleur très clairement », a-t-il dit.

    2. Les parlementaires

    Il n’est pas possible pour un parlementaire d’exercer simultanément une fonction de chef ou d’adjoint d’un exécutif local (maire, adjoint au maire, maire d’arrondissement, conseiller municipal délégué, président ou vice-président de conseil régional, de conseil général ou d’établissement de coopération entre collectivités territoriales).

    C’est ce que dit la loi votée en 2014. Cette incompatibilité entre mandat parlementaire et mandat exécutif local doit entrer en vigueur à partir de mars 2017.

    Certaines têtes de listes aux régionales, qui sont par ailleurs députés, se sont engagées à démissionner de leur mandat national.

    Députée des Yvelines depuis 2002, Valérie Pécresse (Les Républicains) a promis pendant sa campagne de démissionner de son mandat si son parti l’emportait en Ile-de-France, ce qui a été le cas dimanche.

    C’est aussi le cas de Christian Estrosi maire (LR) de Nice, député des Alpes-Maritimes, élu en provence-Alpes-Côte d’Azur, et de Xavier Bertrand élu dans le Nord-Pas-de-Calais, également maire (LR) de Saint-Quentin (Aisne).

    Même s’ils ont fait part de leur volonté de garder leur mandat national, le dispositif d’interdiction de cumul concernera aussi les députés LR Laurent Wauquiez (AuvergneRhône-Alpes) et socialiste Carole Delga (Languedoc-Roussillon).

    Le centriste Hervé Morin (Normandie) a été plus sibyllin :

    Ne se sont pas prononcés sur la question du cumul : le député de Martinique Alfred Marie-Jeanne (élu sur la liste indépendantiste), et le député, vice-président du conseil général de la Guadeloupe et maire de Baie-Mahault Ary Chalus (Alliance démocratique).

    Deux sénateurs n’ont pas dit, non plus, ce qu’ils comptaient faire : les Républicains Bruno Retailleau (Pays de la Loire) et Didier Robert, président du conseil régional de la Réunion depuis 2010 et sénateur depuis 2014, alors qu’ils sont aussi concernés par la loi de 2014.

    Toutefois, la loi laisse la possibilité aux parlementaires d’exercer un mandat local simple, comme conseiller régional. Les élus du Front national, qui auront des sièges de conseillers, pourront ainsi, s’ils le veulent, garder leurs mandats nationaux.

    Cela concerne a priori Marion Maréchal-Le Pen, députée du Vaucluse, et Stéphane Ravier sénateur des Bouches-du-Rhône. Seule, à ce stade, la nièce de la présidente du FN a annoncé qu’elle démissionnerait si elle était élue :

    Les députés européens étant aussi autorisés à exercer un mandat local simple, Marine Le Pen (Nord-Pas-de-Calais), Nicolas Bay (Normandie), Florian Philippot (AlsaceChampagne-ArdenneLorraine) ou Sophie Montel (Bourgogne-Franche-Comté) pourront cumuler s’ils le souhaitent. En outre, l’application de l’interdiction de cumul a été renvoyée à 2019.

    Seul Louis Aliot, candidat frontiste arrivé deuxième en Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées, a annoncé qu’il avait choisi de privilégier ses autres mandats (député européen et conseiller municipal de Perpignan).

    3. Les élus locaux

    Au niveau local, il est interdit de cumuler deux fonctions exécutives : on ne peut être maire d’une commune de plus de 3 500 habitants et président de conseil général, par exemple.

    Cette interdiction risque de concerner Gilles Simeoni, maire de Bastia, dont la liste nationaliste a remporté l’élection territoriale en Corse.

    La droite en veut à Bartolone d’avoir séché les QAG ce mardi

    POLITIQUE – Conforté mais absent. Moins de quatre heures après avoir été reconduit président de l’Assemblée nationale par le groupe socialiste, ce mardi 15 décembre, Claude Bartolone a préféré sécher les questions au gouvernement. C’est en effet l’une des vice-présidentes socialistes, Laurence Dumont qui a présidé la séance durant laquelle son absence a été très remarquée.

    « Il est où, il est où », ont lancé les députés de droite qui ne sont pas décidés à lui pardonner la fin de campagne pour les élections régionales du président de l’Assemblée. Rival malheureux de Valérie Pécresse en Ile-de-France, Claude Bartolone l’a accusée dans l’entre-deux-tours d’être la défenseure de la « race blanche ».

    « Des propos pénalement à poursuivre », a lancé le député Les Républicains Claude Goasguen en demandant à Manuel Valls de condamner « le quatrième personnage de l’Etat ». Au lieu de quoi le Premier ministre a renouvelé sa confiance à Claude Bartolone qui devrait rapidement remonter au Perchoir. C’est en tous cas le souhait du député socialiste Philippe Martin qui a commencé une question sur la Cop 21 en saluant « le grand président de l’Assemblée nationale ».

    Selon une journaliste du Monde, c’est pour des raisons de santé que Claude Bartolone était absent ce mardi après-midi. Une raison confirmée quelques instants plus tard par la présidence de l’Assemblée.

    Sept Français sur 10 veulent un rapprochement entre la gauche, la droite et le centre

    SONDAGE De telles « propositions communes pour notre pays » seraient « une bonne chose », « une démarche constructive » pour 68 %…

    Un bulletin de vote dans l'urne le 13 décembre 2015 au 2e tour des régionales au Puy-en-Velay
    Un bulletin de vote dans l’urne le 13 décembre 2015 au 2e tour des régionales au Puy-en-Velay – Thierry Zoccolan AFP

    20 Minutes avec AFP

    Les Français souhaitent l’union pour des propositions utiles au pays. Près de sept Français sur dix appellent de leurs voeux un rapprochement entre la gauche, la droite et le centre pour formuler des propositions communes, selon un sondage Odoxa paru mardi dans Le Parisien/Aujourd’hui en France.

    De telles « propositions communes pour notre pays » seraient « une bonne chose », « une démarche constructive » pour 68 % des personnes interrogées. Au contraire, 31 % y verraient « une mauvaise chose » car « les partis perdraient leur identité ».

    Un appel à l’unitié politique

    Cet appel à l’unité politique est plébiscité par 75 % des sympathisants de gauche et de droite (25 % y sont opposés) et rejeté par 64 % des sympathisants du Front national (36 % sont pour).

    Invitées à dire qui de Marine Le Pen, Nicolas Sarkozy et François Hollande « se trouve aujourd’hui (le) plus avantagé par le résultat des élections régionales, 46 % des personnes interrogées n’en désignent aucun des trois, 24 % citent la présidente du Front national, 18 % le dirigeant des Républicains et 12 % l’actuel chef de l’Etat.

    60 % souhaitent que Hollande conserve Valls

    Enfin, 60 % souhaitent que François Hollande conserve Manuel Valls : 29 % veulent le maintien du gouvernement dans son ensemble et 31 % ne veulent conserver que le chef du gouvernement à la tête d’une équipe remaniée « en profondeur ». Ils sont 39 % à réclamer un nouveau Premier ministre.

    Sondage réalisé le 14 décembre auprès d’un échantillon de 1.007 personnes représentatif de la population française de 18 ans et plus.

    =============

    Commentaires

    pedro  •               Des journalistes choqués ? Par quoi , eux qui vivent dans les immondices du pouvoir depuis des décennies?
    Un peu plus de subventions pour fermer vos gueules , peut-être ?

    haye  •               Après Hollande , après Valls ou Cambadélis , une autre simple démonstration flagrante de la part du P.S. de son mépris le plus total pour l’électorat Français !…..le parti de la honte !…
    Castor  •             La France n’est pas prête à sortir de sa décrépitude avec cette bande de malhonnêtes non crédibles…. Mais bon, les français en redemandent encore depuis dimanche dernier… La preuve a été faite par les urnes. Qu’ils ne viennent surtout pas se plaindre. Ils ont choisi.
    Daniel 52  •        les élus de la république, bénéficient d’un revenu caviar 4 à 5 fois supérieur à la moyenne des salaires grâce à leurs avantages en tous genre et privilèges, les cumulards doublent ou triplent leurs revenus et retraites, ce sont pour la plupart des poids lourds de la dette publique !! au delà des problèmes racistes, ces gens là sont à l’origine de nombreuses différences de traitement entre les salariés, entre retraités, entre contribuables, font supporter la pauvreté de façon très inégalitaire, ils ne ils ne cherchent qu’à diviser les Français pour conserver le pouvoir et leurs avantages excessifs et certes pas à l’avenir de notre pays et de nos enfants !!!roro  •                     pour une fois les journalistes font preuve d’un peu de clairvoyance !!!!!! c’est vrai que la magouille politicienne il y en a ras le bol !!!!! et les électeurs auraient bien fait d’en prendre conscience avant le 2eme tour !!!!!!!!!!!!
    Georges  •              Ils n’ont pas compris que l’UMP et le PS, c’est fini: on ne supporte plus ces charlots qui ne gouvernent pas la France mais ne s’occupent que leurs portefeuilles.
    Dette colossale non maitrisée, pléthore de fonctionnaires asphyxiant le pays sous les réglements et les impôts toujours en hausse, 6 millions de chômeurs dus à la politique frileuse du Medef, politique étrangére débile, transformation de nos villes en ville sémitique, langue de bois et mensonges érigés en systéme… l’UMP et le PS sont incapables de résoudre ces problèmes.
    Le FN l’est il? On n’en sait rien mais c’est la seule offre alternative qui monte.
    A quand une 6ème république avec moins d’élus, moins de dépenses et un vrai Président qui gouverne le pays et non son camp…
    Yann  •                   Une honte ces PS-LR..des escrocs…et il y a des gens qui votent pour ça ??!!..
    De plus, Les PS (Bartolone)-LR (Sarkozy) (ump..Rpr..) pronent le métissage..c’est à dire la destruction, ethnocide (disparition des langues et cultures)..des diversités Bretonne, Corse, Savoyarde, Basque, Occitane, Alsacienne (disparition de l’Alsace récement !!)..Occitan.etc..
    .quelle hypocrisie !! ce PS..les réP…tous escrocs…en démocratie ça doit pouvoir changer de temps en temps !!
    …..et pourtant je ne vote pas FN…pas français..mais Breton !
    Félicitations aux Indépendantistes Corses, Victorieux, un exemple à suivre pour nos minorités !
    Breizh d’ar Viken ….Bretagne Re-Souveraine …
    furet  •                   C’est très facile de dénoncer après avoir participé au spectacle dans l’entre deux tours. Une ou deux régions dirigées par le fn auraient sans doute fait changer les choses. A présent, pourquoi changer ? Ils ont trouvé la méthode pour garder leurs places.
    Jericho  •               D’un autre côté, les socialistes réussissent toujours à enfumer la population qui vote et revote toujours comme ils le veulent. Alors, pourquoi s’inquiéter et surtout pourquoi ça s’arrêterait ?…
    David  •                  2 semaines avant des élections : ne liser/regarder plus aucun média !
    Vous vous êtes (je suis ni français, ni résident français) fait manipuler mais d’une force…
    Front républicain……… comment peut on encore y croire?

    JEAN-CLAUDE MEYER     si Le drian reste ministre, ce serait un comportement scandaleux et irresponsable. ou bien la situation sécuritaire est si importante et il ne doit pas être en plus président de région ou bien il a abusé de la confiance des électeurs. il n’est pas un surhomme, or les deux fonctions sont lourdes et seul un plein temps peut permettre de les assurer correctement. de plus le cumul des indemnités est scandaleux, ce sont les adjoints qui se tapent le boulot!

    BERNARD BASCOUL   Le cumul des mandats est impossible, pour assurer une bonne gestion de mandat. Le cumul des mandats est une maladie française néfaste!

     

    Lo                               « une maladie française néfaste » : oui!

    Théodule                  Le coup de semonce a pourtant été rude, mais ils n’ont toujours pas compris.

     

    Nicolas                    Honte à m le drian, sous prétexte que la il y a une urgence sécuritaire, il ne peut partir ? Mais il a eu le temps de faire campagne pendant l’urgence ? Mieux, s’il est pris par cette urgence, comment va til gérer la région ? Que des foutaises. Tous ont une bonne excuse de se plier doublement les poches. Mais on assene à coups de massues les pme qui poussent leur employés à faire de même, et on dégoûté les personnes qui veulent travailler plus. Mais eux les tocards de politiciens no

    Lo                          Il sera particulièrement important de veiller à ce que la loi s’applique pour les nouveaux président(e)s de conseils généraux qui sont jusqu’à présent députés. On ne concevrait par exemple pas comment un Wauquiez qui a parlé d’exemplarité des élus commence par se placer dans l’illégalité.

    Bernard  •                       courage fuyons on a réintégré la planque du perchoir alors plus de vagues pour le moment .  beurk beurk dégoutant de lacheté

    • Francis  •             ils sont vraiment amusants les RIPOUX …. enfin ils le seraient… s ils étaient moins tristes …
      Leclod  •                 De quoi nous empêcher de sotir des informations gênantes, non estampillées « garantie par le gouvernement » , et surtout de les diffuser à grande échelle !
      Surtout que dans le même temps , le gouvernement Français est en train de mettre au pas les journaux qui auraient encore des velléités de diffuser de l’information non politiquement correcte. ?
      clod  •                    Comment ça marchera ? C’est simple : information qui n’apparaît pas sur un site officiel ou dans un grand journal sera classée suspecte, et rangée dans l’urne de ces quatre catégories :. . (« controverse ») , . .(« spéculation ») ,
      « fausse information » ou « désinformation » .
      Leclod  •                      L’Europe est en train de mettre en place le plus grand logiciel de censure au monde.
      Un logiciel destiné à trier la ((( bonne information de la « mauvaise » information.
      Ce projet s’apelle . . . (« PHEME »)
      • didierva         Le rapprochement entre la gauche et la droite est déjà fait depuis 2012. Hollande faisant une politique de droite.

      • CANVILLE      tiens je ne retrouve plus mon message sur l’UPR – François Asselineau -parlons un peu de démocratie –

        • didierva      Ca existe encore l’UPR ?

      • facebook-6fa19100  Et allez!! pourquoi pas? Mettre tous les pourris, les menteurs, les voleurs , ensemble..comme ça au moins, puisque le PS vote déjà LR, c’est dans la même ligne!…le choix entre l’un ou l’autre n’apportant aucune différence dans la gestion de la France, c’est la bonne solution.

        • pavrai     Exact. Ils s’appelleront la Gauche, et le parti appelé actuellement extrême-droite se nommera la Droite.

      • firstin              Du Grand Vaudeville.
        Impossible de mélanger les torchons et les serviettes.

     

    Older Entries