…Et si toi aussi…tu m’abandonnes..!

Laisser un commentaire


u-2055Mobilisation pour une indemnité de déplacement: des CRS se font porter pâle

Plus de 1.900 policiers des CRS (Compagnies républicaines de sécurité), opposés à une réforme soumettant leur indemnité de déplacement aux prélèvements sociaux, se sont faits porter pâle jeudi, selon des sources policières et syndicales.

Le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb recevra vendredi matin à 7H30 les trois secrétaires généraux d’Alliance, d’Unité-SGP et de l’Unsa-Police, réunis en intersyndicale contre cette réforme, a indiqué son entourage à l’AFP.

La mobilisation est « puissante » jeudi, a reconnu auprès de l’AFP un haut responsable policier, chiffrant en milieu d’après-midi à 1.900 le nombre de CRS se déclarant en arrêt-maladie ou en consultation médicale.

Selon le syndicat Alliance, la « mobilisation est très forte ». Vers 11H00, Alliance avait décompté environ 1.500 fonctionnaires « en maladie ».

Cette mobilisation dans les compagnies de CRS engagées sur le terrain jeudi intervient lors d’une journée marquée par un appel à manifester contre la réforme du Code du travail.

Réunis en intersyndicale mercredi, Alliance, Unité et l’Unsa-police avaient appelé les CRS à « se mobiliser fortement sans délai » et réclamé l’intervention de Gérard Collomb dans cet épineux dossier.

Les syndicats revendiquent que l’Ijat (indemnité journalière d’absence temporaire), versée lorsque les CRS sont en mission, soit exonérée des prélèvements sociaux et en particulier de la CSG (contribution sociale généralisée).

D’un montant quotidien de 39 euros, l’Ijat constitue un important complément de revenu pour les CRS, au regard du nombre de missions effectuées. Créée dans les années 1960, cette prime fait l’objet d’une défiscalisation, ce qui lui vaut régulièrement les foudres de la Cour des Comptes.

Dans une lettre adressée aux syndicats, mercredi et que l’AFP a pu consulter, le directeur général de la police nationale, Eric Morvan, a souligné que l’exonération des contributions sociales sur l’Ijat n’était pas « possible » mais a rappelé que le gouvernement s’était engagé à ce qu’elles soient « intégralement » compensées par une augmentation de cette indemnité, qui sera portée à 42,79 euros brut au 1er janvier 2018.

Le DGPN promet également le paiement de l’Ijat sur une fiche de paie spécifique et la possibilité de percevoir cette indemnité sur un compte bancaire différent de celui sur lequel est versé le salaire principal.

Pour répondre aux griefs des syndicats dénonçant l’allongement des délais de paiement de l’indemnité, le DGPN assure que ce décalage sera « très limité » dans le temps et affirme que le paiement des heures supplémentaires, aujourd’hui trimestriel, « sera définitivement mensualisé ».

Mobilisation pour une indemnité de déplacement : plus d’un millier de CRS se font porter pâle

Mobilisation pour une indemnité de déplacement : plus d'un millier de CRS se font porter pâle
« On devrait dépasser les 2.000 arrêts de travail », a pronostiqué Yves Lefebvre, secrétaire général d’Unité-SGP-FO (photo d’illustration).@ GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP

Plus d’un millier de CRS se sont déclaré en arrêt maladie ou en consultation médicale jeudi, en signe d’opposition à une réforme soumettant leur indemnité de déplacement aux prélèvements sociaux.

Plus d’un millier de CRS (Compagnies républicaines de sécurité), opposés à une réforme soumettant leur indemnité de déplacement aux prélèvements sociaux, se sont faits porter pâle jeudi, selon des sources policières et syndicales. Le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb recevra vendredi matin à 7h30 les trois secrétaires généraux d’Alliance, d’Unité-SGP et de l’Unsa-Police, réunis en intersyndicale contre cette réforme, a indiqué son entourage.

« Très forte » mobilisation. La mobilisation est « puissante » jeudi, a reconnu un haut responsable policier, estimant à plus d’un millier le nombre de CRS se déclarant en arrêt-maladie ou en consultation médicale. Selon le syndicat Alliance, la « mobilisation est très forte ». Vers 11 heures, Alliance avait décompté environ 1.500 fonctionnaires « en maladie ».

Les chiffres de cette mobilisation devraient évoluer à la hausse au fil des prises de service dans les compagnies de CRS engagées sur le terrain jeudi, une journée marquée par un appel à manifester contre la réforme du code du travail. « On devrait dépasser les 2.000 arrêts de travail », a pronostiqué Yves Lefebvre, secrétaire général d’Unité-SGP-FO.

L’Ijat au cœur des revendications. Réunis en intersyndicale mercredi, Alliance, Unité et l’Unsa-police avaient appelé les CRS à « se mobiliser fortement sans délai » et réclamé l’intervention de Gérard Collomb dans cet épineux dossier. Les syndicats revendiquent que l’Ijat (indemnité journalière d’absence temporaire), versée lorsque les CRS sont en mission, soit exonérée des prélèvements sociaux et en particulier de la CSG (contribution sociale généralisée). D’un montant quotidien de 39 euros, l’Ijat constitue un important complément de revenu pour les CRS, au regard du nombre de missions effectuées. Créée dans les années 1960, cette prime fait l’objet d’une défiscalisation, ce qui lui vaut régulièrement les foudres de la Cour des Comptes.

Dans une lettre adressée aux syndicats, mercredi, le directeur général de la police nationale, Eric Morvan, a souligné que l’exonération des contributions sociales sur l’Ijat n’était pas « possible » mais a rappelé que le gouvernement s’était engagé à ce qu’elles soient « intégralement » compensées par une augmentation de cette indemnité, qui sera portée à 42,79 euros brut au 1er janvier 2018.

Le paiement des heures supplémentaires « mensualisé ». Le DGPN promet également le paiement de l’Ijat sur une fiche de paie spécifique et la possibilité de percevoir cette indemnité sur un compte bancaire différent de celui sur lequel est versé le salaire principal. Pour répondre aux griefs des syndicats dénonçant l’allongement des délais de paiement de l’indemnité, le DGPN assure que ce décalage sera « très limité » dans le temps et affirme que le paiement des heures supplémentaires, aujourd’hui trimestriel, « sera définitivement mensualisé ».

Sur le même sujet :

Mobilisation pour une indemnité de déplacement: des CRS se font porter pâle

Plus de 1.900 policiers des CRS (Compagnies républicaines de sécurité), opposés à une réforme soumettant leur indemnité de déplacement aux prélèvements sociaux, se sont faits porter pâle jeudi, selon des sources policières et syndicales

Paris (AFP) – Plus de 1.900 policiers des CRS (Compagnies républicaines de sécurité), opposés à une réforme soumettant leur indemnité de déplacement aux prélèvements sociaux, se sont faits porter pâle jeudi, selon des sources policières et syndicales.

Le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb recevra vendredi matin à 7H30 les trois secrétaires généraux d’Alliance, d’Unité-SGP et de l’Unsa-Police, réunis en intersyndicale contre cette réforme, a indiqué son entourage à l’AFP.

La mobilisation est « puissante » jeudi, a reconnu auprès de l’AFP un haut responsable policier, chiffrant en milieu d’après-midi à 1.900 le nombre de CRS se déclarant en arrêt-maladie ou en consultation médicale.

Selon le syndicat Alliance, la « mobilisation est très forte ». Vers 11H00, Alliance avait décompté environ 1.500 fonctionnaires « en maladie ».

Cette mobilisation dans les compagnies de CRS engagées sur le terrain jeudi intervient lors d’une journée marquée par un appel à manifester contre la réforme du Code du travail.

Réunis en intersyndicale mercredi, Alliance, Unité et l’Unsa-police avaient appelé les CRS à « se mobiliser fortement sans délai » et réclamé l’intervention de Gérard Collomb dans cet épineux dossier.

Les syndicats revendiquent que l’Ijat (indemnité journalière d’absence temporaire), versée lorsque les CRS sont en mission, soit exonérée des prélèvements sociaux et en particulier de la CSG (contribution sociale généralisée).

D’un montant quotidien de 39 euros, l’Ijat constitue un important complément de revenu pour les CRS, au regard du nombre de missions effectuées. Créée dans les années 1960, cette prime fait l’objet d’une défiscalisation, ce qui lui vaut régulièrement les foudres de la Cour des Comptes.

Dans une lettre adressée aux syndicats, mercredi et que l’AFP a pu consulter, le directeur général de la police nationale, Eric Morvan, a souligné que l’exonération des contributions sociales sur l’Ijat n’était pas « possible » mais a rappelé que le gouvernement s?était engagé à ce qu’elles soient « intégralement » compensées par une augmentation de cette indemnité, qui sera portée à 42,79 euros brut au 1er janvier 2018.

Le DGPN promet également le paiement de l’Ijat sur une fiche de paie spécifique et la possibilité de percevoir cette indemnité sur un compte bancaire différent de celui sur lequel est versé le salaire principal.

Pour répondre aux griefs des syndicats dénonçant l’allongement des délais de paiement de l’indemnité, le DGPN assure que ce décalage sera « très limité » dans le temps et affirme que le paiement des heures supplémentaires, aujourd’hui trimestriel, « sera définitivement mensualisé

«Malades» de leurs conditions de travail, les CRS en grève

Liberation

Clarisse Martin

Alors que des manifestations contre les ordonnances ont lieu dans la plupart des grandes villes ce jeudi, 1 500 CRS ont prévu de consulter leur médecin pour ne pas prendre leur service ce jeudi et ainsi dénoncer leurs conditions de travail.

Bis repetita. Pour la deuxième fois en l’espace de deux semaines, les CRS manifestent leur mécontentement. Ce jeudi, ils seraient plus de 1 500 à se faire porter pâle sur l’ensemble du territoire en cette deuxième journée de mobilisation contre les ordonnances Pénicaud. Le 12 septembre, en parallèle de la première manifestation, les policiers étaient plus de 400 à «consulter», c’est-à-dire à ne pas prendre leur service malgré l’absence officielle de droit de grève.

«La dernière fois, on a tiré la sonnette d’alarme. Aujourd’hui, on a multiplié les effectifs par trois. C’est normal, le ministre de l’Intérieur ne nous a toujours pas écoutés et il n’y a pas de prise en compte du dossier», explique Johann Cavallero, CRS et délégué national du syndicat policier Alliance.

Une rencontre prévue avec l’Intérieur

Des CRS dans une voiture de police avec radar embarqué, en 2014.© MEHDI FEDOUACH Des CRS dans une voiture de police avec radar embarqué, en 2014. Mais le cortège des manifestations contre les ordonnances réformant le code du travail n’est pas le seul à être affecté. Ce jeudi, Emmanuel Macron doit se rendre à Marseille pour visiter des futurs sites olympiques. «392 collègues étaient prévus pour encadrer le déplacement. 321 sont indisponibles», détaille Johann Cavallero. Soit 80% des effectifs, dont les 16 motards qui devaient escorter le véhicule du président de la République.

Les 1 500 CRS se sont mis en «grève» à l’appel de l’Unsa-Police, Alliance et Unité SGP-Police. Contacté par Libération, le ministère de l’Intérieur ne confirme pas les chiffres donnés par les syndicats mais reconnaît la mobilisation. «Le ministre a proposé une rencontre avec les trois secrétaires généraux des syndicats», communiquent les services de Gérard Collomb. Elle devrait se tenir demain matin à 7h30, place Beauvau.

«La goutte d’eau»

A l’instar de la mobilisation du 12 septembre, les policiers protestent contre leurs conditions de travail et une récente annonce du ministère de l’Intérieur. «Depuis les attentats de 2015, il y a un suremploi. On manque de matériel, on a des véhicules en mauvais état… La goutte d’eau ça a été la réunion du 21 uillet, quand notre administration nous a annoncé que le paiement de l’Indemnité journalière d’absence temporaire (IJAT) serait désormais différé. Cette indemnité existe depuis 1961 et sera payée deux ou trois mois plus tard au lieu de deux ou trois semaines aujourd’hui», expliquait un responsable d’Alliance à Libération. Le montant de l’IJAT, actuellement de 39 euros, va également être soumis aux prélèvements sociaux à compter de janvier 2018.

Aberration : des CRS se retrouvent logés au même endroit que les migrants qu’ils ont évacués

Situation inattendue dans un hôtel du Nord. Des CRS qui avaient délogé quelques heures plus tôt des migrants de leur camp de fortune se sont retrouvés hébergés dans le même établissement.

Ils les avaient délogés le matin, les CRS se sont retrouvés le soir dans le même hôtel que les migrants, rapporte La Voix du Nord.

Une situation intenable

Mardi, une des deux compagnies de CRS qui avaient participé quelques heures plus tôt à l’évacuation du camp de migrants dans les bois de Puythouck, à Grande-Synthe, à côté de Dunkerque, dans le Nord, sont tombés nez-à-nez sur ceux qu’ils avaient délogés dans l’hôtel Première Classe de Rouvignies, au sud-ouest de Valenciennes.

Lire la suite de l’article sur bfmtv.com


Le témoignage direct d’un CRS :

Chers collègues,

Voici ma journée d aujourd’hui…

HONTEUX !

En déplacement à Valenciennes ce jour : rassemblement 4h30 pour une évacuation du camp de migrants de Grande-Synthe… Plusieurs migrants interpellés et mis dans des bus pour les acheminer sur des hôtels…

Fin de service et retour hôtel de valenciennes : 18h30 soit 14h de service… Mais là stupeur, on apprend qu’un bus de migrants interpellés par nos soins arrive dans notre hôtel, dans nos chambres…

Il nous est demandé de quitter nos chambres… Oui oui les amis… On se fait virer par les migrants…

Nous sommes dans l’attente d’un hôtel…

(Source : https://www.facebook.com/mpc.asso/)

(Photo d'illustration Claude Prigent)
(Photo d’illustration Claude Prigent)

2.100 CRS ont consulté leur médecin pour obtenir un arrêt maladie, ce jeudi, afin de se rendre indisponibles pour leur vacation (ils n’ont pas le droit de grève), rapporte franceinfo. Ils entendent protester contre la fiscalisation de leur indemnité d’éloignement. Alors que ce jeudi est un jour de mobilisation contre la réforme du Code du travail, 50 compagnies de maintien de l’ordre (sur 60) devaient être mobilisées, selon le syndicat Unité SGP Police FO. Il estime qu’entre 35 et 40 compagnies sont impactées par ce mouvement de protestation.

39 € par jour en cas d’éloignement de son domicile

Qu’est ce que l’indemnité d’éloignement ? « En moyenne, les CRS sont 180 jours en déplacement. Pour compenser l’absence temporaire du domicile, une somme de 39 euros par jour est versée », explique à franceinfo Didier Mangione, secrétaire régional de l’Unité SGP Police FO à Lyon. Selon lui, le gouvernement n’a pas prévu de revalorisation cette année et « a souhaité fiscaliser cette indemnité ». Une réunion est prévue ce vendredi, à 7h30, au ministère de l’Intérieur.

2.199 CRS se mettent simultanément en arrêt maladie pour protester

INFO RTL – Un mouvement de grogne sans précédent chez les CRS qui devient un véritable casse-tête pour gérer les manifestations contre la réforme du Code du travail, organisées jeudi 21 septembre.

Compagnie de CRS. (illustration)
Compagnie de CRS. (illustration) Crédit : PIERRE-FRANCK COLOMBIER / AFP
Olivier Boy et Cécile De Sèze

Le moment tombe mal. 2.199 CRS ont posé ce jeudi matin un arrêt maladie. Un chiffre qui équivaut à 50% des effectifs censés travailler aujourd’hui. Une manière pour eux, qui n’ont pas le droit de grève, de protester contre la volonté du gouvernement de fiscaliser leur prime d’éloignement. Le jour n’est pas choisi par hasard alors que des manifestations sont organisées en France contre la réforme du Code du travail engagée par le gouvernement. Ce jeudi, la CGT défile d’ailleurs en France. Dimanche se sera le tour de La France insoumise de Mélenchon.

Des gendarmes ont donc dû être appelés en urgence pour remplacer les CRS « malades ». Le déplacement d’Emmanuel Macron à Marseille a également été un casse-tête. Exemple avec les 16 motards prévus pour encadrer le président de la République étaient tous en arrêt. Là encore, il a fallu appeler les gendarmes à la rescousse.

2 000 CRS en arrêt maladie pour protester contre leurs conditions de travail

Image d’illustration. Photo © NICOLAS MESSYASZ/SIPA

Mobilisation. Interdits de grève, des milliers de CRS ont déposé un arrêt maladie pour protester contre la volonté du gouvernement de fiscaliser leurs frais de déplacement.

Alors de que nombreux défilés contre la réforme du Code du travail proposée par Emmanuel Macron et Edouard Philippe sont organisés partout en France ce jeudi, entre 2500 et 3000 CRS ont déposé un arrêt maladie, rapporte RTL. Ils protestent contre leurs conditions de travail et notamment la volonté du gouvernement de fiscaliser leurs frais de déplacement. Les CRS n’ayant pas le droit de faire grève, cette solution est leur seul moyen de se mettre en retrait.

“Manque de reconnaissance”

Il y a un ras le bol général du manque de reconnaissance. En moyenne, les CRS sont 180 jours en déplacement. Pour compenser l’absence temporaire du domicile, une somme de 39 euros par jour est versée. En 2016, il y a eu une revalorisation de 30 euros auparavant. Cette année ce n’est pas le cas. Au contraire, le gouvernement a souhaité fiscaliser cette indemnité”, explique à franceinfo Didier Mangione, secrétaire régional de l’Unité SGP Police FO à Lyon. Les secrétaires généraux des syndicats sont reçus, en ce moment, au ministère de l’Intérieur.

=================

Commentaires

ilnexisterien                                            Diligenter une enquête de l’ IGPN et licencier pour faute grave tous les simulateurs pour atteinte à la sureté de l’état. (la continuité du service d’ordre public est une fonction non-négociable du métier auquel ils ont souscrit sans qu’on les en force)

Mistigris92                                              ils se sont « mis  » en arrêt maladie !
combien de médecins ont fait des arrêts maladie bidon ?
pas grave, c’est la sécu qui paie …
c’est la mode, ce n’est plus le docteur qui décide …

jiji3000

@ramoluce bj                                            il faut passer une visite médicale pour être crs

cuistre17                                                   bravo et ce n est pas fini; que nos politiciens prompts à nous faire la morale donnent l’exemple: ils en sont bien incapables tout justes bons à dépenser il faudrait qu’ils changent de mentalité et fassent des économies ?

ENJY14                                                      Ils devraient faire çà plus souvent… Bravo Messieurs !!!

linateo                                                      Bien sur qu’il faut être malade pour obtenir un arrêt maladie…… Je leur conseillerais que pour être classé dépressif, il ne leur suffit que de pointer une arme vers un de leur chef…..

hortence62                                              on nous demande de faire des efforts..je serais curieuse de savoir combien nous coûtent les déplacements du couple Macron

ramoluce                                                 je soutien les c r s qui ont un métier difficile ma macron n’ a qu’à prendre l’uniforme des C R S il aime bien les uniformes mais pas le courage de ces hommes là

tourquegnotte                                      Après on s’étonne du coût du travail en France 🇫🇷
Incroyable tout de même ce système
Quand même parce que ce sont des arrêts de travail fictifs
Malgré leur travail difficile certes
Mais c’est leur choix on ne les a pas forcés ( sauf erreur de ma part )

Cbarbefj                                                    Mais ne faut il pas être malade pour avoir un arrêt maladie?!
MICHEL CHARPENTIER                    Qui y a t-il de si incongru que de fiscaliser une prime ? Rien. Bon nombre de fonctionnaires ont des primes sur lesquelles la fiscalité s’exerce au même titre que les autres revenus.

Par contre il serait de bon aloi que de fiscaliser TOUS les avantages (y compris en nature et à hauteur de ce qu’ils sont réellement !) des fonctionnaires comme des non-fonctionnaires ! Je ne cite pas de nom. Ils se reconnaîtront.

PERSONNEPERSONNE                                   Dans le même temps la cour des comptes a relevé que des retraites étaient versées à des personnes sans preuve qu’elles étaient en vie et bien sûr résidant à l’étranger et sans vérifications fiables possibles. La plus âgée aurait 115 ans. Coût de cette dépense; 200 millions d’Euros.
 monicamonica                                         courage à eux, bizarre où sont MELENCHON et MARTINEZ
 pat bpat b                                             Seuls les politiciens ont le droit (qu’ils votent) de ne pas soumettre leurs indemnités aux taxes, c’est le monde juste de Macron !!
Hookinou –                                              Bravo les gars, un beau bras d’honneur à Macron le petit arrogant et son chien de garde Collomb !!!
Le gouvernement ne tient plus ses troupes !!!

horizon2@orange.fr –                          les crs sont des putes du pouvoir depuis de gaulle normal qu’ils s’enculent les pro-mariage gay flics socialopes

FRANCE –                                                Ils ont absolument raison et l’ensemble de la police et de la gendarmerie devrait les suivre. Le comble de l’indifférence et du mépris politicomacroniste est de donner leurs chambres à des clandestins qui devraient être expulsés manu militari de Notre Pays. La préférence à l’envahisseur a assez durée. Nous devons faire le ménage nous mêmes. Nous allonsle faire.

  •   Bernard                                                On héberge bien des cafards à l’élysée depuis 1958.
  •  Lancien                                                  Mais c’est l’application du crédo mondialiste : les autochtones au remblais, et place à l’étranger qui est roi !
     réGénération                                      Çà me rappelle ce grand succès du cinéma « français », le film « Intouchables » avec le blanc en fauteuil roulant (Cluzet) et le noir dansant (Omar Sy) qui lui, a toutes ses pattes… tous deux au service des intouchables !
  • GERARD R.                                            L’initiative vise sans doute à créer des liens L’initiative vise sans doute à créer des liens entre ceux qui devraient rester des chasseurs et ceux que l’on devrait considérer comme indésirables.

    Une autre explication consisterait en une simple gaffe ; une de plus, et qui semble devenir LA NORME, sous ce gouvernement…

  • mondialisto-sceptique                         Au delà du côté ubuesque de la chose, je me demande quel est l’intérêt de BFM de relayer une pareille info.
     réGénération                                       La satisfaction d’humilier des français, çà me paraît évident !
  • dixi                                                         Vu la lecture de la lettre de ce CRS ,il n’y a aucun parti politique qui réagit, s’opposant à ce gouvernement .Je ne comprends pas .Si les forces de l’ordre Françaises se font virer par des migrants ,les Français ,c’est pour quand ?
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :