Sublimez vos apéros !

Laisser un commentaire


sans-titre

Le projet d’extension du stade Roland-Garros

Pa.D.

EN IMAGES. Le projet d'extension du stade Roland-Garros

Lancer le diaporama

A la veille du début du tournoi de Roland-Garros, la question de l’extension du stade revient sous les projecteurs. Ce samedi, Jean Gachassin, président de la Fédération française de tennis (FFT), Gilvert Ysern, directeur général de la FFT et directeur du tournoi, et Anne Hidalgo, première adjointe au Maire de Paris, en campagne pour les élections municipales de 2014, ont fait un point d’étape sur les travaux qui doivent moderniser les installations de la Porte d’Auteuil.

La construction d’un stade de près de 5000 places sur le terrain des serres d’Auteuil, jardin botanique inscrit à l’Inventaire des sites historiques, soulève une levée de boucliers de la part d’associations de riverains. Ces dernières avaient obtenu gain de cause devant la justice le 28 février 2013. Le tribunal administratif de Paris avait annulé la délibération du Conseil de Paris des 11 et 12 juillet 2011, qui autorisait la signature de la convention d’occupation entre la mairie et la FFT pour l’extension du stade. Ce revers n’empêche pas les promoteurs d’une extension d’avancer sur leurs projets de travaux.

Découvrez en images les visuels du projet d’extension du stade de la Porte d’Auteuil.

Extension de Roland-Garros : l’Etat favorable au projet de la Fédération

Le Monde.fr Catherine Pacary

Vue d'artiste du projet d'extension de l'enceinte de Roland-Garros présenté par la FFT.

Entre l’implosion du scandale de la Fédération internationale de football (FIFA) et les Internationaux de France, le premier ministre a annoncé, dans un communiqué rendu public mercredi 3 juin, que le gouvernement rendra cette semaine un avis favorable sur le projet d’extension du stade de Roland-Garros porté par la Fédération française de tennis (FFT) et la maire socialiste de Paris, Anne Hidalgo.

Le Conseil de Paris a pourtant mis cette dernière en minorité, il y a dix jours, en adoptant un vœu émis par Europe Ecologie-Les Verts et défendu par Yves Contassot demandant au gouvernement de temporiser. Le premier ministre en a visiblement décidé autrement, expliquant dans son communiqué que « l’Etat rendra[it] son avis favorable sur l’ensemble des procédures relevant de sa compétence d’ici la fin de la semaine, afin de permettre un début des travaux le plus rapidement possible ».

Le chef du gouvernement apportera ainsi les deux autorisations qui manquent à la FFT depuis quatre ans, celle de la ministre de la culture, puisqu’il s’agit d’un site classé, et celle de la ministre de l’écologie, responsable de la protection de l’environnement. Pour rappel, ce projet prévoit d’empiéter sur le jardin des serres d’Auteuil mitoyen, de construire, en lieu et place des serres techniques, un nouveau court de 5 000 places semi-enterré et bordé de nouvelles serres ; de détruire l’actuel court numéro un afin d’améliorer la circulation des spectateurs lors du tournoi ; et de restaurer les deux bâtiments en meulière actuellement utilisés par le personnel pour entreposer du matériel.

Dernier bilan comparatif

Prévenues de l’imminence d’une décision, les associations avaient choisi ce même 3 juin pour présenter leur dernier bilan comparatif entre le projet de la Fédération et le leur, qui propose une couverture partielle de l’autoroute 13 afin d’y installer des courts d’entraînement, et l’augmentation de la capacité de l’actuel court numéro un, de 3 500 à 5 000 spectateurs.

Tout ceci, sans toucher aux jardins des serres d’Auteuil, dans le respect des engagements pris, en 2006, par l’ancien maire de Paris Bertrand Delanoë, contrairement au projet porté par la Ville.

Ce n’est pas la seule contradiction relevée par Agnès Popelin, vice-présidente de France Nature Environnement, entourée de Benoît Hartmann, porte-parole, Philippe Toussaint, président des Vieilles maisons de France, et Alexandre Gady, membre de la Commission des sites.

Lorsque la nécessité d’agrandir le site de l’Ouest parisien a été actée, en 2011, les associations n’ont pas voulu simplement s’opposer. Elles ont décidé de proposer. « Il nous a fallu un an, rappelle Philippe Toussaint, pour mettre au point notre contre-projet, sous les directives de l’architecte Darius Mazaheri. »

Lire aussi : Roland-Garros : le match pour l’extension se joue au tie-break

Le combat était-il perdu d’avance ? Le projet de la Fédération, qui financera l’extension pour un coût estimé de 400 millions d’euros, a le soutien de la maire de Paris, Anne Hidalgo ; le projet alternatif est appuyé par Europe Ecologie-Les Verts (EELV), par la ministre de l’écologie, Ségolène Royal, et, par intermittence, par le maire du 16e arrondissement, Claude Goasguen. Par ailleurs, ce n’est pas la première fois que Ségolène Royal s’oppose au premier ministre sur des sujets environnementaux – prix de l’électricité, autoroutes gratuites le week-end, A83…

La Ville a de plus fait de l’extension de Roland-Garros un argument de vente de la candidature de Paris aux Jeux olympiques de 2024, renversant l’atout en contrainte : il faut faire vite. Y a-t-il un lien ? Les responsables de l’association Ambition olympique, sorte de comité de précandidature, accompagnés de plusieurs personnalités du sport et de l’adjoint chargé de l’urbanisme, Jean-François Martins, étaient auditionnés, mercredi 3 juin à Lausanne par le Comité international olympique (CIO). Le Comité olympique a d’ailleurs demandé à la capitale d’officialiser sa candidature au plus vite.

De son côté, la Fédération de tennis ne cachait pas son impatience. Surtout depuis que l’étude du cabinet Egis, commandée par le ministère de l’environnement en février et remise à Anne Hidalgo le 28 mai, a conclu à la supériorité du projet de la FFT en tous points. L’impartialité d’Egis, payée par la FFT, est toutefois mise en doute. Et Yves Contassot a « démontré » devant le Conseil de Paris que le projet des associations ne présentait pas un surcoût de 68 millions d’euros, comme annoncé par Egis, mais de 10 millions. Obtenant par là même que son vœu soit voté. Il demandait qu’une étude complémentaire réellement indépendante soit diligentée. Mais cet avis n’est que consultatif et la Ville n’en a pas tenu compte.

Le projet d'extension du site de Roland-Garros sur les Serres d'Auteuil s'affiche le long de l'enceinte.

Symbole national

Il y avait encore un autre rendez-vous ce mercredi 3 juin : la remise du rapport de la commission Richard sur la démocratie participative en matière environnementale à Ségolène Royal. Commandée après la mort du militant Rémi Fraisse à Sivens, cette étude était l’occasion de réfléchir à la façon d’impliquer les citoyens, le plus en amont possible des projets d’aménagement.

Lire aussi : Grands projets : après le drame de Sivens, un rapport dessine les contours de la « démocratie environnementale »

Le communiqué de Manuel Valls est assimilé par les porteurs du projet alternatif à un passage en force. Roland-Garros est désormais pour eux un symbole national de la lutte pour la défense de l’environnement. Au risque qu’il ne devienne un emblème des « zadistes », ces militants des zones à défendre (ZAD), apparus avec les mouvements d’opposition aux constructions de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes et du barrage de Sivens.

Valls confirme un avis favorable pour l’extension de Roland-Garros

 LEXPRESS.fr avec AFP

le-court-philippe-chatrier-de-roland-garros-le-28-mai-2012-a-paris_4074992Le projet de travaux prévu par la FFT a reçu le soutien du Premier ministre.    afp.com/Cyrille Cadet

TENNIS – Alors que se tient le tournoi et que se profile la candidature de Paris aux JO 2024, le Premier ministre confirme l’extension du stade de Roland-Garros. Les opposants dénoncent un passage un force.

Les opposants au projet d’extension du stade de Roland-Garros sont en train de perdre leur long match en cinq sets contre la Fédération française de tennis. « Le Premier ministre confirme que l’Etat rendra son avis favorable sur l’ensemble des procédures relevant de sa compétence d’ici la fin de la semaine, afin de permettre un début des travaux le plus rapidement possible », a indiqué ce mercredi Matignon dans un communiqué.

La semaine dernière, les opposants au projet avaient marqué un point avec un vote du Conseil de Paris, contre l’avis de l’exécutif socialiste, adoptant deux « voeux » d’EELV demandant au gouvernement de surseoir à l’autorisation des travaux. Mais avec le soutien du gouvernement, déjà affirmé par Manuel Valls début mars, le projet semble remporter la manche, si ce n’est le match.

Toutes les étapes techniques « franchies »

« Le projet présenté par la Fédération française de tennis, engagé il y a cinq ans avec le soutien de l’Etat et de la Ville de Paris, a franchi toutes les étapes techniques liées à sa préparation », souligne Matignon.

La modernisation du site du tournoi du Grand Chelem, dont l’édition 2015 se dispute actuellement, « sera un révélateur de la capacité de la France à faire aboutir des projets d’aménagement et d’équipements emblématiques », plaide le gouvernement. Le projet est une « priorité », qui « participe du rayonnement international et du dynamisme économique de la France et de la capitale », indique encore Matignon.

« Passage en force » dénonce les opposants

Avant même l’annonce de Manuel Valls, les associations de défense de l’environnement et du patrimoine avaient dénoncé mercredi un possible « passage en force » du gouvernement dans ce dossier, en contradiction avec sa volonté de moderniser le « dialogue environnemental ».

Soutenue par la Ville de Paris, concessionnaire du site, la FFT a opté pour une extension vers le Jardin des serres d’Auteuil, avec un nouveau court semi-enterré construit dans une partie non classée du jardin. Montant de l’ensemble des travaux prévus (Serres d’Auteuil, couverture du court Philippe Chatrier, démolition de plusieurs courts, dont le N.1, …): entre 350 et 400 millions d’euros.

Les opposants au projet militent pour une option alternative: la couverture de l’autoroute A13 et l’extension du stade vers cette dalle de béton, au nord. Une option dont la FFT ne veut pas entendre parler car moins bonne sur le plan opérationnel et plus coûteuse de 40 à 60 millions d’euros, selon elle. Plusieurs rapports ont souligné les carences techniques de ce contre-projet.

Nouveau Roland-Garros: le gouvernement va donner son aval

Manuel Valls a décidé mercredi de donner le feu vert du gouvernement au projet d’extension de Roland-Garros défendu par la Fédération française de tennis (FFT), malgré un vote défavorable du Conseil de Paris la semaine dernière.

« Le Premier ministre confirme que l’Etat rendra son avis favorable sur l’ensemble des procédures relevant de sa compétence d’ici la fin de la semaine, afin de permettre un début des travaux le plus rapidement possible », a annoncé Matignon dans un communiqué mercredi soir, à quelques jours de la fin du tournoi.

La Ville de Paris attend désormais pour délivrer les permis de construire l’aval formel des ministères de la Culture et de l’Environnement. A l’unisson de la FFT, elle n’a pas caché ces dernières semaines une certaine impatience, alors que le projet d’extension est sur la table depuis 2011.

« Je salue cette décision juste et responsable, qui vient clore cinq années d?une procédure exemplaire qui n?a eu de cesse de démontrer la pertinence de cet aménagement », s’est réjouie la maire de Paris Anne Hidalgo (PS) dans un communiqué.

La FFT – qui a aussi exprimé sa « très grande satisfaction » – devrait pouvoir donner les premier coups de pioche du nouveau Roland-Garros à l’automne.

Son projet prévoit de faire passer la surface du site de 8,5 à 12,5 hectares – grâce à l’amputation d’un hectare du jardin botanique des serres d’Auteuil (XVIe) -, et de doter le court Chatrier d’un toit amovible.

Le coût de la rénovation, indispensable pour que Roland-Garros puisse maintenir son rang au sein des tournois du Grand Chelem, devrait s’élever à 350 à 400 millions d’euros (au lieu de 273 millions d’euros prévus initialement).

– Royal silencieuse –

Les associations mobilisées contre le projet (FNE, SPPEF et VMF) ont déploré une décision prise en dépit des « importantes réserves émises par le ministère de l’Ecologie (en mars 2012, ndlr) sur avis de la Commission supérieure des sites », et en contradiction avec les « promesses de démocratie environnementale du président de la République et du gouvernement » après le drame de Sivens.

Elles ont annoncé leur intention de « poursuivre leur combat devant les tribunaux ».

Opposants historiques au projet de la FFT, les élus écologistes de Paris ont également dénoncé dans un communiqué « le mépris total » du Premier ministre « pour l’écologie et la démocratie locale ».

A leur initiative, le Conseil de Paris avait adopté jeudi dernier un « v?u » demandant au gouvernement de « refuser toute autorisation de travaux avant la présentation d’une étude indépendante et neutre » pour comparer le projet de la FFT avec le projet alternatif proposé par les associations. Ce projet permettrait de préserver les serres grâce à la couverture d’un tronçon de l’autoroute A13.

« Je souhaite que Mme Hidalgo fasse appliquer le v?u voté au Conseil de Paris », a réagi mercredi auprès de l’AFP le député-maire du XVIe Claude Goasguen. La droite et le centre avaient uni leurs voix à celle des Verts pour faire adopter le texte contre l’avis de la maire de Paris.

Invitée par les élus à se saisir de leur vote pour reprendre l’offensive, la ministre de l’Environnement était restée silencieuse depuis une semaine.

Ségolène Royal avait pourtant fait preuve il y a quelques mois d’une certaine bienveillance à l’égard des opposants, allant jusqu’à solliciter un rapport du Conseil général de l’environnement et du développement durable (CGEDD), qui a conclu en février à la faisabilité du projet alternatif.

Mais en mars, son entourage avait indiqué que le dossier était désormais géré par Matignon.

Pour le Premier ministre, la « modernisation (de Roland-Garros) sera un révélateur de la capacité de la France à faire aboutir des projets d’aménagement et d’équipements emblématiques ». Pour le coprésident du groupe écologiste au Conseil de Paris David Belliard, la décision de Manuel Valls prouve plutôt que « c’est la France des grands projets inutiles qui est toujours en marche ».

Roland-Garros : le gouvernement valide l’extension

Roland-Garros : le gouvernement valide l'extension
Vue d’artiste sur le projet d’extension du stade Roland-Garros. © Fédération française de tennis / 2013

L’extension de Roland-Garros a obtenu le feu vert de l’exécutif. Manuel Valls a annoncé mercredi que l’Etat rendrait « d’ici la fin de la semaine » un avis favorable à ce projet, soutenu par la Fédération française de tennis (FFT) et la mairie de Paris.

« Le Premier ministre confirme que l’Etat rendra son avis favorable sur l’ensemble des procédures relevant de sa compétence d’ici la fin de la semaine, afin de permettre un début des travaux le plus rapidement possible », indique Matignon dans un communiqué. « Le projet présenté par la Fédération française de tennis, engagé il y a cinq ans avec le soutien de l’Etat et de la Ville de Paris, a franchi toutes les étapes techniques liées à sa préparation », soulignent les services de Manuel Valls.

La FFT satisfaite. La FFT a aussitôt salué cette annonce. « La Fédération se réjouit de l’annonce faite par le Premier ministre attendue impatiemment par le tennis français et tous ses dirigeants, ainsi que par tous les acteurs du tennis mondial », indique la fédération dans un communiqué.

Un nouveau court sur l’emplacement des serres d’Auteuil. Soutenue par la Ville de Paris, concessionnaire du site, la FFT a opté pour une extension vers le Jardin des serres d’Auteuil. Un nouveau court semi-enterré serait construit dans une partie non classée du jardin. Par ailleurs, le court Philippe-Chatrier doit être équipé d’un toit rétractable. Montant des travaux : entre 350 et 400 millions d’euros.

>> Roland-Garros vu du ciel, avant et après les travaux prévus :

Roland Garros

© FFT / architectes

Les opposants au projet militent pour une option alternative : la couverture de l’autoroute A13 et l’extension du stade vers cette dalle de béton, au nord.

Le futur stade Roland-Garros

Un choix tourné vers l’avenir

Le nouveau Roland-Garros verra le jour en 2018

La modernisation du site historique de Roland-Garros : un choix historique.

Plus d’informations sur : http://www.nouveaustaderolandgarros.fft.fr/

Accès au site de concertation sur la modernisation du stade

Une vingtaine de projets au départ. Deux ans de travail au quotidien, d’études approfondies, d’intenses réflexions. Pour une ambition unique : pérenniser, pour les décennies à venir, le statut et le rayonnement de Roland-Garros parmi les plus grands tournois mondiaux.

En optant le 13 février 2011 pour la modernisation du site historique de Roland-Garros, Porte d’Auteuil, à Paris, la Fédération Française de Tennis a fait un choix historique, sans aucun doute l’un des plus importants depuis sa création, en 1920 ! Un choix tourné vers l’avenir, prestigieux, courageux, innovant, qualitatif, à forte connotation environnementale, tout en préservant une dimension historique incomparable.

Le nouveau Roland-Garros devrait être inauguré sur son site historique, en 2018, à la Porte d’Auteuil. Mais entre le stade d’origine (doté de cinq courts sur 3,25 hectares), construit pour permettre aux Mousquetaires du tennis français de défendre « leur » Coupe Davis, en 1928, et le futur temple de la terre battue, plus d’un siècle de modernité, de technologie et d’ambitions nouvelles séparent ces deux équipements.

Le nouveau stade permettra de répondre aux trois problématiques de départ posées par la FFT :
– disposer d’un court central au toit rétractable afin de pouvoir assurer la continuité du jeu en cas d’intempéries et à la tombée de la nuit, ainsi qu’organiser des sessions de soirée.
– offrir davantage de confort et d’espace à l’ensemble des populations du tournoi (joueurs, spectateurs, medias, partenaires…)
– proposer un stade doté d’infrastructures modernisées en termes de conditions d’accueil, d’informations, de services, d’animations…

A l’issue de ces travaux de grande envergure – sans aucun doute les plus importants depuis la construction du stade -, étalés sur plusieurs éditions du tournoi, Roland-Garros demeurera la seule épreuve du Grand Chelem organisée dans le centre d’une capitale mondiale, Paris en l’occurrence. Mais au lieu de ses 8,6 hectares actuels, le stade en occupera 11,16 en configuration « tournoi ».

Au total, la FFT disposera de 18 courts en terre battue répartis sur son site historique (dont celui du jardin des Serres), mais également d’un Centre National d’Entraînement flambant neuf. Totalement adaptée aux exigences du haut niveau, cette « académie fédérale » verra le jour sur l’actuel stade Georges-Hébert, situé à portée de balle du court Philippe-Chatrier

=====

Commentaires

Arsene  •                                Tant qu’on ne dérange aucune prostipute BCBG…

Lt Sipovitch  •                         VallSS a dit…
Les impôts des parisiens vont encore augmenter, tout ça pour faire plaisir à une petite élite bourgeoise qui a les moyens de ne rien phoutre pendant deux semaines et de se payer le spectacle devenu hors de prix de « Roland le Crados »!!!
faut faire avec  •                     pas capables d’accrocher un panneau d’affichage et ils voudraient faire un court couvert ! aux abris !!
josse  •                                     Et comme d’habitude, on n’a rien demandé aux gueux. On va détruire des serres pour bétonner des surfaces qui ne serviront, au plus, que trois semaines par an. Aux nantis, il est vrai … Circulez, il n’y a décidément rien à voir.
Rio  •  oui en plus couvert comme a londres pourquoi pas
raoul  •                                    Ca n’explique toujours pas comment l’autre broute-minou de Mauresmo a pu tomber enceinte!
Qu’en pense le gouvernement???
Durand Christophe  •            Ils se foutent de nous nous allons à la faillite et ils continuent bien triste ces politique qui ne savent m^me pas travailler car ça leur est jamais arrivé
Rouge et noir  •                      pffff
bouzero  •                               Que fait le ministère de la Culture et la direction du patrimoine, l’autorisation serait l’état
Jeane  •                                   La mafia de l’Élysée, et voilà encore une démonstration de la dictature de Valls

pierce                                     Comment ? on va détruire ces serres techniques que le monde entier nous envie, témoignage inoubliable de l’horticulture triomphale où cependant aucun visiteur n’est jamais admis, au profit d’un vulgaire cours de tennis qui intéresse seulement plusieurs millions de téléspectateurs pour un vulgaire tournois qui en plus attire plein d’étrangers à Paris ? Quelle honte ! Bon c’est pas grave si, quand Paris sera devenu une banlieue éloignée de Londres, on n’aura même plus le fric pour les entretenir.

kickaha                                    Politiques délibérées de destruction de l’environnement ?

 Cynique du Bon Sens et Raison

Une affaire de gros sous n’en doutons pas car les fédérations ont plus l’amour de l’argent que celui du « sport ». Pour le matamore, l’occasion d’affirmer sa petite autorité. L’abjection d’un gouvernement prétendu socialiste qui déroule le tapis rouge devant les affairistes de tous poils, le BTP en tête.

Parisette                                 Des « zadistes » dans des lieux exotiques comme Notre Dame des Landes ou Sivens cela va bien dans le paysage ,mais à Roland Garros dans le 16ème !!! Une alliance potentielle avec les superbobos. Une guerre pichrocoline avec des campements dans le bois de Boulogne ?

Quousque tandem                 Un sujet pareil concerne-t-il le gouvernement? Y a-t-il une affaire de la FFT?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :