nAmazon.com et Vente-privée.com condamnés pour faux soldes

Plus de 2,4 millions d’euros. C’est l’amende payée par de grands sites web pris la main dans le sac pour avoir fait la promotion de faux soldes.

//embedftv-a.akamaihd.net/edb0d5b3789f61bbf943797a7cdd4977<br /><a href= »http://www.francetvinfo.fr/economie/soldes/amazon-com-et-vente-privee-com-condamnes-pour-faux-soldes_2070135.html &raquo; target= »_blank »>fraude e-commerce</a>

avatarFrance 2France Télévisions

Des produits de grandes marques à des prix bradés. Jusqu’à -70 % pour des vêtements, des chaussures et même des vacances. Des réductions souvent bien plus importantes que celles proposées en magasin. Ces prix cassés sur le web le sont-ils vraiment ? La répression des fraudes a enquêté et le résultat est sans appel.

Amazon et Vente-privée

En un an, 19 entreprises ont été prises en flagrant délit de tromperie. Concrètement, elles gonflent le prix de référence de leurs produits pour donner l’impression que le rabais est inespéré. Parmi les fraudeurs, il y a Amazon.com, le numéro un du commerce en ligne français, ou vente-privée.com. Au total, ces entreprises ont été condamnées à une amende de 2,4 millions d’euros. En cas de récidive, la justice pourrait condamner les géants du web à verser 10% de leur chiffre d’affaires.

Plusieurs grands noms du e-commerce ont été épinglés par la répression des fraudes et doivent verser une amende globale de 2,4 millions d’euros pour pratiques commerciales trompeuses.Prenez garde avant de valider les achats de votre panier virtuel. Au terme d’une enquête de plusieurs mois, la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) a mis en exergue les arnaques des fausses promotions sur Internet. Amazon, Zalando, Vente-privée… Dix-neuf entreprises d’e-commerce ont été condamnées à des amendes pour un montant total de 2,4 millions d’euros, révèlent Le Parisien et RTL, ce jeudi. Une première. «Pendant plusieurs mois, nous avons réalisé des relevés de prix sur quelques produits», indique Vincent Designolle, directeur de cabinet de la DGCCRF, au quotidien. Plus de 116.000 établissements et près de 11. 000 sites internet ont été contrôlés, selon RTL. Et les «contrôles» se poursuivent. «En cas de doute, nous avons demandé des justificatifs ou fait des perquisitions. Et, en définitive, on peut dire que le système de fausses promotions est assez généralisé dans l’e-commerce», assure Vincent Designolle.15.000 procès-verbaux ont été établisLes fraudes constatées sont nombreuses, puisque 15.000 procès-verbaux ont été établis, affirme RTL. Au total, 19 entreprises d’e-commerce ont déjà été verbalisées. «1,5 million d’euros a déjà été payé par Amazon, Zalando et le Comptoir des cotonniers, 490 .000 euros ont été refusés par H&M, GrosBill, Darel et Netquattro, mais la procédure continue», indique Vincent Designolle. «Par ailleurs, nous avons déjà perquisitionné Vente-privee.com et Showroomprive.com où des enquêtes sont en cours». «Les enquêtes de la DGCCRF se poursuivent en 2017 pour assurer au consommateur qu’une bonne affaire est toujours une bonne affaire», assure au Parisien Martine Pinville, la secrétaire d’État chargée du Commerce.» Lire aussi – E-commerce: 27% des ventes se font sur les tablettes et smartphonesDans le détail, les sites présentent comme des “soldes” des produits qui restent au même prix de vente qu’avant le lancement de l’opération mais dont le prix de référence a été revu à la hausse pour afficher un pourcentage de promo plus alléchant. Le quotidien révèle aussi que les réductions affichées comme exceptionnelles «se renouvellent en réalité toute l’année». «Dans le secteur aérien, des sites ont aussi été sanctionnés, également parce qu’ils annonçaient un tarif, qui brusquement augmentait au moment de valider le paiement», renchérit RTL qui dénonce également les délais de livraison de 30 jours maximum, qui ne sont pas toujours respectés. La DGCCRF pointe enfin du doigt le non-affichage du droit de rétractation, qui permet au consommateur de changer d’avis, dans la limite de 14 jours. En France, 35 millions de personnes achètent sur Internet.

Plus de 2 millions d’euros d’amendes pour les « faux rabais » en ligne

PARIS (Reuters) – Plusieurs grandes enseignes du commerce en ligne – dont Amazon, Zalando, GrosBill et H&M – ont été condamnées l’an dernier à verser des amendes dont le montant total dépasse deux millions d’euros pour avoir mis en avant des « fausses promotions » fondées sur des prix de référence artificiellement gonflés, a annoncé jeudi la secrétaire d’Etat chargée du Commerce et de la Consommation, Martine Pinville.

Ces amendes ont fait suite à des contrôles menés en 2016 par la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF), qui continue les contrôles sur ce type de pratiques commerciales trompeuses cette année.

« Les investigations se poursuivent par ailleurs auprès d’autres enseignes dont les sites vente-privee.com, showroomprive.com, qui ont fait l’objet de perquisitions par la DGCCRF à l’été 2016 », a précisé Martine Pinville lors d’une conférence de presse consacrée au bilan 2016 des services français de la répression des fraudes.

Au total, les contrôles déjà effectués l’an dernier se sont soldés par l’établissement de « 19 procès-verbaux à l’encontre de sites ayant indiqué des prix de référence illusoires, de manière à afficher des réductions de prix factices et d’altérer la perception par le consommateur de l’offre proposée », explique la DGCCRF dans son rapport 2016.

« Ces prétendus prix de référence n’ont parfois jamais été pratiqués et ne sont pas toujours vérifiables, et dans certains cas la DGCCRF a même constaté la création de sites factices uniquement destinés à faire exister artificiellement un prix de référence », a précisé Martine Pinville.

Elle a cependant souligné que la plupart des grands groupes épinglés pour ces « fausses promotions » s’étaient engagés à modifier leurs pratiques dans le sens d’une plus grande transparence.

Amazon, H&M, Zalando… 19 sociétés condamnées pour de faux soldes

Plusieurs grands noms du e-commerce ont été épinglés par la répression des fraudes et doivent verser une amende globale de 2,4 millions d’euros pour pratiques commerciales trompeuses.

Amazon, H&M, Zalando... 19 sociétés condamnées pour de faux soldes
Par lefigaro.fr , AFP, AP, Reuters Agences

Prenez garde avant de valider les achats de votre panier virtuel.

Au terme d’une enquête de plusieurs mois, la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) a mis en exergue les arnaques des fausses promotions sur Internet. Amazon, Zalando, Vente-privée…

Dix-neuf entreprises d’e-commerce ont été condamnées à des amendes pour un montant total de 2,4 millions d’euros, révèlent Le Parisien et RTL, ce jeudi. Une première.

«Pendant plusieurs mois, nous avons réalisé des relevés de prix sur quelques produits», indique Vincent Designolle, directeur de cabinet de la DGCCRF, au quotidien. Plus de 116.000 établissements et près de 11. 000 sites internet ont été contrôlés, selon RTL. Et les «contrôles» se poursuivent. «En cas de doute, nous avons demandé des justificatifs ou fait des perquisitions. Et, en définitive, on peut dire que le système de fausses promotions est assez généralisé dans l’e-commerce», assure Vincent Designolle.

15.000 procès-verbaux ont été établis

Les fraudes constatées sont nombreuses, puisque 15.000 procès-verbaux ont été établis, affirme RTL. Au total, 19 entreprises d’e-commerce ont déjà été verbalisées. «1,5 million d’euros a déjà été payé par Amazon, Zalando et le Comptoir des cotonniers, 490 .000 euros ont été refusés par H&M, GrosBill, Darel et Netquattro, mais la procédure continue», indique Vincent Designolle. «Par ailleurs, nous avons déjà perquisitionné Vente-privee.com et Showroomprive.com où des enquêtes sont en cours». «Les enquêtes de la DGCCRF se poursuivent en 2017 pour assurer au consommateur qu’une bonne affaire est toujours une bonne affaire», assure au Parisien Martine Pinville, la secrétaire d’État chargée du Commerce.

Dans le détail, les sites présentent comme des “soldes” des produits qui restent au même prix de vente qu’avant le lancement de l’opération mais dont le prix de référence a été revu à la hausse pour afficher un pourcentage de promo plus alléchant.

Le quotidien révèle aussi que les réductions affichées comme exceptionnelles «se renouvellent en réalité toute l’année».

«Dans le secteur aérien, des sites ont aussi été sanctionnés, également parce qu‘ils annonçaient un tarif, qui brusquement augmentait au moment de valider le paiement», renchérit RTL qui dénonce également les délais de livraison de 30 jours maximum, qui ne sont pas toujours respectés.

La DGCCRF pointe enfin du doigt le non-affichage du droit de rétractation, qui permet au consommateur de changer d’avis, dans la limite de 14 jours. En France, 35 millions de personnes achètent sur Internet.

N.D.L.R

Concernant les prix de billets d’avion qui augmentent brutalement, une pratique illégale des sites (très) intéressés consiste après une première visite, et le cookie qui va avec, à augmenter le prix quand vous revenez sur la même offre.

Personnellement, soit je prends tout de suite, soit je reviens mais avec un V.P.N.

Amazon, Zalando, Vente-privée et consorts épinglés pour pratiques trompeuses

19 entreprises au total ont été sanctionnées par la DGCCRF (Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes). Elles sont accusées de proposer des fausses promotions sur le Web pour attirer le chaland. 


Avec la multiplication des sites de e-commerce, les vendeurs sont obligés de trouver les meilleurs rabais pour attirer les internautes. Et dans cette course effrénée, ils sont nombreux à proposer de fausses ristournes et afficher des « promotions » qui en réalité ne le sont pas vraiment. En général, il s’agit de gonfler le prix de référence pour proposer des soldes monstres.

C’est en tout cas la conclusion d’une enquête de la DGCCRF menée entre fin 2015 et courant 2016, comme le révèle Le Parisien. Résultat : 19 entreprises de e-commerce ont été épinglées en flagrant délit de tromperie commerciale. L’amende totale s’élève à 2,4 millions d’euros. Amazon, numéro 1 du e-commerce en France, écope à lui seul d’une amende d’un million d’euros. D’autres noms très connus du secteur ont été verbalisés par la DGCCRF : Zalando, H&M, Vente-privée, Showroomprivé, Grosbill, Comptoir des cotonniers, Gérard Darel et d’autres.

Vers un assainissement ?

En 2015 le secteur du e-commerce en France représentait 64,9 milliards d’euros selon la Fevad. Plus de 35 millions de Français achètent désormais en ligne. Autant dire que les amendes dressées par la direction des fraudes ne pèsent pas lourd face à certains mastodontes. Pourtant, la DGCCRF estime que « cela va dans le bon sens, à nous d’être vigilants mais, en cas de récidive, la justice pourrait aller plus loin ». Effectivement, la récidive pourrait coûter cher aux e-commerçants : jusqu’à 10% de leur chiffre d’affaires.

Depuis sa condamnation, Amazon aurait pris certaines mesures afin de vérifier les prix de référence mis en ligne par les vendeurs et fournisseurs. En revanche, cette vérification n’est réalisée pour le moment qu’une seule fois par trimestre. Chez Zalando, on explique que les acheteurs auront désormais plus d’informations sur les prix. C’est un début

Les Soldes… Vraies fausses affaires?

 kebooz

Bonjour,

Je suis tout nouveau sur le forum mais je suis très souvent les posts d’UFC. Je vous remercie de prendre le temps de me lire :)

Depuis le début des soldes je suis sur le qui vive, je scrute le moindre bon plan. Mes centres d’intérêts sont l’informatique et la téléphonie mobile, j’achète principalement via internet et c’est vers les e-tailers que j’effectue la majorité de mes recherches.

Un constat s’impose, tout est fait pour brouiller les pistes. Certains produits sont affichés comme étant des « bonnes affaires », des « A ne pas rater », des « Immanquables » et autres « ventes flash ». Mon préféré étant bien-sûr le « Vente à perte » qui n’est pas un solde clairement annoncé alors qu’il me semble que la vente à perte n’est justement autorisée que sous forme de solde…

J’ajoute à cela des prix de références qui ne sont pas toujours affichés et qui frisent le ridicules. Là encore, il me semble que ce prix de référence doit correspondre au prix le plus bas pratiqué dans les trente derniers jours. Je passe énormément de temps, hors soldes j’entends, à écumer ces site d’e-commerce et je peux garantir que ces prix référentiels sont tous simplement imaginaires…

N’étant pas du genre à faire dans la délation, je me garde de citer les noms de ces commerçants mais je pense que l’on sait tous à qui je fais allusion. Ils sont plutôt nombreux à naviguer dans des eaux troubles et certains ont pourtant déjà eu droit à leur lot d’actions judiciaires.

En fait ma question, ma problématique en tant que consommateur, c’est qu’il n’existe pas de véritables outils pour vérifier la véracité de ces soldes. L’historique d’un prix est compliqué à trouver et lorsque c’est le cas, c’est bien souvent un prix généraliste et les sources jamais vraiment fournies.

Alors, que faire lorsque je croise une fausse bonne solde? Qui contacter?


selfort / Consom’acteur *

Consom'acteur *
Vous mettez vous-même la réponse dans votre post, si vous ne croyez pas vraiment à la fiabilité des soldes, mieux vaut ne pas trop courir après ! :D

Concernant les magasins :
Je pense, quant à moi, qu’il existe des vrais et des faux soldes
Les vrais sont repérables dans les magasins, ce sont les articles que vous avez vus par ex, en début d’hiver et qui sont soldés en fin de saison. Ceux-là, vous êtes sûr qu’il s’agit vraiment de soldes.

Quant à ceux, apportés un mois tout exprès dans le magasin ( je connais le problème car j’ai une amie qui travaille dans un grand magasin qui a recours, comme presque tous les autres, à « ce trucage » ) à un certain prix et qui sont soldés le mois d’après, ce sont des faux soldes, le magasin joue sur la crédulité du client qui va se faire lincher pour attraper le pull à – 50 % alors qu’il est à un prix tout à fait normal ( et même bénéficiare pour le vendeur).

Concernant les e commerces, sur le net
C’est idem.

J’ai acheté d’excellents articles de marque à des prix défiants toute concurrence et j’ai été satisfaite de la qualité, bien représentative de la marque.

Par contre, je me suis aperçue que certaines marques fabriquaient assez couramment leurs propres soldes qu’ils casaient dans les commerces discount.. Leur prix étaient bas, bien sûr, mais la qualité aussi, bien éloignée de leur qualité habituelle.
D’où, parfois, certaines déceptions quand vous recevez, par ex, une montre de marque x affichée à l’origine 69 € et que vous récupérez en vous frottant les mains, pour 17 €…8 jours après, le bracelet plastique qui n’est pas garanti, est fendu !

C’est facile à se rendre compte quand vous voyez aussi, par ex, quantité de pulls identiques, présentés en couleur différente, et dans la taille que vous voulez ! Bizarre, ils auraient tout ça en stock dans les invendus ?

Autre exemple, prix barrés d’origine exhorbitants…et le prix affiché encore relativement cher et pourtant présenté comme soldé ! ( ex relevé : portefeuille en tissu très ordinaire : prix barré 229 € ( !!! ) et soldé encore 89 € !! Y a-t-il des clients pour acheter et croire avoir fait une bonne affaire ? )

Avec l’expérience, on se fait moins avoir, mais tout de même encore un peu, surtout par internet car on ne voit pas les articles et ce n’est pas toujours simple de les renvoyer.

A nous, clients, d’être vigilants et de ne pas tout acheter, sous prétexte qu’il est écrit  » SOLDE » :D .

==============

commentaires

Publicités