a1ae8380-a245-11e5-b948-e54d378c6b1b_I151212cfLR

A la tête d’une nouvelle coalition contre le terrorisme, Riyad n’exclut pas l’envoi de troupes

Le Monde.fr avec AFP et Reuters

Le ministre des affaires étrangères saoudien, Adel Al-Joubeir, le 15 décembre 2015 à Paris.

« Le terrorisme a frappé les pays musulmans. Il est temps que le monde musulman prenne position. » C’est ce qu’a déclaré le chef de la diplomatie saoudienne, Adel Al-Joubeir, en visite à Paris mardi 15 décembre, après l’annonce surprise par Riyad de la création d’une coalition de 34 pays pour lutter « militairement et idéologiquement » contre le terrorisme.

Les pays membres de cette alliance échangeront des informations et fourniront du matériel et de la formation, a précisé le ministre des affaires étrangères saoudien. Ils pourront aussi, si nécessaire, mettre des forces à disposition. « Rien n’est exclu, a déclaré M. Al-Joubeir, interrogé sur un éventuel envoi de troupes au sol. Cela dépend des demandes exprimées, cela dépend des besoins et cela dépend de la volonté des pays à fournir le soutien nécessaire. »

Les 34 pays du Moyen-Orient, d’Afrique et d’Asie qui forment cette nouvelle coalition sont membres de l’Organisation de la coopération islamique (OCI) installée à Jeddah, en Arabie saoudite. Ni l’Iran, ni l’Irak, ni la Syrie n’en font partie.

Lire aussi : Qatar et Arabie Saoudite : un rôle mineur dans le financement de l’EI

Combattre « toute organisation terroriste »

L’Arabie saoudite, qui prend la tête de cette alliance et où sera établi son centre de commandement, est déjà directement engagée dans une guerre coûteuse au Yémen, où elle combat les rebelles chiites houthistes. Riyad, comme d’autres Etats, fait également déjà partie de la coalition internationale menée par les Etats-Unis pour combattre l’organisation Etat islamique (EI) en Syrie et en Irak.

Cette nouvelle coalition va combattre « toute organisation terroriste qui fait son apparition » dans le monde musulman, « le premier à avoir souffert du terrorisme », a assuré le prince Mohamed, fils du souverain saoudien Salmane. « Concernant la Syrie et l’Irak, nous ne pouvons mener les opérations [antiterroristes] qu’en coordination avec [les autorités] légitimes dans ces pays et avec la communauté internationale », a-t-il ajouté.

L’annonce de la formation de cette coalition intervient alors que les Etats-Unis multiplient les déclarations sur la nécessité de mobiliser des troupes au sol, notamment arabes, pour réussir la guerre contre les djihadistes de l’EI. Al-Azhar, la prestigieuse institution de l’islam sunnite sise au Caire, a exhorté « tous les pays musulmans » à la rejoindre.

Lire aussi : « La France n’a aucune intention de revoir ses relations avec l’Arabie saoudite et le Qatar »

Une coalition islamique antiterroriste de 34 pays formée par l’Arabie Saoudite

COALITION ARABIE SAOUDITE

INTERNATIONAL – L’Arabie saoudite a formé une coalition islamique antiterroriste de 34 pays, dont l’Egypte, la Turquie, le Pakistan et le Sénégal, a annoncé ce mardi 15 décembre l’agence officielle Spa qui publie une liste de ces pays n’incluant pas l’Iran ou l’Irak.

Cette coalition, placée sous la conduite de l’Arabie saoudite, sera dotée d’un centre de commandement basé à Ryad pour « soutenir les opérations militaires dans la lutte contre le terrorisme », a ajouté l’agence.

Cette coalition témoigne « du souci du monde islamique à combattre le terrorisme et à être un partenaire dans la lutte mondiale contre ce fléau », a déclaré le futur prince héritier et ministre saoudien de la Défense, Mohamed Ben Salmane, lors d’une conférence de presse à Ryad.

Daech ciblé mais pas nommé

L’Arabie saoudite, qui dirige une coalition arabe contre les rebelles chiites au Yémen, fait partie aussi de la coalition internationale qui, sous la conduite des Etats-Unis, combat le groupe jihadiste Etat islamique qui sévit en Syrie et en Irak.

A la question de savoir si la nouvelle coalition va se consacrer à la lutte contre l’EI, le prince Mohamed, fils du souverain saoudien, a souligné que cette coalition allait combattre « toute organisation terroriste ». Un élément de langage qui suggère que, même si elle n’est pas explicitement nommée, l’organisation jihadiste Daech est bien visée par ce projet.

Dix autres pays musulmans, dont l’Indonésie, soutiennent la nouvelle coalition et pourraient se joindre à elle ultérieurement, selon l’agence Spa.

Pourquoi l’Arabie Saoudite prend-elle cette initiative ?

Déjà membre de la coalition internationale contre l’Etat islamique, la volonté de Ryad de former une autre coalition et avec des pays du monde islamique s’explique par plusieurs facteurs. Sur un plan international, l’Arabie Saoudite veut montrer sa bonne volonté en termes de lutte contre le terrorisme et donc asseoir son leadership dans la région.

Une façon de suggérer à l’Occident que le pays, exaspéré des comparaisons avec Daech, compte bien en finir avec le jihadisme et s’imposer comme l’interlocuteur privilégié des Occidentaux à l’heure où l’Iran -son principal concurrent- sort progressivement de son isolement.

Sur le plan sécuritaire également, Ryad a des arguments de poids en faveur de la formation d’une telle coalition. Celle-ci doit en effet être lue à l’aune de la situation chaotique en Libye. Car à l’image des autres chancelleries occidentales, le développement de Daech dans ce pays ruiné par la guerre préoccupe au plus haut point, et la formation de cette coalition peut-être aussi comprise comme un moyen d’intervenir sur place avant que la situation ne devienne comparable à celle de la Syrie.

Lire aussi :
• L’UE et la Turquie relancent leurs négociations d’adhésion


• Neuf femmes élues pour la première fois en Arabie saoudite

Arabie saoudite: une trentaine de pays musulmans forment une coalition antiterroriste

L’Arabie saoudite a annoncé mardi la création d’une coalition de 34 pays majoritairement musulmans dont l’objectif sera de « combattre le terrorisme militairement et idéologiquement » dans un contexte de montée en puissance de groupes jihadistes.

Les pays membres de cette alliance échangeront des informations, fourniront du matériel et de la formation et mettront des forces à disposition si nécessaire, a déclaré à Paris le chef de la diplomatie saoudienne Adel Al-Jubeir.

« Le terrorisme a frappé les pays musulmans. Il est temps que le monde musulman prenne position », a-t-il lancé.

Mais ni l’Iran chiite, ni l’Irak, ni la Syrie ne figurent sur la liste de ces Etats diffusée par l’agence officielle saoudienne SPA après l’annonce surprise de Ryad.

Pour des analystes, il est trop tôt pour dire quelles actions cette alliance militaire islamique pourrait entreprendre, alors que l’Arabie saoudite qui la dirige est déjà directement engagée dans une guerre coûteuse au Yémen, où elle combat des rebelles chiites.

L’annonce est surtout « chargée de symbole », a jugé Adam Baron, de l’European Council on Foreign Relations.

La coalition comprend des pays majoritairement sunnites comme l’Egypte, la Turquie, le Pakistan et le Sénégal. Elle sera dotée d’un centre de commandement basé à Ryad.

L’alliance témoigne de la volonté du « monde islamique de combattre le terrorisme et d’être un partenaire dans la lutte mondiale contre ce fléau », a expliqué le vice-prince héritier et ministre saoudien de la Défense Mohamed Ben Salmane lors d’une conférence de presse à Ryad.

– ‘Notre guerre’ –

« La guerre contre le terrorisme » est « notre guerre », celle « des musulmans contre les terroristes qui commettent leurs actes horribles au nom de la religion », a réagi le porte-parole du gouvernement jordanien, Mohamad Momani.

La prestigieuse institution de l’islam sunnite basée au Caire, Al-Azhar, a exhorté « tous les pays musulmans » à rejoindre cette coalition.

Les 34 pays du Moyen-Orient, d’Afrique et d’Asie de la coalition sont membres de l’Organisation de la coopération islamique (OCI), basée à Jeddah (ouest de l’Arabie saoudite).

Dix autres pays, dont l’Indonésie, le premier pays musulman du monde par sa population, pourraient se joindre ultérieurement à la coalition, selon SPA.

Certains des membres, comme l’Arabie saoudite, font déjà partie de la coalition internationale qui, sous la conduite des Etats-Unis, combat le groupe Etat islamique (EI) en Syrie et en Irak.

Cette nouvelle coalition se consacrera-t-elle à la lutte contre l’EI ? Le prince Mohamed, fils du souverain saoudien Salmane, a répondu qu’elle combattrait « toute organisation terroriste qui fait son apparition » dans le monde musulman, « le premier à avoir souffert du terrorisme ». Il a cité « la Syrie, l’Irak, le Sinaï (Egypte), le Yémen, la Libye, le Mali, le Nigeria, le Pakistan et l’Afghanistan ».

« La coalition va combattre le terrorisme militairement, idéologiquement et médiatiquement, en plus de l’effort sécuritaire », a affirmé le prince Mohamed.

– Accusations de laxisme –

Le royaume saoudien, régi par l’idéologie wahhabite (une version rigoriste de l’islam sunnite), est accusé en Occident de laxisme envers le jihadisme. Certaines personnalités l’accusent même de financer des mosquées et des groupes radicaux.

« Cette coalition est une réponse de l’Arabie aux allégations persistantes de la communauté internationale sur son engagement insuffisant contre l’EI », a ainsi estimé Farea al-Muslimi, du Carnegie Middle East Center à Beyrouth.

C’est « peut-être une façon de sauver la face » pour les Saoudiens, a jugé le chercheur auprès de quelques journalistes à Washington.

Un diplomate occidental est du même avis tout en décelant deux autres explications à cette coalition: la menace sécuritaire que représente pour le royaume saoudien un groupe comme l’EI et l’effort que fait l’Iran pour convaincre l’Occident que les chiites sont de « bons musulmans » par rapport aux sunnites. « C’est pour ces raisons que les Saoudiens ont pris l’initiative », dit-il.

Le prince Mohamed, qui s’exprimait lors de sa première conférence de presse depuis son entrée au gouvernement, formé en janvier, incarne la nouvelle politique internationale de Ryad, plus visible et plus affirmée.

Cette nouvelle coalition s’inscrit dans ce mouvement, selon l’analyste Adam Baron.

Cela intervient au moment où les Etats-Unis multiplient les appels à mobiliser des soldats au sol, principalement de pays arabes, pour gagner la guerre contre l’EI en Syrie et en Irak. A Washington, le département d’Etat a d’ailleurs salué cette nouvelle coalition, estimant que « tous les efforts pour augmenter la pression sur ces réseaux (terroristes) sont les bienvenus ».

Ryad forme une « coalition islamique antiterroriste »

L'ARABIE SAOUDITE FORME UNE "COALITION ISLAMIQUE ANTITERRORISTE"

Conférence de presse à Ryad du ministre saoudien de la Défense, le prince Mohammed bin Salman. L’Arabie saoudite a annoncé la formation d’une coalition islamique antiterroriste réunissant 34 pays du Proche et du Moyen-Orient et d’Afrique, dont l’Egypte, le Qatar, les Emirats arabes unis, la Turquie, la Malaisie ou le Pakistan. /Photo prise le 15 décembre 2015/REUTERS/Agence de presse saoudienne

PARIS/DUBAI (Reuters) – Les 34 pays membres de la coalition islamique antiterroriste formée par l’Arabie saoudite partageront des renseignements, équiperont, formeront et, si nécessaire, mettront à disposition des forces, a déclaré mardi le chef de la diplomatie saoudienne, Adel al Djoubeïr.

Ryad avait annoncé un peu plus tôt la formation de cette coalition réunissant des pays du Proche et du Moyen-Orient mais aussi d’Afrique, décision qui a été saluée par les Etats-Unis qui réclamaient une plus grande implication de la région dans la lutte contre les islamistes maîtres d’une partie de l’Irak et de la Syrie.

« Rien n’est exclu », a déclaré Adel al Djoubeïr, interrogé lors d’une conférence de presse à Paris sur un éventuel envoi de troupes au sol. « Cela dépend des demandes exprimées, cela dépend des besoins et cela dépend de la volonté des pays à fournir le soutien nécessaire ».

« Des discussions sont en cours, impliquant des pays parties prenantes de la coalition (comme) l’Arabie saoudite, les Emirats (arabes unis), le Qatar et Bahreïn, sur l’envoi de forces spéciales en Syrie. Ce n’est pas exclu », a-t-il dit aux journalistes.

L’Egypte, la Turquie, la Malaisie, le Pakistan et plusieurs pays d’Afrique figurent également sur la liste des membres de la coalition qui a été diffusée lundi par l’agence de presse officielle saoudienne. L’Iran, grand rival de l’Arabie saoudite dans la région, n’y figure pas.

La coalition disposera d’un centre commun d’opérations installé à Ryad afin de coordonner et soutenir les opérations militaires. La coalition ne disposera pas d’armée autonome en soi.

« Si des pays ont besoin d’une aide, ils pourront en faire la demande et les pays qui peuvent fournir une assistance le feront, tout cela se décidera au cas par cas », a dit Djoubeïr.

Le communiqué diffusé par l’agence de presse saoudienne SPA parle d’un « devoir de protéger la nation islamique contre le fléau des groupes et organisations terroristes, quels que soient leur secte et leur nom, qui propagent la mort et la corruption sur terre et qui cherchent à terroriser les innocents ».

LUTTER CONTRE « TOUT GROUPE TERRORISTE »

Le ministre saoudien de la Défense Mohammed bin Salman, deuxième dans l’ordre de succession du trône, a indiqué lors d’une conférence de presse que la coalition coordonnerait son action avec les principales puissances et avec les organisations internationales. Son ambition n’est pas seulement du lutter contre l’EI mais contre « tout groupe terroriste », a ajouté le ministre.

En visite mardi en Turquie, le secrétaire américain à la Défense Ashton Carter, a déclaré que l’initiative saoudienne semblait répondre à ses appels à un plus grand engagement des pays sunnites dans la lutte contre l’EI.

« Nous attendons d’en savoir plus sur les intentions de l’Arabie saoudite au sujet de cette coalition », a-t-il dit sur la base aérienne d’Incirlik.

« Mais, en général, cela semble s’inscrire tout à fait dans la ligne de ce que nous réclamons depuis un certain temps – un plus grand engagement des pays arabes sunnites dans la campagne pour combattre l’EI. »

La ministre allemande de la Défense a également salué l’annonce de la création de cette coalition.

Ursula von der Leyden, qui s’exprimait sur la chaîne de télévision allemande ZDF, a déclaré que cette alliance sera utile si elle rejoint des autres pays qui lutte contre l’EI. Elle a souligné que le groupe djihadiste l’EI avait prospéré en profitant des désaccords au sein du monde musulman.

Ce très gros détail que l’Arabie saoudite oublie dans la construction de sa coalition contre l’Etat Islamique

La formation, le 15 décembre, d’une coalition islamique antiterroriste de 34 pays placée sous la conduite de l’Arabie Saoudite est, selon les déclarations officielles, censée « soutenir les opérations militaires dans la lutte contre le terrorisme ». Mais sa composition, des Etats sunnites seulement, et son objectif ne devraient pas rassurer ceux qui luttent aujourd’hui militairement contre l’Etat islamique. L’Arabie Saoudite cherche à redorer son image, souhaitant faire oublier qu’elle a créé le monstre du djihadisme islamiste.

Atlantico : Que signifie cette initiative de l’Arabie Saoudite? Est-ce seulement pour l’image et contenter les Américains qui demandaient une plus grande implication des pays arabes dans la campagne militaire menée contre EI? Ou cela marque-t-il un tournant et de réelles inquiétudes de la monarchie moyen-orientale?

Alexandre Del Valle :  Il faut d’abord rappeler qu’historiquement l’Arabie Saoudite est un Daech qui a réussi. La fondation même de l’Arabie Souadite a présidé à un Etat schizophrène par nature dont la main droite du terrorisme ignore ce que fait la main gauche du pragmatisme. Elle a été fondé par une tribu pragmatique bédouine qui s’appelait les Saoud qui gère de manière totalitaire et patrimoniale leur pays. Mais ce ne sont pas eux les véritables islamistes obscurantistes. Ils se sont alliés avec une confrérie religieuse, les Wahhabites, et l’alliance de ces deux pôles différents fait que quand les Saoud veulent être alliés de l’Occident ou pragmatiques ou faire du business, les Wahhab, qui gardent leur autonomie, eux financent partout l’islamisme le plus radical. Les Wahhabites ont pris l’Arabie Saoudite, comme aujourd’hui Daech avec la Syrie et l’Irak, par le djihad. Dans son essence même, ce pays est donc schizophrène.

Ce très gros détail que l’Arabie saoudite oublie dans la construction de sa coalition contre l’Etat Islamique

Atlantico : Que signifie cette initiative de l’Arabie Saoudite? Est-ce seulement pour l’image et contenter les Américains qui demandaient une plus grande implication des pays arabes dans la campagne militaire menée contre EI? Ou cela marque-t-il un tournant et de réelles inquiétudes de la monarchie moyen-orientale?

Alexandre Del Valle :  Il faut d’abord rappeler qu’historiquement l’Arabie Saoudite est un Daech qui a réussi. La fondation même de l’Arabie Souadite a présidé à un Etat schizophrène par nature dont la main droite du terrorisme ignore ce que fait la main gauche du pragmatisme. Elle a été fondé par une tribu pragmatique bédouine qui s’appelait les Saoud qui gère de manière totalitaire et patrimoniale leur pays. Mais ce ne sont pas eux les véritables islamistes obscurantistes. Ils se sont alliés avec une confrérie religieuse, les Wahhabites, et l’alliance de ces deux pôles différents fait que quand les Saoud veulent être alliés de l’Occident ou pragmatiques ou faire du business, les Wahhab, qui gardent leur autonomie, eux financent partout l’islamisme le plus radical.

Les Wahhabites ont pris l’Arabie Saoudite, comme aujourd’hui Daech avec la Syrie et l’Irak, par le djihad. Dans son essence même, ce pays est donc schizophrène.

Aussi les Saoud peuvent-ils être sincèrement contre la progression de certains mouvements djihadistes. Mais à l’intérieur de cet Etat, ceux qui contrôlent la religion favorisent ce même djihadisme. Donc l’Arabie Saoudite a produit un monstre qui se retourne contre elle. C’est tout l’intérêt de la coalition qui vient d’être annoncée. Les Saoud en tant que dirigeants politiques n’ont pas intérêt à favoriser des gens, Daech, qui ont pour but de faire un califat qui signerait la fin de l’Arabie Saoudite.

Aujourd’hui, le monstre ne se retourne pas encore totalement contre l’Arabie Saoudite, mais il va le faire. Donc l’Arabie Saoudite est contrainte à un moment ou un autre de résister à l’Etat islamique, de participer à une lutte contre ce courant extrémiste mais à sa manière. Elle n’a pas le même intérêt que les Etats-Unis ou les Russes à liquider tous les mouvements djihadistes. Elle veut uniquement anéantir ou au moins réduire les mouvements islamistes qui menacent son territoire.

Elle a donc monté une coalition conforme à sa vision. Une coalition qui n’inclut pas les Iraniens ou les Russes qui eux veulent lutter contre tous les djihadistes. L’Arabie Saoudite a monté sa coalition, dans laquelle elle peut lutter uniquement contre les mouvements qu’elle identifie comme dangereux pour son territoire et la vision sunnite.

Et son autre but est de faire oublier qu’elle est le principal fournisseur, formateur, financier du mouvement djihadiste sunnite depuis la Guerre Froide. Car de plus en plus d’analystes pointent sa responsabilité.

Quelles sont les menaces que fait peser l’Etat islamique sur l’Arabie Saoudite ? Sécuritaires avant tout ? Les attaques d’EI contre des mosquées chiites pourraient-elles, notamment, radicaliser cette minorité d’Arabie saoudite qui s’estime déjà moins bien traitée et pourrait se rebeller ?

Ce n’est pas ce que craint le plus l’Arabie Saoudite. D’autant que l’Arabie Saoudite a créé ce monstre, entre autres, pour lutter contre les chiites. Le principal problème c’est qu’il y a en Arabie Saoudite des djihadistes très nombreux qui sont recrutés chaque année dans plein de mouvements. Près de 3000 ont rejoint l’Etat islamique. Les Saoudiens sont ainsi toujours un contingent très important dans la plupart des mouvements djihadistes. Et ce que redoute l’Arabie Saoudite, c’est le retour de ces moudjahidins chez eux, lesquels risqueraient de prendre à la lettre l’idéologie wahhabite et de vouloir renverser les Saoud, accusés d’avoir trahi le véritable wahhabisme.

En gros l’Arabie Saoudite veut uniquement contenir les djihadistes salafistes qui voudraient renverser le pouvoir saoudien.

EI menace-t-il aussi les ressources naturelles et économiques de l’Arabie Saoudite?

Oui, à terme totalement. Car l’Etat islamique a pour but de réunir tous les territoires composés de musulmans sunnites en particulier et ensuite d’attaquer les musulmans chiites. La Jordanie, la Syrie, tout l’Irak sunnite, et l’Arabie Saoudite bien sûr, le cœur du Moyen-Orient qui serait le cœur de Daech, font partie du territoire que souhaite occuper Daech. Et pour lui posséder les lieux saints de l’Islam serait un atout extraordinaire. C’est ainsi que les Wahhabites, qui étaient des parias avant de prendre les lieux saints, ont fini par être jugés respectables. Si Daech arrive un jour à s’agrandir, à multiplier les territoires et à prendre les lieux saints, le monde serait obligé de composer avec.

Mais en termes économiques, le pétrole en particulier intéresse Daech et donc menace l’Arabie Saoudite non ?

Il ne s’agit pas uniquement du pétrole saoudien. Daech est un mouvement prédateur par définition et c’est d’ailleurs pour cela qu’il s’appelle Califat car c’est un empire qui a pour définition de s’étendre indéfiniment. Pour ce faire, il a besoin d’argent. Cet argent peut provenir du pétrole d’Irak, d’Egypte ou d’Arabie Saoudite.

Mais comme le souligne l’idéologue de l’Etat islamiste Abou Bakr Naji, le Califat vise d’abord les points faibles, les ventres mous de ce qui deviendra son empire. L’Arabie Saoudite fait partie des cibles potentielles – elle est sur la carte que l’Etat islamique a dressé pour désigner son futur empire –  mais ce n’est pas le point le plus faible. Ils vont déjà essayer de s’emparer de pays comme le Liban, la Jordanie avant l’Arabie Saoudite.

On croit toujours que les intérêts ne sont qu’économiques. Bien sûr l’Etat islamique a besoin d’argent. Et posséder l’Arabie saoudite et ses réserves de pétrole serait un joyau extradordinaire. Mais le pétrole n’est pas la dimension la plus fondamentale. La plus fondamentale, consiste à contrôler un territoire pour établir et étendre l’empire et y faire fonctionner une armée. Daech ne crachera pas sur un pays doté d’énormément de richesses évidemment. Mais il sait très bien que vouloir s’en prendre à l’Arabie Saoudite ça veut dire avoir le monde entier sur le dos.

Je ne pense pas que l’Etat islamique soit assez bête pour vouloir privilégier aujourd’hui l’Etat saoudien, aujourd’hui énormément protégée par un armement sophistiqué et surtout par le fameux pacte de Quincy qui fait que les Etats-Unis la défendent quoi qu’il arrive.

Si l’Arabie Saoudite venait vraiment à mobiliser des troupes et à s’engager, cela ne serait-il pas un énorme point fort dans la lutte contre le terrorisme islamique engagée par les occidentaux notamment ?

Je n’y crois pas. Car, trouver des combattants qui vont vouloir aller se battre contre Daech est quasi impossible alors qu’aujourd’hui les principaux ennemis de Daech sont les Chiites contre lesquels ils luttent au Yemen en particulier. Aujourd’hui, je crains que l’Arabie Saoudite ne fasse comme la Turquie. On fait croire qu’on veut anéantir Daech. On fait comme par hasard une coalition composée de pays sunnites qui exclut l’axe chiite Irak-Iran. Cette seule exclusion rend la coalition suspecte et prouve qu’elle n’est là que pour défendre les intérêts des sunnites. Quand on veut vraiment lutter contre Daech, on inclut aussi les ennemis de Daech. Comme la Turquie d’Erdogan, cette coalition risque de frapper de temps en temps Daech mais surtout de se réunir contre les chiites. L’Arabie Saoudite comme la Turquie est un pays tiraillé. Et on ne peut se fier à des Etats foncièrement divisés.

Ouverture des élections aux femmes en Arabie Saoudite : un progrès de façade pour le Royaume wahabite
Financement du terrorisme : ce qu’il est possible de dire du rôle de l’Arabie Saoudite et du Qatar (et pourquoi la Russie peut changer la donne)
Et maintenant, l’Arabie saoudite confrontée à la disparition de son agriculture pour avoir abusé de ses ressources en eau

Des centaines de photos de l’Etat islamique découvertes dans les téléphones portables de migrants en Norvège

Les forces de l’ordre ont admis que l’énorme afflux de réfugiés ces derniers mois avait conduit à des contrôles moins poussés, mais les migrants pourraient détenir ces clichés pour des raisons parfaitement innocentes.

Haute tension

Des centaines de photos de l'Etat islamique découvertes dans les téléphones portables de migrants en Norvège

La nouvelle risque d’augmenter un peu plus le climat de tension en Europe. Alors que le flot de demandeurs d’asiles ne se tarit pas en Norvège, les policiers auraient trouvé des images d’exécutions et de propagande de l’Etat islamique dans leurs téléphones portables, révèle le DailyMail. Le site britannique affirme également que des images d’enfants morts et d’autres victimes de conflits ont été découverts.

Cette information intervient dans le cadre d’un état de tension maximale entourant l’arrivée des réfugiés en Europe, certains responsables craignant que l’Etat islamique ne se serve de la crise des migrants pour passer les frontières du continent.

Les forces de l’ordre ont d’ailleurs admis que l’énorme afflux de réfugiés ces derniers mois avait conduit à des contrôles moins poussés sur les nouveaux arrivants.

Mais selon le responsable d’un programme en charge de l’accueil des migrants, les demandeurs d’asile pourraient avoir des raisons parfaitement innocentes pour détenir ces photos. Ils pourraient notamment les avoir gardés pour témoigner de l’horreur vécue dans leurs pays respectifs, ou bien justement pour échapper aux représailles des djihadistes durant leur périple jusqu’en Europe.

L’EI a déjà indiqué qu’il comptait sur les flux migratoires pour infiltrer des djihadistes sur le Vieux continent. Selon le DailyMail, trois des terroristes ayant participé aux attaques de Paris en novembre se seraient fait passer pour des migrants pour entrer en Europe, notamment Abdelhamid Abaaoud. Par ailleurs, les services américains ont déclaré craindre que le groupe terroriste ait conçu une machine à fabriquer des passeports occidentaux.

==============

Commentaires

abderrazak  •

– L’Arabie Saoudite represente l’Islam radical.
– L’EI represente l’Islam fanatique.
Avant d’etre fanatique ,il faut etre radical…….
Donc,il faut libérer d’abord la péninsule arabique des Al-Saoud et le monde connaitra la paix

Romeo  •                               en bossant honnetement vous ne serez jamais riche les exemples abondent

01011  •                                    Mais bien sur..

AHMED  •                              Une coalition sélective ne concerne pas tous les pays arabes et islamiques, on sait que ceci est un agenda américain, il est inimaginable que cela soit une idée saoudienne.

Hotlikefyah  •                        Enfumage.
dupont  •                                 Incroyable ce que l’on peut lire comme énormité dans la presse.
Magdalena  •                        CE SERAIT A EUX LES PAYS MUSULMANS D ALLER ECRASER DAESH,MAIS C EST TROP LEUR DEMANDER ,ILS PREFERENT RESTER DANS LEUR COIN
fathia  •                                  De la pure propagande destinée à attenuer les lourds soupçons pesant sur certains pays pour leurs soutiens avérés aux groupes térroristes dits « islamistes » .
paul  •                                    Aussi crédibles que les turcs…
Thierry  •                              A voir. Seul le temps le dira. Pour ma part, je n’y crois pas un seul instant. Plutôt de l’enfumage pour éviter que les musulmans soient interdit dans certains pays.
Au delà des mots, on demande les preuves!
Marquise  •                         Nous ne sommes pourtant pas le premier avril ? Si ? Ai-je loupé un épisode ? Dans la série « on nous prend vraiment pour des #$%$ « 
Hate and Love  •                 et le droit des pays , des peuples à décider par eux-mêmes
la Syrie, l’ Irak qui refuse l’ingérence turque sans que la communauté internationale ne s’en émeuve .

gloup gloup  •                         Moi si un mec me vend une voiture pleine de vices cachés, je l’appelle pas pour qu’il me fasse les réparations.

Enfin j’dis çà…
  • Adèle 1.1  •                   Ce n’est pas le berceau du salafisme et du wahhabisme …. courants d’un islam rigoriste et fondamentaliste, terreau de l’idéologie des terroristes ?
    Des coalisés de circonstance !
    salim  •                          qui arréct de finance les terroristes en syrie en irak en afrique le plus grand pays du monde qui finance les terroriste dans le monde avec c mosquée du diable il arréct de finance les salafiste wahabites dans le monde et sa ira mieux dans notre la cpi pour les crime commi pas l arabie sahoudite yémen syrie irak afrique balde crimille
  • Joan  •                              Ce journal aussi ne nous donne pas la liste complète, c’est dingue l’info de #$%$ qu’on nous donne!
  • jacot  •                             Et concrètement cela se traduit par quoi?
  • ykel  •                               Maintenant qu’on les a bien armés, il vont pouvoir nous mettre sur la courge, voila leur coalition !!!!
  • salim  •                              la coaliton de l’ingérence,  attention c pour envers les autre pays comme la syrie et l’irak;  y a rien de bien dans c coalition du diable
  • abderrazak  •                  C’est surement une idée des sionistes pour diviser ce qui est dèjà divisé
    Des musulmans imbéciles pro- occidentaux ( les sunnites)
    Des musulmans intelligents pro- Russess ( les chiites )
  • Bertrand  •                          Qui peut croire une minute que les Etats-Unis et l’Arabie saoudite mèneraient une vraie lutte contre Daesh?! Les Occidentaux et les grands empires sunnites se sont totalement ridiculisés depuis quatre ans dans leur alliance contre Bachar al-Assad et la déstabilisation de la Syrie afin de contrôler la voie du gaz qatari! Ils tentent maintenant de prendre le train en marche dans la lutte contre l’Etat islamique uniquement pour ne pas perdre la face au niveau médiatique mondial mais qui peut croire leur « sincérité »? Personne! Ils sont et resteront les commanditaires du terrorisme international uniquement pour servir leurs seuls intérêts! Riyad, Washington, Ankara, du balai!!!

    Vive l’Armée Arabe syrienne!
    Vive le Hezbollah!
    Vive les Kurdes!
    Vive la Russie!

    … et puis la France dans tout ça, « NATO go home! ».

    Gilh Gilh  •                             arabie saoudite …………….. le mal absolu

    Jean Robert GAUTHEY    Ce qui est gênant dans cette « coalition antiterroriste » c’est que ce sont que des pays sunnites qui considèrent les shiites comme des terroristes (par exemple au Yemen)… Les attentats contre l’Occident eux, sont le fait d’individus se réclamant du sunnisme! Ce que nous appelons terrorisme peut être interprété librement chez eux comme « guerre sainte ». Bref nous ne sommes pas d’accord sur ce qui s’appelle terrorisme.

    perhaps                              Après les mots , et les beaux engagements, …des preuves concrètes sur le terrain, contre Daech , ….sur les 34 pays participants, …..que cette coalition soit franche, parfaite et réaliste !!

    Pierre                                  Belle opération marketing de l’Arabie Saoudite en finançant qq pays pour la rejoindre

     

     Max Lombard            Pourrait-on connaitre la liste de ces pays?

    RECKNEWAR                       Compliqué, l’Orient, compliqué…C’est là où l’on a besoin d’un vrai journalisme d’investigation et non pas de lecteurs de communiqués de presse, de journalistes capables en outre de se décentrer par rapport à nos visions occidentales, et tout particulièrement de celles de nos fiers à bras locaux, qui voulaient « écraser DAECH. »

Publicités