Rouletabille enquête

Laisser un commentaire


5Politique: les proches de Fillon enquêtent sur le «cabinet noir» de l’Elysée

media François Fillon en campagne électorale à Orléans le 7 mars 2017 REUTERS/Charles Platiau

Ils sont déterminés à lancer une enquête judiciaire contre François Hollande. Selon Le Figaro, plusieurs cadres du parti Les Républicains s’apprêtent à envoyer une lettre au Parquet national financier (PNF) et au procureur de Paris dans laquelle ils détaillent les infractions qu’aurait commises le chef de l’Etat. Jeudi soir, dans l’émission politique de la chaîne publique France 2, François Fillon avait accusé le chef de l’Etat d’être à la tête d’un « cabinet noir » destiné à lui nuire. Une accusation qui avait fait réagir le chef de l’Etat, qui l’a jugée « en deçà » de la « dignité » et de la « responsabilité » d’une campagne présidentielle.

François Fillon l’avait glissé à la presse dès samedi : « mes amis sont en train de relever toutes les infractions mentionnées dans le livre Bienvenue place Beauvau. Ils les rendront publics dans les prochains jours. »

Le travail de dissection de l’ouvrage a été vite. La liste est prête. Et ce sont les poids lourds du parti qui signent ce courrier, histoire de bien montrer que les têtes d’affiche de la famille sont engagées derrière François Fillon dans cette offensive contre le chef de l’Etat. Parmi les signataires, on trouve sans surprise le fidèle Bruno Retailleau, le chef de file des sénateurs LR, mais aussi le sarkozyste Christian Jacob, l’ancienne juppéiste Valérie Pécresse, Nathalie Kosciusko-Morizet et Luc Chatel, porte-parole du candidat Fillon.

Les signataires invoquent l’article 40 du code de procédure pénale et dénoncent comme l’avait fait français Fillon l’existence d’un « cabinet noir » à L’Elysée mettant en cause directement François Hollande et l’ancien ministre de l’intérieur Manuel Valls, pour « non-dénonciation de crime ou délit » au moment de l’affaire Cahuzac.

« Un certain nombre de faits d’une particulière gravité qui seraient susceptibles de revêtir différentes qualifications pénales ont été commis », écrivent-ils. Un tableau de synthèse est même fourni en annexe, répertoriant « les différentes qualifications pénales qui pourraient être soulevées à la lecture du livre », précise Le Figaro de ce lundi 27 mars, notamment des atteintes à la vie privée, la collecte frauduleuse de données ou encore la diffusion intentionnelle de données confidentielles.

Dénoncer une justice aux ordres

L’objectif est simple : mettre les juges, qui poursuivent déjà François Fillon, au pied du mur. Si François Molins, procureur de Paris et Eliane Houlette, patronne du PNF, ne lancent aucune procédure, le camp filloniste dénoncera une justice aux ordres, « deux poids, deux mesures ». Si des enquêtes sont ouvertes, ils auront la preuve que leur candidat est victime d’une « machination politique ».

Ce dimanche, François Baroin, pressenti pour être le Premier ministre de François Fillon, a déjà demandé la création d’une commission d’enquête parlementaire. Faute de pouvoir reprendre la main sur le projet, c’est sur le terrain des affaires que la droite tente de rebondir. Rappelons que Pénélope Fillon doit être entendue ce mardi par le Parquet national financier (PNF) en vue d’une éventuelle mise en examen dans l’affaire des emplois présumés fictifs de collaborateurs parlementaires.

Une note de lecture que le garde des Sceaux qualifie de « fantaisiste ». « De tels comportements masquent mal le refus évident de rendre des comptes à la justice », déclare Jean-Jacques Urvoas. Dans un communiqué, le ministre de la Justice assure que depuis 2012, l’exécutif n’est intervenu « en aucune manière dans le cours des procédures judiciaires ».

De leur côté, les auteurs de l’ouvrage voient dans cette note de lecture un raccourci. « François Fillon exploite ce bouquin et tire sa dernière cartouche », estime ainsi Olivia Recasens, co-auteure du livre.

«Cabinet noir» : François Fillon nuance ses propos tenus sur France 2 et évoque «un faisceau d’indices de plus en plus convergents»

François Fillon a accusé la gauche de vouloir « tuer Fillon », lors d’un meeting à Biarritz, après avoir accusé jeudi François Hollande d’être à la tête d’un « cabinet noir » orchestrant les affaires judiciaires contre lui.

« Je connais la logique du système médiatique qui marche aux rumeurs et aux scandales. Mais je vois aussi les manigances politiques: mardi, de façon quasi ordonnée, Hollande, Macron et le PS ont réclamé mon retrait et donc la disparition de la droite et du centre de l’élection présidentielle. La seule façon de sauver la gauche, c’est de tuer Fillon », a lancé le candidat des Républicains devant une assistance d’environ 2.000 personnes relativement atone.

