Le négrier moderne!

Laisser un commentaire


LANGUES & SOCIETESFace aux grèves, Ryanair menace de délocaliser des emplois

Face aux grèves, Ryanair menace de délocaliser des emplois
Face au risque de nouvelles grèves de ses pilotes en Europe, le directeur général de la compagnie aérienne à bas coûts Ryanair, Michael O’Leary, a menacé mardi de délocaliser encore plus d’emplois en Pologne. /Photo prise le 31 juillet 2018/REUTERS/Heinz-Peter Bader Thomson Reuters

VIENNE (Reuters) – Face au risque de nouvelles grèves de ses pilotes en Europe, le directeur général de la compagnie aérienne à bas coûts Ryanair, Michael O’Leary, a menacé mardi de délocaliser encore plus d’emplois en Pologne.

La compagnie irlandaise connaît son conflit social le plus dur en trente-deux ans d’existence.

Si c’est nécessaire, a souligné Michael O’Leary lors d’une conférence de presse en Autriche, des emplois seront supprimés « sur n’importe quel marché ».

« Nous avons aujourd’hui – à Ryanair – vingt marchés qui ont besoin de plus d’avions, nous manquons d’avions dans presque tous les marchés où nous opérons en raison de la demande pour nos prix, nos services », a-t-il dit, évoquant notamment la Pologne, où opère Ryanair Sun.

Certains marchés de Ryanair ont pâti des grèves ces derniers mois mais « le marché polonais connaît une énorme croissance, Ryanair Sun est très rentable, nous avons besoin de plus d’avions sur le marché polonais », a-t-il affirmé.

« S’ils (les syndicats et les pilotes) font preuve de bon sens, nous parviendrons à des accords », a poursuivi le directeur général. « Mais si on a affaire à des gens qui font grève juste pour faire grève, alors ils verront que les emplois et les avions peuvent très bien aller ailleurs… »

Présente sur 86 bases dans 37 pays, Ryanair a évité des grèves généralisées en décembre dernier, avant les fêtes de fin d’année, en reconnaissant pour la première fois des syndicats mais elle peine depuis à conclure des accords avec certains d’entre eux.

Lundi, les pilotes en Allemagne ont voté massivement en faveur d’une grève s’ils n’obtiennent pas une convention collective acceptable. La grogne s’est également étendue mardi aux Pays-Bas.

Il y a une semaine, un quart des pilotes basés à Dublin ont observé leur troisième arrêt de travail de vingt-quatre heures en deux semaines.

La semaine précédente, les personnels de cabine d’Italie, d’Espagne, du Portugal et de Belgique s’étaient mis en grève pendant deux jours, ce qui avait contraint le groupe à annuler plus de 12% de ses vols.

Le 25 juillet, Ryanair a annoncé réduire de 20% sa flotte basée à Dublin pour la saison d’hiver et fait savoir que les grèves pourraient menacer les emplois de 300 pilotes et personnels navigants.

Les grèves chez Ryanair menacent son modèle low-cost

Pour la première fois en 30 ans, Ryanair a connu quatre journées de grève des pilotes sur sa base principale de Dublin. – B.T

Les mouvements sociaux à répétition de pilotes et de personnels de cabine pourraient contraindre la compagnie irlandaise à renoncer à certains éléments de son modèle à bas coûts.

Le dialogue social a du mal à prendre chez Ryanair. Six mois après sa décision historique de reconnaître les syndicats, la compagnie low cost irlandaise, qui n’avait pas connu de conflit social depuis 30 ans, enchaîne les grèves de pilotes et de personnels de cabine. Pas moins de quatorze jours de grève depuis décembre en Irlande, mais aussi en Italie, en Allemagne, au Portugal et en Belgique, qui ont entraîné plusieurs centaines d’annulations. En y ajoutant les problèmes météo et de contrôles du trafic aérien, Ryanair indique avoir dû annuler « plus d’un millier de vols » sur le seul mois de juillet – contre 23 en juillet 2017 – impactant « près de 200.000 passagers ».

Cette situation n’est pas sans rappeler  la crise de septembre 2017 , quand la compagnie avait dû annuler « à chaud » 2.100 vols, faute d’avoir prévu assez de pilotes. Une erreur de planning qui s’était traduite par plus de 20.000 annulations sur la saison d’hiver (de novembre à fin avril), mais qui avait aussi servi de déclencheur à une fronde des navigants, obligeant le PDG, Michael O’Leary, à concéder 20 % d’augmentation générale à ses pilotes et à ouvrir la porte aux organisations syndicales.

Les syndicats se sentent pousser des ailes

Loin de ramener le calme, cette décision a donné des ailes aux syndicats de navigants de l’Europe entière. Après plusieurs préavis de grève nationaux, dont une quatrième grève des pilotes en Irlande ce vendredi, plusieurs syndicats appellent désormais à une journée de grève européenne chez Ryanair le 10 août prochain. Avec pour objectif principal d’obliger la compagnie à octroyer à ses navigants – pilotes et personnels de cabine – des contrats de travail dans leur pays de rattachement, au lieu de l’habituel contrat de droit irlandais. Mais aussi, d’accepter la présence à la table de négociations, des représentants syndicaux qui ne seraient pas salariés de la compagnie.

Des revendications toujours rejetées par la direction, qui voit déjà dans les grèves actuelles, la main de la concurrence. Dans un courrier rendu public, elle a ainsi pointé du doigt le rôle joué par un commandant de bord d’Aer Lingus, filiale du groupe IAG, dans l’organisation  des grèves à Dublin . Même chose en Italie et en Allemagne, où les présidents des syndicats de pilotes à l’origine des préavis, sont salariés d’easyJet et de TUI.

La fin du contrat irlandais pour tous

Quant à la règle d’or chez Ryanair, consistant à appliquer le droit irlandais à tous les personnels travaillant dans des appareils immatriculés en Irlande, ses dirigeants y voient non seulement un moyen de payer moins de taxes et de charges sociales, mais aussi d’éviter des surcoûts administratifs, et de favoriser des transferts d’une base à l’autre. Ryanair opère en effet des bases dans 22 pays et change couramment ses avions et leurs équipages de bases en fonction des besoins.

Cependant, même si le taux de gréviste reste faible – 94 sur 250 pilotes à Dublin – la position de Ryanair paraît difficilement tenable. En septembre 2017, un jugement de la Cour européenne de Justice a en effet confirmé le droit des navigants de Ryanair à s’adresser au tribunal le plus proche de leur domicile, en cas de litige avec leur employeur. Ce qui revient à leur appliquer les réglementations nationales. Tôt ou tard, Ryanair sera donc obligé de parvenir à des accords avec les syndicats représentatifs dans chacun des pays où elle a des avions basés. Ce qui exclut pour l’instant la France, mais probablement pas pour longtemps.

Ryanair confrontée à un vaste mouvement social en Europe

Ryanair confrontée à un vaste mouvement social en Europe
Ce jeudi, les pilotes irlandais ont annoncé une nouvelle journée de grève le 10 août. Leurs collègues suédois et belges participeront également au mouvement.

Les temps sont durs pour Ryanair. La compagnie à bas coûts va faire face à de nouvelles grèves en Europe dans les prochains jours, avec la poursuite du mouvement des pilotes irlandais, rejoints par leurs homologues suédois, sans compter les menaces brandies en Allemagne et aux Pays-Bas.

Ryanair connaîtra vendredi le quatrième jour de grève de pilotes en Irlande, ce qui a contraint la compagnie irlandaise à annuler 20 vols sur les 300 prévus ce jour-la, soit 7% du total. Ces annulations affectent 3500 passagers, auxquels il a été proposé une solution de rechange. Environ 25% des pilotes sont grévistes dans le pays.

Le groupe a confirmé ces chiffres dans une lettre ouverte adressée mercredi à Forsa, le syndicat représentant ses pilotes irlandais, avec qui Ryanair souhaite discuter dès samedi ou la semaine prochaine pour éviter que le mouvement ne se poursuive.

Menaces de délocalisations d’emplois

Les pilotes irlandais, qui ont déjà mené trois jours de grèves en juillet, réclament de meilleures conditions de travail et la poursuite de la grève a été votée alors que Ryanair, en représailles du mouvement, a décidé la semaine dernière de réduire le nombre de ses vols au départ de Dublin pour l’hiver 2018. Il entend transférer des avions vers la Pologne, ce qui pourrait coûter leurs emplois à 300 personnes, à savoir 100 pilotes et 200 personnels de cabine.

Ce jeudi, les pilotes irlandais ont annoncé une nouvelle journée de grève le 10 août. Leurs collègues suédois et belges participeront également au mouvement.

Ryanair enlisée dans un mouvement social en Europe© Alberto PIZZOLI / AFP Ryanair enlisée dans un mouvement social en Europe Les temps sont durs pour Ryanair. La compagnie à bas coûts va faire face à de nouvelles grèves en Europe dans les prochains jours, avec la poursuite du mouvement des pilotes irlandais, rejoints par leurs homologues suédois, sans compter les menaces brandies en Allemagne et aux Pays-Bas.

Ryanair connaîtra vendredi le quatrième jour de grève de pilotes en Irlande, ce qui a contraint la compagnie irlandaise à annuler 20 vols sur les 300 prévus ce jour-la, soit 7% du total. Ces annulations affectent 3500 passagers, auxquels il a été proposé une solution de rechange. Environ 25% des pilotes sont grévistes dans le pays.

Le groupe a confirmé ces chiffres dans une lettre ouverte adressée mercredi à Forsa, le syndicat représentant ses pilotes irlandais, avec qui Ryanair souhaite discuter dès samedi ou la semaine prochaine pour éviter que le mouvement ne se poursuive.

Menaces de délocalisations d’emplois

Les pilotes irlandais, qui ont déjà mené trois jours de grèves en juillet, réclament de meilleures conditions de travail et la poursuite de la grève a été votée alors que Ryanair, en représailles du mouvement, a décidé la semaine dernière de réduire le nombre de ses vols au départ de Dublin pour l’hiver 2018. Il entend transférer des avions vers la Pologne, ce qui pourrait coûter leurs emplois à 300 personnes, à savoir 100 pilotes et 200 personnels de cabine.

Dans un communiqué publié la semaine dernière, le syndicat irlandais Forsa fustigeait « le fait que la compagnie ne souhaite pas ou n’est pas capable de respecter son intention de se mettre d’accord sur les conditions de travail ».

Journée d’action le 10 août

Ce jeudi, les pilotes irlandais ont annoncé qu’ils rejoindront leurs collègues suédois et belges pour une journée d’action le 10 août. Des préavis ont également été déposés aux Pays-Bas et en Allemagne pour cette journée.

Ce mouvement concernera environ 40 pilotes à l’aéroport de Skavsta, situé au sud-ouest de Stockholm, a indiqué Tommy Larsson, négociateur pour l’association des pilotes de ligne suédois. Ce syndicat a évoqué dans un communiqué le « refus constant de la part de Ryanair de rencontrer et de négocier » avec ses représentants.

Le syndicat des pilotes néerlandais a offert son « soutien » à leurs collègues irlandais dans leur grève, tout en annonçant que ses membres avaient voté en faveur d’une grève à 99,5% dans un communiqué mardi. Le syndicat indique que les discussions avec la compagnie aérienne sont toujours en cours, mais que l’organisation « perdait espoir quant à un résultat positif ».

Ultimatum en Allemagne

En Allemagne, les pilotes de la compagnie ont voté lundi à 96% pour la grève mais ont laissé à Ryanair « au maximum jusqu’au 6 août » pour négocier et « trouver tout de même » un accord. Quelque 400 pilotes sont stationnés en Allemagne, soit près de 10% du total de la compagnie.

La compagnie voit se multiplier les mouvements de grève en son sein, après avoir en particulier affronté la semaine dernière une grève sans précédent de la part de son personnel de cabine dans quatre pays européens, en Espagne, Italie, Portugal et en Belgique. Le groupe n’a cessé de dénoncer ces mouvements sociaux et a averti qu’ils pourraient l’obliger à supprimer des vols et des emplois, avant de finalement mettre sa menace à exécution en Irlande.

Le malaise au sein de la compagnie a éclaté au grand jour à la suite d’un sérieux problème de planning de pilotes en septembre 2017 qui a entraîné un grave conflit social et des annulations portant au total sur 20.000 vols dans les mois qui ont suivi. Cette crise a poussé Ryanair à négocier un virage à 180 degrés en entamant des négociations avec des syndicats dans plusieurs pays, alors que la compagnie avait toujours refusé de les reconnaître.

En raison de la crise des annulations de vols, le directeur général du groupe Michael O’Leary a renoncé à son bonus au titre de 2018, qui aurait pu atteindre un million d’euros sur fond de bons résultats de la compagnie.

Ryanair: quatrième jour de grève des pilotes irlandais

La compagnie aérienne à bas coûts Ryanair fait face vendredi à un quatrième jour de grève de ses pilotes irlandais, qui sera suivi d’un cinquième la semaine prochaine (AFP/Archives/Paul FAITH)

La compagnie aérienne à bas coûts Ryanair a demandé vendredi une médiation pour résoudre le conflit l’opposant à des pilotes irlandais, qui mènent leur quatrième jour de grève et entendent poursuivre le mouvement.

Dans un communiqué, Ryanair précise que 24 vols sont annulés vendredi au départ ou à destination de l’Irlande, sur les 300 prévus, affectant 3.500 passagers, à qui la compagnie a proposé une solution de rechange.

Ryanair dit avoir tenu déjà deux réunions avec le syndicat irlandais Forsa dont la compagnie regrette qu’elles n’ont pas été fructueuses.

Compte tenu de l’échec des négociations et des grèves à répétition, « Ryanair estime désormais que la seule manière d’introduire du bon sens passe par la médiation d’une tierce partie », comme l’a proposé Forsa, souligne Eddie Wilson, responsable du personnel de la compagnie cité dans le communiqué.

Ryanair avance le nom de Kieran Mulvey, ancien responsable d’une commission indépendante sur le travail en Irlande.

Les pilotes irlandais, qui ont déjà mené trois jours de grève en juillet, réclament de meilleures conditions de travail mais le conflit s’est envenimé depuis que Ryanair a annoncé la semaine dernière vouloir transférer des avions de Dublin vers la Pologne, ce qui pourrait coûter leurs emplois à 300 personnes, dont 100 pilotes.

Jeudi soir, les pilotes ont prévenu qu’il y aurait un cinquième jour de grève vendredi 10 août, alimentant un mouvement plus vaste en Europe. Ce jour-là, les pilotes belges et suédois de Ryanair seront en grève et ceux en Allemagne et aux Pays-Bas envisagent de rejoindre l’action.

Le malaise au sein du groupe a éclaté au grand jour à la suite d’un sérieux problème de planning de pilotes en septembre 2017, qui a entraîné un grave conflit social et des annulations portant au total sur 20.000 vols dans les mois qui ont suivi.

Cette crise a poussé Ryanair à négocier un virage à 180 degrés en entamant des négociations avec des syndicats dans plusieurs pays, alors que la compagnie avait toujours refusé de les reconnaître.

En raison de la crise et des annulations de vols, le directeur général du groupe Michael O’Leary a renoncé à son bonus au titre de 2018, qui aurait pu atteindre un million d’euros.

© 2018 AFP

============

commentaires

denis                                   Compagnie à boycotter.
Les pilotes ne devraient même pas faire mais démissionner pour aller ds les grandes compagnies.
Ils ne viennent ds ta compagnie pourrie que pour avoir une expérience pauvre con!
Turnover incroyable car sale boite.
Bientôt tu ne trouveras plus assez de personnel pour faire voler tes avions.
Juste retour des choses.
JAMAIS je ne prendrai ta compagnie.Et après avoir vue ta sale gueule de radin, encore moins
Jean-Pierre                                              Oui, c’est bien joli ces déclarations, mais il y a pénurie mondiale de pilotes. Alors il peut toujours délocaliser ses avions et les laisser à terre
Guy                                             C’est lui qu’il faut mettre chez Air France pour débarrasser la compagnie de tous ses obèses dû salaire et des paralysés du travail
miris                                             Les compagnies peuvent très bien mettre les voiles ailleurs où les coûts sont les moins chers avec du personnel compétent qui parlent plusieurs langues.
jean-jacques                                             Il a hélas raison, il peut renvoyer les grévistes chez eux…
Lucien                                             Bientôt il faudra aussi délocaliser les clients?
y                                              Quel minable
Il va aller chercher des pilotes au rabais en Ukraine ??? Des pilotes bien pochtronés ??
En plus sa compagnie n’est qu’une arnaque….Le billet est pas cher peut être, mais il faut accepter de voyager sans bagages et être considéré comme une mherde….
Lapoupou                                               Va te faire #$%$ gros con exploiteur.
Raoul Volfoni                                                Jamais je ne monte dans son truc à ce khonnard. Même pas si on me l’offre

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :