RIRGAT~1

Logement neuf : les promoteurs saluent une bonne année 2015

Le Monde.fr Isabelle Rey-Lefebvre

A 383 100 dossiers, le nombre de permis de construire a progressé de 2 % en 2015.

Les promoteurs retrouvent de la confiance. Avec 122 781 ventes de logements neufs en 2015, soit 13 % de mieux que l’année précédente, ils ont renoué avec une performance qui rappelle celle des meilleures années – en 2010 notamment, ils avaient enregistré 134 500 transactions.

Mais le secteur démontre, une fois encore, qu’il ne peut vivre sans des perfusions fiscales, puisque 53 % des réservations ont été souscrites par des investisseurs souhaitant louer le bien dans le cadre du dispositif Pinel de réduction d’impôt.

L’année est aussi marquée par le retour des investisseurs institutionnels (3,7 % de ventes en plus en 2015 sur un an). Parmi eux, on trouve des assureurs, comme la Caisse nationale de prévoyance ou le groupe allemand Allianz, des organismes de placement collectif en immobilier (OPCI), des caisses de retraite comme la Carac, mais aussi la Société nationale immobilière (SNI) et la Caisse des dépôts et consignations. Tous ont acquis des logements à louer à loyer libre ou intermédiaire et des résidences pour seniors, très en vogue.

Une offre trop chère

Les accédants, et singulièrement les primo-accédants – ils achètent pour se loger eux-mêmes –, sont, eux, un peu laissés pour compte. Leur proportion est en retrait de 11 % au quatrième trimestre de 2015 et de 1,7 % sur l’année. En dépit de taux d’intérêt faibles, inférieurs à 2 %, ils se heurtent à une offre trop chère : en Ile-de-France, les logements neufs ont, en moyenne, augmenté de 2 %, en 2015, mais de 3,9 % dans une ville comme Montpellier. Et en dépit d’un effritement du coût de la construction (– 1,2 %, sur un an, au troisième trimestre 2015), dû notamment à l’effondrement du prix des matériaux, du pétrole, du zinc, du cuivre, les prix des promoteurs, eux, continuent de progresser.

Lire aussi   Crédit immobilier : les taux repartent à la baisse

La société Nexity s’en félicitait à l’occasion de la publication de ses résultats 2015, mercredi 17 février. Le promoteur a annoncé une amélioration de sa marge opérationnelle sur ses programmes neufs, passée en un an de 7,8 % à 8,6 %. « Les coûts de construction baissent peut-être, mais pas les prélèvements, en particulier la taxe d’aménagement que certaines villes ont multipliée par deux ou trois », se défend Alexandra François-Cuxac, la présidente de la Fédération des promoteurs immobiliers (FPI).

Le nombre d’ouvertures de chantiers stagne

Le bon chiffre de la vente de logements neufs par les promoteurs n’entraîne cependant pas encore la construction dans son ensemble ni les ouvertures de chantiers, dont le nombre stagne à 351 800 logements commencés, soit, à mille près, le même niveau qu’en 2014.

Le nombre de permis de construire frémit à peine, à 383 100 dossiers, soit 2 % de plus qu’en 2014 : « Il faut du temps pour que les opérations démarrent, commente Mme François-Cuxac, et nous nous heurtons toujours au malthusianisme de certains maires, qui ne veulent pas de logements et encore moins sociaux. Mais il faut reconnaître qu’ils n’ont pas toujours les moyens de construire les équipements publics et les écoles nécessaires à l’accueil de nouveaux habitants. »

Lire aussi   Construire 500 000 logements par an, une promesse intenable

Les perspectives pour 2016 sont bonnes. Les investisseurs, d’abord, devraient toujours être présents : « Devant les soubresauts de la Bourse, la pierre reste une valeur refuge qui procure un rendement sûr et attrayant, d’autant plus que les taux d’intérêt restent faibles », souligne Mme François-Cuxac. « Il faudrait toutefois que le gouvernement envoie un message clair sur la pérennité du dispositif Pinel au-delà du 31 décembre 2016, date prévue de son extinction », ajoute-t-elle.

Le promoteur Nexity, lui, se fait fort de trouver des prêts à 1,65 %, sur quinze ans, mais la profession compte aussi beaucoup sur le prêt à taux zéro (PTZ) pour « solvabiliser » les primo-accédants : son plafond de ressources pour être éligible a été significativement relevé et il concerne désormais 87 % de la population française. En moyenne, il peut financer aujourd’hui jusqu’à 40 % d’un achat – contre 13 % à 26 % auparavant. Les durées de remboursement ont été nettement allongées et le gouvernement est résolu à en distribuer deux fois plus, en 2016, soit 120 000. En résumé, la profession supplie la nouvelle ministre du logement, Emmanuelle Cosse, de ne rien changer.

Lire aussi   Le nouveau prêt à taux zéro « comble un vide », selon les professionnels

Les futurs abris des réfugiés ont été conçus à Toulouse

Innovation – High Tech

Un abri Rescooz en pleine construction./Photo DR
Un abri Rescooz en pleine construction./Photo DR

Jean-Claude Escriva, inventeur toulousain, a créé une maison en palette constructible en une journée. Ce type de logement va servir à abriter les réfugiés sans domicile.

«Avant tout c’est l’histoire d’une volonté sociétale qui vise à remettre le réfugié au centre du sujet et ne pas le laisser dans l’attente». Avec son abri d’urgence Rescooz, l’inventeur Jean-Claude Escriva espère bien venir en aide aux populations déplacées en mal de logement. La maison de fortune Rescooz multiplie les avantages tout en restant abordable avec un prix avoisinant celui d’une tente temporaire. D’ici peu, les Nations Unies devraient d’ailleurs opter pour la solution Rescooz, qui possède une durée de vie de 6 ans, un atout non négligeable en comparaison des six mois de longévité d’une tente classique. L’un des autres points forts de cet abri est sa vitesse de construction. «Il faut moins d’une journée pour monter un bâtiment de 25 m² en s’aidant simplement d’un marteau, d’une visseuse et d’un niveau. L’idée est que le réfugié construit lui-même son habitat», explique Jean-Claude Escriva. Grâce à ce logement solide, les exilés retrouvent «leur sécurité et leur intimité», des valeurs chères à l’innovateur toulousain.

Humanitaire et écologique à la fois

Rescooz s’oriente également vers une approche écologique, la structure étant intégralement conçue en palettes en bois assemblées grâce à la technologie Sylcat, brevetée par Jean-Claude Escriva. «C’est comme emboîter des Légo», s’amuse le créateur de l’abri. Des plaques en bois recyclés sont positionnées sur les façades extérieures de la fondation pour faire office de mur. Deux fenêtres, en verre ou en plexiglas, sont également installées sur chaque logement.

Il a fallu à peine plus d’un an à Jean-Claude Escriva pour finaliser ce projet, dont la commercialisation débutera en mars prochain. Concernant le ravitaillement en matériaux, le groupe PGS, leader européen de la palette bois, se charge de fournir l’inventeur toulousain en fonction de ses besoins. Jean-Claude Escriva, qui travaille seul dans son atelier de Ramonville, bénéficie également du soutien du ministère des Affaires Etrangères qui l’accompagnera au salon de l’humanitaire DIHAD à Dubai, du 21 au 23 mars prochain. Une opportunité à ne pas manquer pour séduire les ONG en quête de solutions de relogement.


Le chiffre : 70

Palettes >par maison. Un abri Rescooz de 25 m2 nécessite 70 palettes pour sa construction. Il faut compter environ 8 heures pour terminer la construction d’une maison.

À San Francisco, les créateurs de start-up trouvent que les SDF leur gâchent la vie

Près de 7.000 SDF vivent à San Francisco | Bill Morrow via Flickr CC License by

Près de 7.000 SDF vivent à San Francisco | Bill Morrow via Flickr CC License by

Le fondateur d’une start-up a adressé une lettre ouverte au maire de la ville dans laquelle il écrit qu’il ne devrait pas «avoir à voir la douleur et le désespoir des SDF tous les jours sur le chemin du travail».

San Francisco est une des villes où les loyers sont les plus élevés des États-Unis, notamment parce que la présence de riches salariés de la Silicon Valley a fait exploser les prix de l’immobilier. La cohabitation entre cette élite de la tech et les autres résidents de la ville ne se passe pas toujours bien –il y a notamment eu des manifestations contre les bus privés utilisés par les employés de Facebook, Apple et Google– et l’arrogance de certains jeunes entrepreneurs d’internet ne fait qu’envenimer les choses.

Le dernier clash en date a été déclenché par Justin Keller, le créateur de la start-up Commando.io, qui vit depuis trois ans à San Francisco et vient de publier une lettre ouverte au maire de la ville pour dire qu’il en avait assez de voir des «clochards»:

«Je sais que les gens ne sont pas contents de la gentrification de la ville, mais la réalité c’est que nous vivons dans une société de libre marché. Les travailleurs riches ont mérité leur droit à vivre dans cette ville. Ils ont fait des études, travaillé dur et mérité ce qu’ils ont. Je ne devrais pas avoir à m’inquiéter d’être accosté. Je ne devrais pas avoir à voir la douleur et le désespoir des SDF tous les jours sur le chemin du travail. Quand mes parents viennent me rendre visite, je veux qu’ils passent un bon séjour, qu’ils puissent profiter de ce super endroit.»

Comme le résume Julia Carrie Wong dans le Guardian, Justin Keller n’est pas le seul à être mécontent du grand nombre de SDF (près de 7.000) qui vivent à San Francisco. En revanche, ce qui est unique dans la lettre de Keller, c’est qu’au lieu d’avoir un peu de sympathie pour les gens à la rue son problème principal est la façon dont leur présence affecte sa qualité de vie.

«Comme des hyènes»

Ce n’est pas la première fois qu’un jeune créateur de start-up tient ce genre de discours. Greg Gopman, un autre entrepreneur de la Silicon Valley, s’était exprimé en 2013 sur Facebook, toujours au sujet des SDF:

Dans le centre de San Francisco, les dégénérés se rassemblent comme des hyènes […]. Ils font comme si c’était leur centre-ville. En réalité c’est le quartier des affaires d’une des villes les plus riches des États-Unis.

Vous pouvez prêcher la compassion, l’égalité et être la personne la plus gentille du monde, mais il y a une partie de la ville pour les dégénérés et une partie de la ville pour les classes populaires. Il n’y a rien de positif à ce qu’ils soient si proches de nous.»

La même année, Peter Shih, un autre fondateur de start-up, avait inclus les SDF dans sa liste des dix choses qu’il détestait le plus à San Francisco. Il avait même une super idée pour attirer l’attention des autorités: payer des clochards pour qu’ils prennent les tramways dans le quartier touristique.

ATT000~1

La pression s’accentue sur Paris Habitat

LE MONDE Isabelle Rey-Lefebvre

Jean-Louis Missika, adjoint à la maire de Paris, Anne Hidalgo, et Claude Dargent, conseiller de Paris, lors d'une visite du chantier des Halles, à Paris, en mars 2014.

Le courant ne passe décidément pas bien entre Paris Habitat, l’office HLM de la capitale, et sa tutelle, la maire (PS) de Paris, Anne Hidalgo ainsi que son adjoint (PC) au logement, Ian Brossat. Paris Habitat gère plus de 122 000 logements sociaux et, malgré la reprise en main engagée dès 2001, a conservé un peu de la culture du temps, entre 1978 et 2001, où Jacques Chirac puis Jean Tiberi dirigeaient la ville et utilisaient ses offices HLM comme outils électoraux pour distribuer emplois et logements.

« L’office n’a pas toujours la culture de se mettre au service de l’usager », estime Ian Brossat, relayé par les associations de locataires, tel le Syndicat du logement et de la consommation : « Les efforts sont réels, mais il y a encore des progrès de gestion à faire », abonde Emmanuel Spinat, son président.

La direction défend son bilan :

« Paris Habitat a, en 2015, produit 1 200 logements, conformément à ses objectifs, consacre 300 millions d’euros à l’investissement et, selon nos enquêtes, la proportion de locataires satisfaits est passée, entre 2012 et 2015, de 76 % à 83 %, et les très satisfaits…

=====================

Vos réactions

Robert BIGEAT                                      Il aura donc suffit que la Duflot soit débarquée, fin 2014 du ministère du logement et du gouvernement, pour que la situation de la construction de logements en France, sans être une splendeur pour autant, s’améliore.

Joe Paris                                                 En France, il ne fait pas bon être jeune, travailleur, locataire, même diplômé. Etre vieux, à la retraite, rentier, propriétaire, est bien plus enviable. Que va nous sortir le gouvernement LRPS, encore un prêt défiscalisant à la noix ? pour finir en commission de surendettement ? Le PTZ concerne 87% de la population : c’est complètement aberrants !! La SEULE et UNIQUE solution pour un retour des primo-accédant est une baisse massive des prix. Nous sommes loin du compte.

tom                                                          ils se félicitent et les logements sont toujours aussi chers… De combien a augmenté mon salaire par rapport aux augmentations des prix immobiliers ?? quand on voit le prix du neuf pour du béton peint on vomi !!! spéculation sans nom sur des biens qui prennent en otage la population et quasiment sans aucune vision durable de l’habitat.. en gros en plus on vous vend de la merde, avec des logements de plus en plus petits…

menzo                                                     +1

mauvaise foi des promoteurs          La hausse des résultats des promoteurs et la baisse du coût de construction sont uniquement liées à des négociations plus intenses au près des entreprises du Bâtiment. Les ets ont perdus plusieurs points de marges, les négo se font à plusieurs tours et les prix sont bien en dessous de ce qu ils devraient être. Les hausses de prix induites naturellement par les nouvelles réglementations ne sont pas répercuté. Les entreprises souffrent et beaucoup seront bientôt en faillite

pour eux je n’ai pas vu de palettes…..
En 2015, 448 SDF ont été déclarés morts, selon le décompte du collectif « Les Morts de la Rue »
Déjà en 2013
Le collectif les Morts de la Rue a comptabilisé les décès de sans domicile fixe en 2013. Pour les SDF, la mort survient souvent plus tôt et elle est plus violente.
Au fait!!!!
Ou en est l’association CALM de SINGA qui faisait un « tabac » déjà 600 Français vont recueillir des réfugiés pendant plusieurs mois (gite, couvert, habillement, et argent de poche….) …VOUS VOUS SOUVENEZ EN SEPTEMBRE « WELCOME MIGRANTS » certains artistes devaient en accueillir …… ?????
Quand on gouverne avec l’émotion et le patos , au lieu de l’anticipation et le pragmatisme……
Le patrimoine cumulé des 1% les plus riches du monde dépassera en 2016 celui des 99% restants, a affirmé l’organisation non-gouvernementale (ONG) Oxfam lundi 19 janvier à l’approche du forum économique mondial de Davos

Méditez!!!!

anckou                                         moi j’aime pas les petits rigolos qui disent de façon anonyme « moi je donne pour les sans abris ,moi j’ai de l’argent et j’en fais profiter les autres et qui rajoutent en plus c’est déductible des impôts ça fait calculateur mesquin »l’expérience m’a prouvé que ceux qui donnent les vrais ne disent rien même pas de façon anonyme,mais aussi que les riches sont ceux qui donnent le moins ,mais surtout que ceux qui se vantent sur les blogs sont souvent des gros beaufs qui ne font rien et essayent de s’inventer une vie de bourgeois assis derrière leurs écrans dans leurs petits hlm
Arc81100@Buzzard31 :                          Pourquoi vous nous accusez de fachos ?

buzzard31                                   Vous voyez?
Nos amis faf n’ont toujours qu’un seul argument « Prenez les donc chez vous si vous les aimez tant ».
Mais leur logiciel de pensée ne permet pas de contre-argumenter, les pauvres n’ont même pas de community manager pour dicter à ces bénévoles pigistes ce qu’ils doivent répondre.
A chaque article comprenant le mot « réfugié » ou « migrant », je n’ai vu de faf donneur de leçons, dire qu’il donne ne serait-ce qu’un centime pour aider un compatriote dans le besoin: beau patriotisme que voilà.

christianducondu13                      Le soit disant « abri » présenté en photo ne ressemble à rien, et surtout pas à un « semblant de maison » ! Construction en 8 heures dit le soit disant idéaliste. On construit SUR QUOI ? et je ne parle pas du problème de la propriété du sol mais de sa STABILITE; où sont les fondations ? Il faut un minimum de béton pour les réaliser , et je pense que le séchage du béton n’est pas compris dans les 8 heures de « montage » des palettes .Où est le minimum d’isolation thermique ? Et si j’ai bien regardé la photo la « toiture  » est constituée par des plaque de bois, recouvertes de plaques souples et collées de goudron . Où sont les sanitaires et où va-t-on les « brancher » ?
Alors on va présenter cela, aux ONG, lors d’une exposition à DUBAI !
De qui se moque-t-on ? DUBAI, tout comme l’ensemble des pays du Golfe Arabique ne reçoit AUCUN migrant, ne serait-ce que parce que ces derniers ne veulent pas y aller et devenir des esclaves. Pour ceux qui ne seraient pas informés, sachez que lorsque vous entrez dans ce petit Etat, pour essayer d’y travailler, votre passeport vous est confisqué, et vous ne pouvez le récupérer qu’après accord de votre employeur . Enfin il faudrait rappeler au public qu’il existe en Arabie Saoudite un village de milliers (je parle bien au pluriel) de tentes vides, et qui n’attendent personne ! surtout pas des MIGRANTS !

buzzard31                                     Il se trouve que contrairement aux faf, je donne.
Je choisis méticuleusement les associations auxquelles je choisis de contribuer.
Et comme j’ai largement les moyens de le faire et que c’est déductible, je ne m’en prive pas.
Par contre je ne vois toujours pas de faf donneurs de leçons, donner ne serait-ce qu’un centime pour aider un compatriote dans le besoin: beau patriotisme que voila.

  • jeanjulien              bonne idée pourquoi çà na pas été fait plus tôt pour les SDF, les avoir mis à un endroit où il y a des terrains d’état en pleine ville, il faut que ce soit des gens venus d’ailleurs pour qu’on y pense, alors gouvernement bouge tes fesses et pense à tes enfants de FRANCE eux ils en ont besoin
theo-rison@ Raviolit :                                     oui vous avez raison, mais il ne faut surtout pas le dire.
Ce pays que je connais fort bien, a ouvert les vannes un peu trop grand il y a quelques années. Résultat : des ghettos (ne dites pas que ce sont de grands ensembles comme chez nous, car ce serait juste faux, il n’y en a que très peu là haut, ce sont essentiellement des maisonnettes ou des R+2, county houses), des réunions de prosélytisme religieux en pleine rue, des fillettes voilées…Dans certains écoles publiques, l’argent est détourné pour des voyages à la Mecque, interdit à ceux qui sont d’autres obédiences.
Alors désormais ils ne veulent plus, et moi aussi O combien je les comprends. Cameron prépare des lois qui vont restreindre les allocations également.

Contre les Hippis                              Pour avoir déjà testé et fabriqué ce genre de cabane elle n’a rien d’innovant. Pour couper le froid et l’humidité il faut une isolation tissue ou terre/paille.
Quant à prétendre que ce projet va lutter contre le mal logement faut pas exagérer…
De plus je trouve choquant que pour défendre un tel projet il faille l’appui d’une ONG qui propose d’aller à DUBAI et imposer cette solution aux réfugiés alors qu’on se bat pour des CADA et des HLM pour tous.
Le problème n’est pas le manque de palette et leurs récupérations, des entreprises/assos existent déjà à Toulouse et aux environs

Il existe dans le même genre les aménagements de contenaires et cette solution n’est pas assez exploiter faute de foncier disponible, de couts de transports et donc de volonté politique disponible.
Cet article sent l’argent du contribuable gaspillé pour le marché de la misère…

  • MARIUS81                Le comble de la bêtise ou de la provocation comme vous voulez , avoir l’audace de flanquer 29 migrants à Lacaune dans le Tarn au lieu de la charcutaille tarnaise ! Excusez moi mais là on touche le fond du ridicule . Sourire .
franc6                                                     Encore un plâtre sur une jambe de bois. ces cabanes ne servent qu’à satisfaire les bonne conscience tout en sachant que cela n’apportera rien au monstrueux problème de l’immigration.
la solution pour ces migrants se trouve dans leur pays. Que ces toute ces associations d’aide prennent conscience qu’elle font plus de mal que de bien à vouloir parquer ce migrants sur notre sol. la seule aide qui serait bénéfique pour eux (et pour nous), serait de les aider à survivre dans leu pays d’origine avec les richesses dont ils disposent. et si leur « culture » ne le permet pas, alors attendons que les dieux s’en mêlent et leur apportent la solution pour qu’ils puissent vivre du fruit de leur travail.
les obliger à rester chez eux résoudra immédiatement la moitié du problème « le notre ».
nous n’avons pas besoin de main d’oeuvre et encore moins de leur culture…

le souffleur31                    toutes les assos seront contre lui car l’isolation est mal faite !
et le jus et l’eau ? qui va payer ? son geste sociétale ?
mouais et nos SDF ?  on s’en fout des réfugiés ! je dirai que c’est avant tout un moyens de se faire du fric !

Publicités