Encore une chance pour demain!!

Laisser un commentaire


8585

L’auteur de l’agression antisémite à Marseille dit avoir agi « au nom de l’Etat islamique »

Le Monde.fr avec AFPDes policiers devant l'école où enseigne le professeur victime d'une agression antisémite à Marseille le 11 janvier 2016.

Le procureur de Marseille, Brice Robin, a confirmé au cours d’une conférence de presse que l’agression à la machette, lundi 11 janvier, par un adolescent d’un enseignant juif était « une agression à caractère antisémite » avec « une forme de préméditation ». L’auteur, un adolescent qui aura 16 ans la semaine prochaine, dit avoir agi « au nom d’Allah » et de l’organisation Etat islamique, a précisé M. Robin.

L’agresseur, un jeune Turc d’origine kurde, n’avait ni antécédent judiciaire ni trouble psychiatrique, selon le procureur. Il n’était pas non plus connu des services de renseignement. La section antiterroriste du parquet de Paris s’est saisie de l’enquête pour « tentative d’assassinat aggravée en raison de l’appartenance à une religion et en relation avec une entreprise terroriste ». Elle a été confiée conjointement à la police judiciaire de Marseille, à la sous-direction antiterroriste (SDAT) et à la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI).

« L’intention était de tuer »

En pleine rue et devant témoins, le jeune homme, né en 2000, a porté des coups à la victime, un professeur de 35 ans, enseignant à l’Institut franco-hébraïque de la Source, près de la mairie du 9e arrondissement de Marseille. La victime a été blessée au dos et à la main, selon une source policière. L’adolescent portait également un couteau avec une lame en céramique qu’il destinait « aux policiers qu’il comptait agresser ».

Selon le Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF), la victime est un enseignant de 35 ans, qui portait une kippa au moment des faits. Il a été agressé alors qu’il se rendait à son travail. « L’enseignant de l’école juive a subi des blessures aux mains, s’est défendu, et a mis en fuite son agresseur », écrit le CRIF sur son compte Twitter. « Selon la victime, l’intention de son agresseur était de la tuer », a ajouté le procureur de Marseille.

Parti en courant, l’auteur présumé de l’agression a été interpellé dix minutes plus tard par la brigade anticriminalité (BAC). « Il s’agit d’un individu très excité, mais qui revendique clairement son acte », a expliqué une source proche du dossier. Selon M. Robin, l’adolescent, régulièrement scolarisé dans un lycée de la ville, où il est bon élève, a un profil qui « semble être celui d’une personne radicalisée via Internet ». Lors de son arrestation, l’adolescent a dit aux policiers « qu’il s’armera [it], dès qu’il sortira, d’armes à feu pour tuer les policiers ».

« Solidarité » de l’Etat

Le président de la République, François Hollande, a condamné des actes « innommables et injustifiables », et a « assuré la mobilisation des pouvoirs publics pour agir avec la plus grande fermeté contre l’antisémitisme et le racisme ». Plus tôt, le ministre de l’intérieur, Bernard Cazeneuve, a dénoncé, sur Twitter, une « révoltante agression antisémite », tandis que le premier ministre, Manuel Valls, s’est dit « révulsé » par l’agression. « Cet antisémitisme doit être combattu comme nous devons combattre avec la dernière des forces tous les actes anti-musulmans, parce qu’il y en a dans le contexte actuel », a appelé le premier ministre.

Le préfet de police des Bouches-du-Rhône, Laurent Nunez, qui s’est rendu dans l’établissement où enseigne la victime, y a exprimé la « solidarité » de l’Etat et sa « détermination à assurer la protection des sites », notamment les écoles juives, qui bénéficient déjà de gardes statiques pour l’entrée et la sortie des élèves.

Le président du CRIF, Roger Cukierman, s’est dit « atterré » et « très choqué ». Dans un communiqué, l’institution a par ailleurs jugé « urgent de s’attaquer aux racines de ce fléau et à ceux qui, au sein de la sphère islamo-fasciste, le propagent notamment sur Internet ».

« Le CRIF constate avec effroi que les actes antisémites continuent inlassablement à meurtrir les juifs de France, plongés collectivement dans une spirale de haine qui ne semble jamais vouloir s’arrêter. »

Agression antisémite à Marseille : ce que l’on sait de l’auteur de l’attaque

MACHETTE

MARSEILLE – Il n’a pas tout à fait 16 ans et c’est un lycéen turc d’origine kurde, inconnu des services de renseignement, qui a agressé et blessé lundi 11 janvier dans une rue de Marseille un enseignant juif qui portait la kippa, affirmant lors de son interpellation avoir agi « au nom d’Allah » et du groupe État islamique.

Il a frappé à l’aide d’une machette l’enseignant de 35 ans, qui se rendait au travail vers 9 heures du matin. L’adolescent avait un regard « particulièrement haineux » et son intention était « de tuer », selon les déclarations de la victime, mais il ne lui a pas parlé, a détaillé le procureur de Marseille, Brice Robin. La lame de la machette était émoussée, ce qui a pu limiter l’ampleur des blessures, légères, au dos et à une main.

L’adolescent a été interpellé quelques minutes plus tard. Devant les policiers, il « a revendiqué avoir agi ainsi au nom d’Allah et du groupe État islamique », a précisé le procureur. En Irak et en Syrie, les Kurdes font partie des forces qui luttent contre le groupe EI.

Une radicalisation passée inaperçue

Selon les premiers éléments, l’adolescent n’était pas dans le radar des services de renseignement et n’avait pas d’antécédents judiciaires. Sa radicalisation semble être passée inaperçue au sein de sa famille, comme de ses professeurs. Aucun trouble psychologique n’avait non plus été signalé.

 

« Il maîtrise une certaine dialectique, mais on sent bien que c’est quelqu’un qui ne maîtrise pas complètement les fondements de l’islam », a précisé le directeur adjoint de la sécurité publique, Yannick Bloin.

Il est dans un milieu tout à fait normal et classique, et, en plus, il a de bonnes notes au lycée », a relevé le procureur. Son profil « semble être celui d’une personne radicalisée via internet », même si des investigations plus poussées doivent encore être menées, a-t-il dit.

Cette agression intervient quelques mois après deux autres, assez similaires, dans une ville qui compte, selon le Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif), quelque 70.000 juifs.

Le 24 octobre, trois juifs et un cantonnier avaient été agressés près d’une synagogue marseillaise, dont un avec un couteau. L’agresseur, fortement alcoolisé et connu des services de police, a été condamné à 4 ans de prison, dont 18 mois avec sursis.

Le 18 novembre, deux agressions avaient eu lieu dans des lieux différents de la ville, celle d’une femme musulmane voilée et celle d’un autre enseignant juif, à l’aide d’un couteau.

Lire aussi :

• De l’Hyper Cacher au 13 novembre, l’année sous tension des juifs de France

• À l’Hyper Cacher, l’hommage aux victimes du terrorisme

Agression antisémite à Marseille : la communauté juive s’inquiète

REPLAY – La communauté juive de Marseille s’inquiète de la montée des violences à son égard. L’acte d’inspiration terroriste perpétré lundi 11 janvier ne fait que renforcer le sentiment d’insécurité.

La communauté juive de Marseille s’inquiète Crédit Image : AFP Crédit Média : Etienne Baud

Interpellé par les forces de l’ordre, l’agresseur de ce professeur dont les jours ne sont pas en danger, a revendiqué son attaque au nom de l’État islamique. Le profil de ce jeune qui se serait radicalisé seul sur internet, bon élève dans un lycée du quartier et sans aucun antécédent, inquiète les juifs marseillais, comme le rabbin de la synagogue voisine.

« Depuis des années qu’on habite ici, on a jamais senti chez les jeunesse, au contraire, des attitudes de haine. C’est quelque chose de nouveau qui vient par l’influence d’internet, par tout ce qui s’est passé chez les islamistes radicaux. On peut avoir peur de n’importe quel jeune comme ça, oui », a-t-il ainsi confié au micro de RTL.

Trois agressions en trois mois

David, lui, a 16 ans, soit le même âge que l’agresseur, et prend désormais ses précautions. « Je vis ici depuis 16 ans. Je passe par cette endroit tous les jours et je pense que ça aurait bien pu être moi plutôt que cette personne là. Maintenant j’ai un peu plus peur. Bien sûr je regarde derrière moi, devant moi, je fais bien attention aux gens qui m’entourent« , avoue-t-il. Mais abandonner les signes distinctifs dans la rue, Zvi Ammar, le président du consistoire marseillais, ne veut pas y penser. « Est-ce qu’il ne faut plus que nous portions la kippa pour ne pas s’identifier en tant que juif ? C’est quand même incroyable. Je ne sais pas ce qu’il faut faire » déplore-t-il au micro de RTL.

Ces trois derniers mois, la communauté juive marseillaise a subi trois agressions d’une extrême violence. L’aspect terroriste de celle de lundi, ne fait qu’accentuer le sentiment d’inquiétude.

La rédaction vous recommande

Agression antisémite d’un prof à Marseille : l’auteur voulait aussi s’en prendre à des policiers

Georges BRENIER et M.V. avec AFP
Faits divers INFO TF1- L’auteur de l’attaque à la machette contre un enseignant juif, lundi à Marseille, est un jeune Turc d’origine kurde. Il se revendique de Daech et regrette de ne pas avoir tué la victime, selon nos informations. Son profil « semble être celui d’une personne radicalisée via Internet » mais il ne présente pas de signe de « folie ».

Toujours en garde à vue ce mardi matin, l’agresseur de l’enseignant juif de Marseille dit assumer pleinement son geste et regrette même de ne pas l’avoir tué, selon nos informations. Il s’assure qu’il recommencerait s’il le pouvait. Il s’était acheté ses armes la semaine dernière, dans ce but là. Il regrette aussi de ne pas avoir pu attaquer les policiers.

Lundi, lors de son interpellation, il avait déjà revendiqué le caractère antisémite de son acte. L’auteur de l’agression à la machette a aussi assuré avoir agi « au nom d’Allah » et du groupe Etat islamique, a indiqué le procureur de Marseille, Brice Robin. « Il a répété avoir agi à plusieurs reprises au nom de Daech car les musulmans de France déshonorent l’islam et l’armée française garde les juifs », a-t-il précisé.

Le jeune homme, né en 2000, est de nationalité turque et d’origine kurde et n’a pas d’antécédents judiciaires, ni psychiatriques. Cet adolescent, qui aura 16 ans dans les prochains jours, n’était pas dans le radar des services de renseignement et n’avait pas d’antécédents judiciaires. Sa radicalisation semble être passée inaperçue au sein de sa famille, comme de ses professeurs.

« Il maîtrise une certaine dialectique, mais on sent bien que c’est quelqu’un qui ne maîtrise pas complètement les fondements de l’islam », a précisé le directeur adjoint de la sécurité publique, Yannick Bloin. « Il est dans un milieu tout à fait normal et classique, et, en plus, il a de bonnes notes au lycée », a ajouté le procureur.

Valls « révulsé » par cette agression antisémite

« Selon la victime, l’intention de son agresseur était de le tuer », a ajouté  le procureur. Lors de son arrestation, l’adolescent a indiqué aux policiers « qu’il s’armera, dès qu’il sortira, d’armes à feu pour tuer les policiers ». Il a porté des coups par derrière à la victime au niveau du boulevard Paul Claudel, qui sépare les 9e et 10e arrondissement, et tout près de l’école juive La Source.

La victime, qui portait une kippa et de ce fait facilement identifiable, a été légèrement blessée au dos et à la main mais elle n’a pas été hospitalisée. La section antiterroriste du parquet de Paris s’est saisie de l’enquête ouverte pour « tentative d’assassinat aggravée en raison de l’appartenance à une religion et en relation avec une entreprise terroriste ».

Le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve a dénoncé en fin de matinée une « révoltante agression antisémite ». « L’agression antisémite d’un professeur à Marseille nous révulse », a écrit Manuel Valls sur Twitter, appelant à « l’intransigeance face à ceux qui s’en prennent à notre unité républicaine ». François Hollande a dénoncé un acte « innommable et injustifiable ».

Le président du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif), Roger Cukierman, s’est dit « très choqué » par cette agression, en notant que l’homme avait agi « en reconnaissant qu’il était inspiré par les jihadistes ». « On est atterrés de voir qu’il y a tant d’actes de cette nature gravissime », a-t-il ajouté.

Marseille : Agression d’un prof juif à Marseille: L’auteur affirme avoir agi au nom de Daesh

FAITS DIVERS – L’adolescent n’a pas d’antécédents judiciaires et n’était pas connu des services de renseignement…

Le jeune auteur d’une agression antisémite ce lundi matin à Marseille, d’origine turque et sans antécédents judiciaires, a revendiqué avoir agi «au nom d’Allah» et de Daesh, a indiqué en conférence de presse le procureur de Marseille, en précisant que cette revendication avait eu lieu au moment de son interpellation et non de l’agression. Pour le procureur, «il s’agit à l’évidence d’une agression à caractère antisémite» avec une «forme de préméditation».

Il n’était pas connu des services de renseignement.Son profil «semble être celui d’une personne radicalisée via internet», a indiqué le procureur. Armé d’une machette, il a agressé un enseignant juif dans la matinée, revendiquant un acte antisémite et blessant légèrement sa victime, deux mois après l’attaque au couteau d’un autre enseignant juif dans les quartiers nord de la ville.

L’enseignant blessé au dos et à la main

En pleine rue et devant témoins, le jeune homme, né en 2000, a porté des coups à la victime, un professeur de 35 ans, enseignant à l’Institut franco-hébraïque de la Source, près de la mairie du 9e arrondissement de Marseille. La victime a été blessée au dos et à la main, selon une source policière.

Le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, a pour sa part dénoncé lundi une «révoltante agression antisémite» à Marseille.

L’agresseur antisémite de Marseille se revendique de l’EI

MARSEILLE (Reuters) – Un adolescent de 15 ans se revendiquant de l’Etat islamique (EI) a agressé lundi à la machette un enseignant d’une école juive de Marseille portant une kippa, qui a été légèrement blessé.

Il s’agit d’un jeune Turc d’origine kurde qui s’est vraisemblablement radicalisé sur internet et n’avait donné jusque-là « aucun signe avant-coureur », a précisé le procureur de la République de Marseille.

L’enseignant, qui s’est protégé notamment avec la Torah, a déclaré que l’intention de son agresseur « était de le tuer », a précisé Brice Robin lors d’une conférence de presse.

Il a été frappé une première fois dans le dos, a réussi à s’enfuir mais a trébuché, ce qui a permis à son agresseur de le rattraper et de s’acharner sur lui alors qu’il était à terre.

Le premier ministre Manuel Valls s’est dit « révulsé » et le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, a dénoncé une « révoltante agression antisémite ».

« Intransigeance face à ceux qui s’en prennent à notre unité républicaine », a déclaré le chef du gouvernement sur Twitter.

L’adolescent, qui a revendiqué son acte lors de son interpellation par les policiers, n’a en revanche « prononcé aucun mot » lors de l’agression de l’enseignant, a précisé Brice Robin.

« La victime s’est protégée avec ses pieds, avec ses mains, et avec son livre religieux, la Torah », a ajouté le magistrat. « Il s’agit à l’évidence d’une agression à caractère antisémite » avec une « forme de préméditation ».

UN COUTEAU QU’IL RÉSERVAIT AUX POLICIERS

Les cris de l’enseignant, légèrement blessé au dos et à la main, ont alerté des voisins et des passants, dont l’arrivée a poussé l’agresseur à prendre la fuite en abandonnant sa machette dont la lame d’une vingtaine de centimètres était émoussée.

L’adolescent a été interpellé par une patrouille de police alors qu’il se dirigeait vers une station de métro. Il avait alors sur lui une seconde arme, un couteau en céramique « qu’il réservait pour agresser des policiers », a dit Brice Robin.

« Il a revendiqué avoir agi ainsi au nom d’Allah, de l’Etat islamique (EI), répétant avoir agi (…) au nom de Daech », l’acronyme de l’EI, car « les musulmans de France déshonorent l’islam et l’armée française garde les Juifs ».

« Il s’est mis a évoquer Allah et a dit qu’il en voulait aux Juifs, aux militaires et aux policiers. Il a aussi dit que la première chose qu’il ferait, quand il sortirait (de prison), serait de se doter d’une arme à feu pour tuer des policiers », a précisé le directeur départemental adjoint de la sécurité publique, Yannick Blouin.

Le responsable de la police a indiqué que l’adolescent n’était ni connu, ni fiché par les services de renseignement. « On essaie de savoir comment il a pu basculer. Il maîtrise une certaine dialectique, mais on sent que c’est quelqu’un qui ne maîtrise pas les fondements de l’islam », a-t-il dit.

Selon Brice Robin, l’adolescent était un bon élève et sa famille d’origine kurde ne présentait aucun problème. « Ses parents sont tombés de l’armoire en apprenant son arrestation », a indiqué le magistrat.

Le parquet de Marseille a ouvert une enquête préliminaire pour tentative d’assassinat et apologie du terrorisme. L’adolescent a été placé en garde à vue pour une durée maximale de 48 heures à moins que le parquet anti-terrorisme ne décide de se saisir du dossier.

Agression antisémite à Marseille : il dit avoir agi « au nom de Daech »

Agression antisémite à Marseille : il dit avoir agi "au nom de Daech"
Les policiers devant l’école juive « La Source » à Marseille près de laquelle un enseignant a été agressé à la machette par ce jeune de 16 ans.

AFP / BERTRAND LANGLOIS

L ‘adolescent, qui a agressé un enseignant juif lundi à Marseille, a dit avoir agi « au nom d’Allah » et de « Daech » (le groupe État islamique) au moment de son interpellation, a déclaré le procureur de la République, Brice Robin.

L’adolescent de nationalité turque et d’origine kurde, qui aura 16 ans la semaine prochaine, a répété « avoir agi au nom de Daech », a dit le procureur de la République, Brice Robin, lors d’une conférence de presse, précisant que cette revendication avait eu lieu au moment de son interpellation et non de l’agression. Pour le procureur, « il s’agit à l’évidence d’une agression à caractère antisémite » avec une « forme de préméditation ».

La section antiterroriste saisie

La section antiterroriste du parquet de Paris s’est saisie de l’enquête sur cette agression. L’enquête est ouverte pour « tentative d’assassinat aggravée en raison de l’appartenance à une religion et en relation avec une entreprise terroriste », a précisé le parquet. Elle a été confiée conjointement à la police judiciaire de Marseille, à la sous-direction antiterroriste (SDAT) et à la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI).

L’adolescent de nationalité turque est inconnu des services de renseignement mais il a revendiqué lors de son interpellation avoir agi « au nom d’Allah et de l’État islamique » car « les musulmans de France déshonorent l’islam et l’armée française garde les juifs », selon le procureur de Marseille, Brice Robin, avant de se dessaisir de l’enquête. L’adolescent portait également un couteau avec une lame en céramique qu’il destinait « aux policiers qu’il comptait agresser ». Il a également indiqué « qu’il s’armera, dès qu’il sortira, d’armes à feu pour tuer les policiers », d’après le procureur de Marseille.

Cazeneuve dénonce une « révoltante agression antisémite »

Le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve a dénoncé lundi une « révoltante agression antisémite » à Marseille après l’attaque à la machette contre un enseignant juif, légèrement blessé au dos et à une main. « Soutien à la victime de la révoltante agression antisémite de Marseille », écrit M. Cazeneuve sur son compte Twitter, ajoutant qu’une enquête est « en cours sous l’autorité de la Justice ».

L’auteur de l’attaque a blessé sa victime, qui portait une kippa, lundi matin en pleine rue avant d’être interpellé par la police et de revendiquer un geste antisémite, a-t-on appris de source policière. « Cet acte témoigne du risque pour certains individus isolés pas du tout connus des services de police et de renseignement de passer à l’acte sous l’influence de la propagande, diffusée notamment sur les réseaux internet, par Daech », a rappelé Bernard Cazeneuve dans l’après-midi, en marge des vœux aux forces de gendarmerie à Satory (Yvelines). « La menace à laquelle nous sommes confrontés peut conduire des individus aux profils différents à passer à l’acte avec violence. Certains sont connus de nos services et font l’objet d’un suivi particulièrement attentif, d’autres se radicalisent seuls sans être en contact avec d’autres acteurs », a-t-il poursuivi.

« A mesure que les événements tragiques qui ont frappé notre pays France s’éloignent, le sentiment pourrait exister d’un moindre risque, d’une moindre menace. C’est une erreur que de le considérer. C’est pourquoi notre mobilisation reste pleine et entière dans le contexte de menace particulier auquel l’Europe et notre pays sont confrontés », a-t-il conclu. « Cette violence est insupportable », a aussi réagi sur Twitter Gilles Clavreul, le Délégué interministériel à la lutte contre le racisme et l’antisémitisme (Dilcra), faisant également part de son « soutien à la victime », enseignant dans une école juive.

France : agression antisémite à Marseille, le parquet antiterroriste saisi

© Boris Horvat, AFP | (Photo d’illustration)

 FRANCE 24 

Une enquête pour tentative d’assassinat a été ouverte par le parquet de Marseille, après l’agression lundi d’un enseignant juif par un adolescent se revendiquant du groupe État islamique. La section antiterroriste du parquet de Paris a été saisie.

Le parquet de Marseille a ouvert, lundi 11 janvier, une enquête pour « tentative d’assassinat » et « apologie du terrorisme », après l’agression d’un professeur juif de 35 ans devant la mairie du 9e arrondissement. La section antiterroriste du parquet de Paris a été saisie

La victime, un professeur de 35 ans à l’Institut franco-hébraïque, portant une kippa, se rendait sur son lieu de travail, lorsqu’un jeune homme d’une quinzaine d’années l’a agressé à la machette. L’enseignant, qui s’est défendu, a réussi à mettre son agresseur en fuite au prix de légères blessures au dos et à la main.

>> À lire sur France 24 : De nombreux juifs français choisissent Israël pour fuir l’insécurité
L’agresseur présumé a été interpellé dix minutes plus tard par la brigade anticriminalité (BAC). Le procureur de la République a précisé que l’individu interpellé était un adolescent de 15 ans et 11 mois, turque d’origine kurde et inconnu des services de police. Lors de son interpellation, il affirme avoir agi « au nom d’Allah » et du groupe État islamique. Pour le procureur, son profil « semble être celui d’une personne radicalisée via Internet ».

« Une révoltante agression antisémite »

Sur Twitter, le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve a dénoncé une « révoltante agression antisémite » et a exprimé sa solidarité.

De son côté le préfet de police des Bouches-du-Rhône, Laurent Nunez, a déclaré : « Nous savons que c’est un acte clairement antisémite, un acte grave commis à quelques dizaines de mètres » d’une école juive. Le préfet s’est rendu dans l’établissement auquel appartenait l’enseignant. Il a tenu à marquer toute la « solidarité » de l’État et a rappelé toute sa détermination à assurer la protection des sites sensibles, notamment les écoles juives qui bénéficient déjà de gardes statiques lors de l’entrée et de la sortie des élèves.*

Agression antisémite à Marseille: l’auteur s’est revendiqué de l’État islamique

Lefigaro.fr avec AFP

L’auteur de l’agression antisémite de Marseille est un jeune Turc d’origine kurde qui s’est revendiqué de l’État islamique, a annoncé cet après-midi le procureur de la République de Marseille. L’auteur, qui n’a pas d’antécédents judiciaires, a dit agir « au nom d’Allah ».

L’agresseur, un mineur vraisemblablement déséquilibré, a blessé légèrement ce matin avec une machette un homme qui portait une kippa à Marseille, en pleine rue, avant d’être interpellé par la police.

Le jeune homme, né en 2000, a porté des coups à la victime devant la mairie du IXe arrondissement de Marseille, devant des témoins, et a laissé l’arme sur place. La victime a été légèrement blessée au dos et à la main.

Une enquête pour « tentative d’assassinat à raison de la religion » et « apologie du terrorisme » a été ouverte par le parquet de Marseille.

Agression antisémite à Marseille

Un professeur d’histoire d’une école juive de Marseille (Bouches-du-Rhône) a été blessé à coups de couteau hier soir par trois hommes qui ont proféré des propos antisémites. L’agression, qui n’a pas engagé le pronostic vital de l’enseignant juif qui portait une kippa, a eu lieu vers 20 heures dans le XIIIe arrondissement. « Ce professeur a été accosté dans la rue par trois individus montés sur deux scooters. L’un d’entre eux a exhibé un tee-shirt de Daech et un autre a montré une photo de Mohamed Merah sur un téléphone portable, a déclaré le procureur Brice Robin, cité par Lefigaro.fr. Les trois individus ont insulté, menacé puis poignardé leur victime au bras et à la jambe. Ils ont été dérangés par l’arrivée d’une voiture et ont pris la fuite. »

Quand on connaît comment sont considérées les femmes dans ces pays la ..pas étonnant . alors j’espère qu’en 2017 ça changera, car avec des femmes comme Merkel ça me désole

L’agression sexuelle est une arme de guerre musulmane
>> Cet été, sur son écran de télévision, chacun pouvait voir que le flot de migrants forçant les frontières de l’Europe, était essentiellement composé d’hommes jeunes. Mais les médias parlaient de «familles». Les ordres donnés étaient de filmer les rares femmes et enfants mis en avant par les chefs du troupeau.
>> > Nous avons maintenant les statistiques : 70% d’hommes (entre 18 et 35 ans), 13% de femmes et le reste, 90% de garçons, des mineurs souvent sans famille.
>> > Toujours sur nos écrans, nous sentions que ces mâles n’étaient pas particulièrement des intellectuels. Mais les médias et les politiques affirmaient que c’étaient surtout des ingénieurs, des médecins, des écrivains qui venaient enrichir l’Europe de leurs savoirs et leurs œuvres.
>> > En guise de feux d’“artifesse” du Nouvel An, les agressions sexuelles qui ont eu lieu à Cologne, Stuttgart, Hambourg, Zurich, Helsinki (en attendant que tombent les noms d’autres villes : Berlin, Düsseldorf, Francfort, Munich, Vienne, Salzbourg…?), nous annoncent que nous n’en avons pas fini avec les joies du vivre-ensemble vanté par la nomenklatura européiste.
>> > Les bombes migrantes ne sont pas seulement des kamikazes à la recherche des 72 vierges (qui ne doivent plus l’être depuis longtemps), ce sont aussi des bombes démographiques.
>> > L’arrivée par centaines de milliers de jeunes mâles de type arabe ou nord-africain en rut dans nos contrées chamboule la démographie occidentale en transformant le rapport entre les sexes. Tous les rapports entre les sexes.
>> > Quand on sait de quelle manière est considérée la femme dans les sociétés musulmanes, quand on constate de quelle façon elle est traitée dans les Etats islamo-totalitaires d’Arabie saoudite ou d’Iran, on se doute que la vision des jeunes boucs (pas vraiment émissaires) musulmans sur les petites chèvres occidentales n’est pas celle de l’amour courtois.
>> > Quand on entend le programme de quelques exemplaires de migrants à propos de ce qu’ils vont accomplir sur les jeunes européennes de souche —les engrosser pour qu’elles donnent naissances à de petits musulmans qui régneront sur l’Europe au nom d’Allah—, on n’a pas forcément le sourire aux coins des lèvres.
>> > Mais c’est le sex-ratio nombre d’hommes/nombre de femmes qui est le plus préoccupant.
>> > En Chine, où ce ratio est de 117/100, les problèmes sont immenses —en particuliers les viols dans les campagnes— et c’est une des raisons pour laquelle le pays de Mao abandonne la politique de l’enfant unique.
>> > En Suède, le ratio est de 123/100.
>> > En 1975, le Parlement suédois a décidé à l’unanimité de transformer la Suède autrefois ethniquement homogène en un pays multicul. Elle s’est donc attachée à accueillir les migrants sans les compter.
>> > En 1975, 421 viols ont été signalés à la police, en 2014, 6 620. Une augmentation de 1472%! Ce qui, avec 53,2 viols pour 100 000 habitants, place ce pays à la deuxième place derrière le Lesotho, confetti enclavé de l’Afrique australe.
>> >
>> > En comparaison, le très proche Danemark à un taux de 7,3 viols pour 100 000 habitants.
>> > Il apparaît que 85% des condamnées à au moins deux ans de prison pour viol sont nés à l’étranger ou sont des immigrés de deuxième génération.
>> > Dans les cas des viols collectifs, presque tous les auteurs sont issus de l’immigration, et pratiquement 100% sont originaires de pays musulmans.
>> > Les juges suédois absolvent généralement les violeurs car dans la plupart des affaires, même dans celles des viols collectifs, ils arguent que la victime était consentante.
>> > Cette défense des coupables et cette accusation des victimes ressemblent à la réaction du bourgmestre de Cologne, Henriette Reker.
>> > Cette femme, élue au premier tour avec plus de 51% des voix par tout ce que Cologne compte de collabos, de dhimmis, de bien-pensants, a fait du bisounoursisme pro-migratoire sa spécialité. Au moment de son élection, elle était dans le coma après avoir été poignardée par un Allemand originaire de Bonn, au chômage, qui a expliqué son geste par son hostilité à l’accueil des migrants prôné par Mme Reker.
>> > Aujourd’hui, cette dame demande quasiment aux femmes allemandes de porter la burqa pour ne pas provoquer les mâles syriens, irakiens, nord africains, subsahariens qui, grâce à Merkel, se sont abattus sur l’Allemagne comme un vol de criquets pèlerins (de La Mecque?) sexuellement affamés.
>> > Cologne, Stuttgart, Hambourg, Zurich, Helsinki ne sont qu’un début.
>> > Les agressions sexuelles vont avoir lieu dans toute l’Europe sauf dans les pays comme la Pologne, la Hongrie, la République Tchèque, qui ont eu le réflexe de fermer leurs frontières à la horde sauvage. Elles ont pour but de terroriser la population, de briser les familles, d’imposer la soumission aux hommes dont les femmes ont été violées.
>> > L’Etat Islamique a fait de l’agression sexuelle une arme de guerre, légitimée par sa propre interprétation du Coran, une sorte de théologie du viol qui devient un acte codifié, rendu public, pour un peu plus assommer les populations dominées.
>> > En refusant de contrôler le flux des migrants, Merkel tue l’Europe.
>> >
>> > Mais n’est-ce pas le but recherché depuis des décennies par nos supposées «élites» du vivre-ensemble?
>> > Marcus Graven

=============
RASLBOL2                             C’est ce qui arrive quand des communautés tolérantes veulent intégrer UNE communauté dont la caractéristique principale est l’INTOLERANCE … .

 

denbas                                     Tous les français de france ont de quoi s’inquiéter …

Hollande est allé à la grande mosquée de Paris !!!
Vous n’avez pas encore compris ?

 

sorlilege                                  plutôt que s’inquiéter elle devrait dénoncer haut et fort ,qui sont les antisémites sur notre territoire !!!!!!!

 

Normand8                                intolérable !!

 

supersumo                                valls va être dans tout ses états

 

yonnik29                                     la solution tout le monde se ballade à poil, plus aucun signe religieux lol

 

max62xx                                     Ah oui, elle s’inquiète?!! Alors qu’elle désigne clairement l’ennemi au lieu de s’en prendre constamment au FN comme on le voit à chaque élection.

 

gerald84000                             si cela touche un juif tout le monde s’émeut et tweete, si c’est pour des catholiques silence , arrétez de signaler cette religion,en écrivant anonyme celà serait mieux, et respectons la loi pas de signe distinctif merci

 

jdar97                                            En ce moment on entend plus les anti Français de SOS racisme

 

gigi 2                                             Qu’on soit de n’importe quelle confession religieuse, on ne doit pas porter de signes extérieurs à cette religion. Pas de kipa pour les juifs, pas de djellabas pour les musulmans, encore moins de femmes voilées et grillagées nous n’affichons pas nos croix à l’extérieur de nos vêtements non, et bien tout le monde doit s’habiller à l’européene autrement ils n’ont rien à faire en France. Et c’est là que notre police doit intervenir. AUCUN SIGNE EXTÉRIEUR.
Arendal Ex ·                    radicalisation ou embrigadement ?

 Philippe Fritsch               Comme le dit Roger Cukierman, il faut s’attaquer aux racines du mal. Celui-ci s’appelle radicalisation et a pour cible absolument tout ce qui n’est pas admis par les fous de dieu. Il ne s’agit pas donc pas de se contenter de protéger la myriade de cibles éventuelles mais d’attaquer l’entreprise criminelle auto-justifiée. C’est une lutte à long terme et l’éducation est la première des armes, la seule qui soit vraiment efficace. Ceci implique de renoncer à la facilité et la paresse intellectuelle.

Zéphirine Drouhin                 Et maintenant on en fait quoi de ce terroriste de pacotille ? Pas d’idée, juste la mesure de la difficulté entre le trop et le pas assez.

Jean Robert GAUTHEY        Comment se fait-il que personne ne s’intéresse aux parents? Ce sont bien eux les premiers responsables!

tom                                          ça suffit cette rengaine à toutes les sauces.. ! apparemment ce garçon était bon élève et sans problèmes. c’est de sa faute à lui, pourquoi le dédouaner ?

surpris                                     Voir aussi : http://abonnes.lemonde.fr/idees/article/2015/11/24/le-djihadisme-une-revolte-generationnelle-et-nihiliste_4815992_3232.html

surpris 1                                    Un kurde qui se réclame de Daech… bizarre… Un ado qui se prend pour Rambo ??

Boris Viandox

@surpris :                                 oui ou un ado manipulé.

audeladesmers                      Le fameux « vivre ensemble » en a pris un sacré coup dans l’aile !

  •  vv4vv                            Je cite  » le jeune homme, né en 2000, est de nationalité turque et d’origine kurde et n’a pas d’antécédents judiciaires, ni psychiatriques. Il n’est pas non plus connu des services de renseignements. Son profil semble être celui dune personne radicalisée via Internet ». Quel emploi occupe t-il sur le territoire Français ? Radicalisé par internet : via son propre abonnement internet ou un café internet quelconque ou la connexion de ses proches & amis ? Est-ce un réfugié ? Tant de questions qui resteront malheureusement sans réponses.
  • Tatos                               Dès que le mot antisémite est utilisé çà fait un sacre remue ménage !
  • Tatos 
    @Sacha touille              et alors?
  • bernard34980               Je pense qu’il y a aujourd’hui plus d’autruches en France qu’en Australie !Mer et Soleil                           Il est turc, il est kurde ou il est français ??
    De la précision svp.
    S’il n’est pas français, dehors il n’a rien à apporter à notre pays hormis sa haine pour notre patrie.
    On ne va pas l’entretenir en prison ou encore payer des prestations à sa famille comme pour les Kouachi et les autres…
    Des décisions strictes dès maintenant pour tenter de s’en sortir et finissons en avec les polémiques sans intérêt sur la déchéance de nationalité car en attendant les vrais problèmes s’amplifient !!
    sacha touille                              quand je pense qu’on nous a bassiné sur les « joies » de la diversité, de « l enrichissement » que cela apportait. Propos de bobos et bisounours. Les juifs se sentent tellement en insécurité que près de 10 000 ont émigré en Israel en 2015.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :