5933

Appel d’intellectuels et de dirigeants écologistes pour une primaire à gauche

Des intellectuels, comme l’économiste Thomas Piketty ou le sociologue Michel Wieviorka, et des dirigeants écologistes, tels que Daniel Cohn-Bendit, lancent un appel pour une primaire « des gauches et de l’écologie » en vue de 2017, dans Libération lundi.

Pour que l’élection de 2017 « contribue vraiment à la sortie de la crise politique et ouvre enfin de nouvelles perspectives économiques, sociales, environnementales et démocratiques, il faut qu?aient été débattus et mis en lumière des choix et des alternatives claires sur les enjeux majeurs », écrivent les signataires de cet appel.

Selon eux, « c?est sur ce socle politique partagé et cette légitimité ancrée dans une mobilisation élargie que se fera la campagne du candidat ou de la candidate lauréate et que, potentiellement, il ou elle construira une majorité parlementaire ».

« En 2016, nous ne pouvons pas faire ce cadeau à la droite de la laisser seule conduire un débat devant l?ensemble des Françaises et Français sur l?avenir de notre pays », préviennent les signataires, qui proposent que cette primaire à gauche se tienne au même moment que celle de la droite, en novembre.

Figurent également parmi les signataires l’eurodéputé écologiste Yannick Jadot, le démographe Hervé Le Bras, l’écrivaine Marie Desplechin, et encore le cinéaste Romain Goupil.

Cambadélis juge « pas impossible mais peu probable » une primaire de toute la gauche

Jean-Christophe Cambadélis, Premier secrétaire du Parti socialiste, a jugé « pas impossible » mais « peu probable » l’hypothèse d’une primaire « des gauches et de l’écologie » en vue de 2017, défendue par des intellectuels et des dirigeants écologistes dans une tribune publiée par Libération et jugée « pas incongrue » par des responsables du PS tel François Kalfon.

« Tout ce qui permet d’unir la gauche et les écologistes est positif. Mais franchement, je trouve que cette primaire, elle n’est pas impossible mais elle est peu probable », a déclaré M. Cambadélis sur France Info.

« Soit c’est la primaire de toute la gauche, on va dire de Macron à Mélenchon – c’est la seule qui fonctionne, celle qui permet de gagner l’élection – mais je suis pas sûr que tous les acteurs soient d’accord. Soit c’est une primaire pour départager Cécile Duflot, Pierre Laurent et Jean-Luc Mélenchon et vous comprendrez que les socialistes n’en soient pas. Donc il faut travailler à l’union mais ce n’est pas la bonne manière », a développé le Premier secrétaire du PS.

Comme France Info lui rappelait que le principe d’une primaire figure dans les statuts du PS, M. Cambadélis a répondu: « Absolument (…) Pour moi les choses (sont) ouvertes même si le plus probable, si le président de la République était candidat, c’est que nous soyons rassemblés derrière lui ».

Quant à l' »alliance populaire » souhaitée par le Premier secrétaire du PS, « cela n’a rien à voir. Il s’agit d’une stratégie de dépassement du Parti socialiste ». « Quand il y a le tripartisme, l’équation ce n’est pas de rassembler au deuxième tour, c’est d’être au deuxième tour ». « Il faut s’élargir et donc le Parti socialiste doit s’élargir ».

Interrogé sur Sud Radio et Public Sénat, François Kalfon, secrétaire national du PS au Travail, a au contraire estimé que l’idée d’une primaire à gauche n’était « pas incongru(e) » car, a-t-il dit, « les conditions de rassemblement à gauche ne sont pas réunies ».

« Je constate qu’un certain nombre (de signataires), Thomas Piketty mais beaucoup d’autres, étaient des soutiens de François Hollande » en 2012, a relevé M. Kalfon.

« Je me demande dans quelle mesure, dès lors qu’il n’y a pas de débat entre nous sur le réglage de la politique du candidat, il peut y avoir une qualité de mobilisation de toute cette gauche ». « Y compris pour renforcer la légitimité du président de la République, je trouve que ce n’est pas incongru », a-t-il également déclaré.

Daniel Cohn-Bendit, Thomas Piketty et une quarantaine de personnalités appellent à une primaire à gauche

Le Monde.fr avec AFP

Ils refusent « la passivité face à l’abstention, au vote Front national et à la droitisation de la société ». A l’initiative d’intellectuels, comme l’économiste Thomas Piketty ou le sociologue Michel Wieviorka, et de dirigeants écologistes, tels que Daniel Cohn-Bendit et Yannick Jadot, une quarantaine de personnalités lancent un appel pour une primaire « des gauches et de l’écologie » en vue de l’élection présidentielle de 2017, dans le quotidien Libération à paraître lundi 11 janvier.

« Nous voulons du contenu, des idées, des échanges exigeants. Nous appelons à une grande primaire des gauches et des écologistes. Notre primaire est la condition sine qua non pour qu’un candidat représente ces forces à l’élection présidentielle en incarnant le projet positif dont la France a besoin pour sortir de l’impasse. »

Lire aussi : Emmanuelle Cosse ne veut plus d’alliance avec la gauche radicale

Un site pour signer l’appel et s’engager

Des membres de la société civile, tels que l’essayiste Raphaël Glucksmann, l’actrice Jeanne Balibar ou encore le comédien Philippe Torreton ont également signé cet appel. Pour que l’élection de 2017 « contribue vraiment à la sortie de la crise politique et ouvre enfin de nouvelles perspectives économiques, sociales, environnementales et démocratiques, il faut qu’aient été débattus et mis en lumière des choix et des alternatives claires sur les enjeux majeurs », écrivent-ils.

Lire aussi : La reconstruction en trompe-l’œil du Parti socialiste

Dans cet appel, ils reviennent également sur la primaire organisée par le Parti socialiste en 2011 qui a amené François Hollande au pouvoir.

« En 2011, le Parti socialiste avait fait la démonstration qu’une primaire peut mobiliser au-delà des lignes partisanes, devenir le lieu du débat politique et générer un vote citoyen massif. Mais l’exercice devenu plébiscite a produit un super-candidat qui s’est affranchi de toute responsabilité envers les citoyens mobilisés derrière lui. La primaire de 2016 doit éviter ce risque de dérive. »

Les signataires appellent enfin tous ceux qui le souhaitent à signer sur le site publié dimanche et à s’engager à voter pour cette éventuelle primaire, qui selon eux devrait se tenir « suivant le même calendrier que celle de la droite », c’est-à-dire en novembre 2016.

Union de la gauche: l’appel d’une trentaine de signataires pour une primaire pour la présidentielle

PRIMAIRE – « Pour une primaire à gauche ». C’est le nom de l’appel que des intellectuels, comme l’économiste Thomas Piketty ou le sociologue Michel Wieviorka, et des dirigeants écologistes, tels que Dany Cohn-Bendit, lancent pour une primaire « des gauches et de l’écologie » en vue de 2017, dans Libération à paraître lundi.

Pour que l’élection de 2017 « contribue vraiment à la sortie de la crise politique et ouvre enfin de nouvelles perspectives économiques, sociales, environnementales et démocratiques, il faut qu’aient été débattus et mis en lumière des choix et des alternatives claires sur les enjeux majeurs », écrivent les signataires de cet appel.

Selon eux, « c’est sur ce socle politique partagé et cette légitimité ancrée dans une mobilisation élargie que se fera la campagne du candidat ou de la candidate lauréate et que, potentiellement, il ou elle construira une majorité parlementaire ».

« En 2016, nous ne pouvons pas faire ce cadeau à la droite de la laisser seule conduire un débat devant l’ensemble des Françaises et Français sur l’avenir de notre pays », préviennent les signataires, qui proposent que cette primaire à gauche se tienne au même moment que celle de la droite, en novembre.

Figurent également parmi les signataires l’eurodéputé écologiste Yannick Jadot, le démographe Hervé Le Bras, l’écrivain Marie Despeschin et encore le cinéaste Romain Goupil.

Lire aussi :

• Pour une partie de la gauche, François Hollande est un président de droite


• Thomas Piketty: la chronique du livre de sa femme dans les colonnes de Libération fait réagir

• Quand le PS se fait troller par la gauche de la gauche sur son référendum

Pour une primaire à gauche

Thomas Piketty, Daniel Cohn-Bendit, Yannick Jadot, Marie Desplechin…, Libération se joint à eux pour demander l’organisation d’une grande primaire à gauche avant 2017.

«Nous refusons la passivité face à l’abstention, au vote Front national et à la droitisation de la société. Nous refusons les renoncements face aux inégalités sociales, à la dégradation environnementale, aux discriminations et à l’affaissement démocratique. Nous refusons la paralysie de nos institutions.

«Nous n’acceptons pas que la menace du FN, le risque terroriste et l’état d’urgence permanent servent de prétexte pour refuser de débattre des défis extraordinaires auxquels notre société est confrontée. Il n’y a pas de fatalité à l’impuissance politique. La France est riche de son énergie vitale et de ses talents qui aspirent à forger un avenir bienveillant. Nous voulons faire de la prochaine élection présidentielle la conclusion d’un débat approfondi qui est passionnément désiré et attendu dans le pays.

«Nous voulons du contenu, des idées, des échanges exigeants. Nous appelons à une grande primaire des gauches et des écologistes. Notre primaire est la condition sine qua non pour qu’un candidat représente ces forces à l’élection présidentielle en incarnant le projet positif dont la France a besoin pour sortir de l’impasse. Elle est l’opportunité de refonder notre démocratie. En signant cet appel, je m’engage à voter lors de la primaire des gauches et des écologistes. Je participerai dans la mesure du possible aux débats qui seront organisés pour la nourrir. Signez et faites signer, pour réanimer le débat politique, pour se réapproprier l’élection présidentielle, pour choisir notre candidat-e !»

Jean-Christophe Cambadélis répond : une primaire à gauche n’est « pas impossible » mais « peu probable »

Sur France Info, le premier secrétaire du PS a voulu réagir après la publication d’une tribune dans Libération d’intellectuels de gauche et écologistes.

La porte s’est déjà un peu refermée. Ce lundi matin sur France Info, Jean-Christophe Cambadélis a jugé « pas impossible » mais « peu probable » l’hypothèse d’une primaire « des gauches et de l’écologie » en vue de 2017. Une réponse rapide apportée à la tribune publiée dans Libération par des intellectuels et des dirigeants écologistes qui souhaitent cette option.

A LIRE AUSSI – Etat d’urgence et réforme de la Constitution : les parlementaires de gauche en colère peuvent-ils vraiment faire chuter Hollande au Congrès ?

« Tout ce qui permet d’unir la gauche et les écologistes est positif. Mais franchement, je trouve que cette primaire, elle n’est pas impossible mais elle est peu probable » a expliqué le premier secrétaire du PS. « Soit c’est la primaire de toute la gauche, on va dire de Macron à Mélenchon – c’est la seule qui fonctionne, celle qui permet de gagner l’élection – mais je suis pas sûr que tous les acteurs soient d’accord. Soit c’est une primaire pour départager Cécile Duflot, Pierre Laurent et Jean-Luc Mélenchon et vous comprendrez que les socialistes n’en soient pas. Donc il faut travailler à l’union mais ce n’est pas la bonne manière », a-t-il aussi indiqué.

Même s’il a rappelé que les choses sont « ouvertes », il a estimé que « si le président de la République était candidat », les socialistes doivent être « rassemblés derrière lui ». Quant à l' »alliance populaire » souhaitée par le Premier secrétaire du PS, « cela n’a rien à voir. Il s’agit d’une stratégie de dépassement du Parti socialiste« . « Quand il y a le tripartisme, l’équation ce n’est pas de rassembler au deuxième tour, c’est d’être au deuxième tour.

===========

Commentaires

  • GILBERT  •                            « le plus probable, si le président de la République était candidat, c’est que nous soyons rassemblés derrière lui »: voila, c’est dit.
  • DV  •                                          c’est vrai que le PS c’est assez primaire !!
  • Jean  •                                       Sale tête de mac, vous allez tous passer à votre vraie place, la poubelle
  • markus  •                                pour une primaire ;il faut déjà sortir de la maternelle sans acheter ses diplomes
    JoeB  •                                    Allier la carpe et le lapin, c’est difficile …
  • ierrety  •  Ne vous fatiguez pas vous serrez spectateurs en 2017
    yvan  •                                     A gauche des intellectuels ! MDR…
  • Mia Ou  •                                un cadeau à la droite ?????????? Mais ils sont pires et ce n’est pas peu dire , en fait gauche ou droite même cinéma et ça pour nous « français » ce n’est pas un cadeau !
  • Paul  •                                     Dans la Vième République, la primaire c’est le premier tour des présidentielles, sinon ce sont les partis qui choisissent, et le peuple n’a que le choix entre la peste et le choléra!
  • Dubitator  •                            Certes une victoire de la gauche serait un hold-up mais ce n’est pas tout à fait perdu :
    La seule chance de la gauche c’est de s’entendre sur la candidature de HOLLANDE !
    Lui seul peut espérer faire 25% au premier tour et empêcher un face-à-face Droite vs FN au 2ème tour…. Mais ce n’est quand même pas gagné : la droite a beaucoup plus de latitude pour mordre SOIT au centre SOIT sur le FN au 1er tour (selon le candidat désigné par la primaire à droite).
    Donc on va peut-être se PAYER A NOUVEAU le capitaine de pédalo pour 5 nouvelles années de dégringolade de la FranceMartin  •                                      Et la VI° république? La V° devient dictaturiale, il est grand temps de passer à autre chose … et vite….
  • Anne Onime  •                       Piketty et Cohn-Bendit voudraient faire passer l’ensemble de la gauche dans le camp du mondialisme atlantiste. C’est ce que doit vouloir dire MKK.
  • Patrick  •                              La gauche n’a jamais amélioré la situation des Français , qu’ils se cachent
  • R.C.  •                                    Faut -il etre de gauche, pour etre écolo ? le mélange des genres n’a pas bon gout !
    Ou bien une manigance de JV Placé pour grappiller un poste de ministre ?
  • jean pierre  •                       Tesson: appel au meurtre, relaxé.
    Soral: quenelle de Berlin, 31000 euros d’amende.
  • Old-Fox  •                            A quand une primaire au PS pour savoir comment virer ce délinquant du secrétariat du PS?
  • Harry  •                                  Si Le PS s’obstine et n’accepte pas d’organiser de primaire à gauche, ils n’ont aucune chance d’être présent au second tour. C’est surement se que recherche le premier ministre et son ami M.Macron qui font une politique de droite.
  • fdf  •                                        Pas impossible mais peu probable !!!! langue de bois d’un dirigeant qui ne sait quoi dire………..
    Icha  •                                     Une primaire pourquoi ??? la gauche n’est donc pas contente des résultats de Hollande ???
    Hollande se représentera quoiqu’il arrive…. En ce moment, on magouille pour que le chômage baisse pour 2017…

    – GERONIMO                     Il est logique que Cohn Bendit s’enthousiasme pour la version politique du karaoke qu’est la primaire. On est à plein dans la politique spectacle? Ca ne peut donc que lui plaire. C’est plus surprenant de la part de Piketty

    Gérald                                 Le marchandage commence ! Hollande sait bien que s’il y a 2 candidatures à gauche c’est perdu… Donc « on » lui rappelle qu’il faut qu’il commence à distribuer les circonscriptions et les postes s’il veut que tout le monde vote pour lui au premier tour… Ne vous inquiétez pas, il va le faire !

    Claude GISSELBRECHT         Une primaire à gauche ? Outre le fait qu’on a déjà donné, le risque de  » dérapage  » demeure important … Attention à la sortie de route et à ses conséquences !

    Bertrand de KERMEL            C’est très bien si ça ne se termine pas par une tromperie de plus. Aux Etats Unis comme en France, les journalistes ont interdiction de mettre les candidats en difficulté. C’est trop souvent indigent. D’où les primaires socialistes de 2012, qui furent minables, tout comme la campagne électorale dans son ensemble. Si, sur certains sujets l’analyse ou les solutions de gauche et de droite sont les mêmes, il n’y a pas de raison de le cacher. Exemples à lire dans mon commentaire suivant..

    Des sujets comme la mondialisation (échec collectif selon le Président de Davos) , l’évasion fiscale à grande échelle notamment au cœur de l’UE (archi connue des politiques dès 2011), l’Europe (avec les Etats qui se sont mis en concurrence parfaite face à des multinationales qui, elles, sont en position dominante ou en oligarchie, ce qui ruine les peuples) la politique d’intégration française etc…doivent être traités de façon très rationnelle, et concrète.

  • Marie-Anne Dubois ·     La primaire ? je croyais que c’était dans les statuts du Parti Socialiste… Ils ont changé les statuts ? c’est assez lache… Quant à Hollande, il n’aurait aucune chance s’il devait se présenter pour la primaire… Il n’a ma simplifié la fiscalité, n’a pas fait baisser le chômage malgré les 40 milliards… son programme économique s’est vidé devant quelques mecs en calbut ou en robe qui ont manifesté pour le maintien de leurs privilèges…
    Isabelle Kuhn                  très bonne idée
    Jean Louis Rigaud ·         Où ces signataires situent-ils la gauche…Coté coeur ou coté portefeuille…
Publicités