Ouvrir un livre ou..le feu

Laisser un commentaire


9Fusillade dans un lycée à Grasse: ce que l’on sait du tireur interpellé

 Juliette Pousson et

police-inside-the-tocqueville-high-school-after-a-shooting-has-taken-place-injuring-at-least-eight-people-in-grasse-1_5844587Une fusillade dans un lycée à Grasse a éclaté ce jeudi après l’intrusion d’au moins un individu armé.          REUTERS/Eric Gaillard

Une fusillade dans un lycée à Grasse a éclaté ce jeudi après l’intrusion d’au moins un individu armé. Le RAID a été envoyé sur place. Un suspect a été interpellé.

Intérêt manifeste pour les tueries de masse, publication de photos sataniques… Le profil de Killian, l’auteur présumé de la fusillade au lycée Alexis-de-Tocqueville de Grasse (Alpes-Maritimes), est intrigant. Âgé de 17 ans, le jeune homme, qui est scolarisé en première L dans l’établissement, a fait irruption lourdement armé et a blessé trois personnes, dont le proviseur. Sur lui, les policiers ont retrouvé un fusil, deux armes de poing et deux grenades. « Il faudra vérifier que toutes les armes étaient bien opérantes », a précisé Pierre-Henry Brandet, porte-parole du ministère de l’Intérieur, sur BFMTV.

EN DIRECT >> Alerte attentat et fusillade à Grasse au lycée Alexis-de-Tocqueville

D’après une source policière contactée par L’Express, le suspect est inconnu des services antiterroristes et n’avait aucun lien avec la mouvance djihadiste. Le mobile de son attaque reste encore inconnu. « Ce n’est pas un individu radicalisé et il ne semblait pas avoir d’antécédents psychiatriques. Il semble s’être intéressé à un moment à des tueries de masse mais il faut rester encore prudent, c’est seulement une piste à explorer », précise cette source. D’après Nice-Matin, Killian aurait subi quelques brimades de ses camarades par le passé.

« Celui qui marquera l’histoire avec votre sang »

L’analyse des comptes de Killian sur les réseaux sociaux permettent de saisir un peu plus sa personnalité. Fils d’un élu à la mairie de Grasse, avec qui il est ami sur Facebook, le jeune homme semblait avoir un certain goût pour les choses sombres.

Les deux seules vidéos publiées sur son compte YouTube font en effet référence à la tuerie de Columbine. Il s’agit du film Zero Day (2003), dont l’histoire s’inspire de cette fusillade qui avait coûté la vie à 13 personnes en 1999, et d’une chanson du rappeur Ill Bill, Anatomy of a school shooting, qui raconte le massacre du point de vue des deux étudiants meurtriers. « Celui qui marquera avec l’histoire avec votre sang », a-t-il écrit en légende de son compte YouTube.

Sur son profil Facebook, Killian avait également publié plusieurs photos sataniques, des images de personnages de jeux vidéo ou encore des portraits du Joker de Batman. Une vidéo-selfie le montre avec un masque à gaz et un masque de clown, une arme à la main.

Grasse: Le suspect, les faits… Ce que l’on sait de la fusillade dans un lycée

FAITS DIVERS Un jeune homme de 17 ans a ouvert le feu dans l’établissement scolaire ce jeudi…

Les secours s'occupent des blessés de la fusillade qui a éclaté dans un lycée de Grasse.
Les secours s’occupent des blessés de la fusillade qui a éclaté dans un lycée de Grasse. – Fabien Binacchi

Thibaut Chevillard avec Fabien Binacchi (à Grasse)

Le pire a sans doute été évité. Jeudi matin, un jeune de 17 ans est entré dans le lycée Tocqueville de Grasse, dans les Alpes-Maritimes, et a ouvert le feu. Plusieurs personnes ont été blessées, mais leurs jours ne sont pas en danger. 20 Minutes fait le point sur ce que l’on sait du drame.

>> A lire aussi : Suivez en direct l’évolution de la situation par ici

Que s’est-il passé ?

Vers 12 h 30, un jeune homme est entré dans l’établissement « lourdement armé », ont expliqué plusieurs sources policières à 20 Minutes. Selon nos informations, le tireur disposait d’un fusil à pompe, de plusieurs grenades à plâtre, et d’armes de poing. Il a ouvert le feu, blessant légèrement huit personnes, dont le proviseur de l’établissement. Trois personnes légèrement blessées par des plombs ont été évacuées vers un établissement hospitalier, tandis que cinq autres présentent des blessures sans gravité causées par un mouvement de foule, a précisé un porte-parole du ministère de l’Intérieur à l’AFP.

L’alerte attentat a été déclenchée et tous les établissements scolaires de la commune ont été confinés. Le Raid s’est rendu sur place afin d’effectuer « les vérifications d’usage » et sécuriser les lieux, a indiqué une source 20 Minutes. Une cellule de crise a été mise en place par le rectorat et les plans particuliers de mise en sécurité (PPMS) ont été déclenchés.

>> A lire aussi : «Il est urgent de doter les lycées de personnels de sécurité»

Qui est le suspect principal ?

Selon nos informations, un jeune de 17 ans, scolarisé dans cet établissement, a été interpellé. Il est inconnu des services de police, indiquent à 20 Minutes des sources policières. Selon Christian Estrosi, président LR de la région PACA, ce jeune homme pourrait souffrir de « problèmes psychologiques ». Le journal Nice-Matin indique que le suspect s’appellerait Kylian. D’après notre envoyé sur place, il serait scolarisé en 1re L au lycée Tocqueville.

Où en est l’enquête ?

L’enquête ne fait que commencer. Selon les premiers éléments dont disposent les enquêteurs, la piste de l’acte terroriste est écartée pour le moment. Le principal suspect aurait voulu se venger du proviseur, indiquent à 20 Minutes plusieurs sources policières. Par ailleurs, les enquêteurs sont en train d’examiner les images des caméras de surveillance installées dans l’établissement. Ils tentent de savoir si le suspect a agi seul ou s’il a été aidé par un autre individu qui aurait pris la fuite.

EN DIRECT – Fusillade dans un lycée à Grasse : 8 blessés légers, l’individu interpellé est un élève de 17 ans

Un élève de 17 ans a été interpellé ce jeudi matin après la fusillade qui a éclaté dans le lycée Tocqueville à Grasse. Plusieurs armes ont été retrouvées sur lui. 8 blessés légers, dont le proviseur du lycée, sont à déplorer selon le ministère de l’Intérieur.

Fusillade dans un lycée de Grasse : pas de dimension terroriste

/ France 2

L’application officielle du ministère de l’Intérieur confirme l’information : des tirs ont été entendus vers treize heures dans le lycée Alexis de Tocqueville de Grasse (Alpes-Maritimes) ce jeudi 16 mars. L’établissement accueille 850 élèves et se situe en contrebas de la ville. De source policière, une personne a été arrêtée. Une autre est encore en fuite, voilà pourquoi les autorités demandent aux habitants de ne pas rester aux alentours de cette zone.

D’anciens élèves ou des élèves actuels impliqués

Les autorités confirment qu’il n’y a pas, pour le moment, de dimension terroriste. D’après des informations de la mairie de Grasse, ce serait d’anciens élèves ou des élèves actuels de l’établissement qui seraient les auteurs présumés de cette fusillade. La tension est aujourd’hui palpable dans toute la ville de Grasse. D’autres informations devraient bientôt être révélées.

Fusillade dans un lycée à Grasse: un élève interpellé, huit blessés

 LIBERATION
1003998-000_mp8r1Des membres du RAID à Grasse, le 16 mars 2017.

Le suspect interpellé après la fusillade dans un lycée de Grasse (Alpes-Maritimes) est un élève de 17 ans de cet établissement scolaire, qui a été retrouvé en possession de plusieurs armes, a-t-on appris jeudi de source policière. Il paraît avoir agi seul, alors que les enquêteurs avaient initialement émis l’hypothèse d’une seconde personne en fuite. Il était armé d’un fusil, de deux armes de poing et de deux grenades.

A lire aussi notre direct consacré aux événements

Contrairement à ce qui a été annoncé précédemment par le président de la région PACA, Christian Estrosi, et un responsable régional, il y aurait finalement huit blessés légers dont trois touchés par des plombs, selon un nouveau bilan transmis par le ministère de l’Intérieur. Les trois personnes légèrement blessées par des plombs ont été évacuées vers un établissement hospitalier, tandis que les cinq autres présentent des blessures sans gravité causées par un mouvement de foule.

«Tous les établissements scolaires de Grasse» ont été confinés, a annoncé sur Twitter le recteur de Nice Emmanuel Ethis.

A lire aussi Grasse : les fascinations morbides du tireur présumé

Dans un autre tweet, le recteur demande «aux parents de ne pas s’y rendre», assurant que «les élèves (sont) en sécurité». Une cellule de crise a été installée et les plans particuliers de mise en sécurité (PPMS) ont été déclenchés. La ministre de l’Education Najat Vallaud-Belkacem se rend sur place, a indiqué le ministère.

France: fusillade dans une école: 8 blessés, un suspect arrêté

France: fusillade dans une école: 8 blessés, un suspect arrêté

Photo Archives / AFP

Agence France-Presse 

GRASSE – Une fusillade dans un lycée du sud-est de la France a fait jeudi huit blessés légers, et un suspect, élève de 17 ans dont les motivations ne semblent pas terroristes, a été interpellé avec des armes.

Cette fusillade à Grasse intervient alors que le pays est placé sous le régime exceptionnel de l’état d’urgence depuis la vague d’attentats jihadistes sans précédent de 2015 et 2016 qui fait craindre aux autorités de nouvelles attaques.

Le ministère de l’Intérieur a fait état d’un bilan de huit blessés, dont trois touchés par des plombs.

Selon les autorités locales, un élève du lycée Alexis de Tocqueville «est entré dans l’établissement aux alentours de 12H30, il était armé avec un fusil de chasse».

«Il a agressé pour des motifs qui restent à déterminer le proviseur et trois autres de ses camarades. Le bilan provisoire fait état de quatre blessés par plombs, tous hospitalisés, et de quatre autres victimes évacuées (choquées ou blessés par bousculade)», ont-elles précisé.

L’enquête ne s’oriente «pas du tout» sur la voie du terrorisme, a déclaré à l’AFP le président de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, Christian Estrosi.

Le suspect interpellé est un élève de 17 ans de cet établissement scolaire de bonne réputation qui pourrait souffrir de «problèmes psychologiques», selon M. Estrosi.

Il était armé d’un fusil, de deux armes de poing et de deux grenades, a-t-on appris de source policière. Le jeune homme paraît avoir agi seul, selon cette source, alors que les enquêteurs avaient initialement émis l’hypothèse d’une seconde personne en fuite.

Sur des comptes Facebook, Twitter et Youtube correspondant au nom du suspect, on pouvait voir plusieurs photos et vidéos de tuerie comme celle de Columbine aux Etats-Unis, une fusillade dans un lycée du Colorado qui avait 13 morts en 1999, ainsi qu’une vidéo d’une personne avec un masque de clown brandissant un pistolet.

«Sauvées par la clope !»

Une élève de 15 ans, Mokhtaria, fumait avec des amis dans le garage à motos du lycée lorsque les tirs ont retenti: «On a entendu des coups de feu à 12H45. On a vu plein de gens descendre en criant: « Y’a un taré qui tire sur les gens! » On est partis en courant», témoigne-t-elle.

«On a été sauvés par la clope!» conclut sa copine Audrey.

Policiers aux ronds-points, hélicoptère dans le ciel, membres des forces spéciales fouillant le lycée: la tension était encore palpable dans les rues de Grasse jeudi après-midi.

La fusillade a entraîné le déclenchement par les autorités de l’«alerte attentat» sur l’application pour smartphones destinée à prévenir la population.

Le recteur de l’académie de Nice Emmanuel Ethis a annoncé sur Twitter le confinement de «tous les établissements scolaires» de la ville. Il a aussi demandé «aux parents de ne pas s’y rendre», assurant que «les élèves (sont) en sécurité». Une cellule de crise a été installée.

Après les attentats du 13 novembre 2015 à Paris (130 morts), les autorités avaient demandé aux établissements scolaires, directement menacés par le groupe jihadiste État islamique (EI), de mener des exercices d’entraînement dans leurs enceinte en cas d’attaques.

Quasi simultanément à la fusillade, un colis piégé a explosé au siège du Fonds monétaire international (FMI) jeudi à Paris, faisant un blessé. Cet acte a été qualifiée d’attentat par le président socialiste François Hollande.

Le chef de l’État a estimé que ces deux événements conduisent à «justifier l’état d’urgence», en vigueur jusqu’au 15 juillet. Le ministre de la Justice avait lui estimé mercredi que les conditions étaient réunies pour une sortie de ce régime civil de crise instauré après les attentats du 13 novembre 2015.

Le premier ministre Bernard Cazeneuve devait s’entretenir avec le ministre de l’Intérieur Bruno Le Roux sur ces deux événements, à moins de quarante jours du premier tour de l’élection présidentielle. La ministre de l’Éducation Najat Vallaud-Belkacem était elle en route pour Grasse jeudi à la mi-journée.

«Il m’a regardée dans les yeux et il a tiré en l’air. J’ai fermé la fenêtre et je me suis mise sous la table. Il avait la rage»

Une fusillade dans un lycée de Grasse fait plusieurs blessés. Un lycéen de 17 ans a été interpellé.

Capture Google Street View
Capture Google Street View

Une fusillade à éclaté, le 16 mars 2017, dans le lycée général et technologique Alexis de Tocqueville de Grasse (Alpes-Maritimes), après l’intrusion d’au moins un individu armé dans l’établissement. L’alerte attentat a été déclenchée par les autorités et un individu a été interpellé, rapporte Le Monde. Il s’agit, toujours selon le quotidien, d’un élève de 17 ans scolarisé dans le lycée où a eu lieu la fusillade. Il a été arrêté en possession d’un fusil, d’un pistolet, d’un revolver et de deux grenades.

D’après les premières informations recueillies par Le Monde, l’auteur présumé de l’attaque, semblait fasciné par la tuerie de Columbine, à laquelle plusieurs de ses publications sur les réseaux sociaux font référence. Au cours de cette tuerie, survenue en 1999, deux élèves du lycée de cette ville moyenne des États-Unis avaient tué douze de leurs camarades ainsi qu’un professeur.

Le ministère de l’Intérieur fait état de huit blessés légers, dont trois touchées par des plombs, lors de la fusillade. L’intervention sur place est terminée. Pour l’heure, aucun élément ne laisse à penser qu’il s’agit d’un attentat terroriste, précise Le Monde. L’enquête ouverte après la fusillade ne s’oriente «pas du tout» sur la voie du terrorisme, a précisé le président de la région PACA, Christian Estrosi (Les Républicains).

Plusieurs témoignages ont été recueillis, dont celui de Marianna, élève du lycée Tocqueville, au micro de franceinfo.

«On a entendu “alerte attentat”. À ce moment-là, on s’est tous mis sous les tables et on a attendu les policiers. […] Je voulais fermer les fenêtres, je me suis mise à la fenêtre pour la fermer et j’ai vu un lycéen. […] Il m’a regardée dans les yeux et il a tiré en l’air et j’ai fermé la fenêtre et je me suis mise sous la table. Il avait la rage. II m’a regardée et il est parti.»

À Nice Matin, un élève du lycée a raconté comment s’est déroulée la fusillade.

«J’ai entendu une grosse détonation puis deux autres. Je me suis tourné et j’ai vu quelqu’un dans la cour avec un fusil à pompe en train de tirer. Il tirait à travers les fenêtres des salles de classes qui donnent sur la cour.»

À 14h15, les élèves de la ville ont été placés en sécurité dans les établissements scolaires, a déclaré le recteur de l’académie de Nice. Le Premier ministre Bernard Cazeneuve a écourté sa visite dans la Somme et a annoncé qu’il allait se rendre sur place, tout comme la ministre de l’Éducation nationale Najat Vallaud-Balkacem.

Fusillade dans un lycée à Grasse: un élève de 17 ans interpellé, huit blessés légers, dont trois touchés par des plombs (direct vidéo)

Afp

Huit personnes ont été légèrement blessées, dont trois touchées par des plombs, lors de la fusillade survenue jeudi dans un lycée de Grasse (Alpes-Maritimes), a indiqué le ministère de l’Intérieur. Les trois personnes légèrement blessées par des plombs ont été évacuées vers un établissement hospitalier, tandis que les cinq autres présentent des blessures sans gravité causées par un mouvement de foule, a précisé un porte-parole du ministère de l’Intérieur.

Afp

Une fusillade dans un lycée de Grasse (Alpes-Maritimes) a fait deux blessés jeudi à la mi-journée, selon un premier bilan, et un élève du lycée, âgé de 17 ans, a été interpellé avec plusieurs armes.

Le suspect interpellé est un lycéen de cet établissement scolaire, qui a été retrouvé en possession de plusieurs armes, a-t-on appris jeudi de source policière. il est «a priori inconnu des services de police», a-t-on précisé de même source.

Le suspect paraît avoir agi seul, selon cette source, alors que les enquêteurs avaient initialement émis l’hypothèse d’une seconde personne en fuite. Il était armé d’un fusil, de deux armes de poing et de deux grenades.

Le président LR de la région Paca Christian Estrosi, qui s’est rendu sur place, a ajouté sur France Info que l’un des blessés était le proviseur de l’établissement: «Il ne s’agit pas d’une blessure qui d’après les premières informations dont je dispose puisse avoir des conséquences vitales», a-t-il poursuivi.

La municipalité de Grasse avait évoqué auprès de l’AFP le fait que «deux élèves» avaient tiré, et laissé entendre que l’un d’eux était toujours en fuite. «Certains élèves sont partis et ont essayé de se réfugier au magasin Leclerc voisin ce qui a créé un mouvement de panique et une rumeur d’attentat», avait aussi déclaré la mairie.

Il a été demandé aux autres élèves de rester dans le lycée et de ne pas céder à la panique«, a précisé la même source. La mairie n’avait pas de détails immédiats sur le nombre précis de blessés ni leur gravité.

En attendant l’évolution de la situation, les autorités avaient décidé le confinement de tous les établissements scolaires de Grasse.

« Tous les établissements scolaires de Grasse » ont été confinés, a annoncé sur Twitter le recteur de Nice Emmanuel Ethis, après une fusillade qui a fait plusieurs blessés jeudi dans un lycée.

Dans un autre tweet, le recteur demande « aux parents de ne pas s’y rendre », assurant que « les élèves (sont) en sécurité ». Une cellule de crise a été installée et les plans particuliers de mise en sécurité (PPMS) ont été déclenchés, selon lui.

Fusillade dans un lycée en France: un élève interpellé en possesion de plusieurs armes

Une fusillade a eu lieu dans un lycée français à Grasse dans les Alpes-Maritimes. Il y aurait deux blessés, selon l’AFP. Un élève du lycée a été interpellé en possession de plusieurs armes. Une autre personne est en fuite. Selon la municipalité de Grasse, « deux élèves ont tiré sur le proviseur ».

Fusillade dans un lycée en France: un élève interpellé en possesion de plusieurs armes
Une fusillade a éclaté jeudi dans un lycée à Grasse (Alpes-Maritimes), faisant plusieurs blessés, a-t-on appris de sources proches de l’enquête. La fusillade a fait suite à l’intrusion d’une personne au lycée Tocqueville, selon une de ces sources.
La Protection Civile des Alpes-Maritimes demande aux habitants de rester chez eux.
Le Ministère de l’Intérieur indique sur Twitter qu’une intervention des secours et de la police est en cours. « Respectez les consignes de sécurité diffusées par la télévision, la radio ou par les réseaux sociaux du ministère de l’Intérieur et du Gouvernement. Évitez le secteur du lycée », peut-on également lire.

Un élève interpellé en possession de plusieurs armes
Un élève du lycée de Grasse en possession de plusieurs armes a été interpellé jeudi, après une fusillade survenue dans cet établissement du sud-est de la France, qui a fait des blessés, a-t-on appris jeudi de source policière.

Une autre personne en fuite
Une autre personne est en fuite, a-t-on appris de même source. Selon les premiers éléments de l’enquête, deux personnes ont été blessées au cours de cette fusillade en milieu de journée.

Deux blessés
Selon les premiers éléments de l’enquête, deux personnes ont été blessées au cours de cette fusillade en milieu de journée, au lycée Tocqueville, a ajouté cette source. Selon la municipalité de Grasse, « deux élèves ont tiré sur le proviseur », « l’un a été attrapé et l’autre est en fuite ».

Fusillade dans un lycée à Grasse : quatre personnes blessées par des plombs

Quatre autres personnes ont été blessées dans un mouvement de foule. Selon les informations du « Monde », aucun lien n’est établi avec le terrorisme islamique.

LES FAITS

  • Le gouvernement a déclenché, jeudi, l’alerte attentat à Grasse (Alpes-Maritimes) à la suite d’une fusillade dans un lycée. 
  • Un individu a été interpellé : un élève du lycée, âgé de 17 ans, arrêté en possession d’un fusil, d’un pistolet, d’un revolver et de deux grenades.
  • Selon le ministère de l’intérieur, quatre personnes ont été blessées par des plombs, quatre autres ont été légèrement blessés lors des bousculades qui ont suivi la fusillade. 
  • Selon les informations du « Monde », aucun lien n’est établi avec le terrorisme islamique. Le jeune homme arrêté visionnait, selon une source policière, des vidéos de tueries de masse. 

Agressions armées en milieu scolaire, des événements rares

Les fusillades, comme celle qui a fait huit blessés dans le lycée Tocqueville, sont très rares en France en milieu scolaire, mais plusieurs personnes ont en revanche été tuées au cours des dernières années à la suite d’agressions au couteau.
Le 30 janvier, un élève de 17 ans scolarisé au lycée Charles-de-Gaulle, à Paris a poignardé et blessé mortellement en milieu de journée l’un de ses camarades, à quelques mètres de l’établissement. Ces cinq dernières années, six attaques similaires ont été recensées en France.
Vous êtes nombreux à nous demander où en est l’enquête, voici un article qui résume ce que l’on sait sur la fusillade dans le lycée Tocqueville de Grasse :

Ce que l’on sait de la fusillade dans un lycée de Grasse

Le Monde.frLe gouvernement a déclenché l’alerte attentat à la suite d’une fusillade qui a fait huit blessés, dont le proviseur, dans un lycée des Alpes-Maritimes. Un élève a été interpellé.

La préfecture des Alpes-Maritimes confirme le bilan de huit blessés et détaille les types de blessures :

Le bilan provisoire fait état de quatre blessés par plombs (urgences relatives) tous hospitalisés et de quatre autres victimes évacuées (choquées ou blessées par bousculade).

Des lycéens et leurs familles se sont rassemblés près de l’établissement scolaire (Valery Hache/A
La sortie des classes des écoles de Grasse se déroule sous la protection des forces de l’ordre. Concernant le lycée Tocqueville, les parents sont appelés à ne pas se rendre sur place. La préfectures des Alpes-Maritimes assurent que les parents des victimes ont tous été informés et que les autres élèves ont été pris en charge.

« On a été sauvées par la clope ! »

Mokhtaria, 15 ans, élève en seconde générale, fumait avec des amis dans le garage à motos du lycée lorsque les tirs ont retenti : « On a entendu des coups de feu à 12h45. » Sa copine Audrey poursuit : « On a été sauvées par la clope ! »
Mokhtaria continue : « On a vu plein de gens descendre en criant : ‘Y’a un taré qui tire sur les gens !’ On est parties en courant, plus vite que Rainbow Dash », un héros de la série Little Poney dont elle porte l’image sur son t-shirt.

Après l’arrestation de l’auteur présumé de la fusillade au lycée Tocqueville à Grasse (Valery Hache / AFP)
François Hollande s’est exprimé depuis la Corrèze sur la fusillade de Grasse en considérant que cet événement justifiait le maintien de l’état d’urgence jusqu’au 15 juillet.
J’ai annoncé, et le Parlement a bien voulu suivre la position qui était la mienne et celle du gouvernement, que l’état d’urgence durerait jusqu’au 15 juillet, il durera jusqu’au 15 juillet. Ce sera à mon successeur de décider ce qu’il fera ensuite. Mais pour l’heure, l’état d’urgence est adapté à un certains nombres de risques.
Le ministre de l’intérieur, Bruno Le Roux a salué la « réactivité des forces de sécurité » qui ont mis les élèves et les personnels du lycée à l’abri pendant la fusillade.
La rapidité d’intervention a permis de mettre fin à cette situation de crise.
Des policiers contrôlent le trafic à proximité du lycée Tocqueville à Grasse, le 16 mars 2017 (Valery Hache/AFP).

Huit blessés légers dont trois touchés par des plombs

Au total, huit personnes ont été légèrement blessées, dont trois touchées par des plombs, lors de la fusillade, a indiqué le ministère de l’intérieur.
Les trois personnes légèrement blessées par des plombs ont été évacuées vers un établissement hospitalier, tandis que les cinq autres présentent des blessures sans gravité causées par un mouvement de foule, a précisé un porte-parole du ministère de l’intérieur.

Selon le Système d’alerte et d’information des populations (SAIP), l’intervention des forces de l’ordre au lycée Tocqueville est terminée.
La protection civile a activé sa cellule socio-psychologique à Grasse à la suite de la fusillade au lycée Tocqueville. Un numéro d’urgence a également été mis à disposition par la cellule d’information du public à la préfecture de Grasse : 04-93-72-22-22.
L’enquête ouverte à la suite de la fusillade qui a fait plusieurs blessés dans un lycée de Grasse, jeudi à la mi-journée, ne s’oriente « pas du tout » sur la voie du terrorisme, a déclaré le président LR de la région PACA, Christian Estrosi.
Des policiers contrôlent le trafic à proximité du lycée Tocqueville à Grasse, le 16 mars 2017 (Valery Hache/AFP).

Benjamin : « Je l’ai vu tirer dans les classes »

Benjamin, 16 ans, élève au lycée Tocqueville, raconte à Nice-Matin la fusillade qui s’est déroulée dans son établissement :
Vers 12h40, j’étais assis en train de finir de manger. J’ai entendu une grosse détonation puis deux autres. Je me suis tourné et j’ai vu quelqu’un dans la cour avec un fusil à pompe en train de tirer. Il tirait à travers les fenêtres des salles de classes qui donnent sur la cour. Quand j’ai vu ça, je suis parti en courant.

Fusillade dans un lycée à Grasse : un élève arrêté, plusieurs blessés

© Google Street View

Un jeune homme aurait ouvert le feu dans un lycée de Grasse, dans les Alpes-Maritimes. Plusieurs blessés seraient à déplorer.

Les autorités françaises ont déclenché jeudi l’alerte attentat à Grasse (Alpes-Maritimes) suite à l’éclatement d’une fusillade dans un lycée de la ville. Un élève âgé de 17 ans a été arrêté en possession d’un fusil, d’un pistolet, d’un revolver et de deux grenades. On ne sait pas encore si certaines de ces armes étaient factices et il n’est pas encore clair si le suspect a agi seul ou avec un complice. Alors que certains médias évoquaient un individu en fuite, une source policière affirme à Nice-Matin qu’un seul tireur a fait irruption dans le lycée. Le porte-parole du ministère de l’Intérieur a indiqué que plusieurs personnes étaient blessées, des élèves ainsi que le proviseur de l’établissement, mais là encore la situation reste floue. D’après Le Figaro, un engin explosif laissé dans l’établissement aurait été désamorcé par les forces de l’ordre.

Le jeune homme arrêté aurait regardé des vidéos de tuerie de masse et aurait fait référence au satanisme sur les réseaux sociaux, d’après un journaliste du Monde qui cite une source policière. Il se serait particulièrement intéressé à la tuerie de Columbine qui avait fait 12 victimes en 1999. Nice-Matin, de son côté, croit savoir que le suspect faisait l’objet de moqueries de ses camarades. « Je pense que l’on peut écarter la piste de l’attentat », a déclaré Christian Estrosi, président de la région PACA, au quotidien régional. « Le proviseur et deux élèves ont été blessés par des plombs. Un troisième élève est très commotionné », a-t-il ajouté.  Sur son compte Twitter, la protection civile des Alpes-Maritimes recommande aux habitants de la ville de rester chez eux. Tous les établissements scolaires de Grasse sont confinés. Le Premier ministre Bernard Cazeneuve et la ministre de l’Education nationale Najat Vallaud-Belkacem sont attendus sur place.

Alpes-Maritimes: fusillade dans un lycée à Grasse, plusieurs blessés

Alpes-Maritimes: fusillade dans un lycée à Grasse, plusieurs blessés
  • Une fusillade a éclaté dans le lycée Alexis de Tocqueville après une intrusion,  faisant plusieurs blessés
Najat Vallaud-Belkacem rencontre les forces de l’ordre à Grasse

La ministre de l’Education nationale s’est rendue à Grasse après la fusillade dans un lycée qui a fait trois blessés, dont le proviseur. 

à 16:57

Emmanuel Macron salue «l’efficacité des forces de l’ordre»

À la suite de sa rencontre avec la chancelière allemande, Angela Merkel, le candidat d’En marche! a rendu hommage aux victimes et à « l’efficacité des forces de l’ordre, ainsi qu’au calme du corps enseignant ».

à 16:54

EN IMAGES – Les lycéens choqués par la fusillade à Grasse

Des élèves du lycée Tocqueville, à Grasse, réconfortée après la fusillade qui a fait trois blessés.VALERY HACHE / AFP
à 16:28

Fin d’intervention du Raid au lycée Tocqueville

La police nationale a annoncé sur Twitter la fin de l’intervention du Raid et des démineurs au lycée de Grasse touché par une fusillade ce matin. Le périmètre de sécurité reste toutefois maintenu pour l’enquête.

à 16:09

L’assaillant est le fils d’un élu de Grasse

Le suspect interpellé est un lycéen de l’établissement scolaire Alexis de Tocqueville, où s’est déroulé la fusillade. L’adolescent a été retrouvé en possession de plusieurs armes. (…) Il est « a priori inconnu des services de police », a indiqué une source policière à l’AFP.

Selon nos informations, l’assaillant est le fils d’un élu de la ville de Grasse. L’auteur présumé paraît avoir agi seul, selon cette source, alors que les enquêteurs avaient initialement émis l’hypothèse d’une seconde personne en fuite. Il était armé d’un fusil, de deux armes de poing et de deux grenades.

à 16:07

Selon Christian Estrosi, le proviseur a tenté de s’interposer

Après avoir rencontré le proviseur blessé, le président de la région PACA a partagé les premiers témoignages de cet homme : « Le proviseur m’a raconté la scène à laquelle il a été confronté. Alors qu’on lui a signalé qu’il y avait cet élève dans l’établissement, il s’est interposé pour tenter de le calmer, de l’apaiser. Malheureusement, il n’y est pas parvenu ».

Par ailleurs, Christian Estrosi juge qu’il n’est « pas concevable qu’on puisse rentrer dans un établissement scolaire avec des armes blanches ou des armes à feu ». Il demandera au ministre de l’Education nationale et aux préfets une réunion afin « d’organiser un filtrage pour que l’école demeure un sanctuaire de la République ».

à 16:03

François Hollande : «L’état d’urgence sera maintenu jusqu’au 15 juillet»

Le président de la République est revenu, depuis la Corrèze où il effectue un déplacement, sur la fusillade intervenue ce matin dans un lycée de Grasse. « L’enquête est en cours, mais nous restons extrêmement vigilant. Cela me conduit à justifier l’état d’urgence. Ce n’est pas un état permanent, mais cela nous permet de faire certaines procédures. Il durera jusqu’au 15 juillet », a-t-il affirmé, répondant ainsi au ministre de l’Intérieur qui avait émis l’hypothèse aujourd’hui d’une possible fin de l’état d’urgence.
à 15:37

Le confinement levé dans les établissements scolaires de Grasse, sauf pour le lycée Tocqueville

Hormis le lycée Tocqueville, où a eu lieu la fusillade, les parents d’élèves peuvent désormais aller chercher leurs enfants dans tous les autres établissements de Grasse, a annoncé l’académie de Nice.

à 15:28

VIDEO – Le bilan passe à huit blessés légers

Selon le ministère de l’Intérieur, huit personnes ont finalement été blessés dans la fusillade. Dans un premier temps, les sources policières avaient parlé de trois blessés dont le proviseur et deux élèves. Une jeune fille de 18 ans était également en état de choc. Les trois personnes légèrement blessées par des plombs ont été évacuées vers un établissement hospitalier, tandis que les cinq autres présentent des blessures sans gravité causées par un mouvement de foule, a précisé un porte-parole du ministère de l’Intérieur.

à 15:13

Une cellule d’information du public ouverte

Après la fusillade dans un lycée de Grasse, une cellule d’information du public a été ouverte par la préfecture.

à 15:03

EN IMAGES – Le périmètre de sécurité autour du lycée

à 14:44

Un engin explosif désamorcé

Selon nos informations, les forces de l’ordre ont désamorcé un engin explosif composé avec de la poudre noire qui avait été laissé dans l’établissement. Selon cette source, l’assaillant est bien un élève de première du lycée Tocqueville. Il avait une arme longue, « probablement un fusil à pompe », avec laquelle il a blessé le proviseur au bras. Les deux autres élèves ont été blessés par des plombs. Les autorités vérifient encore s’il n’y a pas un deuxième individu impliqué.
à 14:43

VIDÉO – Pierre, lycéen : «On s’est tous jetés à terre»

à 14:40

L’enquête ne s’oriente pas sur la voie du terrorisme, selon Estrosi

Le président du conseil régional de Provence-Alpes-Côte d’Azur a réagi à la fusillade dans un lycée à Grasse en indiquant que l’enquête ne s’oriente « pas du tout sur la voie » du terrorisme.

Le proviseur et deux élèves ont été légèrement blessés au cours de cette fusillade, a précisé christian Estrosi, ajoutant qu’un troisième élève  été « très commotionné ». Un suspect, élève de l’établissement, a été interpellé après les faits, selon des sources proches de l’enquête. Selon M. Estrosi, ce jeune homme pourrait souffrir de « problèmes psychologiques ».

à 14:31

Trois blessés, dont le proviseur

Selon nos informations, la fusillade dans un lycée à Grasse aurait fait trois blessés : Julien, un adolescent de 16 ans ; Akram, 17 ans, et le proviseur de l’établissement. Une élève de 18 ans souffrirait également d’un choc émotionnel. Une information confirmée par le porte-parole du ministère de l’Intérieur, Pierre-Henry Brandet.
à 14:28

Les enquêteurs vérifient les caméras de vidéo-surveillance

Selon nos informations, les enquêteurs sont actuellement en train d’examiner les images des cinq caméras de vidéo-surveillance installées aux différents accès de l’établissement. L’objectif est notamment de vérifier si le jeune homme a agi seul ou s’ils étaient plusieurs.
à 14:28

VIDÉO – Cordon de sécurité autour du lycée

à 14:20

Ce que l’on sait du lycéen arrêté

Un lycéen de 17 ans, de « type européen » a été arrêté, selon des sources policières. Il ne serait pas connu des services de police. Selon Nice-Matin, il était scolarisé en première L dans le lycée. Selon les premiers éléments de l’enquête, il semble avoir agît seul. Il aurait un contentieux avec son proviseur. Le jeune homme était armé, d’un fusil, d’un pistolet, d’un revolver et de deux grenades. Les enquêteurs vérifient si elles étaient opérantes ou factices.
à 14:05

Le premier ministre se rend sur place

Bernard Cazeneuve, le premier ministre, a écourté sa visite dans la Somme. Il a pris un hélicoptère pour se rendre à Grasse selon le quotidien Nice-matin.
à 13:56

Pas d’individu en fuite

Selon des sources concordantes, il n’y a pas d’individu en fuite. Le lycéen arrêté disposait d’un fusil, d’un pistolet, d’un revolver et de deux grenades. Pour le moment, les enquêteurs n’ont pas pu déterminé si les armes étaient opérantes ou factices.
à 13:54

Une cellule de crise mise en place

Le recteur de de l’académie de Nice a annoncé la mise en place d’une cellule de crise. Tous les établissements scolaires la ville ont été confinés. Sur le compte Twitter de l’Éducation Nationale, la ministre Najat Vallaud-Belkacem a annoncé se rendre sur place.

