Minimum vieillesse!

Laisser un commentaire


ie-6Ehpad: la France aime-t-elle ses vieux ? s’interroge la presse
AFP
Les Ehpad
Quelques chiffres sur les établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes et leurs personnels d’encadrement

Paris (AFP) – La grève mardi des personnels au chevet des personnes âgées dans les Ehpad, qui se disent littéralement « à bout », amène la presse à mettre « en accusation » un système qualifié de « machine à broyer ».

Les témoignages d’aide-soignants, infirmiers, cadres de santé s’étalent, glaçants, dans les journaux pour déplorer « l’insuffisance des effectifs et des moyens » dans les établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad).

« Tout est fait pour inciter à la maltraitance », avoue dans Le Monde une aide-soignante qui affiche onze ans d’expérience dans une maison de retraite de Provence-Alpes-Côte d’Azur.

« EHPAD : le système de soins en accusation », titre le quotidien dont la reporter Charlotte Chabas dépeint le quotidien des soignants et des résidents de ces établissements comparées à des « machines à broyer ».

« Par la voix de leurs infirmières et aides-soignantes, « nos vieux », ces invisibles de la société, morts avant d?être morts, appellent à l?aide », s’alarme Jean-Francis Pécresse dans son éditorial des Echos.

« La France vieillit et elle n’aime pas ses vieux. S’il ne faut pas généraliser ces traitements déshumanisés, force est de constater qu’on a largement dépassé le stade de l’anecdote », s’insurge Florence Chédotal dans La Montagne.

« On a économisé sur le compte d?une population jugée dormante, peu mobilisable électoralement », s’indigne à son tour Didier Rose dans Les Dernières Nouvelles d’Alsace. « Bien sûr, il n?était pas prévu que les dessous de ce mode d?hébergement soient exposés ainsi par ceux qui le vivent de l?intérieur. »

– ‘Ne pas faire de la vieillesse un enfer’ –

L’Humanité fait écho au ras-le-bol des personnels en enjoignant « la solidarité nationale d?assurer à un individu la poursuite de son existence dans la dignité », écrit Maud Vergnol. Mais « face au déficit de l?action publique, nombre d?Ehpad sont désormais entre les mains de groupes lucratifs », s’inquiète l’éditorialiste.

En urgence, la ministre de la Santé Agnès Buzyn a annoncé le déblocage de 50 millions d’euros supplémentaires, fléchés par les agences régionales de santé (ARS) en direction des établissements en difficulté. Une somme jugée insuffisante par les syndicats.

Pour Dominique Garraud de La Charente libre, « les rallonges budgétaires opportunistes ne régleront pas la question de fond de l?inadéquation entre les soins requis par la grande dépendance et le nombre et la qualité des personnels concernés ».

« Pourtant le simple respect dû à nos aînés et à leur dignité mérite d?urgence des moyens, un projet global sur les décennies à venir, et surtout une prise de conscience collective », insiste Bertrand Meinnel dans Le Courrier picard.

« Il est vital de stopper la course à la compétitivité dans ces « résidences? » où l?on ne prend plus le temps de tenir la main du mourant », martèle Bernard Maillard du Républicain lorrain.

Car « s?il est aussi un devoir de la société, c?est de ne pas faire de la vieillesse un enfer », rappelle Hervé Chabaud dans L’Union.

Pourquoi les personnels des maisons de retraite font grève

Des rassemblement sont organisés ce mardi sur tout le territoire. Les personnels au chevet des personnes âgées réclament davantage de moyens pour s’occuper « dignement » des ainés.

Maison de retraite

Depuis plusieurs mois, les personnels des maisons de retraite réclament « davantage de moyens humains pour plus de dignité ».

AFP

Ils se disent « cassés », « usés », « à bout ». Des personnels au chevet des personnes âgées sont en grève mardi 30 janvier pour réclamer davantage de moyens afin de s’occuper « dignement » des aînés, une mobilisation nationale inédite dont l’ampleur est difficile à prévoir.

A l’appel d’une large intersyndicale (CGT, CFDT, FO, Unsa, CFTC, CFE-CGC et SUD), avec le soutien de l’association des directeurs au service des personnes âgées (AD-PA) et de plusieurs associations de retraités, des débrayages sont prévus dans des établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) et dans des services d’aide et de soins à domicile.

Des rassemblements sont également organisés sur tout le territoire. A Paris, il est prévu à 14H00 devant le ministère des Solidarités et de la Santé, où une délégation doit être reçue. « Il n’y aura pas un grand rassemblement unique mais une diversité de petites mobilisations », avaient annoncé jeudi à la presse des représentants de l’intersyndicale, car « il est nécessaire d’assurer la continuité des soins et de ne pas abandonner les aînés ».

Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT, a annoncé sa participation au rassemblement parisien. « Je peux vous assurer qu’il y aura du monde », a pour sa part prédit le leader de la CGT, Philippe Martinez.

« Davantage de moyens humains »

Depuis plusieurs mois, les personnels réclament « davantage de moyens humains pour plus de dignité ». En 2017, une centaine de grèves dans des Ehpad ont été recensées, dont la plus médiatique, aux Opalines à Foucherans (Jura), a duré près de trois mois.

« On a entre 12 et 15 toilettes à faire par matinée, on n’a plus de temps d’écoute, de sorties… Ceux qui peuvent encore marcher, on les met dans un fauteuil, ça va plus vite. Pour faire manger les résidents, c’est un à chaque bras », avait témoigné jeudi Sandrine Ossart (CGT), aide-soignante à Nantes depuis 26 ans, « à bout ».

Pour elle, cette journée de mobilisation « attendue depuis dix ans » sera l’occasion « de dire qu’on est cassés, usés ». Des témoignages similaires sont apparus sur twitter avec le mot-dièse #balancetonEhpad.

En octobre déjà, des représentants syndicaux avaient adressé une lettre à Emmanuel Macron pour lui signaler une « situation explosive ». A quelques jours de la grève, ils avaient obtenu un rendez-vous à l’Elysée lundi avec une conseillère du président, « mais il a été annulé vendredi », a affirmé à l’AFP Bruno Lamy (CFDT).

Revendications

Deux revendications dominent: l’application d’un ratio d’un agent par résident, contre 0,6 en moyenne actuellement, et l’abrogation d’une réforme contestée de la tarification, qui prévoit de faire converger progressivement jusqu’en 2023 les dotations aux Ehpad publics et privés. Cette dernière va « aggraver davantage la situation financière des Ehpad publics » et conduire à des « suppressions de postes », affirment les grévistes.

En urgence, la ministre de la Santé Agnès Buzyn a annoncé le déblocage de 50 millions d’euros supplémentaires, fléchés par les agences régionales de santé (ARS) en direction des établissements en difficulté. Une somme jugée insuffisante par les syndicats.

En déplacement vendredi dans un établissement de la région parisienne, elle a regretté une forme d' »Ehpad bashing », disant vouloir « rassurer les familles ». Des enquêtes de satisfaction seront menées auprès des résidents en 2019.

Près de 600.000 personnes vivent aujourd’hui dans l’un des 7.200 Ehpad, selon le ministère de la Santé, et quelque 400.000 personnes y travaillent. « Mon établissement en lui-même est bien conçu, récent. La cage est belle. Cependant les oiseaux sont-ils si heureux que cela? », témoignait récemment Paul, 90 ans, résident d’un Ehpad.

Dans un mail adressé à la Fédération nationale des associations de personnes âgées et de leurs familles (Fnapaef), ce nonagénaire dépeint « un manque de temps du personnel » qui équivaut « au quotidien à une carence de parler, de présence et de geste ». « Nous ne trouvons pas à qui parler pour demander quelque chose ou dire ce qui ne va plus », conclut-il, solidaire de la mobilisation.

« Cassés », « usés », les personnels des maisons de retraite en grève ce mardi

LEXPRESS.fr avec AFP
L'Ehpad Korian Berthelot, à Lyon, le 8 janvier 2017.

L’Ehpad Korian Berthelot, à Lyon, le 8 janvier 2017. PHOTOPQR/LE PROGRES/MAXPPP

Épuisés et inquiets, les personnels des Ehpad de France sont en grève ce mardi, avec le soutien des directeurs de maisons de retraite et d’associations de retraités.

Ils sont « à bout ». Les personnels des établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) sont en grève ce mardi. Ils réclament davantage de moyens pour pouvoir s’occuper « dignement » des aînés. Une mobilisation nationale inédite dont l’ampleur est difficile à prévoir.

A l’appel d’une large intersyndicale (CGT, CFDT, FO, Unsa, CFTC, CFE-CGC et SUD), avec le soutien de l’association des directeurs au service des personnes âgées (AD-PA) et de plusieurs associations de retraités, des débrayages sont prévus dans des Ehpad et dans des services d’aide et de soins à domicile.

Des rassemblements sont prévus sur tout le territoire, notamment à Paris. Des grévistes devraient se retrouver à 14h devant le ministère des Solidarités et de la Santé, où une délégation doit être reçue.

Une situation « explosive »

« Il n’y aura pas un grand rassemblement unique mais une diversité de petites mobilisations », avaient annoncé jeudi à la presse des représentants de l’intersyndicale, car « il est nécessaire d’assurer la continuité des soins et de ne pas abandonner les aînés ».

« Je peux vous assurer qu’il y aura du monde » au rassemblement parisien, a prédit le leader de la CGT, Philippe Martinez. Depuis plusieurs mois, les personnels réclament « davantage de moyens humains pour plus de dignité ». En 2017, une centaine de grèves dans des Ehpad ont été recensées, dont la plus médiatique, aux Opalines à Foucherans (Jura), a duré près de trois mois.

TÉMOIGNAGE >> Grève des Ehpad: le désarroi des familles face à la maltraitance de leurs aînés

En octobre déjà, des représentants syndicaux avaient adressé une lettre à Emmanuel Macron pour lui signaler une « situation explosive ». Ils sont parvenus à obtenir un rendez-vous à l’Elysée lundi avec une conseillère du président, « mais il a été annulé vendredi », selon Bruno Lamy (CFDT).

Une mobilisation « attendue depuis 10 ans »

Deux revendications dominent: l’application d’un ratio d’un agent par résident, contre 0,6 en moyenne actuellement, et l’abrogation d’une réforme contestée de la tarification, qui prévoit de faire converger progressivement jusqu’en 2023 les dotations aux Ehpad publics et privés. Cette dernière va « aggraver davantage la situation financière des Ehpad publics » et conduire à des « suppressions de postes », affirment les grévistes.

Près de 600 000 personnes vivent aujourd’hui dans les 7200 Ehpad que compte le territoire. 400 000 personnes y travaillent, selon le ministère de la Santé.

LIRE AUSSI >> « Nous sommes à bout »: la souffrance des soignants en Ehpad

« On a entre 12 et 15 toilettes à faire par matinée, on n’a plus de temps d’écoute, de sorties… Ceux qui peuvent encore marcher, on les met dans un fauteuil, ça va plus vite. Pour faire manger les résidents, c’est un à chaque bras », avait témoigné jeudi Sandrine Ossart (CGT), aide-soignante à Nantes depuis 26 ans, « à bout ». Pour elle, cette journée de mobilisation « attendue depuis dix ans » sera l’occasion « de dire qu’on est cassés, usés », comme le montre les témoignages parus sur les réseaux sociaux avec le hashtag #balancetonEhpad.

« Un décalage » entre la mise en oeuvre du budget et les besoins

Confrontée à cette situation délicate, la ministre de la Santé Agnès Buzyn a annoncé en urgence le déblocage de 50 millions d’euros supplémentaires, fléchés par les agences régionales de santé (ARS) en direction des établissements en difficulté. Une somme jugée insuffisante par les syndicats.

LIRE AUSSI >> Les personnes âgées plus nombreuses et dépendantes en établissement spécialisé

En déplacement vendredi dans un établissement de la région parisienne, elle a regretté une forme d' »Ehpad bashing », disant vouloir « rassurer les familles ». Invitée des 4 Vérités, sur France 2, ce mardi matin, la ministre a assuré que le budget alloué aux Ehpad était « celui qui a le plus augmenté en 2018 ». « On a anticipé l’augmentation des besoins », a-t-elle affirmé. « Mais entre le temps de mise en oeuvre d’un budget et les besoins, il y a un décalage. »

==========

  • DANIEL74000                          respect et responsabilté. La France a de l’argent pour payer des milliers de hauts fonctionnaires inutiles La France a de l’argent pour payer de nombreuses strates qui se font la guerre La France a de l’argent pour payer du statut public qui s’oppose à notre devise Liberté, Egalité, Fraternité La France a de l’argent pour s’offrir 1 élu pour 100 habitants et 1 statut public pour 10 habitants La France a de l’argent pour « subventionner » des associations faux nez, des syndicats pour eux mêmes ainsi que des partis politiques mais le pire c’est la gratuité des prisons pour les ennemis de la Nation alors que ceux qui ont cotisé et travaillé sont oubliés dans des mouroirs qui leur coutent fort cher à eux et à leur famille.? Que cherche nos dirigeants ?
  • assougoudrel                         Et la journée de travail non rémunéré créée par Raffarin pour aider les personnes âgées? On va nous rajouter une taxe? Il suffit de supprimer les 30% d’abattement des impôts sur le revenu des journalistes et cela ferait gagner plus de 3 milliards d’euros. Combien d’immigrés arrivés sur le territoire avec leurs vieux qui n’ont jamais cotisé? Ces derniers touchent la retraite. Macron n’aime pas les vieux, sauf sa bonne femme et on a encore la preuve avec l’augmentation de la CSG. Par contre, la France continue à payer des retraités qui sont retournés dans leur pays d’origine et qui ont 130 ans actuellement.
  • Dorine
  • @ assougrel:                                 La « maltraitance » dans les EPHAD sévissait bien avant Macron. Les vieux pèsent trop sur le système financier.
    Et bientôt, on va proposer aux vieux le suicide assisté pour peser encore moins sur les comptes de la nation.
  • vangog –                                           Il faut re-allouer les moyens de l’état! Il faut couper la pompe à fric des associations, syndicats et médias, la pompe à fric du maghreb qui fraude allègrement la SS avec ses vieux morts, et ré-allouer cet argent et ces moyens humains (détachement syndical: une vieillerie socialaud-macroniste!) vers la santé et vers nos vieux nationaux. Seul le FN aura le courage de stopper cette corruption. Il y a urgence pour la France…et pour les vieux!

paulpaul                                               où est l’argent de la journée de solidarité ???

GrattosGrattos                                           Il faudrait peut-être commencer par revaloriser les retraites en diminution constante depuis des lustres en prenant le coût de la vie réelle et non à l’insee organisme gouvernemental aux ordres des autorités???
😺 . ☮ FRITZ Le KAT ☮ . 😺😺 . ☮ FRITZ Le KAT ☮ . 😺      Les vieux français sont poussés au suicide .
Jean-Marie                                              macron n’aime pas les vieux. Il veut uniquement leur fric et les laisse mourir. c’est un salopard, une charogne, une ordure
 alour054alour054                                       Dictature des fonctionnaires ? Qui dirige le pays maintenant ?
soleil vertsoleil vert                                       et pourtant le prix d’un séjour n’est pas donné, les retraites ne sont pas à la hauteur, vaudrait mieux donner ses biens à une personne qui s’occupe de vous régulièrement que de finir dans un mouroir
opinions
  • milaur                                           encore une fois macron va taper sur les vieux et sur le petit personel pour favoriser les actionnaires des maisons de retraite privees !! 
  • Berry13                                         Les vieux fatigués qui ont une retraite modeste sont donc exclus du circuit des Ehpad, à moins d’avoir des enfants assez riches pour payer. A qui profite ce crime social ? 
  • Eno33                                             Et après ça Macron invite ses amis investisseurs à Versailles pour un coup de 600000 euros et le 1er ministre fait une virée de 350000 euros. Mr Macron rappelez à vos ministres qu’on ne financent pas leurs indemnités pour qu’ils vous brossent dans le sens du poil, mais bel et bien pour qu’ils s’emploient à soutenir TOUS LES CITOYENS, et notamment les plus fragiles 
  • facebook-4cf6883b                    Peut être faudrait-il réfléchir à la gestion de nos ‘ fin de vie’ . Comment la voulons nous ? Combien sommes nous prêts à payer ? 
  • Alexnfbq                                       Il faut mettre les retraités en prison! Il y a des tarifs préférentiels à l’épicerie. Des activités du sport, de la socio-esthétique, activités manuelles, lecture, et maintenant le téléphone sera gratuitement!
    « Manu, si tu m’écoute… » 
    • Bakounine46                     Vous avez oublié le loyer ,l’electricite, chauffage,eau gratuit
      Pendant ce temps là Edouaaaaaard prend des avions a 350 000 € sur le dos du contribuable ,ripoublique exemplaire qu’ils disent
    • grisly                                  je vous conseille le séjour que vous suggérez vous verrez la privation de liberté , c’est super, pour mémoire les prisons françaises sont jugées comme les mauvaises de lUe ( conseil de l’Europe)
  • MHOULBYTE                              Tous les systèmes médicaux dans leur ensemble sont
    déficitaires depuis une éternité. Au début, c’est l’état qui a pris de l’argent à la fameuse sécurité sociale, et ne l’a  jamais remboursé. C’est un peu une mafia dans la mafia depuis des lustres. Un point c’est tout
  • SuperPlus                                        Vu le nombre de chômeurs/chômeuses actuel, il devrait être possible de leur donner une formation et de les faire travailler, par ex. de faire le ménage dans les chambres, servir es repas, aider les personnes âgées à manger… Economie d’allocations chômage en échange d’un salaire pour un travail…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :