Un « canon » de moins!!

Laisser un commentaire


Ni1.gifHope Hicks, la directrice de la communication de Donald Trump, démissionne

Hope Hicks, la directrice de la communication de Donald Trump, démissionne
Donald Trump et Hope Hicks à Mobile, dans l’Alabama, le 17 décembre 2016.
Mark Wallheiser, AFP
France 24France 24

Hope Hicks, ancien mannequin de 29 ans et proche d’Ivanka Trump, est la quatrième personne à quitter le poste de directeur de la communication de Donald Trump. Elle avait été auditionnée la veille par le Congrès dans le cadre de l’affaire russe.

La cascade des départs à la Maison Blanche se poursuit : Hope Hicks, proche conseillère du président américain Donald Trump, a annoncé mercredi 28 février sa démission.

La jeune femme de 29 ans, qui avait rejoint très tôt, et sans la moindre expérience politique, la campagne du magnat de l’immobilier, occupait depuis septembre le poste de directrice de la communication.

VOIR AUSSI : Jared Kushner, le gendre et conseiller de Trump, n’a plus accès aux informations classifiées

Discrète dans les médias – elle refusait systématiquement les demandes d’interviews – mais influente en coulisses, cette ancienne mannequin, qui avait travaillé pour Ivanka Trump à New York, avait l’oreille du président qui n’a jamais émis la moindre réserve à son égard.

« Je n’ai pas de mots pour exprimer ma gratitude au président Trump », a-t-elle indiqué sans autres précisions sur les raisons de son départ soudain, un peu plus d’un an après l’arrivée au pouvoir de l’homme d’affaires septuagénaire.

Audition dans le cadre de l’affaire russe

Cette démission intervient au lendemain de l’audition de la jeune femme à huis clos au Congrès dans le cadre de l’affaire russe qui empoisonne la présidence de Donald Trump.

Selon la presse américaine, elle y aurait reconnu que son travail à la Maison Blanche l’avait parfois poussée à dire des « mensonges innocents ». Mais elle aurait affirmé n’avoir jamais menti quand elle était interrogée sur l’affaire russe.

Sarah Sanders, porte-parole de l’exécutif américain, a assuré qu’il n’y avait aucun lien entre ces deux événements.

La date exacte du départ de Hope Hicks n’a pas été fixée, mais elle devrait intervenir « dans les semaines à venir » selon l’exécutif.

Le poste de directeur de la communication est traditionnellement moins exposé que celui de porte-parole, qui est le véritable visage au quotidien de l’exécutif américain. Signe de l’importante rotation au sein de l’équipe Trump, Hope Hicks était la quatrième personne à occuper cette fonction. Le dernier en date, Anthony Scaramucci, personnage haut en couleur, avait fait un passage éclair dans ce rôle.

Hommage appuyé de l’administration

Son nom vient s’ajouter à la très longue liste de haut responsables ou de proches conseillers de Donald Trump qui ont décidé de partir ou ont été remerciés : Tom Price, ministre de la Santé, Steve Bannon (ex-conseiller stratégique), Reince Priebus (ex-secrétaire général de la Maison Blanche), Sean Spicer (ex-porte-parole) ou encore Michael Flynn (ex-conseiller à la sécurité nationale).

« Elle est intelligente, fine, vraiment quelqu’un de bien »

« Hope est exceptionnelle et a fait un excellent travail », a indiqué le président américain en commentant sa démission. « Elle est intelligente, fine, vraiment quelqu’un de bien », a-t-il ajouté, se disant convaincu qu’il travaillerait de nouveau avec elle à l’avenir.

Avec lui, c’est tout le noyau dur de l’administration Trump qui a rendu un hommage très appuyé à la jeune femme. « Hope Hicks est aimée et admirée par tous ceux qui la connaissent », a surenchéri Ivanka Trump sur Twitter. De son côté, John Kelly, secrétaire général de la Maison Blanche, a insisté sur sa maturité. « Elle a servi son pays avec beaucoup de classe », a-t-il ajouté.

Son nom était apparu dans l’un des derniers scandales en date qui a secoué la Maison Blanche : le départ de Rob Porter, autre conseiller de M. Trump, accusé par ses ex-femmes d’agressions physiques et d’abus psychologiques. Hope Hicks entretenant une relation sentimentale avec Rob Porter, nombre d’observateurs s’étaient interrogés sur son rôle dans la réaction initiale de la Maison Blanche, qui n’avait pas tari d’éloges sur ce dernier alors même qu’il était accusé de faits graves par ses anciennes épouses.

Proche conseillère de Trump, Hope Hicks démissionne soudainement

Paris Match|La Rédaction avec AFP

Hope Hicks a démissionné.
Hope Hicks a démissionné. Leah Millis

Hope Hicks, proche conseillère de Donald Trump, a annoncé sa démissionné mercredi sans donner plus de détails sur les raisons de son départ.

La cascade des départs à la Maison Blanche se poursuit: Hope Hicks, proche conseillère de Donald Trump, a annoncé mercredi sa démission. La jeune femme de 29 ans, qui avait rejoint très tôt, et sans la moindre expérience politique, la campagne du magnat de l’immobilier, occupait depuis septembre le poste de directrice de la communication. Discrète dans les médias – elle refusait systématiquement les demandes d’interviews – mais influente en coulisses, cette ancienne mannequin, qui avait travaillé pour Ivanka Trump à New York, avait l’oreille du président qui n’a – fait notable – jamais émis la moindre réserve à son égard. « Je n’ai pas de mots pour exprimer ma gratitude au président Trump », a-t-elle indiqué sans autres précisions sur les raisons de son départ soudain, un peu plus d’un an après l’arrivée au pouvoir de l’homme d’affaires septuagénaire.

A lire : Hope Hicks prend du grade à la Maison Blanche

Cette démission intervient au lendemain de l’audition de la jeune femme à huis clos au Congrès dans le cadre de l’affaire russe qui empoisonne la présidence de Donald Trump. Selon la presse américaine, elle y aurait reconnu que son travail à la Maison Blanche l’avait parfois poussée à dire des « mensonges innocents ». Mais elle aurait affirmé n’avoir jamais menti quand elle était interrogée sur l’affaire russe.

Sarah Sanders, porte-parole de l’exécutif américain, a assuré qu’il n’y avait aucun lien entre ces deux événements. La date exacte du départ de Hope Hicks n’a pas été fixée, mais elle devrait intervenir « dans les semaines à venir » selon l’exécutif. Le poste de directeur de la communication est traditionnellement moins exposé que celui de porte-parole, qui est le véritable visage au quotidien de l’exécutif américain. Sarah Huckabee Sanders, 35 ans, l’occupe depuis le départ de Sean Spicer, en juillet.

« Hope est exceptionnelle »

Signe de l’importante rotation au sein de l’équipe Trump, Hope Hicks était la quatrième personne à occuper cette fonction. Le dernier en date, Anthony Scaramucci, personnage haut en couleur, avait fait un passage éclair dans ce rôle. Son nom vient s’ajouter à la très longue liste de haut responsables ou de proches conseillers de M. Trump qui ont décidé de partir ou ont été remerciés: Tom Price, ministre de la Santé, Steve Bannon (ex-conseiller stratégique), Reince Priebus (ex-secrétaire général de la Maison Blanche), Sean Spicer (ex-porte-parole) ou encore Michael Flynn (ex-conseiller à la sécurité nationale). « Hope est exceptionnelle et a fait un excellent travail », a indiqué le président américain en commentant sa démission. « Elle est intelligente, fine, vraiment quelqu’un de bien », a-t-il ajouté, se disant convaincu qu’il travaillerait de nouveau avec elle à l’avenir.

A lire : Hope Hicks : l’atout charme de Donald Trump

Avec lui, c’est tout le noyau dur de l’administration Trump qui a rendu un hommage très appuyé à la jeune femme. « Hope Hicks est aimée et admirée par tous ceux qui la connaissent », a surenchéri Ivanka Trump sur Twitter. « Je t’aime et tu vas me manquer », a pour sa part écrit Kellyanne Conway, proche conseillère du président. Quant à Sarah Sanders, elle a tweeté dans la soirée que « personne ne pourra combler le vide que Hope Hicks laisse derrière elle ». De son côté, John Kelly, secrétaire général de la Maison Blanche, a insisté sur sa maturité. « Elle a servi son pays avec beaucoup de classe », a-t-il ajouté.