à 13:52

Un témoin voit des «policiers sortir les élèves par groupes»

Interviewé par CNEWS, le directeur d’une auto-école située juste en face du lycée Tocqueville à Grasse (Alpes-Maritimes) raconte être confiné dans sa boutique.

à 13:51

Le lycée de Tocqueville, un lycée général et technologique

Le lycée de Tocqueville est un lycée général et technologique plutôt bon, avec 943 élèves au lycée  (chiffres 2016) et 91 % de réussite au bac en 2016. Bac L, ES, S, STMG, STI2D, STL. Il contient également des classes de BTS, une classe ULIS, qui accueille des jeunes souffrant de troubles du développement (autisme). Le proviseur de l’établissement est Hervé Pizzinat.

Le Lycée Alexis de Tocqueville de Grasse (Alpes-Maritimes) où a éclaté la fusillade.Capture d’écran Google Street View.
à 13:45

Le RAID dépêché sur place

Le RAID a été dépêché sur place après la fusillade. Le gouvernement a également envoyé une alerte attentat sur le service mobile SAIP. Christian Estrosi, président de la région PACA, a annoncé sur Twitter se rendre sur place.

à 13:38

Un lycéen de 17 ans arrêté

Un lycéen de 17 ans de « type européen », inconnu des services de police a été interpellé après la fusillade, selon une source policière. Il aurait un contentieux avec son proviseur. Il est entré dans le lycée lourdement armé : fusil à pompe, et une arme de poing. Pour l’heure les enquêteurs restent prudents quant à une qualification « d’acte terroriste ».

à 13:34

Au moins trois blessés

Selon des sources policières citées par BFMTV, un homme en possession de plusieurs armes a tiré sur le proviseur du lycée Tocqueville de Grasse. Deux autres personnes seraient également touchées dont un lycéen. La sécurité civile des Alpes-Maritimes a invité à la population à rester chez eux.

à 13:29

Bienvenue sur notre live

Bonjour à tous, une fusillade a éclaté dans un lycée de Grasse, dans les Alpes-Maritimes, selon des sources policière. Plusieurs personnes ont été blessées et les secours sont actuellement sur place. Une alerte attentat a été déclenchée. Suivez notre live en direct
===========================

commentaires

  • ErvetichiErvetichi                                      « Ici il n’y a pas de personnes qui prennent des armes pour tirer dans la foule »    François Hollande, 26 février 2017.

    minoucha                                       ET NOS CHERS POLITIQUES QUI VEULENT LEVER L’ETAT D’URGENCE!!! EVIDEMMENT LEURS ENFANTS SONT PROTEGES!!!

    Mike Mike                                                 Dans un lycée! Où est la sécurité? Ne sommes nous pas en Vigipirate. Des questions vont se posent
    ChristopheSChristophe                                       D’après les médias il n’y a pas d’insécurité en France???
    NonAuxFRANcMACRONNonAuxFRANcMACRON            tiens hier soir ,on nous a pourtant assuré que les conditions à la fin de l’état d’urgence étaient réunies ….
    LE DONUTSLE DONUTS                                     Un déséquilibré surement 🙂
    rogerroger                                                 Avant de commenter, attendez de plus amples informations, de Grasse
    Philippe LPhilippe L                                        encore des « déséquilibrés ».. selon la formule me(r)diatique consacrée
    ANDRÉASANDRÉAS                                       Aller au lycée devient périlleux.
    Les Charentais De La CreuseLes Charentais De La Creuse         Alors Mr URVOA, toutes les conditions sont requises pour lever l’état d’urgence. A titre info, pourriez-vous nous dire à qui vous allez apporter votre soutien. En effet, vu votre vision de la situation actuelle, je saurai pour qui ne pas voter….
  • Jocker1999                                                          Mais comment ce type a-t-il pu se procurer autant d’armes ???

  • lol3                                                                      Un lycéen de 17 ans, de « type européen » ‘’ (blond, crane rasé) a été arrêté, selon des sources policières. Il ne serait pas connu des services de police. Selon Nice-Matin, il était scolarisé en première L dans le lycée. Selon les premiers éléments de l’enquête, il semble avoir agît seul. Et dans les blessés il y a un Akram, mince les adeptes du fn vont être déçus !

  • Danuta47                                                          Il est blanc bourgeois fils d’un élu, il sera acquitté, il n’aura qu’un suivi psy  . Quand c’est un acte isolé par un néo nazi ! ce n’est pas du terrorisme ?! Et quand ils sont d’ethnies différentes ce sont des terroristes ! Je suis choquée

  • scoopy                                                          bon maintenant regardons comment il a pu obtenir ces armes qui visiblement se vendent comme des petits pains.

  •  

    Publicités

    Laisser un commentaire

    Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

    Logo WordPress.com

    Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

    Image Twitter

    Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

    Photo Facebook

    Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

    Photo Google+

    Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

    Connexion à %s

    %d blogueurs aiment cette page :