8

Le futur centre pour migrants de Paris sera Porte de la Chapelle

 LEXPRESS.fr avec AFP

campement-de-migrants-boulevard-de-la-chapelle-xe-a-paris-le-26-mai-2015_5346831Campement de migrants boulevard de La Chapelle (Xe) à Paris le 26 mai 2015 AFP/Eric Feferberg

Le futur centre d’accueil pour migrants annoncé par Anne Hidalgo sera implanté porte de la Chapelle, dans le nord de la capitale, selon Le Parisien.

La structure devrait ouvrir ses portes dans le 18e arrondissement à la rentrée. Le futur centre pour migrants annoncé fin mai par la maire socialiste de Paris Anne Hidalgo sera implanté dans le nord de Paris, porte de la Chapelle, affirme ce samedi Le Parisien.

Ce centre pour migrants sera mis en place sur une friche anciennement occupée par la SNCF entre le périphérique et les boulevards des Maréchaux, selon le quotidien. Interrogée par l’AFP, la mairie de Paris « ne confirme pas » l’information.

Un centre humanitaire aux normes de l’ONU

Elle avait annoncé fin juin que les premiers travaux d’aménagement avaient commencé et que le futur centre devrait ouvrir à la mi-septembre « à proximité des quartiers de la gare du Nord et du boulevard de la Chapelle ». Fin mai, la maire PS de Paris avait annoncé la création d’un centre humanitaire aux normes de l’ONU, pour proposer un accueil collectif et temporaire aux réfugiés et court-circuiter la reconstitution des campements insalubres dans la capitale.

LIRE AUSSI>> Réfugiés à Paris: qu’est-ce qu’un camp humanitaire « aux normes de l’ONU »?

« Nous ne pouvons plus accepter la situation humanitaire et sanitaire » à laquelle les migrants sont réduits dans les campements installés dans la capitale, avait dit Anne Hidalgo. L’Etat s’est engagé à travailler aux côtés de la Ville de Paris pour ouvrir des « sites de premier accueil » pour les migrants.

Encore vendredi, plus de 2600 migrants qui s’étaient regroupés dans un campement sauvage dans le nord de Paris ont été évacués, plus grosse opération de ce type depuis le début de la crise migratoire. C’était la 26e opération de « mise à l’abri » lancée dans la capitale depuis les premières évacuations de juin 2015 par les autorités, confrontées à l’afflux de migrants.

Publicités