Comme un ouragan…!

Laisser un commentaire


Vanuatu: l’un des « pires cyclones » s’est abattu sur l’archipel du Pacifique

 LEXPRESS.fr

Un cyclone de catégorie 5, la plus élevée, s’est abattu sur l’archipel du Vanuatu, dans la nuit de vendredi à samedi. Les personnes ayant pu être jointes sur place annoncent déjà l’une des pires catastrophes naturelles du Pacifique.

Vanuatu: l'un des "pires cyclones" s'est abattu sur l'archipel du Pacifique

Pam, cyclone de catégorie 5, s’est abattu sur l’archipel de Vanuatu dans la nuit du 13 au 14 mars 2015.Facebook / Humans of Vanuatu

 

Cela pourrait être « l’une des pires catastrophes naturelles dans l’histoire du Pacifique », selon Vivien Maidaborn, directrice exécutive de l’Unicef en Nouvelle-Zélande. Un très violent cyclone tropical a frappé l’archipel de Vanuatu, dans le Pacifique sud, dans la nuit de vendredi à samedi, selon les informations partielles disponibles samedi matin. L’électricité et les communications ont été détruites dans une majeure partie du pays. L’étendue des dégâts est encore impossible à évaluer, mais la catastrophe pourrait avoir causé d’énormes destructions et de nombreuses pertes humaines.

Pam, un cyclone de catégorie 5 (la plus élevée), s’est abattu sur cet archipel de Mélanésie, situé dans le sud-ouest de l’océan Pacifique, avec des vents atteignant jusqu’à 330 kilomètres/heure. Alice Clements, une responsable de l’Unicef sur place, parle de « 15 à 30 minutes de terreur absolue »

« Un spectacle de dévastation totale »

« Les maisons sont détruites, les arbres sont au sol, les rues sont bloquées et les gens errent dans les rues à la recherche de secours », indique Tom Skirrow, de l’organisation humanitaire Save The Children, parlant depuis la capitale du Vanuatu, Port Vila. « Ce matin, c’est un spectacle de dévastation totale ici ».

Le cyclone Pam a traversé la principale île de l’archipel, où vivent plus de 65.000 personnes, et un groupe d’îles situées plus au sud comptant 33.000 habitants.Le Bureau australien de météorologie, qui observe le cyclone, a indiqué que la plus grande partie du Vanuatu avait été affectée. Avant l’arrivée du cyclone, quatre provinces de l’archipel avaient été placées en alerte rouge. Mais Pam a changé de direction à la dernière minute, passant bien plus près de Port Vila que ce qui était prévu.

Les agences humanitaires espèrent pouvoir commencer à livrer par avion des aides d’urgence à partir de dimanche, dès que l’aéroport de Port Vila aura pu être rouvert.

VANUATU. Pam, l’un des pires cyclones du Pacifique

L'Obs avec AFP

Les vents qui ont frappé l’archipel du Pacifique sud ont causé de gros dégâts. Le bilan humain est incertain.

Le 14 mars à Port Vila, au Vanuatu, dans le Pacifique, aps le passage de l'ouragan Pam. (Sipa) Le 14 mars à Port Vila, au Vanuatu, dans le Pacifique, aps le passage de l’ouragan Pam. (Sipa)

Un très violent cyclone tropical a frappé l’archipel de Vanuatu, dans le Pacifique Sud, et selon les informations encore partielles disponibles samedi 14 mars au matin, il pourrait avoir causé d’énormes destructions et des dizaines de morts.

« Quinze ou trente minutes de terreur absolue », c’est ainsi qu’Alice Clements, une responsable de l’Unicef sur place, a décrit le passage sur le Vanuatu de Pam, un cyclone de catégorie 5 (la plus élevée).

Bien qu’il soit encore trop tôt pour en être sûr, les premières informations indiquent que cette catastrophe naturelle pourrait être l’une des pires dans l’histoire du Pacifique », a déclaré Vivien Maidaborn, directrice exécutive de l’Unicef Nouvelle-Zélande.

L’étendue des destructions était impossible à évaluer précisément samedi, les communications ayant été coupées dans une grande partie du Vanuatu lorsque le cyclone a frappé de plein fouet l’archipel dans la nuit de vendredi à samedi, avec des vents atteignant 330 kilomètres/heure.

Nous avons pu voir des victimes, (il y a) potentiellement un nombre important de victimes, mais nous ne savons pas encore » quelle est l’ampleur du bilan, a déclaré Sune Gudnitz, chef du bureau des Nations unies pour la coordination des affaires humanitaires (Ocha) dans le Pacifique. « Il semble qu’il y ait des destructions très étendues. Il y a des décombres dans les rues et des inondations étendues. »

L’ONU dispose d’informations non confirmées selon lesquelles 44 personnes auraient péri dans une seule des provinces du Vanuatu.

Ce matin, c’est un spectacle de dévastation totale ici », a déclaré Tom Skirrow, de l’organisation humanitaire Save The Children, parlant depuis la capitale du Vanuatu, Port Vila. Les maisons sont détruites, les arbres sont au sol, les rues sont bloquées et les gens errent dans les rues à la recherche de secours. Les communications sont interrompues dans la plus grande partie du pays, et l’étendue complète des destructions ne sera probablement pas connue avant plusieurs jours. »

Un défi majeur pour les organisations humanitaires. Chloe Morrison, une travailleuse humanitaire qui se trouvait elle aussi à Port Vila, a raconté qu’elle avait passé la nuit dans un abri, terrifiée.

Il y a des informations de nos collègues faisant état de villages entiers complètement emportés pendant la nuit », a-t-elle déclaré à l’agence de presse australienne AAP. Les maisons locales et les cabanes de branchages ont dû être réduites en confettis. »

Alice Clements, responsable des communications de l’Unicef pour le Pacifique, qui se trouve à Port Vila, a déclaré à Radio New Zealand:

Nous avons des informations non confirmées sur des victimes sur les îles les plus éloignées, mais nous attendons des confirmations officielles. »

Le passage de Pam a été « quinze à trente minutes de terreur absolue pour tous ceux qui vivent dans ce pays », a déclaré Mme Clements. Selon elle, la puissance du cyclone a été bien plus importante que ce qui avait été annoncé. « J’ai vu les portes coulissantes de mon hôtel de trois étages être entièrement soufflées, c’était terrifiant », a-t-elle dit.

Vents hurlants

Le cyclone a traversé la principale île de l’archipel, où habitent plus de 65.000 personnes, et un groupe d’îles situées plus au sud et qui comptent 33.000 habitants.

Le Bureau australien de météorologie, qui observe le cyclone, a indiqué que la plus grande partie du Vanuatu avait été affectée. Le cyclone a changé de direction à la dernière minute, passant bien plus près de Port Vila que ce qui était prévu.

Au cours de la nuit, l’administrateur de la page Facebook Humans of Vanuatu a écrit: « C’est vraiment très mauvais. Le vent hurle sans arrêt. Toute personne qui n’est pas à l’abri à l’heure actuelle est en danger de mort ».

Des médias ont rapporté qu’une tour de communications de l’île d’Ambrym était tombée. Il semblerait qu’il y ait eu des victimes, mais il est bien sûr impossible pour l’instant de confirmer », a-t-il dit.

L’électricité et les communications étaient coupées samedi dans presque tout le Vanuatu. L’organisation Save The Children a déclaré que Pam avait « vraisemblablement fait des dégâts très étendus » et qu’elle se préparait à une action sur le plan humanitaire. La Croix-Rouge évaluait elle aussi les besoins alimentaires, médicaux et en abris.

Les agences humanitaires espèrent pouvoir commencer à livrer par avion des aides d’urgence à partir de dimanche, lorsque l’aéroport de Port Vila aura pu être rouvert. Le service météorologique du Vanuatu a annoncé pour toute la journée de samedi des vents « très destructeurs » de la force d’un ouragan, des pluies torrentielles et des crues subites.

Avant l’arrivée du cyclone, quatre provinces de cet archipel pauvre de 270.000 habitants avaient été placées en alerte rouge par le Bureau des catastrophes naturelles.

Cyclone Pam : L’ONU craint « le pire » au Vanuatu, la Nouvelle-Calédonie menacée

Le Monde.fr avec AFP et Reuters

« Quinze ou trente minutes de terreur absolue ». C’est ainsi qu’Alice Clements, porte-parole de l’Unicef, a décrit le passage, vendredi 13 mars, sur l’archipel de Vanuatu de Pam, un cyclone de catégorie 5, le niveau maximal. Selon un communiqué de l’Unicef, ce cyclone pourrait être « l’un des pires de l’histoire du Pacifique ».

Les Nations unies craignent ainsi un nombre important de victimes. Selon des informations encore partielles, il pourrait avoir causé d’énormes destructions et des dizaines de morts. L’ONU dispose d’informations non confirmées selon lesquelles 44 personnes auraient été tuées dans une seule des provinces du Vanuatu. Un décès a déjà été confirmé en Papouasie-Nouvelle-Guinée, alors qu’une alerte cyclonique est en cours en Nouvelle-Calédonie. S

Selon Météo France, Pam génère des vents moyens estimés à 250 km/h, avec des rafales à 350 km/h, près de son centre. Il se déplace à environ 25 km/h et devrait progressivement accélérer. L’ONU se prépare à déployer dimanche des équipes de secours d’urgence à Vanuatu, soumis vendredi à des vents violents, de fortes précipitations et des inondations.

Comparable à Haiyan ?

« Nous craignons le pire », s’alarme Sune Gudnitz, responsable régional du Bureau de la coordination des affaires humanitaires (BCAH) de l’ONU. Selon lui, Pam est d’une puissance comparable à celle de Haiyan, typhon ayant dévasté les Philippines en 2013.

Toujours d’après ce responsable onusien, les seules informations disponibles en provenance du Vanuatu émanent pour l’instant des réseaux sociaux, certains utilisateurs décrivant des scènes de dévastation à Port-Vila, capitale de cet archipel d’environ 260 000 habitants faiblement équipé en infrastructures, en particulier dans les îles isolées.

Alerte en cours en Nouvelle-Calédonie

« Vanuatu est très vulnérable en raison de sa situation au milieu de l’océan », a souligné Sune Gudnitz. « Il est possible que le nombre de morts soit élevé. Je ne peux pas fournir de chiffre. Je pense que c’est une crainte bien fondée. » Outre la Papouasie Nouvelle Guinée, Pam a aussi affecté les îles Salomon.

Le service météorologique du Vanuatu a annoncé pour toute la journée de samedi des vents « très destructeurs » de la force d’un ouragan, des pluies torrentielles, et des crues subites. L’archipel des îles Loyauté en Nouvelle-Calédonie était également, samedi matin, sous la menace du cyclone, alors que des pluies et des rafales de vent s’abattaient sur Nouméa.

L’archipel du Vanuatu frappé par un très violent cyclone tropical

Selon les informations encore partielles disponibles samedi, il pourrait avoir causé d’énormes destructions et des dizaines de morts.

La capitale du Vanuatu, Port Vila, frappée par le cyclone Pam le 14 mars 2015. 
La capitale du Vanuatu, Port Vila, frappée par le cyclone Pam le 14 mars 2015.  ( AP / SIPA )

« Quinze ou trente minutes de terreur absolue. » C’est ainsi qu’Alice Clements, une responsable de l’Unicef, a décrit le passage d’un cyclone de catégorie 5 (la plus élevée) sur l’archipel de Vanuatu, dans le Pacifique Sud. Selon les informations encore partielles disponibles samedi 14 mars, il pourrait avoir causé d’énormes destructions et des dizaines de morts.

En Nouvelle-Calédonie, le puissant cyclone Pam n’a pas engendré de dégâts majeurs et le premier bilan est « plutôt rassurant« , selon la sécurité civile de l’archipel.

Au Vanuatu, le cyclone a traversé la principale île de l’archipel, où habitent plus de 65 000 personnes, et un groupe d’îles situées plus au sud et qui comptent 33 000 habitants. Avant l’arrivée du cyclone, quatre provinces de cet archipel pauvre de 270 000 habitants avaient été placées en alerte rouge par le Bureau des catastrophes naturelles. Mais le cyclone a changé de direction à la dernière minute, passant bien plus près de la capitale, Port Vila, que ce qui était prévu.

Le cyclone Pam lors de son passage sur l'archipel du Vanuatu, dans le Pacifique, dans la nuit du 13 au 14 mars 2015. 
Le cyclone Pam lors de son passage sur l’archipel du Vanuatu, dans le Pacifique, dans la nuit du 13 au 14 mars 2015.  (NASA / REUTERS)

« L’une des pires catastrophes naturelles dans l’histoire du Pacifique »

Au cours de la nuit, l’administrateur de la page Facebook Humans of Vanuatu a écrit : « C’est vraiment très mauvais. Le vent hurle sans arrêt. Toute personne qui n’est pas à l’abri à l’heure actuelle est en danger de mort. »

« Bien qu’il soit encore trop tôt pour en être sûr, les premières informations indiquent que cette catastrophe naturelle pourrait être l’une des pires dans l’histoire du Pacifique », affirme dans un communiqué Vivien Maidaborn, directrice exécutive de l’Unicef Nouvelle-Zélande.

Les communications coupées

L’étendue des destructions est impossible à évaluer précisément samedi, les communications ayant été coupées dans une grande partie du Vanuatu lorsque le cyclone a frappé de plein fouet l’archipel dans la nuit de vendredi à samedi, avec des vents atteignant 330 kilomètres/heure.

« Nous avons pu voir des victimes, (il y a) potentiellement un nombre important de victimes, mais nous ne savons pas encore » quelle est l’ampleur du bilan, indique Sune Gudnitz, chef du bureau des Nations unies pour la coordination des affaires humanitaires (Ocha) dans le Pacifique. L’ONU dispose d’informations non confirmées selon lesquelles 44 personnes auraient péri dans une seule des provinces du Vanuatu.

« Ce matin, c’est un spectacle de dévastation totale ici », décrit Tom Skirrow, de l’organisation humanitaire Save The Children, parlant depuis Port Vila. « Les maisons sont détruites, les arbres sont au sol, les rues sont bloquées et les gens errent dans les rues à la recherche de secours », ajoute-t-il.

« Des villages entiers complètement emportés »

Chloe Morrison, une travailleuse humanitaire qui se trouvait elle aussi à Port Vila, raconte qu’elle a passé la nuit dans un abri, terrifiée. « Il y a des informations de nos collègues faisant état de villages entiers complètement emportés pendant la nuit », rapporte-t-elle à l’agence de presse australienne AAP. « Les maisons locales et les cabanes de branchages ont dû être réduites en confettis. »

Les agences humanitaires espèrent pouvoir commencer à livrer par avion des aides d’urgence à partir de dimanche, lorsque l’aéroport de Port Vila aura pu être rouvert. Le service météorologique du Vanuatu a annoncé pour toute la journée de samedi des vents « très destructeurs » de la force d’un ouragan, des pluies torrentielles et des crues subites.

Cyclone Pam en Nouvelle-Calédonie: premier bilan « plutôt rassurant »

Le puissant cyclone Pam qui est passé samedi à l’est de la Nouvelle-Calédonie n’a pas engendré de dégâts majeurs et le premier bilan est « plutôt rassurant », selon la sécurité civile de l’archipel.

« L’électricité est coupée à Maré, deux toits et des arbres ont été arrachés mais il n’y a pas de victimes selon les premières informations », a déclaré à l’AFP Olivier Ciry, porte-parole de la direction de la sécurité civile.

La gendarmerie de Maré, île de 5.900 habitants, a indiqué qu’une houle avec des creux de 5 à 7 mètres, des trombes d’eau et des rafales de vent à plus de 100 km/h étaient observés.

« Il y a beaucoup de vent avec de grosses rafales et de la pluie, surtout au début de l’après-midi samedi. Tout le monde est enfermé dans sa maison », a déclaré à l’AFP, une habitante de la tribu de Netche sur l’île de Maré.

L’alerte cyclonique maximale n°2 , qui oblige les habitants à rester confinés, est toujours en vigueur sur les îles de Maré et de Lifou.

Selon la sécurité civile, Pam, puissant cyclone classé en catégorie 5, a accéléré sa course et s’éloigne désormais des côtes de la Nouvelle-Calédonie à une vitesse de 33 km/h. « La trajectoire du phénomène nous a plutôt porté chance », a également indiqué M.Ciry.

Samedi en fin d’après-midi, trois communes du sud de l’archipel demeuraient toutefois en alerte cyclonique 1, tandis que le reste du territoire était en pré-alerte.

A Nouméa, pluies et vents ont été observés toute la journée de samedi, mais le phénomène a été peu ressenti.

En revanche au Vanuatu, archipel situé à 500 kilomètres à l’est de la Nouvelle-Calédonie, les dégâts sont considérables. L’Unicef Nouvelle-Zélande a évoqué ce qui pourrait être « l’une des pires (catastrophes naturelles) de l’histoire du Pacifique ».

« A Port-Vila (capitale du pays), la situation est catastrophique, tous les bateaux du port sont couchés, tous les arbres aussi et il y a de l’eau partout », a déclaré un résident à la radio RRB, lors d’un bref échange téléphonique.

Toutes les communications avec cet archipel mélanésien de 270.000 habitants sont désormais interrompues.

A Nouméa, une réunion de crise pour l’envoi de secours, en coordination avec l’Australie et la Nouvelle-Zélande, devait avoir lieu samedi au haut-commissariat de la République.

14/03/2015 07:54:47 – Nouméa (AFP) – © 2015 AF

Cyclone Pam en Nouvelle-Calédonie: premier bilan « plutôt rassurant »

Le puissant cyclone Pam qui est passé samedi à l’est de la Nouvelle-Calédonie n’a pas engendré de dégâts majeurs et le premier bilan est « plutôt rassurant », selon la sécurité civile de l’archipel.

« L’électricité est coupée à Maré, deux toits et des arbres ont été arrachés mais il n’y a pas de victimes selon les premières informations », a déclaré à l’AFP Olivier Ciry, porte-parole de la direction de la sécurité civile.

La gendarmerie de Maré, île de 5.900 habitants, a indiqué qu’une houle avec des creux de 5 à 7 mètres, des trombes d’eau et des rafales de vent à plus de 100 km/h étaient observés.

« Il y a beaucoup de vent avec de grosses rafales et de la pluie, surtout au début de l’après-midi samedi. Tout le monde est enfermé dans sa maison », a déclaré à l’AFP, une habitante de la tribu de Netche sur l’île de Maré.

L’alerte cyclonique maximale n°2 , qui oblige les habitants à rester confinés, est toujours en vigueur sur les îles de Maré et de Lifou.

Selon la sécurité civile, Pam, puissant cyclone classé en catégorie 5, a accéléré sa course et s’éloigne désormais des côtes de la Nouvelle-Calédonie à une vitesse de 33 km/h. « La trajectoire du phénomène nous a plutôt porté chance », a également indiqué M.Ciry.

Samedi en fin d’après-midi, trois communes du sud de l’archipel demeuraient toutefois en alerte cyclonique 1, tandis que le reste du territoire était en pré-alerte.

A Nouméa, pluies et vents ont été observés toute la journée de samedi, mais le phénomène a été peu ressenti.

En revanche au Vanuatu, archipel situé à 500 kilomètres à l’est de la Nouvelle-Calédonie, les dégâts sont considérables. L’Unicef Nouvelle-Zélande a évoqué ce qui pourrait être « l’une des pires (catastrophes naturelles) de l’histoire du Pacifique ».

« A Port-Vila (capitale du pays), la situation est catastrophique, tous les bateaux du port sont couchés, tous les arbres aussi et il y a de l’eau partout », a déclaré un résident à la radio RRB, lors d’un bref échange téléphonique.

Toutes les communications avec cet archipel mélanésien de 270.000 habitants sont désormais interrompues.

A Nouméa, une réunion de crise pour l’envoi de secours, en coordination avec l’Australie et la Nouvelle-Zélande, devait avoir lieu samedi au haut-commissariat de la République.

Cyclone Pam: Premier bilan «plutôt rassurant» en Nouvelle-Calédonie

MONDE – Il n’y aurait pas de victimes selon les premières informations…

Le puissant cyclone Pam qui est passé samedi à l’est de la Nouvelle-Calédonie n’a pas engendré de dégâts majeurs et le premier bilan est «plutôt rassurant», selon la sécurité civile de l’archipel. «L’électricité est coupée à Maré, deux toits et des arbres ont été arrachés mais il n’y a pas de victimes selon les premières informations», a déclaré à l’AFP Olivier Ciry, porte-parole de la direction de la sécurité civile.

La gendarmerie de Maré, île de 5.900 habitants, a indiqué qu’une houle avec des creux de 5 à 7 mètres, des trombes d’eau et des rafales de vent à plus de 100 km/h étaient observés. «Il y a beaucoup de vent avec de grosses rafales et de la pluie, surtout au début de l’après-midi samedi. Tout le monde est enfermé dans sa maison», a déclaré à l’AFP, une habitante de la tribu de Netche sur l’île de Maré.

Au Vanuatu, «l’une des pires (catastrophes naturelles) de l’histoire du Pacifique»

L’alerte cyclonique maximale n°2 , qui oblige les habitants à rester confinés, est toujours en vigueur sur les îles de Maré et de Lifou. Selon la sécurité civile, Pam, puissant cyclone classé en catégorie 5, a accéléré sa course et s’éloigne désormais des côtes de la Nouvelle-Calédonie à une vitesse de 33 km/h. «La trajectoire du phénomène nous a plutôt porté chance», a également indiqué Olivier Ciry.

En revanche au Vanuatu, archipel situé à 500 kilomètres à l’est de la Nouvelle-Calédonie, les dégâts sont considérables. L’Unicef Nouvelle-Zélande a évoqué ce qui pourrait être «l’une des pires (catastrophes naturelles) de l’histoire du Pacifique». «A Port-Vila (capitale du pays), la situation est catastrophique, tous les bateaux du port sont couchés, tous les arbres aussi et il y a de l’eau partout», a déclaré un résident à la radio RRB, lors d’un bref échange téléphonique.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :