MAY I fuck you

Laisser un commentaire


phGrande-Bretagne: Tout ce qu’il faut savoir sur les élections législatives qui commencent ce jeudi

ELECTIONS Si vous n’avez pas suivi, «20 Minutes» vous fait le résumé…

Une bookmaker lance les paris sur les élections législatives anticipées en Grande-Bretagne, près du Parlement à Londres, le 7 juin 2017.
Une bookmaker lance les paris sur les élections législatives anticipées en Grande-Bretagne, près du Parlement à Londres, le 7 juin 2017. – Justin TALLIS / AFP

Manon Aublanc avec AFP

Enjeux, modalités, conséquences… on vous fait le point sur ce qu’il y a à savoir sur les élections législatives anticipées qui se tiennent ce jeudi au Royaume-Uni.

>> A lire aussi : Trois enjeux pour un scrutin indécis

  • Le contexte

Organisé un an après le référendum sur le Brexit, le scrutin a été provoqué par la Première ministre conservatrice Theresa May avec l’espoir de renforcer sa position dans les négociations pour la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne, qui démarreront dans la semaine du 19 juin.

Elles interviennent trois ans avant le terme normal de la législature, et moins d’un an après l’arrivée de Theresa May à la tête du gouvernement à la suite du référendum ouvrant la voie au Brexit. Le scrutin se déroule dans des conditions de sécurité renforcées, alors que le pays, déjà frappé en mars, a subi deux nouveaux attentats meurtriers à Manchester le 22 mai et à Londres samedi.

>> A lire aussi : J-1 avant des législatives sur fond de Brexit et d’attentats

  • Les forces en présence

En tête des sondages, les Conservateurs de Theresa May sont partisans d’un Brexit sans concession et veulent notamment mettre fin à la libre-circulation des personnes avec les pays de l’UE.

Les Travaillistes de Jeremy Corbyn, donnés deuxièmes, ne remettent pas en question le Brexit, mais souhaitent éviter un bras de fer avec Bruxelles et conserver des liens aussi étroits que possible avec les 27.

Troisième parti au Parlement sortant, le Parti national écossais (SNP, gauche), envisage un référendum d’indépendance et de maintien dans l’UE après le Brexit.

Pro-européens, les Libéraux-démocrates ont promis un nouveau référendum sur le Brexit une fois celui-ci négocié, de façon à permettre aux électeurs de pouvoir le cas échéant « voter pour rester » dans l’UE. Plusieurs petits partis, dont les nationalistes de l’Ukip, les Verts et des formations régionales brigueront également les suffrages.

  • Les modalités

Les 650 sièges de la chambre des Communes sont pourvus au scrutin uninominal à un tour : est élu le candidat qui arrive en tête dans sa circonscription. La durée du mandat est de cinq ans. Le Premier ministre n’est pas désigné directement par les électeurs, mais issu de la majorité.

>> A lire aussi : Sobre, eurosceptique et à poigne… Theresa May, la future Premier ministre

Le nouveau Parlement siégera une première fois le 13 juin, avant la cérémonie d’ouverture solennelle le 19 juin, au cours de laquelle la reine Elisabeth lira comme le veut la tradition le programme législatif de la nouvelle majorité, à l’occasion du Discours du Trône.

  • Les horaires

Les bureaux de vote ouvriront à 6 heures (7 heures, heure française) et fermeront à 21h (22h, heure française), heure à partir de laquelle pourront être publiées les premières estimations. Les résultats sont attendus à l’aube vendredi.

>> A lire aussi : Attentat à Londres: «La Grande-Bretagne vit sous une menace terroriste très élevée»

  • L’enjeu

Outre le Brexit et l’immigration, la santé et surtout la sécurité et les moyens alloués aux forces de l’ordre se sont imposés comme des thèmes centraux de la campagne à la suite des attentats. Les Conservateurs disposaient d’une majorité de 17 sièges dans l’assemblée sortante et espèrent la porter à entre 50 et 80 mandats afin d’avoir les coudées franches dans leurs négociations avec l’UE. Les politologues divergent sur le fait de savoir si cet objectif serait atteint, alors que l’avance des Conservateurs sur les Travaillistes a fondu dans les sondages au fil de la campagne.

Si la majorité des analystes prédisent une victoire des Tories, des projections ont laissé entrevoir la possibilité qu’ils n’obtiennent pas la majorité absolue. Dans ce scénario, ils devraient trouver un partenaire de coalition ou se résoudre à un gouvernement minoritaire. Dans les deux cas, ils aborderaient affaiblis les négociations avec Bruxelles. Une absence de majorité absolue des Conservateurs rendrait également possible, en théorie, une coalition de gouvernement excluant ce parti.

Résultats électoraux : pari perdu pour Theresa May

Ce graphique indique les résultats de l’élection générale et la répartition des sièges au Royaume-Uni en 2017. 

Résultats électoraux : pari perdu pour Theresa May© Fournis par Statista GmbH Résultats électoraux : pari perdu pour Theresa May

Législatives en Grande-Bretagne : Theresa May va former un nouveau gouvernement malgré sa défaite

Theresa May a annoncé vendredi qu’elle allait former un nouveau gouvernement, malgré son camouflet aux élections législatives de jeudi.

Pas question de démissionner. Malgré sa défaite cinglante aux élections législatives britanniques, qui ont fait perdre la majorité absolue aux Conservateurs, Theresa May  a annoncé vendredi qu’elle allait former un nouveau gouvernement. Comme le veut la tradition, la Première ministre sortante venait de s’entretenir avec la reine Elizabeth au palais de Buckingham.

Selon le dernier décompte des élections législatives d’hier, les Conservateurs ont perdu la majorité absolue qu’ils possédaient à la Chambre des communes. Ils n’auraient obtenu que 317 députés alors que la majorité absolue se situe à 326 sièges.

Un ralliement in extremis

Bien qu’en mesure de former un nouveau gouvernement, Theresa May devra concéder le ralliement d’autre groupe parlementaire en vue d’obtenir la majorité absolue. Le DUP, le Parti démocrate unioniste d’Irlande du Nord, a obtenu 10 sièges et devrait lui apporter son soutien et donc la majorité absolue à une voix près.

Un score inespéré pour les Travaillistes

De son côté, le Labour a remporté 261 sièges, un score inespéré il y a encore quelques semaines. Le pays a été frappé par plusieurs attentats ces dernières semaines, à Manchester puis à Londres, ce qui semble avoir rebattu les cartes pour les législatives.

Le Brexit en questions

Theresa May avait organisé ces élections législatives anticipées pour renforcer sa majorité et arriver en position de force pour négocier le Brexit avec l’Union européenne le 19 juin. Dans la nuit, elle a rappelé son objectif, malgré l’échec de son pari : “En ce moment, plus que toute autre chose, ce pays a besoin d’une période de stabilité”, afin d’obtenir “un bon accord pour le Brexit”.

De son côté, le leader du parti eurosceptique, UKIP, a annoncé sa démission. Son parti, grand défenseur du Brexit, a fortement reculé en nombre de voix lors de ces législatives.

L’UKIP devra élire un nouveau dirigeant en septembre.

Elections en Grande-Bretagne : Les conservateurs perdent la majorité absolue au Parlement

Par Webdo

Les résultats officiels des élections britanniques publiés ce vendredi 9 juin 2017 ont confirmé la grosse perte de la Première ministre Theresa May.

En effet, à travers ces élections, May cherchait à renforcer la position et la présence des conservateurs au sein du Parlement, chose qui n’a finalement pas eu lieu. Au contraire, la Première ministre a perdu une douzaine de sièges, soit la majorité absolue.

Le nombre de sièges des conservateurs passera donc de 330 à 318, alors que les travaillistes en ont gagné 30.Les appels à la démission de May se multiplient, et le leader des travaillistes Jeremy Corbyn était parmi les premiers à réagir.

«Elle a perdu des sièges conservateurs, perdu des voix, perdu le soutien et la confiance. C’est assez pour qu’elle parte et laisse la place à un gouvernement vraiment représentatif», a-t-il déclaré.

#GE2017 Élections en Grande Bretagne : défaites des conservateurs, progression des travaillistes de gauche !

Les élections législatives anticipées voulues par T. May, premier ministre conservateur britannique, se sont retournées contre elle. Le rejet de la politique anti-sociale et de guerre impérialiste menée par les gouvernements britanniques depuis de longues années – par le parti conservateur comme par le parti travailliste blairisé – s’est exprimé partiellement lors de ces élections.

Les Tories perdent au moins une vingtaine de députés, reculent en voix et perdent la majorité absolue au Parlement. Le Labour de J. Corbyn progresse sensiblement et gagne en voix et une trentaine sièges (selon la BBC).

Là où il n’y avait pas de candidat communistes, les organisations communistes britanniques avaient d’ailleurs appelé à voter pour le Labour. J. Corbyn a mobilisé les jeunes et les syndicalistes en proposant des nationalisations (rail et poste), la fin des contrats “zéro heure”, la taxation des des riches et du grand capital et l’augmentation des salaires. Corbyn a été violemment attaqué par les médias de masse britanniques au main du grand capital. En France-même, Corbyn est présenté comme étant “de l’ultra-gauche”(sic) , incapable de faire progresser son parti qu’il allait marginaliser du fait de son positionnement à gauche….

Corbyn avait subi des attaques toutes aussi violentes de l’aile blairiste du Labour qui a tenté plusieurs putschs pour se débarrasser de lui. Mais fort de la confiance des militants, des syndicalistes et des jeunes Corbyn a tenu.

Ces élections démontrent que c’est bien avec un positionnement de gauche que la mobilisation des travailleurs et du peuple britannique peut se réaliser. Elles montrent aussi que le Brexit par la porte de droite, dirigé par une fraction de la bourgeoisie, n’apporte rien au monde du travail. Seul une sortie par la porte de gauche, une sortie progressiste de l’UE peut permettre de briser le carcan européo-capitaliste.

Le Parti Communiste Britannique (CPB) avait demandé pour se scrutin “une poussée finale pour un gouvernement de gauche”. Rien n’est joué mais il reste que c’est bien la gauche de gauche qui peut gagner. Et le Labour aurait tout intérêt à clarifier sa position sur le Brexit encore trop marqué par des ambiguïtés qui gênent la progression de la gauche travailliste. En Grande-Bretagne comme en France, c’est autour de la sortie progressiste de l’UE que cela se joue pour que ce soit les travailleurs qui gagnent.

Communiqué de la Commission Internationale du PRCF

Les résultats des élections générales 2017 en Grande Bretagne

Conservateurs : 42.4% en progression de +5.5% – 316 sièges (-12)
Travaillistes : 40.1%en progression de +5.5 % – 261 sièges (+29)
Libéraux démocrates : 7.3% – en recul de 0.5% – 12 sièges (+4)
Nationalistes écossais : 3.1% – en recul de 1.7% – 35 sièges (-21) [Le SNP demeure le premier parti en Ecosse avec 36.9%, mais en recul de 13.1%)
Souverainistes de droite (UKIP) : 1.9% – en recul de 10.8% – 0 siège ( -1)
Verts : 1.6% en recul de 2.1% – 1 siège
Parti démocrate unis (DUP) : 0.9% en progression de +0.3% – 10 sièges (+2) [permier parti en Irlande du Nord avec 36% – +10%)
Sin Fein (indépendantiste irlandais) : 0.7% – 7 sièges (+3) [second parti en Irlande du Nord avec 29.4% – 4%)

source : https://www.initiative-communiste.fr/articles/europe-capital/ge2017-elections-grande-bretagne-defaites-conservateurs-progression-travaillistes-de-gauche/

www.initiative-communiste.fr l’information par et pour les travailleurs.

Élections en Grande-Bretagne: les conservateurs perdent leur majorité absolue

  • – AFP
-AFP

Les conservateurs de la Première ministre britannique Theresa May sont en tête des élections législatives mais perdent leur majorité absolue, selon les premières projections publiées à la clôture des bureaux de vote jeudi.

Les Tories décrochent 314 sièges, contre 330 dans l’assemblée sortante, tandis que les travaillistes de Jeremy Corbyn gagnent 32 sièges à 266 mandats, selon une estimation Ipsos/MORI.

Si ces projections étaient confirmées, cela signifierait un échec cinglant pour Theresa May, qui a convoqué ces élections anticipées dans le but de conforter sa majorité en vue des négociations du Brexit. Mme May disposait dans le Parlement précédent d’une majorité de 17 voix.

Quant aux indépendantistes écossais du SNP, ils perdent une vingtaine de sièges, avec 34 sièges, et les Libéraux-Démocrates sont en progression avec 14 sièges. Le parti europhobe Ukip a lui disparu du Parlement, selon ces projections.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :