Les carences de monsieur Hulot

Laisser un commentaire


ie-9893Les rémunérations très embarrassantes de Nicolas Hulot

« Le Canard enchaîné » s’est penché dans son édition de ce mercredi sur les différentes sociétés du nouveau ministre de la Transition écologique.

Par 6Medias| Le Point.fr

Le journal "Le Canard enchaîné" s'est penché sur les rémunérations de Nicolas Hulot lorsqu'il était à la tête de sa fondation.
Le journal « Le Canard enchaîné » s’est penché sur les rémunérations de Nicolas Hulot lorsqu’il était à la tête de sa fondation. © AFP/ STEPHANE DE SAKUTIN

Nicolas Hulot aurait touché des salaires plus que juteux grâce à sa société Eole

Nicolas Hulot aurait touché des salaires plus que juteux grâce à sa société Eole© Charles Platiau
Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique

Selon Le Canard enchaîné, le ministre de la Transition écologique aurait bénéficié de très larges rémunérations au sein de sa société Eole Conseil. Quant à sa fondation, elle a pour mécènes EDF, Veolia et Vinci, liés au secteur nucléaire. Embarras ?

L’édition du 5 juillet du Canard enchaîné met en lumière la situation financière du ministre de la Transition écologique Nicolas Hulot, qui serait visiblement plus que confortable.

En effet, le ministre a perçu, selon Le Canard, d’importantes sommes d’argent grâce aux royalties des ventes de shampoings et gels douches de la marque Ushuaïa, qui appartient à la chaîne TF1 et est dérivée de l’émission du même nom que Nicolas Hulot a créé en 1990. Ce sont ces royalties qui alimenteraient les comptes de sa société Eole Conseil.

L’hebdomadaire satirique, qui a épluché les comptes de cette société, affirme qu’en 1992, ce projet rapportait déjà 113 000 euros à l’écologiste. Mais à partir des années 2000, les bénéfices explosent et Eole Conseil dégage entre 480 000 et 715 000 euros de chiffre d’affaires par an, tandis que Nicolas Hulot, seul salarié de sa société, en possède 99,9% des parts.

Aussi, en 2013, l’ancien présentateur d’Ushuaïa aurait bénéficié d’un salaire de 290 000 euros. Selon Le canard, ce dernier aurait été complété par 66 000 euros de dividendes. A partir de cette année-là, les montants sont confidentiels.

Interrogé par le Canard, le ministre a affirmé que toutes les recettes d’Eole Conseil provenaient des produits dérivés d’Ushuaïa (shampoings et gels douches) et de droits d’auteurs sur des livres que Nicolas Hulot a écrits et publiés.

Les gels douches Ushuaïa, pas vraiment écolos ?

Autre révélation embarrassante, la présence dans trois produits de la marque Ushuaïa de colorants allergènes et d’une substance qui pourrait être un perturbateur endocrinien. Pas très écologique autrement dit. D’autant plus que Nicolas Hulot a publié récemment un message vidéo via le compte Twitter du ministère de la Transition écologique pour mettre en garde justement contre  les problèmes sanitaires soulevés par les perturbateurs endocriniens…

Par ailleurs, comme le rappelle le Canard, la Fondation Nicolas Hulot (désormais rebaptisée Fondation pour la nature et l’homme), dont ce dernier était le président jusqu’à sa nomination au gouvernement, a pour mécènes EDF, Veolia et Vinci… malgré, donc, les prises de position anti-nucléaire du désormais ministre.

Le premier a versé jusqu’en 2012 entre 100 000 et 460 000 euros par an à sa fondation. Le second a versé 200 000 euros par an entre 2012 et 2017 et le dernier, désigné pour construire l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, a financé la société à hauteur de 30 000 euros entre 2014 et 2015.

La Haute Autorité pour la transparence de la vie publique devrait recevoir la déclaration de patrimoine du ministre d’ici une quinzaine de jours. «C’est elle qui appréciera s’il y a conflit d’intérêts», a déclaré Nicolas Hulot au Canard.

Lire aussi : La Fondation Hulot appelle Macron à exiger de l’UE la suspension de l’application provisoire du CETA

Les produits Ushuaïa qui embarrassent Nicolas Hulot

POLITIQUE En 2013, l’actuel ministre se serait ainsi versé 290.000 euros de salaires, révèle le Canard enchaîné…

Clémence Apetogbl

Nicolas Hulot le 5 juillet 2017. AFP PHOTO/Eric FEFERBERG.

Nicolas Hulot le 5 juillet 2017. AFP PHOTO/Eric FEFERBERG. — AFP

Nouvelles révélations du Canard enchaîné. Dans son édition de ce mercredi, le palmipède s’est concentré sur les différentes sociétés de l’actuel ministre de la Transition écologique, Nicolas Hulot.

Le ministre, ancien présentateur de l’émission Ushuaïa, n’est pas seulement à l’origine de la fondation qui porte son nom. En 1990, il crée la société Eole Conseil, alimentée en majeure partie par les royalties touchées sur les ventes de shampoings et gels douches de la marque Ushuaïa, détenue par la chaîne TF1.

Des revenus confidentiels après 2013

D’après le Canard, qui a consulté les comptes annuels de la société, « ce deal juteux lui rapportait déjà 113.000 euros en 1992. A partir des années 2000, Eole Conseil a dégagé entre 480.000 et 715.000 euros de chiffre d’affaires par an. Une machine à cash pour l’écolo. Seul salarié, Hulot en possède 99,9 % des parts ».

Résultat des courses, l’actuel ministre se serait ainsi versé 290.000 euros de salaires en 2013. Sans compter les 66.000 euros de dividendes.

Quid de ses revenus depuis 2013 ? Ils restent confidentiels. Le ministre a, par ailleurs, déclaré au palmipède que « toutes les recettes d’Eole proviennent des produits d’Ushuaïa et de droits d’auteur sur des livres ».

De potentiels conflits d’intérêts ?

Le détail de ses revenus, via sa déclaration de patrimoine, sera transmis d’ici quinze jours à la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique.

>> A lire aussi : Jean-Luc Mélenchon veut occuper la place de Jaurès à l’Assemblée

Mais le Canard révèle aussi que jusqu’en 2012, EDF a versé 460.000 euros par an, puis 100.000 euros par an à la Fondation Nicolas Hulot. Un mécène important donc, alors que le ministre devra trancher sur l’avenir des centrales nucléaires. De son côté, Veolia a versé 200.000 euros par an entre 2012 et 2017. Vinci, qui sera en charge de la construction de  l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, a financé la fondation à hauteur de 30.000 euros en 2014 et 2015. « Tout sera déclaré à la Haute Autorité, c’est elle qui appréciera s’il y a conflit d’intérêts », a répondu au Canard Nicolas Hulot.

Révélations sur des profits embarrassants pour le ministre Nicolas Hulot

Révélations sur des profits embarrassants pour le ministre Nicolas Hulot
Nicolas Hulot est entré au gouvernement d’Edouard Philippe, le 18 mai dernier. @ AFP

Le Canard Enchaîné révèle ce mercredi que Nicolas Hulot a profité de larges rémunérations au sein de sa fondation et d’une entreprise.

Les révélations se multiplient sur les ministres du gouvernement Édouard Philippe. Ainsi, quatre d’entre eux – Richard Ferrand, Sylvie Goulard, François Bayrou et Marielle de Sarnez – ont déjà démissionné après des soupçons dans l’affaire des assistants parlementaires du MoDem et dans l’affaire des Mutuelles de Bretagne (pour Ferrand). Muriel Pénicaud est également accusée de ne pas avoir respecté des règles de mise en concurrence quand elle était en charge de l’organisme public Business France. C’est désormais au tour de Nicolas Hulot, le ministre de la Transition écologique, de faire l’objet de révélations.

Une Fondation qui tourne à plein régime. Selon les informations du Canard Enchaîné, la Fondation Nicolas Hulot (rebaptisée « Fondation pour la nature et l’homme » depuis qu’il a passé la main à Audrey Pulvar) a reçu des gros chèques depuis plusieurs années. Ainsi, EDF a versé 460.000 euros à la fondation jusqu’en 2012 – et 100.000 depuis. Un possible conflit d’intérêts pour celui qui va devoir bientôt prendre position sur l’EPR de Flamanville, détenu par EDF…

« C’est la Haute Autorité qui appréciera ». Et ce n’est pas fini. « De 2012 à 2017, Veolia a casqué 200.000 euros par an à la Fondation, et ce généreux mécène siège même à son conseil d’administration », écrit le Canard Enchaîné. Sauf que dans le champ de compétences du ministre de la Transition écologique, apparaît « l’écologie circulaire » (le recyclage des déchets), un marché brigué par… Veolia. « Tout sera déclaré à la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique, c’est elle qui appréciera s’il y a conflit d’intérêts », répond Nicolas Hulot au journal satirique.

Les jolis bénéfices des produits Ushuaïa. Le CV de l’ancien animateur télé a donné quelques suées à l’Elysée avant son entrée au gouvernement. Et pour cause, à côté de sa Fondation, l’actuel ministre de la Transition écologique détient la société Éole Conseil, essentiellement alimentée par des royalties touchées sur les ventes des shampoings, gels douche et autres lunettes estampillés « Ushuaïa ». Et le Canard Enchaîné de préciser : « la marque appartient à TF1, mais la chaîne a cédé la licence à une dizaine de grands défenseurs de la nature, tels L’Oréal ou l’opticien Atoll. Hulot, qui a signé un contrat avec TF1, touche une partie des royalties. En 1992, ce deal juteux lui rapportait déjà 113.000 euros ».

Je n’ai jamais donné de conférences rémunérées ni joué les consultants

Des comptes moins transparents depuis 3 ans… « A partir des années 2000, Éole Conseil a dégagé entre 480.000 et 715.000 de chiffre d’affaire par an », révèle encore le Canard Enchaîné. Une véritable machine à cash pour l’écolo qui engloutit le gâteau à lui tout seul. Et pour cause, il est le seul salarié de sa société et possède 99,9% des parts. Des bénéfices auxquels il faut ajouter son salaire annuel, 290.000 euros en 2013. Mais depuis, les chiffres sont beaucoup moins transparents. Les comptes de la société des années 2014 et 2015 ont été déposés sous le régime de la confidentialité.

… et des statuts de la société plutôt gênants. Enfin, dernier point embarrassant : les statuts de Éole Conseil qui a pour objet la « création » de livres ou de films, « la promotion de l’image et de la personne de Nicolas Hulot », mais aussi le « conseil en relations publiques et en communication sous toutes ses formes » ou encore « l’organisation et l’animation de conférences ». Conseil et conférences qui pourraient alimenter d’éventuels soupçons de conflit d’intérêts, le tout à quelques semaines de la loi sur la moralisation de la vie publique. « Je n’ai jamais donné de conférences rémunérées ni joué les consultants », assure Nicolas Hulot au Canard. « Toutes les recettes d’Éole proviennent des produits Ushuaïa et de droits d’auteur sur les livres ».

Nicolas Hulot : ces généreux mécènes qui pourraient mettre le ministre en difficulté

Sebastien Ortola/REA

Le Canard Enchaîné pointe les gros chèques signés par des entreprises qui pourraient mettre Nicolas Hulot en situation de conflits d’intérêts.

Nicolas Hulot pourrait être le prochain ministre à être déstabilisé par des révélations sur son passé parues dans la presse. D’après Le Canard Enchaîné de ce mercredi, le ministre de la Transition écologique, au parcours bien rempli, pourrait en effet se retrouver en situation de conflits d’intérêt à de multiples reprises. L’hebdomadaire pointe du doigt les mécènes de la Fondation Nicolas Hulot, rebaptisée Fondation pour la nature et l’homme depuis qu’Audrey Pulvar en a pris la tête suite à l’entrée de l’écolo au gouvernement.

Ainsi, EDF aurait versé 460.000 euros par an à la Fondation jusqu’en 2012, puis 100.000 euros par an, d’après le Canard Enchaîné. Problème, Nicolas Hulot devra entres autres gérer le dossier de l’EPR de Flamanville et plus largement celui de la réduction de la part du nucléaire. Veolia serait un autre généreux mécène de la Fondation, qui siègerait d’ailleurs au conseil d’administration. La société aurait versé 200.000 euros par an. Encore un problème si Nicolas Hulot était amené à se pencher sur le sujet du recyclage des déchets. Enfin, Vinci, désigné pour la construction de l’aéroport Notre-Dame-des-Landes, aurait apporté 30.000 euros à la Fondation en 2014 et 2015.

>> Lire aussi – Sur le nucléaire, Nicolas Hulot a souvent changé d’avis

“Tout sera déclaré à la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique, c’est elle qui appréciera s’il y a conflit d’intérêts”, a affirmé Nicolas Hulot. Ce n’est pas la première fois que l’ancien présentateur est attaqué à ce sujet. En 2011, un rapport de la commission du développement durable de l’Assemblée nationale se questionnait sur la présence de TF1, EDF et L’Oréal au conseil d’administration de la Fondation. “Peut-on, dans ces conditions, tenir un discours neutre sur les choix énergétiques et sur les pratiques de vivisection dans l’industrie des cosmétiques ?”, se demandait à l’époque le député LR Jean-Marie Sermier.

Dans un communiqué cité par Libération, la Fondation Nicolas Hulot dénonçait alors une “suspicion totalement illégitime”. « La loi oblige que les mécènes siègent au conseil d’administration et ils n’y ont pas le droit de vote », affirmait la directrice générale, Cécile Ostria, au quotidien. A propos de L’Oréal, elle précisait qu’avait été posé comme condition l’abandon de la vivisection.

Les gels douches Ushuaïa rapportent gros

Le Canard Enchaîné pointe par ailleurs les confortables revenus que Nicolas Hulot a touché ces dernières années. Il détiendrait en effet 99,9% des parts de la société Eole Conseil – dont il est le seul salarié – qui récolte les royalties rapportées par les ventes de produits Ushuaïa, gels douches et autres. Là encore, l’hebdomadaire souligne que TF1, à qui appartient la marque, a cédé la licence à “une dizaine de grands défenseurs de la nature”, dont L’Oréal ou Atoll. Grâce à un contrat avec la chaîne, l’ancien présentateur récupère une partie des royalties.

En 1992, deux ans après la création de Eole Conseil, Nicolas Hulot aurait ainsi pu toucher 113.000 euros. A partir des années 2000, la société aurait réalisé entre 480.000 euros et 715.000 euros de chiffres d’affaires par an, selon le Canard Enchaîné. En 2013, Nicolas Hulot aurait pu se verser 290.000 euros de salaires et 66.000 euros de dividendes. Depuis, les comptes de l’entreprise sont confidentiels…

=================
Commentaires
lynn                                                                Et çà commence à faire beaucoup pour ce gouvernement à peine nommé… Et dire qu’ils nous ont saoulé avec leur soi disant transparence… Rien ne change… Les apparences sont illusions…
Moderator                                                    Ushuaïa   Souvenons-nous, en son temps, Peugeot avait baptisé un de ses modèles emblématique : Ushuaïa ». Quelques années plus tard, la même voiture s’est appelée « Grand raid ». Pourquoi ? Parce que Nicolas Hulot étant devenu trop gourmand, Peugeot préféra briser là leur coopération. Economies substantielles qui n’ont pas porté ombrage au modèle en question.
julienas

@nikolus                                                        totalement d accord le coup du réchauffement climatique vaste fumisterie… Il y en a un qui l’a compris et s’est retiré de « trucs » insondables »aux ramifications étendues un peu comme l’ambassadrice aux pingouins… Il n’est hélas pas de bon ton de le dire… Hulot s’il a un peu de bon sens ne restera pas 5 ans au gouvernement. …                                                                                                                   ivo                                                                   TOUT LE MONDE SAIT CELA

Il ne s’appelle pas Fillon, alors c’est pas grave. La haute autorité…                     ANTARES_BETA_SCORPII                         Embarrassé ?

Que nenni le cynisme du sieur Hulot ne lui permet pas de considérer que des conflits d’intérêt aussi flagrant puissent être gênant pour la bonne conduite de sa « mission ». N’est embarrassé que quiconque est choqué par ce cynisme (ou le machiavélisme de Macron qui l’a « appelé » au gouvernement – là on pourrait rire)                                                             Nonohappy 

@Malajaures                                                Et croyez moi vous ne serez pas tout seul.       scoopin                                                          L’endormi !

Il est écrit sur le site de son ministère que réponse sera donnée sous 8 jours, à une question concernant les voitures électriques posées le 20 mai, j’attends encore sa réponse ! À le voir à Versailles je comprends que sa grande fatigue ne lui permets pas de respecter ses engagements.                                                                                                          allez !                                                           Le retour de bâton

A force de vouloir vivre dans un monde utopique de purs esprits désintéressés, on en perd le sens commun.
Nicolas Hulot n’a sans doute pas plus mais pas moins de conflit d’intérêt que de nombreux ministres qui l’ont précédé.
Il n’y a rien de choquant à ce que EDF ait contribué à sa fondation -ce qui est courant- ni à ce qu’il ait correctement gagné sa vie.
En revanche, qu’il soit ministre d’état me paraît exclusivement de la com et totalement déplacé.
Quand on songe que Simone Veil l’était, on perçoit tout de même la différence de densité entre les deux personnages.                                                                                                     Michel 45                                                    Encore un !

Encore un qui en croque. Chacun appréciera l’éthique de N. Hulot.                                     pioute                                                            Secret de polichinelle…

Monsieur Hulot utilise l’écologie pour faire rentrer des sous dans le tiroir caisse, personne n’est dupe. J’espère que les médias vont relayer l’info mais çà! Pauvre France tous des voyous. Merci (le Point)

 

Avatarbon sens                                           un ministre multimillionnaire corrompu par les tenant du nucléaire, mais pas que puisque des multinationales détruisant la faune et la flore ont craché au bassinet de la fondation pour avoir des oublies . La fondation Brigitte Bardot au moins n’a jamais trahi ses donateurs , ni s’est compromis avec les laboratoires tueurs. évidemment Bardot vote le Pen, donc Hulot le criminel d’en marche est préférable à la femme honnête pour les internautes

    • Avatarsfdsdf                         allez à Castorama, vous y trouverez de la mauvaise peinture vendue TRÈS cher, sans white spirit certes, mais très mauvaise et vendue comme peinture « écologique » sous la marque Ushuaïa et avec la signature de Nicolas Hulot….ça lui rapporte gros, la bêtise humaine
    • Avatarfrank                         Nicolas Mulot n’est pas très crédible
    • Avatarfaut faire avec         je me souviens des émissions dans lesquelles on pouvait voir Monsieur Trou d’balle dans un hélico, dans un avion de chasse… un bon pollueur qui voudrait se faire passer pour un écolo, tu parles!
    • Bernard                                Un vrai pollueur avec ces reportages sur Ushuaïa des tonnes de co2 de pétrole en encore quel donneur de leçons…..
    • AvatarNinou Ninou                quelle déception nicolas hulot finalement il va bien avec macron bonnet blanc et blanc bonnet !
    • Avatarpôle émique victor      Le mulot est payé en billets verts…….. c’est plus écolo…..
    • Avatarjean francois                 il se trouve qu’il est riche comme tous ceux qui montrent leurs têtes à la télé, pour eux l’argent ne manque jamais
    • AvatarNath                                Lol Et il y a quoi comme composants dans les produits de la marque Ushuaia !!??
    • AvatarMarin22                           C’est vrai qu’il ne vit pas que d’amour et d’eau fraîche. Une présentation de façade !!!!!

  • Dode                                                    Et Audrey Pulvar qui le remplace provisoirement à la tête de sa fondation qui s’était fait remarquer avec ses lunettes à monture en écailles de tortue à12 000 euros…
    Pas très écologique non plus pour l’image ….
    • willtrankil                                 en fait les lunettes d’audrey pulvar ont couté 3300 euros (dont 500 de verres)
      en ce qui concerne l »écaille de tortue , il s agit de stock que détenait l (opticien avant l’interdiction !
      jogustin– le 05/07/2017 à 17h16

      L’abnégation ne fait pas partie des principes des politiques autant profiter un max c’est leur devise!

    • 3bul3–                                        et de 6… pour l’instant mais on va nous dire : rien d’illégal !                                                                                                                  Moimeme98                             C’est exactement ça! S’enrichir n’est pas immoral.
    • Jérome Brousse                       Que je sache, les bénéfices potentiellement distribuables se calculent après déduction des salaires. Il est donc factuellement faux de dire qu’il faut ajouter le salaire de N. Hulot au chiffre d’affaires de la société. Un peu plus de rigueur serait bienvenue quand vous présentez des chiffres, ça donnerais un peu plus de crédibilité à votre article. Sur le fond, je ne vois vraiment pas ce qui est « embarrassant » dans le fait d’avoir créé une marque lucrative… Il est tout de même étonnant de voir que le simple fait de gagner beaucoup d’argent est considéré comme une faute, quand bien même notre système social est construit grâce aux prélèvements élevés sur les hauts revenus…
      • 3bul3–                                 aucun doute sur les possibles conflits d’intérêts ?
      • Moimeme98–                     Veolia, EDF,…, sont des entreprises contrôlées par l’Etat. C’est bien l’Etat qui a asauvé Areva et qui achete des centrales nucléaires pour préserver ces entreprises. À méditer.
    • Serge Medion–                             Ça suffit ! Il n’a encore rien fait, il ne s’en est pas mis plein les poches, il a été un militant associatif convaincu et honnête. Mais tout cela gêne ! Alors on le casse avec des propos fallacieux. Ça suffit !
      • J.Wisdom–                        C’est une opinion et non un élément factuel.
    • pasc58                                        Il va falloir désormais recruter des ministres qui n’ont jamais fait quoi que ce soit, ou des personnes titulaires de minimum sociaux, et là, on peut espérer qu’ils soient irréprochables.
    • PatrioteAntiFN–                         Et ça continue ! Le pire gouvernement depuis la 5e !
      • 3bul3                                   c’est le nouveau monde
    • Moilpot–                                       Cela fait environ 30.000 € par mois. C’est beaucoup pour des gens « normaux » mais c’est ce que touchent les présentateurs vedettes des grandes chaînes de télévisions privées. Et c’est du pipi de chat en comparaison des footballeurs. De plus il n’y a aucune magouille là-dedans, il ne s’agit pas de l’argent du contribuable, seulement de possibles conflits d’intérêts qu’il convient d’étudier.
    • background–                              Dans la Macronie ,tout est interdit aux autres : enrichissement personnel ,conflit d’intérêts,posséder une société de conseil,cumul des mandats…Mais à y regarder de plus près…..Cela commence vraiment à faire désordre et tous ces impliqués et les autres dont les noms vont forcément suivre,tout baigne !! Circulez,il n’y a rien à voir!!
    • vall_fr–                                      et oui la soi disant société civile ….exempte d’affaires ouahhhhhhhhhh le Macronisme est une arnaque c’était gros comme une montagne mais fallait pas le dire
    • JeanKlein–                                  Rien sur Maud Fontenoy?
      • background–                    Fontenoy ministre ?
      • Ouiouiundeplus            pourtant elle elle a ramé pour en arriver là où elle est …
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :