FN, fraude nationale ?

Aurélien Soucheyre / L’Humanité
Le trésorier du Front national, Wallerand de Saint-Just avec Marine Le Pen.

Le trésorier du Front national, Wallerand de Saint-Just avec Marine Le Pen.
Photo : AFP

Wallerand de Saint-Just, trésorier du FN, a été mis en examen pour « recel d’abus de biens sociaux ».

L’étau se resserre. Wallerand de Saint-Just, trésorier du Front national, a été mis en examen le 21 septembre pour « recel d’abus de biens sociaux » dans l’enquête sur le financement de campagne du FN lors des législatives de 2012. La tête de liste du parti d’extrême droite pour les régionales de 2015 en Île-de-France a aussi été placée sous le statut de témoin assisté pour délit de « complicité d’escroquerie » au préjudice de l’État. Il ne s’agit pas de la première mise en examen dans cette enquête : Jeanne, microparti géré par des proches de Marine Le Pen, le vice-président du FN Jean-François Jalkh, le Front national lui-même, l’agence de communication Riwal et son patron Frédéric Chatillon le sont déjà. Les enquêteurs soupçonnent le FN, Jeanne et Riwal d’avoir mis en place un système d’enrichissement frauduleux avec de l’argent public. Selon leur scénario, le parti a obligé nombre de ses candidats à acheter un kit de campagne à Riwal – obligation interdite par le Code électoral – en souscrivant, si besoin, un prêt de 6,5 % – supérieur à celui des banques – auprès de Jeanne. Ces kits, vendus 16 650 euros, surfacturés dans le but de « majorer des dépenses électorales remboursables », selon la justice, ont ensuite été remboursés par l’État, dans le cadre du financement public des frais de campagne pour les candidats ayant obtenu 5 % des voix. Emplois fictifs, fausses factures et financement illégal de parti politique via des facilités de paiement attribuées par Riwal au FN sont également dans le viseur de la justice, qui estime que les sommes détournées atteignent les 10 millions d’euros.

Parlement européen: des assistants du FN soupçonnés de fraude

  • Par lefigaro.fr avec Reuters
Le Parlement européen a saisi aujourd’hui l’Office européen de lutte anti-fraude (Olaf) au sujet de vingt assistants parlementaires FN soupçonnés de ne pas travailler pour l’institution, a-t-on appris auprès du Parlement, confirmant une information du Monde. Les instances du Parlement doutent de la véracité de leurs fonctions, au vu d’éléments tels que leur adresse, puisqu’ils sont enregistrés au siège du parti à Nanterre (Hauts-de-Seine) ou aux informations disponibles sur le site internet du FN.

« Ces vingt assistants parlementaires ne travailleraient peut-être pas pour les députés européens si l’on se réfère à leur profil sur le site du Front national et à l’organigramme publié par le parti », a dit à Reuters Marjory Van den Broeke, chef de l’unité presse du Parlement. La saisie de l’Olaf est « une obligation » réglementaire pour les fonctionnaires européens dès lors qu’il existe des soupçons étayés de fraudes éventuelles, a précisé Marjory Van den Broeke.

Selon Le Monde, qui a rapporté l’information le premier, certains de ces assistants parlementaires occupent des postes stratégiques au Front national, conseillant directement Marine Le Pen, sa présidente, ou Jean-Marie Le Pen, son père et président d’honneur. Or, souligne le quotidien sur son site internet, ils sont rémunérés par l’Union européenne. Selon Le Monde, le préjudice s’élèverait sur la législature actuelle à 7,5 millions d’euros.

Sur son compte Twitter, le vice-président du Front national Florian Philippot accuse le Premier ministre, Manuel Valls, d’être à l’origine de cette saisie et d’avoir sollicité le président du Parlement, Martin Schulz, pour « monter une affaire bidon ». « Dans le fond, Schulz a raison. Nos assistants ne travaillent pas pour l’Union européenne mais contre elle », ajoute l’un des 23 députés FN au Parlement européen.

Soupçons de fraude: Information judiciaire ouverte sur les assistants du FN au Parlement européen

ENQUETE L’information judiciaire a été ouverte le 15 décembre pour abus de confiance et recel, escroqueries en bande organisée, faux et usage de faux et travail dissimulé…

Marine Le Pen, présidente du Front national au siège du parti à Nanterre, le 9 novembre 2016
Marine Le Pen, présidente du Front national au siège du parti à Nanterre, le 9 novembre 2016 – Christophe Ena/AP/SIPA

20 Minutes avec AFP

Nouvel épisode dans le dossier des assistants parlementaires FN au Parlement européen soupçonnés de fraude.

Des juges d’instruction du pôle financier se sont vus confier par le parquet de Paris l’enquête, a indiqué ce jeudi à l’AFP une source judiciaire.

L’information judiciaire a été ouverte le 15 décembre pour abus de confiance et recel, escroqueries en bande organisée, faux et usage de faux et travail dissimulé, a précisé la source. Elle fait suite à une enquête conduite depuis mars 2015 par le parquet, qui avait été saisi par le Parlement européen.

Une «vaste manipulation politique»

A cette époque, les soupçons portaient sur les conditions dans lesquelles étaient employés et payés 20 assistants frontistes au Parlement européen, car leurs noms apparaissaient aussi sur le dernier organigramme du parti en France. Ces doubles inscriptions laissaient supposer que les personnes pouvaient être affectées à d’autres tâches que le Parlement tout en étant rémunérées par les fonds européens.

«On ne peut pas être payé par le Parlement européen et travailler pour un parti», avait résumé le président du Parlement, le socialiste Martin Schulz, répondant à la patronne du FN Marine Le Pen qui l’avait accusé d’organiser une «vaste manipulation politique».

339.946 euros réclamés à Marine Le Pen

En août 2016, l’organisme antifraude de l’Union européenne (Olaf) a demandé au Parlement européen de recouvrer 339.946 euros auprès de Marine Le Pen elle-même, une somme correspondant aux salaires versés à deux de ses assistants parlementaires. L’avocat de Marine Le Pen avait annoncé un recours.

Le Parlement européen a également réclamé 320.000 euros à Jean-Marie Le Pen, lui aussi élu à Bruxelles et à Strasbourg.

>> A lire aussi : Florian Philippot (FN) dénonce le «règne de l’arbitraire» dans l’UE

Dans le cadre de l’enquête du parquet, les policiers de l’Office anticorruption de la PJ (Oclciff) avaient perquisitionné en février 2016 le siège du FN à Nanterre, la propriété familiale de Jean-Marie Le Pen à Saint-Cloud et le bureau de son secrétaire particulier Gérald Gérin.

Le FN a déjà été renvoyé en procès, ainsi que deux de ses cadres, dans l’affaire du financement de ses législatives en 2012. Le procès n’a pas encore eu lieu.

Vingt assistants du FN au Parlement européen visés par une procédure pour fraude

Ces assistants des députés frontistes au Parlement européen sont suspectés par le président Martin Schulz de ne jamais travailler pour l’Union européenne

Le Monde.fr Fabrice Lhomme et Gérard Davet

Marine Le Pen à Bruxelles, le 25 février.

Déjà visé par une enquête judiciaire à Paris, ouverte pour blanchiment en bande organisée, le Front National va devoir faire face à un deuxième front. Les instances du parlement européen ont en effet saisi, lundi 9 mars, l’Office européen de lutte anti-fraude (OLAF), des cas litigieux de 20 assistants parlementaires engagés par les 24 députés européens du parti dirigé par Marine Le Pen.

Ces assistants sont pour la plupart présents dans l’organigramme du FN, certains d’entre eux occupant des postes stratégiques : conseillers spéciaux de Marine Le Pen – cinq assistants européens – , ou au cabinet du président d’honneur du FN, Jean-Marie Le Pen, – 3 assistants européens. Les adresses figurant dans leurs contrats d’exécution donnent même, pour 19 d’entre eux, les coordonnées du siége du FN, à Nanterre.

Un préjudice qui dépasserait 7, 5 millions d’euros

Or, ces assistants, qu’ils soient locaux, c’est-à-dire implantés dans les circonscriptions, ou accrédités, c’est-à-dire censément basés dans les institutions européennes, à Bruxelles ou Strasbourg, sont fortement suspectés de ne jamais travailler sur le front européen. Un peu comme leurs députés, connus pour leur abstentéisme. Ils sont pourtant appointés sur le budget européen, l’un d’entre eux coûtant à la communauté, par exemple, 10 535 euros bruts mensuels.

Le préjudice dépasserait sur la législature actuelle un montant de 7 500 000 euros. Le président du Parlement européen, l’Allemand Martin Schulz, a donc décidé de saisir les organes d’enquête de cette possible fraude au budget européen, en vertu de ses prérogatives. En effet, ces pratiques vont à l’encontre du règlement interne du Parlement européen – soit les mesures d’application du statut du député européen, et notamment l’article 33-2.

Par ailleurs, dans un courrier qu’il adresse à Christiane Taubira, la ministre française de la justice, il l’avertit de son initiative, et lui révèle des faits qui pourraient inciter le parquet national financier à se saisir du dossier. Les pratiques décrites pourraient être assimilées à du financement illicite d’un parti politique.

Nouvelle étape sur les soupçons de fraude du FN à Strasbourg

PARIS (Reuters) – Une information judiciaire a été ouverte le 15 décembre par le parquet de Paris dans l’enquête sur les soupçons de fraude relative à l’emploi d’assistants parlementaires du Front national au Parlement européen, a-t-on appris jeudi de source judiciaire.

L’information judiciaire a été ouverte « contre personne non dénommée, des chefs d’abus de confiance et recul d’abus de confiance, escroqueries en bande organisée, faux et usage de faux, et travail dissimulé », a précisé cette source.

Le Parlement européen avait annoncé en mars 2015 avoir saisi l’Office européen de lutte antifraude (Olaf) à propos d’irrégularités concernant une vingtaine d’assistants des eurodéputés FN.

« On aurait dû commencer par la procédure en France, qui va nous permettre de nous expliquer », a réagi Wallerand de Saint-Just, trésorier du FN, joint au téléphone par Reuters.

« On est évidemment en face d’une entreprise détestable de la présidence du Parlement européen », a ajouté le trésorier, selon qui la formation n’a pas eu recours à des employés fictifs à Strasbourg.

A la suite du signalement du Parlement, le parquet de Paris avait ouvert une enquête préliminaire et effectué une vague de perquisitions en 2015 et 2016 au siège du FN et au domicile et dans les bureaux de Jean-Marie Le Pen.

L’Olaf soupçonne Marine Le Pen d’avoir fait payer les salaires de deux assistants par le Parlement européen alors qu’ils travaillaient en réalité pour le parti.

Fin octobre, l’avocat de la présidente du FN, Marcel Ceccaldi, avait dénoncé une « manoeuvre politique » de certains dirigeants européens à l’approche de l’élection présidentielle française et avait affirmé vouloir porter l’affaire devant la Cour de justice de l’Union européenne.

(Marine Pennetier, avec Gérard Bon et Simon Carraud, édité par Yves Clarisse)

20 assistants du FN soupçonnés de fraude au Parlement européen

20 assistants du FN soupçonnés de fraude au Parlement européen
Marine Le Pen au Parlement européen. (Sipa)

Leurs salaires auraient servi « directement ou indirectement à financer des contrats établis avec des groupes politiques du Parlement ou des partis politiques ».

Le Parlement européen a annoncé lundi 9 mars au soir avoir saisi l’organisme anti-fraude de l’UE, l’Olaf, d’éventuelles irrégularités financières commises par le Front national et concernant des salaires versés à des assistants parlementaires européens. Il indique dans un communiqué :

Le Président Martin Schulz a saisi lundi l’Office européen de lutte antifraude d’éventuelles irrégularités financières commises par le parti français Front National. »

Martin Schulz a également écrit à la ministre de la Justice, Christiane Taubira, pour lui faire part de ses soupçons. Le préjudice représenterait 7,5 millions d’euros pour l’ensemble de la législature, a indiqué une source parlementaire, confirmant les chiffres avancés par le quotidien français « Le Monde« , qui a révélé l’affaire.

Réactions du FN

« Dans le fond, Schultz a raison… Nos assistants ne travaillent pas pour l’Union européenne mais contre elle ! », a réagi sur son compte Twitter le vice-président du FN, Florian Philippot, qualifiant le dossier d' »affaire bidon », et s’en prenant au Premier ministre :

Vous aimez cet article ?Inscrivez-vous à la Newsletter de l’Obs

La présidente du parti, Marine Le Pen, a annoncé, sur Twitter également, son intention de déposer « une plainte pour dénonciation calomnieuse ».

De son côté, Jaume Duch, le porte-parole du Parlement européen, a précisé :

Le Parlement ne tire pas de conclusions mais fait part de soupçons. C’est désormais à l’Olaf de se prononcer en sa qualité d’organisme anti-fraude de l’UE. »

L’Olaf doit décider ou non d’ouvrir une enquête, qui prendrait plusieurs mois.

Contrats douteux

Les soupçons portent sur des salaires versés à 20 assistants de parlementaires européens qui apparaissent sur l’organigramme du Front national et semblent donc avoir des responsabilités politiques au sein du parti, alors qu’ils « doivent nécessairement et directement travailler à l’exercice du mandat parlementaire des députés européens », rappelle le Parlement.

Parmi les craintes évoquées figure la possibilité que les salaires versés aient servi « directement ou indirectement à financer des contrats établis avec des groupes politiques du Parlement ou des partis politiques ». Le Parlement insiste :

L’organigramme de la direction nationale du parti reprend 4 assistants accrédités (à Strasbourg ou à Bruxelles) et 16 assistants locaux (dans les circonscriptions). Parmi les assistants locaux concernés, dix ont conclu un contrat de travail qui indique comme adresse d’exécution l’adresse du siège du Front national à Nanterre. De plus, la description de leur fonction contractuelle avec le député diffère en tout point de la nature des fonctions détaillées dans l’organigramme du Front national ou sur le site internet du parti. Par ailleurs, toujours selon cet organigramme, certains assistants ne travaillent pas pour le député auquel ils sont liés par un contrat de travail. »

Le Front national compte 23 députés au Parlement européen, il est arrivé en tête des élections européennes en France, en mai dernier. Le parti est actuellement crédité de 30% des intentions de vote pour les élections départementales des 22 et 29 mars. Un scénario évoqué dimanche par le Premier ministre Manuel Valls, qui a fait part de sa « peur ». Ces propos ont créé de nouveaux remous sur l’ensemble de l’échiquier politique français, avec de vives critiques du FN et de l’UMP.

Les 5 infos de la présidentielle aujourd’hui : Valls en tête, les ennuis judiciaires du FN, Mélenchon assuré d’être candidat…

Manuel Valls prononce un discours pour détailler son programme, le 3 janvier 2017, à Paris.
Manuel Valls prononce un discours pour détailler son programme, le 3 janvier 2017, à Paris. (ALAIN JOCARD / AFP)
avatar

franceinfoFrance Télévisions

Grands discours, petites phrases, propositions-chocs ou anecdotes… Chaque jour, jusqu’au 7 mai 2017, date du second tour de l’élection présidentielle, franceinfo résume ce qu’il ne faut pas rater de l’actualité de la campagne. Voici l’essentiel à retenir de ce jeudi 5 janvier.

1Valls fait la course en tête

Une bonne nouvelle pour Manuel Valls. Attendu dans « L’Emission politique » ce jeudi soir sur France 2, l’ancien Premier ministre recueille 43% d’intentions de vote pour le premier tour de la primaire de la gauche, devant Arnaud Montebourg (25%) et Benoît Hamon (22%), selon un sondage Harris Interactive pour France Télévisions. Au second tour, il s’imposerait face à Arnaud Montebourg (55% contre 45%) ou face à Benoît Hamon (57% contre 43%).

2Deux députés sur trois veulent se représenter aux législatives

Le renouvellement de l’Assemblée nationale n’est pas en marche. A six mois des élections législatives, au moins deux députés sortants sur trois ont bien l’intention de garder leur fauteuil au palais Bourbon, en briguant un nouveau mandat, selon l’enquête de franceinfo. Dans le détail, 368 députés souhaitent briguer un nouveau mandat, 118 préfèrent passer la main et 86 hésitent encore.

3Le parquet financier enquête sur les soupçons de fraude au FN

Les « fantômes » du Parlement européen reviennent hanter le Front national. Le parquet de Paris a confié à des juges d’instruction du pôle financier l’enquête sur les assistants frontistes au Parlement européen, confirme à franceinfo une source judiciaire. Certains assistants sont soupçonnés d’avoir été rémunérés par des fonds européens alors qu’ils étaient affectés à des tâches n’ayant rien à voir avec le Parlement. Une information judiciaire a été ouverte en décembre pour abus de confiance et recel, escroqueries en bande organisée, faux et usage de faux et travail dissimulé.

4Mélenchon assure avoir les 500 parrainages

Jean-Luc Mélenchon ne devrait pas rencontrer de problèmes pour se présenter au premier tour de l’élection présidentielle. Mais le candidat de « La France insoumise » explique au Monde qu’il souhaite une marge de sécurité et qu’il vise 600 signatures. Dans cette interview, il se montre aussi très offensif à l’encontre du Parti socialiste et de la primaire de la gauche : « Actuellement, le PS est en troisième position derrière M. Macron et moi-même. Dans ces conditions, (…) à quoi bon un candidat du PS ? »

5Montebourg n’exclut pas de « nationaliser une banque »

Invité sur France Inter, Arnaud Montebourg avance une proposition-choc : « Je n’exclus pas de nationaliser une banque (…), pour moi ce n’est ni un tabou, ni un totem. » Le candidat à la primaire de la gauche, qui parlait jusque-là de mise sous tutelle, franchit donc un pallier. « C’est la transformation concrète du système économique, reprendre la main sur le secteur financier pour le mettre au service de l’économie réelle », explique-t-il.

===========

commentaires

Klyden                                                          Les Mesures d’application du Statut des députés européens, article 43 précise que les salaires versés aux assistants par le Parlement « ne peuvent servir directement ou indirectement à financer des contrats établis avec des groupes politiques du Parlement ou des partis politiques ». 33.2 : …seuls peuvent être pris en charge les frais correspondant à l’assistance nécessaire et directement liée à l’exercice du mandat parlementaire des députés…

Chose                                                          Des parlementaires qui utilisent leur fonction pour faire travailler leurs collaborateurs au profit des partis dont ils dépendent ? Mais c’est du jamais vu ! Sans précédent ! Et je suis sûr que si cette affaire (pleine de conditionnels et de « peut-être » dans le texte originel) est médiatisée à deux semaines d’une élection qui s’annonce mal pour les amis français de M. Schulz, c’est juste un hasard fortuit du calendrier.

François Breton                                         Finalement le FN est bien un parti comme les autres… UMPSFN.

albe                                                                  Bravo à M. Schulz (et pas trop tôt). Libre à ces gens du FN de dénigrer les institutions européennes, mais qu’ils ne s’y fassent pas élire pour les parasiter et en ponctionner le budget. Qu’ils se fassent élire au niveau national et, s’ils sont majoritaires, qu’ils fassent sortir le pays de l’UE. Toute autre pratique est malhonnête.

TORIBA                                                        Article un peu expéditif, sur la forme comme au fond : curieuse fixation rédactionnelle sur le mot front : « le Front National va devoir faire face à un deuxième front… », « … suspectés de ne jamais travailler sur le front européen… », et le classique Communauté européenne en lieu et place de l’Union. On aurait apprécié de savoir ce que dit l’article 33-2 du règlement. conclusion bien radicale, à rapprocher de l’incidente : Un peu comme leurs députés, connus pour leur absentéisme…

Censure Politique                                    L’UE qui veut accuser le FN de ne pas bosser pour et dans l’intérêt de l’UE, avouez que c’est cocasse quand même, non? Les députés FN ont été élus pour se battre contre l’UE et pour retrouver la souveraineté française ou je me trompe?

Paul                                                                                                                                                                  @Censure :                                                  Peut être mais en ce cas ils ne sont pas obligés d’accepter les 10 000 euros par mois payés par nos impôts. Question d’honneur !

Un Suisse                                                    Ils combattent si efficacement qu’il sont presque systématiquement absents lors des votes, ont une influence nulle sur l’Union et utilisent l’argent du contribuable dans leur intérêts personnels. Mais bon s’il y a des gogos pour les élire…

Thierry BOUSQUET                                  Ce n’est de travailler contre l’UE qu’on leur reproche. Une opposition qui travaillerait pour ce ne serait pas logique. On leur reproche de mentir sur l’usage des fonds accordés.

  1. OJF                 Eh oh la pme nationaliste et socialo !
  2. readycash                                           Comme ils disent bonnet blanc et blanc bonnet, ils ont honte de rien.

  3. Macdjams69                                      Il n’y a pas de fumée ss feu, moi qui pensait que le FN était irréprochable…

  4. Chris Mar                                            et SARKOZY CHEF DE UMP EST SUBVENTIONNE PAR QUI

    On se demandait pourquoi la Cour des Comptes préconise
    > > > > > > > > > > > > > de désindexer NOS retraites !
    Voila ce que coûte un ex-Président de la République aux contribuables,
    > > > > > > > > > > > > > d’après le journal « Le Monde »
    Ce qu’un président français a droit après sa fin de mandat
    Sarkozy n’est plus président et il a dit qu’il redevenait un Français parmi les autres….
    Ah oui ?
    * Indemnité forfaitaire mensuelle de 6000 €
    * Indemnité de retraite mensuelle de 11500 €
    * Voiture/entretien/essence à vie……………payé par les contribuables
    * 2 chauffeurs gardes du corps à vie………………payé par les contribuables
    * 1 bureau de 323 mètres carrés répartis en onze pièces. Des bureaux mis à disposition par l’État 77, rue de Miromesnil dans le VIIIe arrondissement de Paris (combien de m2 et pour quoi faire ?) à vie……payé par les contribuables 180 000€ an

    * 7 collaborateurs à vie dont 4 venant de UMP et aussi la sœur de Carla (rien de moins et pour quoi faire ?) ….payé par les contribuables
    * Train en 1ère classe gratuit, à vie et à volonté………………payé par les contribuables
    * Avion en 1ère gratuit à vie et à volonté……………..payé par les contribuables
    * Accès libre et officiel à toute les Ambassades de France à travers le monde (et pour quoi faire)
    Etc…..etc…….la liste est longue et non exhaustive …………

    Michel Peyen                                             Si cette affaire est vraie, il n’aura pas fallu longtemps à ce parti soit disant irréprochable de tricher. Quant à la plainte pour diffamation je ne vois pas comment elle pourrait aboutir puisque Schultz demande une vérification. Par contre Valls devrait lui porter plainte contre la présidente et son second car ils diffament et extrapolent à souhait comme d’habitude. Ils sont effectivement indéfendable.
    Pierre Rivière                                              Une fois pour toutes, puis-je pouvoir m’exprimer,sans pour cela faire appel à la clémence du modérateur,afin que mon intervention,d’il y a 1 heure environ,soit publiée !

    Encore une fois,mes propos sur le FN,n’ont rien de diffamant. Si ce n’est que pour moi ce parti,va nous mener à la catastrophe,s’il parvenait au pouvoir en 2017.
    Je sais les dégâts collatéraux,qu’il a engendrés à Toulon,lors de la mandature Municipale de 1995 à 2001.

    Simone Couturier                                   Il faut croire qu ils ont vraiment peur du FN, je vois les charognards aux aguets, seconde par seconde, c est amusant de voir, que subitement, il y a un tas d affaires qui arrivent . Mais je ne pense pas que cela va changer le vote, car il y a eu tellement de casseroles qui étaient après ceux de droite et ceux de gauche, que les Français cela ne les fait même pas sourciller !…. Après tout, pourquoi ce parti ne ferait il pas comme les autres ??? A partir du moment où vous réussissez en politique, c est que vous avez l esprit pourri. Parce que tous ces gens, se fichent complètement des sans dent mais veulent seulement profiter de la situation et s occuper de leur ego.
    Alexandre Del                                             Décidément ça panique dur à l’UMPS!
    Gilles Kanton                                               Cela n’aura surement aucune influence sur le vote des bas du front. Ceux qui seront correctement au courant de l’affaire ne pourront que trouver normal qu’un parti anti-européen traie la vache à lait au maximum avant de l’achever (par contre ils ignorent que c’est les français qui paient ces indemnités)
    Cyril IncCyril Inc                       Vous avez l’air surpris de trouver des électeurs de gauche sur le site de l’obs…
    Gilles Kanton                                          Libération indique que le majordome de jean marie est même rémunéré en tant qu’assistant européen.

    La blague……

Publicités