imHyperloop Transportation Technologies va créer un centre de recherche à Toulouse

L’une des sociétés développant le transport terrestre ultra-rapide Hyperloop va installer un centre de recherche et une piste d’essais près de Toulouse.

Hyperloop Transportation Technologies va créer un centre de recherche à Toulouse
Hyperloop Transportation Technologies va créer un centre de recherche à Toulouse © Toulouse Tourisme – capture Twitter

A lire aussi

Oui, la SNCF a bien investi dans Hyperloop One (et elle n’est pas la seule)

Oui, la SNCF a bien investi dans Hyperloop One (et elle n'est pas la seule)

La France devient la base européenne du projet Hyperloop. Quelques mois après l’investissement de la SNCF dans la société américaine Hyperloop One, c’est une autre structure porteuse du projet, inspirée par le concept développé par Elon Musk,  qui annonce son installation en France. Hyperloop Transportation Technologies (HTT) va créer un centre de recherche près de Toulouse, sur la zone de Francazal, une ancienne base aérienne  devenue pépinière des transports du futur. On y trouve déjà le constructeur de véhicules autonomes Easymile.

Un bâtiment de 3000 m² va être mis à disposition du projet « crowd-powered » dirigé par Dirk Ahlborn par Toulouse Metropole, avec un centre de R&D, un laboratoire et une « acédémie » Hyperloop. Une piste d’essais d’un kilomètre devrait également être créée. Le site devrait être en mesure de produire des premiers prototypes de capsules qui seront testées sur place. De quoi générer 50 emplois environ.

HTT mise surtout sur les apports d’une communauté d’ingénieurs qui travaillent pour d’autres sociétés. Il va trouver à Toulouse un formidable réservoir d’ingénieurs de niveau mondial, notamment dans l’aéronautique, et d’étudiants, qui pourront mettre leurs talents au service de projet de transport. Ils peuvent contribuer bénévolement et obtenir en échange des actions de l’entreprise.

En slovaquie, république tchèque et abu dhabi

HTT multiplie les signatures de partenariats en Europe et aux Emirats. Le 18 janvier, il a signé un accord avec la ville de Brno, en République Tchèque, pour étudier la faisabilité d’une liaison ultra-rapide avec la ville de Bratislava, en Slovaquie. Un accord similaire a été conclu avec le gouvernement d’Abu Dhabi.

Hyperloop, la capsule du futur élaborée à Toulouse

La société californienne Hyperloop Transportation Technologies s’installe sur le site de Francazal pour élaborer une capsule du futur entre l’avion et le train  qui transporterait des passagers à 1200 km/h. La société a annoncé qu’elle avait choisi d’implanter à Toulouse son centre de recherche et sa piste d’essai.

Le projet Hyperloop à pour but de révolutionner les modes de transports basé sur le système d’une capsule évoluant en lévitation à 1 200 km/h et qui permettrait ainsi d’avaler les kilomètres en quelques minutes seulement.

Le centre de Francazal doit notamment comprendre des locaux de recherche et une piste d’essai d’environ 1 km . Les  premiers aménagements seront lancés dès 2017 avec la création de  50 emplois directs dans un premier temps .

L’accord d’implantation  a été signé ce 24 janvier par Dirk Ahlborn et Bibop Gresta, les deux dirigeants de l’entreprise, Jean-Luc Moudenc, maire de Toulouse et président de Toulouse Métropole, Carole Delga, présidente de la région Occitanie et Pascal Mailhos, préfet de la région Occitanie a indiqué Hyperloop TT dans un communiqué.

Et si un train supersonique reliait Saint-Etienne à Lyon en huit minutes?

Et si un train supersonique reliait Saint-Etienne à Lyon en huit minutes?
TRANSPORTS – L’école des mines de Saint-Etienne a planché sur le projet Hyperloop, train du futur développé par deux start-up américaines…

TRANSPORTS – L’école des mines de Saint-Etienne a planché sur le projet Hyperloop, train du futur développé par deux start-up américaines…

Imaginez un train supersonique qui circulerait dans un tube sous basse pression. Un train contenant des capsules propulsées à l’aide de coussins d’air, qui voyagerait à 1.200 kilomètres/heure. Avouez, l’idée peut faire sourire. Pourtant ce scénario digne des films de science-fiction, est loin d’être utopique.

>> A lire aussi : Hyperloop: A quoi ressemble le train du futur ?Plusieurs start-up américaines travaillent depuis quelques années sur le projet futuriste de train à grande vitesse baptisé «Hyperloop ». Une idée tout droit sortie de l’imagination d’

Elon Musk, PDG de la société SpaceX, qui pourrait bien prendre corps entre Saint-Etienne et Lyon d’ici quelques années.

Christian Brodhag, chercheur et directeur de l’école des Mines de Saint-Etienne suit de très près ce projet. Il y a déjà plus d’un an, il a demandé à des élèves de deuxième année de la section entreprenariat et innovation de plancher sur le sujet et de réaliser des études de faisabilité pour relier Saint-Etienne à la métropole voisine, via ce nouveau mode de transports.

Saint-Etienne à huit minutes de Lyon

« En ligne droite, le train peut rouler jusqu’à 1.200 kilomètres/heure. En raison des courbes existant sur le trajet, nous avons réduit la vitesse pour arriver à une moyenne de 400 km/h. Résultat : il faudrait seulement huit minutes pour assurer la liaison entre les deux villes », explique le chercheur, évaluant la réalisation du projet à 700 millions d’euro, « soit deux fois moins que l’A45 », la future autoroute qui doit relier les deux villes.

>> A lire aussi : VIDEO. Hyperloop: Premier test du «train du futur» dans le désert du NevadaLe conseil de développement de la Métropole de Saint-Etienne s’est emparé de l’idée, établissant déjà plusieurs contacts avec des industriels de la région. « Nous avons les compétences sur l (…) Lire la suite sur 20minutes
Avec Hyperloop, la SNCF se projette dans l’ère de l’après TGV
Elon Musk veut creuser des tunnels pour éviter les embouteillages

L’Europe va bientôt voir passer le train supersonique d’Hyperloop

Le train supersonique Hyperloop Transportation Technologies va démarrer ses premiers tests européens entre la République tchèque et la Slovaquie. Le projet consiste à relier Brno à Bratislava (130 kilomètres) en 10 minutes.

 ===============
  • Yahoo Reader                  Gaffe à l’embranchement à bretigny, c’est tout pourri
      Safirion    Ouais enfin, j’espère qu’il y aura quand même une forte concurence sur ce domaine histoire d’avoir le plus de lignes possible
    Bonne chance à Hyperloop One en tout cas
    lebonga                         J’ai hâte de voir les premiers tests

    philippe                       Pour une distance de 150 km, une liaison type TGV qui réutilise les infrastructures existantes (gares et rails) des villes de départ et arrivée me semble, de loin, plus facile et moins cher à réaliser.

    mercure                          L’idée de l’hyperloop ne remonte pas à 2013, il y a plus de 50 ans que j’en entends parler. C’est un projet qui rencontre de nombreux problèmes techniques, peut être est-il arrivé à maturité ou faudra t il attendre encore 50 ans.

 

 

Advertisements