Son nom était apparu dans l’un des derniers scandales en date qui a secoué la Maison Blanche: le départ de Rob Porter, autre conseiller de M. Trump, accusé par ses ex-femmes d’agressions physiques et d’abus psychologiques. Hope Hicks entretenant une relation sentimentale avec Rob Porter, nombre d’observateurs s’étaient interrogés sur son rôle dans la réaction initiale de la Maison Blanche, qui n’avait pas tari d’éloges sur ce dernier alors même qu’il était accusé de faits graves par ses anciennes épouses.

Hope Hicks et la longue liste de collaborateurs ayant quitté la Maison Blanche sous Trump

  AFP
This February 21, 2018 photo shows White House Communications Director Hope Hicks watching US President Donald Trump take part in a “listening session” on gun violence with teachers and students in the State Dining Room of the White House.
Hicks, one of US President Donald Trump's longest-serving aides and perhaps his most trusted confidante, on February 28, 2018 announced her resignation in the latest of a string of departures from the White House. / AFP PHOTO / MANDEL NGAN / AFP PHOTO / MANDEL NGAN AFP

Hope Hicks, directrice de la communication et proche conseillère du président américain Donald Trump, a démissionné mercredi. Elle rejoint une longue liste de collaborateurs ayant quitté leurs fonctions depuis l’entrée du président américain Donald Trump à la Maison Blanche.

Hope Hicks, directrice de la communication et proche conseillère du président américain Donald Trump, a démissionné mercredi, au lendemain de son audition par une commission parlementaire sur l’affaire russe. Elle rejoint une longue liste de collaborateurs ayant quitté leurs fonctions depuis l’entrée du président américain Donald Trump à la Maison Blanche, le 20 janvier 2017.

Hope Hicks, la communicante

Cette jeune femme de 29 ans avait rejoint très tôt la campagne du magnat de l’immobilier et avait été nommée en septembre directrice de la communication, la quatrième à occuper ce poste depuis l’investiture de Trump.

La date exacte de son départ n’a pas été fixée mais elle devrait intervenir «dans les semaines à venir», selon la porte-parole de l’exécutif, qui a assuré qu’il n’y avait aucun lien avec son audition de la veille devant la Commission du renseignement de la Chambre des représentants.

Rob Porter, le secrétaire

Secrétaire du personnel de la Maison Blanche, il a démissionné début février après avoir été accusé dans la presse par deux ex-femmes de violences conjugales. Il nie ces accusations.

Ces révélations ont déclenché un tumulte à la Maison Blanche car le quadragénaire a pu travailler au plus près de Donald Trump et avoir accès à des informations hautement confidentielles sans avoir eu son accréditation sécurité validée. Hope Hicks, qui entretenait une relation sentimentale avec lui, et le secrétaire général John Kelly ont été particulièrement pris dans la tourmente.

Tom Price, le ministre

Cet orthopédiste de 62 ans a provoqué la colère de Trump en raison de ses déplacements en avions privés, pour un total dépassant les 400 000 dollars, selon le site internet Politico.

Tom Price, qui a démissionné fin septembre, a aussi payé le mécontentement du président sur l’échec de la réforme d’Obamacare, loi emblématique de son prédécesseur démocrate, qu’il a promis d’abroger, sans succès jusqu’ici.

Steve Bannon, le stratège

Le «président Bannon», comme était surnommé ce discret mais très influent conseiller de l’ombre, a joué un rôle crucial dans la dernière ligne droite de la présidentielle remportée par Donald Trump, lorsqu’il a donné un virage résolument populiste à la campagne du milliardaire.

Proche de l’extrême droite, sa cohabitation avec d’autres ténors à la Maison Blanche a tourné à la guerre interne mais, même hors de Pennsylvania Avenue, il a assuré qu’il continuerait à se battre «pour Trump». Il a démissionné le 18 août après 210 jours à la Maison Blanche.

Anthony Scaramucci, le communiquant

«The Mooch» était arrivé à la Maison Blanche le 21 juillet pour en diriger la communication et colmater les fuites vers la presse, que Donald Trump ne supportait plus. Ironie du sort, c’est sa conversation quelques jours plus tard avec un journaliste du New Yorker, lors de laquelle il a tenu des propos insultants envers ses collègues de la Maison Blanche (notamment Steve Bannon), qui a précipité sa chute. Il a effectué le plus court séjour dans la Maison Blanche version Trump: 10 jours.

Reince Priebus, le secrétaire général

Ancien président du parti républicain, le discret Reince Priebus avait hérité du rôle stratégique de «chief of staff», le secrétaire général de la Maison Blanche mais n’a jamais réussi à imposer la discipline parmi les collaborateurs du président. Traité de «schizophrène paranoïaque» par Anthony Scaramucci (au New Yorker), il a quitté le navire le 31 juillet après 189 jours, face au manque de soutien de Donald Trump.

Sean Spicer, le porte-parole

Il avait probablement le travail le plus délicat de la Maison Blanche: sous-titrer pour la presse et le monde entier les propos du président Trump, parfois brouillon, souvent provocateur, toujours imprévisible.

Dès le premier jour, la tâche est apparue complexe, lorsqu’il a dû défendre contre toute évidence l’ampleur de la foule venue assister à l’investiture du milliardaire. Il a quitté les arcanes du pouvoir après 182 jours le 21 juillet, poussé vers la sortie par l’arrivée de «The Mooch».

Michael Flynn, le conseiller

L’ex-conseiller à la sécurité nationale n’a tenu que 22 jours. Ancien chef du renseignement militaire américain très apprécié de Donald Trump, Michael Flynn a fait les frais, le 13 février, de l’affaire russe, dans laquelle son nom est cité et dont il est l’un des principaux protagonistes.

Et quelques autres

Sebastian Gorka, Conseiller controversé du président américain, il a été accusé par ses détracteurs d’avoir des liens avec des groupes d’extrême droite. D’autres ont mis en doute les compétences qu’il dit avoir dans le domaine de la lutte contre le terrorisme. Il a quitté la Maison Blanche le 25 août.

Omarosa Manigault Newman, ancienne candidate de l’émission de télé-réalité «The Apprentice», animée par Trump pendant plusieurs années, elle était l’une des personnalités noires occupant l’un des postes les plus élevés au sein de l’administration du président. Elle était chargée du «Bureau des relations publiques», un poste qui a soulevé de nombreuses interrogations. Son départ, annoncé mi-décembre, a été effectif le 20 janvier.

David Sorensen, chargé de la rédaction des discours, a démissionné début février après avoir été accusé par son ex-femme de violences conjugales. Comme Rob Porter, il nie ces accusations.

Le buzz des Etats-Unis : encore un départ à la Maison Blanche

La directrice de la communication, Hope Hicks, a annoncé sa démission. Elle était l’une des plus proches collaboratrices de Donald Trump.

Le turnover continue. Cette fois, c’est la directrice de la communication de Donald Trump, Hope Hicks, qui a annoncé qu’elle partirait dans les prochains jours. A 29 ans, elle était l’une des figures majeures de l’équipe présidentielle et surtout l’un de ses premiers soutiens.

Elle avait rejoint son équipe avant même le lancement de sa campagne présidentielle. Durant la campagne, elle était en charge des relations presse, avant d’être nommée directrice des communications stratégiques à la Maison Blanche, puis directrice de la communication en septembre dernier, en remplacement de  l’éphémère Anthony Scaramucci .

Si elle est restée discrète pendant son séjour à la Maison Blanche, Hope Hicks n’en avait pas moins un rôle stratégique. Elle faisait partie du premier cercle de Donald Trump qui, selon plusieurs témoignages, lui accordait une confiance absolue. Son rôle était toutefois délicat avec un président qui établit souvent sa propre communication, notamment sur les réseaux sociaux. Elle part ainsi pour « explorer de nouvelles opportunités. »

Proche d’Ivanka

« Je n’ai pas de mots pour exprimer ma gratitude envers le Président Trump. Je lui souhaite, ainsi qu’à son administration, le meilleur, afin qu’il continue à guider notre pays », a déclaré la jeune femme dans un communiqué. Un hommage auquel Donald Trump a aussitôt répondu. « Elle me manquera mais quand elle m’a parlé de nouvelles opportunités, j’ai tout à fait compris. Je suis sûr que nous travaillerons encore ensemble à l’avenir », a-t-il précisé.  Le chef de cabinet John Kelly lui a aussi rendu hommage, parlant de sa « sagesse » malgré sa jeunesse, et de son rôle, notamment lors du passage de la réforme fiscale.

Ancienne mannequin, Hope Hicks a commencé sa carrière dans plusieurs groupes de communication et de relations publiques. Dans l’un de ces postes, elle avait rencontré la fille de Donald Trump, Ivanka, pour qui elle avait commencé à travailler sur sa ligne de vêtements. Elle était ensuite entrée dans la  Trump Organization en 2014, avant de se voir attribuer un rôle plus politique, alors qu’elle n’avait aucune expérience dans ce domaine.

Etats-Unis : la directrice de la communication de Donald Trump claque la porte

La présidence Donald Trump

GOODBYE – Hope Hicks, directrice de la communication de Donald Trump, claque soudainement la porte de la Maison-Blanche. Elle était en poste depuis le mois d’août dernier. Sa démission a été annoncée mercredi.

Nouveau départ soudain dans le clan Trump. Après déjà plusieurs claquages de portes au cours de la première année de la présidence de Donald Trump, Hope Hicks, directrice de la communication et proche conseillère du chef de l’Etat américain, a décidé de quitter son poste à la Maison-Blanche. Sa démission a été annoncée mercredi.

Très discrète dans les médias, la jeune femme de 29 ans avait rejoint très tôt la campagne du candidat républicain et magnat de l’immobilier. Influente en coulisses, l’ancienne mannequin qui avait notamment travaillé pour Ivanka Trump, était très proche de Donald Trump. Sans donner plus de détails, elle a tenu à le remercier : « Je n’ai pas de mots pour exprimer ma gratitude au président Trump ». Si la date exacte de son départ n’a pas été communiquée, il devrait intervenir dans les prochaines semaines. Hope Hicks cherchait en effet à quitter son poste depuis quelques mois déjà. Moins exposé que le rôle de porte-parole, celui de directeur de la communication n’en est pas moins important dans l’entourage de Trump.

Camouflet pour le président ?

Un départ en tout cas qui vient s’ajouter à plusieurs autres depuis un an. Tom Price, ministre de la Santé, Steve Bannon (ex-conseiller stratégique), Reince Priebus (ex-secrétaire général de la Maison Blanche), Sean Spicer (ex-porte-parole) ou encore Michael Flynn (ex-conseiller à la sécurité nationale) ont été remerciés ou sont partis de leur propre chef. Dans un communiqué, le président américain a tenu à remercier sa collaboratrice : « Hope est exceptionnelle et a fait un excellent travail », a-t-il indiqué. « Elle est intelligente, fine, vraiment quelqu’un de bien ».

Tout comme sa fille Ivanka sur Twitter : « Hope Hicks est aimée et admirée par tous ceux qui la connaissent ».

Hasard ou non, cette démission intervient au lendemain de l’audition de la jeune femme à huis clos au Congrès dans le cadre de l’affaire russe qui empoisonne la présidence de Donald Trump. Même si l’exécutif américain, a assuré qu’il n’y avait aucun lien entre ces deux événements. Son nom était apparu dans l’un des derniers scandales en date qui a secoué la Maison Blanche : le départ de Rob Porter, autre conseiller de M. Trump, accusé par ses ex-femmes d’agressions physiques et d’abus psychologiques. Plusieurs médias ayant relevé que Hope Hicks entretenait une relation sentimentale avec Rob Porter.

Hope Hicks, proche conseillère de Donald Trump, démissionne

Hope Hicks, proche conseillère de Donald Trump, démissionne
La démission d’Hope Hicks intervient au lendemain de son audition devant la commission du Renseignement de la Chambre des représentants dans le cadre de l’enquête sur l’ingérence de la Russie dans la présidentielle de 2016. / Leah Millis/REUTERS

La jeune femme de 29 ans, qui avait rejoint très tôt, et sans la moindre expérience politique, la campagne du magnat de l’immobilier, occupait depuis septembre le poste de directrice de la communication.

Elle est la quatrième à quitter ce poste sous Donald Trump. La directrice de la communication de la Maison-Blanche, Hope Hicks, a présenté mercredi sa démission. Elle était l’une des conseillères les plus anciennes et les plus fidèles du président. «Je n’ai pas de mots pour exprimer ma gratitude au président Trump», a-t-elle indiqué sans autre précision sur les raisons de ce départ soudain. La date exacte à laquelle sa démission prendra effet n’a pas encore été arrêtée, a déclaré la porte-parole de la Maison-Blanche, Sarah Sanders. Son nom vient s’ajouter à la très longue liste de hauts responsables ou de proches conseillers de Donald Trump qui ont décidé de partir ou ont été remerciés.

» LIRE AUSSI – Un «turn-over» sans précédent au sein de l’Administration Trump

Ancien mannequin, sans la moindre expérience politique, la jeune femme de 29 ans a rejoint très tôt la campagne du magnat de l’immobilier. Elle s’occupait déjà de ses relations avec la presse. Hope Hicks avait ponctuellement travaillé pour la marque d’Ivanka Trump, attirant l’attention de cette dernière. Puis elle avait pris les fonctions de directrice de la communication en septembre après le passage éclair et tonitruant d’Anthony Scaramucci. Hope Hicks a notamment su stabiliser la communication du président. Le poste est traditionnellement moins exposé que celui de porte-parole, qui est le véritable visage au quotidien de l’exécutif américain.

Discrète dans les médias, refusant systématiquement les demandes d’interviews, elle avait l’oreille du président. Fait notable, celui-ci n’a jamais émis la moindre réserve à son égard. «Hope est remarquable et a fait un travail superbe ces trois dernières années.

Elle est intelligente et réfléchie, vraiment quelqu’un de bien», l’a d’ailleurs remercié Donald Trump dans un communiqué publié par la Maison-Blanche. «Elle manquera à mes côtés. Quand elle est venue me dire qu’elle recherchait d’autres opportunités, j’ai tout à fait compris. Je suis sûr que nous retravaillerons ensemble plus tard», ajoute le président. «Hope Hicks est aimée et admirée par tous ceux qui la connaissent», a surenchéri Ivanka Trump sur Twitter.

» LIRE AUSSI – Hope Hicks, communicante présidentielle de Donald Trump

«Mensonges innocents»

Sa proximité avec Donald Trump avait fait d’elle une figure centrale et donc exposée. La jeune femme était parvenue à rester à l’écart des intrigues de palais qui caractérisent dernièrement la Maison-Blanche. Mais son nom était apparu dans le scandale autour de Rob Porter, conseiller de Donald Trump accusé par ses ex-femmes d’agressions physiques et d’abus psychologiques. Hope Hicks entretenait une relation sentimentale avec ce dernier. Or son rôle joué dans la réaction initiale de la Maison-Blanche, qui malgré les accusations n’avait pas tari d’éloges sur lui, était depuis l’objet de spéculations. Rob Porter avait fini par être contraint à la démission.

La démission d’Hope Hicks intervient au lendemain de son audition pendant neuf heures devant la commission du Renseignement de la Chambre des représentants dans le cadre de l’enquête sur l’ingérence de la Russie dans la campagne présidentielle de 2016. Cette démission n’est pas liée à cette audition, a précisé la porte-parole de la Maison blanche, Sarah Sanders. Selon certains élus, Hope Hicks a refusé de répondre aux questions au sujet de l’Administration Trump lors de cette audition. Elle y aurait reconnu que son travail à la Maison-Blanche l’avait parfois poussée à dire des «mensonges innocents». Mais elle aurait affirmé n’avoir jamais menti quand elle était interrogée sur l’affaire russe.

Démission de la directrice de la com de Trump

Proche conseillère du président Trump dont elle était en charge de la communication, Hope Hicks a démissionné mercredi.

storybildDirectrice de la communication et proche conseillère du président américain Donald Trump, Hope Hicks a démissionné mercredi. (photo: AFP/Drew Angerer)

La cascade des départs à la Maison Blanche se poursuit: Hope Hicks, proche conseillère de Donald Trump, a annoncé mercredi sa démission. La jeune femme de 29 ans, qui avait rejoint très tôt, et sans la moindre expérience politique, la campagne du magnat de l’immobilier, occupait depuis septembre le poste de directrice de la communication.

Discrète dans les médias – elle refusait systématiquement les demandes d’interviews – mais influente en coulisses, cette ancienne mannequin, qui avait travaillé pour Ivanka Trump à New York, avait l’oreille du président qui n’a – fait notable – jamais émis la moindre réserve à son égard. «Je n’ai pas de mots pour exprimer ma gratitude au président Trump», a-t-elle indiqué sans autres précisions sur les raisons de son départ soudain, un peu plus d’un an après l’arrivée au pouvoir de l’homme d’affaires septuagénaire. Cette démission intervient au lendemain de l’audition de la jeune femme à huis clos au Congrès dans le cadre de l’affaire russe qui empoisonne la présidence de Donald Trump.

«Mensonges innocents»

Selon la presse américaine, elle y aurait reconnu que son travail à la Maison Blanche l’avait parfois poussée à dire des «mensonges innocents». Mais jamais n’a-t-elle menti quand elle était interrogée sur l’affaire russe, a-t-elle promis. Sarah Sanders, porte-parole de l’exécutif américain, a assuré qu’il n’y avait aucun lien entre ces deux événements. La date exacte du départ de Hope Hicks n’a pas été fixée, mais elle devrait intervenir «dans les semaines à venir» selon l’exécutif. Le poste de directeur de la communication est traditionnellement moins exposé que celui de porte-parole, qui est le véritable visage au quotidien de l’exécutif américain. Sarah Huckabee Sanders, 35 ans, l’occupe depuis le départ de Sean Spicer, en juillet.

Signe de l’importante rotation au sein de l’équipe Trump, Hope Hicks était la quatrième personne à occuper cette fonction. Le dernier en date, Anthony Scaramucci, personnage haut en couleur, avait fait un passage éclair dans ce rôle. Son nom vient s’ajouter à la très longue liste de haut responsables ou de proches conseillers de M. Trump qui ont décidé de partir ou ont été remerciés: Tom Price, ministre de la Santé, Steve Bannon (ex-conseiller stratégique), Reince Priebus (ex-secrétaire général de la Maison Blanche), Sean Spicer (ex-porte-parole) ou encore Michael Flynn (ex-conseiller à la sécurité nationale).

La directrice de communication de la Maison-Blanche démissionne

/ Sébastian Compagnon
La directrice de communication de la Maison-Blanche démissionne

Hope Hicks à Davos (Suisse), le 26 janvier 2018

Hope Hicks n’a pas précisé les motifs de son départ.

Hope Hicks, 29 ans, ancien mannequin devenue conseillère du candidat Donald Trump puis directrice de la communication de la Maison-Blanche, a annoncé ce mercredi qu’elle allait démissionner de ses fonctions. Elle n’a pas donné de date ni de motif précis pour son départ.

Selon le New York Times, Hope Hicks envisageait de quitter son poste depuis plusieurs mois. Elle aurait dit à ses collaborateurs qu’elle avait le sentiment du devoir accompli.

Interrogée la veille au parlement

L’annonce de sa démission intervient au lendemain de son témoignage de la commission renseignement de la Chambre des représentants, lors de laquelle elle a admis avoir parfois menti dans le cadre de ses fonctions, mais jamais au sujet des investigations sur les soupçons d’ingérence russe dans l’élection présidentielle de 2016.

« Je n’ai pas de mots pour exprimer ma gratitude au président Trump », a déclaré Hope Hicks dans un communiqué, sans autres précisions sur les raisons de ce départ soudain. «Hope est fantastique et a fait un excellent travail », a indiqué le président américain en commentant cette annonce, ajoutant que sa collaboratrice lui manquerait.

-

===========

Anonymous                             l’homme Jaune a du chercher à la choper dans un couloir vu que Mélania se refuse désormais à sa moumoute….à lui pardon !
la taupe                                    Bah dis donc, et cela n’intrigue personne? Moi même pas une seconde je bosserais pour cet homme
SimonSimon                              DONALD Trump et MIKE Pence qui aurait cru un jour que le Monde serait dirigé par Donald et Mickey !
MichelMichel                            Je pense qu’il ne l’avait pas choisie au hasard le vieux bougre.
Volga KitVolga Kit                        Ancien mannequin devenue conseillère de Trump… Pffff ! Maintenant il veut nommer son pilote personnel président de l’aviation civile US… et son chauffeur ministre des transports ? etc. etc.
bertbert                                high glandeur… il ne peut en rester qu’un
jean charlesjean charles                  le seul moment où il fait l unanimité…….
le choix des gonzesses qui l entourent….
StefStef                                   Une femme canon aux côté de Donald Trump dans son administration. Comme par hasard. lol
On devine que ce n’est pas son CV qui a intéressé le président américain.
Jean-yvesJean-yves                        Très belle femme en tout cas ! Fin
yvesyves                                   Vu le boulot qu’elle avait pour rattraper les bourdes de l’autre, je la comprends la pauvre
AnonymousAnonymous                    Bon et alors, Clinton lui c’était les stagiaires.
Klaus TROFOBKlaus TROFOB             Il a dû la prendre par la chatte entre deux toasts au saumon.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :