Burn-out: toutes les professions sont-elles touchées ? footage de gueule!

Laisser un commentaire


2015-05-26-1432669949-584500-150527_delucq_brulant_pt.jpg

Pas de commentaire de la Fifa sur les arrestations

– Zurich (AFP) – © 2015 AFP

Foot: la Fifa cherche « à clarifier » la situation et ne fera pas de commentaire sur les arrestations (porte-parole)

#Fifa La Fifa cherche « à clarifier » la situation et ne fera pas de commentaire sur les arrestations, indique un porte-parole de l’organisation

#Fifa Sepp Blatter, le président de la Fifa, ne fait pas partie des dirigeants arrêtés ce matin, assure un journaliste du « New York Times »

Des responsables de la Fifa arrêtés par la police suisse

SAN FRANCISCO (Reuters) – Plusieurs hauts responsables de la Fédération internationale de football (FIFA) ont été arrêtés tôt mercredi matin par la police suisse, rapporte le New York Times qui ajoute que la justice américaine réclame leur extradition pour des faits présumés de corruption.

La Fifa tient en cette fin de semaine son congrès annuel où le président Sepp Blatter, à la tête de la puissante fédération depuis 1998, briguera un cinquième mandat.

D’après le New York Times, les policiers suisses sont arrivés à l’aube dans un hôtel luxueux de Zurich où séjournent des officiels de la Fifa.

D’après les sources judiciaires citées par le journal américain, les charges couvrent des faits de corruption présumés commis sur les vingt dernières années. Sont notamment visées les conditions d’attribution de plusieurs éditions de la Coupe du monde ainsi que des contrats de marketing et de droits de retransmission télévisée.

Plus de dix responsables devraient être inculpés, ajoute le NY Times.

Le Wall Street Journal écrit pour sa part que les inculpations devraient être rendues publiques ce mercredi par un tribunal fédéral de Brooklyn, à New York.

Le quotidien, qui cite sources non identifiées, ne précise pas le nom des responsables visés.

Soupçonnés de corruption, une douzaine de membres de la Fifa ont été arrêtés

JUSTICE – Plusieurs haut-responsables du football mondial auraient été arrêtés à Zurich dans une opération exceptionnelle mercredi matin, selon le New York Times. Ils seraient accusés de corruption, blanchiment d’argent et extorsion.

La Fifa, dirigée par Sepp Blatter, serait gangrénée par la corruption depuis des années.

La Fifa, dirigée par Sepp Blatter, serait gangrénée par la corruption depuis des années. Photo : GIL COHEN MAGEN / AFP

L’élection du nouveau président de la Fifa ne commence pas dans le plus grand calme. Alors que la fédération internationale de foot est réunie toute la semaine à Zurich pour son assemblée annuelle, plusieurs de ses responsables auraient été arrêtés très tôt ce mercredi matin dans une opération spéciale, indique le New York Times. Des informations confirmées ensuite par l’agence de presse AP et la BBC. Ces arrestations auraient été effectuées à la demande du FBI, les États-Unis réclamant l’extradition des personnes arrêtées.

Plus d’une douzaine fonctionnaires sont visés. Il leur est reproché des faits de corruption, avec fraude électronique, blanchiment d’argent et extorsion, notamment dans le cadre de l’attribution des Coupes du monde, mais pas seulement. C’est surtout à l’organisation même de la Fifa (marketing, appels d’offres, etc), et aux soupçons de corruption qui pèse sur elle depuis des années, que s’attaquent les juges américains.

« Corruption institutionnalisée »

”Nous sommes frappés par le nombre d’années durant lequel tout cela a perduré, et à quel point cela concerne tout ce que la Fifa a fait, déclare au quotidien américain un juge. Il semble que cette corruption était institutionnalisée, que cela soit leur manière de faire du business.” Un sacré coup pour Sepp Blatter, président de la fédération depuis 1998, qui brigue un nouveau mandat, le cinquième, qu’il est assuré de remporter vendredi face au Prince Ali.

Le Suisse ne fait pas partie des personnes arrêtées. Mais parmi eux se trouvent Jeffrey Webb (Îles Caïman), l’un des vice-présidents du comité exécutif ; Eugenio Figueredo (Uruguay), également vice-président du comité exécutif et ancien président de la fédération sud-américaine de football ; Jack Warner (Trinité-et-Tobago), membre du même comité et accusé plusieurs fois d’avoir violé l’éthique de la Fifa. Les arrestations ont eu lieu mercredi matin, dans le très luxueux hôtel cinq étoiles Baur au Lac, dans le plus grand calme. La Fifa s’est gardée de tout commentaire, comme le FBI.

Vaste opération policière à la Fifa, plusieurs cadres interpellés

 LEXPRESS.fr avec AFP

le-siege-de-la-fifa-a-zurich-le-26-septembre-2014_5304759Les autorités suisses ont procédé tôt ce mercredi à l’arrestation d’une dizaine de cadres de la Fifa, à Zürich.

afp.com/Sebastien Bozon

Les autorités suisses ont procédé ce mercredi à l’arrestation de plusieurs cadres de la Fifa, à Zürich. Les États-Unis demandent leur extradition pour des faits de corruption présumée.

Vaste opération des autorités suisses au siège de la Fifa. ce mercredi matin, des perquisitions ont été menées au siège de l’instance de football. Six cadres auraient été arrêtés selon les médias américains, mais plus d’une dizaine seraient visés au total, rapporte le New-York Times. D’après l’un de ses journalistes, Sepp Blatter ne ferait pas partie des personnes interpellées. Ce serait en revanche le cas de Jeffrey Webb, le vice-président de l’instance, et président de la Concacaf (La Confédération de football d’Amérique du Nord, d’Amérique centrale et des Caraïbes), Eugenio Figueredo, ancien président de la confédération sud-américaine de football et d’Eduardo Li, président de la fédération du Costa Rica. Les autorités suisses ont pu agir dans le calme, sans même utiliser de menottes.

Les arrestations auraient été conduites à l’hôtel Baur au Lac, là ou séjournaient les cadres de l’instance avant leur rencontre annuelle, prévue ce jour. D’après le New York Times, la police suisse serait également repartie avec deux sacs de pièces à conviction. Le quotidien américain, citant trois sources liées à l’enquête, précise que les soupçons porteraient sur un système de corruption organisée, institutionnalisé, qui pourrait notamment concerner les candidatures pour la Coupe du Monde, les contrats de diffusion télévisée ainsi que des aspects marketing. Les charges porteraient sur des faits présumés de fraude, racket et blanchiment d’argent.

Six responsables de la FIFA arrêtés pour des faits présumés de corruption

Le Monde.fr

Le siège de la FIFA, à Zurich.

Six hauts responsables de la Fédération internationale de football (FIFA) ont été arrêtés par la police suisse tôt mercredi 27 mai à Zurich, à la demande des autorités américaines, a fait savoir l’Office fédéral de la justice (OFJ) suisse. La justice new-yorkaise les soupçonne d’avoir accepté « depuis le début des années 1990 des pots-de-vin et des commissions d’un montant de plusieurs millions de dollars », précise l’OFJ dans un communiqué. Ces fonctionnaires ont été placés en détention dans l’attente de leur extradition.

La FIFA tient en cette fin de semaine son congrès annuel, où Sepp Blatter, son président depuis 1998, briguera un cinquième mandat. D’après The New York Times, les policiers suisses sont arrivés à l’aube dans un hôtel luxueux de Zurich où séjournent des officiels de la FIFA.

Visés pour corruption

D’après les sources judiciaires citées par le journal américain, les charges couvrent des faits de corruption présumés commis au cours des vingt dernières années. Sont notamment visées les conditions d’attribution de plusieurs éditions de la Coupe du monde ainsi que des contrats de marketing et de droits de retransmission télévisée. Plus de dix responsables devraient être inculpés, affirme The New York Times.

La police cantonale zurichoise entendra mercredi les personnes arrêtées à propos des faits qui leur sont reprochés. Celles qui consentiront d’emblée à l’extradition feront l’objet d’une procédure simplifiée, permettant à l’OFJ d’approuver sans délai la demande d’extradition aux Etats-Unis et de l’exécuter.

The Wall Street Journal écrit pour sa part que les inculpations devraient être rendues publiques ce mercredi par un tribunal fédéral de Brooklyn, à New York. Le quotidien, qui cite sources non identifiées, ne précise pas le nom des responsables visés.

FIFA: plusieurs hauts responsables de la Fédération arrêtés en Suisse pour corruption à la demande des États-Unis

FIFA

FOOTBALL – De nouveaux soupçons de corruption pèsent sur la FIFA. Selon le New York Times, plusieurs hauts responsables de la fédération ont été arrêtés à l’aube à Zurich, dans le luxueux hôtel Baur au Lac, ce mercredi 27 mai.

Le président de la FIFA, Sepp Blatter, n’est pas concerné précise par ailleurs le New York Times. Une dizaine de responsables seraient visés alors que le gratin de l’institution devait se retrouver ce mercredi pour leur rencontre annuelle.

Le journal explique également que ces cadres devraient être extradés vers les États-Unis pour y être jugés pour des faits présumés de racket, blanchiment d’argent et corruption dans le cadre notamment de l’attribution de plusieurs coupes du monde ou de contrats marketing.

Cette série d’interpellations est le fruit de trois ans d’enquête du FBI. Les faits quant à eux, s’étaleraient sur les vingt dernières années. Selon le Wall Street Journal, la justice américaine devrait rendre publique dans la journée la liste de ces hauts dirigeants ainsi que le détail des faits qui leur sont reprochés. C’est la police cantonale zurichoise qui est chargée de les interroger dans la journée.

Au total, six dirigeants ont été interpellés précise l’agence Associated Press. Parmi eux figureraient Jeffrey Webb, vice-président du comité exécutif de la FIFA.

Cette affaire intervient au pire moment pour la FIFA. En effet, le sulfureux président Sepp Blatter doit en fin de semaine être reconduit à la tête de l’institution pour la cinquième fois consécutive dans un contexte marqué -entre autres- par la très controversée attribution de la Coupe du Monde au Qatar. Comme le précise L’Equipe, Seppe Blatter sera opposé au prince jordanien Ali Bin Al Hussein ayant fait l’objet lui-même de tentatives de corruption au sein même de l’institution.

Un « problème de transparence »

Invité à réagir à cette vague d’arrestations sur Europe 1, le président de la LFP Frédéric Thiriez a pour sa part pointé une « problème de transparence » au sein de l’institution. Le patron de la Ligue 1 a par ailleurs regretté que n’ait pas encore été rendu public le rapport Garcia portant sur les conditions d’attribution des Coupes du monde 2018 et 2022 au Qatar et en Russie. Frédéric Thiriez s’est également dit « profondément choqué » par ces arrestations.

La FIFA quant à elle cherche « à clarifier » la situation et ne fera pas de commentaire sur les arrestations, a-t-elle réagi auprès de l’AFP. « Nous avons vu les comptes rendus des médias. Nous cherchons à clarifier la situation. Nous ne ferons pas de commentaire à cette étape », a déclaré la porte-parole cité par l’AFP.

Lire aussi :

• Blatter élimine Platini de la Fifa : les 7 ruses très politiques d’un vieux lion

• Coupe du monde au Qatar 2022: des logos détournés pour appeler les sponsors du mondial à se retirer

Plusieurs responsables de la Fédération internationale de football amateur (Fifa) ont été arrêtés

Selon le New York Times, la justice américaine réclame leur extradition pour des faits présumés de corruption.

L’information fait beaucoup de bruit ce mercredi matin dans le monde du ballon et ailleurs telleemnt le football a pris une place importante dans notre société actuelle. Ce mercredi matin, plusieurs hauts responsables de la Fédération internationale de football amateur (Fifa) ont été arrêtés, très tôt par la police suisse. Selon le New York Times, les policiers ont fait irruption dans l’hôtel de Zurich où séjournent les officiels de la Fifa.

La fédération est en effet réunie pour tenir cette fin de semaine son congrès annuel. Il se pourrait même que le président Sepp Blater, à la tête de l’organisation depuis 1998, soit réélu pour un cinquième mandat. Le journal américain cite des sources judiciaires selon lesquelles les charges couvrent des faits de corruption présumés commis sur les vingt dernières années.

Une fois de plus, ce sont les conditions d’attribution de plusierus éditions de la Coupe du monde qui sont visées. Des contrats de marketing et droits de retransmissions télévisées seraient également dans le viseur des autorités helvètes. Le NY Times indique que dix responsables devraient être inculpés ce mercredi. Parmi les cadres de la Fifa visés par les soupçons de corruption, on compte Jeffrey Webb, le vice-président, Eugenio Figueredo et Jack Warner. Le président Sepp Blatter, ne serait pas concerné par ces accusations.

Le Wall Street Journal, lui indique  que les inculpations devraient être rendues publiques ce mercredi par un tribunal fédéral de Brooklyn, à New York.

Suisse : plusieurs hauts responsables de la Fifa arrêtés

Six responsables du monde du football, soupçonnés de corruption à la Fédération internationale de Football (Fifa), ont été interpellés mercredi 27 mai à Zurich et placés en détention dans l’attente de leur extradition vers les Etats-Unis.

La police suisse a conduit tôt ce mercredi matin une opération de grande envergure. Six hauts responsables de la Fédération internationale de football (Fifa) ont été arrêtés dans un hôtel luxueux de Zurich.

L’affaire

Les charges qui pèsent contre ces personnes couvrent des faits de corruption présumés commis sur les vingt dernières années. Les conditions d’attribution de plusieurs éditions de la Coupe du monde, des contrats de marketing et de droits de retransmission télévisée son visés.

Dans un communiqué, l’Office fédéral de la justice (OFJ) suisse indique que « le parquet du district Est de New York enquête sur ces personnes qu’il soupçonne d’avoir accepté des pots-de-vin et des commissions du début des années 90 à ce jour ».

« Des représentants des médias et du marketing sportif seraient impliqués dans des versements à de hauts fonctionnaires d’organisations footballistiques (délégués de la Fédération internationale de football association FIFA et fonctionnaires d’organisations affiliées) en échange des droits médiatiques et des droits de marketing et de sponsoring de compétitions organisées aux Etats-Unis et en Amérique du Sud », ajoute-t-il.

Attente d’une extradition

Selon le Wall Street Journal, les inculpations devraient être rendues publiques ce mercredi par un tribunal fédéral de Brooklyn, à New York. Les six hommes ont été placés en détention dans l’attente de leur extradition vers les Etats-Unis.

Cette affaire intervient alors que la Fifa tient en cette fin de semaine son congrès annuel où le président Sepp Blatter, à la tête de la puissante fédération depuis 1998, briguera un cinquième mandat.

Ce que l’on sait de l’arrestation de six cadres de la Fifa pour corruption présumée

Le « New York Times » révèle que les interpellations ont eu lieu, mercredi matin, à Zurich, alors que les dirigeants de la Fédération internationale de football se réunissaient pour leur congrès annuel.

Un van de la police suisse devant l'hôtel de Zurich (Suisse), où ont été arrêtés des responsables de la Fifa, le 27 mai 2015.
Un van de la police suisse devant l’hôtel de Zurich (Suisse), où ont été arrêtés des responsables de la Fifa, le 27 mai 2015. (ARND WIEGMANN / REUTERS)

Six cadres de la Fédération internationale de football (Fifa) ont été arrêtés, tôt mercredi 27 mai, alors qu’ils devaient se réunir pour leur congrès annuel à Zurich (Suisse), révèle le New York Times (en anglais). Le journal affirme que la justice américaine réclame leur extradition pour des faits de corruption présumée.

Francetv info revient sur cette vague d’arrestations sans précédent dans l’univers feutré du football international.

Que s’est-il passé ?

Les arrestations se sont faites dans le calme. Les policiers suisses se sont présentés à l’accueil du Baur Au Lac Hotel de Zurich, tôt, mercredi. Après avoir relevé les numéros de chambre des personnes concernées, ils sont montés les arrêter, raconte un journaliste du New York Times.

Les responsables interpellés ont quitté l’hôtel par une porte secondaire. Ils n’étaient pas menottés et ont pu emporter une valise. Les employés de l’hôtel ont tenté de les mettre à l’abri des regards avec des draps, comme le montrent ces vidéos de l’agence AP et d’un autre journaliste du New York Times.

Qui sont les personnes arrêtées ?

Le ministère suisse de la Justice indique que « six fonctionnaires du football » ont été arrêtées « à la demande des autorités américaines ». Selon le New York Times, Jeffrey Webb, vice-président du comité exécutif, représentant des Iles Caïmans et président de la Concacaf, la Confédération de football d’Amérique du Nord, d’Amérique centrale et des Caraïbes, est parmi elles.

Le président de la Concacaf, Jeffrey Webb (à droite), à côté du président de la Fifa, Sepp Blatter (à gauche), le 16 avril 2015, aux Bahamas.
Le président de la Concacaf, Jeffrey Webb (à droite), à côté du président de la Fifa, Sepp Blatter (à gauche), le 16 avril 2015, aux Bahamas. (DAVID LEAH / MEXSPORT / AFP)

L’Uruguayen Eugenio Figueredo, lui aussi vice-président du comité exécutif, et le Trinidadien Jack Warner, le prédécesseur de Webb à la Concacaf, y figurent également. L’actuel président de la Fifa, Sepp Blatter, qui doit être réélu vendredi pour un cinquième mandat, n’est pas concerné par cette vague d’interpellations.

Que leur reproche-t-on ?

Les accusations portent sur des faits de corruption présumée commis sur les vingt dernières années, essentiellement au sein de la Concacaf, l’une des six fédérations régionales de la Fifa. Au total, 14 personnes, dont des cadres des Etats-Unis et d’Amérique du Sud travaillant dans le marketing sportif, sont mises en examen dans cette affaire, rapporte le New York Times.

Selon le ministère de la Justice suisse, des représentants des médias sportifs et de sociétés de marketing sportif auraient versé des pots-de-vin à des délégués Fifa en échange de « droits médiatiques et des droits de marketing de compétitions organisées aux Etats-Unis et en Amérique du Sud ». Le montant de ces dessous-de-tables se chiffre en millions d’euros.

« Nous sommes frappés par la durée de ces agissements et par le degré d’implication de la Fifa. Cela semble pénétrer chaque élément de la fédération et c’était juste leur manière de faire des affaires, explique un officiel au New York Times. On a l’impression que la corruption est institutionnalisée. »

Pourquoi l’enquête est-elle menée par la justice américaine ?

Selon la demande d’arrestation américaine, citée par le ministère de la Justice suisse, les négociations autour de ces pots-de-vin « auraient été conclues aux Etats-Unis, où ont également eu lieu les préparatifs ». Des paiements auraient également transité par des banques américaines. Autant d’éléments qui expliquent la mobilisation de la justice américaine dans cette affaire.

Selon le Wall Street Journal (en anglais), cette opération est l’aboutissement d’une enquête entamée il y a des années par le FBI. Les policiers américains ont reçu un coup de pouce décisif en 2011, lorsqu’un Américain membre du comité exécutif, Charles Chuck Blazer, a accepté de collaborer avec eux. Sous la menace d’une enquête pour évasion fiscale, l’homme, qui a quitté la Fifa en 2013 après des accusations de corruption, a enregistré plusieurs conversations avec d’autres cadres de la fédération.

Après l’annonce des arrestations, un porte-parole de la Fifa a indiqué que cette dernière cherchait « à clarifier » la situation. « Nous ne ferons pas de commentaire à cette étape », a déclaré la porte-parole.

Comment la Fifa a bloqué les investigations autour des Coupes du monde 2018 et 2022

Maxime Brigand

figarofr: Sepp Blatter est à la tête de la FIFA depuis 1998.© FADEL SENNA/AFP Sepp Blatter est à la tête de la FIFA depuis 1998. Les soupçons de corruption pèsent depuis longtemps sur la Fédération internationale de football. Des réponses se trouvent dans un rapport de 430 pages rédigé par le procureur américain Michael Garcia. Sauf que ce dernier n’a jamais été publié.

Tout était prêt. On pensait qu’on allait enfin tout savoir. Qu’on allait enfin voir clair dans les conditions d’attribution des Coupes du monde 2018 en Russie, et 2022 au Qatar. Que des noms allaient tomber, que les investigations réalisées autour de l’empire opaque construit de longue date par la FIFA seraient utilisées comme une preuve irréfutable d’un système gangrené par «une corruption institutionnalisée existant depuis des années».

Le 19 décembre dernier, dans la foulée du comité exécutif de l’organisation à Marrakech, Sepp Blatter, président omnipotent de la FIFA depuis 1998, affirmait que le rapport Garcia serait publié intégralement dans une «forme appropriée». Le comité venait alors d’approuver la publication d’un dossier de 430 pages, construit par le procureur américain Michael Garcia. Ce dernier apportait de nombreux éléments remettant en question l’intégrité de nombreuses personnalités au sein de la Fédération internationale.

Mais avec cette expression de «forme appropriée», le président de la FIFA a signifié clairement que l’ensemble du travail ne serait pas publié. Garcia, «l’incorruptible», fulminait depuis de nombreuses semaines dans les couloirs du siège suisse de l’institution, à Zurich. Le rapport que souhaitait publier la FIFA ayant été entièrement vidé de «pièces à conviction» amassées par le procureur et cinq enquêteurs indépendants. La réponse fut alors claire et cinglante: Garcia, l’ancien président de la chambre d’instruction du comité éthique de l’institution, claqua la porte le 17 décembre 2014.

« Le rapport sera publié lorsque toutes les actions individuelles auront abouti »

Interrogé ce matin au micro d’Europe 1, Frédéric Thiriez, le président de la Ligue de Football Professionnel (LFP), a réagi aux avancées de l’affaire et l’arrestation d’une dizaine de hauts responsables de la FIFA: «Je souhaite que la police et la Justice aillent jusqu’au bout de cette affaire. C’est un problème d’organisation, de transparence. Pourquoi n’a-t-on pas publié intégralement le rapport Garcia?». Cela fait maintenant huit mois que l’épais dossier prend la poussière à Zurich. L’institution a alors annoncé que le rapport serait «publié lorsque toutes les actions individuelles auront abouti».

Les inculpations de la matinée et les décisions judiciaires qui suivront devraient permettre de faire la lumière sur un système opaque. Si les faits présumés de blanchiment d’argent, de racket et de détournements de fonds d’une dizaine de responsables de l’organisation étaient prouvés, la justice pourrait ordonner la publication des investigations menées par Michael Garcia. Aujourd’hui, cette solution paraît être le seul recours possible. Sepp Blatter s’apprêtant à entamer vendredi un cinquième mandat consécutif.

Une affaire de corruption secoue la Fifa à deux jours de sa « présidentielle »

Le président de la Fifa, Joseph Blatter, lors d'une conférence de presse le 18 avril 2013 à Panama city

© Fournis par AFP Le président de la Fifa, Joseph Blatter, lors d’une conférence de presse le 18 avril 2013 à Panama city Un séisme a frappé la Fifa mercredi avec l’arrestation, à Zurich à la demande des autorités américaines, de six responsables soupçonnés de corruption, à deux jours de l’élection pour la présidence où Joseph Blatter briguera un 5e mandat.

Selon les autorités suisses, les six responsables interpellés sont soupçonnés d’avoir accepté des dessous de table d’un montant de plusieurs millions des dollars, des années 1990 à nos jours.

Le New York Times, qui a révélé l’affaire, a indiqué que des policiers suisses se sont présentés au petit matin dans le luxueux hôtel cinq étoiles Baur Au Lac du centre de Zurich, où sont logés les principaux dirigeants de la Fifa. Deux hommes non menottés ont été emmenés. Parmi eux, figurait Eduardo Lio, du Costa Rica.

Selon le quotidien new-yorkais, les accusations visent des faits de corruption au cours des vingt dernières années. Elles portent notamment sur des attributions de coupes du monde, de droits de marketing et de télévision. Les accusations visent également des escroqueries par voie électronique, des faits de racket et de blanchiment d’argent.

L'hôtel Baur Au Lac de Zurich le 27 mai 2015, où les arrestations des diriegeants de la Fifa se sont déroulées© Fournis par AFP L’hôtel Baur Au Lac de Zurich le 27 mai 2015, où les arrestations des diriegeants de la Fifa se sont déroulées Les accusations concernent au total une dizaine de personnes précise le journal, mais certaines d’entre elles ne se trouvent pas actuellement à Zurich.

Parmi les dirigeants présents ou passés de la Fifa visés par les accusations figurent Jeffrey Webb (Iles Caïman), Eugenio Figueredo (Uruguay), tous deux membres du comité exécutif, et Jack Warner (Trinité-et-Tobago), un ancien membre du comité exécutif, déjà impliqué dans de nombreuses affaires de corruption.

Une porte-parole de la Fifa a indiqué à l’AFP que l’instance cherchait « à clarifier la situation » après ces arrestations. Une conférence de presse a été convoquée à 11h00 locales (09h00 GMT) au siège de la Fédération à Zurich, en présence de Walter De Gregorio, directeur de la communication.

Demande d’extradition 

« La police cantonale a arrêté six fonctionnaires du football (…) à la demande des autorités américaines », a indiqué le ministère suisse de la Justice dans un communiqué, précisant agir à la demande du parquet du district est de New York.

« Des représentants des médias sportifs et de sociétés de marketing sportif seraient impliqués dans des versements à de hauts fonctionnaires d’organisations footballistiques (des délégués de la Fifa et d’autres personnes appartenant à des organisations affiliées à la Fifa) en échange de droits médiatiques et des droits de marketing de compétitions organisées aux Etats-Unis et en Amérique du Sud », précise le ministère.

« Selon la demande d’arrestation américaine, l’entente relative à ces actes aurait été conclue aux Etats-Unis, où ont également eu lieu les préparatifs. Des paiements auraient transité par des banques américaines », ajoute le communiqué suisse.

Les suspects interpellés font l’objet d’une demande d’extradition américaine.

Ils vont être entendus par la police de Zurich. Ceux qui accepteront leur extradition feront l’objet d’une procédure simplifiée « par laquelle l’OFJ (Office Fédéral de la Justice) pourra sans délai approuver la demande d’extradition vers les Etats-Unis et l’exécuter ».

Pour ceux qui s’y opposeront, « l’OFJ priera les Etats-Unis de faire parvenir une demande formelle d’extradition à la Suisse dans le délai de 40 jours prévu par le traité d’extradition en vigueur entre les deux pays », selon le communiqué.

Ce coup de filet spectaculaire intervient à deux jours de l’élection à la présidence de la Fifa, où Joseph Blatter, à sa tête depuis 1998, briguera un cinquième mandat.

M. Blatter, âgé de 79 ans, est au centre de nombreuses critiques pour sa gouvernance de la richissime instance, qui a enregistré un chiffre d’affaires de près de 2 milliards d’euros en 2014, année de la dernière coupe du monde.

De nombreuses accusations de corruption, relayées par les médias, ont visé l’attribution des Coupes du monde 2018 et 2022 à la Russie et au Qatar.

Suspectés de corruption, plusieurs cadres de la Fifa ont été arrêtés

Maxime Brigand

Une dizaine de cadres de l'organisation mondiale a été arrêtée ce matin dans un hôtel de Zurich.

VIDÉO – Une vaste opération de police a eu lieu ce matin dans un hôtel de Zurich où les autorités suisses ont procédé à l’arrestation de plusieurs responsables de la Fifa qui devraient être extradés aux Etats-Unis. L’institution a confirmé de son côté la tenue des élections pour la présidence vendredi.

Publicité

Il s’agit d’un énorme coup de filet. Alors que Sepp Blatter, le président de la Fifa, devrait être élu pour un cinquième mandat lors d’un congrès exceptionnel vendredi, la police suisse a procédé à l’arrestation d’une dizaine de cadres de l’organisation mondiale dans un hôtel de Zurich ce matin. Selon les informations du New York Times, les policiers se sont rendus très tôt ce matin au sein du luxueux Baur au Lac avant d’interpeller les dirigeants dans leur chambre alors qu’ils étaient réunis à l’occasion de l’assemblée annuelle de la fédération internationale de football.

D’après les sources judiciaires citées par le journal américain, les charges porteraient sur des opérations de blanchiment d’argent, du racket et de nombreux détournements de fonds commis sur les vingt-dernières années. Notamment dans le viseur, les conditions d’attribution des Coupe du monde 2018 et 2022 sont pointées, mais aussi des contrats de marketing et de droits de retransmission TV. Une enquête vient d’être ouverte en Suisse après la saisie de documents au siège à Zurich autour des attributions de Coupe du monde et des perquisitions sont actuellement en cours à Miami.

Le système se resserre autour de Sepp Blatter

Parmi les nombreux responsables inculpés à la demande du département de la justice américaine, on retrouve Jeffrey Webb, le président de la Confédération d’Amérique du Nord, d’Amérique centrale et des Caraïbes (CONCACAF) et vice-président du comité exécutif, Eugenio Figueredo, également membre du comité exécutif, ou encore Jack Warner (Trinité-et-Tobago), soupçonné de nombreuses violations éthiques. Le grand magnat Sepp Blatter, président indélogable de la FIFA depuis 1998 et en passe d’entamer un cinquième mandat consécutif, ne fait pas partie des haut fonctionnaires arrêtés.

Sur place, un représentant de force de l’ordre avoue «que ce système avait trop duré. Nous sommes frappés par sa puissance et par le fait qu’il touche toutes les parties de la Fifa. On est là dans un cas de corruption institutionnalisée». La justice américaine demande aujourd’hui l’extradition des responsables arrêtés afin de les juger devant la cour de justice. Les inculpations exactes devraient être rendues publiques dans la journée par le tribunal fédéral de Brooklyn, à New York.

Depuis de nombreuses années, la Fifa est l’objet d’investigations fouillées mettant en cause son opacité et son mode de gouvernance largement discuté. Les cas de pots-de-vins versés ont été nombreux lors de l’attribution des dernières Coupe du Monde, le manque de transparence sur la rémunération des dirigeants est souvent pointé alors que l’organisation enregistre des chiffres d’affaires exceptionnels (5,7 milliards de dollars entre 2011 et 2014). L’étiquette «d’empire byzantin impénétrable» souvent collée au dos de la Fifa pourrait être désormais très vite déchirée.

Dans un point presse tenu au siège de la Fifa mercredi matin, Walter De Gregorio, le directeur de la communication et des affaires publiques de l’institution, a confirmé que les élections pour la présidence de la fédération auraient bien lieu vendredi et que «Sepp Blatter et Jérôme Valcke, le secrétaire général, ne sont pas impliqués. La Fifa coopère pleinement avec la justice, elle est victime dans cette affaire».

==

Commentaires

Enzo  • 

Est-ce vraiment une surprise…?

Laurent  • 

La FIFA est devenue un vrai repaire de voyous. On croirait l’UMP

ormeau  •

vont-ils blatérer afin d’ éliminer cette vermine fat de sa personne du champ footbalistique une bonne fois pour toutes en avouant leurs turpitudes et manigances avec le chef trafiquant vive M ALI

Jean-Michel  • 

Ils disent « depuis 20 ans… » et c est seulement aujourd hui que réagit la justice… encore un e grosse farce ou les plus gros passeront au travers du filet..

clind’oeil  •  

Zepp Blatter est à la FIFA ce que Antonio Samaranch était au CIO..
Tout le monde le savait !

123  •  

C’est drôle on n’arrête que les citoyens de petits pays du genre Tobago qui ne peuvent pas se faire aider par leurs pays que font ils de blatter et des autres européens dont tout le monde est au courant des magouilles c’est tout le système qu’il faut détruire pas deux petits poissons

Genghis Khon  •

Jalousie de la Gay pride mondialiste! C’est uniquement parce qu’ils n’ont pas été retenus pour l’organisation des jeux! Cela dit, la FIFA n’est qu’un repaire de mafieux, c’est bien connu!

Alain  • 

Ils sont forts les ricains qd meme.
On peut faire pareil avec le CIO ?

Necker  •

Ça alors!

david  •

fifa ça rime bien avec mafia non ?

cinna  •

Cette organisation n’a rien à voir avec le sport mais avec le fric et même l’argent sale.
Si la Qatar a eu la coupe de Monde c’est grâce à ces pétrodollars; si Platini a demandé à ce qu’un prince qatari soit à la tête de cette organisation c’est toujours pour le fric.

mams6509  • 

et il va dire qu’il ne savait pas ????

Laurent  • 

J’adore la signification du « A » dans FIFA. Si ça c’est pas du footage de gueule avec les sommes astronomiques brassées.

AGODOU  •

De quelle autorité la justice américaine s’ingère-t-elle dans une affaire présumée en Suisse? La cible=mondiale Russie!

François  • 

Football AMATEUR ? Et oui, il faut bien vivre ! Tout est pourri par le dieu argent. J’ai donné 27 ans à mon pays (militaire de carrière) et vraiment je le regrette de plus en plus, quel C.O.N. j’ai été .

Michel “H”  • 

Mais cela n’empêchera pas les « bidochons » moyens de payer des sommes délirantes pour assister aux match tout en portant Le t-shirt et toute la panoplie de l’équipe !
Vas y supporter, achète le grand écran sur lequel ils vont te balancer des milliers de pub pour des #$%$ dont tu as envie mais qui sont hors de tes moyens !
Vas y, achète la presse poubelle ou on voit ton « idole » surpayé et sa bimbo « sur-mamellisée ».
Continue a accepter qu’avec tes impôts soit construit des temples au dieu « sport/argent » de plusieurs dizaines de milliers de places… qui deviennent des places fortes assiégées et « protégées » par les forces de l’ordre a nos frais des qu’il y a un match…
Parait que le « sport » c’est bon pour les jeunes !
Quel exemple, la seule devise de ces gens la c’est: « Y’en a qu’une, c’est la Thune ! »

Dany  • 

Il est temps de faire quelque chose…

johnny  •

De la corruption au sein de la FIFA !!!!!….Ne me dite pas………..
Mais comment est ce possible dans ce  » noble sport »?

ADTR  •

Où il y a pouvoir il y a corruption.
Où il y a corruption il y a argent.
Conclusion pouvoir et argent font bon ménage et cela passe par la corruption.
Qui a dit politique ?

Gerard  • 

tout le monde le savait depuis longtemps

Un utilisateur Yahoo  •

C’est ça le sport de haut niveau peut importe le sport les gens sont quand prêts à débourser énormément pour voir leur équipe ou sportif préféré et dans l’habillement c’est vraiment un comble

Franck  • 

Sepp Blatter et Michel Platini surement !!!

FIdèles FArceurs…………..

FBI  • 

Il y a de la corruption au sein de la FIFA?!!!! Je n’y crois pas un seul instant. C’est du grand banditisme oui

sumra  • 

ne me dites pas qu’on va reparler de l’attribution de la C d M au Qatar ?
je n’en crois rien

Dionaea  • 

Ils donnent la Coupe du Monde au Qatar…. comme ca… gratuit ??????
Ils ont tellement encaissé d’argent qu’ils sont prêts à modifier tous les calendriers de tous les championnats…. à mon avis, ca n’a pas du plaire à tout le monde…. surtout à ceux qui n’ont rien eu…….

Paul • 

  • ha même la il y a des truands …..c’est curieux ….ces gens qui se jettent sur le pognon comme la misère sur le pauvre monde …..et après sa donne des leçons de savoir vivre ….j’adore …..tout ce pognon qui circule et après ils disent qui y en as pas assez……c’est sur si il s’évapore avant d’arriver dans les bonne caisses ….!!!!
    Christian  •  …quand tu vois leurs tronches aux « dirigeants »…,des arrivistes pour la plupart,incultes comme la terre de l’ile de Pâques,mais bien branchés maffia-pognon sale!…en fait ils pourraient faire le taf des politiques,on y verrait que du feu!…Il serait temps de secouer la nappe,çà devient malsain de partout!
    arnaud  • quelqu’un est surpris ?
    blablabla  • c’est pourtant tres clair,limpide
    bon sens  •le football, 654 cas de corruption avérée l’année dernière dans les clubs, 75 morts , conséquence de match et plus de 3 000 blessés. Rien de nouveau sous le soleil, le qatar et l’arabie saoudite ont toujours été en première ligne. Souvenez vous du mondial où l’équipe france a été contrainte de se soumettre à une décision d’un émir, sur l’abitre, lors d’une coupe du monde.
    Martin  •  c’ est le nouveau nom de l’ UMP ?
    Rithé  •  no comment……

rebelle 48                                                 C’est plutôt positif d’enrayer la corruption. … si la justice va jusqu’au bout

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :