un métier qui «fait appel aux hormones masculines»

Laisser un commentaire


ATT12

Tourisme: razzia chinoise sur le savoir-faire tricolore

Géraldine Meignan
tourisme-chinois_5309223

Depuis quelques mois, les groupes chinois multiplient les alliances avec les fleurons du tourisme français. Objectif: répondre à la demande domestique, en plein essor, et au-delà s’imposer comme les futurs leaders mondiaux du secteur.

C’était donc un signe. Lorsque Guo Guangchang, le patron du conglomérat chinois Fosun, a lancé il y a deux ans son OPA amicale sur le Club Méditerranée, tout le monde n’y a vu qu’une étape dans l’accélération du développement international du groupe présidé par Henri Giscard d’Estaing. Puis les choses se sont brutalement accélérées. Ces derniers mois, on a vu les Chinois s’inviter au capital de Louvre Hotels, s’allier à Accor, nouer un partenariat avec Pierre & Vacances et débourser plus de 300 millions d’euros pour mettre la main sur l’aéroport de Toulouse-Blagnac en vue d’en faire un hub européen pour les compagnies aériennes chinoises.

Mais que viennent donc manigancer les investisseurs chinois avec les fleurons du tourisme français ? Officiellement, il s’agit de les aider à accoster en Chine. Par les temps qui courent, mieux vaut, il est vrai, être associé à un partenaire chinois qui veut déployer ses hôtels et ses villages vacances dans l’empire du Milieu. En réalité, les Jin Jiang, Fosun, Huazhu et autres Beijing Capital Land ont l’ambition de devenir un jour des acteurs clés du tourisme mondial. Et, pour y arriver, il n’y a pas mieux que de s’acoquiner avec, ou plus simplement de racheter, des leaders français du secteur, dont ils ont tout à apprendre, notamment en matière de fidélisation et de service clients.

Un marché intérieur au potentiel énorme

Le nombre de touristes chinois voyageant à l’extérieur de la Chine a dépassé pour la première fois la barre des 100 millions l’an dernier. Mais l’enjeu ne se situe pas seulement là. C’est l’immense potentiel du marché domestique qui sous-tend ces grandes manoeuvres. Il pourrait dès 2017 devenir le premier marché du tourisme au monde devant les Etats-Unis. « Ça bouge énormément. Il y a des milliers d’agences de voyages et de tour-opérateurs qui ont du cash. Si bien qu’on assiste déjà à des premières vagues de rachats à l’échelle du pays », raconte Frédéric Mazenq, le patron de l’agence Atout France à Pékin.

des-touristes-chinois-dans-le-quartier-de-montmartre-a-paris-le-16-mai-2014_4902481

Le nombre de touristes chinois voyageant à l’extérieur de la Chine a dépassé pour la première fois la barre des 100 millions l’an dernier afp.com/Fred Dufour

C’est un fait, les Chinois prennent de plus en plus de vacances. Or leurs sites touristiques sont congestionnés et, dans certaines provinces, le manque de structures hôtelières est criant. Là où les Etats-Unis comptent quinze chambres d’hôtel pour 1 000 ha bitants et l’Europe dix, la Chine en possède seulement deux. Huazhu, le nouveau partenaire d’Accor, estime à 600 millions le nombre de Chinois dont le pouvoir d’achat permet de s’offrir une chambre d’hôtel. Encore faut-il développer une offre adaptée. Les Chinois aiment les vacances en famille, les parcs à thème, le golf, mais ils détestent buller dans un transat au soleil.

A force de parcourir le monde, les classes moyennes ont surtout pris goût aux standards internationaux. Oublié le stéréotype du touriste chinois, casquette vissée sur la tête, qui voyage en groupe à la vitesse de l’éclair dans des formules all inclusive, et que l’on parque dans des hôtels bon marché et peu accueillants en banlieue. Aujourd’hui, on commence à croiser des happy few chinois sur la Côte d’Azur, en Bourgogne, et dans certaines stations de ski des Alpes. Pierre & Vacances a fait récemment sa première vente dans un village vacances en Belgique à un investisseur chinois. « Ils représentent déjà la première clientèle du Club Med à l’île Maurice et à Phuket, en Thaïlande », constate André Loesekrug-Pietri, président du fonds sino-européen A Capital.

Une clientèle urbaine avide de week-ends au vert

Il s’agit désormais de prolonger cette expérience en Chine. Développer des cottages inspirés des Center Parcs dans un environnement bucolique, ludique et sportif, loin de la pollution des grandes villes a du sens. C’est ce que Pierre & Vacances étudie avec Beijing Capital Land, un des plus gros promoteurs immobiliers chinois, qui a identifié déjà deux sites à proximité de Pékin et de Shanghai.

« Il ne s’agit pas de faire du néochinois avec un toit en forme de pagode, ni une pâle copie de ce qui existe déjà en Europe, mais de développer un concept sur mesure qui porterait bien entendu un nom chinois », précise Thierry Hellin, directeur général adjoint de Pierre & Vacances. Pour répondre aux attentes d’une clientèle urbaine qui a besoin de se mettre au vert pas trop loin de la maison, le temps d’un week-end, le Club Med va lui aussi développer une offre d’hôtellerie de loisirs, complémentaire de ses villages vacances.

La première pierre de ce concept, commercialisé sous une nouvelle marque, Joyview by Club Med, à mi-chemin entre un hôtel et une formule club tout compris, a été posée cet automne à Qinhuangdo, un lieu très prisé des élites chinoises, à 300 kilomètres à l’est de Pékin. Le partenaire d’Accor, Huazhu, vise quant à lui le développement spectaculaire de l’hôtellerie économique en Chine.

Prometteur, le marché n’en est pas moins compliqué, comme a pu le constater Accor. Les nombreux hôtels Ibis, Ibis Styles, Novotel et Mercure construits en Chine n’ont pas rencontré jusque-là le succès escompté. C’est désormais Huazhu qui aura la main sur leur développement. Au programme, la construction de 300 à 500 nouveaux hôtels au cours des cinq prochaines années. « Notre alliance avec Accor permet de constituer un réseau de plus 5 600 hôtels et de proposer des programmes communs de fidélité à plus de 47 millions de clients à travers le monde », explique un porte-parole de Huazhu. Difficile de ne pas voir dans cette alliance un retrait opérationnel d’Accor en Chine. Le groupe ne conservera que l’exploitation de ses marques de luxe, comme Sofitel et Pullman.

La croisière, autre marché convoité par les Chinois

Le prochain terrain de jeu des investisseurs chinois pourrait être le marché des croisières. La classe moyenne des mégalopoles chinoises s’éveille aux voyages en mer. Au moment des fêtes du nouvel an, les journaux sont remplis de publicités pour des séjours avec escales en Corée et au Japon. Costa Croisières s’apprête à exploiter à l’année un troisième navire en Chine, tandis que Royal Caribbean positionnera bientôt à Shanghai le Quantum of the Seas, le troisième plus gros paquebot du monde. Mais, là aussi, les opérateurs chinois sont en embuscade. Un premier paquebot capable de transporter 2 000 passagers, racheté à P&O et rebaptisé Henna, est depuis peu opéré par une entreprise chinoise.

L’appétit grandissant des investisseurs chinois pour le tourisme n’est pas près de s’arrêter là. L’entrée de Fosun dans le capital du tour-opérateur britannique Thomas Cook, le mois dernier, en est la preuve. Tous veulent remonter la chaîne de valeur en créant des groupes intégrés. Jin Jiang, le partenaire de Louvre Hotels (Kyriad, Campanile, Première Classe…), est déjà un poids lourd du tourisme, présent dans l’hôtellerie et les agences de voyages.  » C’est un des plus gros pourvoyeurs de Chinois en Europe. Il était logique qu’il veuille avoir la maîtrise des établissements qui les accueillent sur place « , décrypte Frédéric Mazenq, d’Atout France.

Toulouse, deuxième porte d’entrée en France

l-aeroport-de-toulouse-blagnac-le-19-novembre-2014-2_5179243
C’est tout l’intérêt du rachat par des investisseurs chinois et canadiens de l’aéroport de Toulouse-Blagnac. Si China Eastern et China Southern sont partenaires d’Air France et disposent de ce fait d’une offre de correspondances étoffée à Roissy, de nombreuses compagnies aériennes chinoises aimeraient être autorisées à affréter des vols entre la France et la Chine. L’aéroport de Toulouse pourrait être une deuxième porte d’entrée rêvée en France pour les touristes souhaitant visiter le sud de la France. Il est aussi prévu d’en faire un hub pour les passagers en correspondance pour Paris ou pour une autre destination européenne. Le consortium sino-canadien ambitionne de porter le nombre de passagers à 20 millions d’ici vingt à trente ans, contre 7,5 millions aujourd’hui.

Dans cette vaste partie de Monopoly, le modèle d’un partenariat gagnant-gagnant reste à inventer. Il s’agit notamment de savoir comment les entreprises françaises vont manoeuvrer pour obtenir un juste partage de la valeur sans se faire dépouiller de leur savoir-faire. La bataille pour bâtir, demain, les futurs Geely ou Lenovo du tourisme ne fait que commencer.

Des affaires tous azimuts

CLUB MED
Date: 9/2/2015
Nom: Fosun
Opération: rachat pour 939 millions d’euros Enjeu: accélérer l’internationalisation du Club Méditerranée, notamment en Chine.

ACCOR
Date: 14/12/2014
Nom: Huazhu
Opération: partenariat
Enjeu: Accor confie à Huazhu la gestion opérationnelle de ses Ibis, Ibis Styles, Novotel et Mercure en Chine.

LOUVRE HÔTELS
Date: 1/3/2015
Nom: Jin Jiang International
Opération: rachat pour 1,3 milliard d’euros
Enjeu: générer des synergies et des programmes communs de fidélité entre les deux chaînes hôtelières.

PIERRE & VACANCES
Date: 4/12/2014
Nom: Beijing Capital Land
Opération: partenariat
Enjeu: développer un concept de Center Parcs en Chine et attirer des investisseurs chinois en France.

======================================

L’Inde et la Chine signent pour 22 milliards de dollars d’accords commerciaux

L’Inde et la Chine ont signé samedi à Shanghai 21 accords commerciaux et de coopération, représentant un montant total de 22 milliards de dollars, en présence du Premier ministre indien, Narendra Modi.

« ?uvrons ensemble dans notre intérêt commun. L’Inde est prête à faire des affaires (ici) », a déclaré M. Modi, qui effectue sa première visite officielle en Chine, en quête de financements pour améliorer les infrastructures de l’Inde.

Pékin est le plus important partenaire commercial de New Delhi.

Les accords signés samedi concernent notamment le secteur bancaire, celui des télécoms, de l’énergie solaire, de la sidérurgie, une centrale thermique, des infrastructures portuaires, le secteur cinématographique et une zone de développement industriel.

Concrètement, il s’agit principalement de financements, par des banques chinoises, de projets en Inde.

« Je crois fermement que ce siècle appartient à l’Asie », a lancé le Premier ministre indien, soulignant les liens historiques qui unissent les deux pays qui se disputent le leadership du continent.

Mais, alors que la Chine est devenue la deuxième plus grande économie mondiale, l’Inde reste loin derrière, malgré les espoirs de réformes suscités par l’élection de M. Modi.

Arrivé jeudi en Chine, le Premier ministre indien a fait l’objet d’attentions remarquées, étant notamment accueilli par le président chinois Xi Jinping dans son berceau familial de la province du Shaanxi. M. Modi a également été reçu en grande pompe par son homologue chinois Li Keqiang à Pékin, lors d’une cérémonie au Temple du Ciel.

Il a inauguré samedi un centre d’études indiennes et « gandhiennes » – en référence à l’ex-dirigeant indien Mahatma Gandhi – à la prestigieuse université de Fudan.

Le Premier ministre a été élu à une écrasante majorité l’an dernier, et s’est félicité vendredi du fait que l’Inde soit une démocratie, un avantage, selon lui. Mais lorsqu’un groupe d’étudiants indiens à Fudan a scandé son nom à son arrivé samedi, les gardes de la sécurité chinois se sont avancés, suspicieux, avant de battre en retraite.

Le dirigeant indien avait, avant de s’envoler vers la Chine, dit souhaiter un rapprochement économique entre les deux voisins, malgré les différends frontaliers qui continuent à les opposer.

Le commerce annuel entre les deux pays les plus peuplés du monde totalise quelque 70 milliards de dollars, un montant qui cache un déficit commercial de plus de 38 milliards de dollars pour l’Inde

L’Inde et la Chine signent de juteux accords commerciaux

« Oeuvrons ensemble dans notre intérêt commun. L’Inde est prête à faire des affaires (ici) », a déclaré Narendra Modi, qui effectue sa première visite officielle en Chine, en quête de financements pour améliorer les infrastructures de l’Inde.

Pékin est le plus important partenaire commercial de New Delhi.

Arrivé jeudi en Chine, le Premier ministre indien a fait l'objet d'attentions remarquées, étant notamment accueilli par le président chinois Xi Jinping dans son berceau familial de la province du Shaanxi.© Copyright 2015, Challenges Arrivé jeudi en Chine, le Premier ministre indien a fait l’objet d’attentions remarquées, étant notamment accueilli par le président chinois Xi Jinping dans son berceau familial de la… Ces accords concernent notamment le secteur bancaire, celui des télécoms, de l’énergie solaire, de la sidérurgie, une centrale thermique, des infrastructures portuaires, le secteur cinématographique, ou encore une zone de développement industriel.

Concrètement, il s’agit principalement de financements, par des banques chinoises, de projets en Inde.

Arrivé jeudi en Chine, le Premier ministre indien a fait l’objet d’attentions remarquées, étant notamment accueilli par le président chinois Xi Jinping dans son berceau familial de la province du Shaanxi.

M. Modi a également été reçu en grande pompe par son homologue chinois Li Keqiang à Pékin, lors d’une cérémonie au Temple du Ciel.

Le dirigeant indien avait, avant de s’envoler vers la Chine, dit souhaiter un rapprochement économique entre les deux voisins, malgré les différends frontaliers qui continuent à les opposer.

Le commerce annuel entre les deux pays les plus peuplés du monde totalise quelque 70 milliards de dollars, un montant qui cache un déficit commercial de plus de 38 milliards de dollars pour l’Inde.

(Avec AFP)

Chine et Inde signent pour 22 milliards de dollars d’accords

SHANGHAI (Reuters) – La Chine et l’Inde ont signé des accords pour un montant supérieur à 22 milliards de dollars, a déclaré samedi un responsable de l’ambassade d’Inde au terme d’une visite de trois jours en Chine du Premier ministre indien Narendra Modi.

Les accords couvrent de nombreux secteurs dont les énergies renouvelables, les ports et les parc industriels, a-t-il ajouté.

La Chine et l’Inde s’accordent pour 22 milliards de dollars

L’Inde et la Chine ont signé samedi à Shanghai 21 accords commerciaux et de coopération, représentant un montant total de 22 milliards de dollars, en présence du Premier ministre indien, Narendra Modi.

« Œuvrons ensemble dans notre intérêt commun. L’Inde est prête à faire des affaires (ici) », a déclaré M. Modi, qui effectue sa première visite officielle en Chine, en quête de financements pour améliorer les infrastructures de l’Inde.

70 milliards de dollars par an

Pékin est le plus important partenaire commercial de New Delhi. Le commerce annuel entre les deux pays les plus peuplés du monde totalise quelque 70 milliards de dollars, un montant qui cache un déficit commercial de plus de 38 milliards de dollars pour l’Inde.

Les accords signés samedi concernent notamment le secteur bancaire, celui des télécoms, de l’énergie solaire, de la sidérurgie, une centrale thermique, des infrastructures portuaires, le secteur cinématographique et une zone de développement industriel. Concrètement, il s’agit principalement de financements, par des banques chinoises, de projets en Inde.

Des liens historiques

« Je crois fermement que ce siècle appartient à l’Asie », a lancé le Premier ministre indien, soulignant les liens historiques qui unissent les deux pays qui se disputent le leadership du continent.

Mais, alors que la Chine est devenue la deuxième plus grande économie mondiale, l’Inde reste loin derrière, malgré les espoirs de réformes suscités par l’élection de M. Modi.

Arrivé jeudi en Chine, le Premier ministre indien a fait l’objet d’attentions remarquées, étant notamment accueilli par le président chinois Xi Jinping dans son berceau familial de la province du Shaanxi.

M. Modi a également été reçu en grande pompe par son homologue chinois Li Keqiang à Pékin, lors d’une cérémonie au Temple du Ciel.

Il a inauguré samedi un centre d’études indiennes et « gandhiennes » – en référence à l’ex-dirigeant indien Mahatma Gandhi – à la prestigieuse université de Fudan.

Des différends frontaliers

Le Premier ministre a été élu à une écrasante majorité l’an dernier, et s’est félicité vendredi du fait que l’Inde soit une démocratie, un avantage, selon lui. Mais lorsqu’un groupe d’étudiants indiens à Fudan a scandé son nom à son arrivé samedi, les gardes de la sécurité chinois se sont avancés, suspicieux, avant de battre en retraite.

Le dirigeant indien avait, avant de s’envoler vers la Chine, dit souhaiter un rapprochement économique entre les deux voisins, malgré les différends frontaliers qui continuent à les opposer.

==

Commentaires

goupil  • 

bonne nouvelle pour cette entente entre ces 2 pays si proche.

  • Pantel  • 

    On n’empêchera pas pas deux géants de se rapprocher, même si tout ne tourne pas rond entre-eux. 1.5 Milliard + 1.3 Milliard d’habitants en Asie, cela vous plombe. Mais d’autres opportunités se présenteront pour les pays Européens, histoire de ne pas mettre tout dans le même panier. Mais cette alliance Asiatique prendra de plus en plus de poids.

    Leon  • 

    Et pendant ce temps les contribuables français, vont payer le mistral que l’autre nul refuse de vendre, PATHÉTIQUE !!!!

    Farandelo  • 

    C’est sûr que c’est pas à eux qu’on vendra des Mistral. Dorénavant, les BRICS vont tourner entre eux et vont envoyer chyer le reste de la planète. Surtout l’UE et les USA. Et jusqu’à preuve du contraire, c’est la Russie qui va installer deux centrales nucléaires en Iran, et certainement pas la France. In the derche sur toute la ligne..

Jeane  •                             Et un pied de nez aux Américains !!!

Jicroispas  •                     quitte à choisir, je préfèrerais finir en tongues plutôt qu’en djellaba

  • joel  •                       Et le flamby qui refuse de livrer un bateau aux Russes

    Alain  •                    pendant ce temps là, nous on discute, on papote, on accueille des sans-papiers, etc…

  • Chat Méchant  •     Tiens, ils se faisaient la guerre, il n’y a pas si longtemps… Remarquez, la France et l’Allemagne…………..

  • Durand  •                 La Russie, la Chine, l’Iran et l’Inde, sont en train d’instaurer un contre pouvoir économique destiné notamment à affaiblir le dollar. C’est clair, qu’ils forment un  » bloc important « et les récents accords signés entre eux, notamment en terme de défense, devrait également frapper le  » pétrodollar ».
    L’Europe, les Etats Unis et leurs alliés, vont vraisemblablement connaitre quelques turbulences !!!! mais, dans ce schéma, il me semble que c’est l’Europe la plus fragile.
    Eh bien, nous n’en avons pas fini avec la morosité …..

  • TOI  •                       Les commerçants n’ont pas de patrie ! Seul l’intérêt les guide ! rien à voir avec les militaires, mais se sont encore les militaires qui font les frais des conflits entre nations, les commerçants s’en tirent toujours, ce sont les premiers traîtres !

  • noman  •                  l’Europe elle « négocie » le traité trans Atlantic pour mieux se soumettre aux USA……

  • et oui  •                    l’Inde va refiler les rafales aux chinois, comme ça ils auront toute la technologie – vas y « simplet » continue tes tournées en sarko one, ils se foutent de toi ouvertement – tu t »es « encensé » parce que tu étais allé à Cuba avant Obama, l’américain te ni que, c’est Cuba qui va en Amérique… Plus

    Geronimo  •              sans la France, ils ne sont rien ces 2 géants au pieds d’argile, car ils ont l’or, mais nous avons le savoir faire, et toc !

    VERITE                      LE PLUS GRAND DES ACCORDS QUE PEUT FAIRE SES DEUX PAYS EN VOIES DE DEVELOPEMENT C’EST DE LUTEZ CONTRE LEURS DEMOGRAPHIES GALOPANTES ? CAR NOUS SERONSBIENTOT 8 MILLIARDS D’ETRES HUMAIN SUR TERRE? ET L INDE VA PASSER DEVANT LA CHINE EN NAISSANCES DANS LES PROCHAINES ANNEES? IL VA FALLOIR LES NOURIR TOUS???

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :