Otages tué par un droneOtages tué par un drone

FN : chassez le père, il revient au galop !

Le Point –

Deux événements ont marqué le défilé du Front national en ce 1er mai : le passage de Jean-Marie sur la scène et l’action coup de poing des Femen.

Jean-Marie Le Pen sur la scène peu avant le discours de sa fille, ce 1er mai.
Jean-Marie Le Pen sur la scène peu avant le discours de sa fille, ce 1er mai. © KENZO TRIBOUILLARD / AFP
 

Vêtu d’une veste rouge du plus bel effet, Jean-Marie Le Pen surgit sur l’avant-scène où sa fille, Marine Le Pen, s’apprête à prononcer son discours ce 1er mai. Tandis que les nouveaux élus frontistes, assis sur l’estrade, se lèvent pour l’applaudir, le fondateur du Front national teste sa popularité auprès des militants qui scandent des « Jean-Marie président ». Le message de ce coup d’éclat improvisé est clair : Jean-Marie Le Pen signifie à la présidente du FN qu’on ne se débarrasse pas impunément de celui qui l’a faite reine.

Pour le FN, un 1er Mai ponctué d’incidents

Le Monde Olivier Faye

Marine Le Pen entendait prononcer un discours « tonique » et « musclé » sur l’immigration et le terrorisme, selon les termes de son entourage. Mais la présidente du Front national a dû composer avec plusieurs incidents qui ont fait passer son propos au second plan, à l’occasion du défilé annuel du parti d’extrême droite en mémoire de Jeanne d’Arc, vendredi 1er mai, à Paris.

Alors qu’elle entamait son discours, place de l’Opéra, la députée européenne a été interrompue par trois militantes du mouvement féministe Femen, qui ont déroulé du balcon d’un hôtel des banderoles mêlant le logo du FN au drapeau nazi.

Huée par la foule – entre 3 500 et 3 800 sympathisants, selon la police –, l’intervention a créé un moment de flottement. Au bout de quelques minutes, les services de sécurité du FN sont intervenus avec violence pour déloger les militantes, qui ont ensuite été prises en charge par les forces de l’ordre. S’étonnant que les membres du service aient pu entrer si facilement dans l’hôtel, l’avocat des Femen a annoncé une plainte contre X pour « violences, violation de domicile et arrestation arbitraire ».

Marine Le Pen a annoncé en fin d’après-midi « avoir donné pour instruction à son avocat de déposer plainte » contre les Femen pour « violences volontaires » et « atteinte à la liberté de manifester ».

Des « provocateurs de Canal+ » aggressés

D’autres membres du groupe avaient perturbé un peu plus tôt le dépôt de gerbe au pied de la statue de Jeanne d’Arc, place des Pyramides. Au total, sept personnes, dont trois chargées de la sécurité du FN, ont été interpellées.

En début d’après-midi, Canal+ a indiqué qu’une équipe de trois journalistes de la chaîne avait été agressée par des militants frontistes, avant d’être exfiltrée par le service d’ordre du parti. La chaîne diffusera des images de l’agression le 3 mai. La chaîne BFM a diffusé une vidéo montrant Bruno Gollnisch s’en prenant à un des journalistes. L’eurodéputé s’est ensuite félicité d’avoir fait fuir « les provocateurs de Canal+ » qui « pratiquent le micro-perche espion ».

L’imprévu Jean-Marie Le Pen

Jean-Marie Le Pen, en conflit ouvert avec sa fille depuis un mois, n’a pas manqué de faire valoir sa singularité. Au moment de se recueillir au pied de la statue et après que Marine Le Pen eut fait de même, M. Le Pen s’est écrié, dans un élan quasi théâtral : « Jeanne, au secours ! »

Il a ensuite rejoint en voiture la tribune érigée en face de l’Opéra Garnier, et s’est invité sur scène, juste avant que sa fille ne commence son discours. Il s’est offert, l’espace de quelques secondes, bras ouverts, les acclamations de la foule, avant d’en descendre. « Il a voulu saluer les militants, au dernier moment », explique un de ses proches.

Plusieurs cadres du FN assurent que cette apparition n’était a priori pas prévue au programme. Le cofondateur du mouvement – toujours en convalescence, selon son entourage, après son hospitalisation il y a deux semaines pour un problème cardiaque – n’est pas resté pour écouter le discours de sa fille, avec laquelle il n’a pas échangé un regard.

« Expulser tout étranger qui exprime des sympathies pour l’EI »

Sans doute perturbée par la tournure des événements, la présidente du Front national a repris le fil de son discours. « Nous subissons menaces et ordres de cette eurodictature soutenue servilement par les télégraphistes de droite et de gauche », a-t-elle lancé, avant de dénoncer la « grenade de l’islamisme » qu’aurait dégoupillée l’intervention militaire de la France en Libye, en 2011.

« Nous devons déchoir de la nationalité tout binational parti vers l’Etat islamique, juger pour crimes ceux qui en reviennent (…), expulser tout étranger qui exprime des sympathies pour l’Etat islamique. »

Répétant ses propos tenus en 2012 à la suite des tueries perpétrées par Mohamed Merah – « J’avais demandé combien de Merah y a-t-il dans les bateaux, les avions, qui chaque jour arrivent en France remplis d’immigrés ? » – la présidente du FN a appelé à « arrêter l’immigration ».

Pour « musclé » qu’il ait été, ce discours ne cache pas le fait que les regards sont d’ores et déjà tournés vers le 4 mai, jour de la réunion du bureau exécutif du FN, qui doit décider d’éventuelles sanctions contre Jean-Marie Le Pen.

Ce dernier n’a pas encore fait savoir s’il comptait répondre positivement à la convocation qui lui a été envoyée. L’entretien qu’il avait accordé à Rivarol le 9 avril, dans lequel il prenait notamment la défense du maréchal Pétain, et qui a déclenché le conflit avec sa fille, était en tout cas distribué gratuitement dans la foule des militants.

Suivre les défilés du 1er Mai en direct : 1er Mai : une Fête du travail en ordre dispersé

Irruption des Femen, père encombrant, journalistes agressés: 1er mai gâché pour Marine Le Pen

Journée noire vendredi pour Marine Le Pen : trois Femen faisant le salut nazi ont interrompu durant cinq minutes son discours lors du traditionnel défilé FN du 1er mai, deux équipes de journalistes ont été agressées par des militants, et Jean-Marie Le Pen s’est imposé sur scène au début de son intervention.

Sous la pluie battante, la journée frontiste sur les pavés parisiens avait déjà mal commencé : juste avant le dépôt de gerbe au pied de la statue de Jeanne d’Arc, trois premières Femen avaient tenté, seins nus, d’approcher la présidente du Front National avant d’être évacuées sans ménagement par le service d’ordre frontiste.

Une heure plus tard, trois autres Femen, toujours seins nus, sont apparues alors que Marine Le Pen commençait son discours à la tribune, cette fois sur un balcon donnant sur la place de l’Opéra, fumigène à la main, avec des banderoles portant l’inscription « Heil Le Pen » en caractères gothiques sur fond rouge, et faisant le salut nazi.

Les trois militantes ont ensuite été évacuées brutalement par trois hommes du service d’ordre du parti — « très professionnellement », a estimé plus tard le vice-président du parti Florian Philippot. « Nous avons révélé le vrai visage fasciste du FN », a estimé l’une des trois Femen délogées, Sarah Constantin.

Manifestement déstabilisée, Marine Le Pen a dû suspendre plusieurs minutes son discours. Elle a annoncé en fin d’après-midi une plainte pour « violences volontaires » et pour « atteinte à la liberté de manifester ».

Les six Femen, elles, ont été interpellées avant d’être relâchées. Visées par une enquête pour exhibition sexuelle, elles ont elles-mêmes l’intention de porter plainte pour violation de domicile, violences et arrestations arbitraires contre les hommes du service d’ordre du FN qui les ont évacuées du balcon, a assuré Elvire D. Charles, membre des Femen.

Peu auparavant, c’est ce « sacripant » de Jean-Marie Le Pen, selon l’épithète d’une proche, qui s’est littéralement invité sur scène pour saluer la foule, repartant tout aussi vite, sous le regard médusé de sa fille, sans assister au discours.

Des incidents visant cette fois des journalistes ont aussi terni la journée: des journalistes de Canal+ mais aussi de France 5 ont déclaré avoir été frappés par des militants FN avant d’être exfiltrés par le service d’ordre.

– ‘Stupides querelles’ –

Brouillée avec son père depuis près d’un mois après qu’il eut répété son opinion sur les chambres à gaz nazies, « détail » de l’Histoire, Marine Le Pen avait en début de matinée expliqué vouloir faire de cette journée « un 1er mai conquérant ».

Mais le président d’honneur du FN, déjà, avait mis son grain de sel. Privé de tribune comme en 2013, il a attendu, brins de muguet à la boutonnière, le dépôt d’une gerbe par sa fille près de la statue de Jeanne d’Arc pour venir ensuite en déposer une lui-même au milieu d’une cohue médiatique, entouré de partisans dont certains criaient « Jean-Marie président! ».

Place de l’Opéra, un peu moins de 4.000 personnes, de source policière (4.000 selon le FN), ont ensuite assisté au discours d’un peu moins d’une heure de Marine Le Pen, qui a évoqué la « France éternelle » et salué la « dynamique » du « premier parti de France », insistant sur l’immigration et sur les « technocrates bruxellois » qui auraient volé le pouvoir à une France « hors de contrôle ».

Mais les problèmes internes n’étaient pas loin: « Nous n’avons plus de temps à perdre dans des stupides querelles et des faux débats », a-t-elle mis en garde.

Son père devra répondre lundi de ses propos controversés devant un bureau exécutif extraordinaire, réuni en instance disciplinaire, qui doit décider d’éventuelles sanctions et qui s’annonce tendu.

Pour Wallerand de Saint Just, trésorier du FN, « on ne peut pas se cacher derrière son petit doigt: (ses) déclarations pèsent sur le FN ». « Je suis disposé à ce que le bureau disciplinaire dure toute la nuit », a-t-il ajouté.

Marie-Christine Arnautu, proche de « Le Pen », a elle qualifié de « surréaliste » l’hypothèse d’une « exclusion » –peu probable toutefois– et critiqué ceux qui vont donner leur « petite opinion à la télé ».

Probablement l’un de ceux visés par cette remarque, Florian Philippot, vice-président du parti, a lui attaqué Jean-Marie Le Pen, « vieux chanteur qui a du mal à partir et qui veut faire un dernier tour de scène ». Il « vient d’alourdir son dossier », a-t-il lâché.

Les adversaires du FN n’ont pas gâché leur plaisir: le Premier ministre Manuel Valls a regretté dans un tweet le « spectacle effrayant d’une extrême droite qui ne change pas », tandis que Nicolas Sarkozy a assuré qu' »outrance et violence n’ont pas leur place » le 1er mai.

De son côté, la maire PS de Paris Anne Hidalgo a elle rendu hommage à Brahim Bouarram mort noyé dans la Seine il y a 20 ans jour pour jour après avoir été poussé par des militants d’extrême droite après le défilé du FN

Journalistes agressés, Femen au balcon, tension père-fille… le 1er mai mouvementé du FN

Un mois après le début du psychodrame l’opposant à son père, Marine Le Pen n’a pas vécu un premier mai de tout repos ce vendredi, place de l’Opéra à Paris.

Le discours de Marine Le Pen n'a pas été perturbé que par les Femen. (KENZO TRIBOUILLARD/AFP)Le discours de Marine Le Pen n’a pas été perturbé que par les Femen. (KENZO TRIBOUILLARD/AFP)

Temps de chien pour une journée de chien. Mais la pluie battante qui battait le pavé parisien, ce vendredi, était le cadet des soucis de Marine Le Pen. Brouillée avec son père depuis près d’un mois après ses propos réitérés sur les chambres à gaz et le maréchal Pétain, la présidente du FN avait expliqué vouloir faire de cette « Fête de Jeanne d’Arc » « un 1er mai conquérant ». Devant les 3.500 à 4.000 personnes rassemblées place de l’Opéra, elle se montrait d’ailleurs entourée de ses élus départementaux, signe des récents succès électoraux du parti.

Mais Jean-Marie Le Pen, qui pour la première fois ne défilait pas au premier rang aux côtés de sa fille, n’a pas manqué de mettre son grain de sel tout au long de la cérémonie. Privé de tribune, comme en 2013, le président d’honneur du FN, brin de muguet à la boutonnière, a attendu le dépôt d’une gerbe par sa fille près de la statue de Jeanne d’Arc pour venir ensuite en déposer une lui-même au milieu d’une cohue médiatique, entouré de partisans dont certains criaient « Jean-Marie président ! ».

La présidence est à la présidence, et Jean-Marie est à l’honneur. Je suis à ma place ! », lance-t-il alors aux journalistes.

Plus tard, il monte à la tribune sans un regard pour sa fille, médusée, et se fait acclamer, poings brandis, par les milliers de personnes réunies place de l’Opéra. Marine Le Pen commence son discours sans même attendre que son père quitte l’estrade. Ce dernier pourrait être sanctionné ce lundi par le Bureau exécutif du FN pour ses propos, début avril, dans l’hebdomadaire « Rivarol ».

Le DPS vient chercher les Femen… dans leur chambre d’hôtel

Trois premières membres du collectif de happenings féministes « Femen » étaient déjà intervenues pendant le dépôt de la gerbe au pied de la statue de Jeanne d’Arc, tentant d’approcher la présidente du parti avant d’être évacuées sans ménagement par le service d’ordre frontiste, le célèbre DPS (Département protection sécurité).

(Francois Mori/AP/SIPA)

Les hommes de main du FN pensaient alors avoir fait le plus dur. Mais une heure plus tard, alors que Marine Le Pen entame son discours à la tribune, trois autres Femen, également seins nus, apparaissent à un balcon de l’hôtel Intercontinental donnant sur la place. Dotées d’un fumigène et de banderoles portant l’inscription « Heil Le Pen » en caractères gothiques sur fond rouge, elles scandent des slogans en faisant le salut nazi.

Paradoxal de se dire féministes et d’interrompre un discours en honneur à Jeanne d’Arc », réplique Marine Le Pen.

Manifestement déstabilisée, la présidente du FN interrompt son discours pendant plusieurs minutes. C’est alors que trois membres du DPS font irruption sur le balcon pour traîner les militantes hors de vue et arracher les banderoles. L’un d’entre eux brandit le poing en signe de victoire, criant « la France aux Français ».

(KENZO TRIBOUILLARD/AFP)

Ils m’ont mis un coup, je ne sais pas comment ils ont réussi à entrer dans notre chambre, ils étaient très violents, et si la police n’était pas intervenue ça aurait pu dégénérer », témoigne un peu plus tard Sarah, une des trois Femen, sur iTélé.

Les membres du service d’ordre ont été interpellés par la police parisienne, ainsi que les trois Femen et un accompagnateur. L’organisation féministe a annoncé avoir porté plainte pour « violation de domicile, violences et arrestation arbitraire ». Le FN a également annoncé, par communiqué, qu’une plainte pour « violences volontaires et atteinte à la liberté de manifester » allait être déposée contre les Femen.

Quand Bruno Gollnisch tape sur la presse à coups de parapluie

Voilà qui aurait déjà suffi pour une seule journée… Mais c’était sans compter sur Bruno Gollnisch et plusieurs autres militants FN, qui ont cru bon d’agresser, sous l’œil des caméras, une équipe du « Petit journal » de Canal + qui tentait de capter le son d’une interview de l’eurodéputé. Une émission dont les journalistes sont désormais « personæ non gratæ » à tous les événements publics du FN.

Un cameraman, un journaliste et un ingénieur son ont été « encerclés par plusieurs militants », qui les ont « frappés, notamment au dos et dans la nuque ». Le service d’ordre du FN est ensuite « intervenu pour les exfiltrer », explique la chaîne.

(KENZO TRIBOUILLARD/AFP)

Sur une vidéo de BFMTV, on voit même Bruno Gollnisch asséner des coups de parapluie sur le personnel de Canal+, tout en saisissant, goguenard, la perche de leur preneur de son. Des membres du service d’ordre frontiste et des proches tentent de l’arrêter. « C’est une violation de la vie privée », l’entend-on répéter.

Incidents du 1er mai: « Le spectacle effrayant d’une extrême droite qui ne change pas »

LEXPRESS.fr
Le défilé du FN lors du 1er mai a été marqué par de nombreux incidents, notamment l'expulsion "musclée" des Femen.

Le défilé du FN lors du 1er mai a été marqué par de nombreux incidents, notamment l’expulsion « musclée » des Femen.                 Kenzo Tribouillard/Afp

En réponse aux nombreux couacs lors du défilé du FN pour le 1er mai, la classe politique a réagi unanimement contre le parti d’extrême droite « qui ne change pas ».

Les incidents lors du défilé du Front national pour le 1er mai n’ont pas manqué de faire réagir la classe politique. Nicolas Sarkozy y est allé de son petit commentaire, vendredi soir via sur Twitter, fustigeant « l’outrance et la violence de certains ». Une réponse à l’expulsion « musclée » de Femens par les services d’ordre du FN, ou encore à l’agression de journalistes de Canal+ par des militants.

Dans la foulée du président de l’UMP, Nathalie Kosciusko-Morizet a évoqué sur Twitter « un FN qui ne change pas », soulignant les applaudissements nourris adressés à Jean-Marie Le Pen un mois après ses propos sur la Shoah.

« Spectacle effrayant »

Dès le début d’après-midi, Manuel Valls, toujours très virulent avec le FN, a jugé « effrayant » le spectacle « d’une extrême droite qui ne change pas ».

De son côté, le président PS de l’Assemblée nationale Claude Bartolone faisait part de son soutien aux journalistes du Petit Journal agressés par des militants.

Le 1er-Mai de Marine Le Pen perturbé par les Femen, et son père

PARIS (Reuters) – Marine Le Pen s’est projetée vendredi dans « la bataille » de 2017 en promettant des lendemains victorieux, mais ce 1er-Mai sous le signe de la conquête a été terni par des actions des Femen contre « la première des fascistes » et une tension palpable avec Jean-Marie Le Pen, qui a refusé de faire profil bas.

Le discours de la présidente du Front national, point d’orgue du traditionnel rassemblement des militants FN en l’honneur de Jeanne d’Arc à Paris, manifestation lancée en 1988 par le fondateur et président d’honneur du parti, a été interrompu par l’irruption de trois militantes Femen au balcon d’un hôtel de la place de l’Opéra, qui ont été délogées sans ménagement par le service d’ordre du FN.

Le Premier ministre, Manuel Valls, a déploré dans un tweet « le spectacle effrayant d’une extrême droite qui ne change pas ».

Deux autres militantes avaient auparavant perturbé le dépôt d’une gerbe par la présidente du FN au pied de la statue de Jeanne d’Arc.

Marine Le Pen, qui avait à coeur d’éclipser le spectacle de la récente rupture politique et familiale d’avec son père, a dû aussi faire face aux bravades de ce dernier.

Jean-Marie Le Pen, menacé de sanctions par la direction du FN pour avoir accordé un entretien à l’hebdomadaire d’extrême droite Rivarol dans lequel il défend notamment le maréchal Pétain, n’a certes pas défilé en tête de cortège avec sa fille, comme le veut la coutume, ni déposé de gerbe à ses côtés, mais il s’est invité de manière impromptue à la tribune officielle.

« JEAN-MARIE EST À L’HONNEUR »

Vêtu d’une parka rouge vif, le dirigeant, privé d’estrade et de discours cette année, est monté sur le podium pour solliciter les acclamations des militants, les deux poings levés.

Marine Le Pen, sourire crispé, a entamé son discours sans attendre qu’il ait descendu les marches du praticable. Jean-Marie Le Pen a ensuite pris place à bord de sa voiture et quitté ostensiblement la place de l’Opéra.

« Que de surprises dans ce 1er-Mai! », a ironisé Marine Le Pen.

« C’est un peu le vieux chanteur qui a du mal à partir et qui veut faire un dernier tour de scène. (…) Lundi, son cas sera examiné, il vient d’alourdir son dossier », a déclaré sur Europe 1 Florian Philippot, vice-président du FN.

Le député FN Gilbert Collard, pourtant violemment hostile à Jean-Marie Le Pen, a salué a contrario sur BFM TV « le culot extraordinaire » du « toreador ». « J’ai trouvé ça, dans cette société de mous, assez gonflé ».

« Chacun est à sa place. La présidence est à la présidence, Jean-Marie est à l’honneur », avait déclaré dans la matinée l’intéressé face aux questions pressantes des médias.

La ferveur militante a repris ses droits après les incidents, au rythme des slogans « Marine présidente! » et « On est chez nous! », tandis que la dirigeante d’extrême droite accentuait ses attaques contre « le système UMPS » coupable à ses yeux d’avoir « dégoupillé la grenade » du fondamentalisme islamiste et de se soumettre à « l’eurodictature ».

« La seule véritable opposition au système UMPS a pris son envol et rien ne pourra l’arrêter car notre combat est noble, notre cause est juste et donc notre victoire est inéluctable », a-t-elle lancé sous les vivats de plusieurs centaines de personnes et entourée des élus locaux du Front national.

« LES RANTANPLANS DE LA GÉOPOLITIQUE »

Après une charge contre les choix économiques présents et passés (« Notre pays a été aspiré dans le trou noir de l’austérité sans fin »), Marine Le Pen s’en est prise à Nicolas Sarkozy et François Hollande, « Rantanplans de la géopolitique » et « apprentis sorciers » de l' »immigration massive ».

Evoquant le suspect de l’attentat déjoué de Villejuif (Val-de-Marne), un étudiant d’origine algérienne, elle a fustigé les « gouvernements de l’UMP et du PS qui lui ont permis de venir et, beaucoup plus grave, qui lui ont permis de rester ».

Marine Le Pen a estimé que les errements de la politique américaine en Irak et l' »imbécile campagne militaire en Libye », sous Nicolas Sarkozy, avaient créé l’Etat islamique (EI).

« Remplacer des régimes autoritaires mais laïcs par des fanatiques sanguinaires (…): je préfère le moindre mal au pire absolu », a-t-elle déclaré.

« L’heure est à l’action, a-t-elle poursuivi, et nous devons nous y préparer ».

« Nous progressons, dans le coeur des Français nos idées triomphent, dans les urnes, où nous montons sans cesse élection après élection », a-t-elle dit en fixant pour échéances les régionales de décembre et « après-demain la Nation ».

« Ne soyez ni anxieux ni abattus, soyez juste impatients. (…) Des obstacles se dresseront devant nous encore, la bataille politique sera âpre évidemment », a ajouté Marine Le Pen en concluant sur une phrase de l’écrivain français Georges Bernanos : « L’espérance est un risque à courir ».

Quand Ruth Elkrief se faisait cracher dessus par des militants FN

Quand Ruth Elkrief s'est fait cracher dessus par des militants FN

MÉDIAS – Le 1er mai de Marine Le Pen ne s’est sans doute pas déroulé comme elle l’avait prévu. Le défilé du FN, ainsi que le discours de la présidente frontiste, ont été éclipsés par les incidents qui ont émaillé la journée. Des Femen ont interrompu le discours de Marine Le Pen avant d’être violemment interpellées par le DPS, le service d’ordre du parti.

Des journalistes du « Petit Journal » de Canal + et de « C à vous » de France 5 ont par ailleurs été agressés, par des militants du parti d’extrême droite. Lundi 4 mai, « C à vous » et « Le Petit journal » reviendront sur les agressions dont leurs collaborateurs ont été victimes.

L’animosité des militants FN envers les journalistes n’est pas nouvelle. A la suite des incidents du 1er mai, la journaliste Ruth Elkrief a souligné que cela ressemblait à ce qu’il se passait, il y a quelques années, dans les rassemblements frontistes. Et pour cause, la journaliste de BFMTV a elle-même été bousculée par des militants FN lors d’une fête « Bleu, Blanc, Rouge », en 1984, comme en témoigne cette archive écrite: « L’agression dont a été victime une journaliste à la fête ‘bleu-blanc-rouge’ qui s’est déroulée le week-end dernier à l’espace Balard. Ruth Elkrief, de la radio de ‘Libération’, a été insultée à cause de ses origines étrangères. Il lui a même été craché au visage ».

Dans l’extrait ci-dessous, on peut en effet voir Ruth Elkrief, visiblement remontée contre le responsable du parti qui tente de minimiser l’acte des militants. « Enfin, qu’est-ce que ça veut dire! Est-ce que vous justifiez une agression même si elle est minime? Je viens de me faire cracher à la figure et insulter, vous trouvez ça normal? Faites quelque chose, ce monsieur était là tout prêt et vous l’avez laisser partir! », s’était-elle indignée. La preuve en images dans notre rendez-vous vidéo:

  • Aloha  •                                                        pourquoi on ne voit jamais les Femens manifester devant les Mosquées ?! pourquoi elles ne lutent pas pour protéger les femmes musulmanes du Nazisme Islamiste qui traite les femmes comme des esclaves ?!
    Michel jean-daniel  •                                  seghiri, la condition féminine nous regarde bien entendu. Mais Notre Histoire vous est inconnue : nous nous sommes battues pour être libres. Ce n’est pas des fanatiques vivant à l’époque du Moyen Age qui anéantiront nos acquis.
    Albert  •                                                       Les femens ont fait le salut nazi depuis le balcon. Le salut nazi étant interdit en France et passible d’emprisonnement, vont elles être poursuivies ??????
  • pourquoi ne se manifestent-elles pas devant les mosquées?
    Tinou70  •                                                    Ces nanas les seins à l’air sont des personnages de « des seins animés », elles sont une véritable insulte au réel combat féministe… La dernière femme qui a su intervenir pour cette cause s’appelle Simone Veil et cette intellectuelle humaniste est respectable, ELLE !!!
    Patriote  •                                                     Interompre un hommage a Jeanne d’Arc c’est vrai que c’est paradoxal pour des personnes qui disent se battre pour les femmes
    AUGUSTE  •                                                  Facile… tellement facile….
    Ont elles le meme courage pour manifester contre les groupuscules islamistes
    Ont elles le meme courage pour manifester en faveur des femmes dans les cités de non droits ou les racailles obligent leurs soeurs de porter le voile ?
    Facile… et minable

    Ernest Z.  •                                                    Ruth Elkrief, cette sioniste, est absolument insupportable.
    à cette meme epoque le service d’ordre du PC ne pratiquait pas le crachat mai le coup de poing… à la soviet….
    MAÏTÉ  •                                                        on s’en fout elle n’avait qu’à être impartiale comme devrait être tout les journalistes!!
    Utilisateur  •                                                   Ruth ton pays t’a ouvert les bras il est temps de partir en terre promise
    François  •                                                      Normal qu’on crache dessus, puisqu’elle crache sur les Français. Elle n’a rien à faire en France.

    baltazaroued                                            Ambition                                                                                                          Il reste à ce vieillard une ambition guidée par la jalousie : tout faire pour que sa fille ne soit pas élue. L’UMPS bien aidée par les média doit prier fort pour qu’il reste en vie le plus longtemps possible.
    Aphroditechild                                         F. N. Toujours F. N.    Il est évident que le F. N. est un Parti à part qui risquerait fort bien, une fois au pouvoir, de mettre la France en danger. Mais je ne comprends pas pourquoi lui donner tant d’importance alors que des solutions existent pour le contrer. Ce qu’il se passe dans cette famille, se passe aussi bien dans les querelles de tout Parti politique, sauf que là, il s’agit d’un père qui vomit sur la réussite de son propre enfant et qui n’arrive pas à décrocher vu son âge et sa mauvaise santé puisqu’il est le fondateur de ce qu’il voit lui échapper. Quant aux Femen, je suis désolée mais leur attitude, leur exhibition aux seins nus et leur préméditation d’avoir loué une chambre d’hôtel pour faire tout ce ram-dam, cela reste inqualifiable et de très mauvais goût. Ce n’est qu’une pure provocation de leur part, elles n’ont aucune décence et encore moins mon estime. On verra la suite que la Justice donnera dans cette affaire Femen-F. N. Pour les deux plaintes respectives concernant cette irruption perturbatrice et inconséquentes.
    Ilkart                                                               Indépassable réalité ?

    JMLP est le créateur du FN.
    Il se confond avec son ADN.
    Le FN lui survivra.
    Peut -il cependant survivre sans lui tant qu’il vivra ?
    MLP fera ce qu’elle voudra, mais tant que le père vivra il n’y aura pas dans la colonne vertébrale du parti – à part Philippot et Alliot qui représente epsilon – de FN sans lui et sans FN pas de Marine qui n’en est que le fruit.
    Tout le reste n’est que littérature…

    yenamarre36                                                Ah, … MM les journalistes…                                                                    Quelle chance pour certains d’entre vous que le FN soit en première ligne !                                                            Pourtant vos commensaux devraient mieux vous inspirer : les scandales financiers et autres « prouesses » sentimentales minables sont plus nombreuses là, plutôt qu’au FN… !                                                                              Les effluves nauséabondes plus tenaces… !
    Raminogrobis                                                Baltazaroued                                                                                          Oui ce Monsieur Il sait contrairement aux autres. MLP va tout régler oui mais comment ? Elle veut quitter l’Euro cause parait-il de tous nos maux (
    Petit malin                                                       Il est pitoyable… Il l’était déjà par ses déclarations outrancières et provocatrices.                                                                                                                                                                    Mais voir ce vieillard aidé de deux personnes pour monter un petit escalier, pour s’accrocher à un petit pouvoir l’est encore plus.  Combien sont-ils qui ne peuvent admettre de se retirer parce qu’ils pensent que sans eux, nous ne nous en sortirions pas ou que la Terre s’arrêterait de tourner ?

    Le doyen du Sénat qui a passé les 90 ans, Mitterrand malade mais qui s’accrochait et se représentait, Jack Lang qui ne veut pas perdre son magnifique train de vie, vivant aux crochets de la République, Gaudin à Marseille qui doit penser que sans lui la sardine va boucher le port, ou il y a peu E. Mougeotte qui faisait pitié au Grand Jury, comme Chirac diminué et lamentable déjà au débat sur l’Europe.
    Le Pen lui se voyait en Président de Région !

    Ils ne parlent que « des jeunes », mais sont incapables de leur céder la place même à un âge avancé La vieillesse rend égoïste…
    Ils sont d’un autre temps, ont perdu 80 % de leurs capacités, de ce qui a fait leur succès, sont physiquement diminués. Des symboles peut-être (mais pas d’avenir !), des moteurs sûrement pas.

    Au fond tous ces « cabots » qui ont connus pouvoir et fortune, pensent reculer l’heure de leur mort en se faisant passer pour moins vieux qu’ils ne le sont.
    La Mort les rattrapera quand même…

    Puisqu’ils sont devenus incapables de discernement, c’est donc à la Loi d’organiser leur départ : limitation des conditions de candidature de telle manière que personne n’ait plus de 70 ans en fin de mandat.
    Pour un maire, âge limite aux élections 64 ans, pour un député, 65 ans, etc.
    Les partis seraient bien inspirés d’en faire de même…

    Pierre Rivière                                                                      Pourquoi, toutes mes interventions ( je dis bien toutes ), ne sont plus publiées ? Je suis bien moins outrancier que les militants et sympathisants du FN.                                        Je ne comprends plus, doit-on être de droite pour avoir un espace sur ce blog ?

    Je réponds très souvent à des attaques ignobles, de personnages qui ne méritent pas d’être classés Républicains.
    Enfin, si je dérange, en essayant de détricoter le programme et les idées scélérates du FN, j’irai sur un blog voisin, mais la liberté d’expression, me semble-il n’est qu’une utopie.
    Merci et hasta la vista !

    Jean888                                                                          Parlez nous plutôt de la foule immense de travailleurs qui ont défilé derrière le PS pour fêter dignement le 1 mai ……………..
    fraise desboires                                                             18% de soutien , un devis surfacturé !
    Sam FédirSam Fédir                                          Il faut les comprendre, ces travailleurs. Si maintenant on ne peut plus manifester sans se trouver face à d’horribles seins nus, mieux vaut rester chez soi.
    Laurent Otter                                                                   « Deux Femen perturbent la visite de Hollande au Bourget » en juin 2013 : les images sont sur le net.
    fraise desboires

    @ Joèl Le Gall                                                                    Je conseille aux gochos défendant la provocation, ( ce sont les femen qui ont provoqué au balcon mais aussi avant lors du dépôt de gerbe de M le Pen), de bien relire ce post tellement il est criard de bon sens.

    Pflimlin der sheliyekhPflimlin der sheliyekh                         Vous dites que Monsieur Le Pen a gerbé. A cause des seins nus ?
    Sam FédirSam Fédir
    @ fraise desboires                                                         Criard, certes.
    Quant au bon sens, il se trouve plutôt dans les réponses.

    C. DelyonC. Delyon
    @fraise desboires                                                            Et les journalistes tabassés?

    Daniel 60Daniel 60                                            « Personne n’a le droit de se faire justice soit même » Sauf dans une dictature.
    Jacques FoucheurJacques Foucheur                           Oui mais Kate Midelton est à la maternité. Jeanne d’Arc elle ne l’a jamais été. Dommage!
    Ah si à cette époque il y avait des mères porteuses ( comme les femens sans doute?) le FN aujourd’hui se prosternerait devant quelle idole?
    Tout cela va résoudre nos problèmes c’est évident.

    Pflimlin der sheliyekhPflimlin der sheliyekh                    à l’auteur du post parlant de Scheisskommando
    J’espère que mon post ne sera pas censuré (il l’a été déjà montrant ainsi que la modération est favorable aux posteurs de la haine) ; en tous les cas le votre mériterait de l’être et il faut y répondre.
    On peut se demander si vous faites exprès de mélanger les termes mais l’appellation de « Scheisskommando  » que vous évoquez concernait les camps de concentration. Vous mettez donc sous une drôle de lumière (la vraie) le parti que vous défendez. Votre méconnaissance totale de la langue Allemande montre bien la bêtise qui règne au parti de la haine chez beaucoup de ses membres qui se réfèrent aux temps honnis de l’Allemagne comme d’un point de référence qui leur sert de modèle.
    Quant aux Femen, elles ont eu le courage que beaucoup de Français n’ont pas : celui de dénoncer l’ignominie que constitue dans la France de 2015 la présence d’un parti d’extrême droite xénophobe et raciste.
    Et la modération qui n’a pas sa place sur un journal autrefois de gauche laisse votre post en ligne sans la possibilité d’y répondre !!!

    fraise desboires                                                    Toujours le même refrain:

    Toujours la nostalgie d’un « journal autrefois de gauche » et son insupportable modération !!
    Quand une Femen jaillit à coté de M Le Pen en se dépoilant , au moment où cette dernière dépose une gerbe ( qui a failli valser) , il s’agit là de perturber le dépôt d’une gerbe de manière , grossière et vulgaire mais surtout antidémocratique.

    Pflimlin der sheliyekhPflimlin der sheliyekh            Vous parlez d’anti-démocratisme avec un parti dirigé par une famille, avec à sa tête les membres d’une même famille!! Alors dans ce cas, on peut dire que la lutte contre certaines factions Sicilienne est antidémocratique.
    A votre place, j’aurais honte de venir défendre un tel parti avec de tels arguments.

    Moi  • 

    xx                                                         Français, sachez que si pendant que vous vous absentez de chez vous, des squatteurs y pénètrent et y restent pendant 48H sans que vous ne portiez plainte, vous n’avez plus le droit de rentrer chez vous.C’est la Loi sur le domicile du 5 mars 2007.
    C’est ce qui arrive à Maryvonne, 83 ans. Les squatteurs ont affiché le texte de loi sur la porte, cassé des cloisons, coupé des arbres, et l’empêchent de rentrer. La police les protège et a empêché un groupe de soutien de 15 personnes de rentrer.
    Aidons Maryvonne.
    #onestcheznous
    La France aux français.
    Bernard  •                                              Mais qui sont c’est ces types là ? Des gros bras, des p’tites teubs, des sacs à Pastis, des hommes préhistoriques…Mais non, ducon…Ce sont les Boyfriends de la narine ….Quelle classe mais chpense qu’ils ont vite arrêté l’école ces  babouins des Forêts de Saint cloud…Heili heila heilo…FHaine dans toute sa splendeur de parti Natzional Socialiste…Et Godemichet , le nouveau Göring…
    Amira  •                                                  non au fhaine !
    LUC  •                                                      De plus en plus sympathique ces femens
    ooooooo  •                                                Le vieux est comme Dalida, il veut mourir sur scène!…
    Quant à Marine, pas de bol pour quelqu’un qui hait  » l’ étranger « …. c’est la scoumoune!….
    Claude  •                                                 Le ministére de l’intérieur qui « controle tout » ne savait pas que des troubles allaient se produire ? ( Heureusement sans kalachnikof)
    Zanty  •                                                                                   Après s’être ridiculisée une fois de plus, pourquoi Marine Le Pen ne songe-t-elle pas à s’éloigner de la politique, à quitter notre pays ? Son espoir d’une dictature a été démasqué, elle n’a plus la moindre crédibilité, la population française n’est plus dupe.
    robert  •                                                      Walls a dit » le spectacle effrayant de l’extrême droite » ! Moi je dis le spectacle effrayant de le voir s’agiter comme un crapaud dans une boîte,de voir le PS ruiner le pays,de voir des immigrés qui arrivent sur notre sol par millier et pas pour de bonnes raisons,tous musulmans voir des intégristes donc danger!
    Abou Fahd  •                                              Saleté de parti ! Il faut que les français s »en débarrassent pour la survie de la république !
Publicités