Fiat lux

Laisser un commentaire


1.2

EDF : le géant de l’électricité au bord du gouffre financier

Les ennuis s’accumulent pour EDF. Déboire sur l’EPR de Flamanville (Manche), doute sur un projet équivalent en Angleterre, EDF serait aujourd’hui au bord du gouffre financier. L’EPR de Flamanville : c’est six ans de retard et un nouveau coup dur, il faudra retester la cuve. Le chantier prendra-t-il encore du retard alors que la facture est déjà passée de trois à neuf milliards d’euros ? Les syndicats reçus ce jeudi 14 avril au matin par le ministre de l’Économie sont inquiets.

107 milliards d’euros

Problème : ça n’est pas le seul dossier sur la table, et la facture promet d’être salée. Reprise d’Areva, 4,5 milliards d’euros, rénovation des centrales nucléaires, au moins 51 milliards d’euros, le projet Hinkley Point en Angleterre, une nouvelle centrale à 15 milliards d’euros et enfin un endettement colossal de 37 milliards d’euros. Au total au moins 107 milliards d’euros alors que sur le marché européen le prix de vente de l’électricité a été divisé par deux en seulement deux ans. EDF va devoir trouver de l’argent frais et vite ! Une recapitalisation d’EDF par l’État, des prix à la hausse… dans tous les cas, ce sont les contribuables et les clients qui devraient payer la facture.

EDF contraint par l’Etat d’économiser 1 milliard d’euros

BFM Business

A.R. avec AFP 

Mi-janvier, des syndicats affirmaient déjà qu’EDF allait supprimer 4.000 emplois, ce qui avait poussé la direction à confirmer la suppression de 3.350 postes. Cette fois, c’est au tour du Figaro d’affirmer que le groupe français d’électricité réfléchit à une réduction de ses effectifs. Selon le quotidien, EDF est contraint par l’Etat, actionnaire, de réaliser 1 milliard d’euros d’économies sur les prochaines années.© Fournis par BFMNewsLa société travaillerait sur deux pistes, selon le quotidien, qui ne cite pas de sources: une modification de la grille de rémunération des employés et une réduction accrue des effectifs, au sein d’un périmètre qui n’est pas encore défini (maison-mère ou filiales).Entre 2.500 et 4.200 suppressions de postes

En mars, le ministre de l’Economie, Emmanuel Macron, avait affirmé que l’Etat français, actionnaire à 84,5%, était prêt à injecter des fonds pour redresser les comptes de l’électricité, confronté à un marché sous pression et à d’importants investissements à venir.

Côté syndicats, CGT et FO ont rappelé que la réduction d’effectifs évoquée par Le Figaro était un chiffre « a minima » et qu’il s’agissait en fait d’une fourchette, avec entre 2.500 et 4.200 suppressions de postes envisagées.

Fin décembre, EDF avait quitté le CAC 40 par la petite porte. Coté depuis dix ans, l’électricien avait vu sa valorisation chuter de 43% sur la seule année 2015.

La moitié des éoliennes françaises… ne sont pas branchées!

afp-1460621832/ Plus de la moitié des éoliennes qui se dressent fièrement sur le territoire français… ne sont pas reliées au réseau électrique. C’est la découverte incroyable faite par le Canard enchaîné de mercredi 14 avril.

Et l’hebdomadaire enfonce le clou: en termes de puissance électrique potentielle, il y a même plus d’éoliennes débranchées (10748 mégawatts) que branchées (10312 MW).

RTE et ERDF pas incités à investir

En cause: les gestionnaires du réseau – ERDF et RTE – ne sont pas encouragés à déployer les ailes des immenses pylônes par EDF, Laquelle serait obnubilée par le nucléaire, qui traverse, depuis l’accident de Fukushima en 2011, une bien mauvaise passe.

Et depuis 2011, malgré les promesses de développer les énergies renouvelables, de moins en moins d’éoliennes sont raccordées chaque année.

Un retard qui pourrait coûter cher à la France: la Commission européenne songe désormais à sérieusement sanctionner la France, qui, si elle n’atteint pas 23% d’énergies renouvelables d’ici à 2020, empêche l’Europe d’atteindre ses objectifs… Or la France n’est, aujourd’hui, qu’à 14,6% d’électricité renouvelable consommée!

« En France, la moitié des éoliennes tourne dans le vide » : le « Canard » s’est emballé

LE MONDE Adrien Sénécat

L’hebdomadaire satirique a affirmé mercredi 13 avril que plus d’une éolienne sur deux en France ne serait raccordée à rien. Faux, répond ERDF.

« La moitié des éoliennes implantées en France tournent dans le vide et ne sont raccordées à rien », dénonce Le Canard Enchaîné daté du mercredi 13 avril. « Les amateurs de paysages naturels seront ravis de l’apprendre : plus d’une éolienne sur deux, en France, qui en compte environ 10 000, ne sert strictement à rien. » Elles ne seraient tout simplement pas raccordées au réseau électrique, selon l’hebdomadaire satirique.

L’information, reprise par plusieurs médias, a indigné de nombreux internautes sur les réseaux sociaux.

Cette image, qui reprend l’information, a aussi été partagée des milliers de foi surFacebook :

Facebook / Bio à la une

Une image choc, mais erronée

Pour sa démonstration, Le Canard s’est appuyé sur les chiffres d’un document d’ERDF, qui a la charge de raccorder les éoliennes au réseau électrique. On y apprend que le parc éolien raccordé au 31 décembre 2015 représente une puissance de 10 312 mégawatts (+ 999 en 2015). Or, on y lit aussi que « la file d’attente de raccordement des installations éoliennes en France continentale est de 10 748 mégawatts » à la même date. Verdict de l’hebdomadaire satirique : « Il y a en France plus d’éoliennes inactives » qu’actives.

Le problème, c’est que cette image est fausse. « Il y a eu une confusion sur l’expression “file d’attente” », assure-t-on chez ERDF au Monde. Les éoliennes en attente de raccordement seraient en réalité en grande majorité au stade des travaux, voire de simples projets. « C’est comme quand on construit une maison : on fait les démarches bien avant que les éoliennes soient construites. Et si vous voyez une éolienne qui tourne, elle est raccordée. »

Soixante-dix pour cent des aérogénérateurs seraient au bout du compte raccordés avant même d’être achevés, selon ERDF. Et une éolienne produirait de l’électricité sur le réseau en moyenne un mois après son achèvement.

Au Canard Enchaîné, on reconnaît une erreur qui devrait donner lieu à un « pan sur le bec ! » le 20 avril.

Comme le pointe par ailleurs l’hebdomadaire, il y a tout de même réellement un déficit de construction d’éoliennes en France pour atteindre l’objectif de 23 % d’énergies renouvelables auquel la France s’est engagée pour 2020. Le scénario retenu par le gouvernement prévoit un objectif de 25 000 mégawatts d’éolien, contre 10 312 aujourd’hui.

Selon le panorama d’ERDF, la montée en puissance du parc éolien en 2015 ne représente que « 62 % du volume annuel nécessaire pour atteindre l’objectif de la PPI à 2020. » La faute à des « contraintes économiques, juridiques, techniques ou environnementales. » Mais pas au fait que les éoliennes tourneraient à vide.

=================

b_e_n_54       même arnaque que les panneaux solaires…. c’est vous qui payez.                   cette production soit disant écologique, est subventionnée par l’état pour de gros investisseurs ( à défaut d’étre écolo ) lors de la création de parc éoliens.                                  edf s’engage à acheter le kw produit à un prix très avantageux, d’où la création d’une taxe sur votre facture d’électricité pour rémunérer  les producteurs indépendants ( rendement entre 8 et 10% an). C’est bien vous  qui réglez la note au final, sans vous avoir consulté !

jeanlenoir      Le gouffre des subventions……in fine payé par le contribuable, puis à l’occasion des bail-in qui se profilent.
Trollorrain      En Hollande, les éoliennes sont utiles. En France, le couple Hollande fait autant de vent qu’en Sarkozie.
Goodaps            DU VENT !

Et il faut même les faire tourner quand il n’y a pas de vent pour des problèmes de maintenance !  La plus grosse arnaque du siècle !

Trollorrain        Le Canard n’a rien découvert, c’est dénoncé depuis depuis le début du plan energies renouvelables. En Meuse sud, une énorme partie du parc ne fonctionne que rarement et c’est même à se demander si, lorsqu’elles tournent sans vent, elles ne seraient pas alimentées en moteurs électriques, juste pour l’illusion. En attendant, les propriétaires des terrains occupés par ces terribles engins, touchent d’intéressantes locations (~ 6000 €/ ans par éolienne). Les céréaliers sont contents
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :