BBkmoKU

Le Luxembourg dit un grand « non » au droit de vote des étrangers

 LEXPRESS.fr avec AFP

texte-informant-sur-le-referendum-au-luxembourg-appose-dans-la-ville-de-luxembourg-le-7-juin-2015_5353371Texte informant sur le référendum au Luxembourg apposé dans la ville de Luxembourg, le 7 juin 2015. afp.com/ANTHONY DEHEZ

Les personnes d’origine étrangère résidant depuis plus de 10 ans dans le Grand Duché ont le droit de vote aux scrutins locaux et européens, mais ne l’ont pas obtenu pour les législatives.

Un tollé. Les Luxembourgeois ont massivement rejeté l’octroi du droit de vote aux étrangers résidant depuis plus de dix ans dans le Grand Duché lors d’un référendum ce dimanche. Le « non » a recueilli 78,02% des voix, selon les résultats définitifs. Les étrangers ont déjà le droit de vote aux scrutins locaux et européens, mais pas aux législatives.

Les électeurs ont envoyé un message clair à leur Premier ministre libéral Xavier Bettel qui souhaitait « moderniser » la société. Il avait personnellement fait campagne pour le « oui ». « Ce n’est pas un succès pour les partis du gouvernement. On respectera le résultat », a-t-il réagi à l’annonce des résultats.

Perte d’influence dans la société

A Luxembourg, les résidents étrangers représentent 46% de la population. Le sujet a profondément divisé la population luxembourgeoise qui craint la dilution de son influence dans la société alors que les étrangers sont déjà indispensables à l’économie très ouverte de ce pays enclavé entre la France, la Belgique et l’Allemagne.

S’il avait été adopté, ce nouveau droit de vote pour les élections législatives aurait modifié le paysage politique. En effet, il aurait été accordé à quelque 35 000 personnes en grande majorité originaires d’Europe, à commencer par les Portugais qui représentent 16,4% de la population.

Viennent ensuite les Français (7%), Italiens (3,5%), Belges (3,3%) et Allemands (2,3%). Les étrangers non Européens représentent 7% de la population. Parmi eux, les Capverdiens, les Nord-Américains et les Chinois sont les plus nombreux.

Les Luxembourgeois disent « non » au vote des étrangers

Le Point –

« Le message est clair et a été très bien compris. Ce n’est pas un succès pour les partis du gouvernement », a réagi le Premier ministre, Xavier Bettel.

Les électeurs luxembourgeois se sont massivement prononcés par référendum dimanche contre l'octroi du droit de vote aux étrangers.
Les électeurs luxembourgeois se sont massivement prononcés par référendum dimanche contre l’octroi du droit de vote aux étrangers. © WITT/VILLARD/SIPA

Le « non » l’emporte à plus de 78 %. Les Luxembourgeois ont massivement rejeté lors d’un référendum dimanche l’octroi du droit de vote aux étrangers, qui représentent 46 % de la population, infligeant un camouflet au Premier ministre libéral Xavier Bettel qui voulait « moderniser » la société. Le « non » au droit de vote des étrangers résidant depuis plus de dix ans dans le Grand Duché a recueilli 78,02 % des voix, selon les résultats définitifs.

« Le message est clair et a été très bien compris. Ce n’est pas un succès pour les partis du gouvernement. On respectera le résultat », a réagi M. Bettel, un libéral de 42 ans arrivé à la tête du gouvernement fin 2013. M. Bettel avait personnellement fait campagne pour la « modernisation » du Grand-Duché jusqu’à samedi, tentant de convaincre des électeurs hésitants dans des rues animées de la capitale.

« Il n’y aura pas un avant et un après-référendum », a-t-il regretté. « Mais il n’y a qu’un Luxembourg, qu’une société où l’on doit vivre ensemble », a jugé le Premier ministre, qui a épousé à la mi-mai son compagnon, devenant le premier chef de gouvernement de l’UE à être uni par les liens d’un mariage homosexuel.

S’il avait été adopté, ce nouveau droit de vote pour les élections législatives aurait été accordé à quelque 35 000 personnes en grande majorité originaires d’Europe, à commencer par les Portugais qui représentent 16,4 % de la population.

Viennent ensuite les Français (7 %), Italiens (3,5 %), Belges (3,3 %) et Allemands (2,3 %). Les étrangers non européens représentent 7 % de la population. Parmi eux, les Capverdiens, les Nord-Américains et les Chinois sont les plus nombreux.

Le sujet divisait profondément la population luxembourgeoise qui craint la dilution de son influence dans la société alors que les étrangers sont déjà indispensables à l’économie très ouverte de ce pays enclavé entre la France, la Belgique et l’Allemagne.

En raison de leur moyenne d’âge, moins élevée que celle de l’électorat luxembourgeois, et de leur profil socioprofessionnel – une majorité travaille dans le secteur privé tandis que de nombreux électeurs luxembourgeois viennent de la fonction publique -, l’octroi du droit de vote aux étrangers aurait profondément modifié le paysage politique.

« Se faire Luxembourgeois »

La coalition libéraux-socialistes-Verts au pouvoir faisait campagne pour le « oui », soutenue par les syndicats, l’Église catholique et la société civile. Mais le parti chrétien-social CSV de Jean-Claude Juncker, rejeté dans l’opposition en 2013 après avoir dirigé le pays presque sans discontinuer depuis 1945, était contre.

Sortant du bureau de vote de Gasperich, quartier populaire de la capitale, Nicole, 55 ans, une employée communale mariée à un Français, a voté « non », estimant qu’il faut régler le problème en accordant la nationalité à plus d’étrangers. « Je crois que les gens doivent se faire Luxembourgeois », avait-elle expliqué.

M. Bettel a saisi dimanche soir cette perche, tendue notamment par le CSV, qui a déposé une proposition de loi pour assouplir les procédures de naturalisation des étrangers. « Les Luxembourgeois ont préféré le choix de la naturalisation. On doit faire un texte avec un consensus le plus large possible pour continuer l’intégration » des étrangers, a-t-il plaidé.

Même dans des localités accueillant une importante population issue de l’immigration, le « non » est largement majoritaire. À Gasperich, Jena, une mère de famille d’origine portugaise, a voté contre. « Ce n’est pas notre pays. Moi, j’ai opté pour la double nationalité et je me suis intégrée dans cette culture qui n’était pas la mienne. Chacun doit rester à sa place », a-t-elle dit.

Les Luxembourgeois ont également rejeté massivement les deux autres questions posées ce dimanche, sur l’abaissement de l’âge du droit de vote de 18 à 16 ans (« non » à 80,87 %) et sur la limitation des mandats de ministres à dix ans consécutifs (« non » à 69,93 %).

Le vote est obligatoire au Luxembourg. Les ressortissants européens participent déjà aux scrutins locaux et européens.

Les Luxembourgeois infligent un non massif au droit de vote des étrangers

Le Monde.fr Jean-Pierre Stroobants (Bruxelles, bureau européen)

Les Luxembourgeois ont rejeté massivement, dimanche 7 juin, trois propositions de réforme soumise à un référendum. La première question portait sur l’octroi du droit de vote aux législatives pour les résidents étrangers, vivant depuis plus de dix ans au Grand-Duché et ayant déjà participé à un scrutin, municipal ou européen. La deuxième évoquait l’octroi du droit de vote à partir de 16 ans – au lieu de 18 actuellement. La troisième concernait une éventuelle limitation à dix ans au maximum pour l’exercice d’un mandat ministériel – l’ancien premier ministre Jean-Claude Juncker fut premier ministre durant dix-neuf années.

Les électeurs qui se sont rendus aux urnes dans les 105 communes du pays (le vote est obligatoire au Luxembourg) ont voté massivement non aux trois questions : on ne relevait que 21,98 % d’électeurs favorables au vote des étrangers, 19,13 % pour le vote des jeunes et 30,07 % pour la limitation dans le temps de la fonction ministérielle. Des scores sans appel, très éloignés de ce qu’avaient annoncé les sondages.

Même si les trois partis de sa coalition (libéral, socialiste et écologiste), appuyés par la gauche radicale, avaient appelé clairement à répondre par l’affirmative aux trois propositions, le premier ministre avait pris soin de préciser que, quel que soit le résultat, sa position ne serait pas affectée. « Ce ne sera pas un vote pour contre moi », avait indiqué le libéral Xavier Bettel, en poste depuis décembre 2013. Selon lui, il s’agissait simplement, par ce référendum consultatif, de donner la parole aux électeurs sur d’importantes questions, dont certaines auraient dû entraîner un changement de la Constitution – et une autre consultation. Dès dimanche soir, certains élus d’opposition réclamaient toutefois la démission du chef du gouvernement.

Une population restée traditionaliste

Ce réformateur pressé aura, en tout cas, assez largement mésestimé la volonté de changement de ses concitoyens. Il avait dit vouloir faire du Grand-Duché « un pays moderne et reconnu comme tel » mais se heurte manifestement aux réticences d’une population restée plutôt traditionaliste, qui estime majoritairement (56 %, selon une récente enquête) que nationaux et étrangers « ne vivent pas vraiment ensemble », alors que ces derniers représentent 46 % de la population.

Il paraît évident que le jeune dirigeant devra désormais freiner certaines de ses ardeurs, sauf à prendre le contre-pied d’une population qui ne l’a pas porté au pouvoir en raison d’un grand appétit de changement mais plutôt pour témoigner de sa lassitude à l’égard de Jean-Claude Juncker, empêtré en outre, à la fin de son mandat, dans un scandale concernant le fonctionnement des services secrets.

Le parti chrétien social (CSV) de l’ex-premier ministre avait appelé à répondre par un triple non aux questions posées, comme le parti réformiste d’alternative démocratique (ADR), une formation conservatrice et populiste. Soucieux de ne pas être assimilé à ce parti classé à la droite de la droite, le CSV pourrait, pensent certains observateurs, annoncer à l’avenir une autre initiative en faveur du vote des étrangers. Ce n’est toutefois qu’une pure hypothèse désormais, compte tenu de l’ampleur du rejet exprimé dimanche.

S’ils avaient obtenu le droit de vote, 35 000 résidents étrangers auraient pu prendre part aux futures élections législatives. Quelque 258 000 autres étrangers et Luxembourgeois âgés de moins de 18 ans n’ont pas le droit de vote, sur une population totale d’environ 550 000 personnes.

Le Luxembourg dit « non » au droit de vote pour les étrangers

Les Luxembourgeois ont massivement rejeté lors d’un référendum dimanche l’octroi du droit de vote aux étrangers, qui représentent 46% de la population, infligeant un camouflet au Premier ministre libéral Xavier Bettel qui voulait « moderniser » la société.

Le « non » au droit de vote des étrangers résidant depuis plus de dix ans dans le Grand Duché a recueilli 78,02% des voix, selon les résultats définitifs.

« Le message est clair et a été très bien compris. Ce n’est pas un succès pour les partis du gouvernement. On respectera le résultat », a réagi M. Bettel, un libéral de 42 ans arrivé à la tête du gouvernement fin 2013.

M. Bettel avait personnellement fait campagne pour la « modernisation » du Grand-Duché jusqu’à samedi, tentant de convaincre des électeurs hésitants dans des rues animées de la capitale.

« Il n’y aura pas un avant et un après référendum », a-t-il regretté. « Mais il n’y a qu’un Luxembourg, qu’une société où l’on doit vivre ensemble », a jugé le Premier ministre, qui a épousé à la mi-mai son compagnon, devenant le premier chef de gouvernement de l’UE à être uni par les liens d’un mariage homosexuel.

S’il avait été adopté, ce nouveau droit de vote pour les élections législatives aurait été accordé à quelque 35.000 personnes en grande majorité originaires d’Europe, à commencer par les Portugais qui représentent 16,4% de la population.

Viennent ensuite les Français (7%), Italiens (3,5%), Belges (3,3%) et Allemands (2,3%). Les étrangers non Européens représentent 7% de la population. Parmi eux, les Capverdiens, les Nord-Américains et les Chinois sont les plus nombreux.

Le sujet divisait profondément la population luxembourgeoise qui craint la dilution de son influence dans la société alors que les étrangers sont déjà indispensables à l’économie très ouverte de ce pays enclavé entre la France, la Belgique et l’Allemagne.

En raison de leur moyenne d?âge, moins élevée que celle de l’électorat luxembourgeois, et de leur profil socio-professionnel –une majorité travaille dans le secteur privé tandis que de nombreux électeurs luxembourgeois viennent de la fonction publique–, l’octroi du droit de vote aux étrangers aurait profondément modifié le paysage politique.

-‘Se faire Luxembourgeois’-

La coalition libéraux-socialistes-Verts au pouvoir faisait campagne pour le « oui », soutenue par les syndicats, l’Eglise catholique et la société civile. Mais le parti chrétien-social CSV de Jean-Claude Juncker, rejeté dans l’opposition en 2013 après avoir dirigé le pays presque sans discontinuer depuis 1945, était contre.

Sortant du bureau de vote de Gasperich, quartier populaire de la capitale, Nicole, 55 ans, une employée communale mariée à un Français, a voté « non », estimant qu’il faut régler le problème en accordant la nationalité à plus d’étrangers.

« Je crois que les gens doivent se faire Luxembourgeois », avait-elle expliqué.

M. Bettel a saisi dimanche soir cette perche, tendue notamment par le CSV, qui a déposé une proposition de loi pour assouplir les procédures de naturalisation des étrangers. « Les Luxembourgeois ont préféré le choix de la naturalisation. On doit faire un texte avec un consensus le plus large possible pour continuer l’intégration » des étrangers, a-t-il plaidé.

Même dans des localités accueillant une importante population issue de l’immigration, le « non » est largement majoritaire. A Gasperich, Jena, une mère de famille d’origine portugaise, a voté contre. « Ce n?est pas notre pays. Moi j?ai opté pour la double nationalité et je me suis intégrée dans cette culture qui n?était pas la mienne. Chacun doit rester à sa place », a-t-elle dit à l’AFP.

Les Luxembourgeois ont également rejeté massivement les deux autres questions posées ce dimanche, sur l’abaissement de l’âge du droit de vote de 18 à 16 ans (« non » à 80,87%) et sur la limitation des mandats de ministres à dix ans consécutifs (« non » à 69,93%).

Le vote est obligatoire au Luxembourg. Les ressortissants européens participent déjà aux scrutins locaux et européens.

=====

Kahooli                                 Le référendum n’est utile en démocratie que lorsque le vote est obligatoire. Dans le cas contraire, il est difficile d’avoir une participation qui soit le reflet des volontés d’une population. En général les opposants à une réforme, (mariage pour tous, droit de vote des étrangers, etc), sont plus facilement mobilisables que ceux qui sont pas contre mais qui ne voient pas d’intérêt personnel à aller voter… Il faut noter qu’au moins ils ont le droit de vote aux élections locales ce qui est le minimum quand on participe à la vie locale par le biais des taxes (d’habitation, foncières,…).

Dellombre                               Bravo! Pour cet acte de vraie démocratie , hors de tous les groupes de pressions , syndicats et partis politiques ou intellectuels , philosophes de pacotille. La France se grandirait de prendre exemple sur ces  » petit » pays  » qui vivent et prennent leurs choix en main

MISTRAL06                               Bel exemple de démocratie, participative en plus

toutoune64                              Effectivement bravo!! Pour avoir depuis longtemps accordé le droit de vote aux scrutins locaux et européens.

maissi                                         Bravo les luxembourgeois !

ARQUEBUSE                              Enfin l’Europe comprend !   Bravo à la clairvoyance des Luxembourgeois et M. Hollande et sa bande de dévoyé devra en faire son deuil même si une partie de électorat le souhaite la France doit se cantonner au vote des Européens point final. Dont acte !
B00B00                                       CHICHE ! M. HOLLANDE de procéder à un tel référendum et pendant que nous y sommes sur l’accueil des étrangers en masse dans notre pays !
françois rené                             On espère que “Le message est clair et a été très bien compris” au-delà des frontières du Luxembourg …
geographe86                              Par contre  L’argent des étrangers…… le Luxembourg n’est pas contre !
vivelavie                                   La seule bonne politique est celle des USA ou du Canada                                                      Pour le Canada, deux statuts d’immigrants : les immigrants reçus et les immigrants non-reçus. Une immigration individuelle et surtout pas familiale. Immigrants non-reçu, vous venez pour un CDD et après dehors, pas de compromis, pas de droit de séjour renouvelé à « la française »

Immigrant reçu, vous avez l’intention de vous intégrer, vous avez un métier dont nous avons besoin, vous êtes en bonne santé, etc. Si vous respectez les critères, vous pouvez devenir immigrant reçu. Bien sûr, votre conjoint et vos enfants doivent aussi obtenir ce statut, il n’y a pas cette débilité profonde du regroupement familial. Ce statut est à vie, sauf si vous quittez le territoire canadien plus de 6 mois. Vous avez tous les droits d’un citoyen canadien, sauf le droit de vote. Après 3 ans, vous pouvez demander la citoyenneté.
C’est pourtant simple et plus proche de l’immigration choisie de NS que de la stupidité socialiste et le problème du droit de vote n’existe pas.
La pensée de gauche qui a engendré un véritable terrorisme intellectuel sur l’ensemble de la société française a engendré le chaos que nous connaissons et ce, depuis le front populaire. Les USA et le Canada ont eu la chance d’éradiquer le communisme.

valeria                                          Faire simple.    Et si nos gouvernements de droite ou de gauche avaient une once de courage ? Même sans référendum, je vous annonce le résultat

desman oikonomos                    Quant les luxembourgeois vont ils nous reverser nos impôts induments perçus sur leur territoire pour de la richesse créée par des entreprises en France…

Danton                                           Pays moderne ? On ne voit pas le rapport entre une supposée modernité et les trois questions soumises à référendum ! Droit de vote des étrangers ? Une aberration qui revient de la part d’un peuple à abdiquer sa souveraineté. Droit de vote à 16 ans? Il faut être majeur pour voter, avec tout ce que cela implique. Limitation du nombre des mandats? Pourquoi limiter le droit du peuple à réélire un dirigeant dont il est satisfait?

Passant                                            Par contre ils sont des partisans résolus des étrangers qui s’installent dans leur paradis fiscal

Elémentaire                                      Ils ne pourront voter. Soit. Mais rien n’interdit le gouvernement de leur demander quelles sont leurs attentes plus spécifiques….

réaliste                                             Au moins au Luxembourg le référendum n’a pas été perverti en plébiscite.

 BOMEC  • 

  • Il faut avoir des idées inavouables derrière la tête , pour donner le droit de vote aux étrangers !

    guy  •

    Bravo on à affaire à des gens intelligents pas comme chez nous en France ou c’est le Président lui même qui le demande … Quelle pays dans le Monde à autant de Français d’origines Etrangères dans un Gouvernement La France

    Petiteriviere  •

    La France, seul pays d’Europe où l’on se f(ou)t complet de l’avis du français.

    joel  •

    Et les commentaires des politiques….c’est ben quoi ils sont kons ou quoi d avoir voter non.;

    Ben non mon pote..ton vivre ensemble on en veut plus!!!! Enfin pas avec eux…

    Siergiej M  •

    Le referendum en France ? -Le referendum est une expression de la DEMOCRATIE…-il me semble qu’il y avait un « referendum » en 2005…Les Francais ont oublies ?

    Yannick  • 

    au moins un pays européen qui comprend que l’immigration ne doit pas changer les règles de vie d’un pays souverain déjà pas mal que leur vie soit améliorée par rapport à leur pays d’origine Oui à l’immigration qui apporte quelque chose au pays sinon retour à la case départ sans toucher aux euros

    Bertho G  • 

    «Le message est clair et a été très bien compris. Ce n’est pas un succès pour les partis du gouvernement. On respectera le résultat.»

    Si seulement nos politiciens en avaient fait autant en France !
    Mais respecter les Françaises, Français, respecter leurs électeurs,
    ce n’est pas dans las habitudes des bandits de l’UMPS ;=(

    Vivement les Bleus-Marine pour remettre ici les choses à l’endroit !

    jean-Luc  •

    Chercher à accorder le droit de vote aux étrangers d’un pays, c’est de la part des révolutionnaires, faire un pas vers la suppression du processus de naturalisation. C’est donner libre cours à l’immigration.
    Ce n’est pas par hasard si une telle initiative au Luxembourg soit initiée par Xavier Bettel, militant homosexuel.
    Des homosexuels français, se présentent maintenant à l’embarquement pour des vols vers la France avec des bébés nés à l’étranger par GPA dans les bras. Cette provocation migratoire, fait suite au mariage Parodique de Mme Taubira.
    Ainsi pour Mme Taubira et Mr Bettel, la Table Rase néo communiste et hédoniste se conjugue avec leurs méfaits migratoires pour détruire les sociétés luxembourgeoises et françaises.

    Hard  • 

    Quoi de plus normal , !

    T’homme  • 

    Ha mauvais Luxembourgeois !!
    Votre Co,nn,ard de chef veut que la France accueil plus d’étrangers et vous vous voulaient même pas que votre pays qui vit grâce a la présence de 46% d’étrangers leur accorde le droit de vote !
    vous avez bien raison , expliquez cela sans modération au grand kon chez vous et a sa bande a Bruxelles !
    donner les clés de son pays a des gens qui en respectent rien c’est vouloir reproduire le bor,del qu’ils ont fait ou laissé faire chez eux !!
    mais bon ne désespérez pas , si il est ami avec sarko le nain va lui expliquer qu’il peut se torcher le Q avec vos votes et faire ce qu’il veut comme sarko l’a fait en France !!

  •  Luna  • 

    Quelques grammes de bon sens dans un monde de pensée unique…

    martine s  • 

    tu veux voter ?? fais toi naturaliser!!!

    thor108  • 

    la diversité muzz on n’en veut nulle part en Europe

    CM  • 

    Ils ont raison…Bravo les les luxembourgeois.!!!

    trag  • 

    Les luxembourgeois sont des gens intelligents et pragmatiques ,,,,,, pas comme les gueux français

    gerard  • 

    le rêve du ps

    Les « étrangers » en question sont des extra-européens car les Résidents européens votent au Luxembourg.

    steph  • 

    ils ont des couill… eux pas comme nos dirigeants

    jeanaimar  • 

    Que du bon sens ces Luxembourgeois, et réponse valable pour les trois questions…

    Paulo  • 

    Pourquoi donc les étrangers pourraient-ils voter au Luxembourg ?
    Ils ont une nationalité, donc ils ont déjà un droit de vote.
    Ils paient l’impôt au Luxembourg ? Donc on exclut les pauvres !

Publicités