Hamon, Macron : comment donner l’impression d’une affaire avec quelques titres trompeurs

Le candidat du PS comme celui d’En Marche ! ont été confrontés à une méthode de désinformation éprouvée, fondée sur des titres trompeurs et des relais complaisants.

LE MONDE |Samuel Laurent

« Macron : le parquet financier saisi » ; « Benoît Hamon mis en examen. » Voici deux titres que vous pouvez aisément trouver sur le Web ou sur les réseaux sociaux ces derniers jours. Généralement accompagnés d’une diatribe sur le silence des médias, forcément « complices ».

Hamon : une mise en examen dans une affaire relativement anecdotique

C’est ainsi que Louis Aliot, vice-président du Front national, se scandalisait, le matin du 7 mars, de ce « silence média » autour du candidat socialiste :

Un tweet très repris et relayé, de même que nombre d’articles expliquant peu ou prou la même chose. Mais aucun ne prend la peine de préciser de quoi on parle. Car oui, il est exact que M. Hamon soit mis en examen. Mais de manière automatique, et pour des faits à l’importance relative.

L’histoire n’a pas été tue par la presse, puisque c’est le journal régional Le Réveil normand qui l’a révélée, voici une semaine. Passée inaperçue quelques jours, elle a ensuite été repérée par plusieurs sites de la « fachosphère », ce réseau de blogs et vrais-faux sites d’information de militants d’extrême droite, qui se sont chargés de la faire massivement circuler.

L’histoire est assez simple : Benoît Hamon avait publié, fin 2015 en pleine campagne des régionales, ce tweet, qui critiquait Nicolas Miguet, personnage baroque, connu pour ses affiches et pour être régulièrement candidat à diverses élections :

L’intéressé (qui avait notamment été condamné en 2011 à 500 000 euros d’amende par l’Autorité des marchés financiers, ainsi qu’en 2014 à 600 000 euros d’amende pour conflit d’intérêts), s’estimant mis en cause, a porté plainte contre le socialiste pour injure publique.

Or, ce délit entraîne, de même que nombre de cas similaires (comme la diffamation), une mise en examen quasi automatique. Il suffit de quelques recherches pour trouver des dizaines d’affaires similaires : la socialiste Marie-Arlette Carlotti était mise en examen pour injure en 2014, de même que Jean-Luc Mélenchon en 2012, ou encore l’humoriste Guy Bedos.

Dans le cas de M. Hamon, sa mise en examen a été prononcée le 6 décembre. Au terme de celle-ci, le juge a décidé du renvoi de l’affaire devant le tribunal correctionnel, qui devra dire si le terme « escroc » constitue en l’espèce une injure. La peine encourue pour un tel délit est une simple amende, qui ne peut pas dépasser 12 000 euros. On est donc assez loin ici, par exemple, de l’affaire des emplois présumés fictifs d’assistants d’eurodéputés Front national, où le préjudice se chiffre en centaines de milliers d’euros.

La presse nationale n’a effectivement pas rapporté cette information, car de peu d’intérêt, s’agissant d’une plainte pour injure simple suite à un tweet vieux de deux ans. Mais ici, c’est avant tout de communication qu’il est question : en mettant en avant le fait que « Benoît Hamon est mis en examen », on relativise d’autant les tribulations judiciaires d’autres candidats, qu’il s’agisse de François Fillon, convoqué en vue d’une mise en examen le 15 mars dans l’affaire des emplois présumés fictifs de son épouse et de ses enfants… ou bien de Marine Le Pen, dans le même cas pour l’affaire de ses assistants parlementaires au Parlement européen.

Macron et le « parquet financier saisi »… d’une lettre rédigée par deux particuliers

Le cas d’Emmanuel Macron ressort de la même technique. Cette fois, on peut lire que « le parquet financierest saisi » concernant sa fortune personnelle. Là encore, en s’arrêtant au titre, on pourrait croire à une affaire sérieuse autour du candidat.

Pourtant, à y regarder de plus près, les choses sont plus simples et – pour l’instant au moins – bien plus bénignes : en réalité, deux activistes locaux, Paul Mumbach, « candidat des maires en colère à la présidentielle », et Jean-Philippe Allenbach, président du Mouvement Franche-Comté (qui veut le rattachement de la région à la Suisse), ont écrit au parquet national financier (PNF) pour lui demander d’enquêter sur le patrimoine de M. Macron.

Ils avaient déjà fait la même demande à la Haute autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP) quelques semaines auparavant. N’ayant pas obtenu de réponse, ils relancent donc auprès du PNF. Sans aucune garantie de réponse là encore. Rien n’empêche en effet tout citoyen de demander une enquête au PNF. Mais rien ne garantit pour autant que celui-ci répondra.

Ici aussi, écrire« le parquet financier saisi » ressort, sinon du mensonge pur, du moins de l’exagération la plus complète. La technique est ici assez limpide : faire ce type de courrier permet ensuite de dire que « la justice est saisie », même si celle-ci ne donne aucune suite.

Lire aussi :   Macron : pourquoi sa déclaration de patrimoine suscite des questions

ISF, Las Vegas, Servier… Les affaires qui embarrassent le candidat Macron

ISF, Las Vegas, Servier... Les affaires qui embarrassent le candidat Macron
ISF, délit de favoritisme à Las Vegas, conflit d’intérêt avec les laboratoires… le point sur les affaires qui embarrassent le candidat Macron. (ISA HARSIN/SIPA)

ISF, délit de favoritisme à Las Vegas, conflit d’intérêt avec les laboratoires Servier… le point sur les affaires qui pèsent sur la campagne du candidat Macron.

En marche vers la transparence ? Après la démission mardi, pour conflits d’intérêts, d’un conseiller santé d’Emmanuel Macron, qui avait été rémunéré une soixantaine de fois par les laboratoires Servier, « le Canard enchaîné » indique ce mercredi que l’Inspection générale des finances (IGF) s’intéresse à un possible délit de favoritisme concernant l’organisation, sans appel d’offre, d’une soirée en 2016 à Las Vegas, où l’ex-ministre de l’Economie avait rencontré des entrepreneurs français.

Le parquet national financier (PNF) fait savoir ce mercredi après-midi qu’il attend « plus d’informations » pour envisager les « suites éventuelles ».

Favoristisme à Las Vegas ?

Y-a-t-il eu favoritisme à Las Vegas ? L’affaire remonte au 6 janvier 2016, en plein Consumer Electronics Show (CES) de Las Vegas (Etats-Unis), grand-messe mondiale de l’innovation technologique. Alors ministre de l’Economie, Emmanuel Macron y est ovationné par plus de 500 personnalités et dirigeants de start-up français.

Petit hic, révèle ce mercredi « le Canard enchaîné », « cette opération de séduction montée dans l’urgence », et d’un coût de quelque 380.000 euros, « a été confiée au géant Havas par Business France ». Et ce, « sans qu’aucun appel d’offres ait été lancé », souligne l’hebdomadaire satirique.

Vous aimez cet article ?Inscrivez-vous à la Newsletter de l’Obs

Selon Bercy, Michel Sapin « a naturellement missionné l’IGF » lorsqu’il a été « informé de ces dysfonctionnements ». D’après l’hebdomadaire, qui reprend les conclusions de l’IGF, Business France ou certains de ses salariés « pourraient être incriminés pour ‘favoritisme' » et Havas France ou ses dirigeants « au titre de la complicité ou du recel ».

Emmanuel Macron, le 6 janvier 2016 au Consumer Electronics Show de Las Vegas. (Robyn Beck/AFP)

Mercredi après-midi, le parquet national financier (PNF) a fait savoir qu’il attendait « plus d’informations » pour envisager « les suites éventuelles ». Le PNF dit « s’être rapproché de l’Inspection générale des finances pour obtenir plus d’informations. Dès que nous aurons plus d’éléments, nous envisagerons avec le parquet de Paris les suites éventuelle à donner ».

Ce qu’en dit Macron. Le candidat d’En Marche ! à la présidentielle a nié mardi soir toute implication dans cette affaire. « Je n’ai pas pris connaissance de cela […] je ne pense pas que ce soit mon ministère qui ait organisé un événement sans appel d’offres », a-t-il déclaré, assurant :

« Mon ministère, lorsque j’étais ministre, a toujours respecté les règles des appels d’offres et des marchés publics. »

Michel Sapin, ajoute : « C’est un dysfonctionnement de Business France. Il lui appartenait, si elle considérait que les délais étaient trop courts, de dire qu’elle ne pouvait pas organiser l’événement selon les règles, ce qui n’a pas été fait. »

Conflit d’intérêts avec Servier ?

Conflit d’intérêts ? Membre de l’équipe santé d’Emmanuel Macron, Jean-Jacques Mourad a démissionné ce mardi matin. En cause, une soixantaine d’interventions rémunérées par le laboratoire Servier, indique « le Monde ».

Un conseiller de Macron démissionne pour ses liens avec les labos Servier

Dans un communiqué de démission, le praticien, par ailleurs frère de Bernard Mourad, proche conseiller d’Emmanuel Macron, écrit :

« Je reconnais ne pas avoir fait état de mes liens avec le laboratoire Servier, ni au moment d’intégrer ce groupe ni au cours de nos travaux. »

Le 4 mars dernier, ce cardiologue avait notamment représenté le candidat d’En Marche ! aux Rencontres de l’officine à Paris. Il s’y était exprimé, publiquement, en son nom, sur son programme en matière de santé. Sur Twitter, le Formindep, association pour une information médicale indépendante, s’était alors insurgé : « Qui parle ? Le porte-parole de Macron ou le speaker de Servier ? »

Et de publier, dans la foulée, la liste de récentes interventions de Jean-Jacques Mourad rémunérées par le groupe pharmaceutique Servier. Au moins 66 interventions sont recensées sur cette base entre janvier 2013 et juin 2016.

« Soit une à deux par mois et plus de 80.000 euros de frais de restaurant et de transport », calcule le quotidien du soir.

Ce qu’en dit Macron. Le candidat n’a pour l’heure pas réagi publiquement à cette démission. Il n’est pas non plus revenu sur sa proposition, annoncée en meeting le 6 janvier à Nevers, de mieux rembourser les médicaments contre l’hypertension artérielle sévère. Petit hic, relève « le Monde »… ces médicaments sont précisément une spécialité des laboratoires Servier. Du côté de la communication du mouvement En Marche !, Sylvain Fort indique :

Sa déclaration de patrimoine

Il ne paye l’ISF que depuis 2013. La fortune personnelle d’Emmanuel Macron soulève bien des questions. Gérant, puis associé-gérant chez Rotschild & Cie entre 2008 et 2012, il n’est soumis à l’impôt sur la fortune (ISF) que depuis 2013, s’étonnent ses détracteurs. Une surprise ravivée à son entrée au gouvernement, par sa déclaration de patrimoine étrangement modeste, pour un ancien banquier d’affaires.

Macron : où sont passés ses millions de la banque Rotschild ?

Au mois de janvier dernier, le chargé de communication Sylvain Fort confirmait à « l’Obs » que ces sommes gagnées chez Rothschild avaient en effet servi à « rembourser des prêts familiaux, mais à ce stade nous entrons dans l’intimité d’un homme qui n’était pas alors ministre. »

Dans une récente interview accordée au « Journal du Dimanche », l’intéressé précise avoir gagné en tout (salaires et bonus compris) 2,8 millions d’euros brut chez Rothschild. Après déduction des charges sociales et impôts, il aurait empoché 1,5 millions d’euros.

Ce qu’en dit Macron. S’il n’a pas payé d’impôt sur la fortune avant 2013, c’est que « pendant les années Rothschild, Emmanuel Macron a adapté son train de vie à ses revenus et il a donc pas mal dépensé », justifie son porte-parole Sylvain Fort auprès du « JDD ». Et d’ajouter :

« Son patrimoine a déjà été passé aux rayons X, mais, s’il reste des zones d’ombre, nous sommes prêts à les éclairer. »

Emmanuel Macron, sa déclaration de patrimoine et le Parquet national financier

Thomas Carbonnier
Emmanuel Macron, sa déclaration de patrimoine et le Parquet national financier

La déclaration de patrimoine d’Emmanuel Macron lors de son entrée au gouvernement suscite des questions. Le PNF a été saisi pour enquête, tout comme le HATVP, mais aucun des deux n’a donné suite à ces soupçons pour le moment. Décryptage.

En août 2014, à son entrée au gouvernement, Emmanuel Macron déclare son patrimoine. On y retrouve un appartement, deux assurances-vie, plusieurs comptes bancaires et une voiture pour un montant total de 1.2 million d’euros environ. Il faut soustraire à cet ensemble une dette d’environ un million d’euros soit une déclaration totale de patrimoine de 156 000 euros.

Paul Mumbach, candidat des Maires en colère, Jean-Philippe Allenbach, président du mouvement Franche-Comté et Serge Grass, président de l’Union Civique des Contribuables Citoyens (U3C), estiment que l’écart entre les revenus qu’Emanuel Macron a déclaré avoir perçu entre 2009 et 2014 (lors de son passage chez Rothschild & Cie et en tant que secrétaire général adjoint à la présidence de la République) est trop important. Entre 2009 et 2014 (avant qu’il ne devienne ministre de l’Economie) le candidat aurait cumulé près de 3.3 millions d’euros (1.8 million en tenant compte des impôts).

Le 14 février, les trois hommes décident alors d’adresser un courrier directement à Emmanuel Macron et à la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Politique (HATVP). « Où est passé la différence ? s’interroge Jean Philippe Allenbach, Comment a-t-il pu déclarer si peu en 2014 après avoir gagné 3 millions ? Pour moi, il y a eu fausse déclaration et c’est un délit pénal. »

Sans réponses de la part de la HATVP, ils décident de renvoyer ce même courrier au Parquet national financier qui reste muet. Comme l’explique Le Monde dans un article 8 mars, il manque des éléments pour répondre à cette question, éléments que la loi n’oblige aucunement au candidat de fournir.

Sans réponses de la part de la HATVP, ils décident de renvoyer ce même courrier au Parquet national financier qui reste muet. Comme l’explique Le Monde dans un article 8 mars, il manque des éléments pour répondre à cette question, éléments que la loi n’oblige aucunement au candidat de fournir.

Un proche d’Emmanuel Macron expliquait à Mediapart que « Si le procès qu’on veut faire à Emmanuel Macron, c’est qu’à 35 ans il a eu le goût de dépenser son argent, il n’y a rien là de répréhensible ». Et son porte-parole Sylvain Fort, interrogé par le JDD le 19 février, ajoute que « pendant les années Rothschild, Emmanuel Macron a adapté son train de vie à ses revenus et il a donc pas mal dépensé ». L’écart s’expliquerait donc par les dépenses personnelles de l’ancien ministre. C’est trop gros pour M Allenbach : « Comment a-t-il pu dépenser quasiment intégralement 1.8 millions d’euros sur quatre ans ? Ca n’est pas possible. Il a forcément mis une partie de l’argent quelque part ! »

Interrogée par Atlantico, la Haute Autorité a affirmé avoir pris connaissance de la demande de vérification des plaignants comme le veut la procédure. En revanche, l’organisme déclare ne pas avoir autorité pour communiquer tous les éléments de leur enquête, étant liés par le secret professionnel. Elle a rappelé qu’en aucun cas elle ne pouvait prendre la place de l’administration fiscale et que c’est bien cette dernière que le dossier concerne, la HATVP étant uniquement en charge des patrimoines. Au cas d’espèce, la HATVP assure avoir « fait (son) travail », et qu’il n’y avait dès lors « rien à dire » sur le cas Macron

Le Parquet national financier, lui, s’il n’a pas adressé de réponse aux trois plaignants, a déclaré dans l’Express avoir bien pris connaissance de leur courrier et répond : « nous sommes confrontés à une impossibilité d’agir, car le fait d’omettre ou de diminuer les sommes dans sa déclaration auprès de la HATVP est une infraction pénale pour laquelle nous ne sommes pas compétents, quel que soit le caractère sérieux ou non des faits dénoncés ».

Sur un tout autre registre, un fin connaisseur du contrôle de la transparence des personnalités politiques pointe pour Atlantico les sommes perçues par l’ancien ministre de l’Economie lors de la réalisation d’importantes opérations pour le compte de la banque Rothschild. En effet en 2012, la banque d’affaire est mandatée pour la cession des actifs de Nestlé au laboratoire pharmaceutique Pfizer pour un montant de 9 milliards d’euros, et c’est Emmanuel Macron qui est aux manettes. Dans une opération de cette envergure, la banque aurait pu recevoir entre 1,5% et 3% de la transaction sous forme de commission.

Et cela pose une question : combien la banque a-t-elle effectivement reçue ? Et quelle commission l’ancien ministre a-t-il réussi à négocier, chose commune dans pareille situation ? Surtout la question qui se pose est celle du mode de rémunération. Les deux entreprises siégeant en Suisse et aux Etats-Unis, certaines rémunérations auraient-elles pu se faire en dehors de la juridiction française ? Et dans le cas d’une rémunération sous forme de dividendes (ce qui est aussi une possibilité) sur combien d’années les étalements ont-ils été prévus ? Et le juriste de conclure que derrière cette opération (qui est la principale d’Emmanuel Macron pour le compte de la banque Rothschild) pourrait exister d’autres zones d’ombres pour l’ancien ministre, qui pourraient intéresser les magistrats du Parquet national financier.

Emmanuel Macron soupçonné d’un délit de favoritisme

Plus récemment, le candidat d’ »En Marche ! » s’est retrouvé à son tour dans le viseur du Canard enchainé. L’ancien ministre serait selon l’hebdomadaire soupçonné par l’Inspection générale des finances d’un délit de favoritisme. Il s’agirait d’une soirée organisée à Las Vegas, le 6 janvier dernier, en marge du Consumer Electronics Show (CES) où s’était rendu Emmanuel Macron. Il aurait ainsi rencontré des entrepreneurs français à l’occasion de cette fameuse soirée.

« Cette opération de séduction, montée dans l’urgence, à la demande expresse du cabinet du ministre, a été confiée au géant Havas par Business France (l’organisme de promotion de la French Tech dépendant de Bercy) sans qu’aucun appel d’offres ait été lancé », affirme Le Canard enchaîné. Coût de l’opération : « 381 759 euros, dont 100 000 rien que pour l’hôtel, où la moindre chambre était facturée plus de 300 euros la nuit. » Pour l’Inspection générale des finances, il pourrait bien s’agir d’un délit de favoritisme.

Atlantico : Au regard des différents soupçons suscités par la déclaration de patrimoine de l’ancien ministre, qui aujourd’hui pourrait effectivement se trouver compétent pour s’en saisir entre l’administration fiscale, la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique et le Parquet national financier ? Pour le cas du soupçon de favoritisme lié à la visite d’Emmanuel Macron à Las Vegas, le Parquet national financier est-il là aussi compétent ?

Thomas Carbonnier : Depuis la loi Sapin 2, le PNF dispose de compétences élargies qui englobent les délits fiscaux (y compris les montages complexes, fraude fiscale). A ce titre, le PNF pourrait se déclarer compétent pour ouvrir une enquête et investiguer sur une éventuelle dissimulation de tout ou partie des revenus de M. Emmanuel Macron. En effet, il y a incohérence entre le faible patrimoine déclaré par M. Emmanuel Macron et ses hauts revenus perçus au cours des années passées chez la banque d’affaires Rothschild.

Il paraît peu crédible que M. Emmanuel Macron ait pu dilapider l’essentiel de ses revenus en si peu de temps…

La question est de savoir si M. Emmanuel Macron aurait simplement omis de déclarer une partie de son patrimoine ou s’il aurait eu recours à des montages fiscaux complexes. Dans ce dernier cas, le PNF pourrait confier à l’Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales une mission d’enquête. En effet, cet office est compétent dans les domaines de la corruption nationale et internationale, les atteintes à la probité, les infractions au droit des affaires, la fraude fiscale complexe et le blanchiment de ces infractions. Il a également compétence en matière d’infractions en matière de financement de la vie politique et délits de fraude électorale lorsque les affaires sont ou paraissent d’une grande complexité, ainsi qu’au blanchiment de ces infractions et aux infractions qui leur sont connexes

Toutefois, l’administration fiscale peut également agir de son côté. Elle peut investiguer au moyen des contrôles classiques (examen de situation fiscale personnelle) sans le concours du Parquet. Elle peut également vouloir engager des poursuites pénales. Toutefois, le ministère public ne peut poursuivre devant, le Tribunal Correctionnel, qu’après avoir obtenu un avis conforme de commission des infractions fiscales. En l’absence d’avis conforme de cette commission, toute plainte pénale déposée par la direction générale des Finances publiques serait jugée irrecevable.

Pour le cas du soupçon de délit de favoritisme de l’ancien ministre concernant l’organisation d’une soirée à Las Vegas en 2016, le Parquet national financier est ici indéniablement compétent. D’ailleurs, il a déclaré attendre de « nouvelles informations » de la part de l’inspection générale des finances.

Macron/favoritisme: Jacob attend que le PNF se saisisse

Le chef du groupe LR à l’Assemblée nationale Christian Jacob à Paris le 7 février 2017

© ALAIN JOCARD / AFP/Archives

Le chef de file des députés LR, Christian Jacob, a souhaité mercredi « que le PNF (parquet national financier) se saisisse rapidement » du dossier d’un déplacement d’Emmanuel Macron à Las Vegas en 2016, objet de soupçons de favoritisme.

Interrogé par franceinfo sur l’affaire du prêt non déclaré de 50.000 euros accordé par l’homme d’affaires Marc Ladreit de Lacharrière à François Fillon, M. Jacob a renvoyé au cas du candidat d’En Marche! à la présidentielle.

Le Canard Enchaîné affirme que l’Inspection générale des finances soupçonne un délit de favoritisme concernant l’organisation d’une soirée à Las Vegas en 2016, où Emmanuel Macron, alors ministre de l’Économie, avait rencontré des entrepreneurs français. L’opération, d’un coût de quelque 380.000 euros, avait été confiée au géant Havas sans appel d’offres.

« J’aimerais bien que le PNF se saisisse rapidement. Ca va être intéressant de voir si Mme Houlette (procureur financier, ndlr) se précipite pour se saisir de cette affaire ou pas », a déclaré M. Jacob, dont le candidat fait lui-même l’objet d’investigations initiées par le PNF dans le cadre du « Penelopegate ».

Au sujet des nouvelles révélations également dans le Canard Enchaîné de mercredi sur ce prêt de 50.000 euros à François Fillon, le président du groupe LR à l’Assemblée a souligné que « ça n’est pas les enquêteurs qui le découvrent, c’est François Fillon lui-même qui le (leur a) dit ». Et le prêt a été remboursé donc « c’est clos », selon lui.

Une somme en remerciement pour la grand’croix de la Légion d’honneur, remise à M. Ladreit de Lacharrière en 2011? « La ficelle est un peu grosse », aux yeux de M. Jacob.

« On pourrait attacher autant d’importance au prêt de 500.000 euros de M. Macron », a-t-il encore taclé, en référence à un prêt personnel en 2007 de la part de l’homme d’affaires Henry Hermand, qui était son mentor en politique.

Et le député de Seine-et-Marne d’ironiser: « Est-ce que pour l’assassinat de Henri IV vous êtes bien sûrs que c’est Ravaillac? Fillon n’y était pas pour quelque chose? »

Soupçon de favoritisme : En Marche ! va porter plainte contre le député-maire de Provins Christian Jacob

Le mouvement d’Emmanuel Macron compte saisir la justice après les attaques du député-maire de Provins.

08/03/2017 à 19:42 par Administrateur

christian-jacob-dtourer1.jpg

Selon Le Figaro, le mouvement d’Emmanuel Macron, En Marche!, va porter plainte pour diffamation contre le chef de file des députés LR Christian Jacob, après ses propos, tenus ce mercredi matin, ciblant le candidat à la présidentielle.

Interrogé par France Info, Christian Jacob a réclamé «que le PNF (parquet national financier) se saisisse rapidement» du dossier d’un déplacement d’Emmanuel Macron à Las Vegas en 2016, qui fait l’objet de soupçons de favoritisme, selon Le Canard enchaîné.

L’inspection générale des finances pointe le coût exorbitant d’une prestation événementielle confiée par Business France (organisme de promotion de la French tech, qui dépend de Bercy), en janvier 2016, à la société Havas.

=================

commentaires

Alain                                                 La sphère politique est pourrie jusqu’à l’os. On fait dans le baveux, vu que Fillon est battu au 1er tour et que son projet ne rassemblera pas les 18millions d’électeurs pour espérer atteindre le second tour. Alors plutôt qu’un débat de projets et d’idées, on essaye de rester dans le buzz.
Bernard Darbon

@ archiduc                                             Cela fait 5 ans que l’affaire Bygmalion est connue sans être jugée pour l’instant ! 5 ans que l’on connait les turpitudes de Jeanne le Bygmalion du FN . Cela fait 12 ans que l’on sait que Guéant tapait dans la caisse etc etc On a mis 15 ans à condamner Chirac . Mais il faudrait sortir la Guillotine immédiatement pour Cahuzac et la corde pour Macron .

Bernard Darbon

@niky Mado                                      L’ ISF se paye sur le patrimoine . L’impôt sur le revenu sur les gains . 1.8 millions après impôt n’est pas ce qu’on appelle une fortune . les Footeux sont largement plus payés( pour perdre 6 à 1) . Effectivement s’il a tout dépensé il n’y a pas de patrimoine . Quand dans un raisonnement comme le votre il y a du flou c’est que il y a un gros loup dans les conclusions attives et mensongères .

Macron n’aurait jamais travaillé ni à la banque , ni dans une usine on lui en ferait le reproche . il a travaillé , il a été ministre on lui reproche . J’en connais une qui n’a jamais rien fait de concret dans sa vie , qui a hérité d’un parti qu’elle n’a pas fondé elle même , qui ne va pas aux assemblées qui la paye , qui profite du système a fond et même plus en magouillant MAIS vous la parez de toutes les qualités . Elle sait tout faire , elle a des solutions pour tous et elle est formidable . Son seul fait d’arme c’est d’avoir vendu le siége social pour payer les dettes d’un parti en faillite et de continuer a s’enrichir sur le dos des contribuables . Vous l’avez reconnu j’espère ? Mais pour les négationistes, déclinistes je parlede MLP . La pauvre victime ..

@Alexandre Poincet                     allez vivre en Russie avec Belin no . Revenez ensuite nous voir pour nous raconter la vie là- bas et puis retournez y puisque pour vous la France n’est pas un pays démocratique on ne voudrait pas vous imposer notre dictature…

Flying BlueFlying Blue        on peut ajouter :
— les bus « Flexibus » créés par un collègue de Rotschild au moment de la libéralisation du secteur (une des seules compagnie qui a survécu)

— la façon dont il a conseillé « gratuitement » la société des journalistes du Monde lors de son rachat par ses nouveaux mentors milliardaires. …http://www.lepoint.fr/presidentielle/quand-macron-jouait-a-cache-cache-avec-des-journalistes-11-02-2017-2104077_3121.php

— les conditions d’attribution de SFR à son nouvel obligé P.Drahi, également un de ses plus forts soutiens et qui a d’ailleurs envoyé son meilleur bras droit, P.Mourrad, le frère de celui de Servier, dans le top du staff de Macron…

— les conditions d’attribution par une filiale de Rotschild de la société qui possédait des centaines d’officines pharmaceutiques, juste au moment de la loi de libéralisation du secteur, ….

— des grosses questions sur la façon dont on a cédé Alstom à GE (un scandale d’état !) ou bien l’aéroport de Toulouse aux chinois. ….
http://www.agoravox.tv/tribune-libre/article/scandale-d-etat-comment-macron-a-72159

http://www.mediapart.fr/journal/economie/281114/la-scandaleuse-privatisation-de-laeroport-de-toulouse-blagnac?onglet=full

— et beaucoup d’autres. ….

 …                               Hamon bénéficie tout de même d’un traitement de faveur médiatique. On a vu comment les « décodeurs » ont balayé d’un revers de la main son emploi de Professeur associé à l’université (de gauche) Paris VIII Saint Denis, sur la base d’une expérience de député européen, alors qu’avec une simple licence, il n’aurait même pas le droit de faire des TD de méthodologie en première année.

furusato explorer des dimensions macroscopiques                  Exact mais faute relativement minime en République de com ,l’affaire du patrimoine de Macron a quand même une autre dimension et il y a des étonnements argumentés à propos des sommes hors du commun gagnées lors de son séjour bancaire et du peu qui reste apparemment .

luce prima                          Des affaires dans l’affaire (C.Pasqua) pour détourner l’attention. Ici on se reportera aux séries d’hommes politiques plus ou moins achevés, plus ou moins parfaits (de Marsay, Rastignac, etc…) de » La Comédie Humaine » pour avoir le fil directeur. Ces deux candidats sont des ressorts de la Haute- Finance, comme le fut G. Pompidou (tête de série n° 1), H. Emmanuelli (seconde série), fondateur d' »un monde d’avance », avec Benoît Hamon (? série), comme l’est Emmanuel Macron (? série).

JEAN ROBERT GAUTHEY     L’un des fils Fillon paye en retard un PV de stationnement cela fait la Une mais les mises en examen des autres candidats n’inquiètent personne … Chers décodeurs vous commencez vraiment à perdre en crédibilité!

Noleb                                     vous avez lu l’article ou vous répétez mécaniquement les éléments de langage qu’on vous a envoyé?

Gauche                                 Pour Hamon, on peut balayer l’affaire puisque c’est une simple injure mais pour ce que le canard a publié aujourd’hui sur Macron? Et les articles dans Marianne? Son parlementaire sur mesure ? Et ses donneurs? Les frais de bouche? Les conflits d’intérêt? L’affaire de l’assurance? Ça fait un feuilleton trop long pour pouvoir voter Macron. Désolé. Et c’est parce que vous ne racontez pas les choses qu’on ne lui fait pas confiance! Bougez-vous!

Paco                                     Que font les « journalistes d’investigation » de Valeurs Actuelles, de Minute, de Rivarol, du Figaro? Quoi? Il n’y en a pas ou bien ils ne trouvent rien? Le Canard Enchaîné ne peut pas tout faire.

HdA                                     Ai-je mal lu? Un sujet qui excite la fachosphère et pas un seul nom de site. Le Monde semble avoir compris qu’il n’est pas utile de publier une liste de sites vert de gris pour agrémenter l’article.

  • fumerollefumerolle                   La solidarité n’est pas un vain mot dans le monde bancaire.
    Je n’ai guère d’illusions.

    GwalarnGwalarn                    le PNF s’est emparé de la prétendue affaire Fillon en quelques heures…. Pour Macron, comme pour Cahuzac, il faut attendre quelques mois !!!
  • FrançoisFrançois                    Cette AFFAIRE sortira après les élections.
  • MerlinMerlin                      Et si il nous parlait de ces notes d’hotel à 100.000.00 euros la nuit ????? c’est ce que dépensait aussi sa grande copine de jeux touche pipi Gallet Mathieu
  • Jean-RenéJean-René               Une seule solution ! Mieux que le Trocadéro……. Descendons dans la rue , dans la France entière, pour imposer au PNF , une réponse rapide …… Et si il le faut , une mise en examen
  • louislouis                         vite , les médias , trouvez donc à lui aussi, une « paille » dans son oeil !

    Personnellement, je vous considère comme des fouilles m…… !
    Vous êtes encore plus puants que contre les pires des corrompus !
    Dites nous pour qui nous devons voter ce sera plus clair !

  • https://www.les-crises.fr/macron-a-bien-claque-un-smic-par-jour-pendant-3-ans-20-questions-a-lui-poser-sur-des-bizarreries-sur-son-patrimoine/

    Macron a bien claqué un Smic par jour pendant 3 ans ! (+ 25 questions à lui poser sur des bizarreries sur son patrimoine) (1/5)

    Macron a bien claqué un Smic par jour pendant 3 ans ! (+ 25 questions à lui poser sur des bizarreries sur son patrimoine) (1/5)
    (Billet du 24 février 2016) Retour sur le patrimoine d’Emmanuel Macron. La presse refuse à l’évidence de traiter ce problème sérieusement. Cette nouvelle analyse fait suite à ce premier…

    PhilippePhilippe          et il est présenté comme le monsieur propre , le gendre idéal

  • Yves3531 –                     Mais qu’attendent France 2 -3 -5 -Inter – BFM – Europe – RTL …
    L’Obs – L’Express – …. pour presser Macron de questions comme ils savent si bien le faire ?!!!
  •  tananarive                       On comprend que l’affaire de Monsieur Fillion est en fait un rideau de fumée pour cacher les scandales de Macron. Il sont très fort ces nationaux socialistes, on les avaient vu à l’oeuvre dans les pays totalitaires mais on pensait la France, pays des droits de l’homme, à l’abri de telles méthodes.
  • Wortstein                           curieux comme tout à coup le secret de l’instruction devient impérieux. Dans le cas Fillon, ça fuite immédiatement. Les mêmes ferment le robinet dès qu’il s’agit d leur poulain…
  • Par zen-gzr-28 –                      Poulain ou pas ! les médias et la justice, totalement impartiaux (si,si,ils veulent tellement nous le faire croire ) vont mettre tous les moyens et la même célérité pour s’occuper du cas MACRON à l’instar de M. FILLON.
  • Deudeuche –                          Un théâtre de marionnettes, pour soutenir le candidat du système. BFMacron nous expliquera!
  •  GRAR                               La déclaration de Macron a disparu
    La déclaration d’intérêt de Macron, permettant d’avoir un regard sur l’articulation de son patrimoine, figurait encore sur le site de la Haute Autorité le 3 mars. ELLE A DEPUIS DISPARU; Pourquoi ?
  • vangog –                                Il y a la loi pour les gauchistes, type Macron-Rothschild…
    « Il manque des éléments pour répondre à cette question [de la différence entre revenus et déclarations du minet-à-cougars], éléments que la loi n’oblige aucunement au candidat de fournir. », et il y a la loi pour les droitistes: « il ne manque aucun élément pour répondre à cette question [des emplois fictifs de Pénélope et ses fistons], éléments que la loi n’oblige aucunement au candidat de fournir, mais que le connard déchaîné et mediapute, huissiers de la Justice gauchiste, ont dénichés… » et puis, il y a la loi pour les centristes (non-girouette, je précise) comme Marine Le Pen: « achtung, fous êtes coupable de tout, et nous n’afons pas besoin de preuves. Au cachot, tirectement! »…la loi de l’international-socialisme, ce nouveau fascisme gauchiste…
  •  l’enclume                            Tous pourris, certains plus que d’autres
  •  Pas pour tout le monde, il n’y a qu’à demander
    GRAR –                               « La déclaration de Macron a disparu » : http://www.dreuz.info/2017/02/27/macron-une-affaire-de-3-010-996e-si-le-parquet-financier-ne-bouge-pas-cest-quil-y-a-du-pourri-au-sommet-de-letat/
  •  Jasmin84                         
    Moi aussi je pensais que ces pratiques souterraines pour discréditer un candidat ou en protéger un autre n’avaient cours que dans les pays totalitaires. Mais la gauche est convaincu d’incarner le bien, elle s’absout donc par avance de ses turpitudes puisque c’est pour la bonne cause… MACRON n’est qu’un produit marketing placé en tête de gondole au moyen d’une campagne publicitaire bien orchestrée : pléthore de une de journaux avec madame, reportages laudatifs, complaisance des médias. Il nous est imposé par un battage incessant comme on le fait pour un nouveau produit dans un supermarché. Et le drame c’est que ça fonctionne !!!!! Faut il désespérer de l’intelligence et de la lucidité de non concitoyens ? J’espère encore que non
  •  cloette –                               Il y a quelque chose de pourri au royaume de France
  • Salgado                             Transparence!    Il a OBLIGATION de communiquer le nom des invités s’agissant d’argent public.Il doit les rendre public pour que l’on connaisse l’action du gouvernement. C’est simple! Las Vegas n’est pas qu’un jeu!!!!!

 

Publicités