1Seine-et-Marne: un laboratoire de cosmétiques de contrefaçon démantelé

Paris (AFP)

La douane a annoncé mercredi avoir démantelé en décembre un laboratoire en Seine-et-Marne fabriquant des cosmétiques de contrefaçon: une découverte « exceptionnelle », la plupart des imitations n’étant pas produites sur le territoire national.

« C’est au terme de plusieurs semaines d’investigation que les douaniers ont procédé au contrôle d’un laboratoire situé dans le département de la Seine-et-Marne », indique un communiqué de la douane.

Les enquêteurs de la Direction nationale du renseignement et des enquêtes douanières (DNRED) ont mis au jour en décembre « une double activité de production »: ce laboratoire fabriquait à la fois, sous sa propre marque, des produits cosmétiques destinés à l’exportation, et des articles pour le soin du corps et du visage, contrefaçons de produits vendus dans les pharmacies.

Les investigations ont mené les enquêteurs vers une seconde société dans le même département, où étaient stockés 45.000 produits de contrefaçon, 45.000 conditionnements (tubes, flacons, petits pots, capsules…) et des emballages.

Quelques jours plus tard, un autre point de stockage est découvert dans le Calvados: 17.000 autres produits cosmétiques contrefaits et 50.000 conditionnements vides sont retrouvés.

« Il s’agit d’une affaire exceptionnelle et sans précédent non seulement parce qu’il s’agit d’un laboratoire ayant une double activité mais aussi parce que le lieu de fabrication de ces produits cosmétiques se situait sur le territoire national », ont souligné les services douaniers, précisant qu’en 2015 ils avaient intercepté 7,7 millions de contrefaçons, tous types de produits confondus.

Après analyse, il s’est avéré que « les produits n’étaient pas dangereux » pour la santé, a expliqué à l’AFP Bruno Collin, chef de l’unité de la DNRED qui a mené l’opération.

Le nom de la marque contrefaite n’a, à sa demande, pas été révélé.

« Cette production durait depuis un certain temps, au moins deux ans, et avait vocation à perdurer », a ajouté M. Collin.

La contrefaçon représenterait 10% du marché mondial des cosmétiques, et touche davantage les parfums que les crèmes de soin, a rappelé à l’AFP Emmanuelle Gourbin, directrice des affaires juridiques et sociales de la Fédération des entreprises de la beauté (Febea).

Souvent vendus sur internet ou par des vendeurs à la sauvette sur des marchés, les cosmétiques contrefaits que l’on retrouve en Europe sont généralement fabriqués en Chine et en Turquie, selon Mme Gourbin.

Derrière ce trafic se trouvent généralement des réseaux criminels aux « ramifications incroyables » et très difficiles à démanteler, ajoute-t-elle.

L’industrie cosmétique « légitime » perd environ 4,7 milliards d’euros de recettes chaque année sur le marché européen, en raison de la présence de produits de beauté contrefaits: soit 7,8% des ventes du secteur et une perte de près de 50.000 emplois, selon une étude de l’Office européen de l’harmonisation dans le marché intérieur, publiée en 2015.

Seine-et-Marne : la douane démantèle un laboratoire de cosmétiques de contrefaçon

Seine-et-Marne : la douane démantèle un laboratoire de cosmétiques de contrefaçon
Le laboratoire de Seine-et-Marne avait une double activité.@ Handout / Douanes Francaises / AFP

La découverte « exceptionnelle » a permis aux enquêteurs de saisir plus de 60.000 produits cosmétiques contrefaits.

La douane a annoncé mercredi avoir démantelé un laboratoire en Seine-et-Marne fabriquant des cosmétiques de contrefaçon : une découverte rare, la plupart des imitations n’étant pas produites sur le territoire national.

Un laboratoire à la double activité. « C’est au terme de plusieurs semaines d’investigation que les douaniers ont procédé au contrôle d’un laboratoire situé dans le département de la Seine-et-Marne », indique un communiqué de la douane. Les enquêteurs de la Direction nationale du renseignement et des enquêtes douanières (DNRED) ont mis au jour « une double activité de production » : ce laboratoire fabriquait à la fois, sous sa propre marque, des produits cosmétiques destinés à l’exportation, et des articles pour le soin du corps et du visage, contrefaçons de produits vendus dans les pharmacies.

Plus de 60.000 produits contrefaits saisis. Les investigations ont mené les enquêteurs vers une seconde société dans le même département, où étaient stockés 45.000 produits de contrefaçon, 45.000 conditionnements (tubes, flacons, petits pots, capsules…) et des emballages. Quelques jours plus tard, un autre point de stockage est découvert dans le Calvados : 17.000 autres produits cosmétiques contrefaits et 50.000 conditionnements vides sont retrouvés.

« Une affaire sans précédent ». « Il s’agit d’une affaire exceptionnelle et sans précédent non seulement parce qu’il s’agit d’un laboratoire ayant une double activité mais aussi parce que le lieu de fabrication de ces produits cosmétiques se situait sur le territoire national », ont souligné les services douaniers, précisant qu’en 2015, ils avaient intercepté 7,7 millions de contrefaçons, tous types de produits confondus.

10% du marché mondial de la cosmétique pour la contrefaçon.La contrefaçon représenterait 10% du marché mondial des cosmétiques, et touche davantage les parfums que les crèmes de soin, rappelle Emmanuelle Gourbin, directrice des affaires juridiques et sociales de la Fédération des entreprises de la beauté (Febea). Souvent vendus sur Internet ou par des vendeurs à la sauvette sur des marchés, les cosmétiques contrefaits que l’on retrouve en Europe sont généralement fabriqués en Chine et en Turquie, selon Emmanuelle Gourbin. Derrière ce trafic se trouvent généralement des réseaux criminels aux « ramifications incroyables » et très difficiles à démanteler, ajoute-t-elle.

4,7 milliards d’euros de recettes perdues chaque année. L’industrie cosmétique « légitime » perd environ 4,7 milliards d’euros de recettes chaque année sur le marché européen, en raison de la présence de produits de beauté contrefaits: soit 7,8% des ventes du secteur et une perte de près de 50.000 emplois, selon une étude de l’Office européen de l’harmonisation dans le marché intérieur, publiée en 2015.

Sur le même sujet :

Un laboratoire de cosmétiques de contrefaçon découvert par la douane, une première en France

 Marina Cabiten, France Bleu

La perquisition d'un laboratoire de cosmétiques contrefaits en Seine-et-Marne
La perquisition d’un laboratoire de cosmétiques contrefaits en Seine-et-Marne – douane française

Un laboratoire de contrefaçons de produits cosmétiques a été perquisitionné en Seine-et-Marne, a annoncé mercredi la Direction nationale du renseignement et des enquêtes douanières (DNRED).

Cela n’était encore jamais arrivé en France : les enquêteurs de la Direction nationale du renseignement et des enquêtes douanières (DNRED) ont annoncé mercredi la mise à jour d’un laboratoire de cosmétiques contrefaits, activité illégale, en Seine-et-Marne.

Une affaire « exceptionnelle »

La douane précise que ce laboratoire exerçait une double activité de production. « D’une part, il fabriquait, sous sa propre marque, des produits cosmétiques destinés à l’exportation, et d’autre part, des articles pour le soin du corps et du visage, contrefaisant des produits vendus dans les pharmacies ». Cette double production ajoutée au caractère inédit d’une telle perquisition sur le sol français en fait une affaire « exceptionnelle ».

Le Calvados également concerné

Après la visite d’un premier site en Seine-et-Marne, les douaniers ont saisi sur un second site près de 45.000 produits de contrefaçon ainsi « qu’un nombre équivalent de conditionnements, comme des tubes, des flacons, des petits pots, des capsules ».

Mais l’enquête ne s’est pas arrêtée là puisque leurs découvertes mènent les douaniers à un troisième point de stockage, cette fois dans le Calvados. Près de 17.000 autres produits cosmétiques contrefaits et 50.000 conditionnements vides y sont trouvés. « La personne à la tête de ces différents lieux de stockage et de production a été entendue par les enquêteurs », précise la douane.

Seine-et-Marne: un laboratoire de cosmétiques de contrefaçon démantelé

AFP

Des douaniers français dans un laboratoire de cosmétiques de contrefaçon à Montreuil, près de Paris, le 4 janvier 2017, photo distribuée par la douane

Paris (AFP) – La douane a annoncé mercredi avoir démantelé en décembre un laboratoire en Seine-et-Marne fabriquant des cosmétiques de contrefaçon: une découverte « exceptionnelle », la plupart des imitations n’étant pas produites sur le territoire national.

« C’est au terme de plusieurs semaines d’investigation que les douaniers ont procédé au contrôle d’un laboratoire situé dans le département de la Seine-et-Marne », indique un communiqué de la douane.

Les enquêteurs de la Direction nationale du renseignement et des enquêtes douanières (DNRED) ont mis au jour en décembre « une double activité de production »: ce laboratoire fabriquait à la fois, sous sa propre marque, des produits cosmétiques destinés à l’exportation, et des articles pour le soin du corps et du visage, contrefaçons de produits vendus dans les pharmacies.

Les investigations ont mené les enquêteurs vers une seconde société dans le même département, où étaient stockés 45.000 produits de contrefaçon, 45.000 conditionnements (tubes, flacons, petits pots, capsules…) et des emballages.

Quelques jours plus tard, un autre point de stockage est découvert dans le Calvados: 17.000 autres produits cosmétiques contrefaits et 50.000 conditionnements vides sont retrouvés.

« Il s’agit d’une affaire exceptionnelle et sans précédent non seulement parce qu’il s’agit d’un laboratoire ayant une double activité mais aussi parce que le lieu de fabrication de ces produits cosmétiques se situait sur le territoire national », ont souligné les services douaniers, précisant qu’en 2015 ils avaient intercepté 7,7 millions de contrefaçons, tous types de produits confondus.

Après analyse, il s’est avéré que « les produits n’étaient pas dangereux » pour la santé, a expliqué à l’AFP Bruno Collin, chef de l’unité de la DNRED qui a mené l’opération.

Le nom de la marque contrefaite n’a, à sa demande, pas été révélé.

« Cette production durait depuis un certain temps, au moins deux ans, et avait vocation à perdurer », a ajouté M. Collin.

La contrefaçon représenterait 10% du marché mondial des cosmétiques, et touche davantage les parfums que les crèmes de soin, a rappelé à l’AFP Emmanuelle Gourbin, directrice des affaires juridiques et sociales de la Fédération des entreprises de la beauté (Febea).

Souvent vendus sur internet ou par des vendeurs à la sauvette sur des marchés, les cosmétiques contrefaits que l’on retrouve en Europe sont généralement fabriqués en Chine et en Turquie, selon Mme Gourbin.

Derrière ce trafic se trouvent généralement des réseaux criminels aux « ramifications incroyables » et très difficiles à démanteler, ajoute-t-elle.

L’industrie cosmétique « légitime » perd environ 4,7 milliards d’euros de recettes chaque année sur le marché européen, en raison de la présence de produits de beauté contrefaits: soit 7,8% des ventes du secteur et une perte de près de 50.000 emplois, selon une étude de l’Office européen de l’harmonisation dans le marché intérieur, publiée en 2015.

En Seine-et-Marne, découverte d’un laboratoire fabriquant des cosmétiques contrefaits

Julien Muller
En Seine-et-Marne, découverte d'un laboratoire fabriquant des cosmétiques contrefaits

La douane procède à la perquisition d’un laboratoire fabriquant en France des cosmétiques de contrefaçon dont les originaux sont vendus en pharmacie

Les enquêteurs de la Direction nationale du renseignement et des enquêtes douanières (DNRED) viennent de découvrir l’activité illégale d’un laboratoire fabriquant, en France, des contrefaçons de produits cosmétiques.

Après plusieurs semaines d’investigations, la Direction nationale du renseignement et des enquêtes douanières (DNRED) a découvert une activité illégale d’un laboratoire français fabriquant des produits cosmétiques de contrefaçon, rapporte la DNRED dans un communiqué.

Les douaniers ont procédé au contrôle de ce laboratoire aux activités illicites en Seine-et-Marne. En plus de fabriquer des produits de contrefaçons vendus en pharmacie, il fabriquait également, sous sa propre marque, des produits cosmétiques destinés à l’exportation, explique la DNRED, précisant qu’il s’agit là d’une «affaire exceptionnelle et sans précédent», du fait que ce laboratoire exerce une double activité et ce, sur le territoire français.

Le responsable entendu

Lors de ce contrôle, la DNRED révèle avoir mis la main sur «un stock important de contrefaçons et des indications conduisant à une seconde société, spécialisée dans le stockage et l’expédition, située dans le même département». Sur ce second site, c’est tout un stock d’usine qui est saisi comprenant près de 45 000 produits contrefaits, avec leurs conditionnements.

Un autre contrôle a été effectué quelques jours plus tard sur un autre point de stockage, cette fois dans le Calvados. Là, «près de 17 000 autres produits contrefaits et quelque 50 000 conditionnements ont été découverts». Le communiqué affirme que la personne a la tête de ces lieux de stockage et production a été entendue dans le cadre de l’enquête. Désormais, l’affaire a été confiée au Service national de la douane judiciaire (SNDJ).

Un laboratoire de cosmétiques de contrefaçon démantelé en Seine-et-Marne

Un laboratoire fabriquant des cosmétiques de contrefaçon a été démantelé en Seine-et-Marne, a indiqué la douane mercredi. Les produits étaient destinés à l’exportation ou à la vente dans les pharmacies.

  • France 3 Paris IDF
Une saisie de cosmétiques de contrefaçon, en Seine-et-Marne. © Douane française

© Douane française Une saisie de cosmétiques de contrefaçon, en Seine-et-Marne.

Une découverte rare pour la douane française : un laboratoire fabriquant des produits cosmétiques de contrefaçon a été démantelé en Seine-et-Marne, ont indiqué les autorités mercredi. La plupart des imitations n’étant en effet pas produites sur le territoire national, mais venant de l’étranger.

Les enquêteurs de la Direction nationale du renseignement et des enquêtes douanières ont mis au jour « une double activité de production« . Sous sa propre marque, le laboratoire fabriquait des produits cosmétiques destinés à l’exportation. Des articles pour le soin du corps et du visage, contrefaçons de produits, étaient par ailleurs vendus dans les pharmacies. 45.000 produits de contrefaçon, 45.000 conditionnements, des emballages ont été retrouvés par les enquêteurs dans les locaux d’une seconde société, dans le même département de la Seine-et-Marne.

« Une affaire exceptionnelle« 

Les douaniers ont également retrouvé, dans un autre point de stockage, dans le Calvados cette fois, 17.000 autres produits cosmétiques contrefaits et 50.000 conditionnements vides.

« Il s’agit d’une affaire exceptionnelle et sans précédent non seulement parce qu’il s’agit d’un laboratoire ayant une double activité mais aussi parce que le lieu de fabrication de ces produits cosmétiques se situait sur le territoire national« , ont souligné les services douaniers, précisant qu’en 2015, ils ont intercepté 7,7 millions de contrefaçons.

Saisie de cosmétiques de contrefaçon fabriqués en France

=============

  • GG                     Fabriqués dans le 13e arrondissement de Paris ?! 😀
  • Chacal MaloChacal Malo           Tiens… je croyais qu’il y avait seulement les Chinois qui faisaient de la contrefaçon. Ah oui, c’est vrai… c’est la première fois que ça se fait « ailleurs ».

    nicolas                     encore un coup de taubirate la scélérate

    Michel                      dans le luxe on paye la marque

  • Publicités