Macron prêt à autoriser « toutes les entreprises » à déroger aux 35 heures
Le Monde.fr
4477841_3_ffdb_emmanuel-macron-le-27-aout_37530498ee6ad3200f85e3dec5218d59
Emmanuel Macron le 27 août.
Le nouveau ministre de l’économie, Emmanuel Macron, s’est déclaré favorable au fait d’autoriser « les entreprises et les branches à déroger » aux 35 heures, en cas d’accords entre les directions de ces dernières et les organisations syndicales.

Dans une interview accordée au Point la veille de sa nomination et publiée jeudi 28 août, il explique :

« Nous pourrions autoriser les entreprises et les branches, dans le cadre d’accords majoritaires, à déroger aux règles de temps de travail et de rémunération. C’est déjà possible pour les entreprises en difficulté. Pourquoi ne pas étendre à toutes les entreprises, à condition qu’il y ait un accord majoritaire avec les salariés ? »

Selon le remplaçant d’Arnaud Montebourg à Bercy, ancien banquier d’affaires âgé de 36 ans, une telle évolution permettrait de « sortir de ce piège où l’accumulation des droits donnés aux travailleurs se transforme en autant de handicaps pour ceux qui ne travaillent pas ». Une idée qu’il juge cependant « difficile à expliquer et à porter, spécialement quand on est de gauche ».

Fait notable, M. Macron s’est exprimé au Point la semaine dernière. Il ne savait pas alors qu’il deviendrait ministre de l’économie, selon Etienne Gernelle, directeur de la rédaction de l’hebdomadaire, qui a précisé sur LCI que l’ancien conseiller « s’exprimait librement » :

SUR LES IMPÔTS : « C’ÉTAIT TROP »

Alors qu’il était conseiller économique du président François Hollande, Emmanuel Macron a contribué à élaborer le pacte de responsabilité, qui vise à redresser l’économie en s’appuyant sur les entreprises. « La clé de la relance, en France, est de libérer les énergies pour créer de l’activité », ajoute-t-il dans son interview au Point. Selon lui, la France souffre « de deux problèmes spécifiques et endémiques : notre compétitivité, particulièrement dégradée, et notre déficit budgétaire ».

Lire le portrait : Emmanuel Macron, de « Mozart de l’Elysée » à ministre de l’économie

Depuis leur mise en place par Martine Aubry et Lionel Jospin en 1999, les 35 heures n’ont cessé d’être remises en cause, à droite mais aussi à gauche, notamment par Ségolène Royal en 2006 et François Hollande. Après la victoire de Nicolas Sarkozy en 2007, l’actuel président de la République avait préconisé en 2007 de « réfléchir sur la durée du travail sur toute la vie ». Mais l’un des principaux contempteurs de la réduction du temps de travail a toujours été Manuel Valls. L’actuel premier ministre en avait fait l’un des principaux thèmes de sa campagne de la primaire socialiste en 2011 en préconisant de les « déverrouiller ».

PAS DE NOUVELLES ÉCONOMIES

Interrogé sur la maîtrise des dépenses publiques, qu’il juge « indispensable », le nouveau ministre de l’économie, M. Macron, a estimé également qu’il « n’est pas nécessaire d’aller plus loin qu’une baisse de 50 milliards en trois ans, parce que cela poserait un problème d’exécution et alimenterait le risque déflationniste ».

Il préconise avant tout la réduction des dépenses pour rééquilibrer le budget public. « On maîtrise les dépenses mais beaucoup moins les recettes et la croissance économique », à moins de jouer sur une fiscalité « qui a trop augmenté », explique Emmanuel Macron :

« Au moment où la zone euro était en danger extrême, il fallait augmenter les impôts. Simplement, cela a été fait alors que nos prédécesseurs avaient eux-même décidé plus de 30 milliards d’euros de hausses d’impôts en fin de mandat. Au total, entre 2010 et 2013, les impôts ont augmenté de plus de 60 milliards d’euros. L’exécutif n’avait pas beaucoup d’options en 2012 mais c’était trop. »
====================
Commentaires

dominique Barth 2
Comment Mr Hollande peut-il oser sortir dehors, se regarder dans une glace….être à plat ventre devant la finance et le patronat après son discours de campagne présidentielle c’est une trahison . Depuis 40 ans toutes les lois qui sont allés dans le sens de plus de liberté pout les entreprises ont bénéficié aux actionnaires et au gros salaries de l’encadrement …jamais à l’emploi ni à l’investissement. Je n’ai jamais vu un chef d entreprise (petite ou grande) tomber dans la misère…

Cohelet
Des 35h par semaine aux 68 000 heures travaillées sur la vie active, voilà une très bonne réponse pragmatique de ministre de l’économie. Enfin la fin des RTT et le retour du temps choisi pour travailler. Il reste à Macron à définir ce qu’est le travail.

Kouik A
On en voit déjà qui se réjouissent et qui pronostiquent la fin des vieilles idéologies. Mais il y a dans ce pays beaucoup de gens qui vivent de rentes de situation ou qui profitent du travail des autres. On peut être sûr que la mobilisation va être générale pour démontrer, Keynes et Jaures en renfort, que ne faire aucune réforme est la solution salvatrice. Y’a qu’a emprunter et faut qu’on fasse rendre gorge à la finance mondialisée.

Louis
L’Europe avait donné deux ans à Hollande pour lancer des réformes de fonds, mais il n’a rien fait…. Mieux vaut tard que jamais !

Pierre Baloge
Pour les entreprises ,il est déjà possible de déroger aux 35 H. C’est ce qu’on appelle des heures supplémentaires et c’est payé plus.
=================================================================
35 heures: Le débat est relancé après les propos d’Emmanuel Macron
NOBS0431992.jpg
Le nouveau ministre de l’Economie, Emmanuel Macron, le 27 août 2014 lors de la passation de pouvoirs, à Bercy Eric Piermont AFP

TRAVAIL – Syndicats, ténors politiques de droite et de gauche se divisient régulièrement sur la question…

Les 35 heures sont-elles menacées? Les propos du nouveau ministre de l’Economie, Emmanuel Macron, dans une interview accordée au Point la veille de sa nomination et publiée jeudi, semblent avoir relancé le débat. Dans celle-ci, il se dit favorable au fait d’autoriser «les entreprises et les branches à déroger» aux 35 heures, en cas d’accords avec les organisations syndicales.

«Nous pourrions autoriser, les entreprises et les branches, dans le cadre d’accords majoritaires, à déroger aux règles de temps de travail et de rémunération. C’est déjà possible pour les entreprises en difficulté. Pourquoi ne pas étendre à toutes les entreprises, à condition qu’il y ait un accord majoritaire avec les salariés?», déclare Emmanuel Macron à l’hebdomadaire.

Selon le nouveau ministre de l’Economie, une telle mesure permettrait de «sortir de ce piège où l’accumulation des droits donnés aux travailleurs se transforme en autant de handicaps pour ceux qui ne travaillent pas».
Les syndicats vent debout

Une position clivante qui relance le débat sur les 35 heures en France. Les réactions ne se sont d’ailleurs pas fait attendre. Sans surprise, des leaders syndicaux sont montés au front. Laurent Berger, le secrétaire général de la CFDT, a estimé jeudi sur Europe 1 que déroger aux 35 heures n’était «pas une bonne idée», soulignant que «cette question n'(était) pas à l’ordre du jour».

A contrario, des ténors de droite se sont engouffrés dans la brèche, à l’instar de l’ancien Premier ministre et coprésident par intérim de l’UMP, François Fillon. Invité de BFMTV et RMC ce jeudi, il a salué la proposition d’Emmanuel Macron: «C’est une excellente idée, ce serait une nouvelle formidable et c’est ce que je propose depuis longtemps». Avant même de faire son mea culpa, en évoquant la période où il était Premier ministre sous Nicolas Sarkozy: «Ça a été une erreur de ne pas s’attaquer aux 35 heures». «La gauche reviendra sur une erreur (…) et je voterai le texte sans hésitation s’il était proposé à l’Assemblée nationale», a-t-il insisté.

De son côté, Harlem Désir, secrétaire d’Etat aux Affaires européennes, a tenté d’éteindre l’incendie jeudi sur i>Télé. «Il n’y a pas de projet de remise en cause des 35 heures» de travail par semaine, a-t-il assuré. «Il y a en revanche une volonté de développer la négociation sociale dans les entreprises. La négociation sur la défense de l’emploi, sur l’aménagement du temps de travail, sur les seuils sociaux, mais pas de remettre en cause la durée légale du travail», a-t-il cependant déclaré.
Delphine Bancaud
=============================================
Favorable à des dérogations aux 35 heures, Macron provoque une polémique
LEXPRESS.fr

« Nous pourrions autoriser, les entreprises et les branches, dans le cadre d’accords majoritaires, à déroger aux règles de temps de travail et de rémunération », déclarait le nouveau ministre de l’Economie la veille de sa nomination à Bercy, dans une interview donnée au Point.

emmanuel-macron_5020192
Le nouveau ministre de l’Economie Emmanuel Macron souhaite mettre fin aux 35 dans le cadre d’accords de branches ou d’entreprises majoritaires. Reuters

Va-t-il garder cette position maintenant qu’il est à Bercy? Dans une interview accordée au Point avant sa nomination au poste de ministre de l’Economie, Emmanuel Macron s’est dit favorable à des dérogations sur les 35 heures pour les entreprises en cas « d’accord majoritaire » avec les partenaires sociaux. Etienne Gernelle, le directeur de la rédaction du Point, précise que, si l’interview a été amendée la veille de sa nomination, Emmanuel Macron « ne se doutait pas une seconde qu’il serait nommé » à Bercy lorsqu’il s’est confié à l’hebdomadaire. « On a donc le fond de sa pensée juste avant qu’il ne soit rattrapé par la politique. »
Que dit Macron exactement?

« Nous pourrions autoriser, les entreprises et les branches, dans le cadre d’accords majoritaires, à déroger aux règles de temps de travail et de rémunération. C’est déjà possible pour les entreprises en difficulté. Pourquoi ne pas étendre à toutes les entreprises, à conditions qu’il y ait un accord majoritaire avec les salariés? » déclare Emmanuel Macron au Point qui précise qu’il s’exprime « à titre personnel ». L’ancien conseiller élyséen estime que cette mesure permettrait de « sortir de ce piège où l’accumulation des droits donnés aux travailleurs se transforme en autant de handicaps pour ceux qui ne travaillent pas ». Mais il est bien conscient que cette idée est « difficile à expliquer et à porter, spécialement quand on est de gauche ».
Est-ce la première fois à gauche?

Non, Emmanuel Macron n’est pas le premier à souhaiter un retour en arrière sur la réduction du temps de travail. Jean-Marc Ayrault, alors Premier ministre, avait estimé lui aussi en octobre 2012 que les 35 heures n’étaient pas un « sujet tabou » avant d’opérer un rétropédalage sur France Info.

C’était même l’un des thèmes de campagne de Manuel Valls pendant la primaire socialiste en 2011. « Est-ce que, dans le monde tel qu’il est aujourd’hui, avec la concurrence que nous connaissons, pouvons-nous nous permettre d’être sur des idées des années 1970, 1980, 1990? Non. Il faut dépasser la question des 35 heures. Oui, nous devrons déverrouiller les 35 heures. »

Mais en janvier dernier, sur France Inter, il avait estimé que ce n’était pas une priorité: « Je suis Premier ministre, et donc j’ai le souci de mes responsabilités et surtout des priorités. Et aujourd’hui, la priorité, c’est ne pas créer un débat confus sur le temps de travail, mais c’est de soutenir les entreprises, le pouvoir d’achat et de faire baisser les déficits. C’est ça ma priorité ».

Comment réagit la droite?

« Tout ce qui peut apporter de la souplesse à l’entreprise va dans le bon sens, a déclaré ce jeudi Nadine Morano (UMP) au micro de France Info. Mais il ne faut pas oublier que ce sont les socialistes qui ont voté les 35 heures ».
Comment réagit la gauche?

Harlem Désir, secrétaire d’Etat aux Affaires européennes, a démenti jeudi sur i>TELE une quelconque remise en cause des 35 heures. « Il n’y a aucun projet de cette nature », a-t-il tranché. « Il y a en revanche une volonté de développer la négociation sociale dans les entreprises. La négociation sur la défense de l’emploi, sur l’aménagement du temps de travail, sur les seuils sociaux, mais pas de remettre en cause la durée légale du travail. »
Comment réagissent les syndicats?

Laurent Berger, le secrétaire général de la CFDT, a estimé sur Europe 1 que déroger aux 35 heures n’était « pas une bonne idée ». « Ceci étant, il y a une négociation qui va s’ouvrir autour du dialogue social [en septembre, NDLR], qu’il nous laisse discuter avec l’entreprise », a dit le numéro un de ce syndicat.
===============
Commentaires

rapidos66 –
***Si Harlem Désir déclare que ça ne se fera pas…..c’est que cela doit être vrai….!…

isarobar –
@reynolds-number : Oui cela fait longtemps, mais cela ne devait pas être trop compréhensible pour tout le peuple de gauche , qui s’accrochait à l’idée que les gouvernants actuels faisaient une politique de gauche ……. Là pour le coup, le slogan de l’extrême droite qui parle sans arrêt de l' »UMPS » , cela doit faire une drôle d’écho dans la tête de certains ….Parlons maintenant des députés qui doivent être par essence le reflet de leur électorat, si cet électorat refuse en bloc les décisions d’un gouvernement trop à droite, je ne vois pas comment ces députés agissant au nom du peuple de gauche, pourraient voter la confiance au nouveau gouvernement ………..Donc, nous nous dirigeons tout droit vers une dissolution d’ici peu ……….

bony16 –
Pourquoi il y a du chômage en plus ! Car nous restons plus longtemps au travail ! donc où est la justice sociale ? Payer chez soi au chômage par ceux qui on travaillé tout une vie et parfois des l’âge de 15 ans , il y en a marre après 40 ans d’usine à 1250 euros mois .
Que les patrons et actionnaires commencent a baisser leurs salaires avant de vouloir baisser celui des ouvriers , la relance ne viendra que lorsque l’on aura donné du pouvoir d’achats aux ouvriers et comme je le redis un retraite avec 40 ans de cotisations c’est deux chômeurs en moins pensez-y !

reynolds-number-
@isarobar : très cher, ça fait longtemps que la gauche s’est reniée..

isarobar –
Les gens de gauche vont s’étrangler de mesures que va mettre en place ce nouveau ministre…Il serait dans un gouvernement de droite qu’il ne ferait pas autre chose ….Il a peut être ( comme beaucoup) le coeur à gauche , mais ses solutions sont des solutions de droite, que ne renierait aucune personne sensée à droite de l’échiquier ……. C’est dommage, car je ne vois pas la « vraie » gauche accepter de suivre ce ministre et ce gouvernement dans cette voie , sauf à se renier complètementt………

popotami –
Si l’on devait donner un nom à ce nouveau gouvernement , aux paroles que l’on entend le terme de « salto » serait bien approprié. Rappelez vous la gauche du temps de Sarkozy arc-boutée contre la remise cause des 35 h, seuils sociaux ,de la TVA sociale ,rappelez vous le programme et les déclarations de F.H sur la taxe à 75% ,sur l’entreprise qui doit payer ,sur les pigeons. Un reniement total , ils s’accaparent le programme du candidat de droite sans vergogne , mais la confiance ne peut être là. Nous venons de recevoir les feuilles de l’irrpp remplies de leurscerrements , de leurs mensonges . On s’aperçoit que ce sont les places que se disputent les politiques, le reste n’est que le support de leur carriérisme . Beaucoup de reformes sont à faire de ce côté là, le sénat ,et le conseil économique et social doivent passer à la trappe , l’Assemblée nationale doit diminuer d’un bon tiers , sans possibilité de cumuler plus de deux mandats , il faut là aussi retrouver fluidité et dynamisme , sans le clientélisme qui s’installe irrémédiablement.

camachar –
Sarko l’a rêvé, FH va le faire !!!!!!!!!!!!!!

sukumei –
Oui bien sur … rappelez moi combien donne l’Etat aux entreprises en compensation pour les 35h ? Plus de 20 Mds par an je crois. Le gvt cherche des postes d’économies à tout prix, il est malin le Macron. Il vient de jeter une proposition dans le camp du patronat. En lui disant en gros « tu vois je suis prêt à te donner ce que tu demandes depuis des lustres ». Et vous croyez que le patronat va sauter sur l’occasion pour dire oui ? La bonne blague, 24h après la proposition de Macron ils (les patrons) commencent déjà à nuancer dans un style très « oui pourquoi pas mais attendons … ». On dit pas au revoir à 20Mds comme ca et puis taper sur les 35h ca évite de regarder les autres problèmes des entreprises. Un vrai jeu de dupe. Moi ce qui me fait rire c’est d’entendre et lire tous ces journalistes qui depuis l’arrivée de Macron croient au Messie. Nan mais réveillez vous … la politique économique de mimolette depuis 2 ans elle a été inspirée par qui ? Et comme les résultats sont têtus on retiendra juste le chiffre du chômage hein

Gugus22 –
@toutseul : En ce qui me concerne c’est déjà fait depuis plusieurs élections. Quant on a plus de souveraineté (Budgétaire, monétaire, militaire, judiciaire) cela ne sert plus à rien d’aller voter, il suffit de se souvenir de ce qu’il sait passé en 2005 pour se dire que la souveraineté c’est pour la finance, ce n’est pas pour le peuple. Les élections n’étant plus qu’un formalisme pour nous faire croire que nous sommes encore en démocratie.
=============================================
Macron favorable à l’assouplissement des 35 heures
Guillaume Errard, AFP agence

PHO9cdca49e-2e75-11e4-981f-5345f060aa56-805x453
François Hollande, Michel Sapin et Emmanuel Macron.

VIDÉOS – À l’occasion de sa première interview, réalisée la veille de sa nomination, le nouveau ministre de l’Économie a déclaré espérer, par ce geste, «libérer les énergies pour créer de l’activité» en France. Harlem Désir assure qu’aucun projet de remise en cause des 35 heures n’est à l’ordre du jour.
Publicité

C’est ce qui pourrait ressembler au début de la fin des 35 heures… C’est en tout cas une proposition surprenante pour un ministre socialiste! La veille de sa nomination comme ministre de l’Économie, mardi, Emmanuel Macron a donné sa première interview. Au lendemain du vif soutien adressé par le premier ministre, Manuel Valls, aux entreprises, l’ancien banquier de Rothschild y a annoncé son premier geste en leur faveur. Elle seront autorisées «à déroger» aux 35 heures, en cas d’accords avec les organisations syndicales. «C’est déjà possible pour les entreprises en difficulté, affirme l’ex-secrétaire général adjoint de l’Élysée dans Le Point . Pourquoi ne pas étendre à toutes les entreprises, à conditions qu’il y ait un accord majoritaire avec les salariés?». Dans la foulée de l’interview d’Emmanuel Macron, Harlem Désir, secrétaire d’État chargé des affaires européennes a démenti tout projet de remise en cause des 35 heures.

Selon le nouveau ministre de l’Économie, une telle mesure permettrait de «sortir de ce piège où l’accumulation des droits donnés aux travailleurs se transforme en autant de handicaps pour ceux qui ne travaillent pas». Une idée qu’il juge cependant «difficile à expliquer et à porter, spécialement quand on est de gauche». «La clé de la relance, en France, est de libérer les énergies pour créer de l’activité, ajoute-t-il. La France souffre de deux problèmes spécifiques et endémiques: notre compétitivité, particulièrement dégradée, et notre déficit budgétaire».

«La fiscalité a trop augmenté»
Emmanuel Macron, ministre de l’Économie

À ce sujet, Emmanuel Macron, qui juge «indispensable» la maîtrise des dépenses publiques, estime qu’il «n’est pas nécessaire d’aller plus loin qu’une baisse de 50 milliards en trois ans» – contrairement au Medef qui en réclame 50 milliards de plus sur deux années supplémentaires – «parce que cela poserait un problème d’exécution et alimenterait le risque déflationniste». Une réduction d’autant plus indispensable que la croissance est nulle, que le chômage ne cesse de grimper et que le gouvernement a déjà assuré aux Français qu’il n’augmentera pas leurs impôts. Le ministre de l’Économie l’a de nouveau confirmé. «Au moment où la zone euro était en danger extrême, il fallait augmenter les impôts. Simplement, cela a été fait alors que nos prédécesseurs avaient eux-même décidé de plus de 30 milliards d’euros de hausses d’impôts en fin de mandat. Au total, entre 2010 et 2013, les impôts ont augmenté de plus de 60 milliards d’euros. L’exécutif n’avait pas beaucoup d’options en 2012 mais c’était trop», concède-t-il. Pourtant, des mails ont été échangés entre Bercy et le couple exécutif dans lesquels une augmentation de la TVA serait envisagée.
===============
commentaires

santo001
Valls renverse la table; et c’est tant mieux : la droite piégée mon commentaire http://contre-regard.com/montebourg-sans-tambour-valls-tire-le-pompon-en-gagnant-un-macron/

piambo
Qu’en dit Martine Aubry ?
Se serait-elle fourvoyée en créant ce monstre ?

brikabroke
Oui bonne idée… Pour que ceux qui bossent, crèvent 42h par semaine au boulot, avec 5 semaines de vacances, jusqu’à 68 ans, avec un minimum de temps libre…. Et pour généreusement partager avec ceux qui bénéficient sans contrepartie et avec beaucoup de temps libre du RSA, API, CMU, AME, aide des CADA….

aviso2
Macron applique la doctrine Capitalo Libéral Débridé exigé par nos créanciers…
C’est exactement ce que le premier ministre espagnol RAJOY a fait depuis 3 ans et Mme MERKEL est venu cette semaine l’en féliciter.
Le salaire minimum est 650 € pour 40h hebdo, et peut descendre si accord majoritaire avec les syndicats.
Cela fait le bonheur de Renault, Volkswagen, PSA, Ford, Alstom, et les arboriculteurs et maraîchers!!!

lepingouin
Les grandes idées de la gauche :
– les 35 heures. Elles finiront tôt ou tard par être supprimées car catastrophiques économiquement et financièrement;
– la retraite à 60 ans. Impact idem. En cours de suppression;
– l’embauche de 1,5 millions de fonctionnaires. On va progressivement les réduire,
– la hausse des impôts. Ils vont maintenant eux-mêmes les réduire après les avoir augmenté
Voilà la réalité socialiste. Des mesures utopistes qui finissent toutes à la poubelle, occasionnant au passage de gros dégâts pour l’économie française et les finances publiques.

Starsky 789
Cette nouvelle trahison du PS ne surprendra pas les employés et ouvriers de ce pays. Depuis longtemps on a compris le message. C’est pourquoi tant se pressent à voter FN. Je me suis laissé dire que jamais la République n’avait fait aussi bien que l’Eglise pour le secours des Pauvres. Car qu’est-ce que la République qu’une volonté d’attirer les pauvres par les faux scintillements d’une générosité sans Dieu.

sara1
C’est très bien tout cela mais comment compte-t-il endiguer le chômage croissant ?
Personnellement je suis assez favorable à la flexibilité du travail… Un quota annuel d’heures de travail calculé sur la base des 35 heures à repartir en fonction des périodes de pic d’activité ….. cela est déjà mis en place dans certaines entreprises et répond à une certaine logique.

Jean Didier
« Est-ce de gauche ? »: c’est la question existentielle que se pose un socialiste avant de prendre une décision, et c’est ça, le principal problème de la France.
Si on arrivait à extirper ce dogmatisme délétère, le reste viendrait tout seul.

77PAPY
Assouplir non, les supprimer mais pour tout le monde.
Mettez un taquet à ne pas dépasser, mais laisser les entrepreneurs faire en concertation avec leurs salariés, mais pas par des syndicats politisés qui ne représentent plus personne.
Arrêtez de vouloir mettre votre nez partout, les entreprises ont besoin de respirer, ils sont loin d’être tous des voleurs, comme beaucoup le pense.

S L. 3
Si Halrem Désir vient de la contredire : c’est le premier couac du gouvernement Valls II.
=================================================
Emmanuel Macron prêt à autoriser « les entreprises à déroger » aux 35 heures
Le Point –

macron-economie-2803292-jpg_2430690_652x284
Le nouveau ministre de l’Économie s’est confié au « Point » vingt-quatre heures avant d’être nommé à Bercy.
Emmanuel Macron, nouveau ministre de l’Économie. Emmanuel Macron, nouveau ministre de l’Économie. © Fred Dufour / AFP
Le nouveau ministre de l’Économie, Emmanuel Macron, s’est déclaré, dans une interview accordée au Point la veille de sa nomination (et que nous publions ici dans son intégralité), favorable au fait d’autoriser « les entreprises et les branches à déroger » aux 35 heures, en cas d’accords avec les organisations syndicales. « Nous pourrions autoriser les entreprises et les branches dans le cadre d’accords majoritaires, à déroger aux règles de temps de travail et de rémunération. C’est déjà possible pour les entreprises en difficulté. Pourquoi ne pas étendre à toutes les entreprises, à condition qu’il y ait un accord majoritaire avec les salariés ? » a déclaré Emmanuel Macron.

Selon le nouveau ministre de l’Économie, une telle mesure permettrait de « sortir de ce piège où l’accumulation des droits donnés aux travailleurs se transforme en autant de handicaps pour ceux qui ne travaillent pas », une idée qu’il juge cependant « difficile à expliquer et à porter, spécialement quand on est de gauche ». « Là où être socialiste consistait à étendre les droits formels des travailleurs, la réalité nous invite à réfléchir aux droits réels de tous, y compris et surtout de ceux qui n’ont pas d’emploi », a ajouté Emmanuel Macron.

« La clé de la relance, en France, est de libérer les énergies pour créer de l’activité », assure Emmanuel Macron, pour qui la France souffre « de deux problèmes spécifiques et endémiques : notre compétitivité, particulièrement dégradée, et notre déficit budgétaire ». Interrogé sur la maîtrise des dépenses publiques, qu’il juge « indispensable », le ministre de l’Économie a estimé cependant qu’il « n’est pas nécessaire d’aller plus loin qu’une baisse de 50 milliards en trois ans, parce que cela poserait un problème d’exécution et alimenterait le risque déflationniste ».
Impôts : « C’était trop »

« La difficulté supplémentaire sur ce sujet, c’est qu’il y a toujours un doute sur la parole de la France, qui n’a respecté ses engagements ni en 2003 ni en 2007. Il faut en tenir compte », a-t-il cependant précisé pour justifier la nécessité de faire ces économies.

Une réduction des dépenses nécessaire pour rééquilibrer le budget public car « on maîtrise les dépenses, mais beaucoup moins les recettes et la croissance économique », à moins de jouer sur une fiscalité « qui a trop augmenté », selon Emmanuel Macron. « Au moment où la zone euro était en danger extrême, il fallait augmenter les impôts. Simplement, cela a été fait alors que nos prédécesseurs avaient eux-même décidé plus de 30 milliards d’euros de hausses d’impôts en fin de mandat. Au total, entre 2010 et 2013, les impôts ont augmenté de plus de 60 milliards d’euros. L’exécutif n’avait pas beaucoup d’options en 2012 mais c’était trop », concède-t-il.

Ancien banquier d’affaires, Emmanuel Macron, 36 ans, a remplacé Arnaud Montebourg à la tête du ministère de l’Économie lors du remaniement mardi. Alors qu’il était conseiller économique du président François Hollande, il a contribué à élaborer le pacte de responsabilité, qui vise à redresser l’économie en s’appuyant sur les entreprises.
================
Commentaires

Subtle
LES RETRAITES ont profité des 35 H…
Hallucinant de lire de telles inepties ! Depuis quand les 35 H ont-elles été mises en place ? Il n y a pas des lustres ! Les retraités d’aujourd’hui ont travaillé bien au-delà soit 40 H puis 39 H et 4 semaines de congés, la cinquième a été mise en place par Gouvernement Mitterrand. Le travail ne tue pas bien au contraire.

taltaul
Je me marre, les électeurs de gauche, qui se pavanaient à l’élection de FH, après le dictateur Sarko, on allait voir ce que l’on allait voir
eh bien on voit.
merci les COCUS du socialisme, mais vous êtes grillés pour un bon bout de temps, Dieu merci

valerie14
@tres septique
« retirer aux salariés le peu de droit qu’ils ont  »
franchement vous n’avez pas honte d’écrire cela.
les salariés français sont ceux qui ont le plus de droits.
je ne vais pas vous les lister il y a un code du travail mamaoutesque qui les liste.
attention à ne pas tout mélanger, et le droit de travailler plus que 35h s’ils le souhaitent, ce droit la qui est verouillé, il vous pose donc problème ?

une poule sur un mur
Le monstre du Loch Ness et monsieur Macro
Soit les 35 heures est de retour. Rappelons que c’est le bébé de Jospin, Aubry et DSK et pas de Aubry seulement. Et que ces 35 heures avaient été avalisées par la chambre des députés. On ne va pas tarder à les entendre crier au scandale. Franchement ont-ils quelque chose dans le slip pour ne pas prendre une fois pour toute la bonne décision, soit annuler les 35 heures et fixer un temps de travail à temps complet, variable entre X et Y heures hebdo qu’il appartiendrait à chaque entreprise de fixer avec accord de groupe ou pas ! Certaines entreprises l’appliquent déjà en fonction du remplissage saisonnier de leur carnet de commande.
Ce que ce Macro-n-économiste fait n’est que de la poudre aux yeux puisque les 35 heures ont déjà vécu dans de nombreuses entreprises et que certaines ont même supprimé les RTT.

joshkbartlett
Je le croyais disciple d’Attali ?
C’est Attali qui avait commencé à parler des 35h en 1978, avant de laisser Aubry tricoter ce « machin » qui a fait de la France la risée des autres pays développés.
Est ce que Attali va toujours chanter les louanges de celui qui, ouvertement, détricote (avec raison) ce qu’il avait initié ?

PiRCl
S’ils le font…
Il faut reconnaître que s’ils le font, la France y gagnera. Sur le plan économique d’abord, rendre les 35h flexibles à court terme est une nécessité.
Sur le plan éthique ensuite : les consignes d’Hollande sont, pour une fois respectées, « envisager et lancer des réformes qui vont au delà de la fin du quinquennat ». Si ces « dérogations » sont mises en place, les conséquences (positives) au niveau économique seront difficilement « palpables » avant la fin du quinquennat… FH a-t-il compris que pour faire remonter sa côte de popularité il faut penser à la France avant tout ? S’est il finalement inspiré de Shroeder ?
J’espère que ce courage politique est vrai et sincère, ça ferait du bien à la classe politique française dans son ensemble.

zarns
Puisqu’on vous explique qu’il de gauche… !
Bientôt Valls va nous dire que c’est un Trotskyste… Arrêtez le massacre… La gauche n’existe plus… Plutôt que de réformer les 35H, réformons le métier d’homme politique parce que là ça devient grave…

laurent de la butte
Représentation syndicale
Elles représentent qui ces organisations syndicales ? A quel titre ces dernières auxquelles la grande majorité des salariés n’adhèrent pas, devraient-elles négocier et décider à leur place ?
Moins de 8% des salariés sont syndiqués. On se moque de qui ?
Les syndicats n’ont aucune légitimité de représentation des salariés, car les 92 % de cette population ne sont pas représentés.
Cela aussi doit changer en France.
Elle est où la démocratie et il est où le débat ?

jpleg
« Difficile a expliquer quand on est de gauche »
Tous ces politiques sont donc prisonniers de leur ideologie !
Comment peut-on gouverner un pays avec un tel carcan ?
C’est bien le problement avec les socialistes, ils
arrivent au pouvoir avec des idees toutes faites qu’ils imposent au pays (giuvernements Maurois, Ayrault) alors que c’est leur ideologie qui doit s’adapter aux conditions du pays. Et quand les conditions du pays sont contraires a leur ideologie plus rien ne fonctionne et pour cause !
Et quand Valls change leur politique, on trouve tous les braillards de la gauche de la gauche qui en fait sont des opposants permanents puisqu’a cause de leurs idées, si FH s’est servi d’eux pour être élu il ne les engage pas au gouvernement.
================================================
Macron prêt à autoriser « les entreprises à déroger » aux 35 heures
Le Nouvel Observateur

8437332-macron-pret-a-autoriser-les-entreprises-a-deroger-aux-35-heures
Le nouveau ministre de l’Economie estime que cela permettrait de « sortir du piège » où les droits des travailleurs « se transforment en handicaps pour ceux qui ne travaillent pas ».
Emmanuel Macron, le nouveau ministre de l’Economie, à Bercy le 27 août 2014. (ERIC PIERMONT / AFP) E
Le nouveau ministre de l’Economie, Emmanuel Macron, s’est déclaré favorable à l’autorisation pour « les entreprises et les branches à déroger » aux 35 heures, si un accord est signé avec les organisations syndicales, dans une interview au « Point », donnée la veille de sa nomination et publiée jeudi 28 août.

L’ancien banquier d’affaires de 36 ans a remplacé mercredi Arnaud Montebourg à la tête de Bercy. Alors qu’il était conseiller économique de François Hollande et secrétaire général adjoint de l’Elysée, il a contribué à la gestation et la création du pacte de responsabilité, dont le but est de redresser l’économie en s’appuyant sur les entreprises.
Une idée « difficile à expliquer quand on est de gauche »

Emmanuel Macron explique que « nous pourrions autoriser, les entreprises et les branches, dans le cadre d’accords majoritaires, à déroger aux règles de temps de travail et de rémunération. C’est déjà possible pour les entreprises en difficulté. Pourquoi ne pas étendre à toutes les entreprises, à conditions qu’il y ait un accord majoritaire avec les salariés ? »
Lire
Macron, « l’hémisphère droit » de Hollande

Le remplaçant d’Arnaud Montebourg à Bercy estime que cette évolution permettrait de « sortir de ce piège où l’accumulation des droits donnés aux travailleurs se transforme en autant de handicaps pour ceux qui ne travaillent pas ». Il reconnaît toutefois que l’idée est « difficile à expliquer et à porter, spécialement quand on est de gauche ».

« Là où être socialiste consistait à étendre les droits formels des travailleurs, la réalité nous invite à réfléchir aux droits réels de tous, y compris et surtout de ceux qui n’ont pas d’emplois », ajoute-il.
L’augmentation des impôts, « c’était trop »

Emmanuel Macron assure que « la clé de la relance, en France, est de libérer les énergies pour créer de l’activité » et estime que la France souffre « de deux problèmes spécifiques et endémiques : notre compétitivité, particulièrement dégradée, et notre déficit budgétaire ». Le nouveau patron de Bercy juge « indispensable » de maîtriser les dépenses publiques en estimant cependant qu’il « n’est pas nécessaire d’aller plus loin qu’une baisse de 50 milliards en trois ans, parce que cela poserait un problème d’exécution et alimenterait le risque déflationniste ». « On maîtrise les dépenses mais beaucoup moins les recettes et la croissance économique », sauf à jouer avec une fiscalité « qui a trop augmenté ».

« Au moment où la zone euro était en danger extrême, il fallait augmenter les impôts », explique-t-il. « Simplement, cela a été fait alors que nos prédécesseurs avaient eux-mêmes décidé plus de 30 milliards d’euros de hausses d’impôts en fin de mandat. Au total, entre 2010 et 2013, les impôts ont augmenté de plus de 60 milliards d’euros. L’exécutif n’avait pas beaucoup d’options en 2012 mais c’était trop. »
=============================
Réactions (114)

C. Delyon
Sourions un peu…

« Clement Sot
« Je suis patron et moi je ne vous demande rien à vous. Contrairement à vous, le fonctionnaire… »
« Il n’ a pas eu un euro de donné aux patrons depuis 2012 alors arretez de chialer et renseignez-vous. »
« Et ceci est compensé par les 20 ou 30 milliards d’impôts que les socialos ont « donné » aux entreprises en arrivant. »

C. Delyon
Tantôt, il est patron, tantôt il est fonctionnaire catégorie A.
La semaine dernière il arborait comme avatar le marteau et la faucille, avec le sigle PCF.
J’ai alerté le PCF, et il a été obligé de changer d’avatar.

Clem Melc
Tiens le communiste de gault et millault vient parler « économie »…

C. Delyon
Ce type est pétainiste: il se dit pour l’alliance du capital et du travail.
C’est exactement le leitmotiv de la Révolution Nationale du maréchal-nous voila.

Lièvre de Mars
Le problème de la « vraie gauche », c’est l’idolâtrie. Elle n’essaye pas de comprendre la réalité d’aujourd’hui, elle préfère ressasser les textes des vieux livres. Il faudrait étendre le concept de laïcité : ne pas la limiter aux religions et l’étendre aux idéologies. Croire aux recettes de Marx ou Keynes sans esprit critique et sans référence à la réalité d’aujourd’hui, c’est un peu la même chose que se soumettre à des prescriptions religieuses d’un autre âge. La « vraie gauche » est capable de remettre en cause les unes mais pas les autres, pourquoi ?
S’imaginer que 80 % pourcent de la population mondiale va continuer à crever de faim et de maladie, pendant que les salariés européens pas plus qualifiés continueront à bénéficier de protections sociales en tous genres est une illusion mortifère. Que l’on approuve ou pas nous sommes dans une compétition mondiale.
Ceux qui veulent combattre les effets dramatiques de cette compétition mondiale doivent aller se battre là où les salariés sont les plus mal traités, et ce n’est certainement pas en France.
Ceux dont l’ambition se limite à défendre et faire progresser la France doivent commencer par regarder la réalité en face.

mol lande
c’est quand-même plus drôle lorsque l’idée vient des socialistes !

François LEHOLLANDAIS
LES ACTIFS : UNE MINORITÉ DE LA POPULATION
Le travail ne concerne qu’une minorité de la population.
Les enfants, les femmes au foyer, les chômeurs, les malades, les retraités, les pensionnés, les sans papiers, les marginaux, représentent, tous confondus, 70% de la population.
Seuls 30 % se lèvent le matin pour aller travailler.
Ces personnes vont donc obligatoirement être obligées de travailler PLUS et PLUS LONGTEMPS.
Il faut admettre la réalité, aujourd’hui, le travail n’intéresse plus personne.
Les patrons ne sont intéressés que par le profit et pour les jeunes, qui à mon sens ont tout compris au Système, le travail c’est  » has been. »
Allez, bon courage si vous faites partie des 30% et ne désespérez pas, gardez le moral en attendant votre augmentation de salaire !

topinet topinette
Je crois aussi que les gens deviennent de plus en plus feignant . Ou en tout cas le système a fait en sorte qu’ils le deviennent . Faut dire que quand ils ont compris que les aides étaient là , et que s’ils travaillaient , leur train de vie baissé . Disons qu’ils perdent tout aide . Donc le système français invite les gens à faire un choix et le choix et vite vu . Il y a des gens si ils se remettent à bosser , ils perdraient plus que si ils restaient chez eux .

C. Delyon
Faudrait savoir !
« Matignon : le gouvernement « n’a pas l’intention de revenir sur la durée légale du travail à 35 heures »
http://tempsreel.nouvelobs.com/politique/20140828.OBS7466/harlem-desir-il-n-y-a-pas-de-projet-de-remise-en-cause-des-35-heures.html

topinet topinette
Eh oui , première sortie d’un nouveau et premier couac .
La communication n’est pas leur fort . Ou comme disait un ancien ministre sortant , avec le président faut faire attention , il vous dit un truc la veille , le lendemain il dit le contraire .

Gilles Breteau
Comme dirait Hollande, ce qui compte en politique, c’est de ne pas changer de cap
http://www.ina.fr/video/I11297778/debat-francois-hollande-nicolas-sarkozy-les-35-heures-video.html

chassin jean-Claude
Pas de panique, Desir a déjà démenti….Si Macron veut manger un plateau de fruits de mer ce WE, je ne lui conseille pas La Rochelle !

Le virage « social-libéral « (beurk !) a duré 12 heures…

Pas grave, on va attendre l’effoncrement total du pays et la casse sociale qui va avec pour que les mesures de bon sens soient enfin prises. ça marche comme cela en France…

C. Delyon
@chassin jean-Claude
Le virage « social-libéral « (beurk !) a duré 12 heures… » Naïf!
« Desir a démenti… »
Il pèse quoi, Désir?
Matignon aussi à démenti…

Gilles Breteau
ouais, il lui aura fallu 12 heures pour foutre le b….. Voir communiqué de Matignon
=============================================================================
27 août 2014, par Frédéric Lemaitre
Merkel aux Français: soyez intelligents!

Angela Merkel était l’invitée ce mercredi soir du magazine intellectuel Cicero. Durant une heure, elle s’est prêtée au jeu des questions/réponses dans un théatre berlinois réservé pour l’occasion.

Interrogée sur la France, la chancelière a d’abord dit qu’il était important que les Etats européens se soutiennent mutuellement et qu’elle faisait confiance à chaque pays pour mener les réformes nécessaires. Néanmoins, à propos des pressions françaises pour soutenir la croissance, Angela Merkel a eu cette petite phrase: « pour la croissance, on n’a pas besoin d’argent supplémentaire mais d’une politique intelligente ». Et de faire à nouveau, l’éloge de la politique allemande. A trois jours du prochain sommet européen, on ne saurair être plus clair.

Outre cette petite pique, trois éléments, apparus au cours de cette discussion, méritent d’être signalés. A deux reprises, la chancelière a insisté sur « la nécessité d’unir davantage l’industrie européenne de la défense ».

Par ailleurs, interrogée sur l’Etat islamique, elle a eu cette remarque. « D’après nos évaluations, l’ Etat islamique dispose d’environ 20000 combattants dont 2000 viennent d’Europe dont environ 400 d’Allemagne ». On ne peut donc pas affirmer, dit-elle, que cette organisation soit « totalement étrangère à notre culture ».

Enfin, sur l’Ukraine, Angela Merkel – qui venait d’avoir une nouvelle fois Vladimir Poutine au téléphone- n’a pas cherché à cacher son pessimisme.
=================
commentaires

Et pour « unir davantage la défense européenne », c’est mieux bien sur que nous payons pour elle ??? Parait que son aviation est sinistrée….
Quant au miracle allemand, voyons cela dans qq temps. Le pb des allemands est que leur arrogance obtuse de « meilleur d’entre tous » les conduit à l’échec !

anco
En attendant toute la dramaturgie gouvernementale de ces derniers jours pour l’amadouer….semble tomber à l’eau !
Ne pas oublier qu’elle est de droite, aussi.
Elle défend ses plus riches.
Sachant que les Allemands salariés ont accepté d’être payés au lance-pierre… Et qu’ils n’auront aucune retraite.

yvan
Pas sur que les Allemands pauvres qui cumulent plusieurs emplois aient choisi cela. Attention à la généralisation.

E.S
Trouvé sur un excellent journal oxydental :
http://www.lemonde.fr/europe/article/2014/08/27/turquie-erdogan-rend-les-cles-du-parti-islamiste-au-pouvoir_4477717_3214.html
Et le parallèle est flagrant lorsque l’on sait que la Chandelière est chrétienne-démocrate…
Les têtes de turc ont du souci a se faire…
Mais c’était prévu lorsque juste après l’Avènement de Lehman, tous les pays ont renforcé leurs forces de sécurité intérieures.
Des fois que…
Le divorce politique-peuple est déjà consommé, merci de tourner la page.

yvan
vous plaisantez ce sont les salariés français qui sont payés au lance pierres ! !
les profs français sont payés la moitié des profs allemands
il y a beaucoup moins de pauvreté en Allemagne qu’en France et la vie y est nettement moins chère notamment pour l’immobilier et la nourriture
en Allemagne on se débrouille avec 1 000 € en France on survit ! ! !

lefranc
J’ai grandi près de la frontière allemande. Il est vrai que la nourriture y est moins chère, c’est un fait. Mais attention à ne pas se fier aux grosses berlines qu’on croise sur l’autoroute! Il suffit d’aller un peu plus à l’est (et ne pas se limiter au Bade Wurtemberg et à la Bavière, des Länder de l’Ouest parmi les plus riches) pour voir que la pauvreté existe bien, et que c’est pire qu’être pauvre en France. Des types qui cumulent deux emplois et qui survivent à peine. Et que la rancœur contre le gouvernement fédéral existe bel et bien. Et non, on ne vit pas en Allemagne avec 1000 euros! C’est juste que la répartition des charges est différente.

E.S
Ne parlons pas de nos chars (AMX 30 et Leclerc), les pires d’Europe, le léopard allemand le meilleur , quant au rafale BOF et re BOF, personne en veux . Donc pas de quoi glorifier notre industrie d’armement. Celle des Allemands prospère, la notre décline.

gerard
Le Léopard et le Tornado meilleurs à l’export, sans aucun doute, le Leclerc et le Rafale sont les plus chers dans leur catégorie. L’AMX 30 un mauvais char ? C’est vrai en termes de protection, mais il était conçu pour être un char mobile et non un char puissant. Quant aux qualités intrinsèques des deux matériels comparés, si l’on en croit les revues stratégiques sérieuses, notamment le Jane’s Defence Weekly qui fait autorité, c’est nettement plus balancé que ce que vous avancez : le Leclerc est légèrement inférieur au Léopard, notamment en termes de mobilité, mais dans une bonne moyenne comparé aux chars de sa génération -il semblerait que le meilleur char actuellement existant soit le char sud-coréen, et le Rafale est considéré comme un des meilleurs avions de combat actuels.

Yann (un autre)
« pour la croissance, on n’a pas besoin d’argent supplémentaire » : mais… c’est un commentaire très débile qui pose la question de ses connaissances économiques !

Labo
C’est vrai que » labo » est reconnu pour être un économiste de premier plan que les grands de ce monde consultent avant toute décision ! C’est vrai qu’on a aussi en France cette culture du toujours plus d’argent pour de moins en moins de résultat …
Et si on laissait avant tout un peu plus de liberté aux gens pour créer , entreprendre, prendre des risques …
Pas étonnant que les jeunes un peu ambitieux préfèrent partir tenter leur chance à l’étranger .
On devient un pays de vieux cons , râleurs , aigris, jaloux , qui est incapable de se remettre en cause et qui préfère toujours accuser les autres que de se regarder dans un miroir . C’est tellement plus facile .

Marco
Le fait que l’on est besoin de plus d’argent pour toujours moins est aussi une loi sacrée du capitalisme, celle des rendements décroissants en l’absence d’innovation et de progrès technique.

Angelinotte
Le fait que l’on ait besoin de plus d’argent pour toujours moins est aussi une loi sacrée du capitalisme, celle des rendements décroissants en l’absence d’innovation et de progrès technique.
Labo n’est pas un économiste de premier plan, mais s’appuie sur les analyses des économistes de premier plan. Vous devriez suivre l’actualité économique et pas seulement les débats politiques à la télé ! Ca vous éviterez de sortir des idées reçues et souvent fausses telles : « on peut plus créer d’entreprises en France » « les jeunes performants quittent la France ». Quant au pays de vieux cons , je ne sais pas qui vous fréquentez, vous devriez changer !

Labo
enfin un commentaire réaliste

phil
On ne peut donc pas affirmer, dit-elle, que cette organisation soit « totalement étrangère à notre culture »
Bien évidemment, les 400 Allemands partis faire le jihad aux côtés des ordures sanguinaires de l’EI sont très majoritairement des Allemands de souche, amoureux de la langue de Goethe et bercés depuis la tendre enfance par la musique de Mahler.
Merci Angela pour cette franche rigolade sur fond d’escroquerie intellectuelle grossière.

Speck
Non bien sûr… Ce sont des Allemands d’origine musulmane. L’Islam étant aujourd’hui une composante essentielle de l’Europe, donc pas étrangère à notre culture.

garry
L’Islam est étrangèr à notre culture juste dans tes rêves. Dans la réalité, c’est la 2ème religion en Europe et donc partie intégrante de notre culture. Bienvenue au XXIème siècle.

jean-mohamed
Achtung ! Bientôt on verra Angela avec une burka ! Relativisme quand tu nous tiens …

Angelinotte
C’est curieux, on dirait que vous ne comprenez pas une légère inflexion dans un propos donné, que vous raisonnez de manière binaire et en totale méconnaissance des subtilités inhérentes à une phrase correctement construite, que vous échappez à toute forme de raison qui ne soit pétrie d’idéologie.
Comme si, pour vous, être d’origine turque ou de religion musulmane en Allemagne privait du moindre sentiment d’appartenance à un environnement immédiat teinté de Currywurst et de Knödel.
Comme si Marine le Pen allait favoriser le tourisme, l’investissement étranger, l’influence de la France dans le monde.
Comme si ça existait, les gens « familiphobes ».
Rassurez-moi, vous le faites exprès ? Tous les deux ? Et vos 25% d’amis ? Pour faire rire qui ?

thibault
J’ai cherché les propos de Mme Merkel en allemand; ici les propos tels que rapportés dans le Handelsblatt: „Der IS habe 20 000 Kämpfer, davon 2000 aus Europa und 400 aus Deutschland. Deswegen können wir nicht sagen, wir haben damit nichts zu tun.“ La traduction donnée par l’auteur du blog est très discutable: en allemand, il n’est en aucun cas fait référence à la culture. Il est simplement dit que parce que l’Etat Islamique compte près de 400 combattants allemands, « on ne peut pas dire que nous n’avons pas une part de responsabilité /que nous n’avons rien à voir avec ce problème ». En tout cas c’est ma compréhension du discours de Angela Merkel, certes plus terre à terre mais qui évite l’utilisation de concepts comme la culture… parce qu’effectivement, la culture du fanatisme, qu’elle soit chrétienne, athée, juive, musulmane, communiste, sectaire etc. m’est étrangère, du moins je l’espère.

Angela pas si linotte que cela
absolument exact quant à la traduction allemande, et puis la culture en Allemagne c’est pas du tout la même chose que chez nous .. c’est un mot « chargé », « Kultukampf », « je sors mon revolver », pas étonnant qu’un politique fasse attention …

phil
on sort de l’euro et ce sont les boches qui pour le coup vont se sentir cons !

alexandre clement
C’est aussi « un peu » con de ressortir « les Boches » en 2014. Pourquoi pas aussi « les barbares », « les Celtes », et vive Jeanne d’Arc? A. Merkel n’est pas plus intelligente que Sarkozi? et alors? Chaque pays a ses tares, et ce ne sont pas forcément, pas souvent en fait, les plus brillants qui gouvernent

Philippe Marrel
gentil de nous prendre pour des c..s ! quelle arrogance cette néo-kaiser !
il faut vraiment se débarrasser de cette Europe néfaste et nauséabonde

Heil !!
Votre pseudo sue la germanophobie. Votre commentaire également. Les Allemands la jouent perso? Oui, effectivement, comme à peu près tous les pays européens, la France compris, d’où le drame. Pour une fois, on devrait s’inspirer des Polonais avec l’Ukraine, qui ont l’immense mérite de mettre défendre d’abord les valeurs et l’intérêt commun.
L’Europe c’est bien, c’est une belle idée, mais actuellement, c’est un canard à trois pattes qui à voulu mettre en commun marché et lois, en croyant pouvoir faire l’économie de la démocratie, de la solidarité et des sacrifices pour y parvenir.

E.S
Au fond, suffirait d’une petite étincelle, genre: un ancien combattant français agressé par un jeune néo-nazi à Berlin, puis l’inverse à Paris et pan! Comme en 14!
Qui veut parier avec moi?

bourquin
Ce serait la solution à bien des problèmes. Et c’est le moment ou jamais. Pour la première fois depuis très longtemps notre armée est bien supérieure à la leur. Il faut envahir l’Allemagne. Avec leur industrie la France deviendrait la 3ème puissance économique.

pierrot
Je crois que là on a atteint le fond…

Blackadder
Quand on lit les réactions on comprend pourquoi la France s’enfonce de plus en plus ! Aigreur , jalousie , vulgarité , donneur de leçon … On est la risée de l’Europe mais c’est nous qui continuons à prendre les autres pour des cons ! Ça me rappelle cette devinette où l’on demande pourquoi la France a choisi le coq comme emblème ….. Parce que c’est le seul animal qui chante les pieds dans la M…..

Jean Philippe
Avec mon travail je voyage régulierement dans 5 pays de l’Europe de l’Ouest. Et non, nous ne sommes pas la risée de l’Europe. Je n’ai jamais vu ou entendu le moindre indice dans ce sens. Encore un adepte de l’Auto-flagellation ?

chipata
Les gens qui ne sortent jamais de France s’imaginent tout un monde dans leur tête….
philippe
@ Jean Philippe
Non la France n’est pas la risée de l’Europe. Tout simplement parce que les autres pays ont eux aussi de gros problèmes à régler. On ne rit pas de son voisin quand on est dans la m….

bertrand
Que de commentaires débiles !

Angelinotte
La plupart de ces commentaires débiles sur Merkel et l’Allemagne me font trop penser a une blague du comédien Robin Williams: « Dieu t’a donne un pénis et un cerveau…mais pas assez de sang pour faire marcher les deux a la fois ! »

Vincent Le
-A ‘ouest rien de nouveau ! le regard rivé sur le couché du soleil .L’Europe latine se réveil ,faut – t-il l’espérer . L’Ours Russe gesticule .Ah ces républiques. . .Prés de un quart des mercenaires djihadistes religieux européen sont issu de la société Allemande ! effrayant non?. . .L’Empire…. ah non l Euro propriété d’Etat..? suprême suprématie que qui de quoi ? Le devenir est a la porte de chaque « citoyen » (ha no lapsus) je rectifie : de quel individu européen . . . je crains devoir avoir un sursaut EUROPÉEN .Une petite ÂME individuel pour les tangages avenir .S’il vous est arrivé de vous ressourcé a la rivière des souvenirs Ces heures de larmes arrivent tranquillement.

Lépine Marcel
On a tout de même besoin de l’argent de ses clients pour engranger de copieux excédents commerciaux.

berchon
J’aime bien l’Allemagne pour beaucoup de chose, j’y ai vécu trois ans, mais je crois que Merkel va vraiment rentrer dans les livres d’économie un peu comme les dirigeants des années 30, comme illustration de ce qu’il ne faut pas faire.
Encore une fois, le problème principal de la zone euro, ce sont ses déséquilibres, en particulier de compétitivité (et donc de balance commerciale intra zone euro). Quand les monnaies peuvent fluctuer, le pays en déficit commercial voir la valeur de sa monnaie baisser, et il regagne de la compétitivité (et perd du pouvoir d’achat, il y a un prix à tout, mais ça contribue à équilibrer sa balance commerciale). Et inversement, le pays en excédent voit sa monnaie s’évaluer, et donc ça compétitivité baisser. Ce mécanisme apporte de l’équilibre.
Entre les pays de la zone euro, ça ne marche pas, et l’industrie allemande en est la principale bénéficiaire en exportant à tout va, vers des pays qui consomment trop, grâce aux emprunts (auprès des banques allemandes). Tout ça pour dire que dans un problème de déséquilibre, les deux parties sont responsables. Une autre manière de le dire, c’est qu’on ne peut pas mener une politique économique agressive, non coopérative, gagner, et ensuite râler parce qu’il y a des perdants.
Bref, maintenant, pour corriger le tir après 20 années de politique économique non coordonnée dans la zone euro (tous les dirigeants de tous les pays co-responsables), il faut que les pays en déficit commercial mène une politique de l’offre, en faveur de la compétitivité (Hollande a raison) mais pendant ce temps là, il faut que l’Allemagne mène une politique de la demande (Montebourg a raison), sinon on augmente nos exportations vers qui ? Quelqu’un doit bien augmenter ses importations (sa consommation) et seule l’Allemagne peut le faire (on parle toujours des déséquilibres intra zone euro).
Pour la dette et le déficit budgétaire, c’est un peu la même chose, si tout le monde a la mauvaise idée d’économiser en même temps (« austérité »), l’économie s’effondre, car qui achète ? (crise de la demande). L’Allemagne, qui a certes une dette importante mais pas de déficit budgétaire et souhaite utiliser sa bonne santé économique du moment pour réduire sa dette, devrait plutôt aider ses voisins par des plans de relance, elle en a les moyens.
Je simplifie peut-être un peu mais tout le monde est d’accord avec ce que je dis, y compris le FMI, les agences de notations, la plupart des économistes, et même la patron de la Bundesbank (un chantre de l’orthodoxie monétaire) a récemment dit que les salaires allemands pourraient augmenter de 3%. Et que fait Merkel ? Rien, elle donne des leçons de vertu à ses voisins. L’histoire sera sévère avec elle.
Pour revenir à la politicaillerie française, Hollande comme Valls et Montebourg sont d’accord avec tout ça. Quand Hollande parle de « réorienter l’Europe », de « promouvoir une politique de croissance en Europe », ce qu’il veut dire c’est « demander à l’Allemagne d’augmenter sa consommation pour aider ses voisins ». Je crois que Montebourg a pris acte qu’après deux ans d’effort dans ce sens, on a toujours pas réussi à convaincre Merkel, et il pense que si les Allemands ne font pas leur part du travail, il faut qu’on arrête aussi puisque de toute façon ça ne marchera pas. Et il l’a dit de manière peu diplomatique. Hollande et Valls, à la veille d’un conseil européen, se doivent de rester diplomatique, et le « sérieux budgétaire » est le seul argument qu’on a à donner à l’Allemagne pour tenter de les convaincre. Mais c’est risqué, si dans 2-3 ans Merkel n’a toujours pas bougé, c’est Montebourg qui aura eu raison. Dans le cas inverse, c’est Hollande.
En fait, je ne pense pas que Merkel soit complètement idiote et n’ait pas compris tout ça, mais elle pense probablement, comme l’opinion publique allemandes (qui elle n’a pas réellement compris le problème), et pas forcément à tort, que les pays latins ne sont pas sérieux et que si les Allemands font leur part du job, les autres ne vont rien faire. D’où l’intérêt de faire le sérieux…
Les choses auraient été plus faciles si le SPD avait gagné…

l’économie pour les nuls / Wirtschaft für Dummies
Vous avez raison, j’ai l’impression que çà vient d’Alternatives Economiques (revue que je conseille vivement), mais ce n’est hélas pas ce genre de raisonnement que l’on entend ou que l’on lit dans la plupart des émissions ou des journaux. Pourquoi ? Pas assez simple, trop long à présenter, ne permet pas des polémiques médiatiques qui font monter l’audimat. Ce type de raisonnement n’est pas non plus celui que peut tenir une ménagère pour son budget ou un petit commerce pour sa comptabilité donc le lecteur ne le croit pas : ce n’est pas sa croyance ! Les croyances dans le domaine économique sont comme des religions : il suffit d’adhérer et on a la vérité !

Labo
Je partage votre analyse, et notamment que Mme Merkel fait tout pour cajoler son électorat. Après tout, les Allemands en ont bavé avec les lois Harz IV et la modération salariale : c’est normal que les autres fassent leur cure.
Mais le sérieux budgétaire ne fait pas tout. Appliquer des mesures récessives de taxation supplémentaire ou de réduction de la dépense publique permet tout juste de limiter ou stabiliser le déficit budgétaire mais en aucun cas de lutter contre la dette dont le poids peut s’accroître soit du fait de la diminution de la richesse du pays -court terme, baisse du PIB réel-, soit du fait d’une flambée des taux -moyen terme- liée à la défiance des investisseurs.
On peut espérer que les mesures prises par le gouvernement précédent et le choix désormais assumé d’une politique de l’offre -approche micro- associée à un discours pro-business et des réformes libérales supplémentaires -avec M. Macron- aura l’effet escompté en redonnant confiance aux entrepreneurs et aux actionnaires et en favorisant l’investissement.
Cependant on regrettera un choix « tout blanc tout noir » et l’abandon d’une politique macro-économique complémentaire de « grands travaux » à la rentabilité avérée (comme le canal Seine-Nord, ligne de train de marchandise reliant le Havre à Paris ou TGV, des projets lancés par Sarkozy et stoppés net par Hollande à son arrivée au pouvoir) qui aurait apporté un soutien au BTP et aux industries manufacturières (dont la mécanique et les transports, secteurs très présents en France) avec un financement au travers de fonds dédiés public-privés -comptabilisés hors bilan- (cf. le grand emprunt auprès de la population).
Dans tous les cas les résultats espérés positifs de la politique économique actuelle ne se feront sentir que dans deux ans. Reste, à cet horizon, la solution politique pour Hollande : refiler les commandes à un autre parti après dissolution de l’assemblée. Dans l’attente du résultat au vote de confiance de l’Assemblée…

Angelinotte
Et bah, votre commentaire fait plaisir à lire, avec son argumentation et ses nuances, et cela entre ceux qui ciblent haineusement les « boches teutons », et les admirateurs béats de la politique de Mme Merkel… Je suis entièrement d’accord avec vous en tout cas.

E.S
Merkel est aussi prisonnière d’un pays et d’un électorat très vieillissants (plus que la moyenne européenne et bien plus que la France) qui raisonne pour ses retraites, veut de la stabilité et surtout pas d’inflation. Sauf qu’il commence à se rendre compte que les taux d’intérêt très bas, c’est pas top non plus pour ses économies. Ce qui explique les « retournements » récents de vesge de J. Weidmann.

Stéphane
Quelle arrogance de sa part… Bientôt, elle nous dira que la race germanique est supérieurement intelligente a toute autres nations par définition arriérés. La france est un pays de parasites, des bacilles néfastes..etc.

Safedreams
Ce qu’il faudrait en Europe, c’est une véritable contre attaque contre la guerre que nous a déclaré la haute finance (les hedge funds et autres goinfres de spéculateurs capables de s’attaquer à des états, par exemple Soros).
Les pays européens doivent briser ce système qui nous est imposé par les anglo-saxons pour se goinfrer sur notre dos. On exigerait que les Etats nations empruntent à la BCE à un taux étudié, que les dettes des états ne soient pas spéculées, et ainsi, si on est un peu solidaires, l’Europe se redressera et aura probablement un sens.
La rigueur n’a aucun sens si nos efforts enrichissent encore plus les voraces de financiers qu’il faut mettre au pas. La troisième guerre mondiale a déjà éclaté et elle est financière.

acques
Nous casse les couilles avec leur Europe . Veut pas être européen, veut pas vivre comme un allemand. On vous emmerde et on va vous sortir.

gaulliste de toujours
Le nombre de lieux communs sur l’Allemagne est affligeant. Il faut au moins faire l’effort d’y aller avant d’en parler.

Alphonse
Le commentaire de « l’économie pour les nuls / Wirtschaft für Dummies » plus haut est le seul qui vaille la peine d’être lu et qui vient clairement de quelqu’un qui connait l’Allemagne. J’y vis et je confirme tout à fait.

Richk.
-La crainte Allemande cela est bien vrai sont les marchés financiers ; nous l’avons bien vu les réformes des sociétés capitalisés ont plus ou moins capoté. Elles sont la propriété de grande famille et leurs capitaux sont » mi-déverrouillé « ensuite la réunification a dopé leurs marchés par la modération salariale . La crise des pays « réunie de l’ atlantique » leur a fait redoublé d’attention celle des spectres de l’histoire (une juste cause). Si les pays latin sont dont une situation bloqué c’est un » fait » mécanique financier qui crée une situation dramatique par une sclérose sociétal. Faut il croire au sérieux ici? somme nous devant un abîme? L’Allemagne aime l’Europe derrière la « glace » les pays latin. Mais demain a l’aurore.les pays vont être à la ramasse et une société nouvelle va naître mais comment….

le lezard
Heu… J’ai rien compris. C’est grave docteur?

E.S
Très drôle de critiquer l’Allemagne, alors qu’elle n’y est pour rien dans les problèmes structurels de la France. La gauche du PS sont les fossoyeurs de l’Europe en mettant une certaine haine entre pays.
Face au USA, la Chine, l’Inde etc. Point de salut sans une Europe unie
franc = peuple germain

JB63
Les Prussiens renouent avec leurs velléités d’impérialisme. Ces gens-là sont infectes et odieux, à croire qu’ils ne tirent pas profit de leur histoire sombre. L’arrogance et la domination prussienne en Europe doivent être combattues par tous les moyens. En outre, la France doit renouer avec ses alliances traditionnelles, avec le Royaume-Uni, la Pologne et la Russie et délaisser cette Allemagne cocardière et nationaliste. La pseudo amitié franco-allemande, pure invention de politiciens, n’est partagée par personne dans le peuple de France.

feven
Vous avez oublié de glisser dans votre commentaire « les heures les plus sombres de notre histoire » et « national-socialiste » pour mériter le premier prix du post le plus stupidement germanophobe. Encore un effort!

Blackadder
Edit : pardon, je n’avais pas vu la référence à l’ »histoire sombre ». Bon, eh bien il ne vous reste finalement plus qu’une seule étape avant de vous vautrer complétement dans les clichés les plus ridicules! Courage!
Créer de la croissance, ça peut se faire sans inflation, (quoique un peu d’inflation écarte le risque de la déflation). Ca se fait grace à une meilleure répartition des richesses qui permet une plus grande consommation. Ca concerne l’Allemagne qui devrait s’occuper un peu de ses pauvres (salariés !!!) , ca concerne la France et toute l’Europe qui ne doit pas continuer et aggraver sa politique d’austérité (mais c’est mal barré !). Les discours de bistro (de fête de la bière plutôt) de Merkel ne sont pas à la hauteur !

Labo
Les Allemands ont été traumatisés par l’hyperinflation de 1923, c’est vrai (l’occupation française de la Ruhr et la réponse politique maladroite du gouvernement allemand de l’époque ne sont pas étrangères à cette crise, d’ailleurs). Mais par un curieux effet de reconstruction de la mémoire nationale, ils ont fait de l’hyperinflation une des origines de l’arrivée au pouvoir des nazis, alors qu’en réalité, c’est plutôt la politique de déflation menée par Brüning en 1932 et l’aggravation dramatique de la crise de 1929 qui s’en est suivie qui serait à blâmer d’un point de vue économique. Cette leçon-là, il faudrait la méditer aussi.

Yann (un autre)
Erreur, elle se mêle des territoires occupés par sa monnaie.
Quand on ne sait pas jouer au Deutschemark avec l’Euro, c’est qu’on ne vaut pas plus qu’une quiche Lorraine.

lecteur
Vous croyez sérieusement que si l’armée française quittait l’Afrique subsaharienne l’Union Européenne s’écroulerait ???

poesis
Le rapport actuel des Allemands à la monnaie date des années 50-60, pensée venant initialement des US, puis associée au miracle économique allemand.
La reconstruction de l’histoire dont vous parlez est très juste et s’est faite à ce moment.
================================================
Angela Merkel renouvelle son appel à des «réformes structurelles» en France

chanceliere-allemande-angela-merkel-berlin-27-aout-2014-1669485-616x380
La chancelière allemande Angela Merkel à Berlin, le 27 août 2014. Michael Sohn/AP/SIPA
EUROPE – La chancelière allemande n’a fait aucun commentaire sur le nouveau gouvernement français…
Le remaniement ne change rien. La chancelière allemande Angela Merkel a renouvelé mercredi soir son appel à de «véritables réformes structurelles en France», sans plus de commentaires sur le nouveau gouvernement français, lors d’une interview publique organisée par le magazine Cicero.

>> Revivez l’annonce du nouveau gouvernement en live par ici

«En France, il s’agit de savoir si l’on fait de véritables réformes structurelles. Cela, le président français aussi l’avait annoncé», a déclaré Angela Merkel au lendemain de la présentation du nouvel exécutif socialiste français, perçu comme plus social-libéral que le précédent.

Le principal déclencheur de la crise gouvernementale française a été les propos de l’ancien ministre de l’Economie Arnaud Montebourg, appelant samedi dernier dans le quotidien Le Monde à «hausser le ton» face à Berlin et critiquant les «axiomes idéologiques» de la droite allemande.
Merkel s’abstient de tout commentaire sur le nouvel exécutif

Après la nomination au ministère de l’Economie de l’ex-banquier d’affaires Emmanuel Macron, le Premier ministre français Manuel Valls a estimé mercredi que l’Europe avait «plus que jamais besoin d’une entente forte, durable et productive entre la France et l’Allemagne».

S’abstenant de tout commentaire sur le nouvel exécutif à Paris, Angela Merkel s’est bornée à souhaiter que les pays membres de l’UE «soutiennent de concert la croissance», et «pas uniquement par une augmentation des dépenses».

La chancelière allemande a rappelé qu’«en 2000, l’Allemagne était l’homme malade de l’Europe, vilipendé de toutes parts». Le pays a redressé la situation «par des réformes», a-t-elle ajouté.
20 minutes avec AFP
============
commentaires

rayonx13
ah bon… on a voté pour elle un jour, je ne m’en souviens plus…. qu’elle s’occupe de son pays…!!

camargue_13
Madame , avant de vous occuper de la France, si vous commenciez par faire moins de protectionnisme , mais surtout, cesser d’employer des milliers de déplacés; ce qui fausse toutes les données économiques ???
Déplacés : ouvriers venant des pays de l’Est, payés au lance-pierre (quand ils le sont) et dont les charges patronales sont payées par les pays d’origine de ces personnes

jaimemonchien
j aimerais bien Merkel comme president , ça changerait du cirque Français .

bt1100
Mme Merkel les réformes viennent de commencer : pour faire des économies on a maintenant un gouvernement Valls2 avec 2 ministres supplémentaires…

Debrief
Pour rendre à la France son efficacité d’antan, après tant d’immobilisme et de bienpensance, il faudrait des changements radicaux dans tellement de domaines que le pays des corporations et autres petits intérêts particuliers serait à feu et à sang. Alors c’est pas pour demain m’dame Merkel.
============================
=========================================================================
35 heures : Macron rencontrera les syndicats « dans les tout prochains jours »
Le Point

Le ministre de l’Économie s’était déclaré avant sa nomination en faveur de la possibilité, pour les entreprises, de déroger aux 35 heures.
8437332-macron-pret-a-autoriser-les-entreprises-a-deroger-aux-35-heures
Le ministre de l’Économie, Emmanuel Macron. Le ministre de l’Économie, Emmanuel Macron. © AFP PHOTO / ERIC PIERMONT
Le ministre de l’Économie Emmanuel Macron rencontrera « dans les tout prochains jours » les organisations syndicales, a-t-on appris jeudi auprès de ses services, après l’émotion suscitée par les déclarations du tout jeune responsable gouvernemental sur les 35 heures.

« Les tout premiers rendez-vous qu’Emmanuel Macron va avoir seront avec les organisations syndicales, qu’il va rencontrer dans les tout prochains jours », a indiqué à l’AFP une source proche du ministre. Ces rencontres, organisées « au plus tard en début de semaine prochaine », doivent permettre d’entrer dans « une logique de concertation et de dialogue social ». « Il est important pour le ministre de les voir le plus rapidement possible », insiste-t-on de même source.

Lors d’une interview accordée à l’hebdomadaire Le Point avant qu’il n’ait connaissance de sa nomination à Bercy, mais publiée jeudi, Emmanuel Macron s’est déclaré en faveur de la possibilité, pour les entreprises, de déroger aux 35 heures en cas d’accords avec les organisations syndicales. Ancien banquier d’affaires, Emmanuel Macron a remplacé Arnaud Montebourg à la tête du ministère de l’Économie. Alors qu’il était conseiller économique du président François Hollande, il a contribué à élaborer le pacte de responsabilité qui vise à redresser l’économie en s’appuyant sur les entreprises.
==============
Commentaires

eppoX
Valls 2 déjà à bout de souffle !
Le Président n’a plus de majorité. L’Assemblée Nationale ne représente plus les français, le gadget Macron est déjà hors-piste, le pays plonge… François Hollande doit prendre ses responsabilités, dissoudre l’Assemblée Nationale, c’est prévu par la constitution. De toute manière, il y sera contraint par la perte de sa majorité au Parlement.

Sa suffit
C’est là…que l’on va voir qui commande en France ! Croisons les doigts !

beatnic31
Revenir aux 40 h…
Ferait gagner 10% de compétitivité aux entreprises…cela en sauverait la moitié…qui chaque année disparaissent…coulées par les charges…
rien que cette réforme…permettrait de diminuer le chomage…en meme temps cela permettrait de supprimer 10% de fonctionnaires…en quelques années…en ne remplaçant pas ceux qui partent en retraite…bref cela participerait à la baisse de la dépense publique…

daniel94
NON MACRON
Mr Désir a dit que rien ne sera changé alors vous allez passer pour une crêpe si vous entrez en discussion sur un non-sujet !

AFZ
Lueur d’espoir ?
Peut être une lueur d’espoir, un lumignon dans un tunnel d’irréalisme…

pipolinum
Si E. Macron est un vrai pragmatique libéral diplomé… Qu’il démissionne… !
Par contre, si c’est un sous-marin socialiste instrumentalisé… Faut le vider avec toute la nomenklatura au pouvoir… !

AXEL
Encore un socialiste bourré de fric pour nous proner les vaches maigres !
Intéressante lecture de wikipédia : Emmanuel Macron, ENA puis Rotschild Finance, millionnaire à trente ans ! Toujours socialiste, aujourd’hui chargé d’imposer au Peuple exsangue les diktats de Bruxelles et de la générale en chef Madame Merkel. Ah, ils sont beaux, les socialistes ! Très à gauche pour imposer les « réformes sociétales », la théorie du « genre », le mariage homosexuel, les risettes aux délinquants et criminels qu’il faut laisser chez eux avec un bracelet rose électronique et pour le reste, valets du Grand Capital et des technocrates de Bruxelles qui nous étouffent. Vraiment, juste le contraire des socialistes d’Antan, défenseurs du Peuple et gens de principe, en termes de moralité et de traditions républicaines sociales. Quelle honte ! On comprend que les Français fuient ces gens-là ! Honte à eux !

APALABROS
Allez du courage…
Il faut supprimer directement les 35H qui ont participées a la ruine du pays…

saturnparon
Un bon début. Les syndicats risquent de paralyser cette réforme fondée sur le volontariat, comme ils le font pour le travail dominical. E. Macron est un ministre de l’économie qui s’y connaît en économie et pas en politique. Ce sont deux qualités qui peuvent lui permettre de bien faire le job.

Publicités