La veille, sur France 2, M. Fillon avait dénoncé un « scandale d’Etat », accusant François Hollande d’organiser à la tête d’un « cabinet noir » les fuites dans la presse sur ses affaires judiciaires.

Dans un entretien accordée à Ouest France , François Fillon a nuancé ces propos.

Il a tout d’abord persisté, et a déclaré que «si les révélations s’avèrent exactes, elles sont un scandale d’État.»

Avant d’estimer qu’«il doit y avoir une enquête.»

Toutefois, dans cette interview, François Fillon se refuse à parler de complot,  et nuances ses propos tenus sur France 2 en évoquant «plutôt d’un faisceau d’indices de plus en plus convergents.»

Valérie Pécresse a annoncé samedi son intention de porter plainte, après avoir découvert dans le livre « Bienvenue Place Beauveau » ne tentative de déstabilisation la concernant.

L'interpellation du fils de Valérie Pécresse aurait été utilisé pour la déstabiliser, après qu'elle l'a emporté face au PS lors des dernières élections régionales
L’interpellation du fils de Valérie Pécresse aurait été utilisé pour la déstabiliser, après qu’elle l’a emporté face au PS lors des dernières élections régionales © AFP / Geoffroy Van der Hasselt

La présidente LR de la région Ile-de-France Valérie Pécresse estime samedi, à la lecture du livre Bienvenue Place Beauvau, avoir été « victime d’une tentative de déstabilisation politique » après l’interpellation de son fils en septembre 2016 pour consommation de cannabis et entend porter plainte.

Sur sa page Facebook, dans un message intitulé « La nausée », Mme Pécresse dit avoir demandé à son avocat Thibault de Montbrial « de saisir la justice et de porter plainte notamment pour atteinte à la vie privée, violation du secret de l’enquête et violation du secret professionnel ».

« Le renseignement aura mis moins d’une heure à être exploité politiquement »

Le 22 septembre, le fils de Valérie Pécresse avait été interpellé dans le XVe arrondissement de Paris avec quatre grammes de cannabis sur lui. Les auteurs du livre – Olivia Recasens, Didier Hassoux et Christophe Labbé – affirment que cette information est très vite remontée au sommet de la hiérarchie policière et qu’un des collaborateurs du président de l’Assemblée Claude Bartolone (PS), battu par Valérie Pécresse aux régionales de décembre 2015, en a aussitôt informé « ses contacts journalistes ».

« Le renseignement aura mis moins d’une heure à être exploité politiquement », écrivent-ils, alors que Mme Pécresse avait fait de la lutte contre la consommation de cannabis un de ses thèmes de campagne.

Sur sa page Facebook, Mme Pécresse se dit « frappée de stupeur » à la lecture de ce livre « d’apprendre que j’aurais été victime d’une tentative de déstabilisation politique savamment orchestrée avec la complicité d’un directeur de la préfecture de police, proche de M. Valls, Premier ministre à l’époque, et d’un conseiller de M. Bartolone, président de l’Assemblée nationale ».

« MM. Hollande, Valls, Bartolone et Cazeneuve doivent rendre des comptes sur les faits relatés dans ce livre qui, s’ils sont avérés, déshonorent la politique et abîment la démocratie », ajoute-t-elle.

► LIRE AUSSI | Cabinet noir à l’Élysée : ce que dit le livre « Bienvenue place Beauvau »

Fillon sur le « cabinet noir » : « Je ne sais pas si c’est vrai »

Fillon sur le "cabinet noir" : "Je ne sais pas si c'est vrai"
François Fillon soupçonne un « scandale d’État ».@ CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP

Après sa charge contre François Hollande, François Fillon se réfugie derrière les « allégations » de journalistes… qui démentent avoir jamais affirmé que le président de la République dirigeait un « cabinet noir » contre ses opposants politiques.

François Fillon maintient sa charge contre François Hollande. Mais le candidat LR à l’élection présidentielle tempère ses propos. « J’ai simplement dit que ce livre fait des révélations qui, si elles s’avèrent exactes, sont un scandale d’État », affirme-t-il vendredi dans un entretien publié par Ouest-France.fr au lendemain de sa « mise en cause » de François Hollande. « Je ne sais pas si c’est vrai ! Donc il doit y avoir une enquête. »

« On cherchait un cabinet noir, on l’a trouvé, en tout cas, à travers ces allégations », accusait François Fillon jeudi soir, désignant la main du Président dans les révélations de la presse sur les procédures judiciaires le concernant. « L’exécutif n’est jamais intervenu dans aucune procédure judiciaire », avait rapidement démenti l’Élysée, avant que François Hollande s’en prenne au manque de « dignité » de François Fillon.

Les auteurs du livre cité par François Fillon, Bienvenue Place Beauvau, se sont également détachés de l’interprétation du candidat mis en examen, notamment pour détournement de fonds publics. « La seule personne qui croit qu’il y a un cabinet noir à l’Elysée c’est François Fillon », a attaqué le journaliste Didier Hassoux, dénonçant une instrumentalisation de son livre.

Présidentielle: Fillon et Le Pen mis sur écoute? Jean-Jacques Urvoas dénonce une «volonté de manipulation»

REACTIONS Le Garde des Sceaux a souhaité répondre aux deux candidats à la présidentielle…

Le ministre de la Justice, Jean-Jacques Urvoas. Le 23 février 2017. / AFP PHOTO / Philippe LOPEZ
Le ministre de la Justice, Jean-Jacques Urvoas. Le 23 février 2017. / AFP PHOTO / Philippe LOPEZ – AFP

Manon Aublanc avec AFP

« Toute affirmation selon laquelle le candidat des Républicains ou celle du Front national ferait l’objet d’écoutes judiciaires relève au mieux de la pure spéculation et au pire d’une volonté de manipulation de la réalité », a déclaré le garde des Sceaux dans un communiqué.

Aucune intervention de l’exécutif sur des procédures judiciaires depuis 2012

Marine Le Pen, candidate Front national à la présidentielle, a dit ce lundi croire comme François Fillon à des « écoutes » du « pouvoir ». Le candidat des Républicains avait jugé samedi « probable » qu’il soit sur écoute.

« De tels comportements masquent mal le refus évident de rendre des comptes à la justice », a-t-il asséné. Jean-Jacques Urvoas a souligné qu’en « matière judiciaire, les interceptions de communications sont des actes d’enquête dont la mise en œuvre relève de la seule décision des magistrats indépendants chargés de l’enquête ».

Depuis 2012, l’exécutif n’est intervenu « en aucune manière dans le cours des procédures judiciaires », a-t-il ajouté, rappelant qu’une loi du 25 juillet 2013 interdisait dorénavant au garde des Sceaux de donner des instructions dans des affaires particulières.

Le ministre de la Justice répond aux accusations de mises sur écoute

Le ministre de la Justice ne mâche pas ses mots pour répondre aux accusations portées par François Fillon et Marine Le Pen. Les deux candidats à la présidentielle accusent l’Elysée de les avoir mis sur écoute.

BByTmNu© afp.com/JEAN-SEBASTIEN EVRARD Le garde des Sceaux Jean-jacques Urvoas dénonce les déclarations fantaisistes de Marine Le Pen et François Fillon Jean-Jacques Urvoas n’a pas tardé à répondre aux accusations lancées par François Fillon et Marine Le Pen. Les deux candidats à l’élection présidentielle se disent écoutés par l’Elysée. Ferme, le ministre de la Justice dénonce dans un communiqué « des déclarations aussi fantaisistes que singulières ». Il rappelle les règles de la mise sur écoute: « Elles ne peuvent être diligentées, selon les cas, que par un juge d’instruction ou après accord du juge des libertés et de la détention. » Jean-Jacques Urvoas précise également que depuis 2012, « le gouvernement n’intervient en aucune manière dans le cours des procédures judiciaires. Pratique consacrée par la loi du 25 juillet 2013 interdisant toute instruction individuelle ou intervention dans les enquêtes ou les instructions ».

Refus évident de rendre des comptes à la justice

A l’occasion d’une interview donné samedi 25 mars au Figaro, François Fillon jugeait « probable » sa mise sur écoute suite à sa lecture du livre Bienvenue Place Beauvau. Dans la matinale d’Europe 1 lundi, c’était au tour de Marine Le Pen d’accuser l’Elysée d’éventuelles écoutes sans en apporter la preuve: « Depuis de très nombreuses décennies le pouvoir utilise ce genre de méthodes. Il faut qu’il cesse de le faire. » Jean-Jacques Urvoas juge que « dans ces conditions, toutes affirmation selon laquelle le candidat des Républicains ou celle du Front national ferait l’objet d’écoutes judiciaires relève au mieux de la pure spéculation et au pire d’une volonté de manipulation de la réalité. » Avant de s’en prendre durement aux deux prétendants à l’Elysée: « De tels comportements masquent mal le refus évident de rendre des comptes à la justice. »

LA QUESTION DU JOUR – Croyez-vous à l’existence d’un « cabinet noir » à l’Élysée comme l’affirme François Fillon ?

LA QUESTION DU JOUR – Croyez-vous à l’existence d’un « cabinet noir » à l’Élysée comme l’affirme François Fillon ?

Europe 1

BByQPKa

LA QUESTION DU JOUR – Croyez-vous à l’existence d’un « cabinet noir » à l’Élysée comme l’affirme François Fillon ?

Après avoir dénoncé jeudi soir l’existence d’un « cabinet noir » à l’Élysée, qui ferait fuiter dans la presse les affaires judiciaires engluant sa campagne depuis deux mois, François Fillon a jugé « probable » samedi d’avoir été placé sur écoute par l’exécutif. L’ancien Premier ministre dit s’appuyer sur un livre Bienvenue Place Beauvau, écrit par trois journalistes, dont deux du Canard enchaîné.

Depuis, la polémique enfle. Six élus Les Républicains (LR) ont même écrit une lettre, rendue publique lundi, au procureur de Paris et à la procureure du Parquet national financier (PNF) pour leur demander l’ouverture d’une enquête sur les informations contenues dans le livre, notamment sur ce « cabinet noir » présumé.

commentaires
  • herve1789                            Fillon devient pitoyable. Plus il se débat contre les évidences, plus il s’enfonce, entraînant son camp avec lui. Les pauvres électeurs de droite, montés malgré eux sur le Titanic, en sont réduits à faire flêche de tout bois. Déni de réalité, délires complotistes, fake news à gogo, tout y passe.
  • neobled                                       5 ans avec Sarko peuvent forger des certitudes , il sait de quoi il parle , la roue tourne mais pas dans le bon sens pour lui !
  • –                                                     Vous oui sans doute ? Vous le connaissez évidemment mieux que celui qui l’a co-écrit ?
  • Nootsi                                          Gonflé le monsieur, d’accuser un jour pour dire le lendemain; « je ne sais pas si c’est vrai ». S’il parvenait au pouvoir, traiterait il la diplomatie comme sa vie de candidat? Cela promet…
  • PIVI                                               Pathétique Mr Fillon ….
    • severin29                         Oui c’est vrai…
  • clairalain–                                    Des mots sortis de leur contexte. En substance, François Fillon dit qu’il ne peut pas en apporter la preuve matérielle… mais il sait très bien à quoi s’en tenir! Et ce que dit le livre est éloquent tout de même, non?
    • Nootsi–                            … à part que c’est démenti par un des auteurs… donc le livre n’est pas aussi éloquent que vous voulez bien le dire
    • deanu

      @Nootsi                             l’avez vous lu ?

    • Nootsi                              L’interview de l’auteur me paraît suffisant
    • Ouiouiundeplus

      @Nootsi.                           +1

  • JeanKlein–                                  Tout ceci est bien approximatif.
  • Jean-Patrick LOGUT              Son cas commence à relever de la psychatrie….
  • lamadeleine                             foncez MR FILLON on vous soutient, , plus malhonnête qu’HOLLANDE il y a du chemin lui ce sont ses maîtresses qui ont eu un emploi avec un secrétariat pour rien faire et l’autre qui lui soutire des subventions pour la culture sur l’oreiller alors ils sont à égalité nous ne sommes pas d’accord non plus pour engraisser et protéger ses amantes c’est à lui HOLLANDE deles entretenir , en plus la folle du POITOU qui nous coûté un max ça aussi c’est nous qui allons réglé la note est ce normal non alors taisez vous toues coupables
    • Nootsi–                           Qui ça « on »? Vous, peut-être, moi, sûrement pas !
  • zazie1922                              Le roquefort qui dit au camembert « tu pues ».
    • JeanKlein–                    «Je pense qu’on ne peut pas diriger la France si on n’est pas irréprochable». «Ça avait crée quelques émois parmi certains dans la classe politique. C’est pourtant une évidence».«Ça veut dire que les ministres, le président de la République a fortiori, ne doivent pas être mis en examen, doivent avoir une attitude exemplaire».«Je sais que ce n’est pas juste, qu’il y aura tout le temps des gens pour m’expliquer qu’il y a la présomption d’innocence. Mais l’expérience qui a été la mienne dans plusieurs gouvernements et dans celui que j’ai dirigé, me montre qu’on ne peut pas sereinement diriger un ministère quand on a sur le dos une suspicion qui a entraîné une instruction judiciaire». F.Fillon, propos repris dans Le Figaro, 25/11/2016.
  • yakavoire–                             Pas de « preuve » de l’existence d’un cabinet noir Mais Pas de « preuve » de l’existence d’un cabinet blanc blanc HOLLANDE EST CAPABLE DE TOUT. Nous aussi nos cabinets sont noir mais pour en avoir chier pendant 5 ans.
  • Publicités

    Laisser un commentaire

    Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

    Logo WordPress.com

    Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

    Image Twitter

    Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

    Photo Facebook

    Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

    Photo Google+

    Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

    Connexion à %s

    %d blogueurs aiment cette page :