Internet: « un ordre moral nauséabond »

Laisser un commentaire


1

Messages de haine : Facebook, Twitter et YouTube bientôt en justice

 Amaelle Guiton
Le logo de Twitter se reflète dans l’œil d'une femme, en Allemagne, en 2013. Le logo de Twitter se reflète dans l’œil d’une femme, en Allemagne, en 2013. Photo Fabrizio Bensch. Reuters

L’UEJF et SOS Racisme ont annoncé leur intention de porter plainte contre les trois plateformes américaines. Les deux associations jugent les systèmes de modération des grands services du Web inefficaces.

Après le constat, la riposte. Mercredi, trois associations – l’Union des étudiants juifs de France (UEJF), SOS Racisme et SOS Homophobie – rendaient publics les résultats d’une campagne de «testing» des systèmes de modération de Facebook, Twitter et YouTube. Ce dimanche, à l’occasion des Assises de la lutte contre la haine sur Internet organisées à Paris, SOS Racisme et l’UEJF ont annoncé, en prime, leur intention de porter plainte contre les trois grandes plateformes américaines.

A lire aussi Messages de haine : les plateformes du Net critiquées

Entre la fin mars et le 10 mai, les militants des trois associations ont signalé auprès de ces plateformes «586 contenus racistes, antisémites, négationnistes, homophobes, faisant l’apologie du terrorisme ou de crimes contre l’humanité» – textes, images, vidéos… Seuls 77 d’entre eux ont été supprimés, avec de nettes différences selon les services : ainsi, Twitter n’a retiré que 4% des contenus signalés, contre 7% chez YouTube et 34% pour Facebook. Le document qui présente les résultats de la campagne donne quelques exemples de tweets non retirés par la plateforme de microblogging : «#stopislam mort aux juifs et aux bougnoules» ou encore «les homos n’ont pas leur place sur cette terre, les pendre est un luxe, on devrait les brûler vifs de l’ongle du pied à la tête». Or, la loi pour la confiance dans l’économie numérique impose aux hébergeurs, depuis 2004, de retirer rapidement les contenus «manifestement illicites» dont ils ont connaissance.

Plus de transparence sur la modération

SOS Racisme et l’UEJF entendent aller plus loin, en assignant en référé Facebook, Twitter et YouTube pour «comprendre les raisons du non-respect de leurs obligations légales.» Mais aussi pour imposer plus de transparence sur le fonctionnement des équipes de modération – un sujet sur lequel les grands acteurs du Net se contentent de répéter qu’ils bénéficient de services multilingues, à pied d’œuvre 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24, mais sans jamais donner aucune précision. «Le mystère qui plane sur le fonctionnement des équipes de modération des réseaux sociaux empêche toute avancée sérieuse dans la diminution des messages racistes et antisémites», souligne le président de l’UEJF, Sacha Reingewirtz, dans le communiqué commun des deux associations.

A lire aussi Peut-on lutter contre l’incitation à la haine sur les réseaux ?

Cette exigence de transparence figure dans les recommandations faites par l’UEJF, SOS Racisme et SOS Homophobie en complément des résultats de leur campagne de «testing». Les associations réclament également un «outil de suivi clair» des signalements faits par les internautes, ou encore l’utilisation des technologies d’«empreinte» numérique pour bloquer automatiquement la republication de vidéos condamnées par la justice.

Elles demandent également une obligation de renseigner sa véritable identité lors d’une inscription sur une plateforme, «dans un formulaire resté confidentiel». Or, les défenseurs de la vie privée ont critiqué à plusieurs reprises la politique d’interdiction des pseudonymes pratiquée par Google+ ou Facebook… Autre proposition épineuse : «L’éditorialisation des contenus sur les grandes plateformes pour empêcher l’enfermement algorithmique», autrement dit le fait de modifier les algorithmes de recommandation pour éviter qu’un utilisateur ne soit orienté mécaniquement d’un contenu haineux à un autre. Une formule reprise par Manuel Valls dans son «plan d’action contre la radicalisation et le terrorisme». Jusqu’ici, les géants du Net ont toujours refusé de modifier leurs algorithmes de recommandation à la demande des autorités. Et préfèrent insister sur la nécessité de promouvoir en ligne des «contre-discours». Il est vrai qu’au vu du nombre d’utilisateurs de leurs services, la suppression des contenus haineux relève du tonneau des Danaïdes

L’UEJF et SOS Racisme vont assigner en référé Twitter, YouTube et Facebook

Voir les photos

 

L’UEJF et SOS Racisme vont assigner en référé Twitter, YouTube et Facebook

Deux associations contre les réseaux sociaux. L’Union des étudiants juifs de France (UEJF) et SOS Racisme vont assigner en référé Twitter, YouTube et Facebook pour non-respect de leurs obligations de modération légales qui imposent aux hébergeurs de supprimer dans un délai raisonnable les contenus manifestement illicites. Une annonce faite dimanche 15 mai.

Des militants de l’UEJF, de SOS Racisme et de SOS homophobie ont réalisé, « du 31 mars au 10 mai 2016, le premier testing de masse des réseaux sociaux en signalant 586 contenus racistes, antisémites, négationnistes, homophobes, faisant l’apologie du terrorisme ou de crimes contre l’humanité ». « Sur ces 586 contenus haineux signalés, seuls 4% ont été supprimé sur Twitter, 7% sur YouTube et 34% sur Facebook », précise-t-elles.

Twitter, le mauvais élève

Twitter apparaît donc comme le mauvais élève: sur les 205 contenus haineux qui lui ont été signalés, seuls 8 ont été retirés. YouTube fait à peine mieux: sur les 225 contenus haineux signalés, 16 ont été supprimés, « un score particulièrement édifiant, laissant apparaître le désintérêt de l’hébergeur pour la loi française et ses propres conditions générales ».

Facebook a pour sa part supprimé plus du tiers des contenus signalés, soit 53 sur 156. Un résultat qui ne satisfait toutefois pas les associations, qui le jugent « d’autant plus contestable dans la mesure où Facebook fait preuve d’une application rigoureuse des règles relatives à la pornographie. Cela interroge sur la cohérence entre les standards de la Communauté, calqués sur une vision sociétale américaine, et la société française et son système législatif ».

« Ces plates-formes sont plus choquées par des seins nus »

« Le mystère qui plane sur le fonctionnement des équipes de modération des réseaux sociaux empêche toute avancée sérieuse dans la diminution des messages racistes et antisémites », déplore Sacha Reingewirtz, président de l’UEJF.

Pour Dominique Sopo, président de SOS Racisme, « ces plates-formes semblent plus choquées par des morceaux de seins nus, promptement censurés, que par des incitations à la haine envers des personnes ou des groupes de personnes. Notre action en justice vise à faire appliquer un droit auquel elles doivent maintenant pleinement se soumettre ».  L’étude a été réalisée du 22 mars au 10 mai, les associations opérant des signalements selon le protocole des plateformes.

L’UEJF et SOS Racisme vont assigner en référé Twitter, YouTube et Facebook

Les associations vont poursuivre ces plateformes pour non-respect de leurs obligations de modération légales. Twitter - image d'illustration © Copyright 2016, L’Obs Twitter – image d’illustration L’Union des étudiants juifs de France (UEJF) et SOS Racisme vont assigner en référé Twitter, YouTube et Facebook pour non-respect de leurs obligations de modération légales qui imposent aux hébergeurs de supprimer dans un délai raisonnable les contenus manifestement illicites.Des militants de l’UEJF, de SOS Racisme et de SOS homophobie ont réalisé, « du 31 mars au 10 mai 2016, le premier testing de masse des réseaux sociaux en signalant 586 contenus racistes, antisémites, négationnistes, homophobes, faisant l’apologie du terrorisme ou de crimes contre l’humanité », écrivent les trois associations dans un communiqué publié dimanche.

« Sur ces 586 contenus haineux signalés, seuls 4% ont été supprimé sur Twitter, 7% sur YouTube et 34% sur Facebook », précise-t-elles.

Twitter apparaît donc comme le mauvais élève : sur les 205 contenus haineux qui lui ont été signalés, seuls 8 ont été retirés. YouTube fait à peine mieux : sur les 225 contenus haineux signalés, 16 ont été supprimés, « un score particulièrement édifiant, laissant apparaître le désintérêt de l’hébergeur pour la loi française et ses propres conditions générales ».

Facebook a pour sa part supprimé plus du tiers des contenus signalés, soit 53 sur 156. Un résultat qui ne satisfait toutefois pas les associations, qui le jugent « d’autant plus contestable dans la mesure où Facebook fait preuve d’une application rigoureuse des règles relatives à la pornographie. Cela interroge sur la cohérence entre les standards de la Communauté, calqués sur une vision sociétale américaine, et la société française et son système législatif ».

Des plateformes « plus choquées par des seins nus »

L’UEJF et SOS Racisme « assigneront en référé devant la justice française les trois plateformes pour comprendre les raisons du non respect de leurs obligations légales prévues par l’article 6 de la loi pour la confiance en l’économie numérique du 21 juin 2004, qui impose aux hébergeurs de supprimer dans un délai raisonnable les contenus manifestement illicites, et de les signaler au Parquet », annoncent les deux associations.

« Le mystère qui plane sur le fonctionnement des équipes de modération des réseaux sociaux empêche toute avancée sérieuse dans la diminution des messages racistes et antisémites », déplore Sacha Reingewirtz, président de l’UEJF.

Pour Dominique Sopo, président de SOS Racisme, « ces plateformes semblent plus choquées par des morceaux de seins nus, promptement censurés, que par des incitations à la haine envers des personnes ou des groupes de personnes. Notre action en justice vise à faire appliquer un droit auquel elles doivent maintenant pleinement se soumettre ».

L’étude, qui doit être présentée dimanche à Paris lors de la seconde édition des Assises de la lutte contre la haine sur internet, a été réalisée du 22 mars au 10 mai, les associations opérant des signalements selon le protocole des plateformes.

L’UEJF et SOS Racisme avaient déjà assigné en référé (procédure d’urgence) Twitter fin novembre 2012 après la diffusion en octobre 2012 de tweets reprenant les mots clés #unbonjuif et #unjuifmort.

Modération: Facebook, Twitter et YouTube assignés en référé

JUSTICE Après un testing, SOS Racisme et l’UEJF ont pris cette décision…

Le logo de Twitter.
Le logo de Twitter. – Richard Drew/AP/SIPA

20 Minutes avec AFP

C’est la suite logique de l’action menée par l’Union des étudiants juifs de France (UEJF) et SOS Racisme qui ont épinglé Twitter, YouTube et Facebook la semaine dernière. Les deux associations ont annoncé dimanche qu’elles allaient assigner en référé ces géants du numérique pour non-respect de leurs obligations de modération légales qui imposent aux hébergeurs de supprimer dans un délai raisonnable les contenus manifestement illicites.

>> A lire aussi: Comment Facebook modère ses contenus

Des militants de l’UEJF, de SOS Racisme et de SOS homophobie ont réalisé, « du 31 mars au 10 mai 2016, le premier testing de masse des réseaux sociaux en signalant 586 contenus racistes, antisémites, négationnistes, homophobes, faisant l’apologie du terrorisme ou de crimes contre l’humanité », écrivent les trois associations dans un communiqué publié dimanche.

Twittter particulièrement ciblé

« Sur ces 586 contenus haineux signalés, seuls 4 % ont été supprimé sur Twitter, 7 % sur YouTube et 34 % sur Facebook », précise-t-elles. Twitter apparaît donc comme le mauvais élève : sur les 205 contenus haineux qui lui ont été signalés, seuls 8 ont été retirés. YouTube fait à peine mieux : sur les 225 contenus haineux signalés, 16 ont été supprimés, « un score particulièrement édifiant, laissant apparaître le désintérêt de l’hébergeur pour la loi française et ses propres conditions générales ».

Facebook a pour sa part supprimé plus du tiers des contenus signalés, soit 53 sur 156. Un résultat qui ne satisfait toutefois pas les associations, qui le jugent « d’autant plus contestable dans la mesure où Facebook fait preuve d’une application rigoureuse des règles relatives à la pornographie. Cela interroge sur la cohérence entre les standards de la Communauté, calqués sur une vision sociétale américaine, et la société française et son système législatif ».

L’UEJF et SOS Racisme « assigneront en référé devant la justice française les trois plateformes pour comprendre les raisons du non-respect de leurs obligations légales prévues par l’article 6 de la loi pour la confiance en l’économie numérique du 21 juin 2004, qui impose aux hébergeurs de supprimer dans un délai raisonnable les contenus manifestement illicites, et de les signaler au Parquet », annoncent les deux associations.

Seins nus VS incitations à la haine

« Le mystère qui plane sur le fonctionnement des équipes de modération des réseaux sociaux empêche toute avancée sérieuse dans la diminution des messages racistes et antisémites », déplore Sacha Reingewirtz, président de l’UEJF. Pour Dominique Sopo, président de SOS Racisme, « ces plates-formes semblent plus choquées par des morceaux de seins nus, promptement censurés, que par des incitations à la haine envers des personnes ou des groupes de personnes. Notre action en justice vise à faire appliquer un droit auquel elles doivent maintenant pleinement se soumettre ».

L’étude, qui doit être présentée dimanche à Paris lors de la seconde édition des Assises de la lutte contre la haine sur internet, a été réalisée du 22 mars au 10 mai, les associations opérant des signalements selon le protocole des plateformes.

Twitter et Facebook assignés en référé par l’UEJF et SOS Racisme

  • YouTube fait partie des réseaux sociaux pointés du doigt pour sa lenteur à faire disparaître du contenu haineux
    YouTube fait partie des réseaux sociaux pointés du doigt pour sa lenteur à faire disparaître du contenu haineux | Reuters

L’Union des étudiants juifs de France (UEJF) et SOS Racisme vont assigner en référé Twitter, YouTube et Facebook pour non-respect de leurs obligations de modération légales.

Ces obligations imposent aux hébergeurs de supprimer dans un délai raisonnable les contenus manifestement illicites.

Des militants de l’UEJF, de SOS Racisme et de SOS homophobie ont réalisé, « du 31 mars au 10 mai 2016, le premier testing de masse des réseaux sociaux en signalant 586 contenus racistes, antisémites, négationnistes, homophobes, faisant l’apologie du terrorisme ou de crimes contre l’humanité », écrivent les trois associations dans un communiqué publié dimanche.

Faible réponse des réseaux sociaux« Sur ces 586 contenus haineux signalés, seuls 4% ont été supprimé sur Twitter, 7% sur YouTube et 34% sur Facebook », précise-t-elles.

L’UEJF et SOS Racisme « assigneront en référé devant la justice française Twitter, YouTube et Facebook, pour comprendre les raisons du non respect de leurs obligations légales prévues par l’article 6 de la loi pour la confiance en l’économie numérique du 21 juin 2004, qui impose aux hébergeurs de supprimer dans un délai raisonnable les contenus manifestement illicites, et de les signaler au Parquet », annoncent ces deux associations.

Brouillard « Le mystère qui plane sur le fonctionnement des équipes de modération des réseaux sociaux empêche toute avancée sérieuse dans la diminution des messages racistes et antisémites », déplore Sacha Reingewirtz, président de l’UEJF.

Pour Dominique Sopo, président de SOS Racisme: « ces plates-formes semblent plus choquées par des morceaux de seins nus, promptement censurés, que par des incitations à la haine envers des personnes ou des groupes de personnes. Notre action en justice vise à faire appliquer un droit auquel elles doivent maintenant pleinement se soumettre ».

L’étude doit être présentée dimanche à Paris lors de la seconde édition des Assises de la lutte contre la haine sur internet.

Un référé contre la « haine sur Internet » visant Twitter, YouTube et Facebook

Pour mieux lutter contre la haine sur Internet, l’Union des étudiants juifs de France (UEJF), SOS Racisme et SOS Homophobie vont engager une procédure en référé visant les système de modération de contenus haineux sur Twitter, YouTube et Facebook.

C'est l'avocat Stéphane Lilti qui engagera la procédure en référé. Paru dans leJDD

C’est l’avocat Stéphane Lilti qui engagera la procédure en référé. (Sipa press)

Après le testing, place au référé! L’Union des étudiants juifs de France (UEJF), SOS Racisme et SOS Homophobie ont dénoncé cette semaine « l’inefficacité des systèmes de modération des contenus haineux » sur Twitter, YouTube et Facebook : respectivement, seuls 4%, 7% et 34% des contenus signalés par leurs militants lors d’un testing ont été retirés! Dimanche, lors des assises de la lutte contre la haine sur Internet, les trois associations annonceront une suite judiciaire.

Vers une plainte au pénal ou au civil?

Leur avocat, Stéphane Lilti, engagera une procédure en référé contre les trois plates-formes : « Nous demanderons qu’elles nous communiquent, sous peine d’astreinte, le bilan d’activité de leur cellule de régulation : sur les trois dernières années, quel taux de retraits par rapport au nombre de signalements? Combien de transmissions au parquet? »

Le but sera aussi d’obtenir des informations sur leurs équipes de modérateurs. « Pour le moment, explique Sacha Reingewirtz, le président de l’UEJF, on ne sait pas si ce sont des personnes ou des machines, si elles sont en France, si elles sont formées… » Il n’est pas exclu ensuite de porter plainte au pénal ou au civil. « Ces plates-formes sont très promptes à retirer les images où l’on voit un bout de sein, tempête Dominique Sopo, le président de SOS Racisme. Il est plus grave d’appeler à « tuer les juifs ou les bougnoules » que d’apercevoir un téton sur un post Facebook. Quand elles veulent retirer certains types de contenu, elles ont manifestement la capacité de le faire. Qu’elles le fassent aussi pour les plus dangereux! »

SOS Racisme et l’UEJF assignent en référé Facebook, Twitter et YouTube

Facebook smartphone

Suite à un testing réalisé sur les trois sites américains, les associations estiment qu’ils ne remplissent pas leur rôle de modération des propos haineux. Elles annoncent ce dimanche attaquer les trois sociétés en référé pour comprendre leur mécanisme de fonctionnement sur ce point.

================

Vos réactions

 Jacques Bureau                  Tout ça pour collecter des fonds ! La pureté de ces associations de censeurs est-elle vraiment garantie ? Blaise Pascal (1623-1662) l déjà avait une expression bien jolie : «Qui fait l’ange, fait la bête ».

Phinic                                               Ne vous mettez pas la tête dans le sac, il y a un vrai problème avec ces sociétés viennent faire du business chez nous en nous imposant leur vision et en ne respectant pas nos lois. On peut surtout s’étonner qu’il y ait besoin d’associations pour qu’on en parle.

Epsilonita                                       Ce n’est pas trop tôt. Twitter et Youtube, en particulier, sont des zones de non-droit, où certains se croient tout permis, et utilisent la liberté qui leur est donnée sur les réseaux sociaux pour harceler, insulter, inciter à la haine et au mépris des autres. Mais le problème est encore plus vaste que le racisme et l’antisémitisme, il est global et concerne tout et tout le monde. Espérons que la plainte des deux associations soit le premier pas vers une modération enfin efficace.

Matt                                                 La modération des réseaux sociaux ne peut être effectuée pour chaque publication comme c’est le cas des commentaires du Monde étant donné le nombre de publications quotidiennes. C’est pour cela qu’elle se fait par signalement par les utilisateurs. Du coup les résultats du test de ces associations peut être discutable suivant la méthode employée (en créant un compte FB pour l’occasion par exemple). Dans la plupart des cas, les contenus n’ont pas été supprimés parce qu’ils sont passés inapercus.

Epsilonita                                    Dans le cas d’espèce, le problème est justement que les signalements, même ceux justifiés, ne soient pas suivis de sanctions. Moi et d’autres personnes signalons régulièrement depuis un an un compte harcelant et insultant sur Twitter dans l’espoir qu’il soit un jour supprimé (même si, je ne me leurre pas, la personne reviendra sous un autre pseudo), et il existe toujours… Pourtant, un simple coup d’oeil sur les tweets de ladite personne suffirait à comprendre qu’elle représente un problème.

Info Trois G                                  Des Associations sponsorisées « Etat & Fondations luxe privées »: « Mme Outreau aux affaires », « Mariage pour tous limité » , »animaux trop mignons », « Ula Z>Y No sexe in the City », « TV Reality Augmentée vue à NY », …, ?

gus                                                 Les censeurs veillent !

Phinic                                           Censeurs ou lanceurs d’alerte ?

Moicpaul                            Sans compter Periscope dont certains utilisateurs affichent des propos pédophiles sans complexe (montre tes seins à une jeune fille de 13 ans).

Antoine1281                       La France est un pays de droits, qu’est-ce qu’un commentaire haineux ???. la liberté d’expression etant de plus attaquée dans notre pays depuis l’arrivée des socialistes, cela devient très inquiétant…… La Politique de Monsieur Valls ressemblant de plus en plus à Dictact qu’autre chose, Monsieur Caseneuve qui veut obliger les organisateurs de manifestations à assurer eux-mêmes la sécurité, alors que nos impôts payent la police, les gendarmes et les appariteurs du gouvernement pour casser la spirale des manifestations anti Hollande. Aux risques de la peur les gens ne viennent plus et le bénéfice pour ces socialistes pas de manifestations, car il n’auront pas les moyens de payer une sécurité….

Luren                         Il faudrait aussi s’attaquer aux propos de certains rappeurs, anti-sémintes, homophobes, francophobes etc… genre BlackM, sexion d’assaut

Kaelvinsl                   Bizarrement on entend jamais ces associations quand des rappeurs appellent à la haine anti française. Qui ne dit rien consent.

Polo777                     la liberté d’expression, vous connaissez?

Doncesardegafaro

@ Fredo 1 :                Mais cette vidéo est connue , elle a même fait le buzz durant les divers procès que Dieudonné a eu au cours des derniers mois…mais elle est toujours là…à la différence de mon post précédent qui lui a déjà disparu…

Joseph1er                   Et pour une chanson visible sur You Tube où nous sommes insultés……de « kouffars »…..c est valable aussi….??? Je pose juste une question….

Lolo                             Mr Sy oublie les propos francophobes mais personnellement cela ne m’étonne guère..

Othon                          je peux comprendre l’envie de modération. Mais YouTube par exemple est un des derniers endroits d’expression libre. Le débat est tellement fliqué et la peur du blâme présente à la télévision que le net est tout ce qu’il nous reste. Nous avons tous vu des commentaires comme « les blancs vous devriez tous mourir » ou « les français vous êtes des porcs,les plus racistes du monde. On va se venger. Etc.. » Et dans le sens inverse. Sur YouTube ça se termine souvent en insultes. Mais il y a des efforts de chacun pour se tenir correctement et argumenter. Je crois qu’il ne faut pas taire la violence des hommes. Elle demeure. Ça nous permet à tous de voir un peu mieux les intentions ouvertes de chacun. L’hypocrisie est déjà grande sur les plateaux télé ou dans le réel. Je préfère Zemmour et Boutelja s’exprimant( je mets les deux même si évidemment je préfère Zemmour qui est journaliste et non militant revanchard) Cependant l’apologie pour terrorisme ou l’extermination des uns ou des autres.. Mais on fait de moins en moins confiance dans ces associations au zèle parfois excessif. Un peu trop police de la pensée parfois.

Justme                        Les associations qui décident de ce qui est drôle, de ce qui est raciste etc , il est très dangereux de donner autant de pouvoir à ces assocs , déjà l’histoire du but non lucratif … les présidents de ces assocs vivent comme de grands bourgeois , ces associations sont dangereuses . Quand on entend le président du criff dire que Desproges à notre époque il aurait dû le poursuivre … ça veut bien dire ce que ça veut dire , à notre époque les libertés sont restreintes , la meilleur arme pour vous défendre est de crier au racisme … et ça beaucoup l’ont comprit , sauf peut être l’état …

 

  • jejeol                              Ont ils noté tous les actes racistes, envers tous tes les communautés ou seulement 2 comme bien souvent? J’en doute….

  • Felynx                           Pas surprenant. La société US a des décennies de retard par rapport à la nôtre.

    • Creponutella     Pour le moment, le retard il est ici avec une liberté d’expression à géométrie variable.

  • Obsylium                     Ces associations consanguines n’ont toujours pas compris qu’aux USA il y a le 1er amendement de la constitution des états unis qui protège la liberté d’expression.
    Ils en n’ont rien à faire de vos ridicules assignations.
    le  » Je suis Charlie  » n’a jamais existé pour vous.

     MONAMARS                   Voilà une excellente idée. …mais à condition que toutes les haines soient poursuivies, y compris celles visant les chrétiens bizarrement non considérés comme des victimes dans le dernier clip télévisé ces dernières semaines alors que les actes anti-chrétiens sont parmi les plus nombreux en France. 

  • Omar_Tingal                   ça promet Si les messages antisémites,homophobes et (véritablement) racistes font l’objet de procédures systématiques, cela va nous éclairer sur leur origine…
  • Arwin                                    C’est impossible de modérer tous les messages, il y a des millions de nouveaux messages qui apparaissent chaque jour dans beaucoup de langues différentes…ou alors il faut interdire ces sites, comme en Corée du Nord…
  • Enos83                                 Marre de ces associations !

    Laurent Pierre                     ils demandent combien de millions ?
  • beaudolo                               C’est pour justifier de leur budget que ces associations s’attaquent au reste du monde?
  • Publicités

    Laisser un commentaire

    Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

    Logo WordPress.com

    Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

    Image Twitter

    Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

    Photo Facebook

    Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

    Photo Google+

    Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

    Connexion à %s

    %d blogueurs aiment cette page :