Pas d’amalgame: tous des enculés

Laisser un commentaire


9512

Le Medef juge « choquant » le parachute doré de Michel Combes

 LEXPRESS.fr

le-pdg-d-alcatel-lucent-michel-combes-le-16-juin-2015-a-paris_5405839Le PDG d’Alcatel-Lucent Michel Combes, le 16 juin 2015 à Paris. afp.com/KENZO TRIBOUILLARD

Thibault Lanxade, le vice-président du Medef, a indiqué qu’il allait regarder de près les 14 millions d’euros que pourrait toucher Michel Combes en quittant Alcatel. Pour lui, ses résultats ne sont pas à la hauteur de la somme évoquée.

Le vice-président du Medef, Thibault Lanxade, a jugé « choquantes » lundi les « primes » d’un montant de près de 14 millions d’euros que pourrait toucher Michel Combes à l’occasion de son départ d’Alcatel-Lucent et a indiqué que l’organisation patronale allait étudier le dossier. Les sommes attribuées au directeur général du groupe franco-américain, sous forme d’actions, « sont d’autant plus choquantes que les résultats n’étaient pas, on va dire, au rendez-vous », a déclaré le représentant de l’organisation patronale sur RTL.

Le Medef et son « code de bonne conduite »

La direction de l’équipementier sur le point d’être racheté par Nokia a défendu le bilan de Michel Combes, qui « a permis de multiplier par 6 la valeur de l’entreprise et l’a sauvée de la faillite », selon elle, mais les syndicats dénoncent le fait que ce redressement se soit traduit par 10 000 suppressions de postes entre 2013 et 2015, dont 600 en France.

« Il y a un code de bonne conduite qui permet justement de faire en sorte que les rémunérations qui sont octroyées aux dirigeants soient conformes à ce qui a été décidé par les entreprises, et également validées par l’Autorité du marché des contrôles financiers, et par Bercy », a souligné Thibault Lanxade. « Donc il faut maintenant que l’on regarde attentivement: est-ce que pendant cette période il y a eu une très forte performance de l’entreprise? Est-ce que les montants étaient adossés sur des prises de risques, des critères bien définis? », a-t-il précisé.

Choquant mais légal

Michel Combes va quitter son poste mardi en recevant 4,5 millions d’actions sur trois ans, selon des documents officiels cités par le Journal du Dimanche, qui chiffre ces « primes » de départ à 13,7 millions d’euros.

Le président de la Confédération générale des petites et moyennes entreprises (CGPME), François Asselin, a aussi estimé lundi sur LCI, que le versement d’une telle somme peut « paraître choquant ». « C’est à des années lumière de ce que peuvent connaître les patrons de PME », a-t-il souligné. « Cela doit nous poser une question à nous tous: quel est notre rapport à l’argent, personnellement, mais aussi collectivement? Parce que tout cela s’est fait en totale transparence, on ne peut pas le nier. Un conseil d’administration a décidé d’une telle rémunération, cet argent lui est dû contractuellement », a relevé François Asselin.

Alcatel-Lucent : Michel Combes justifie sa rémunération

Le Monde.fr avec AFP et Reuters

Michel Combes quittera la direction générale d'Alacatel-Lucent le 1er septembre.

Vivement critiqué après les révélations sur ses conditions de départ de la direction générale d’Alcatel-Lucent dans Le Journal du dimanche du 30 août, Michel Combes se défend. Dans une interview donnée aux Echos, le patron de l’équipementier télécoms franco-américain depuis avril 2013 revient sur son bilan à la tête de l’entreprise, et se dit « plutôt fier du travail accompli ».

« Je l’ai rejoint en quasi-faillite et les candidats pour la diriger n’étaient pas nombreux », affirme Michel Combes, qui doit quitter son poste le 1er septembre en recevant 4,5 millions d’actions sur trois ans, selon des documents officiels cités par Le JDD, qui chiffre ces « primes » de départ à 13,7 millions d’euros. Un « montant significatif », reconnaît le directeur général d’Alcatel-Lucent, « mais cela signifie que j’ai réussi à créer de la valeur et que l’entreprise est sauvée ».

Le directeur général du groupe franco-américain a également nié toute volonté de cacher cette rémunération, rappelant que « tous les éléments de rémunération ont été rendus publics en mai et présentés à l’assemblée générale des actionnaires, il y a eu une transparence absolue ».

« Il y a un code de bonne conduite »

Depuis les révélations du JDD, politiques et chefs d’entreprise ont vivement critiqué la rémunération du futur-ancien patron de l’équipementier télécoms, soumis à un vaste plan d’économies qui a conduit à 10 000 suppressions de postes dont 600 en France.

Le vice-président du Medef, Thibault Lanxade, a dit comprendre lundi 31 août, sur RTL, que ces rémunérations « choquent » et a indiqué que l’organisation patronale allait étudier le dossier. Les sommes attribuées à M. Combes, sous forme d’actions, « sont d’autant plus choquantes que les résultats n’étaient pas, on va dire, au rendez-vous », a déclaré le représentant de l’organisation patronale.

« Il y a un code de bonne conduite qui permet justement de faire en sorte que les rémunérations qui sont octroyées aux dirigeants soient conformes à ce qui a été décidé par les entreprises, et également validées par l’autorité du marché des contrôles financiers et par Bercy. (…) Donc, il faut maintenant que l’on regarde attentivement : est-ce que pendant cette période il y a eu une très forte performance de l’entreprise, est-ce que les montants étaient adossés sur des prises de risques, des critères bien définis ? »

« Il faut du bon sens, de la mesure, de la retenue »

Pour le président de la Confédération générale des petites et moyennes entreprises (CGPME), François Asselin, qui s’exprimait sur LCI, « cela doit nous poser une question à nous tous : quel est notre rapport à l’argent, personnellement mais aussi collectivement, parce que tout cela s’est fait en totale transparence, on ne peut pas le nier, un conseil d’administration a décidé d’une telle rémunération, cet argent lui est dû contractuellement », a relevé M. Asselin.

Le ministre des finances, Michel Sapin, a de son côté appelé sur France Info Michel Combes à la retenue.

« Dans le monde d’aujourd’hui, avec les difficultés que les uns et les autres rencontrent, à un moment donné il faut un peu de bon sens, un peu de mesure, un peu de retenue et là, en l’occurrence, M. Combes n’en a pas eu. »

Des rémunérations votées par l’assemblée des actionnaires

Dans un communiqué publié dimanche, Alcatel-Lucent a défendu le bilan de M. Combes qui « a permis de multiplier par six la valeur de l’entreprise et l’a sauvée de la faillite ». « Il a certes redressé le groupe, mais cela s’est fait au prix d’un plan social d’une violence sans précédent », lui a répondu la CFE-CGC.

L’équipementier a, en outre, précisé que la partie rémunération en actions n’était pas une « prime liée à son départ » mais un versement soumis à la réussite du mariage avec Nokia. En outre, précise l’entreprise, « tout montant publié relève d’hypothèses non réalisées et non vérifiables sur le cours des actions attribuées d’ici à 2018 ».

Alcatel-Lucent a fait savoir dimanche à Reuters que Michel Combes, appelé à prendre la présidence de Numericable-SFR et la direction des opérations d’Altice au niveau mondial, bénéficiait « des dispositifs de rémunération tels que votés par l’assemblée des actionnaires et décidés par le conseil d’administration ».

Lire aussi : La Commission européenne autorise le rachat d’Alcatel-Lucent par Nokia

Le patron d’Alcatel-Lucent justifie ses primes de départ face aux critiques

Thibault Lanxade, vice-président du Medef, a estimé, lundi, au micro de RTL, que ces rémunérations sont d’autant plus choquantes que les résultats n’étaient pas au rendez-vous.

Le directeur général d'Alcatel-Lucent, Michel Combes, lors d'une conférence de presse à Paris, le 6 février 2015.
Le directeur général d’Alcatel-Lucent, Michel Combes, lors d’une conférence de presse à Paris, le 6 février 2015. (JACQUES DEMARTHON / AFP)

Le montant fait grincer des dents, y compris dans les rangs du Medef. Au micro de RTL, le vice-président de l’organisation patronale, Thibault Lanxade, a sévèrement commenté, lundi 31 août, les primes de 13,7 millions d’euros sur trois ans dont pourra bénéficier le directeur général Michel Combes, lors de son départ d’Alcatel-Lucent.

Michel Sapin regrette une « absence de bon sens »

« Je peux comprendre que ces rémunérations choquent, mais elles sont d’autant plus choquantes que les résultats n’étaient pas, on va dire, au rendez-vous », a souligné le responsable patronal. Thibault Lanxade va regarder « attentivement » les rémunérations consenties, au vu du code de bonne conduite du Medef. Les syndicats rappellent combien le groupe a souffert ces deux dernières années, avec la suppression de 10 000 postes dans le monde, dont 700 en France.

Au gouvernement aussi, l’annonce passe mal. « Si chacun se regardait lui-même et prenait des décisions à la mesure de ce qui est acceptable aujourd’hui, il agirait autrement », a commenté Michel Sapin, au micro de France info. Le ministre des Finances a, lui aussi, dénoncé les conditions de départ du dirigeant : « Dans le monde d’aujourd’hui, avec les difficultés que les uns et les autres rencontrent, à un moment donné, il faut un peu de bon sens, un peu de mesure, un peu de retenue et, là, en l’occurrence, Michel Combes n’en a pas eu. »

Michel Combes contre-attaque

Mais Michel Combes se défend. Dans une interview accordée aux Echos, il justifie cette rémunération et se déclare « fier du travail accompli » à la tête de l’entreprise. « Comme le cours de bourse de l’entreprise s’est apprécié, on atteint un montant significatif, je le reconnais. Mais cela signifie que j’ai réussi à créer de la valeur et que l’entreprise est sauvée, alors que je l’ai rejoint[e] en quasi-faillite et que les candidats pour la diriger n’étaient pas nombreux », plaide-t-il.

Le directeur général du groupe franco-américain nie toute volonté de cacher cette rémunération, rappelant que « tous les éléments de rémunération ont été rendus publics en mai et présentés à l’assemblée générale des actionnaires, il y a eu une transparence absolue ». Il explique ne pas percevoir « d’indemnité de départ », mais seulement la part variable de sa rémunération. « J’avais des actions valorisées comme celles des autres collaborateurs en bénéficiant. On a vu des patrons cumuler indemnités et actions, cela n’a pas été mon cas. A chaque fois, j’ai accepté les solutions les mieux adaptées pour l’entreprise », souligne-t-il.

Alcatel-Lucent : Michel Combes défend sa rémunération

Le directeur général du groupe, qui doit percevoir près de 14 millions d’euros à son départ mardi, se dit « fier du travail accompli ».

Le Point.fr

Michel Combes à Paris, le 26 mai 2015.
Michel Combes à Paris, le 26 mai 2015.©THOMAS SAMSON/AFP

===========

commentaires

Vince007                                                C’est exactement ce que nous ne devons pas laisser faire. C’est juste scandaleux et parfaitement injuste. On licencie pour accroître les bénéfices et les dirigeants se gavent … ou va t on?

moutarde                                               Migrants de Calais: Bruxelles va accorder 5 millions à la France Michel Combes Alcatel 14 M° € ,,,??? Y’a rien qui choque là ?

jehanne54jehanne54                             Confidence pour confidence, moi aussi ça me choque, et comment !

gus                                                         Si encore il marquait des buts… Mais, c’est sûr, il touche pas sa bille au foot… Même que, peut-être, il ne lit même pas l’Equipe !

 Eric Boudry                                 Oui c’est choquant. Ne pas arrondir à 14, quelle mesquinerie chez les sans dents.

frenchie                                                   Arrêtons les tartufferies populistes, à moins d’être maladivement jaloux. Le gars a été recruté pour sauver ce qui pouvait l’être et le vendre à la première occase. Il n y avait pas 36 volontaires. Il l’a fait, à la surprise de beaucoup. sur le principe il mérite une prime, point. en actions, elle résulte d’une négociation entre capitalistes aguerris via leurs représentants, l’assemblée générale, et leur dévoué serviteur. Il a juste bien joué, sans se cacher d’ailleurs, serait ce là l’erreur?

Deo gratias                                              Arthur Comte. Qui c’est celui là?

eol                                                            Fermer des sites et licencier des centaines de personnes, effectivement cela doit demander des compétences très pointues ! Nos dirigeants ont vraiment des égos sur-sur-dimensionnés… pour croire et penser que leur travail mérite une telle rémunération. Content de ne plus être chez Sfr, c’est tjrs ça que le CA de cette entreprise ne pourra lui verser !

LM1342                                                    Bravo Labaza. Vous avez tout dit et bien dit !

Keepcool                                                 Il n’y a rien de choquant. Je considère que c’est une affaire de droit privé, que l’état n’a pas à mettre son nez dans des affaires de société privée.

Les seuls qui ont un mot à dire ce sont les actionnaires car c’est leur argent.
Pour mémoire un certain Zlatan gagne au moins ce montant par an pour taper dans un ballon et la ça ne gêne personne.
Allez comprendre

YAOUNDE                                                 La foire aux faux-culs.   Politiques, syndicats d’Alcatel, sont dans ce domaine de super faux culs. Ces indemnités sont prévues dans le contrat du dirigeant, elles sont approuvées en conseil d’administration, le procès-verbal est connu. Alors attendre que le PDG parte pour avoir l’air de dire qu’il part avec un parachute, c’est vraiment prendre à témoin un public qui n’avait pas à savoir. L’argent que touche ce patron, pour excessif que cela puisse m’apparaitre, n’est pas retiré de la poche des français, Alcatel-Lucent ne gagne pas de l’argent qu’en France. Lorsqu’un dirigeant d’une structure étatique se fait payer 40. 000€ de taxis, c’est bien les français qui paient, et cela a produit quoi comme richesse, cela a donné quoi comme boulot aux français et là nos politiques qui mangent au même râtelier ne disent mot. Les cagnottes « Assemblée Nationale », « Sénat », c’est bien de l’argent public, et là silence. Les fonds ministériels, encore de l’argent public, et là encore silence. Cessons de bêler sur les sujets choisis par nos politiques, et leurs associés syndicalistes. C’est l’hôpital qui se fout de la charité.
Labaza                                                      Pas médiatisé, pas pris   L’hésitation du MEDEF est bien compréhensible. Si ils condamnent fermement, comment pourront ils par la suite faire la même chose ? Le tord de Mr Combes est de s’être fait prendre et de donner à Sapin l’occasion de lui faire une leçon de morale comme à un petit garçon. De quel droit se permet il de juger comme cela un dirigeant d’entreprise, et lui dicter sa conduite, lui qui n’a jamais rien démontré d’autre que sa capacité à contorsionner les chiffres pour faire passer ses échecs pour des réussites.

Quant à ceux qui sont « choqués » par ces montants qui, sous forme de distribution d’actions, ne sont pas pris sur les rémunérations des salariés, sont ils aussi « choqués » par les salaires des footballers, des acteurs « bankables » comparés aux intermittents, des guignols de canalplus et autres présentateurs, animateurs médiatiques ? Si on s’insurge contre Mr Combes, on doit s’insurger aussi contre tous ces autres excès.

aw35                                                            Indécent! Certes tout cela est excessif ! Voilà Sapin qui s’en mêle ! Un exécutif dont attend toujours les résultats ? Mais qui continue comme si de rien était à sévir ! Bon ou pas bon ils sont toujours recyclés. Les français seraient en droit de demander des comptes à « l’entreprise France » gérée par des politiciens de tout bord ! Ils ne réussissent pas, qu’importe ! Le contribuable est là pour alimenter leurs salaires, les retraites et leurs avantages et tout le toutim sans rien avoir en retour. Alors qu’un gvt se permette de faire la morale aux autres je trouve cela très, très indécent
Claude 94                                                  Légal, honnête, transparent.Mérité ? Difficile de l’affirmer.   Mais 14 millions d’Euros, c’est beaucoup, beaucoup, beaucoup d’argent.  Certains peuvent penser que c’est trop.                                       La réponse habituelle à cette critique est de dire qu’aux USA c’est très habituel et que tout le monde trouve ça normal.
DIDIER07                                                   Choquant ! Choquant ! Quelle bande de faux-culs ! Ils auraient tous voulu faire ce qu’il a fait pour toucher le pactole.  Tous critiquent et crachent dans la soupe mais rêvent de toucher le gros lot.
 cc0031                                                        Pour moi non la compétence a un prix, et lui a réussi à redresser la société.  Quel dommage que le gouvernement n’ait pas ces qualités.
  • Les gars qui ont été licenciés lors des fermetures de leurs sites étaient eux aussi fier de leur travail accompli. Est-ce qu’ils ont bénéficié d’une belle prime pour autant ?

    jb  •

    Qu Hollande applique les 75% au dessus d un million. Il lui en restera toujours trop pour que cela soit honnête

    eric  • 

    MARINE VITE TRES VITE

    thomas  • 

    Si tout était prévu et « normal », il n’y aurait pas eu besoin de retoucher aux statuts de l’entreprise pour lui permettre de toucher ce pactole !!

    frederic  • 

    il se dit fier du travail accompli.. c’est le problème de ces gens là: ils trouvent leur médiocrité merveilleuse!

    martine s  • 

    en même temps c’est ton boulot mec pas de quoi te valoriser

    Anis Bal  • 

    il est fier du travail accompli…ah bon …quoi par exemple ?

    bouaboua  • 

    Normal qu’il se défende …Pif !!

    T’homme  •  

    voila le Saint Mot du salut  » la bourse valorisée !! »
    ben tiens !!
    la bourse c’est simple plus tu vires de mecs plus les actions montent donc virer 10 000 gars ça a plu à la bourse !!
    des boites bien cotées y en a de plus en plus; reste que soit on délocalise soit on vire 50% de la boite en demandant des efforts aux employés qui finiront virés pour une bonne part et le branquignole de dirlo lui part avec l’équivalent de 1000ans de salaire d’un gars au SMIC !!
    c’est certainement un surhomme ?
    non arrivé là ce sont des sous hommes, des moins que rien, qui pour se persuader d’avoir une valeur ont besoin d’énormément de fric pour se rassurer d’être quelqu’un !

    mettez les en auto entrepreneur et après demain ils sont mendiants car mis à part exploiter les autres ils ne savent rien faire !
    des gars comme lui dirigent le monde, nos politiciens sont formés comme ce gars mis à part eux et le fric le reste importe peu !!!

    Icha  •

    Toutes ces rémunérations de ces grands patrons, on tout de même de quoi choquer .

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :