Financement des partis politiques

Laisser un commentaire

C’est une honte tous ces financements! Là, il y a de l’argent mais pas pour nos retraites ni pour notre santé, bien entendu … Foutaise, scandale…

Financement public

L’aide publique comprend deux tranches :

  • La première – d’un montant de 33 millions d’euros en 2007 – est proportionnelle aux résultats obtenus par le parti aux législatives précédentes. Chaque formation politique ayant présenté des candidats dans au moins 50 circonscriptions et ayant obtenu au moins 1 % des suffrages, touche 1,63 euro par voix obtenue, chaque année pendant cinq ans.
  • La deuxième tranche – d’un montant de 40 millions d’euros en 2007 – est proportionnelle aux nombre de parlementaires se déclarant inscrits au parti concerné.



www.20minutes.fr

Financement des partis politiques, les micro-partis peuvent rapporter gros

Créé le 16.07.10 à 18h52 — Mis à jour le 16.07.10 à 18h52

DECRYPTAGE – Il existe 283 partis en France…

Les micro-partis sont une espèce en voie de prolifération. En 1990, seuls 28 partis étaient recensés par la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques (CNCCFP). Un chiffre en hausse de … 1010% en vingt ans, puisque dans son rapport de 2009, dernier en date disponible, 283 partis sont comptabilisés. 20minutes.fr fait le point.
Tout le monde peut monter son parti
«Aucune loi ne définit la notion de parti politique, ils s’organisent librement», nous précise-t-on à la CNCCFP. De fait, les trois quarts des partis sont des associations de loi 1901, dont le statut est déposé en préfecture, précise la Commission. Le reste est constitué en association de fait. Seule obligation pour participer au financement de la vie politique et donc participer à une élection: il faut avoir un mandataire financier. Ce mandataire est le seul à pouvoir percevoir des dons et les reverser au parti en question. Ces dons sont plafonnés à 7.500 euros par an et par personne physique. Les associations constituées en partis ont obligation de déposer leurs comptes à la Commission, qui les vérifie. 
Une douzaine de partis mastodontes
La Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques note dans son dernier rapport d’activités que douze partis «trustent» plus de 90% des dépenses électorales. Il s’agit de l’UMP, du PS,  du PCF, du Modem, du FN, des Verts, de l’UDF, de la LCR, de LO, du PRG, du MPF, et du Nouveau centre. A côté de ces gros partis, coexistent d’autres plus modestes, tels Debout la République de Nicolas Dupont-Aignan ou, entre autres, le Parti Chrétien-démocrate de Christine Boutin et le Parti radical de Jean-Louis Borloo. En raison d’accords électoraux, des partis mastodontes peuvent reverser de l’argent à des partis partenaires, des petits partis. L’UMP, par exemple, reverse de l’argent à la Gauche moderne de Jean-Marie Bockel et les Progressistes d’Eric Besson. Le Parti socialiste, lui, reverse de l’argent au PRG, confirme à 20minutes.fr Régis Juanico, le trésorier du PS.
Des micros-partis au service d’un élu…
Restent donc une kyrielle de micros-partis dévolus à des hommes politiques, comme l’a mis en lumière l’affaire Woerth-Bettencourt avec l’Association de soutien à Eric Woerth. Le ministre du Travail n’est pas le seul au gouvernement à avoir son «club»: François Fillon, Christian Estrosi, Michèle Alliot-Marie, Laurent Wauquiez en ont un. Hors gouvernement, Nicolas Dupont-Aignan, Patrick Balkany ou Jean-François Copé ont également leur structure. Beaucoup d’élus de droite. Et pour cause, la double appartenance à un parti n’est pas dans les statuts du PS. Pourtant, en 2006 et 2007, Désirs d’avenir, l’association de Ségolène Royal était constituée en parti. Mais c’est terminé depuis 2008 et «c’est très bien ainsi», assure le trésorier du PS. «A ma connaissance, nous n’avons actuellement qu’un seul cas, celui de Manuel Valls et son mouvement ‘Besoin d’optimisme’», note-t-il.
…D’autres ont des objets plus fantaisistes
Tous les partis ne sont pas voués à la cause d’un élu ou d’un homme politique. Le Parti blanc, par exemple, lutte pour la reconnaissance du vote blanc. L’Union pour les victimes de l’Etat a pour objet de faire reconnaître les erreurs de l’Etat dont ont été victimes des citoyens. Régions et peuples solidaires a un but régionaliste, pour lutter «contre le centralisme parisien». On trouve également des partis à vocation religieuse, tel le Mouvement pour la nation Esséienne.
Pourquoi ces micros-partis sont-ils dans le viseur?
A quoi bon monter son propre parti lorsque l’on est déjà encarté dans un parti politique d’envergure? «Pour financer des campagnes locales ou personnelles, pour mettre de côté de l’argent pour plus tard», avance Régis Juanico. Valérie Pécresse, par exemple, a monté son club pour préparer les primaires de l’UMP pour la municipale de 2008 à Paris. Sauf que, comme le note la CNCCFP dans son rapport de 2006, ces micro-partis peuvent permettre de «détourner» la loi sur le financement des partis politiques. «La liberté de création des partis politiques a pour conséquence de faciliter le détournement de la loi en favorisant la création de partis ‘satellites’: une même personne physique peut ainsi financer plusieurs partis, en versant à chacun le montant plafond des dons autorisés, les partis bénéficiaires reversant ensuite l’argent récolté au ‘parti central», note l’autorité en 2006. Cela fait partie des «questions en suspens» encore notées par l’autorité dans son rapport de 2009. C’est ce qu’avait révélé Mediapart, avec les différents chèques signés Liliane Bettencourt à l’UMP, Valérie Pécresse et Eric Woerth.
Légal mais pas moral?
Trois députés verts, Yves Cochet, Noël Mamère et François de Rugy, ont donc demandé jeudi la création d’une commission d’enquête parlementaire sur ces micros-partis, qui posent, selon eux, des problèmes éthiques et de conflit d’intérêt. «On peut imaginer» qu’un même donateur «verse 10, 12, 15 fois 7.500 euros», estime aussi  le député apparenté socialiste René Dosière. «Je ne sais pas si ça se fait. Au demeurant tout cela serait légal», précise-t-il. Il y a en effet un flou juridique. Pourtant, note Régis Juanico, qui suit l’affaire de près, cette hypothèse n’est pas corroborée par les comptes du parti majoritaire. «L’UMP a versé 2,2 millions d’euros aux partis satellites mais il n’y a que 180.000 euros qui remontent. Ce n’est apparemment pas une pompe de financement», dit-il. «C’est quoi le deal», s’interroge-t-il à haute voix.
Régis Juanico y voit un «intérêt politique». «Cela permet de démultiplier la parole de Sarkozy sur tout le territoire.  Ces partis satellites , ça a la couleur du sarkozysme, le goût du sarkozysme, mais ça n’en est pas officiellement». Du coup, il estime que c’est «une subversion de l’activité politique». Qui en plus, «creuse les caisses de l’Etat», puisqu’il y a des déductions d’impôts de l’ordre de 66% pour les dons.

Maud Pierron

Publicités

Une qui va plaire aux mamans … :

Laisser un commentaire

 

Le père rassemble sa progéniture.

– Les enfants, cette année, nous avons décidé de partir en vacances en pension complète !

– C’est quoi la pension complète ? Demande le plus jeune.

– La pension complète c’est le top ! Nous allons dormir dans un hôtel où une dame viendra le matin refaire nos lits, faire le ménage, remettre des serviettes propres

; Au restaurant de l’ hôtel, on pourra aller prendre un copieux petit déjeuner, des cuisiniers nous prépareront

notre déjeuner et notre dîner pendant que nous nous promènerons. C’est super, non ?

– Oui, oui ! Répond le petit sur un air dubitatif.

– Quelque chose ne va pas ? S’inquiète le père.

– Non, non, c’est très bien, seulement, je me demande pourquoi on amène maman, alors

Petite histoire de blonde

Laisser un commentaire

La gendarmerie recrute…
La gendarmerie décide de sélectionner sa gendarmette la plus fidèle,   
après toute une série de sélections, d’entretiens, d’essais, de  
tests, il ne reste que trois candidates.
 Pour le choix final, les examinateurs mettent les gendarmettes  
devant une porte métallique et leur remettent un pistolet.
 "Nous devons être sûrs que vous suivrez nos instructions, et ce,  
quelles que soient les circonstances.
 Derrière cette porte, vous trouverez votre  mari assis sur une  
chaise et vous devrez le tuer".
 La première femme dit: Vous n’êtes pas sérieux! Je ne pourrai  
jamais tuer mon mari!
 -Alors, vous n’êtes pas faite pour ce travail.
 On donne à la deuxième candidate les mêmes instructions.
 Elle prend l’arme et entre dans la salle.
 Tout est calme pendant cinq minutes puis la femme revient, les  
larmes  aux yeux. J’ai essayé, mais je ne peux pas tuer mon mari.
 -Vous non plus vous n’êtes pas faite pour le d’job, emmenez votre  
mari et rentrez chez vous.
 Enfin c’est le tour de la troisième candidate "une blonde". On lui  
donne les mêmes consignes en lui indiquant qu’elle doit tuer son mari.
 Elle prend le pistolet et entre dans la salle.
 On entend des tirs, un coup, puis un deuxième, puis un autre. Puis  
on entend des cris, des coups contre les murs, des meubles qui se   
brisent.
 Après quelques minutes,tout redevient calme.
 La porte s’ouvre lentement et la femme sort.
 Elle s’essuie la sueur du front et dit:
 "C’est qui l’con qui a mis des balles à blanc!!! J’ai dû l’achever  
avec la chaise!!!"
                                                              Mari de blonde, méfie-toi !

Bonne chance les jeunes !

Laisser un commentaire

>Bonne chance les jeunes !
> >
  
> >
> >  
> > > >  
> > > >
> > > >  
> > > >  
> > > >
> > > >  
> >
      
> >  
 

Pour quelques-un(e)s que je connais

Laisser un commentaire

DES RECHERCHES SCIENTIFIQUES ONT PROUVE QUE BOIRE DE L’ALCOOL APPORTE LES MÊMES BÉNÉFICES QUE LE YOGA EN TERME DE RELAXATION.
>
>  LA PREUVE EN IMAGES
:
>  

>  

>  

>  Savasana

>  Position de relaxation totale

>  

>  
>  
>  

> Balasana

> Position qui apporte une sensation de paix et de calme

>  
>  

>  
>  
>  

> Setu Bandha Sarvangasana

> Cette position apaise le cerveau et étire vos jambes

>  
>  

>  
>  
>  

> Marjayasana

> Cette position stimule le bas du ventre et la colonne vertébrale

>  
>  

>  
>  
>  

> Halasana

> Excellent pour les douleurs du dos et les insomnies

>  

>
>  
>  

> Dolphin

> Excellent pour le bassin, Thorax, jambes et bras

>  

>  
>  
>  

> Salambhasana

> Très bon exercice pour stimuler les lombaires, les jambes et les bras.

>  
>  

>  
>

> Ananda Balasana

> Cette position est excellent pour le bassin

>  
>  

>  
>  

> Malasana

> Excellent pour les genoux et muscles du dos

>  
>

>
>  

>  
>
alors, Vodka ou Yoga ?

Les casquettes de Woerth, et la taupe

Laisser un commentaire

A chaque jour ses révélations. Aujourd’hui,
c’est notre tour.
@si avait installé depuis de nombreuses années
un très discret dictaphone (photo ci-dessous), dans le cabinet
particulier de Liliane Bettencourt. Nous venons d’entrer en possession
des bandes, que nous mettons à la disposition du parquet des Hauts de
Seine, de l’administration fiscale, et de nos confrères du Point, pour
leur numéro de la semaine prochaine. Nous avons choisi de publier un
extrait de conversation entre Liliane Bettencourt et son homme de
confiance Patrice de Maistre, le jour  de 2008 où l’on apprend que
Bettencourt va bénéficier d’une restitution de 30 millions d’euros, au
titre du bouclier fiscal.
P. de M. (enjoué) Bonjour Madame. J’ai une bonne nouvelle pour vous ce
matin. Nous avons une restitution.
L.B. (suprise) Une contribution ?
P. de M. Non, une restitution. C’est beaucoup d’argent : trente millions
d’euros.
L.B. (agacée) Ils veulent qu’on leur donne encore trente millions ?
P. de M. (jovial)  Non madame. Ils nous les rendent. Les impôts nous les
rendent. C’est le bouclier fiscal.
L.B. Un collier d’opales ?
P. de M. Non, un bouclier fiscal. C’est une loi de Sarkozy.
L.B. Comment ? Sarkozy me fait un cadeau ?
P. de M. Non madame, ce n’est pas à proprement parler un cadeau. C’est
une loi. Votée par le Parlement. Mais c’est la même chose.
L.B. (un long silence). Les impôts nous donnent de l’argent ? C’est
amusant. (Un long silence). Il est sympathique, ce Sarkozy. C’est si
rare, qu’on me fasse des cadeaux.
P. de M. Très. Très sympathique.
L.B. (après un temps de réflexion) Mais pourquoi nous font-ils des
cadeaux ?
P. de M. Parce qu’ils sont sympathiques. En fait, ce n’est pas seulement
pour vous. C’est  une mesure prise pour les artistes, comme Johnny.
C’est pour qu’ils ne partent pas à l’étranger. Parce que le fisc leur
prenait vraiment beaucoup.
L.B. (songeuse). Ah oui, c’est dur, pour les artistes. (Un long
silence). Mais moi, je ne veux pas aller en Suisse. Ni à Bruxelles. Il
pleut toujours, à Bruxelles. Presque autant qu’en Bretagne. J’en ai
assez, de la Bretagne.
P. de M. Bien entendu, Madame, je suis d’accord avec vous sur la
Bretagne. Mais c’est la loi. Nous ne pouvons pas refuser. Et donc, je
viens d’avoir Woerth, vous savez, le mari de la dame que vous employez.
Il demande sur quel compte il faut verser l’argent. Comme il semblait
pressé de vous signer le chèque,  pour vous être agréable, je lui ai
conseillé la BNP. Après, une fois que ce sera sur le compte, on
s’arrangera. Comme il vient dîner après-demain soir, il a proposé de
l’apporter lui-même.
L.B. Ah oui, c’est une bonne idée. Vous me ferez bien penser à le
remercier.
P. de M. Bien entendu, Madame.
L.B. : Comme ils sont sympathiques. Nous sommes tout de même entourés de
gens symathiques.
Interruption de la conversation.
Daniel Schneidermann

______________________
Les casquettes de Woerth,
et la taupe

Ne rions pas trop vite : l’Assemblée
enquête.
Les ministres sont placés sur le gril, devant les
caméras. Les hauts responsables du désastre se succèdent. TF1 suit
l’affaire en quasi-direct, tout au long d’émissions spéciales. Le
Parlement effectue normalement son travail de contrôle de l’exécutif.
Sur l’affaire Woerth ? Ah non, pardon. Sur le foot, bien entendu. C’est
sur le foot, qu’il est essentiel d’établir les faits, les
responsabilités, de faire tomber des têtes.
Ils aimeraient tant que le vieux fumigène du foot fonctionne une
fois de plus.
Mais rien ne se passe comme prévu. L’affaire
Woerth est partout. Elle déborde de tous côtés. Elle est dans les
questions d’Aphatie à Besson, à la Une de toute la presse, en ouverture
du journal de France Inter. Ils comptaient sur le foot, pour endormir le
pays : c’est raté. Les volutes des cigares, une île aux Seychelles, des
millions en Suisse, l’ont réveillé, le pays, et le tiennent en haleine.
Ils aimeraitent tant s’en sortir par une "clarification". C’est leur
mot de la semaine, "clarification". On obligerait Woerth à abandonner
une de ses casquettes, et les choses, ouf, seraient ainsi "clarifiées".
Mais ne vous donnez pas cette peine, Mesdames messieurs : les choses
sont déjà claires, savez-vous. Elles n’ont même jamais été si claires.
D’autant que chaque jour, Mediapart pousse son avantage,
enquêtant en direct. Envoyé spécial de France Inter au siège de l’UMP,
Jean-François Achilli y a découvert mardi un parti en pleine
effervescence, dans lequel circulaient "d’un étage à l’autre"
les épreuves des dernières révélations de Mediapart, à propos de dons
effectués par Eric Woerth, trésorier de l’UMP, à Woerth Eric, président
d’un petit parti de l’Oise, joliment dénommé "association de soutien à
l’action d’Eric Woerth", et qui peut recevoir des dons, comme un grand.
Comment une double casquette peut en cacher une autre. Affolés, les
permanents de l’UMP, cherchaient, parait-il,  "la taupe". Ah, s’il y
avait une taupe ! Comme ils aimeraient , faute de taupe, tenir jusqu’aux
vacances. Mais elles sont encore loin, les vacances.

Daniel Schneidermann