antivirus gratuit

Laisser un commentaire


sTrump n’a jamais parlé de « méthodes de renseignement » avec les Russes

Le président des Etats-Unis Donald Trump n’a jamais évoqué « des méthodes de renseignement » ou « des sources » lors de ses échanges dans le Bureau ovale avec le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov, a affirmé lundi la Maison Blanche.

États-Unis : Trump accusé d’avoir dévoilé des informations classifiées aux Russes

Selon le « Washington Post », le président américain aurait décrit au chef de la diplomatie russe les détails d’une menace terroriste posée par Daesh.

Philippe Corbé Philippe Corbé

L’article a fait l’effet d’une bombe outre-Atlantique. Le très sérieux Washington Post accuse Donald Trump d’avoir divulgué des informations hautement classifiées au chef de la diplomatie russe. Ces allégations, aussitôt démenties par la Maison Blanche, interviennent au plus mauvais moment pour le républicain. Le rôle joué par Moscou dans la campagne présidentielle américaine est en effet sous le feu des projecteurs depuis l’éviction surprise du patron du FBI, James Comey, dont les services enquêtent sur l’éventuelle collusion entre l’équipe Trump et le Kremlin.

D’après le quotidien, Donald Trump aurait évoqué avec Sergueï Lavrov, en marge d’un entretien dans le Bureau ovale, des renseignements concernant une opération de Daesh en préparation. Ces informations avaient été communiquées par un partenaire des États-Unis qui n’avait pas donné l’autorisation à Washington de les partager avec Moscou. Si le président n’a a priori enfreint aucune loi, la divulgation de ces informations sensibles pourrait donner des indications sur la façon dont elles ont été collectées, et pourrait par ailleurs mettre en danger des sources.

« L’histoire, telle qu’elle a été rédigée, est fausse« , a fustigé le général H.R. McMaster, qui dirige le Conseil de sécurité nationale et a assisté à la réunion. Il n’a cependant pas précisé quels éléments de l’article étaient, selon lui, erronés. D’après le général, Donald Tump et Sergueï Lavrov ont passé en revue « les menaces posées par des organisations terroristes à nos deux pays, y compris les menaces pesant sur l’aviation civile ». « À aucun moment, des méthodes de renseignement ou des sources n’ont été évoquées », a-t-il martelé, sans cependant explicitement contester que des informations classifiées aient été divulguées par le président américain.

Si c’est vrai, c’est évidemment troublant

John McCain

Un responsable américain cité par le Washington Post prétend le contraire, s’offusquant que Donald Trump « a révélé plus d’informations à l’ambassadeur russe que nous n’en avons partagé avec nos propres alliés« . Les deux auteurs de l’article avancent que le président « a commencé à décrire les détails d’une menace terroriste posée par Daesh et liée à l’utilisation d’ordinateurs portables dans des avions« . Durant la rencontre, l’ancien homme d’affaires s’est même vanté d’avoir accès à des indications très précises sur cette menace.

« Si c’est vrai, c’est évidemment troublant », a réagi le sénateur républicain John McCain sur la chaîne américaine CNN. De son côté, l’ancien candidat à la primaire démocrate, le sénateur Bernie Sanders a jugé que ces révélations rendaient encore plus nécessaire la nomination d’un « procureur spécial » dans l’enquête sur les ingérences russes dans l’élection présidentielle américaine.

La rencontre entre Donald Trump et Sergueï Lavrov avait été perçue comme un coup diplomatique du Kremlin, quelques mois après la mise en place de sanctions américaines contre la Russie pour son ingérence dans l’élection présidentielle de 2016. Les clichés montrant un Donald Trump souriant en train de serrer la main du diplomate avaient été rapidement diffusés par le gouvernement russe, suscitant l’ire de la Maison Blanche.

Donald Trump.

