On achève bien les chevaux!

Laisser un commentaire


37a2a0d0-ba90-11e5-9802-f93831ac4924_L160114cLR

Le feuilleton fou de la fausse affaire Renault

Alain-Gabriel Verdevoye


Un tract de la CGT faisant état de perquisitions de la DGCCRF chez le constructeur. Aussitôt l’info relayée, le titre s’est écroulé en Bourse. Pour rien: Renault n’a pas truqué ses moteurs. Ségolène Royal et Emmanuel Macron ont calmé le jeu.

Renault a perdu en une seule journée plus de 4 milliards d'euros de capitalisation boursière.© Copyright 2016, Automobile – Challenges Renault a perdu en une seule journée plus de 4 milliards d’euros de capitalisation boursière. Une journée folle pour Renault. La firme française aura perdu plus de 4 milliards d’euros de capitalisation boursière en quelques heures… pour rien. « Les actionnaires peuvent se rassurer : nos tests confirment qu’il n’y a pas de logiciel frauduleux chez Renault », affirmait enfin ce jeudi Ségolène Royal, ministre de l’Ecologie, lors d’une conférence de presse improvisée à 16 heures trente. Il était temps, après un flottement de quelques heures où personne ne semblait s’inquiéter de la catastrophe qui se profilait pour le constructeur de Boulogne-Billancourt!

Actions dans cet article

Renault SA

RNO▼ 75,40

-2,35   -3,02%
Volkswagen AG

VLKAF▲139,40

+0,15    +0,11%
Nissan Motor Co Ltd

NSANY▼18,88

-0,17   -0,89%

« Les premiers tests confirment qu’aucun logiciel frauduleux n’a été détecté, hormis sur les véhicules du groupe Volkswagen », a-t-elle précisé. « La situation de Renault n’est en aucun cas comparable à celle de Volkswagen », a renchéri le ministre de l’Economie Emmanuel Macron. Depuis Berlin où il était en voyage, Emmanuel Macron a souligné qu’il maintenait « sa confiance à Renault ». Une montée au créneau au plus haut niveau, justifiée par l’ampleur de la chute du cours de bourse, alors que l’Etat est le premier actionnaire de Renault.

Ségolène Royal a certes indiqué, lors de sa conférence de presse, que les tests de pollution réalisés suite au scandale Volkswagen par une commission indépendante montraient un « dépassement de normes de CO2 et oxyde d’azote chez Renault et des marques étrangères »par rapport aux tests d’homologation. Mais, il n’y a pas fraude au sens juridique du terme comme chez Volkswagen aux Etats-Unis, lequel a truqué les logiciels pour fausser les tests d’anti-pollution.

« Renault a accepté de venir expliquer la semaine prochaine devant la commission technique indépendante pourquoi certains de ses véhicules émettent plus de CO2 et de NOx que les seuils autorisés, et comment ses services techniques allaient y remédier », a indiqué la ministre dans un souci d’apaisement.

Le 2 octobre 2015, à la suite de la révélation du scandale du logiciel frauduleux détectés sur les motorisations diesel du groupe Volkswagen, Ségolène Royal avait chargé une commission technique indépendante de « définir et évaluer » le protocole de test nécessaire à l’évaluation des émissions polluantes de cent véhicules jugés représentatifs du parc roulant français.

Tout est parti d’un tract syndical

Tout est parti ce jeudi d’un tract d’information rituel de la CGT, destiné aux salariés.  « Des agents de la DGCCRF (Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes) sont intervenus sur différents sites Renault (ndlr: trois) jeudi dernier », y affirmait le syndicat CGT Renault du site de Lardy (Essonne).

Les secteurs concernés par les perquisitions (« homologation et mise au point des contrôles moteur ») laissent « fortement penser » qu’elles sont « liées aux conséquences de l’affaire des moteurs truqués de Volkswagen », écrivait le syndicat, sans chercher à polémiquer.

Las, c’est l’information relayée en fin de matinée par l’AFP et brutalement mis en exergue par les médias, qui fait chuter le cours de bourse. La machine s’emballe. Et la dégringolade atteint les 20%. Le titre a heureusement un peu remonté la pente dans l’après-midi. Mais, il était quand même en retrait de 10% à la clôture. Fabien Gâche, délégué central CGT, s’est lui-même montré « étonné de l’ampleur des réactions de la presse ».

Remonter l’image, maintenant

Pour Renault, les dégâts sont considérables, déplorait-on en interne jeudi soir: « ça fait beaucoup de polémique. La conséquence forte est que l’image en a pris un coup, il va falloir la redresser ». La firme, qui remonte enfin la pente commercialement grâce à ses modèles à succès (Clio IV, Captur, Kadjar), n’avait pas besoin de ça, quelques semaines à peine après la longue partie de bras de fer, très médiatisée, entre Bercy et Carlos Ghosn, le PDG de la firme tricolore ainsi que de Nissan.

L’Etat français avait décidé de racheter 14 millions de titres supplémentaires en avril, lui permettant de porter sa participation dans Renault de 15% à 19,74% et ses droits de vote à 23,2%.

Cette opération visait à acquérir la minorité de blocage lui permettant de faire passer en assemblée générale les droits de vote double prévus par la fameuse « Loi Florange », qui donne une prime aux actionnaires de longue durée. Pour l’Etat qui a promis de revendre ses titres supplémentaires achetés en avril, le plongeon du titre Renault est donc une très mauvaise nouvelle qui tombe mal et risque de retarder encore une cession promise initialement pour la fin de 2015!

Après Volkswagen, Renault accusé d’avoir dépassé des normes de gaz polluants

  • Le Monde.fr avec AFP
Renault a confirmé jeudi 14 janvier avoir fait l’objet de perquisitions la semaine dernière de la part de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes sur plusieurs de ses sites.

Après Volkswagen (VW), place à Renault ? Le constructeur automobile français a confirmé, le 14 janvier, avoir fait l’objet de perquisitions la semaine dernière de la part de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes sur plusieurs de ses sites. Après cette annonce, le cours en bourse de Renault a chuté de plus de 10 % le même jour.

Dans un tract, le syndicat CGT affirme que les « secteurs » visés par ces perquisitions – « homologation et mise au point des contrôles moteur »« laiss[ai]ent fortement penser » que ces « perquisitions » étaient « liées aux conséquences de l’affaire des “moteurs truqués” de Volkswagen ».

Le constructeur a confirmé ces opérations dans un communiqué, soulignant qu’il s’agissait en l’occurrence d’un « complément d’investigation sur pièce et sur site », visant à « valider définitivement les premiers éléments d’analyse » de la Commission technique indépendante, mise en place par le gouvernement français après l’affaire Volkswagen, à l’automne 2015.

Renault a ajouté que « les tests menés par le gouvernement sur les moteurs diesel n’ont pas détecté de logiciel truqueur ».

Lire aussi : Moteurs truqués : le plan de remise aux normes de Volkswagen rejeté aux Etats-Unis

Au cours de l’après-midi, la ministre de l’écologie, Ségolène Royal, a confirmé les dires de Renault.

« Les tests n’établissent pas l’existence de logiciels de fraude sur les véhicules Renault. La coopération de Renault est tout à fait exemplaire, je fais toute confiance à Renault. »

Petit tour d’horizon des diverses initiatives prises, après le scandale Volkswagen, par le gouvernement français et par les constructeurs automobiles.

  • A quoi ont abouti les contrôles engagés par le gouvernement français ?

Dans la foulée de l’affaire VW, le gouvernement a lancé une série de tests sur cent voitures, tirées au sort et représentatives du parc automobile français pour vérifier leurs émissions de polluants et comparer les mesures d’émissions sur banc et en situation de conduite réelle.

Jeudi, Ségolène Royal a annoncé les résultats des tests réalisés. La ministre de l’écologie a déploré « un dépassement des normes » de dioxyde de carbone (CO2) et d’oxyde d’azote (NOx) « chez plusieurs constructeurs étrangers », ainsi que chez Renault.

Ces tests sont supervisés par la commission technique indépendante, mise en place à l’automne, et qui est composée de chercheurs, d’associations de défense des consommateurs et de l’environnement et d’organismes gouvernement. C’est elle qui doit détecter d’éventuelles fraudes à la pollution sur des voitures françaises.

Après l’annonce des perquisitions, jeudi, cette commission s’est réunie pour faire le point sur les tests réalisés.

  • Quelles initiatives les constructeurs ont-ils pris ?
image: http://s2.lemde.fr/image/2016/01/14/534×0/4847665_6_91cd_le-president-du-directoire-psa-peugeot_8cbd5ddff2d55a0c02a54af0a9ceee87.jpgLe président du directoire PSA Peugeot Citroen, Carlos Tavares.

En parallèle de ces actions gouvernementales, les constructeurs français ont tenté de prouver leur bonne foi.

En décembre 2015, Renault avait ainsi annoncé qu’il investirait 50 millions d’euros pour réduire l’écart entre les émissions polluantes de ses voitures en conditions d’homologation et en situation réelle.

Le constructeur français avait reconnu que « des marges importantes de progression concernant le rejet des NOx dans les conditions d’utilisation réelle » existaient pour les moteurs équipant ses véhicules.

Cette annonce était intervenue quelques semaines après qu’une ONG allemande avait affirmé que le récent Renault Espace, en version diesel, pouvait émettre une quantité de NOx nocifs pour la santé allant jusqu’à 25 fois le niveau autorisé quand on le mesurait à moteur chaud et non froid. Des niveaux « effrayants » pour l’ONG.

Lire aussi : PSA Peugeot Citroën : question de confiance

De son côté le groupe PSA, a passé, en novembre 2015, une alliance avec la très active ONG européenne Transport & Environment. L’objectif est de mener en commun des tests de consommation et d’émission dont les résultats seront vérifiés par la société d’audit Bureau Veritas et publiés à partir du printemps 2016.

Pour PSA, l’enjeu est vital. Le constructeur est le plus « diésélisé » sur un marché français et européen qui dépend encore à plus de 50 % de ce type de motorisation.

  • Comment l’Europe avance-t-elle dans la mise en place de normes plus contraignantes ?

Le 14 janvier, le Parlement européen a reporté son vote destiné à bloquer le compromis, jugé trop laxiste, trouvé entre les pays membres de l’Union européenne au sujet des normes en matière d’émissions polluantes des voitures.

Lire aussi : Scandale Volkswagen : le Parlement européen lance une commission d’enquête

En octobre 2015, les pays européens s’étaient mis d’accord pour imposer des normes pour les tests d’émissions de gaz polluants aux constructeurs automobiles européens. Mais elles ne seront pas aussi contraignantes que ce que la Commission européenne aurait voulu.

L’accord prévoit la mise en place progressive, à partir de 2017, de tests d’émissions des gaz polluants NOx (oxydes d’azote, principaux composants du diesel), supposés être mieux à même de déceler les tricheurs. Ces essais se dérouleront désormais en conditions réelles de conduite, et non plus seulement en laboratoire.

La commission de l’environnement du Parlement européen avait rejeté, en décembre 2015, ce compromis.

Lire aussi : Gaz polluants : le lobby automobile se fait entendre à Bruxelles

  • Le marché automobile a-t-il été affecté après le scandale VW ?

Malgré le scandale Volkswagen, le marché automobile français a nettement repris des couleurs en 2015. Les ventes des groupes français ont progressé de 4,6 %, faisant de 2015 le meilleur cru depuis 2009.

Depuis les révélations de triche généralisée, le groupe VW a toutefois vu ses livraisons françaises s’effondrer de 8,9 %, et même de 15,2 % pour la marque Volkswagen.

Lire aussi : Le salon automobile de Detroit savoure la sortie de crise

Diesel: « dépassement des normes » chez Renault mais pas de logiciel de fraude (Royal)

Par ailleurs, il n’y a « pas de logiciel de fraude » qui ait été détecté, y compris chez Renault, exception faite des véhicules de Volkswagen, a-t-elle précisé jeudi à la presse, à l’issue d’une réunion de cette commission technique indépendante mise en place par le gouvernement français après le scandale Volkswagen.

« Je fais confiance à Renault qui est un grand industriel français », a assuré la ministre.

Elle n’a pas voulu préciser quelles sont les autres marques qui ont montré un dépassement de normes.

Il s’agit, a-t-elle précisé, de « conclusions encore provisoires », puisque la commission a testé depuis octobre, dans cette première phase, 22 voitures, de huit marques différentes: Renault, PSA, Volkswagen, Mercedes, Ford, Opel, Toyota et BMW.

Ces premiers tests « ont porté sur 22 premiers véhicules », c’est un « échantillon significatif mais pas encore complet », a commenté Ségolène Royal, indiquant que « les investigations vont continuer pour atteindre un échantillon de 100 véhicules ».

Quatre constructeurs supplémentaires seront testés: Nissan, Volvo, Suzuki et Fiat.

« Toutes les conclusions seront publiées à l’issue de l’ensemble des tests ainsi que les actions décidées par les constructeurs qui s’engagent à prendre des décisions industrielles concernant la réduction des dépassements de normes a la fois pour le CO2 et les oxydes d’azote », a encore dit la ministre.

Elle a ajouté que le test pratiqué par le laboratoire Utac-Ceram pour la commission est « capable de détecter les fraudes telles que celles reconnues par Volkswagen, c’est-à-dire des systèmes qui détectent que la voiture est en train de subir un test anti-pollution (…) et s’adapte ».

Selon la ministre, c’est la première fois qu’une procédure de test est mise au point (…) en « conditions d’utilisation routières », c’est un « grand progrès ».

Renault a confirmé jeudi que les services de la répression des fraudes avaient procédé à des perquisitions sur plusieurs de ses sites, mais « les perquisitions n’ont rien à voir » avec les tests, a souligné Ségolène Royal, sans donner plus de précision.

Le constructeur automobile « a accepté de venir devant la commission la semaine prochaine », a salué Ségolène Royal.

Le ministre de l’Economie Emmanuel Macron, en déplacement à Berlin, a pour sa part estimé que le cas de Renault n’est « en aucun cas une situation comparable » à celui de Volkswagen.

Renault, dont l’action a perdu jusqu’à 20% jeudi, a terminé sur une chute de 10,28% à 77,75 euros à la clôture de la Bourse de Paris.

Renault secoué par des soupçons sur ses émissions, pas de fraude

PARIS (Reuters) – Renault a essuyé jeudi un coup de tabac en Bourse à la nouvelle de perquisitions de la Direction de la concurrence sur trois de ses sites, une enquête qui ne dénote aucune fraude sur ses émissions polluantes, selon la ministre de l’Ecologie, mais a fait perdre à son titre jusqu’à près de 23% en séance.

Les tests chez Renault, réalisés dans le cadre de l’enquête gouvernementale sur les émissions polluantes du diesel lancée après l’affaire Volkswagen, n’établissent pas l’existence de logiciels de fraude sur les véhicules du constructeur français, a déclaré Ségolène Royal.

« Je fais toute confiance à Renault », a-t-elle dit à l’issue d’une réunion de la commission ministérielle créée à la suite du scandale VW pour vérifier les émissions polluantes réelles.

La ministre a cependant confirmé des dépassements de normes chez Renault, ajoutant que ce n’est pas le cas chez l’autre constructeur français, PSA Peugeot Citroën.

Dans un communiqué, Renault a expliqué que la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) avait décidé de procéder à un complément d’investigation.

Le groupe, dont les moteurs diesel équipent aussi les partenaires Nissan et Daimler, a confirmé que les enquêteurs s’étaient rendus sur le site technique de mise au point de moteurs à Lardy (Essonne), au Technocentre de Guyancourt (Yvelines) et au siège du groupe à Boulogne-Billancourt.

« ANOMALIE »

Denis Baupin, vice-président écologiste de l’Assemblée nationale et membre de la commission Royal, a déclaré que deux véhicules Renault avaient été testés, une Espace et une Captur.

« L’anomalie est au moins d’un facteur de trois à cinq – trois à cinq fois plus importante – que ce qui était attendu par rapport aux résultats des homologations », a-t-il dit à Reuters.

De source proche de Renault, on explique, sans préciser le nombre de véhicules sur lesquels l’écart a été constaté, ni son ampleur, qu’il « doit y avoir des écarts entre les niveaux d’oxydes d’azote (NOx) mesurés en laboratoire et ceux enregistrés en condition plus réelle d’utilisation des véhicules, qui expliquent cette démarche de la DGCCRF. »

Au-delà du scandale provoqué par la présence d’un logiciel de trucage, l’affaire Volkswagen a mis à nouveau l’accent depuis septembre sur la divergence entre les émissions réelles des véhicules et les normes pour lesquelles ils sont homologués. L’Union européenne a proposé de tolérer à l’horizon fin 2017 un dépassement de 2,1 de la norme Euro 6 actuelle, qui plafonne théoriquement à 80 mg/km les émissions d’oxyde d’azote.

LES TESTS POURRAIENT DURER JUSQU’EN JUIN

L’action Renault a décroché à la nouvelle de l’inspection des autorités de la concurrence et entraîné dans son recul tout le secteur automobile européen. Le titre a finalement clôturé en recul de 10,28% à 77,75 euros, dans des volumes très étoffés, après s’être effondré de près de 23% à la mi-journée.

Le directeur général délégué de Renault, Thierry Bolloré, avait reconnu en décembre que les tests de la commission Royal avaient confirmé des écarts entre les mesures en laboratoire et sur route.

Une association allemande de protection de l’environnement avait épinglé fin novembre les émissions polluantes de la nouvelle Renault Espace, accusée de dépasser jusqu’à 25 fois le plafond autorisé en matière d’émissions d’oxyde d’azote.

Thierry Bolloré avait également annoncé fin 2015 l’accélération du programme de Recherche & Développement de Renault pour améliorer la technologie dite « EGR » dès juillet 2016, en complément du système dit « piège à NOx », de conception plus ancienne et dont les limites sont atteintes.

PSA Peugeot Citroën, qui utilise une autre technologie de réduction des oxydes d’azote (« SCR »), a fait savoir que les tests effectués sur ses véhicules n’avaient montré aucune anomalie et qu’il ne faisait pas l’objet d’un complément d’enquête de la DGCCRF.

« Les résultats de nos véhicules sont absolument sans aucune tache et sans aucune difficulté », a déclaré à Reuters le directeur de la R&D du groupe, Gilles Le Borgne, en estimant que les tests aléatoires devraient durer jusqu’autour du mois de juin.

Le dernier Renault « Espace » dépasse de cinq à dix fois les normes CO2

Selon France Info, le dernier modèle « Espace » de Renault dépasse de cinq à dix fois les normes CO2 et oxyde d’azote. Des représentants du constructeur devront s’expliquer la semaine prochaine, a annoncé la ministre de l’Ecologie, Ségolène Royal.

Renault Le logo de Renault devant le technocentre de Guyancourt. (Reuters)

L’information est pratiquement sortie par hasard. Dans un tract relayé par l’AFP, la CGT a annoncé jeudi que des perquisitions avaient été menées chez Renault dans des « secteurs » (« homologation et mise au point des contrôles moteur ») qui « laissent fortement penser » que ces « perquisitions » sont « liées aux conséquences de l’affaire des ‘moteurs truqués’ de Volkswagen. Une information qui a eu l’effet d’une bombe. A la mi-journée, l’action Renault perdait près de 22% avant de clôturer à -10%.

Dans l’après-midi, la ministre de l’Ecologie, Ségolène Royal, a reconnu que des Renault Diesel dépassaient les normes de pollution. « Renault sort vraiment du lot, avec des dépassements de cinq à dix fois supérieurs aux normes CO2 et oxyde d’azote pour le dernier Espace », précise France Info. « Des représentants de Renault s’expliqueront la semaine prochaine devant la commission », explique encore le site. « Renault n’exclut pas de mener des rappels de voiture », avance également Europe 1. Toutefois, il n’y a « pas de logiciel de fraude » qui ait été détecté chez Renault, contrairement à chez Volkswagen.

Nissan en baisse

L’action du constructeur d’automobiles japonais Nissan a perdu 1,90% vendredi à la Bourse de Tokyo, affectée par les révélations de perquisitions qui ont fait dégringoler de 10% le titre de son partenaire français Renault jeudi à Paris.

Les investisseurs tokyoïtes craignent que ces informations ne viennent retarder la revente par l’Etat français des parts supplémentaires qu’il avait achetées dans Renault au printemps 2015, portant sa part de 15 à 19,7%, dans le but de faire passer la loi Florange qui récompense les actionnaires de longue durée.

Plus d’actu finance/économie avec Boursier.com

Diesel : Ségolène Royal annonce que Renault a dépassé les normes sur le CO2 et l’oxyde d’azote

AUTOMOBILE Le groupe automobile a plongé à la Bourse de Paris, ce jeudi, après l’annonce d’une perquisition menée dans ses usines par la répression des fraudes…

Le stand Renault au salon de l'automobile de Tokyo au Japon, en octobre 2015.
Le stand Renault au salon de l’automobile de Tokyo au Japon, en octobre 2015. – KAZUHIRO NOGI / AFP
* Vincent Vantighem

Ségolène Royal, la ministre de l’Ecologie, a annoncé, ce jeudi qu’un « dépassement des normes » de CO2 et d’oxyde d’azote avait été constaté sur des modèles diesel du constructeur automobile Renault et de deux autres marques étrangères, tout en assurant qu’aucun logiciel de fraude avait été détecté, comme ce fut le cas avec le scandale Volkswagen

>> Analyse : Que sait-on sur le scandale Renault ?

Cette annonce intervient alors que le titre Renault a plongé à la Bourse de Paris de près de 20 %, ce jeudi, après l’annonce d’une perquisition menée par la DGCCRF (direction générale de la concurrence et de la répression des fraudes) dans les usines de Renault.

Des résultats très mauvais pour Renault

C’est un communiqué de la CGT qui a tout déclenché, ce jeudi matin. Dans celui-ci, l’organisation syndicale détaille : « La question des émissions de NOx [oxyde d’azote] des moteurs Diesel a pris une nouvelle dimension jeudi dernier avec des perquisitions (…) dans plusieurs sites de Renault. Car il semble bien que ces perquisitions soient liées aux conséquences de l’affaire des « moteurs truqués » de Volkswagen ».

Selon des sources proches du dossier contactées par France Inter, les résultats menés de façon aléatoire en France seraient très mauvais pour Renault. Si la direction de Renault a confirmé à l’AFP l’information et les perquisitions sur plusieurs sites du groupe, elle avait assuré qu’aucun logiciel truqueur n’a été détecté lors de ces opérations.

Plusieurs millions perdus en Bourse

Ce matin, la commission indépendante avait assuré que les résultats des expertises seraient dévoilés dès ce jeudi. Ils vont déterminer la réponse par le gouvernement, alors que l’Etat détient 19 % du capital du constructeur automobile français. Les conséquences d’une baisse drastique du cours de l’action pourraient se chiffrer à plusieurs millions d’euros.

Depuis Berlin, Emmanuel Macron, le ministre de l’Economie, a indiqué que le cas de Renault n’est «en aucun cas comparable» avec celui de Volkswagen, indiquant qu’il « maintenait sa confiance dans le groupe automobile ».

Renault : la presse pointe un manque de transparence préjudiciable

Le « jeudi noir » de Renault en Bourse, alors qu’était révélé que la firme automobile polluait plus que prévu sans toutefois frauder, illustre le manque de transparence de la marque au losange, selon la presse de vendredi.

« Renault pris la main dans le pot… d’échappement », titre plein d’à-propos Le Parisien/Aujourd’hui en France qui relate la « journée noire » vécue par le constructeur français « avec la révélation de perquisitions par la Répression des fraudes et de taux de pollution trop élevée de ses moteurs ».

Les premiers tests réalisés dans le cadre de l’enquête ouverte après le scandale Volkswagen ont en effet montré que des Renault Diesel dépassent les normes de pollution mais n’ont pas de logiciel de fraude, ce qui n’a pas empêché l’action de perdre 10,28% à la Bourse de Paris.

« Estimant qu’il n’y a pas de fumée sans feu, les marchés ont fait plonger l’action de la marque au losange, qui crie pourtant son innocence et affirme qu?elle n’a pas triché », raconte David Barroux dans Les Echos.

« Aucune tricherie volontaire n’a été démontrée », insiste la ministre de l’Ecologie Ségolène Royal dans un entretien au Parisien. Mais, prévient-elle aussitôt, « Renault doit réagir dès maintenant pour mettre ses moteurs aux normes ».

– ‘Stratégie d’évitement’ –

D’une manière générale, « ce climat électrique invite le monde de l’automobile à balayer rapidement devant sa porte avant qu’une nouvelle catastrophe survienne », estime Gaëtan de Capèle dans Le Figaro, s’interrogeant à l’instar de nombre d’éditorialistes : « qu’on le veuille ou non, le « dépassement des normes d’émission » de Renault et de certains de ses confrères, qui se présentaient jusqu’ici comme irréprochables, pose tout de même quelques questions… »

Pour David Barroux (Les Echos), « même si Renault n’a pas installé des lignes de code manipulatrices dans ses voitures, il n’en reste pas moins vrai que le monde de l’automobile sait bien que tous les acteurs ont appris à manipuler les résultats des tests de consommation d’essence ou de pollution ».

La firme « aurait pu jouer la transparence ou la politique de l’édredon en officialisant ces contrôles pour mieux les banaliser. En les cachant à l’opinion, elle a pris un risque considérable », regrette Alain Dusart dans L’Est républicain.

« Le groupe conduit par Carlos Ghosn a visiblement cru que les perquisitions pourraient rester secrètes » et il « paie chèrement sa stratégie d’évitement », professe Laurent Bodin dans les colonnes de L’Alsace.

Voitures diesel: des Renault polluent plus que prévu, mais n’utilisent pas de logiciel de fraude

AFP

Le logo de Renault sur un Espace, le 26 novembre 2014 à l’usine de Douai dans le nord de la France ( AFP/Archives / PHILIPPE HUGUEN )

Les premiers tests réalisés en France dans le cadre de l’enquête ouverte après le scandale Volkswagen montrent que des Renault Diesel dépassent les normes de pollution mais n’ont pas de logiciel de fraude, ce qui n’a pas empêché l’action de perdre 10% à la Bourse de Paris.

L’annonce en fin de matinée de perquisitions menées par la repression des fraudes dans plusieurs sites du constructeur français a fait dégringoler le titre Renault de 20% en tout juste une heure à la Bourse de Paris, faisant p »erdre plus de 4 milliards d’euros de capitalisation au 2è constructeur français.

L’action a finalement terminé la séance à 77,75 euros, en chute de 10,28%. Par ricochet, PSA Peugeot Citroën, qui a précisé « ne pas avoir fait l’objet d’une perquisition », a perdu au final 5,05% à 14,01 euros.

Les perquisitions, révélées par la CGT et visant le siège social, le Centre technique de Lardy et le Technocentre de Guyancourt, ont été menées la semaine derniere par la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF).

Le ministre de l’Economie Emmanuel Macron, en déplacement à Berlin, a précisé que ses services ont procédé « à plusieurs contrôles et perquisitions depuis le mois de septembre dernier afin de vérifier la fiabilité et la qualité des informations transmises au consommateur » chez plusieurs constructeurs, dont Renault.

Fabrication du nouveau moteur électrique de Renault, à l'usine de Cléon dans le nord de la France,

Fabrication du nouveau moteur électrique de Renault, à l’usine de Cléon dans le nord de la France, le 18 juin 2015 ( AFP / CHARLY TRIBALLEAU )

Ces perquisitions ne sont pas directement liées, a souligné la ministre de l’Ecologie Ségolène Royal, à l’enquête menée par une commission technique indépendante mise en place par le gouvernement français, et chargée de vérifier que les constructeurs n’ont pas équipé leurs véhicules de logiciels équivalents à ceux de Volkswagen.

La ministre de l'Ecologie Ségolène Royal lors d'une conférence de presse consacrée &agr

La ministre de l’Ecologie Ségolène Royal lors d’une conférence de presse consacrée à la situation au constructeur automobile français Renault, le 14 janvier 2016 à Paris. ( AFP / Patrick KOVARIK )

Les premières conclusions rendues par cette commission, présentées jeudi à la presse par Ségolène Royal, ont montré un « dépassement de normes » pour le CO2 et les oxydes d’azote chez Renault et « plusieurs » marques étrangères, qu’elle n’a pas voulu nommer.

Ouvriers de l'usine Renault de Cléon, dans le nord de la France, le 18 juin 2015

Ouvriers de l’usine Renault de Cléon, dans le nord de la France, le 18 juin 2015 ( AFP/Archives / CHARLY TRIBALLEAU )

En revanche, il n’y a « pas de logiciel de fraude » qui ait été détecté chez les constructeurs autres que Volkswagen, dont Renault.

– Les investigations vont continuer –

Entrée de l'usine PSA de Sochaux, le 5 janvier 2016

Entrée de l’usine PSA de Sochaux, le 5 janvier 2016 ( AFP/Archives / SEBASTIEN BOZON )

Ces conclusions sont « encore provisoires », puisque le laboratoire Utac-Ceram, missionné par la commission, a testé depuis octobre, dans cette première phase, 22 voitures, de huit marques différentes: Renault, PSA, Volkswagen, Mercedes, Ford, Opel, Toyota et BMW.

« Les investigations vont continuer pour atteindre un échantillon de 100 véhicules », a ajouté Ségolène Royal, et Nissan, Volvo, Suzuki et Fiat, doivent rejoindre le panel.

« Toutes les conclusions seront publiées à l’issue de l’ensemble des tests ainsi que les actions décidées par les constructeurs qui s’engagent à prendre des décisions industrielles concernant la réduction des dépassements de normes a la fois pour le CO2 et les oxydes d’azote », a encore dit la ministre.

Renault a confirmé être prêt à échanger avec les membres de la Commission dès sa prochaine réunion. De même, les autres constructeurs seront invités.

Selon le député écologiste Denis Baupin, membre de la commission, les dépassements observés sont « au moins d’un facteur 3 à 5 » par rapport aux normes, sans toutefois vouloir préciser où se situe Renault.

« D’ores et déjà cette commission a été utile car elle a mis en évidence des situations anormales », a-t-il déclaré, jugeant qu' »il y a des explications à donner par les constructeurs ».

« Que des véhicules dépassent les valeurs d’homologation, ce n’est pas une surprise, c’est ce que nous dénonçons depuis des années », a fustigé Michel Dubromel, chargé des transports à France nature environnement, également membre de la commission.

Pour lui, « cette commission, c’est une première étape, mais les travaux doivent aller au bout, c’est-à-dire déboucher sur des mesures réelles, nous n’en sommes pas là ».

Après le scandale Volkswagen, Renault a annoncé en décembre un plan d’investissements de 50 millions d’euros pour réduire l’écart entre les émissions polluantes de ses voitures en conditions d’homologation et en situation réelle.

Pour le député européen Europe Ecologie-Les Verts, Yannick Jadot « Il y a une arnaque, une escroquerie organisée des constructeurs automobiles sur la pollution, sur la consommation automobile » à hauteur de 40%, rappelant que les écologistes dénonçaient ce phénomène depuis « dix ans ».

Le numéro deux automobile mondial Volkswagen avait équipé 11 millions de véhicules diesel dans le monde d’un logiciel spécifique pour déjouer les normes antipollution, mais se défend de tout « mensonge » dans cette affaire.

Scandale du diesel: Renault dément avoir fraudé comme Volkswagen

Renault Espace diesel scandale Volkswagen scandale VW

Philippe Huguen – AFP

Des tests réalisés par une organisation non-gouvernementale allemande ont révélé que le niveau d’émission de gaz polluant du Renault Espace 1,6 DCI était supérieur à ce qu’avaient établi les tests officiels. Le constructeur français dément catégoriquement cette information.

 =============

Commentaires

René  •                                    La spécialité principale des Français, c’est de se tirer des balles dans le pied et de ne pas se soigner. Pendant ce temps là tout le reste du monde profite, nous on passe pour des khons et on en crève.
Au lieu de fantasmer à l’école, il vaudrait mieux apprendre ce qu’est la vraie vie et regarder ce qui se passe ailleurs Un utilisateur Yahoo  •         ce gouvernement de décadence, cette dinde orgueilleuse, cherche des poux pour briller et achever son pays

  • Jennifer  •                        Donc les chiffres annoncés par Renault ne sont pas bons, mais pas tricherie….. ou l’art de prendre encore les français pour des c.ns.
  • jean  •                               les constructeurs français n’ont pas eu besoin de logiciels et leur a suffi de truquer les tests qui ne faisaient l’objet d’aucun contrôle mais pourtant donnaient accès aux bonus versés par l’état – une magouille digne des socialos
  • jean  •                              les chiffres concernant la pollution et les consommations de carburant ont été minorés volontairement du simple au double pour certains modèles en toute impunité car aucun contrôle des autorités concernées – cela va permettre à l’état de récupérer les bonus soit une somme colossale pour.renflouer les caisses sans fonds de l’état atilla  •                              Et les marmottes emballent le chocolat!
  • marie  •                             On magouille bien les chiffres de l’immigration et ceux du chômage !
    riddick  •                          Touchez ma pijot si tou
  • Scipion  •                         Les chiffres de pollution annoncés par les constructeurs
    doivent être pris avec les mêmes réserves que les chiffres de consommation revendiqués…
    A savoir: pas délibérément faux, mais qu’on ne peut espérer tenir que dans des conditions idéales..
    OUI, dans « la vraie vie », il m’arrive de consommer moins que ce qui est dit sur le catalogue…
    Mais seulement quand je peux me permettre de rouler à vitesse très stabilisée, dans d’excellentes conditions.
    Et ce n’est pas nouveau: nous tablions sur 5 l/100 de super avec notre Renault « Caravelle » parfaitement réglée…
    Mais ça sautait à plus de 8 litres avec le pied lourd…
    TR  •                                   L’article n’est pas clair : est-ce que Renault dépasse les normes quand on place les voitures en conditions réelles (ce qui n’est pas fautif), ou bien est-ce qu’elle les dépasse même dans les conditions officielles de test?
  • Laheyne  •                          Il eut été fort étonnant qu’un seul constructeur soit un menteur/tricheur ! Pas vu pas pris !!!
    Toutes les grosses fortunes qui se sont bâties rapidement sont forcément malhonnêtes et ne peuvent s’appuyer sur le travail accompli pour se disculper… blablabla  •                        dépasser les normes…c’est une fraude. et les logiciels de détection sont incompétents
  • Croque-Morts  •              Le PDG de la marque s’enrhume, il a une « Renault pharyngite »…
  • France Debout  •           l’arroseuse arrosée. En voulant faire croire suite à des tests que les marques françaises n’avaient rien à se reprocher, elle s’est prise les pieds dans le tapis et maintenant trouve difficilement des justificatifs « oui mais euh non, en fait, y a rien à voir…. » « pas fraude mais dépassement » et « Je fais confiance à Renault qui est un grand industriel français », a assuré la ministre, ce qui signifie « on ne va pas détruire notre industrie donc CHUT »
  • stephane  •                       Les Renault polluent particulièrement ! Il suffit de regarder leur pare-chocs AR, il est noir de fumée. Les véhicules français n’ont pas besoin de logiciel (qui ne fonctionne qu’au moment des tests), ils sont validés par défaut par les hautes instances … encore de la corruption ???
  • Barnab  •                          Nos pauvres syndicats ,non seulement content de mettre en pièce les entreprises en difficulté maintenant ils s’attaquent a celles qui fonctionnent bien. Cette France est pitoyable et les Français pas mieux . Continuez a voter cette vermine pourri qui ruine le pays en sabordant ses propres entreprises et donc ses propres intérêts du jamais vue . Français réveillez vous et allez voter a la présidentielle c’est le moment et pas les RPS pensez à vos enfants , petits enfants et toutes vos descendances avant qu’il ne soit trop tard les Français issus de l’immigration l’ont bien compris ils vont voter ,dommage qu’ils votent à gauche et donc contre leurs propres intérêts pour ceux qui bossent à l’usine alors Français de souches réveillez vous et arrêtez de mettre la tête dans le sable votre avenir en dépens et arrêtez de regarder les propagandes télévisuels qui vous embrouillent le cerveau . charles  •                          on savait bien que ces voitures Allemandes n’étaient pas normales pour un prix si bas !! lol !!!! vilvigoune ,merdcidouce ,bimdiblouvi cacaprouteu !!!!!!!!!
    thierry  •                         mais qui pense encore que cette pouffiasse dit la vérité??????? Renault est pourri comme les autres

Georges Galopin                 « Dans un tract, le syndicat CGT affirme que les « secteurs » visés par ces perquisitions – « homologation et mise au point des contrôles moteur » – « laiss[ai]ent fortement penser » que ces « perquisitions » étaient « liées aux conséquences de l’affaire des “moteurs truqués” de Volkswagen » Voilà une assertion propre à défendre l’avenir et l’emploi de l’entreprise qui vous permet de gagner votre vie… C’est comme à AF, on en revient pas de ces comportements pavloviens que le monde nous envie!

 

MAURICE MAGINOT         Quel titre ! Quel rapport entre l’escroquerie de Volkswagen et le constat d’un défaut de la norme sur les conditions du test ? Après l’article absurde publié le 1er octobre 2015, quelques jours seulement après la révélation du scandale VW, où un journaliste titrait : « Les ventes de Volkswagen en hausse de 12,8 % en France, malgré le scandale », l’article d’aujourd’hui ne m’ôtera pas l’idée que Le Monde se fiche du monde. Décidément, pour qui Le Monde roule-t-il ?

 

mercure                               Ce qui me choque c’est les variations erratiques du cours de bourse, qui en a profité. Est ce la CGT qui a joué le titre à la baisse en publiant son tract? En 1978 le PC s’était constitué un magot en jouant la bourse à la hausse, juste avant d’annoncer la rupture du programme commun. Quelque soit les spéculateurs bienheureux je trouve scandaleux que la cotation des valeurs automobiles n’ait pas été suspendue.

 

phj                                             Zut, j’ai raté un gros gain : -20% à midi, -9% ce soir. Mais d’autres en ont profité, c’est sûr. Pour info, parce qu’il faut encore le dire : gains ou pertes en bourse ne concernent pas l’entreprise en question, mais juste ses actionnaires, ou quelques traders. Et là, on s’en f…

 

Robert BIGEAT                        On voit bien là, par votre intervention pleine de mépris, que vous ne maîtrisez pas du tout cette question. Au contraire de ce que vous écrivez, par ignorance encyclopédique des réalités financières, les évolutions en Bourse du cours d’une entreprise impactent directement son existence même. La Bouse en effet est un moyen essentiel de financement des entreprises, et le propriétaire d’une entreprise par actions, c’est la majorité des détenteurs de son capital. Les français sont nuls en économie.

 

ERIK SYLVANDER                Les oxydes d’azote ne sont pas « les principaux composants du diesel » mais des gaz obtenus dans toutes les combustions utilisant de l’air (et donc de l’azote) à haute température et haute pression. La réduction des oxydes d’azote est possible, avec ou sans catalyseur, avec ou sans injection d’urée ou d’un produit similaire.

  • alienor1000               La CGT à l œuvre pour tuer une société de plus en France ? Où      s’ arrêteront ils ?

  • Arbalette                    20%, ça fait des milliards d’euros de perdu en un seul jour pas des millions !!!!

  • together                     c’est complètement démesuré, si l’on voulait couler une société ont ne s’y prendrait pas autrement
    proprement scandaleux et ce gouvernement de pacotille qui veut encore inverser la courbe du chômage ; pauvre français et les imbéciles qui continuent de voter a gauche malgré l’échec de mitterand et les autres qui subissent sans réagir

    où sont’il ces français de la révolution ?
    Quand j’ai quitté la France j’avais presque honte mais les événements ne font que m’encourager; mes enfants restés en France ont demander à me rejoindre
    c’est dire la situation de la France à la fin du mandat présidentiel la France ne sera plus que l’ombre d’elle-même, avec encore plus de misère car il faudra régler la dette les fonctionnaires et les malheureux chômeurs

    • pomlnb            Je crois que Renault n’a pas besoin du gouvernement pour couler… Le fait de faire des voitures moyennes dans un secteur concurrentiel avec un coût du travail élevé suffit largement. De même que le fait de ne pas innover dans un monde qui va vite condamne de toute façon l’entreprise à terme…
      Renault en est encore à truander sur des moteurs diesel qui n’attirent plus que les français, c’est dire s’ils sont sur un business d’avenir…

  • AlbertDuJardin             Mme Royal fait sa dilettante en plombant Renault avec cette déclaration tonitruante faite au porte-voix.
    Il est vrai qu’EDF vient de déguster salement passant de 80 euros le titre à 12 euros aujourd’hui, la faute à qui ? Devinez un peu.
    Pour sabrer nos entreprises, on sait le faire au gouvernement PS.Renault aurait fait son VW lui aussi.

    Jean Pierre Lecou ·   toute cette campagne de Ségolène Royal contre les voitures françaises est scandaleuse : pour une fois qu’un constructeur allemand est pris la main dans le pot de confiture, elle devrait se réjouir et faire savoir que PSA et Renault n’ont pas triché ! non à la place, soupçons, doutes, critiques… et enfin dire que les voitures polluent un peu trop.. mais si elle conduisait elle-même sa voiture, elle saurait qu’il y a une grosse différence entre la conso annoncée et la réalité ! ma voiture (allemande) est 50% au dessus des chiffres annoncés.. alors qu’elle réforme la manière de calculer les consommations et qu’elle arrête de critiquer les constructeurs français !!

    Ede Reisinger ·    ma voiture allemande est au chiffres annoncées malgré son  » grande age »!!!!!
    Olivier Deroy ·     Les normes sont européennes. Sinon, faudrait aussi attaquer la ‘ mode ‘ du véhicule électrique par le bon angle; on mesure la pollution des véhicules à leur usage, pas au niveau de la fabrication ni au recyclage… Une catastrophe aussi la fab de batterie et leur recyclage non ?
    Daniel Goury ·         Comment peut-on passer après quelques années avec succès un controle technique avec un véhicule qui dès le départ n’est pas conforme ? Quelqu’un peut-il m’expliquer ? Je pense que le problème dépasse de loin ce que l’on veut nous faire croire, y compris aux USA.
    stricot                       Parce que le dirigeant de Tesla n’est pas surpaye? Bon courage avec ta recherche de bornes de recharge express toutes les 350 bornes, detour de 10km et pause pipi de 20min inclus!
  • M7097610                vu la nullité des dirigeants surpayés des constructeurs français, j’ai du acheter américain, j’ai acheté TESLA …et j’ai pourtant tout fait pour que Citroen me donne des arguments pour attendre une vraie nouvelle DS, pas un badge commercial, non, une voiture techniquement nouvelle
  • frenchto                  c’est une affaire bizarre. Ce sont les lobbyistes de VW qui ont normalisé les tests. VW a triché comme font tous les Allemands en général. C’est curieux ces contrôles chez Renault soudainement non ????
  • @M3401050.          C’est parce que la France est peuplée de gens comme vous que ce pays ne réussit pas

  • Mig737                    Ah bon rencho, mon machin hybride ne fait pas du 3.2l/100 kms, c’est donc pour ça que je fais le plein aussi souvent qu’avant?
  • angel001                Moi faut qu’on m »explique comment une ministre peut faire une déclaration concernant une enquête (je dis enquête car perquisition) dont la fouille n’a même pas 5 jours… Un peu court comme délai pour des conclusions techniques concernant des méthodologies complexes, même si je ne doute pas de la compétence des personnels concernés.
  • M3401050          Pas de crainte à avoir pour Renault leurs caisses sont tellement nulles qu’elles ne seront jamais vendues aux us…pareil pour Peugeot ! Ça permettra de leur éviter de coûteux procès
  • Comment détruire l’économie (et le capital investi en France): Perquisitionnez les sièges sociaux des sociétés qui n’ont pas encore quitté la France et ne se sont pas transformés en Société Européenne, Faites disparaitre le marché boursier avec la TTF, y compris les transactions dans la même journée, assurez-vous que aucun acheteur ne se présentera de façon à provoquer des mouvements de 10% par jour sur la plupart des valeurs du CA40, ajoutez des contraintes sur la vente des sociétés, les OPA, .

  • Pour Madame Royal, c’est très intéressant de faire faire quelques perquisitions chez Renault par ses services et de tenir salon devant les journalistes. Mais on serait prêt à pardonner son collier à Marie Antoinette comparé aux milliards d’Euro partis en fumée sur les 20% de Renault que détient l’Etat. Et en supprimant les forages de pétrole en France, on va baisser la consommation de brut. C’est l’enseignement de l’ENA ? enfin on est au moins sûr de produire moins de brut, plus de chômeurs …

  • @umrk:                       c’est justement ça qu’il faut savoir car tous les constructeurs optimisent leurs véhicules pour ce fameux test standardisé, mais ça on ne peut pas leur en vouloir, par contre à ceux qui définissent le test oui!

  • TITOFF                            Et voilà les lobbyistes TEUTONS à l’œuvre qui n’ont rien trouvé de mieux pour minimiser les escroqueries du groupe VAG, en s’attaquant aux concurrents, Français de préférence, via une ONG. Méthode nauséabonde, je pense qu’Auto-plus (capitaux Allemands) va bien se régaler en tapant une fois de plus sur les constructeurs Français. En bons donneurs de leçons ces dernières années, les constructeurs Allemands n’acceptent pas la réalité des faits actuels. La chute est terrible, mais ils feraient bien de reprendre leurs esprits. Ils ont déjà oublié que ceux qui les ont topés ne sont pas en Europe. Pour quelles raisons ne font ‘ils pas d’analyse sur des véhicules GM, FORD, CHRYSLER ? Ils ont peurs d’engager des procédures contre les Yankees? les plus gros pollueurs de la planète après la Chine

    beaudolo                           C’est pas possible, Renault c’est français un pays où la ministre de l’écologie s’appelle Ségolène Royal!      

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :