« il faut relancer le dialogue social »

Laisser un commentaire


 Poutine et Obama coordonnent leur action

La France ouvre une enquête pour « crimes de guerre » contre la Syrie

Le Monde.fr avec AFP et Reuters

Un homme devant les ruines de son immeuble à Alep en Syrie le 17 septembre 2015.

Une enquête préliminaire pour « crimes de guerre » a été ouverte en France le 15 septembre, visant le régime du président Bachar Al-Assad, pour des exactions commises en Syrie entre 2011 et 2013. Après un signalement du Quai d’Orsay, le parquet de Paris a ouvert cette enquête, a confirmé à l’AFP une source proche du dossier. Le ministre des affaires étrangères, Laurent Fabius, a expliqué cette démarche :

« Face à ces crimes qui heurtent la conscience humaine, à cette bureaucratie de l’horreur, face à cette négation des valeurs d’humanité, il est de notre responsabilité d’agir contre l’impunité de ces assassins ».

L’enquête se base notamment sur le témoignage de « César », un ex-photographe de la police militaire syrienne qui s’était enfui de Syrie en juillet 2013, en emportant 55 000 photographies effroyables de corps torturés. Ces clichés, auquel Le Monde a eu un accès exclusif, ont nourri le rapport, dévoilé le 20 janvier 2014 par la chaîne américaine CNN et le quotidien britannique The Guardian, qui accuse le régime syrien d’avoir torturé et tué « à l’échelle industrielle ».

Travail sur la base de photographies

Pour savoir si la justice française est compétente pour juger les responsables présumés de ces crimes, il faut qu’un Français ou un Franco-Syrien figure parmi les victimes, ce que s’attachent à savoir les gendarmes de l’office central de lutte contre les crimes contre l’humanité, les génocides et les crimes de guerre (OCLCHGCG), précise Europe 1.

Ils travailleront notamment à partir des photos accumulées pendant deux ans par cet homme se faisant appeler « César », qui fut photographe aux ordres du régime syrien avant d’être exfiltré de Syrie en juillet 2013. Il dit avoir travaillé dans une unité de documentation de la police militaire syrienne.

L’annonce de cette enquête intervient alors que la crise syrienne est au centre de l’Assemblée générale des Nations unies. François Hollande avait affirmé à l’ONU qu’« on ne peut pas faire travailler ensemble les victimes et le bourreau », excluant ainsi Bachar Al-Assad d’une solution politique au conflit. Le président américain Barack Obama a insisté sur le départ du président syrien pour vaincre les djihadistes de l’Etat islamique (EI), alors que la Russie insiste pour le maintenir au pouvoir.

Lire la synthèse : Au bout d’un an, quel est le bilan de la coalition internationale contre l’EI ?

La France ouvre une enquête pour « crimes de guerre » contre le régime de Bachar-al Assad

Cette enquête s’appuie sur le rapport César, un ancien photographe légiste qui travaillait pour la police militaire syrienne et qui a fui la Syrie en juillet 2013 avec une carte mémoire contenant 55 000 clichés de corps torturés.

Le parquet de Paris a ouvert une enquête pénale le 15 septembre dernier, contre le régime de Bachar al-Assad pour « crimes de guerre », après que le Quai d’Orsay lui a fourni un lourd dossier contenant 55 000 photos d’exactions commises en Syrie entre 2011 et 2013. Cette enquête s’appuie sur le « rapport César », un ancien photographe légiste qui travaillait pour la police militaire syrienne et qui a fui la Syrie en juillet 2013 avec une carte mémoire contenant 55 000 clichés de corps torturés. Selon Laurent Fabius, ce reportage institué « Assad’s secret massacres » (en français : Les massacres secrets d’Assad) témoigne de « la cruauté systématique du régime de Bachar al-Assad ». Le rapport César devait s’ajouter au dossier de l’ONU, sur la responsabilité du régime syrien dans les « tortures de masse ».

11 000 victimes seraient représentées sur ces 55 000 clichés d’une violente insoutenable. Selon Europe 1, seraient photographiés, des cadavres dans un hôpital militaire de Damas, mais également les corps mutilés de prisonniers considérés comme des opposants au régime Assad. César était chargé d’identifier les dépouilles de ces hommes. « Face à ces crimes qui heurtent la conscience humaine, à cette bureaucratie de l’horreur, face à cette négation des valeurs d’humanité, il est de notre responsabilité d’agir contre l’impunité de ces assassins » a déclaré le chef de la diplomatie française.

Le pôle Génocide du tribunal de grande instance de Paris, créé en 2012, serait en charge de l’affaire et aurait jugé le récit du photographe « extrêmement convaincant ». Mais pour que la France puisse juger le régime syrien dans cette affaire, il faudrait qu’un Français ou qu’un Franco-syrien soit identifié parmi les victimes, rapporte Europe 1. C’est à cela que travaillent les autorités de l’office central de lutte contre les crimes contre l’humanité, les génocides et les crimes de guerre (OCLCHGCG).

Bachar al-Assad: la France ouvre une enquête pour « crimes de guerre » contre le régime syrien

ASSAD

Une enquête pénale pour « crimes de guerre » a été ouverte en France visant le régime de Bachar al-Assad, pour des exactions commises en Syrie entre 2011 et 2013, a appris l’AFP mardi 29 septembre. Après un signalement du Quai d’Orsay, le parquet de Paris a ouvert le 15 septembre une enquête préliminaire pour « crimes de guerre », a annoncé une source proche du dossier.

L’information a été confirmée par une source diplomatique. L’enquête se base notamment sur le témoignage de « César », un ex-photographe de la police militaire syrienne qui s’était enfui de Syrie en juillet 2013, en emportant 55.000 photographies effroyables de corps torturés.

« Crimes qui heurtent la conscience humaine »

Le ministère des Affaires étrangères a signalé les faits au procureur de Paris au titre de l’article 40 du code de procédure pénale, qui oblige toute autorité publique à transmettre à la justice les informations qu’elle possède si elle a connaissance d’un crime ou d’un délit quel qu’il soit, a expliqué la source proche du dossier.

Le chef de la diplomatie française Laurent Fabius a invoqué mardi « la responsabilité d’agir contre l’impunité » à propos de l’ouverture de cette enquête. « Il est de notre responsabilité d’agir contre l’impunité », a déclaré Laurent Fabius qui se trouve à New York pour l’Assemblée générale des Nations unies, en dénonçant des « crimes qui heurtent la conscience humaine ».

Les enquêteurs de l’Office central de lutte contre les crimes contre l’humanité, les génocides et les crimes de guerre (OCLCHGCG) ont été chargés de mener les investigations.

Des milliers de photos de tortures

Les enquêteurs travailleront notamment à partir des milliers de photos de tortures accumulées pendant deux ans par cet homme se faisant appeler « César », qui fut photographe aux ordres du régime syrien avant d’être exfiltré de Syrie en juillet 2013. Il dit avoir travaillé dans une unité de documentation de la police militaire syrienne.

L’annonce de cette enquête intervient alors que la crise syrienne est au centre de l’Assemblée générale de l’ONU à New York. Mardi, le président américain Barack Obama a insisté sur le départ du président syrien Bachar al-Assad pour vaincre les jihadistes de l’Etat islamique alors que la Russie insiste au contraire pour le maintenir au pouvoir.

De son côté, le président François Hollande a affirmé lundi à l’ONU qu' »on ne peut pas faire travailler ensemble les victimes et le bourreau », excluant ainsi Bachar al-Assad d’une solution politique au conflit.

Lire aussi :

• Obama et Poutine en première ligne pour une sortie de crise en Syrie

• Les États-Unis et la Russie forcés de s’allier, rare mais pas inédit

#Syrie La justice française a ouvert une enquête contre le régime Assad pour « crimes de guerre« 

(AY-COLLECTION/SIPA)

Une enquête pénale pour « crimes de guerre » a été ouverte en France contre le régime de Bachar al-Assad, pour des exactions commises en Syrie entre 2011 et 2013, a-t-on appris mardi soir.

Après un signalement du Quai d’Orsay, le parquet de Paris a ouvert le 15 septembre une enquête préliminaire pour « crimes de guerre », a annoncé une source proche du dossier, une information confirmée par une source diplomatique. L’enquête se base notamment sur le témoignage de « César », un ex-photographe de la police militaire syrienne qui s’était enfui de Syrie en juillet 2013, en emportant 55.000 photographies effroyables de corps torturés.

« Il est de notre responsabilité d’agir contre l’impunité », a déclaré à New York le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius, en dénonçant des « crimes qui heurtent la conscience humaine ».

Syrie: la justice française ouvre une enquête visant Bachar el-Assad

 LEXPRESS.fr avec AFP

le-president-bachar-al-assad-centre-parle-avec-ses-troupes-dans-le-quartier-jobar-le-31-decembre-2014_5180115Le régime de Bachar al-Assad est soupçonné de crimes de guerre en Syrie.     afp.com

Pour la première fois, le parquet de Paris a ouvert le 15 septembre une enquête pour « crimes de guerre » visant le régime syrien. Celle-ci se base notamment sur les photographies de corps torturés ramenées par un ancien militaire.

Des magistrats et policiers français vont enquêter sur le conflit syrien. Pour la première fois, une enquête préliminaire pour « crimes de guerre » et visant le régime de Bachar el-Assad a été ouverte en France. C’est après un signalement du Quai d’Orsay que le parquet de Paris a pris cette décision le 15 septembre dernier, a précisé mardi une source proche du dossier, confirmant des informations d’Europe 1.

L’enquête pénale vise plus précisément les exactions commises en Syrie entre 2011 et 2013, présumément par le pouvoir syrien en place. « Face à ces crimes qui heurtent la conscience humaine, à cette bureaucratie de l’horreur, face à cette négation des valeurs d’humanité, il est de notre responsabilité d’agir contre l’impunité de ces assassins », a commenté le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius dans une déclaration transmise.

Ce sont les enquêteurs de l’Office central de lutte contre les crimes contre l’humanité, les génocides et les crimes de guerre (OCLCHGCG) ont été chargés de mener les investigations.

« Tortures de masse »

L’enquête se base notamment sur le témoignage de « César », un ex-photographe de la police militaire syrienne qui s’était enfui de Syrie en juillet 2013, en emportant 55 000 photographies effroyables de corps torturés. Cet homme dit avoir travaillé dans une unité de documentation. Le « rapport César -des milliers de photos insoutenables, authentifiées par de nombreux experts, qui montrent des cadavres torturés et morts de faim dans les prisons du régime- témoigne de la cruauté systématique du régime de Bachar al-Assad », a estimé Laurent Fabius, qui se trouve à New York pour l’Assemblée générale des Nations unies.

Lors d’une conférence de presse à Paris en mars 2014, plusieurs photos d’une cruauté insoutenable, provenant d’une carte-mémoire emportée par « César », avaient été projetées à l’Institut du monde arabe. Ecrit en anglais en lettres couleur sang, et intitulé « Assad’s secret massacres » (les massacres secrets d’Assad), le photoreportage était destiné aux instances internationales dont l’ONU, pour instruire un dossier sur la responsabilité du régime dans des « tortures de masse ».

Des corps décharnés

Sur ces clichés, on voyait des yeux arrachés, des gens avec des lésions sur le dos ou le ventre, des corps décharnés et aussi une photo montrant une centaine de cadavres gisant dans un hangar, au milieu de sacs de plastique devant servir à les enterrer. Damas avait alors qualifié ce rapport de « politique ».

Le chef de la diplomatie française a appelé l’ONU et notamment la Commission d’enquête internationale sur la Syrie « à poursuivre avec une détermination renforcée son enquête ». Le Quai d’Orsay a signalé les faits au procureur de Paris au titre de l’article 40 du code de procédure pénale, qui oblige toute autorité publique à transmettre à la justice les informations qu’elle possède si elle a connaissance d’un crime ou d’un délit quel qu’il soit.

Enquête en France contre Bachar al-Assad : « Notre responsabilité est d’agir contre l’impunité », dit Laurent Fabius

Le ministre des Affaires étrangères a commenté l’ouverture en France de l’enquête pénale visant le régime de Bachar al-Assad.

Laurent Fabius, le 29 septembre 2015 à New York
Crédit : AFP  Laurent Fabius, le 29 septembre 2015 à New York

« Il est de notre responsabilité d’agir contre l’impunité », a-t-il ainsi déclaré. « Face à ces crimes qui heurtent la conscience humaine, à cette bureaucratie de l’horreur, face à cette négation des valeurs d’humanité, il est de notre responsabilité d’agir contre l’impunité de ces assassins », a affirmé le ministre des Affaires étrangères ». L’enquête se base notamment sur le témoignage de « César« , un ex-photographe de la police militaire syrienne qui s’était enfui de Syrie en juillet 2013, en emportant 55.000 photographies effroyables de corps torturés. Le « rapport César – des milliers de photos insoutenables, authentifiées par de nombreux experts, qui montrent des cadavres torturés et morts de faim dans les prisons du régime – témoigne de la cruauté systématique du régime de Bachar  al-Assad », a affirmé M. Fabius, qui se trouve à New York pour l’Assemblée générale des Nations unies.

Le chef de la diplomatie française a appelé l’ONU et notamment la Commission d’enquête internationale sur la Syrie « à poursuivre avec une détermination renforcée son enquête ». Le Quai d’Orsay a signalé les faits au procureur de Paris au titre de l’article 40 du code de procédure pénale, qui oblige toute autorité publique à transmettre à la justice les informations qu’elle possède si elle a connaissance d’un crime ou d’un délit quel qu’il soit. Les enquêteurs de l’Office central de lutte contre les crimes contre l’humanité, les génocides et les crimes de guerre (OCLCHGCG) ont été chargés de  mener les investigations.

Le parquet de Paris a ouvert l’enquête préliminaire le 15 septembre dernier après que le Quai d’Orsay lui a fourni les 55.000 éléments photographiques mettant en avant les corps torturés des opposants au régime de Bachar al-Assad.

La France en croisade contre les « crimes de guerre » du régime Assad

Le parquet de Paris a ouvert une enquête pénale préliminaire pour des exactions commises en Syrie par le gouvernement de Bachar el-Assad.

Source AFP | Le Point.fr

Le 20 août 2011, des membres de la communauté syrienne de France ont manifesté contre le régime Assad.
Le 20 août 2011, des membres de la communauté syrienne de France ont manifesté contre le régime Assad.Copyright (c) 1998 Hewlett-Packard Company©Michel Stoupak

=========

commentaires

fr
vive le FN et Poutine ! le journaliste est insupportable…
L’abus d’OTAN est dangereux pour la santé
Le problème semble plus vaste qu’il n’est présenté par les médias. En gros, Poutine, en fonction des accords géo-stratégiques majeurs passés avec la Syrie, ne lâchera pas Bachar al-Assad. L’OTAN, inquiet des ces accords qui privilégient la Russie en Méditerranée du sud (un peu comme pour l’Ukraine et la Mer Noire), refuse ce leadership géographique et veut évincer Bachar, ce qui annulerait, de fait, ces accords. Comme on peut le constater, la guerre froide n’est pas finie et l’OTAN est prête à sacrifier la sécurité de l’Europe pour garder la « pôle position ». Actuellement, l’état syrien, avec l’aide des russes, reste (malheureusement) le plus efficace dans le conflit contre Daesh sur son propre territoire et le destituer ouvrirait une grande brèche à l’état islamique (les russes se retirant). Fermer cette faille impliquerait une occupation militaire de l’OTAN en Syrie, ce qui a très très peu de chance de se produire dans l’immédiat. Donc la question que l’on peut se poser est la suivante : vaut-il mieux une Russie plus présente et plus proche au niveau stratégique ou laisser l’état islamique progresser sur toute la frontière sud de la Turquie ? En poussant plus loin : doit-on craindre que la Russie, à terme, domine l’Europe ou que l’état islamique s’infiltre profondément dans toute l’Union Européenne, attendant le jour de l’insurrection islamique ? A ces questions, F. Hollande a déjà répondu : « Daesh c’est le mal et Bachar Al-Assad est très très méchant »… Citoyen, fais ton choix…
  • korben      BACHAR ennemi public n°1 de la FRANCE invité d’honneur de la fête nationale du 14 juillet ……..je ne pense pas que l’on puisse se changer en dictateur sanguinaire en quelques mois , et oui , ainsi va le monde , alors messieurs les politiques socialistes un peu d’humilité les français ont la mémoire longue

  • sissi08       Vont-ils l’éliminer comme pour Kadafi sous NS ? Ils sont prêts à tout au PS. J’en ai froid dans le dos. M. Poutine lui donnera au pire, l’asile politique pour éviter un bain de sang.

  • papou5201       Et vous Mr Fabius vous êtes encore au pouvoir avec les casseroles qui vous poursuivre depuis 1980
    Alors Mr le donneur de leçons balayer devant votre porte avant de donner des leçons de morale vous êtes très mal placé pour être crédible !!!!!!!
  •  ………………….  •

    • Massacre de la Ghouta 2013
      Wikipedia :
      En janvier 2014, Richard Lloyd, ancien inspecteur de l’ONU spécialiste des missiles, et Theodore Postol, professeur au MIT, publient un rapport de 23 pages selon lequel le régime syrien ne peut être tenu responsable du massacre. Ils ont pour cela étudié des « centaines » de photos et des vidéos d’ogive, de restes de roquettes, d’impacts sur le sol, et de barils contenant le gaz sarin, publiées sur Internet, et se sont livrés à une analyse physique interne qui a permis, selon le docteur George Stejic, directeur des laboratoires Tesla qui emploient Richard Lloyd, d’établir le volume de gaz sarin utilisé, la portée des missiles, leur direction ainsi que l’endroit d’où ils ont été tirés. Le rapport contredit le rapport américain, notamment en affirmant que les roquettes tirées étaient de courte portée, une conclusion que François Géré, directeur de l’Institut français d’analyse stratégique (Ifas), juge « crédible », d’autant plus qu’elle est évoquée par le rapport final de l’ONU. Or, le rapport américain affirme que les roquettes ont été tirées depuis le « coeur » du territoire contrôlé par le régime à Damas : au contraire, tout point situé à deux kilomètres des impacts se situe en territoire rebelle. Mais d’après François Géré et Olivier Lepick, il est probable que le régime ait avancé ses vecteurs de lancement au plus près des positions adverses, pour réduire le temps de passage au-dessus de ses propres troupes et ainsi diminuer les risques de bavure. Olivier Lepick affirme par ailleurs : « Ce rapport repose sur beaucoup d’hypothèses très difficiles à vérifier d’un point de vue technique, telles que la portée des missiles, la distance qu’ils ont parcourue et le calcul des charges de propulsion ». De son côté, l’ONU ne souhaite pas commenter le rapport29.

      En juin 2014, dans un éditorial du journal Le Point, Franz-Olivier Giesbert, affirme en citant Richard Lloyd, que seuls les rebelles djihadistes ont pu perpétrer l’attaque chimique de Ghouta. Il accuse notamment le quotidien Le Monde et le gouvernement français, d’avoir désigné sans preuves, afin de justifier d’éventuelles frappes à venir, le régime de Bachar al-Assad

    • Kazuma  • 

      Ces sacro-saints gauchistes de france qui ont armé des islamistes qui ne sont rien d’autres que des terroristes, essaient de donner des leçons aux autres, c’est comique.

      Irreductible Gaulois  • 

      Fabius est plus fort pour juger les autres que pour répondre de ses actes.

      daniel  • 

      Ah, quel clown cet Hollandouille 1er !!!

      Monkey63  • 

      Fabius se prend vraiment pour un être supérieur aux autres. Il accumule bêtises sur bêtises et,maintenant il pense que la France peut se substituée au Tribunal pénal International seul habilité à juger les crimes de guerre. Pendant ce temps là notre Justice qui à déjà fort à faire perd tu temps avec les obsessions de Fabius.

      marcel57  • 

      d’accord mais aussi enquète sur les responsables français qui ont livré depuis 4 ans des armes aux djihadistes se faisant complices de la poursuite de la guerre et du génocide des minorités religieuses en cours

      françois  • 

      La France et surtout le « moi je », feraient mieux de s’occuper de ses fesses, la Syrie ne fait pas partie de l’Europe, donc!!!!!!!!!!!!!!!!!!De quoi il se mêle le plouck!

      Anis Bal  • 

      les grands fo Q..que sont obaba et moajeu….on bombarde les rebelles en SYRIE..qui se battent contre bachar (apres les avoir armés) Mais on ne veut pas s’allier avec les RUSSES,car ils sont alliés a POUTINE..!!.

      Vivement 2017  • 

      cette bande de tarés feraient de faire des enquêtes sur les crevards djihadistes qui se trouvent EN FRANCE …..le danger est là pour nous chaque jour !

      Corrina  •

      Hollande ou l’art de retourner sa veste !
      il y a quelques temps il finançait, maintenant il sanctionne !
      il est difficile de le comprendre !
      et quand va-t-il s’occuper de NOS problèmes ?

    Alain Mille  • 

    • encore une salauperie de propagande de guerre, relayée par les merdias aux ordres du système oligarchique, dont hollande et fabius sont les puthers soumises

      Rascasse  •

      Que la justice française s’occupe en priorité des crimes contre l’humanité vivant dans la France
      il y a de quoi faire avec toute la pourriture qu’on a ici.

    Publicités

    Laisser un commentaire

    Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

    Logo WordPress.com

    Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

    Image Twitter

    Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

    Photo Facebook

    Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

    Photo Google+

    Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

    Connexion à %s

    %d blogueurs aiment cette page :