WASHINGTON – Le président Donald Trump aurait révélé des renseignements hautement classifiés sur les militants de Daech (groupe armé État islamique) à des représentants russes au cours d’une rencontre à la Maison-Blanche la semaine dernière, a rapporté le «Washington Post», lundi.Le quotidien, qui cite d’anciens responsables américains et d’autres toujours en place, prétend que M. Trump a partagé des informations sur les menaces terroristes du groupe extrémiste pendant son entretien avec le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, et l’ambassadeur russe, Sergueï Kislyak.

Les menaces étaient liées à l’utilisation d’ordinateurs portables sur des avions.

La Maison-Blanche a rejeté les allégations du «Washington Post».

Le conseiller à la sécurité nationale de M. Trump, H.R. McMaster, a assuré que l’article était «faux».

Selon lui, «à aucun moment» les sources ou les méthodes de renseignement n’ont fait l’objet de discussions entre le président et les représentants russes.

Au cours d’une brève déclaration lue devant les journalistes en début de soirée, M. McMaster a insisté pour dire qu’il était dans la salle et que cela n’était pas arrivé.

Le président n’a pas abordé des sujets qui n’étaient pas connus publiquement, a-t-il martelé.

Le «Washington Post» écrit que l’information relayée par M. Trump à l’occasion de la rencontre du 10 mai lui avait été fournie par un partenaire américain dans le cadre d’une entente de partage d’informations.

Selon ces sources, les informations étaient si délicates que les détails n’avaient pas été partagés à certains alliés et qu’elles étaient hautement restreintes même au sein du gouvernement américain.

Ce partenaire n’aurait pas donné l’autorisation aux États-Unis de partager les informations avec les Russes.

En faisant cela, M. Trump aurait mis en jeu la coopération d’un allié qui connaît bien les pratiques de Daech.

Les représentants de la Maison-Blanche auraient ensuite pris des mesures pour limiter les dégâts, notamment en faisant des appels à l’Agence centrale de renseignements (CIA) et à l’Agence de sécurité nationale (NSA).

Il serait improbable que Donald Trump ait enfreint les lois en faisant cela. En tant que président, il a le pouvoir de déclassifier des secrets du gouvernement.

Donald Trump au cœur d’un nouveau scandale : il aurait révélé des informations classifiées aux Russes

Donald Trump au cœur d’un nouveau scandale : il aurait révélé des informations classifiées aux Russes

Le président américain Donald Trump a révélé des informations hautement classifiées au chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov et à l’ambassadeur de Russie aux Etats-Unis Sergueï Kisliak, lors de leurs récentes rencontres à la Maison Blanche, affirmait lundi le Washington Post. Sans surprise, Washington a démenti ces accusations lundi soir.

Les informations partagées par le président américain concernaient le groupe Etat islamique et avaient été communiquées par un partenaire des Etats-Unis qui n’avait pas donné l’autorisation à Washington de les partager avec Moscou, précise le quotidien.

Le président américain « a révélé plus d’informations à l’ambassadeur russe que nous n’en avons partagé avec nos propres alliés », a indiqué au quotidien, sous couvert d’anonymat, un responsable américain. Selon la même source, il s’agissait d’informations ayant l’un des degrés de classification les plus élevés utilisé par les agences de renseignement américaines.

Selon le quotidien de Washington, Donald Trump « a commencé à décrire les détails d’une menace terroriste posée par le groupe EI et liée à l’utilisation d’ordinateurs portables dans des avions ». Le quotidien précise qu’il a décidé de ne pas publier plus de détails sur ce projet terroriste à la demande expresse de responsables américains.

Le nouveau président américain semble « très téméraire » et il ne « conçoit pas la gravité des choses avec lesquelles il jongle, tout spécialement quand il s’agit de renseignements et de sécurité nationale », indique l’ancien responsable américain, décrit par le Washington Post comme étant proche de membres de l’administration Trump. Le président aurait, toujours selon l’article, dévoilé entre autres la ville, au sein des territoires contrôlés par l’EI, dans laquelle le partenaire US à la base de l’information avait pu découvrir l’existence de la menace en question.

Les proches de Trump infirment

« L’histoire qui a été publiée ce soir est fausse (…). J’étais dans la pièce, cela ne s’est pas passé », a indiqué le général Herbert Raymond McMaster, qui dirige le Conseil de sécurité nationale, lors d’une brève allocution à la Maison Blanche. « A aucun moment, des méthodes de renseignement ou des sources n’ont été évoquées », a-t-il ajouté.

Dans cette déclaration, Herbert Raymond McMaster a souligné que « le président n’a pas révélé d’opérations militaires qui n’étaient déjà publiquement connues ». Les dires, publics, des responsables présents le jour-même dans la pièce, dont lui-même et le chef de la diplomatie américaine Rex Tillerson « devraient passer devant ceux de sources anonymes », a-t-il balayé, mettant donc en doute les dires anonymes repris par le Washington Post.

Le secrétaire d’Etat Rex Tillerson a d’ailleurs aussi réagi lundi, précisant que « pendant la rencontre du président Trump avec le ministre (russe) des Affaires étrangères Lavrov, un large spectre de sujets a été abordé, dont les efforts communs et les menaces en matière de contre-terrorisme. Pendant cet échange, la nature de menaces spécifiques a été discutée, mais ils n’ont pas parlé des sources, de méthodes ou d’opérations militaires ».

Donald Trump avait reçu mercredi dernier Sergueï Lavrov et Sergueï Kisliak, dans le Bureau ovale. Moscou avait diffusé rapidement des photos de cette rencontre, fermée à la presse, photos qui avaient mis la Maison Blanche dans l’embarras car on y découvre un président américain particulièrement souriant, serrant chaleureusement la main du ministre russe des Affaires étrangères. Les images avaient fait une drôle d’impression auprès du public, alors que l’équipe Trump reste engluée dans des accusations de collusion avec des responsables russes, dont Kisliak, durant la campagne présidentielle. Le licenciement du directeur du FBI James Comey, dont les services sont justement chargés, entre autres, d’enquêter sur une éventuelle ingérence russe dans l’élection, n’a fait qu’ajouter au trouble.

Bien baisé Donald Trump, et par ses amis russes par-dessus le marché.

Hier, il recevait à la Maison Blanche le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov et Sergueï Kysliak, l’ambassadeur de Russie à Washington, celui-là même qui a compromis le général Michael Flynn, congédié de son poste de conseiller à la sécurité nationale des États-Unis par l’administration Trump pour avoir menti au sujet de ses relations avec les Russes.

Les médias américains n’étaient pas invités à couvrir l’événement. Seul un photographe de l’agence de presse russe Tass était sur place pour immortaliser les trois compères en train de rigoler. On peut comprendre pourquoi l’administration Trump ne voulait pas que les Américains voient ces images pour le moins embarrassantes.

Mais voilà, la Maison Blanche n’avait pas prévu que Tass vendrait ces photos partout dans le monde, y compris aux médias américains.

Qui plus est, au lendemain du congédiement de celui qui dirigeait les enquêtes criminelles sur les tractations entre les membres de la campagne de Trump et les Russes, l’ex-directeur du FBI James Comey.

La Maison Blanche s’est plongée elle-même dans l’embarras pour la nième fois dans la même journée, prouvant que le règne des amateurs dans l’entourage du président n’est pas encore terminé.

Une décision au-delà de stupide

Premièrement, permettre aux Russes d’installer de l’équipement technique dans le bureau ovale relève de l’hérésie en matière de sécurité.

Deuxièmement, comment un président américain peut-il interdire l’accès à la Maison Blanche aux médias de son propre pays mais accueillir sous son toit un média non seulement étranger mais en provenance d’un pays ennemi ?

Selon CNN, Trump était furieux. Il n’avait pas imaginé que les Russes allaient agir ainsi.

Pourtant, pas plus tard qu’aujourd’hui, le Républicain Dan Coats, le directeur du renseignement des États-Unis, nommé à ce poste par Donald Trump, a déclaré devant un comité du Sénat que la Russie et ses pirates informatiques constituaient toujours une grave menace pour le gouvernement américain et pour plusieurs pays dans le monde. On l’a vu en France lors des élections présidentielles.

Combien de temps le GOP va-t-il encore laisser Donald Trump saper la crédibilité de la présidence et de la république américaines ? Ils devront éventuellement chosir entre protéger Trump et protéger la démocratie.

Quel gâchis.

Donald Trump a dévoilé des informations top secrètes à la Russie en voulant se vanter

Maxime Bourdeau,Le Huffington Post

===========

    • AvatarVincentG 

      Trump: un idiot dangereux et ignorant. Et dire qu’il a passe sa campagne a attaque Clinton parce qu’elle avait envoye un email du mauvais Laoptop 😉

    • AvatarYahoo Reader

      Quand Trump aura fait une action sensée ,sifflez nous ..

    • AvatarAnti-FHaineux 

      décidément Trump c’est la même Stupidité que les neuneus du FN sauf que lui est RICHE et les neuneus du FN vivent à 95% du RS 

    • AvatarLaurent 

      Voilà ce qui arrive quand on confie la Maison Blanche à un gugusse…

    • Avatarkim

      Quand on lit « le milliardaire américain  » ça en dit long sur la non considération des journalistes à l’égard de Trump .

    • Avatarjiboule

      Comment tu fais pour être aussi nul que le débile jaunasse si t’es pas au FioNazional ?

    • AvatarFrançoise 

      je lisais les commentaires des internautes américains notamment sur la version américaine de Yahoo et c’est terrifiant et aussi … encourageant. Trump après 3 mois de pouvoir est quasiment fini. Quand je pense que la France aurait connu la même situation avec la soubrette de putin, ça me glace le sang …. trump va être destitué et en taule.

    • AvatarChristophe 

      Au risque de passer pour quelqu’un de stupide, j’ai cru comprendre que ET la Russie, ET les Etats Unis luttent contre Daech et que partager des informations pour lutter contre un état terroriste aussi malsain que Daech va plutôt dans le bon sens non ? Je tiens à préciser que je ne suis un supporter de Poutine ni un supporter de Trump. Il s’agit juste d’en finir une fois pour toute avec cette plaie qu’est l’état islamique et toute les alliances pour l’urgence d’éradication de la menace terroriste sont bonnes à prendre.

    • AvatarMartine 

      Mais …les américains ont voté il me semble en connaissance de cause

    • AvatarPoseiptune 

      On a vraiment évité le pire en France en reléguant sa groupie au fond de la fosse d’aisance !!!!

    • bunderip                        On ne dine pas avec le Diable, Madame Lepen, même avec une très longue cuillère !

    • Slurpiot                        ça doit jubiler à l’est !!!
      On prend tout le monde pour des c0ns, on met un gros bazar et on laisse le monde se débrouiller avec ça, on récolte juste les fruits… Ce qui m’étonne, c’est que les « attachés aux valeurs de la nation » se laissent berner. Ow !!! Vous vous croyez plus forts que Poutine ? Plus dure sera votre chute !

    • horta                            Et en France quand la justice va-t-elle s’occuper des versements russes à Mme Le Pen la candidate de Poutine !!!

      • Alkeos               Quand Macron sera élu président.

CentDents84                                Hollande a fait la même chose avec les journalistes …. les médias n’en ont pas fait un « flan » !
magamo                                       Nausée devant tant de mauvaise foi hélas relayé par les médias Français.;avec grand plaisir Bravo Mr Trump pour votre courage..et votre honnêteté..laissez les chacals baver et continuer votre politique de redressement des USA.;après le néant de B Obama
allegrio                                       Donc il ne fallait pas informer les Russes et les laisser mourir dans des attentats ? Ces médias s’étouffent de rage.
max62xx                                    les médias USA sont les mêmes qu’ici , totalement partiaux.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :