La preuve en images

Laisser un commentaire


sans-titre7

Harcèlement à l’école : Mélissa Theuriau défend son clip critiqué par les enseignants

Plusieurs syndicats d’enseignants estiment que la campagne dénonçant le phénomène du harcèlement à l’école est « méprisante » pour les enseignants.© Fournis par Francetv info  Mélissa Theuriau refuse de faire machine arrière. La journaliste a produit un clip intégré dans une campagne officielle de lutte contre le harcèlement à l’école, phénomène qui touche 700 000 enfants par an, selon l’Education nationale. Mais cette séquence est visée par de vives critiques chez les syndicats d’enseignants. « Je ne voulais pas d’un clip qui s’adresse aux adultes, aux professeurs », rétorque la coproductrice sur Europe 1.Dans le clip, on voit un enfant dans une classe de primaire, brimé par ses camarades en pleine classe, alors que l’enseignante qui assure le cours tourne le dos à ses élèves et à ces mauvais traitements. Plusieurs syndicats d’enseignants estime que le clip « montre une enseignante pédagogiquement caricaturale, hurlant et ignorant ses élèves ». Ilscritiquent « une mise en scène peu nuancée de ce grave problème très mal reçue par les personnels ».

« Si tous les instituteurs étaient alertes et réactifs… »

Face à ces attaques, Mélissa Theuriau est restée ferme sur les intentions de cette campagne : « Je ne voulais pas d’un clip qui s’adresse aux adultes, aux professeurs, auquel cas j’aurais pu mettre en scène des professionnels mis en scène et parfaitement alertes et réactifs. Mais je ne pense pas que j’aurais été utile en montrant ce fantasme-là. »

Puis la journaliste met sur la table la responsabilité du corps enseignant dans le phénomène du harcèlement : « Si tous les instituteurs étaient alertes et réactifs à cette problématique de l’isolement, on n’aurait pas besoin de former, de détecter le harcèlement, on n’aurait pas 700 000 enfants par an en souffrance. On n’aurait pas non plus des situations de drames et de suicide qui peuvent arriver aussi parce qu’on n’arrive pas à parler aux adultes de cette solitude et de ce sentiment d’injustice. »

Le clip, coproduit par Mélissa Theuriau à l’occasion de la journée nationale contre le harcèlement à l’école organisée jeudi 5 novembre, doit être diffusé sur les chaînes de France Télévisions et Disney. Il sera également diffusé au cinéma en préambule du film d’animation Le Voyage d’Arlo.

Une campagne contre le harcèlement scolaire hérisse les profs

Le Monde.fr Mattea Battaglia

La ministre de l’éducation nationale se serait sans doute volontiers passé de cette polémique. Najat Vallaud-Belkacem se voit sommée de retirer la vidéo de sa campagne contre le harcèlement à l’école, qui suscite un tollé chez les syndicats d’enseignants.

Le petit film, déjà mis en ligne par le ministère, doit aussi être diffusé au cinéma et à la télévision à compter de jeudi 5 novembre, jour de la première journée nationale « Non au harcèlement ».

L’exaspération des professeurs dépasse, largement, les clivages habituels : du SGEN-CFDT, syndicat dit réformateur, au SNALC, habituellement présenté comme « de droite » (même s’il le récuse), en passant par la Société des agrégés ou l’organisation des inspecteurs SNPI-FSU, tous y sont allés de leur critique contre un clip qui, à leurs yeux, rend l’enseignant, présenté au mieux comme inattentif, au pire comme harcelant, directement responsable du harcèlement scolaire. Un phénomène qui touche 700 000 élèves chaque année, de source ministérielle.

« Une vidéo caricaturale et méprisante »

Ce sujet grave « ne peut être réduit à une enseignante, le nez collé au tableau, qui ne se soucierait pas des élèves et notamment de ceux victimes de gestes et de paroles humiliantes pendant la classe », a réagi lundi le principal syndicat d’instituteurs, le SNUipp-FSU, qui dénonce une vidéo « caricaturale et méprisante pour les enseignants et pour les élèves victimes ». (…) Avec les fonds dégagés pour financer ce clip, le ministère aurait été bien mieux avisé de diffuser dans les écoles des ressources pédagogiques existantes et les vidéos de qualité réalisées par les élèves eux-mêmes ». Qu’importe si, en l’occurrence, les fonds en question sont… nuls : « Nous n’avons pas déboursé un seul euro pour ce clip réalisé en partenariat avec Walt Disney », fait-on valoir dans l’entourage de Mme Vallaud-Belkacem. Mais dans le climat d’inquiétude, voire de net désenchantement, de la communauté éducative face aux réformes promises pour 2016 (collège, programmes), ce « couac » dans la communication ministérielle passe mal.

D’après le ministère de l’éducation, le clip d’une minute « est d’abord censé interpeller les écoliers de 7 à 11 ans, car c’est dès le plus jeune âge que débute le harcèlement ». Coproduit par la journaliste Mélissa Theuriau, qui aurait elle-même été victime de harcèlement au collège, le petit film montre un petit garçon aux cheveux roux, Baptiste, qui, en plein cours, se voit la cible des quolibets et boulettes de papier lancés par ses camarades.

Une campagne plus vaste

A l’origine de l’indignation des syndicats, les neuf secondes au cours desquelles son enseignante, les yeux rivés au tableau, semble ignorer la détresse de l’enfant harcelé, auquel elle tourne le dos avant de l’interpeller : « Baptiste, t’es avec nous ? ». Le « happy end » – une petite camarade vient en aide à Baptiste, lui enjoignant d’« en parler » pour que « ça cesse » – n’atténue guère l’impression d’une mise en scène peu nuancée.

Si la vidéo fait mouche du côté des enfants, comme on veut le croire au cabinet de la ministre, le moins qu’on puisse dire est qu’elle a manqué sa cible côté enseignants. Et risque d’occulter, aux yeux de l’opinion publique, le contenu plus vaste de la campagne contre le harcèlement présentée le 29 octobre par Najat Vallaud-Belkacem. Parmi les mesures annoncées, figure entre autres, l’ouverture d’un numéro vert (le 30 20) et l’objectif de former au cours des dix-huit prochains mois pas moins de 300 000 enseignants et personnels de direction sur la question.

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/education/article/2015/11/03/harcelement-scolaire-la-video-qui-herisse-les-profs_4802255_1473685.html#ehr10RkXwFjYKrmM.99

Les profs ulcérés par la vidéo de Melissa Theuriau contre le harcèlement

clip-harcelement-scolaire_5454532Extrait du clip sur le harcèlement scolaire réalisé par Melissa Theuriau et co-produit par le groupe Walt Disney. Dailymotion / EducationFrance

Jeudi 5 novembre se tiendra la première journée nationale contre le harcèlement scolaire. A cette occasion le ministère a mis en ligne une vidéo de prévention, destinée prioritairement aux jeunes scolaires. Mais cette vidéo n’est pas du goût de certains.

Aurait pu mieux faire. Une fois de plus, le bulletin de notes du Ministère de l’Education nationale reçoit une sévère mise en garde de la part de certains professeurs.

Tout partait pourtant d’un bon sentiment. Le 29 octobre, pendant les vacances de la Toussaint, la ministre de l’Education nationale Najat Vallaud-Belkacem, annonce le lancement d’une journée nationale contre le harcèlement scolaire, le 5 novembre. Sont présentés à cette occasion un document d’aide à la prise en charge des cas de harcèlement, accessible en ligne, un numéro vert, et une vidéo, réalisée par la journaliste Melissa Theuriau, co-produit avec le soutien du groupe Walt Disney.

Une vidéo dégradante pour les enseignants?

La scène représentée par la vidéo incriminée montre une classe d’enfants de 9/10 ans. L’un des élèves, tête rousse bouclée, est l’objet de brimades et d’insultes de la part de ses camarades de classe. La maîtresse, échevelée et légèrement dépassée, ne se rend compte de rien.

Une vidéo qui n’est pas du goût de tous les enseignants. Dès le lendemain, le SNALC-FGAF (deuxième syndicat des enseignants du second degré) a fait connaître son agacement par voie de communiqué. Il dénonce « une mise en scène peu nuancée de ce grave problème », soulignant que lorsque des enseignants signalent des cas de harcèlement, « la réponse institutionnelle n’est pas toujours à la hauteur ».

Lundi, c’est au tour du SNUipp, premier syndicat des enseignants du premier degré, de s’insurger contre le clip, l’accusant de donner « une image déplorable des enseignants ». Le syndicat souligne en outre que les formations de prévention du harcèlement scolaire promises en 2013 sont encore rares sur le terrain. Le Sgen-CFDT a lui aussi dénoncé « un objectif manqué », et « des personnels bafoués ».

Un film réalisé pour sensibiliser les enfants

Melissa Theuriau, la réalisatrice du clip incriminé par les syndicats enseignants, s’est défendue d’avoir voulu faire une vidéo accusant les enseignants, tout en précisant: « Si tous les insti­tuteurs étaient alertes et réac­tifs à cette problé­ma­tique de l’isole­ment alors on n’aurait pas besoin de former, de détec­ter le harcè­le­ment. On n’aurait pas 700 000 enfants par an en souffrance, on n’aurait pas des situa­tions de drame et de suicide qui peuvent arri­ver aussi parce qu’on arrive pas à parler aux adultes de cette soli­tude et de ce senti­ment d’injus­tice ». La journaliste a également précisé que sa vidéo s’adressait d’abord aux enfants, et non pas aux enseignants.

Les syndicats enseignants ont appelé au retrait de cette vidéo, censée être diffusée sur les chaînes de France Télévision à partir de jeudi. Le SNUipp a également souligné qu’ « avec les fonds dégagés pour financer ce clip, le ministère aurait été bien mieux avisé de diffuser dans les écoles des ressources pédagogiques existantes et les vidéos de qualité réalisées par les élèves eux-mêmes ».

>> A voir: un clip sur le harcèlement scolaire réalisé par des élèves du lycée Guillaume Apollinaire de l’académie de Créteil

300 000 professeurs formés dans l’année?

Le ministère de l’Education nationale a mis en ligne lundi une deuxième vidéo, destinée aux enseignants, dans laquelle Najat Vallaud-Belkacem donne une « explication de texte » de la vidéo tant critiquée par les professeurs. Elle annonce également que 1500 formateurs devraient cette année être chargé de « sensibiliser » cette année 300 000 professionnels de l’Education national, « pour repérer et agir au plus vite ».

>> Lire aussi: « Harcèlement scolaire: que faire ? »

Mélissa Theuriau répond aux profs qui critiquent son clip sur le harcèlement à l’école

MELISSA THEURIAU

EDUCATION – « Je ne voulais pas d’un clip qui s’adresse aux adultes, aux professeurs. » C’est ainsi que Mélissa Theuriau justifie le petit film qu’elle a coproduit (avec le groupe Walt Disney) à la demande du ministère de l’Education nationale pour lutter contre le harcèlement à l’école. Un clip qui fait polémique dans les rangs professoraux.

La vidéo est « hors sujet et méprisante » pour les enseignants, selon Sébastien Sihr, secrétaire général du SNUipp-FSU. Il aurait mieux valu diffuser « les vidéos de qualité réalisées par les élèves eux-mêmes », estime le premier syndicat du primaire. Le harcèlement « n’est pas la conséquence d’un dysfonctionnement des classes, d’un désintérêt des enseignants pour leurs élèves », écrit aussi sur son blog Paul Devin, secrétaire général du syndicat d’inspecteurs SNPI-FSU, voyant dans le clip « un acte de mépris pour les enseignants et pour les élèves victimes ».

Face aux critiques, la productrice tient à préciser le sens de son film destiné aux 7-11 ans qui met en scène un écolier roux, cible des boulettes et insultes de ses camarades dès que la maîtresse a le dos tourné. Puis une camarade lui murmure que ça doit s’arrêter, qu’il faut en parler.
Campagne Non Au Harcèlement – Le harcèlement… par EducationFrance

« Je montre une institutrice qui a le dos tourné comme tous les professeurs et les instituteurs qui font un cours à des enfants et qui ne voit pas dans son dos une situation d’isolement, une petite situation qui est en train de s’installer et qui arrive tous les jours dans toutes les salles de classe de ce pays et des autres pays », se défend Melissa Theuriau sur Europe 1.

Et l’ancienne journaliste de M6 de se faire plus virulente encore: « Si tous les instituteurs étaient alertes et réactifs à cette problématique de l’isolement, on n’aurait pas besoin de former, de détecter le harcèlement, on n’aurait pas 700.000 enfants par an en souffrance. On n’aurait pas non plus des situations de drames et de suicide qui peuvent arriver aussi parce qu’on n’arrive pas à parler aux adultes de cette solitude et de ce sentiment d’injustice », insiste-t-elle.

Une diffusion jeudi sur France Télévisions

Dès lundi, les services de Najat Vallaud-Belkacem avaient pris la défense de Mélissa Theuriau qui a réalisé la vidéo « gracieusement » et l’a testée « auprès d’enfants ». « Le message a été très bien compris: les victimes reconnaissent leur souffrance et les témoins ressentent de l’empathie et veulent aider leur camarade », explique-t-on au ministère de l’Education nationale.

« Nous ne pouvons que regretter que certains enseignants puissent se sentir blessés. Un clip d’une minute ne peut pas résumer la complexité de ce phénomène, ni le rôle de chacun des acteurs », ajoute-t-on rue de Grenelle où l’on confirme la diffusion du clip jeudi 5 novembre à l’occasion de la première journée de lutte contre le harcèlement.

Il sera diffusé sur les chaines des groupes France Télévisions et Disney puis au cinéma avant le film « Le voyage d’Arlo ».

Lire aussi :

» Harcèlement scolaire : et les profs dans tout ça?

» Harcèlement scolaire: Je suis Marion par Nora Fraisse

» Harcèlement à l’école: Najat Vallaud-Belkacem présente de nouvelles mesures

» Les effets du harcèlement scolaire se prolongent jusqu’à l’âge adulte

Najat Vallaud-Belkacem défend le clip sur le harcèlement scolaire

Alors que plusieurs syndicats de l’éducation demandent le retrait d’un clip officiel contre le harcèlement scolaire produit par la journaliste Mélissa Theuriau, considérant qu’il porte atteinte à l’image des enseignants, la Ministre de l’Education nationale Najat Vallaud-Belkacem estime dans une interview à Metronews qu’il n’y « aucune maladresse » dans cette campagne.Dans cette vidéo destinée aux 7-11 ans, un écolier roux est la cible des boulettes et insultes de ses camarades dès que la maîtresse a le dos tourné, puis une camarade lui murmure que ça doit s’arrêter, qu’il faut en parler. Un clip qui « montre une enseignante pédagogiquement caricaturale, hurlant et ignorant ses élèves », déplore le Sgen-CFDT. Le Snalc critique « une mise en scène peu nuancée de ce grave problème très mal reçue par les personnels », tandis que la Société des agrégés dénonce « un clip donnant une vision odieusement caricaturée des professeurs ». »L’idée complètement assumée, c’était de donner carte blanche à la réalisatrice, de manière à obtenir un résultat beaucoup plus efficace que si le ministère avait lui-même tenu la plume », explique-t-elle dans cet entretien. « La seule requête qui lui a été adressée, c’est de parler aux enfants de 7 à 11 ans avec un discours clair, dans lequel ils puissent se reconnaître. » Et pour la ministre, l’objectif a été atteint.

« Que ressent un enfant victime de harcèlement? Qu’il est entouré de gens qui l’aident, à son écoute et compréhensifs? Pas du tout: il ressent la solitude, l’injustice, le fait de ne pas pouvoir en parler aux adultes. C’est exactement ce que raconte ce clip », plaide-t-elle.

© Fournis par BFMNews« Savoir mieux réagir que dans cette fiction »

Najat Vallaud-Belkacem regrette que le clip ait pu blesser certains enseignants,  explique Metronews, mais tente d’éteindre la polémique en qualifiant leur réaction de « saine ». « Si cette image d’une enseignante qui ne voit pas ce qui se passe dans son dos les a interpellés, ça veut dire qu’ils aimeraient, dans la même situation, savoir mieux réagir que dans cette fiction ».

Et d’en profiter pour défendre les outils mis à la disposition des professeurs par le ministère en matière de harcèlement scolaire. “Eh bien tant mieux, car c’est précisément à cela qu’aspire la formation que l’on prévoit pour eux et les outils qu’on met à leur disposition pour mieux détecter les signaux et réagir face au harcèlement », poursuit-elle.

« Une fois que les victimes ou les témoins auront décidé de rompre le cercle vicieux du silence et d’en parler, alors les adultes seront là pour les aider”, conclut la ministre. “C’est l’objet de cette campagne, comme des mesures de formation et d’accompagnement des personnels et des parents que j’ai annoncées. »

Harcèlement à l’école : le clip de Mélissa Theuriau suscite la colère des enseignants

Éducation

La ministre de l' Éducation nationale a présenté la journée «Non au harcèlement» avec la journaliste Mélissa Theuriau qui a coproduit un clip vidéo destiné aux enfants de 7-11 ans./MaxPPP
La ministre de l’ Éducation nationale a présenté la journée «Non au harcèlement» avec la journaliste Mélissa Theuriau qui a coproduit un clip vidéo destiné aux enfants de 7-11 ans./MaxPPP

La semaine dernière, la ministre de l’éducation Najat Vallaud-Belkacem lançait une campagne contre le harcèlement à l’école. A cette occasion, la journaliste Mélissa Theuriau dévoilait un clip officiel pour lutter contre ce fléau qui touche les écoles françaises. Mais ce lundi, plusieurs syndicats de l’éducation ont demandé au ministère de retirer cette vidéo, qui selon eux porte atteinte à l’image des enseignants.

Dans le clip de Mélissa Theuriau, on peut voir une enseignante plutôt acariâtre qui tourne le dos aux élèves, écrivant au tableau. Derrière elle, plusieurs enfants s’en prennent à un petit garçon, rouquin. Celui-ci reçoit insultes et boules de papier. A la fin de la vidéo, une fillette vient réconforter l’écolier molesté et lui propose son aide.

Cette scène ne plait pas aux professeurs. « Le harcèlement n’est pas la conséquence d’un dysfonctionnement des classes, d’un désintérêt des enseignants pour leurs élèves », dénonce sur son blog Paul Devin, le secrétaire général du syndicat d’inspecteurs SNPI-FSU. Pour lui, ce film est « un acte de mépris pour les enseignants et pour les élèves victimes ». Certains syndicats ont donc demandé à ce que ce clip ne soit pas diffusé sur France Télévisions.

Mélissa Theuriau se défend

De son côté, Mélissa Theuriau, l’épouse de Jamel Debbouze, qui a déclaré avoir été victime de harcèlement scolaire durant son enfance, s’est défendue sur Europe 1. « Je montre une institutrice qui a le dos tourné comme tous les professeurs et les instituteurs qui font un cours à des enfants et qui ne voient pas dans leur dos une situation d’isolement. Une petite situation qui est en train de s’installer et qui arrive tous les jours dans toutes les salles de classe de ce pays et des autres pays », explique-t-elle. Et d’ajouter : « Je ne voulais pas d’un clip qui s’adresse aux adultes, aux professeurs, auquel cas j’aurais pu en effet mettre en scène des professionnels parfaitement alertes, réactifs. Mais je ne pense pas que j’aurais été utile en montrant ce fantasme là. Si tous les instituteurs étaient alertes et réactifs à cette problématique de l’isolement alors on n’aurait pas besoin de former, de détecter le harcèlement. On n’aurait pas 700 000 enfants par an en souffrance, on n’aurait pas des situations de drame et de suicide qui peuvent arriver aussi parce qu’on arrive pas à parler aux adultes de cette solitude et de ce sentiment d’injustice ».

Harcèlement scolaire: Un clip réalisé par Mélissa Theuriau fait polémique

EDUCATION Les représentants des enseignants estiment que le clip du gouvernement est méprisant pour la profession…

Dans le clip, le professeur ne réagit pas au chahut dans la classe.
Dans le clip, le professeur ne réagit pas au chahut dans la classe. – Capture d’écran Dailymotion

C.B. avec AFP

Des syndicats d’enseignants demandent le retrait du clip sur le harcèlement scolaire du gouvernement, considérant qu’il porte atteinte à l’image des enseignants. Ce dernier doit être diffusé à la télévision, sur les chaînes de France Télévisions et Disney, puis au cinéma avant le film d’animation Le voyage d’Arlo pour la journée nationale contre le harcèlement à l’école, le 5 novembre.

 

Dans cette vidéo destinée aux 7-11 ans, un écolier roux est la cible des boulettes et insultes de ses camarades dès que la maîtresse a le dos tourné. Puis une camarade lui murmure qu’il faut en parler pour que ça s’arrête.

« Un acte de mépris pour les enseignants et pour les élèves victimes »

« Le harcèlement n’est pas la conséquence d’un dysfonctionnement des classes, d’un désintérêt des enseignants pour leurs élèves », écrit sur son blog Paul Devin, secrétaire général du syndicat d’inspecteurs SNPI-FSU, voyant dans le clip « un acte de mépris pour les enseignants et pour les élèves victimes ».

La vidéo est « hors sujet et méprisante » pour les enseignants, renchérit Sébastien Sihr, secrétaire général du SNUipp-FSU. Il aurait mieux valu diffuser « les vidéos de qualité réalisées par les élèves eux-mêmes », estime le premier syndicat du primaire.

Le clip « montre une enseignante pédagogiquement caricaturale, hurlant et ignorant ses élèves », déplore le Sgen-CFDT. Le Snalc critique, quant à lui, « une mise en scène peu nuancée de ce grave problème très mal reçue par les personnels », tandis que la Société des agrégés dénonce « un clip donnant une vision odieusement caricaturée des professeurs ».

Une vidéo à destination des enfants

Le ministère souligne, lui, que le clip s’adresse aux écoliers « car c’est à cet âge que le harcèlement débute ». « Dans la plupart des cas, les enfants n’en parlent pas aux adultes » et « les faits se déroulent lorsque ceux-ci ont le dos tourné ».

Mélissa Theuriau, elle-même victime de harcèlement, a réalisé la vidéo « gracieusement ». La documentariste l’a testée « auprès d’enfants et le message a été très bien compris : les victimes reconnaissent leur souffrance et les témoins ressentent de l’empathie et veulent aider leur camarade », ajoute la rue de Grenelle. « Nous ne pouvons que regretter que certains enseignants puissent se sentir blessés. Un clip d’une minute ne peut pas résumer la complexité de ce phénomène, ni le rôle de chacun des acteurs. »

« Les professionnels de l’éducation jouent évidemment un rôle fondamental, tant dans la prévention que dans la prise en charge du harcèlement », ajoute le ministère, rappelant qu’il a mis des outils à leur disposition (formations, protocoles de prise en charge, ressources pédagogiques sur le site dédié).

=============

commentaires

PourUneMeilleurEducation        Et si pour une fois les professionnels de l’éducation mesuraient avec objectivité la réalité du quotidien d’une partie significative des élèves ? Sortez du corporatisme, des postures syndicales, et regardez simplement ce quotidien qui isole et fini par détruire une frange importante de notre jeune France, qui tourmente des familles entières. Cher professeurs, à chaque rentrée, vous réclamez la confiance des parents qui vous confient leurs enfants. Sachez juste que la confiance ne se réclame pas ! Elle se mérite ! Elle se gagne à la hauteur de votre capacité à être juste, impliqué dans l’éducation de nos jeunes, compétent dans la transmission du savoir tout autant que du savoir être. Force est de constater que votre chemin est encore bien long pour arriver à ce niveau. Au lieu de vous plaindre d’être encore une fois stigmatisé, prenez-vous en main, et montrez nous votre sens de l’implication dans l’éducation de nos jeunes, dans cet esprit de justice ! Ne nous dites pas que c’est une question de moyen … Quand on veut, on peut ! Ou bien alors, changez de métier.
Mayima                                       Enseignante en primaire, je suis profondément triste depuis que j’ai vu le clip. Encore de quoi rabaisser les enseignants. J’espère que le public réalisera que c’est de la caricature et le prendra comme tel. Beaucoup d’enfants ne s’autorisent pas le harcèlement grâce à leur éducation et leur respect des règles. Ce travail d’éducation est largement fait à l’école. N’oublions pas le rôle des parents. J’attends maintenant les réactions des familles de l’école.
ixora                                            Bof…Il n’y a pas de quoi casser trois pattes à un canard. Tout le monde sait en France que les profs sont nuls, inconscients, incompétents, aveugles, antipathiques et qu’ils appartiennent au seul corps de métier qu’on peut critiquer aisément… On ne critique pas son médecin parce que, lui, il a fait 11 ans d’études et qu’il sait ce qu’il dit et fait.. On ne critique pas le boulanger car, lui, il sait faire le pain, c’est même un vrai « don » chez lui, on ne critique pas l’agriculteur car lui, il travaille dur et se lève tôt, et est soumis à toutes sortes d’aléas… Mais, le prof, pffff…ce fainéant… Bien sûr que c’est lui le responsable de tout ce qui ne va pas dans l’Education Nationale, bien sûr!! Clip ou pas clip, c’est le coupable. C’est tout. Il faut supprimer les profs après les avoir bastonnés publiquement et tous les problèmes de l’Ecole seront résolus. Et, les journalistes le savent bien.
Dan                                              J ai montré ce clip a mon fils 10ans en primaire. Et je trouve qu il est parlant, oui un enfant isolé ca existe même des enseignants si non ce problème de harcèlement à l école n existerait mm pas.
schilling veronique                  Je ne vois pas pourquoi ce clip serait supprimé? Cela s est avéré et est toujours d actualité non? Je propose cependant à Mélissa de faire un clip mettant les parents qui harcèlent le corps enseignant! Un bon coup de pied aux fesses des enfants oui mais surtout aux parents.
Odile Auiopmlkjb Auiopmlkjb               voici une vision du harcèlement pleines d’idées reçues ! il vaudrait mieux demander l’avis d’Emmanuelle Piquet, que l’on peut écouter dans ce lien, plutôt que le point de vue grossier d’une non spécialiste comme melissa teuriau !!! https://www.youtube.com/watch?v=iMGLy-juSxw&list=PLiL_A3EWnnFdO4ZHUfbY0f6FeoiDCoqc7

@Gentel soap :                         Parce que Monsieur raisonne mieux que tous les enseignants réunis et qu’il pense à leur place tellement il est surdoué ?

unefrancaise

@manolo escobar :                   merci de nous démontrer que ces actions contre le harcèlement à l’école est important. Car contrairement à ce que vous croyez ce n’est pour la plupart du temps absolument pas « d’innocentes chamailleries entre enfants ».

Gentel soap                               Il semble que les enseignants ont perçu ce clip sur le harcèlement comme un acte de harcèlement du ministère envers eux-mêmes. Eternels enfants…

Stefenbalade                             L’école n’est pas le monde des bisounours ! Dixit l’institutrice de mon fils en Ce1 qui a été harcelé toute l’année scolaire et qui le serait encore si nous ne l’avions pas inscrit au Cned pour cause déplacement! Le harcèlement n’est que très peu détecté par les enseignants, ils ont un programme chargé à enseigner, des classes souvent surchargées, c’est vrai, mais lorsqu’il s’agit de votre enfant et que vous ne détectez pas le problème tout de suite les dégâts peuvent être considérables. Malgré tout il faut faire attention et le seul conseil que je donnerai aux enfants comme aux parents : parler, écouter et agir pour le bien être de l’enfant. Mon fils va mieux il a repris confiance en lui, mais quel labeur

larousso                                      Étant victime d’harcelement du primaire jusqu’en 4eme je précise que les professeurs/instituteurs ne voient rien. Pire ma timidité, mon comportement agressif n’a jamais alerté. Je me faisais insulté en cours et les profs faisaient semblant de rien entendre. Il a fallu une tentative de suicide qui était un appel à l’aide pour que tout se calme… Mais je n’ai pas été suivie et aucun professeurs a discuté avec moi… alors oui le système scolaire dont et surtout les professeurs ne voyent pas les dégâts du harcèlement qui détruit l’enfant à petit feu. Je ne généralise pas car il y a des personnes pédagogues et très compétentes mais il y a le reste hélas…qui ferme les yeux.

Christian Eypper                        La campagne de harcèlement contre les profs a commencé… au ministère. On comprend ces gens n’ont plus mis les pieds dans une classe depuis 40 ans. Dans quel souvenir ont-ils déniché cette chose censée représenter l’instit ? Le plus inquiétant est sans doute qu’ils se sont référés à ce type de modèle et avec la même compétence qu’ils ont bricolé la réforme du collège et la com. qui va avec. Aïe… Ne devrait-on pas nommer des professionnels à certains poste des ministères de l’E.N.

bonsens                                    Le harcèlement c’est avant tout une pédagogie frontale inadaptée et un corps enseignant peu compétant. merci Me Valaut -Belkacem pour votre courage.

Un prof                                    C’est plutôt dans l’énoncé de vos certitudes que je vois du harcèlement.

Lotr                                          Clip qui dénonce un phénomène grave en stigmatisant des professionnels comme s’ils en portaient eux-mêmes la responsabilité alors qu’ils s’efforcent de le combattre avec les moyens qui sont les leurs. On se croirait revenu au précédent quinquennat.

alain mangold                          Un vrai problème est évoqué et voilà le corps vent debout car quelqu’un ose dire que les professeurs doivent agir plus; cette réaction est la caricature de l’esprit de caste. Toutes mes félicitations pour le courage de Mme le ministre qui met l’enfant au cœur du problème.

Gawa                                       Petit témoignage: dans l’école de mes enfants, une petite fille a été harcelée par deux enfants, dans l’indifférence de la direction. Quand ses parents ont voulu la changer d’école, ils ont dû passer par le recteur d’Académie, car toute la hiérarchie refusait ce changement, sous prétexte qu’elle devait apprendre à se défendre. Donc, oui ! les enseignants et les directeurs doivent prendre conscience qu’ils doivent être attentifs et arrêter de s’offusquer quand on leur montre la réalité.

Claudie Dubois                        En fait, a-t-on absolument besoin d’un clip filmé pour informer? cette manie de la mise en scène (forcément réductrice) est fatigante à la longue. Un texte efficace, informatif sur un menu déroulant suffirait largement. Avec le n° de téléphone à joindre. Le clip est à la pédagogie ce que le tweet est à l’argument. Surtout que là, on nous dit qu’il a été réalisé grâce à Disney (est-ce un gag?) et que ça n’a pas coûté un centime au Ministère.Mme Theuriau bosse à l’oeil, vraiment

  • JeanMouclade  je suis d’accord sur lilit qui dit que c’est une source sociétale au problème qui est en cause, assez de dire que c’est toujours la faute à l’école qui devrait régler tous les problèmes, suppléer les parents, la justices, etc. alors qu’on lui retire des moyens.

deuxième point: le harcèlement augmente? Pas certain, il a toujours existé et c’est juste qu’on en parle. o 

on nous prend pour des ….    Le problème est surtout l’écriture de l’enseignante, elle écrit comme si elle était à la fac et non au primaire!
Ensuite y a t’il eu un appel d’offre pour la réalisation de ce clip…on connaît les connivences et amitiés entre socialistes… 

France libre                           La mafia « socialie » en pleine action…..

@républicaines                     Dans la vraie vie par exemple,tu peux être considéré comme « trop intelligent pour Airbus » si l’état n’est pas parvenu à maintenir dissimulé le harcèlement qu’il t’a fait subir, pour écraser ta dissidence, pendant un délai légal devant la CEDH (35 ans).
La vraie vie quoi.
oenaoena                              Ce clip vidéo est volontairement piquant pour symboliser une situation qui peut avoir lieu en classe, dans la cour à la piscine, avec la présence du maître, des surveillants, du maître nageur etc.
Il interpelle, il dérange certes, il doit faire réagir tous les adultes dans l’entourage de l’ado parents compris. But atteint à mes yeux.

@ pragmatik 81 :          C’est quoi pour vous « la vraie vie  » que les profs ne connaissent pas ?
Les profs vivent une « fausse » vie ? Vous pouvez m’expliquer ?
Merci.

la Nick

@lilithe,                        A l’incompréhension, il ne faut pas oublier d’ajouter la jalousie ou le règlement d’un contentieux d’autant plus amer qu’il est ancien.

Masse_critique       Est-ce qu’on aborde les écoles de formation à la persécution dans le clip ?                                Pourtant les techniques, ça s’apprend. Et on a une filière métier qui s’occupe de cela en France.
Et la DGSE comment croyez vous qu’ils se sélectionnent et se forment ?

la Nick

@lilithe,                     Voyez lilithe, l’incompréhension va au delà de la méconnaissance totale du quotidien de l’enseignant, on y trouve de la jalousie ou encore le règlement d’un contentieux d’autant plus amer qu’il est ancien.

Savafor                      Pour l’école elle aurait besoin d’y revenir

Cyprien

@ lilithe                     Tout est dit, bravo…

mijo59                       ce clip est la triste réalité, nous avons connu la même chose avec nos enfants à l’école, et cela à la vue des enseignants, et le pire c’est ce que la directrice avait inscrit sur la carnet scolaire, qui ne doit c jamais être remis aux familles, au sujet de l’ainée des filles  » mauvaise intégration à l’environnement familial après le déménagement maman étrangère, sujet aux quolibets; notre fille ne pouvait pas jouait à la récréation , j’étais secrétaire de l’amicale des anciens élèves, et président des parents d’élèves et cela en 1975 à lecelles village du nord , nous avons quitté cette région, il est vrai que nous mixte , et maintenant les enseignants ne vont pas me faire pleurer, j’ai 68 ans et de notre temps à l’école c’était pour apprendre , et si nous faisions l’imbécile la sanction était immédiate et pas la peine de pleurer à la maison.
assedique                 le remède contre le harcèlement c’est coup de boule,droite,gauche,coup de savate dans la tête,violence contre violence,remède très efficace ….et c’est le gage d’une scolarité heureuse
bisdenous               Les enseignants, ne vous sentez visée dans ce clip. Moi personnellement sans faire du harcèlement combien de fois j’ai fait la pitre èque je voyais votre dos tourné … Monsieur et madame les enseignants, ce clip reflète la réalité des élèves, pas la votre, ne vous sentez visé, moi je trouve qu’il est bien fait.
guy3166@lilithe                     Vous résumez bien la situation concernant votre profession,que moi le premier,je ne voudrais pas exercé,mais comme je le disais ce matin dans mon commentaire,ce clip ne me choque pas si comme j’ose l’espérer il y en aura d’autres qui montreront les différentes étapes du harcèlement.Même s’il est peu probable à l’intérieur d’une classe,quoi que comme vous mentionné dans votre commentaire la démission des parents est le résultat de ce climat malsain où des enfants en agressent ou harcèlent d’autres plus faible qu’eux dans la majorité des cas ou d’autres motifs qui peuvent être le physique ou autre.
Il faudrait donc,que d’autres clips suivent tant dans les cours de récrés que sur le chemin de l’école et surtout,le plus pervers étant le harcèlement sur les réseaux sociaux qui pour un ado faible peux lui faire commettre l’irréparable pour échapper à ses bourreaux.
Mais,que ça soit pour le harcèlement à l’école ou au travail,la technique ou les résultats sont les mêmes.Il s’agit d’anéantir l’individu et les collègues de travail ou les enfants se disent se rassure en fermant les yeux et se disant,tant que c’est lui ou elle,moi je suis tranquille.Et dans la majorité des cas collègues ou enfants préfèrent être du côté des harceleurs que de la victime,pour éviter d’être victime à son tour.
Et la fin du clip où la petite fille qui n’est pas intervenu mais le prends par le cou est à mon avis un message très fort,car par ce geste elle montre son impuissance mais qu’elle le soutien comme elle peut.
Malheureusement,c’est la nature humaine qui est ainsi,et ça sera probablement très dur de la faire changer.
  • Nico74330                               Une réaction virulente qui prouve que certaines personnes ne réfléchissent pas plus loin que le bout de leur nez. Les enseignants et/ou syndicalistes qui réagissent mal n’ont encore rien compris, cette vidéo est à destination des enfants et non pour promouvoir ce qu’ils font ou ne font pas, et puis ça reste soft, qu’ils râlent si la prof avait montré des signes d’agressivité ou de violences, ok mais là….
    Le but est de faire comprendre aux enfants ce qu’est le harcèlement et non faire une vidéo promotionnelle du travail du corps enseignant. Et on est tous allé à l’école, on a tous connu des enseignants qui n’avait plus envie et qui était représentatif de la caricature qu’on se fait. c’est comme dans tous les métiers, la perfection n’existe pas même chez les profs.

  • marie75020                     Je suis d’accord avec l’ensemble des commentaires déposés, qui montrent bien que les enseignants sont isolés dans cette posture de vierge effarouchée. En réalité leur réaction me paraît tout simplement honteuse. Comment peut-on avoir pour seule préoccupation l’image que l’on renvoie quand on est face à un tel problème, à une telle souffrance ?
    J’ai moi aussi connu le harcèlement. Je trouve que le mot est bien faible pour décrire ce que l’on peut ressentir en tant qu’enfant, un peu trop gentil pour réagir face à des attaques incessantes. De la honte, le sentiment de ne plus exister, de ne plus avoir d’importance. Les professeurs ont toujours été inexistants dans ces situations. Je pensais qu’ils ne s’en apercevaient pas. Je crois maintenant que cela leur semblait relever d’une certaine normalité.
    Enseignants, vous avez défailli. Faites preuve d’humilité, de repentance, par respect pour les centaines de milliers d’enfants qui ont souffert sur les bancs de vos classes. Ou alors taisez vous et laissez agir à votre place les bonnes volontés.
    Cette vidéo est loin d’être parfaite, comporte certainement quelques maladresses mais le message est on ne peut plus clair et véridique.

  • fanny44                           Pour ma part j’ai subi le harcèlement de mes camarades pendant mes 4 années de collège. Aucun professeur n’est jamais intervenu et lorsque j’ai demandé à changer de classe pour la 3e on me l’a refusé. Les professeurs disaient que j’étais trop timide et que c’était ma faute. Alors cette vidéo ne me choque pas et reflète ce que j’ai subi et vu.

  • jaibb                                 Je pense que tout repose sur la notion d’autorité. L’humain est aussi un animal qui arrive a se sentir calme sous la contrainte. Un prof devrais avoir le droit de remettre de l’ordre meme avec des méthodes musclées. Moi quand je prenais une punition, mes parents la doublaient. Je ne suis pas mort ni devenu dépressif.

  • david1234                         profs, totalement à côté de la plaque. Et on leur confie nos enfants…

     
    Mary Colombe      très bon clip bravo Mélissa
  • Publicités

    Laisser un commentaire

    Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

    Logo WordPress.com

    Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

    Image Twitter

    Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

    Photo Facebook

    Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

    Photo Google+

    Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

    Connexion à %s

    %d blogueurs aiment cette page :