-2973

Paris Plages: Une conseillère PG dénonce «l’indécence» d’une journée mettant Tel Aviv à l’honneur

Illustration de Paris Plage le 20 juillet 2015 à Paris.
Illustration de Paris Plage le 20 juillet 2015 à Paris. – Michel Euler/AP/SIPA

20 Minutes avec AFP

Une réaction irritée. La conseillère de Paris Danielle Simonnet (Parti de Gauche) a dénoncé ce samedi « l’indécence » d’organiser une journée « Tel Aviv sur Seine » le 13 août dans le cadre de l’opération Paris Plages et demandé au maire de Paris de revoir la programmation.

« Le cynisme de l’organisation d’une telle journée dans le cadre de Paris Plages atteint les sommets de l’indécence », affirme Danielle Simonnet dans un communiqué, alors que le sujet est déjà très présent sur Twitter, avec de nombreux messages à caractère antisémite.

Partenariat culturel

Le programme de Paris Plages prévoit le 13 août une journée « Tel Aviv sur Seine ». « Dans le cadre de ses partenariats culturels avec les grandes villes du monde, Paris Plages mettra Tel Aviv à l’honneur l’espace d’une journée : Au programme food trucks, DJ set, animations ludiques et gratuites », décrit le site internet de l’animation.

« Tout juste une année après les massacres sur la bande de Gaza par l’Etat et l’armée israélienne et alors que le gouvernement israélien intensifie sa politique de colonisation avec les drames que l’on connaît, la Ville de Paris ose organiser « dans le cadre de ses partenariats culturels avec les grandes villes du monde » une journée mettant à l’honneur Tel Aviv et ses ambiances festives à Paris Plages », déclare Danielle Simonnet.

Pas de débat sur les Palestiniens

« Aucun échange avec des Israéliens humanistes n’y est prévu, encore moins un débat sur la situation du peuple palestinien », déplore-t-elle.

« Madame la Maire de Paris, il est encore temps, soit d’annuler cette manifestation soit d’en modifier radicalement la programmation en permettant, avec la diversité associative et citoyenne parisienne des rencontres-débats sur les événements de l’an dernier et la situation actuelle », a encore écrit la conseillère PS à l’adresse du maire, Anne Hidalgo.

Paris-Plages : la polémique enfle autour de «Tel-Aviv Sur Seine»

Ronan Tésorière

Paris-Plages accueille le 13 août l'événement «Tel-Aviv sur Seine».
Paris-Plages accueille le 13 août l’événement «Tel-Aviv sur Seine». LP/Margaux Panaye

Jeudi 13 août, Paris-Plages prendra des faux airs de plage de Tel-Aviv, grande ville côtière israélienne et haut lieu de la fête à travers le monde. Cette opération de partenariat entre la capitale française et la capitale économique d’Israël a pris le nom de «Tel-Aviv Sur Seine».

Cette initiative festive ne durera qu’une seule journée sur un mois de manifestation «balnéaire» sur les quais parisiens. Au programme : présence de foodtrucks proposant des spécialités locales, animations ludiques et gratuites, un DJ en soirée

Mais l’initiative n’est pas du goût de tout le monde. Depuis 24 heures, la polémique enfle sur les réseaux sociaux : de nombreux internautes s’insurgent de l’organisation d’un tel événement faisant un rapport direct avec la politique de l’Etat d’Israël et des tragiques événements récents, qui ont coûté la vie à un bébé palestinien et à son père suite à un acte de terrorisme d’extrémistes israéliens. Ce week-end, le mot clé «#TelAvivSurSeine» faisait partie des sujets les plus discutés sur le réseau social Twitter et des élus de Paris ont commencé à s’emparer du dossier.

Le sujet, brûlant, est l’occasion de messages d’opposition «classique» mais aussi de nombreux commentaires parfois très agressifs ou antisémites sur les réseaux sociaux.

Certaines personnalités politiques ou journalistiques ont réagi sur Twitter aux attaques contre cet événement. Claude Askolovitch, a ainsi écrit : «Tel-Aviv est vibrante, ouverte, tolérante, gay… L’antithèse des colonies? Et le contraire des obsédés qui hurlent contre #TelAvivSurSeine.»

Aurore Bergé, élue Les Républicains dans les Yvelines, a aussi commenté ce déferlement : «C’est sympa cette coalition anti#TelAvivsurSeine. De Soral au Parti des Indigènes en passant par BDS. Ce que la France a de meilleur.»

Plus virulente, la conseillère de Paris Danielle Simonnet (Parti de Gauche) a dénoncé ce samedi dans la soirée «l’indécence» d’organiser une journée «Tel Aviv sur Seine». «Le cynisme de l’organisation d’une telle journée dans le cadre de Paris Plages atteint les sommets de l’indécence», affirme Danielle Simonnet dans un communiqué. «Tout juste une année après les massacres sur la bande de Gaza par l’Etat et l’armée israélienne et alors que le gouvernement israélien intensifie sa politique de colonisation avec les drames que l’on connaît, la Ville de Paris ose organiser dans le cadre de ses partenariats culturels avec les grandes villes du monde une journée mettant à l’honneur Tel Aviv et ses ambiances festives à Paris Plages», déclare l’élue proche de Jean-Luc Mélenchon. «Aucun échange avec des Israéliens humanistes n’y est prévu, encore moins un débat sur la situation du peuple palestinien», déplore-t-elle. «Madame la Maire de Paris, il est encore temps, soit d’annuler cette manifestation soit d’en modifier radicalement la programmation en permettant, avec la diversité associative et citoyenne parisienne des rencontres-débats sur les événements de l’an dernier et la situation actuelle», a encore écrit la conseillère PS à l’adresse du maire, Anne Hidalgo.

La Mairie de Paris fait de la pédagogie

Côté Mairie de Paris, on a bien pris la mesure de cette indignation des réseaux sociaux et des risques qui pourraient peser sur l’événement. «On a pris acte de l’agitation sur les réseaux sociaux. On adaptera le dispositif de sécurité à la situation en relation avec la préfecture de Police de Paris. Mais on tient surtout à faire de la pédagogie sur la réalité uniquement festive de l’événement», explique-t-on à l’Hôtel de Ville, interrogé par leParisien.fr.

«Ce partenariat culturel s’est construit en mai dernier, lors du voyage de la Maire de Paris dans les villes israéliennes et palestiniennes. A cette occasion, Anne Hidalgo avait annoncé sa volonté de renforcer les échanges entre Paris et les collectivités de ces deux pays. Autre concrétisation de ce voyage : une série d’actions de coopération décentralisée avec la Palestine. En juillet, le Conseil de Paris a ainsi étendu les partenariats entre Paris et Bethléem dans le domaine de la gestion de l’eau», précise-t-on également.

La mairie entend appeler «à l’apaisement et à bien faire la part des choses». Le Bureau national de vigilance contre l’antisémitisme (BNVCA) a lui saisi le Préfet de Police de Paris, lui demandant de prendre toutes les dispositions qui permettront que «ces journées de convivialité et de détente ne soient ni empêchées, ni perturbées».

« Tel-Aviv sur Seine » : la mairie de Paris ne renonce pas, malgré la polémique

Le Monde.fr

De nombreux internautes, des politiques et des associations ont dénoncé l’organisation de cette manifestation mettant Tel-Aviv à l’honneur, dans le cadre de Paris Plage.

Depuis quelques jours, de nombreux internautes et plusieurs associations protestent contre l’organisation, dans le cadre de l’événement Paris Plages, d’une journée intitulée « Tel-Aviv sur Seine ».

Au programme de cette « journée culturelle et festive », le 13 août, des « foodtrucks, DJ set, animations ludiques et gratuites » pour faire « découvrir la culture, la gastronomie ou les loisirs » de la deuxième plus grande ville d’Israël.

De nombreux internautes, des politiques et des associations ont, parfois violemment, dénoncé l’organisation de cette manifestation. La conseillère de Paris Danielle Simonnet (Parti de Gauche) a demandé au maire de revoir la programmation de Paris Plages et dénoncé « l’indécence » d’une telle manifestation « tout juste une année après les massacres sur la bande de Gaza par l’Etat et l’armée israélienne et alors que le gouvernement israélien intensifie sa politique de colonisation avec les drames que l’on connaît ».

L’association France Palestine Solidarité a quant à elle dénoncé une « opération de communication au goût amer », « une bien étrange façon de faire écho aux massacres de l’été dernier ». Une pétition en ligne demandant l’annulation de l’événement a recueilli près de 7 000 signatures.

« La ville n’envisage pas d’annuler cet événement »

La polémique a forcé la mairie de Paris à réagir. « La ville n’envisage pas d’annuler cet événement », a confié un responsable au Parisien. « Nous refusons les amalgames entre la politique de colonisation brutale du gouvernement israélien et la ville de Tel-Aviv qui est une ville progressiste, symbole de paix et de tolérance », a déclaré Bruno Julliard, le premier adjoint de la ville de Paris. Il faut, dit-il, faire « la distinction entre un Etat, sa politique, son gouvernement et de l’autre côté des villes progressistes et leurs maires en opposition avec cette politique ».

Le maire du 10e arrondissement de Paris, Rémi Féraud, a quant à lui estimé que Paris avait « raison de mettre en valeur ses partenariats et son amitié avec les villes d’Israël comme de Palestine ».

Tel Aviv sur Seine: polémique autour d’une manifestation de Paris Plage mettant à l’honneur la ville israélienne

TEL AVIV SUR SEINE

POLITIQUE – La politique enfle autour du projet « Tel Aviv sur Seine » à Paris. La conseillère de Paris Danielle Simonnet (Parti de Gauche) a en effet dénoncé samedi 8 août « l’indécence » d’organiser une journée « Tel Aviv sur Seine » le 13 août dans le cadre de l’opération Paris Plages et demandé au maire de Paris de revoir la programmation.

« Le cynisme de l’organisation d’une telle journée dans le cadre de Paris Plages atteint les sommets de l’indécence », affirme Danielle Simonnet dans un communiqué.

Dimanche après-midi, le premier adjoint de la mairie de Paris Bruno Julliard a répondu à la polémique, appelant notamment à ne pas faire « l’amalgame entre la politique brutale du gouvernement israélien et Tel Aviv ».

« La ville de Tel Aviv est une ville progressiste, symbole de paix et de tolérance », a déclaré à ce dernier à l’AFP. « Ceux qui refusent ce partenariat sont les mêmes qui appellent au boycott global d’Israël. Nous, nous ne voulons pas punir une population et des villes qui œuvrent pour la paix », a-t-il expliqué en faisant « la distinction entre un Etat, sa politique, son gouvernement et de l’autre côté des villes progressistes et leurs maires en opposition avec cette politique ».

« La population n’a pas à être punie pour la politique colonisatrice de son gouvernement », a-t-il insisté. Pour la mairie de Paris, « le plus efficace est de soutenir et mettre en avant ceux qui œuvrent pour la paix ».

Pas d’amalgame avec Gaza

Sur Twitter, le sujet est très discuté et ont été postés de nombreux messages à caractère antisémite. Du côté des défenseurs du projet, on explique que Tel Aviv est la ville la plus ouverte de l’Etat Hébreu et que l’amalgame avec Gaza n’a pas lieu d’être.

Le programme de Paris Plages prévoit le 13 août une journée « Tel Aviv sur Seine ». « Dans le cadre de ses partenariats culturels avec les grandes villes du monde, Paris Plages mettra Tel Aviv à l’honneur l’espace d’une journée : au programme foodtrucks, DJ set, animations ludiques et gratuites », décrit le site internet de l’animation.

Mais cela ne convainc pas Danielle Simonnet. « Tout juste une année après les massacres sur la bande de Gaza par l’Etat et l’armée israélienne et alors que le gouvernement israélien intensifie sa politique de colonisation avec les drames que l’on connaît, la Ville de Paris ose organiser ‘dans le cadre de ses partenariats culturels avec les grandes villes du monde’ une journée mettant à l’honneur Tel Aviv et ses ambiances festives à Paris Plages », déclare-t-elle.

« Aucun échange avec des Israéliens humanistes n’y est prévu, encore moins un débat sur la situation du peuple palestinien », enchérit l’élue de gauche. « Madame la Maire de Paris, il est encore temps, soit d’annuler cette manifestation soit d’en modifier radicalement la programmation en permettant, avec la diversité associative et citoyenne parisienne des rencontres-débats sur les événements de l’an dernier et la situation actuelle », a encore écrit la conseillère de Paris à l’adresse du maire, Anne Hidalgo.

Le projet « Tel-Aviv sur Seine » suscite la polémique chez les élus

Arthur Berdah

paris-6-people-enjoy-the-sun-as-paris-plages-paris-beaches-opens-along-banks-of-the-river-seine-in-paris_376117Depuis 2002, tous les étés, sur sa rive droite, est organisé l’opération « Paris-plage ». REUTERS/Benoit Tessier (FRANCE)

Le partenariat entre Paris Plages et la station balnéaire israélienne, organisé par la mairie de Paris, suscite l’ire de nombreux internautes pro-palestiniens et de quelques élus. La mairie se défend, et maintient le projet.

La journée pourrait ne pas être aussi ensoleillée que prévu. Le partenariat « Tel-Aviv sur Seine », entre Paris Plages et la station balnéaire israélienne, devait donner des couleurs méditerranéennes aux quais de la capitale le 13 août prochain. « Au programme : foodtrucks, DJ set, animations ludiques et gratuites », se réjouissait même la mairie de Paris, à l’origine de l’événement, sur son site internet.

Pourtant, le thème des festivités ne semble pas satisfaire tout le monde. De nombreux internautes pro-palestiniens s’indignent, depuis quelques jours, contre la mise à l’honneur de l’État hébreux en France. Dans leur viseur notamment : la mort d’un bébé palestinien, brûlé vif lors d’un incendie criminel attribué à un extrémiste juif la semaine dernière.

Une pétition rassemble plus de 4200 signataires

Ainsi le hashtag (mot-dièse) « #TelAvivSurSeine » s’est-il très vite retrouvé en top tendance samedi sur Twitter. « Pas trop dur de dormir la nuit et cautionner un régime barbare? », a lancé un internaute à l’adresse de la maire PS de Paris, Anne Hidalgo. Quand un autre lui a demandé s’il faudrait « passer par des checkpoints pour se rendre » sur place.

Une pétition a également été lancée, et rassemblait plus de 4200 signatures ce dimanche à midi. Une levée de boucliers, donc, à laquelle s’est associée la conseillère de Paris et coordinatrice nationale du Parti de Gauche, Danielle Simonnet. « Exigeons l’annulation de l’événement! », a-t-elle appelé sur Twitter.

« Tel-Aviv est vibrante, tolérante, gay… »

« Aucun échange avec des israéliens humanistes n’y est prévu, encore moins un débat sur la situation du peuple palestinien. Le cynisme de l’organisation d’une telle journée dans le cadre de Paris Plages atteint les sommets de l’indécence. Madame la Maire de Paris, il est encore temps, soit d’annuler cette manifestation soit d’en modifier radicalement la programmation », écrit-elle encore dans un communiqué *.

Initiative très peu goûtée par de nombreuses personnalités, de droite comme de gauche, qui ont à leur tour utilisé les réseaux sociaux pour protester contre cette campagne. « Tel-Aviv est vibrante, ouverte, tolérante, gay… L’antithèse des colonies? Et le contraire des obsédés qui hurlent », a souligné le journaliste Claude Askolovitch.

« La haine antijuive d’une partie de l’extrême-gauche »

« C’est sympa cette coalition anti « Tel-Aviv sur Seine ». De Soral au Parti des Indigènes en passant par BDS. Ce que la France a de meilleur », a quant à elle déploré l’élue du parti les Républicains (LR) de Magny, Aurore Bergé. Contacté par L’Express, le député UDI de la 8e circonscription des Français de l’étranger, Meyer Habib, se montre bien plus tranchant, estimant que « les masques tombent ».

« Tout cela n’a rien d’étonnant. Une partie de l’extrême-gauche montre ici son vrai visage: celui de son obsession et de sa haine antijuive. Ces gens là sont du même acabit que les élus qui sont allés crier ‘mort aux juifs’ dans les rues de Paris l’été dernier et ceux qui financent le boycott d’Israël avec leur réserve parlementaire », s’emporte-t-il encore.

La mairie « adaptera le dispositif de sécurité à la situation »

L’Hôtel de ville, contacté par L’Express, affirme être « vigilant à l’agitation des réseaux sociaux » et promet qu’il « adaptera, en relation avec la préfecture de Police de Paris, le dispositif de sécurité ».

« C’est un partenariat de ville à ville, pas d’État à État », prévient-on à la mairie, dont le premier adjoint Bruno Julliard a tenu à distinguer « Tel Aviv, ville symbole de la tolérance et de la paix » de la « politique brutale d’Israël ».

* Danielle Simonnet n’a pour l’heure pas répondu aux sollicitations de L’Express

« Tel Aviv sur Seine » à Paris Plages : une initiative qui ne passe pas

L'Obs avec AFP

Dans le cadre de Paris Plages, la Mairie de Paris a organisé une journée en l’honneur de la ville israélienne Tel Aviv.

« Paris Plage » le 29 juillet 2015. (Photo d’illustration) (AFP / LOIC VENANCE)

La conseillère de Paris Danielle Simonnet (Parti de Gauche) a dénoncé samedi 8 août « l’indécence » d’organiser une journée « Tel Aviv sur Seine » le 13 août dans le cadre de l’opération Paris Plages et demandé au maire de Paris de revoir la programmation.

« Le cynisme de l’organisation d’une telle journée dans le cadre de Paris Plages atteint les sommets de l’indécence », affirme Danielle Simonnet dans un communiqué, alors que le sujet est déjà très présent sur Twitter, avec de nombreux messages à caractère antisémite.

Le programme de Paris Plages prévoit le 13 août une journée « Tel Aviv sur Seine ». « Dans le cadre de ses partenariats culturels avec les grandes villes du monde, Paris Plages mettra Tel Aviv à l’honneur l’espace d’une journée : au programme foodtrucks, DJ set, animations ludiques et gratuites », décrit le site internet de l’animation.

« Tout juste une année après les massacres sur la bande de Gaza par l’Etat et l’armée israélienne et alors que le gouvernement israélien intensifie sa politique de colonisation avec les drames que l’on connaît, la Ville de Paris ose organiser ‘dans le cadre de ses partenariats culturels avec les grandes villes du monde’ une journée mettant à l’honneur Tel Aviv et ses ambiances festives à Paris Plages », déclare Danielle Simonnet.

 Une initiative qui divise

« Aucun échange avec des Israéliens humanistes n’y est prévu, encore moins un débat sur la situation du peuple palestinien », déplore-t-elle.

« Madame la Maire de Paris, il est encore temps, soit d’annuler cette manifestation soit d’en modifier radicalement la programmation en permettant, avec la diversité associative et citoyenne parisienne des rencontres-débats sur les événements de l’an dernier et la situation actuelle », a encore écrit la conseillère PS à l’adresse du maire, Anne Hidalgo.

Sur Twitter, l’affaire a provoqué une multitudes de réactions entre les mécontents et ceux qui estiment justement que Tel Aviv est le symbole d’une frange de la population israélienne tolérante et anti-colonisation.

L’ancien avocat Philippe Bilger s’insurge :

Quand le journaliste Claude Asj et la député LR des Yvelines défendent l’initiative de la Mairie de Paris et pointent du doigts les militants pro-palestiniens :

Dispositif de sécurité

Interrogé par le Parisien, la Mairie de Paris tente de calmer les esprits. « On a pris acte de l’agitation sur les réseaux sociaux. On adaptera le dispositif de sécurité à la situation en relation avec la préfecture de Police de Paris. Mais on tient surtout à faire de la pédagogie sur la réalité uniquement festive de l’événement », explique-t-on avant d’ajouter :

« Ce partenariat culturel s’est construit en mai dernier, lors du voyage de la Maire de Paris dans les villes israéliennes et palestiniennes. A cette occasion, Anne Hidalgo avait annoncé sa volonté de renforcer les échanges entre Paris et les collectivités de ces deux pays. Autre concrétisation de ce voyage : une série d’actions de coopération décentralisée avec la Palestine. En juillet, le Conseil de Paris a ainsi étendu les partenariats entre Paris et Bethléem dans le domaine de la gestion de l’eau », précise-t-on également.

«Tel-Aviv sur Seine» : malgré la polémique, la mairie de Paris maintient l’événement

Jeudi 13 août, Paris Plages consacrera de nombreuses activité à Tel-Aviv.

Le partenariat organisé par Paris Plages, le 13 août, avec la station balnéaire israélienne Tel-Aviv déchaîne la colère de nombreux internautes, quelques jours après la mort d’un bébé palestinien brûlé vif par des terroristes israéliens dans le nord de la Cisjordanie.

Voilà trois semaines que Paris a pris des airs de bords de mer. Jeudi 13 août, la 14e édition de Paris Plages consacrera une journée à Tel-Aviv, célèbre ville côtière israélienne, réputée notamment pour ses grandes plages de sable fin et sa vie nocturne. Au programme: vente de spécialités locales, musique, activités sportives, et même une «Tel-Aviv Beach Party» avec un DJ. Mais quelques jours après la mort près de Naplouse d’un bébé palestinien de 18 mois, brûlé vif dans l’incendie de sa maison par des extrémistes juifs, ce partenariat fait grincer des dents sur les réseaux sociaux, comme le rapporte Le Parisien.

Sur Twitter, le hashtag #TelAvivSurSeine a été l’un des plus partagés de la journée de samedi. Les publications, parfois très agressives, n’ont pas manqué de lier la politique conduite par le gouvernement de Benyamin Nétanyahou et les événements tragiques qui ont marqué la Cisjordanie ces derniers jours. L’annonce dans la matinée de la mort du père du bambin, qui a succombé à ses blessures, aura sans doute contribué à relancer le débat.

De nombreux propalestiniens ont fait part de leur indignation, rejoints parfois par des figures de l’extrême gauche. Une pétition pour l’annulation de l’événement a même été lancée ; dimanche après-midi elle avait recueilli plus de 5000 signatures.

À l’inverse, plusieurs personnalités, politiques notamment, ont dénoncé un déferlement de haine face à certains commentaires antisémites et lancé des appels au calme.

La mairie tempère

La mairie de Paris indique, toujours sur le site du Parisien, avoir «pris acte de l’agitation sur les réseaux sociaux», mais n’envisage pas d’annuler un événement «festif et culturel». Elle précise qu’un dispositif particulier de sécurité sera mis en place avec la préfecture de Police de la ville, de manière à éviter tout incident. Le Bureau national de vigilance contre l’antisémitisme (BNVA) à également demandé depuis son site aux forces de l’ordre de prendre «toute disposition» nécessaire. Surtout, la municipalité appelle «à l’apaisement et à bien faire la part des choses.»

Une position que ne partage pas la conseillère de Paris Danielle Simonnet (Parti de Gauche). L’élue a dénoncé samedi «l’indécence» de cette opération et demandé à Anne Hidalgo, maire de Paris, de revoir la programmation. «Le cynisme de l’organisation d’une telle journée dans le cadre de Paris Plages atteint les sommets de l’indécence», affirme Danielle Simonnet dans un communiqué.

«Tout juste une année après les massacres sur la bande de Gaza par l’État et l’armée israélienne et alors que le gouvernement israélien intensifie sa politique de colonisation avec les drames que l’on connaît, la Ville de Paris ose organiser […] une journée mettant à l’honneur Tel-Aviv et ses ambiances festives à Paris Plages», déclare la responsable. «Aucun échange avec des Israéliens humanistes n’y est prévu, encore moins un débat sur la situation du peuple palestinien», déplore-t-elle.

Fait la loi et la viole ensuite.    Objet : extrait « bourse plus » du 15 mai 2015 Merci de faire suivre car véridique.

>  Le permis retiré à Anne Hidalgo. Le pire est à venir… L’outrecuidante compagne du député frondeur PS Germain s’est fait  contrôler en énorme excès de vitesse sur le périphérique parisien, dans la nuit du samedi 25 au dimanche 26 avril. Vitesse au compteur : 140 km/h, vitesse limitée à 70 km/h sur  le périphérique (une décision d’Hidalgo ).
> > >  Les flics de la Préfecture de police (PP) ont retenu 121 km/h après abattement. Trois motards furent nécessaires pour rattraper le chauffard Porte de Bercy (infraction  porte de Saint-Mandé). Madame le maire s’est énervée, traitant les flics de “pompe à fric”.
> > >   Permis retiré, sa voiture, immobilisée, n’était pas à jour du contrôle technique depuis deux ans, donc trop polluante en prime. Elle est rentrée (furieuse) en taxi. Bizarrement, personne n’en parle…

 ==============

commentaires

Chuck17                       Bravo à Hidalgo.. et au personnel de la Mairie de Paris. C’est vrai que la voix bien pensante de l’extrème gauche fera tout avec ses copains de la BDS pour empêcher l’événement mais c’est normal, ils ont toujours été partisans de la démocratie et du libre arbitre en bons staliniens.

Ponmdilienne              On n’avait pas besoin de ça la France à dejà assez souffert avec l’histoire de charly hedo pour encore en rajouter ! qu’on le veuille ou non ça crée la polémique !!!

As.

@Gino.                          Mr Gino. Si deauville c tel Aviv. Regarde toutes nos banlieues province. Etc….. Ça ressemble plus à la Palestine notre territoire qu’à tel Aviv. Et c bien dommage. En quoi ça dérange les gens??? Quelle s’appelle tel Aviv ou Tombouctou Quel est ton problème. Ha la haine peut être. Comme DAB.

1936

@touriste suisse:           vous avez raison la France a perdu son âme, elle ne sait plus qui elle est ,ni où elle en est…

Aberrant                       Il aurait été pertinent en période de chômage ,de booster le tourisme en France . Paris-plage est une vitrine idéale pour faire découvrir nos stations balnéaires , notre mythique saint-tropez, notre romantique Collioure , notre mont-saint-Michel. Hidalgo préfère promotionner le tourisme à l’étranger . Surréaliste !

Vero                              La France est riche de délicieuses villes balnéaires , de petites criques aux eaux turquoises, que les étrangers nous envient . Pourquoi ne pas inviter les parisiens à les découvrir via Paris-plage ? Paris-plage devrait être une invitation à la découverte des villes balnéaires françaises.

Davide                           Je trouve ça très bien, merci madame le maire car cela va faire taire les haineux, une journée c’est tout, dommage car plus ils enragent et plus ça me plait!!!!

Bimbo                               La hidalgo vient de signer la défaite totale et irréversible du PS au régionales. C’est un événement qui ne doit pas être à l’ordre du jour compte tenu des événements, bébé brûlé etc.

Anne honime                   Il y a tant de magnifiques stations balnéaires en France…quel besoin y avait-il a chercher une telle polémique ? L’art et la manière d’empoisonner quelque chose qui doit être synonyme de détente!!

Shabena                           Honteux toute cette haine

@spaserieu :                   comparez Israël à ses voisins,tout simplement ,à la Syrie de Bachar el assad ,au Liban,à la Jordanie ,ou encore aux pays du golfe ,à l’Iran ,ou à l’Égypte ,dans le rapport à l’homosexualité,la peine de mort,la place des femmes,les formes de la représentation politique,cela compte quand même,quand aux colonies je partage votre avis c’est un scandale ,il existe des ombres ,et ce gouvernement est vraiment à blâmer ,cela étant quel serait mon vote si j’étais israélien,quel serait mon choix si j’étais palestinien? je ne suis pas partie prenante et je peux avoir le luxe de penser avec la position de Sirius,c’est heureux et peut être nécessaire,mais cela à des limites ,conviction et responsabilité ,ne se situent pas sur le même plan

cedcedliberte                      Comment se faire de la pub lol aucune morale………

spaserieu

@la-chouettedeminerve : les mots ont un sens mais qualifier Israël de démocratie exemplaire ça n’en a pas, du moins pas dans ma conception de l’application des droits de l’homme et des résolutions internationales. Le terme de colonisation est validé par l’ONU et quasiment toutes les nations du monde, quant à l’apartheid il ne fait absolument aucun doute dans les territoires occupés… Je me demande ce qu’il vous faut à ce niveau.. N’importons pas ce conflit chez nous, la posture de l’autruche c’est plus confortable… La France se targue d’être un des gendarmes du monde et multiplie les « opérations humanitaires » ou les sanctions à l’égard des nations qui ne sont pas sur sa ligne mais reste plus que cordiale envers ce petit état militariste très très très à droite, certains citoyens s’interrogent des raisons d’un tel traitement…

@La mère d’Houillette :       il ne faut être ni du cote des obsédés ,ni du cote du « prêt à penser » mais du coté de la pensée et de l’authenticité ,laquelle est souvent dans la nuance ,et dans l’épaisseur triste du quotidien , méfions nous des oiseleurs , tous ne sont pas des Papaguenos

@Antoine du 66 :                Je vous félicite pour votre perspicacité et pour la carté de votre vision. Bonne soirée.

@Antoine du 66 :              cela n’a absolument rien à voir ,la république se doit de faire respecter la laïcité ,et une mairie est le lieu du pouvoir , là nous sommes dans un jumelage entre villes indépendamment de toute coloration politique ou idéologique

                                              Par rapport à ce que vivent comme oppression et privations, les palestiniens dans l’enceinte de la plus grande prison à ciel ouvert du monde, j’aurai aimé l’appellation de « Gaza-Sur-Seine »… Anne Hidalgo a cependant le choix, elle peut recourir à « Le Caire-Sur-Seine » ou à ‘Moscou-Sur-Seine  » ou encore mieux « Damas-Sur-Seine » ! Mais sincèrement, par rapport à ce qui s’est passé il y a moins d’un an dans cette ville martyre de Gaza, je préfère « Pyongyang-Sur-Seine », ne m’aurait pas autant offusqué, sincèrement parlant !

@spaserieu :                         les mots ont un sens je critique la politique israélienne injuste vis à vis des palestiniens et , suicidaire pour l’état hébreu, de la à parler d’apartheid ou de colonisation c’est totalement disproportionné ,il faut revenir à la distance critique et à la mesure , dans le pays de Descartes cela me semble possible

Antoine du 66                       Et on poursuit le Maire de Béziers pour avoir osé accepter une crèche dans sa mairie pour la Noël 2014. Mais où veulent nous amener ces socialistes. La France marche sur la tête.

@samuelarie :                      L’apartheid se déroule derrière le haut mur et non pas en Israël.

PIERRE-MARIE MURAZ    Je ne suis pas étonné que Le Monde, au sein de l’article ait fourni, un lien pour signer une pétition contre cette manifestation pacifique à Tel Aviv …

L’article est intéressant et le Monde y insère même un lien qui propose une signature de pétition … en toute neutralité .

TibertLeChat                  Un coup de barre d’un côté (la participation « culturelle, pas cultuelle », ah ah, à la nuit du Ramadan), un coup de barre de l’autre (jumelage de plage avec Tel-Aviv) : la mairie de Paris sait équilibrer ses errements et ses bévues. Tout ça fait terriblement amateur, sinon provocateur ; l’ex Premier de l’UNEF manque singulièrement de bouteille, malgré ses exorcismes façon « padamalgam ».

Andre Angle                  Et pourquoi pas un « Gaza sur Seine »? Shalom/Salam

A Prospero                   Alors si la mairie renonce à « Tel Aviv sur Seine » il faudra aussi annuler l’évènement « Damas sur Seine »!

Bieito MailocBieito Mailoc                    
                               SNOW BIRD nous joue le couplet habituel : anti gouvernement Israëlien = antisémite …….L’invitation de Tel Aviv est une injure aux dernières victimes de ces colons occupant illégalement des terres palestiniennes . La presse nationale n’a pas pu faire autre chose que de parler de cette famille brûlée dans leur maison par ces fous de dieu, mais rien sur ce qui se passe presque chaque jour : destruction de maison par la glorieuse armée sioniste , destruction de récoltes et d’oliviers par ces colons . Alors assez de leçon …….
Krim Khetah                    Dans l’ancien testament, il y a Eli. ‘A un moment de sa vie, il a prié très fort pour qu’il ne pleuve plus. Il a été exaucé, il n’a pas plu pendant 3 ans et demi.

Je vais tenter la même. Juste deux jours.
Qu’il pleuve des cordes non stop sur Paris mercredi et jeudi.
J’espère être exaucé aussi. Cela rafraîchirait Tout le monde.

marie louise font          Philippe Bilger n’était pas avocat mais magistrat . Juge d’instruction puis avocat général à la cour d’appel de Paris .
Snow Bird                      A Mme Simonnet,  A celles et ceux qui partagent ses vues

On regrette ses propos ils déshonorent ceux qui les tiennent. Cet antisionisme primaire à l’évidence est teinté d’antisémitisme. Ses propos sont à des fins électoralistes. Se servir d’un tel drame est vil, répugnant voire écœurant. Grossier & vulgaire racolage.

Les assassinats du bébé et de son père ont été condamnés unanimement par la classe politique & la société israélienne. S’en sont suivies : arrestations.
Partout en Israël manifestations contre ces meurtriers. L’oncle du bébé, palestinien de Cis-Jordanie, est venu témoigner devant la foule en plein centre de Tel Aviv, Israël. Le peuple d’Israël lui a apporté son soutien et montré combien TOUS partageaient la même affliction devant cette horreur indicible.

Lors des nombreux meurtres atroces & barbares de bébés juifs ceux-ci furent le fait de musulmans, druze (Samir Kuntar) & de chrétiens :
quelle a été l’attitude
1) des responsables politiques (palestiniens, arabes, UE, Ban Ki Moon & l’ONU, ONG, Sa Sainteté le Pape…), médias ? Qui d’avoir condamné ? Dans quels termes ?
2) des populations palestiniennes ? Elles chantaient, dansaient et distribuaient des friandises dans les rues
Entre les deux sociétés, il n’y a pas photo
Ces actes de terroristes juifs furent monstrueux.
Ils ont sali les leurs & jeté l’opprobre sur tous.
Ils écoperont de lourdes peines d’emprisonnement

En Israël au Parlement il y a une liste arabe (toutes tendances confondues, composé d’Israéliens musulmans, chrétiens et juifs), le 3° groupe en importance, suivent les petits partis
Plusieurs de ses membres sont ouvertement hostiles à Israël, pro palestiniens.
Il en est même dont Zoabi (elle a participé à des actions anti-israéliennes dont celle du Mavi Marmara) entre autres qui militent avec ceux qui appellent à la destruction d’Israël.

Est-il concevable qu’une juive soit membre au sein d’une assemblée à Gaza ou même à Ramallah. Cette juive pourrait-elle militer ouvertement contre le Hamas ou l’Autorité Palestinienne.
C’est IN-CON-CE-VABLE.
Il N’existe PAS de Juifs à Gaza. Pourquoi ?
Abou Mazen a dit en 2014 que les Juifs seraient interdits dans l’état de Palestine
Les arabes israéliens (musulmans et chrétiens) vivent en Israël, bénéficient des mêmes couvertures et sociales que les juifs. Les Arabes se déplacent en Israël sans AUCUNE restriction.
Ils ont LEURS représentants au Parlement israélien.
Le Juge de la cour suprême israélienne qui a mis en prison l’ancien président israélien est un arabe musulman israélien.
Qu’en est-il de la réciprocité ?

Allez sur Google Images, tapez « Gaza Hotel » « Gaza Centre Commercial »Google vous propose plusieurs noms d’hôtels

Cliquez successivement sur chacun des noms proposés
Qui a connaissance de toutes ces réalités à Gaza ?
PERSONNE ?
Pourquoi?
Les ONG, les médias qui font leurs reportages, les institutions internationales dont l’UNRWA et Ban Ki Moon, les politiques (dont Mme Simonet) ignorent-ils l’existence de tels réalités à Gaza ? TOUS savent ce que l’on NE montre PAS au public.
Cela porte un nom : la MANIPULATION des masses
A quelles fins ?A Gaza :
1) quel est le sort réservé: partis de gauche, d’opposition, pour résumer existe-t-il des partis politiques autres qu’Islamistes ?
2) qu’en est-il de la liberté des cultes (Chrétiens, Bouddhistes, Hindouistes, Juifs, BahaÏ, etc.), de pensée, homosexuelles, …
3) qu’en est-il des droits de l’homme, des femmes, des enfants (de leur éducation)

bérez ina

@Hamid ,                tu connais à la perfection tes coreligionnaires et tu te connais toi-même parfaitement.
En Une seule phrase, de toi, que je remets ci-dessous, tu définis tous ceux qui comme toi pratiquent cette religion d’amour, de tolérance et de paix ! Lis toi :
«  » » »R comme Ramassis de psychopathes et d’assassins, tueurs » » ». Tout ce que vous êtes.

Publicités