ImageProxy.mvc

Hommes-femmes : l’inégalité salariale perdure

Le Point –

Une étude de l’Apec révèle qu’une femme cadre gagne 8,5 % de moins qu’un homme occupant un poste équivalent. Un fossé qui croît avec l’âge.

Photo d'illustration.
Photo d’illustration. © Eric Audras / AltoPress / PhotoAlto

Une femme cadre gagne 8,5 % de moins qu’un homme occupant un poste équivalent, indique une étude de l’Association pour l’emploi des cadres (Apec) publiée mercredi. Cet écart concerne le salaire brut annuel fixe des hommes et des femmes cadres « toutes choses égales par ailleurs » (fonction, âge, ancienneté, lieu d’emploi occupé, niveau de diplôme…) en 2013. L’étude montre que ce fossé entre hommes et femmes croît avec l’âge, passant de 4,2 % chez les moins de 30 ans à 12,5 % chez les cadres de plus de 50 ans.

L’écart varie aussi selon la fonction occupée. Il atteint 14,1 % pour la direction d’entreprise ou 12,4 % pour le commercial et le marketing, et à l’opposé 6,2 % pour la communication ou 5,5 % pour l’informatique. Globalement, la différence de salaires entre les deux sexes atteint 18,6 %, avec 45 520 euros brut annuels en moyenne pour les femmes et 53 970 euros pour les hommes. Un écart accru qui s’explique notamment par le fait que les femmes cadres sont en moyenne plus jeunes que leurs homologues masculins et occupent moins souvent des postes à responsabilité.

En 2013, la rémunération annuelle brute (fixe et variable) moyenne des cadres était de 54 800 euros, près de la moitié des cadres (48 %) ayant une part variable. Les femmes comptent pour 36 % des cadres. Cette étude est basée sur une enquête menée par questionnaire en mai 2014 qui a recueilli près de 14 000 réponses de cadres du privé. Les résultats ont ensuite été redressés.

Une femme cadre gagne 8,5% de moins qu’un homme pour un même poste

Une femme cadre gagne 8,5% de moins qu’un homme occupant un poste équivalent, indique une étude de l’Association pour l’emploi des cadres (Apec) publiée mercredi.

Cet écart concerne le salaire brut annuel fixe des hommes et des femmes cadres « toutes choses égales par ailleurs » (fonction, âge, ancienneté, lieu d’emploi occupé, niveau de diplôme…) en 2013.

L’étude montre que ce fossé entre hommes et femmes croît avec l’âge, passant de 4,2% chez les moins de 30 ans à 12,5% chez les cadres de plus de 50 ans.

L’écart varie aussi selon la fonction occupée. Il atteint 14,1% pour la direction d’entreprise ou 12,4% pour le commercial et le marketing et à l’opposé 6,2% pour la communication ou 5,5% pour l’informatique.

Au global, la différence de salaires entre les deux sexes atteint 18,6%, avec 45.520 euros bruts annuels en moyenne pour les femmes et 53.970 euros pour les hommes. Un écart accru qui s’explique notamment par le fait que les femmes cadres sont en moyenne plus jeunes que leurs homologues masculins et occupent moins souvent des postes à responsabilité.

En 2013, la rémunération annuelle brute (fixe et variable) moyenne des cadres était de 54.800 euros, près de la moitié des cadres (48%) ayant une part variable. Les femmes comptent pour 36% des cadres.

Cette étude est basée sur une enquête menée par questionnaire en mai 2014 qui a recueilli près de 14.000 réponses de cadres du privé. Les résultats ont ensuite été redressés.

L’écart des salaires hommes-femmes cadres augmente avec l’âge

PARIS (Reuters) – Les cadres hommes ont un salaire fixe supérieur de 8,5% à leurs collègues femmes à caractéristiques communes (fonction, âge, ancienneté), selon une étude publiée mercredi par l’Apec (Agence pour l’emploi des cadres).

Cet écart est à rapprocher de celui des salaires fixes médians hommes/femmes pour l’ensemble des cadres, qui s’établit à 15,7% pour 2013, années des données collectées par l’Apec.

Une partie de ce dernier écart est due au fait que les femmes cadres sont en moyenne plus jeunes que leurs homologues masculins et occupent moins souvent des postes à responsabilité.

A profil identique, les écarts de salaires des cadres entre les femmes et les hommes augmentent avec l’âge et avec l’ancienneté et ce, toujours au détriment des femmes. Ils sont inférieurs à 5% avant l’âge de 30 ans, pour approcher 10% vers 40 ans, puis 12,5% à partir de 50 ans.

L’Apec souligne encore que, contrairement à certaines idées reçues, une proportion élevée de femmes cadres dans une fonction n’induit pas un écart faible de salaire entre les femmes et les hommes.

Dans celle, très féminisée, des ressources humaines, l’écart de salaires à profil identique atteint 11,3% alors que dans celle, très masculinisée, de l’informatique, il n’est que de 5,5%.

Une femme cadre gagne 8,5% de moins qu’un homme cadre

En matière d’inégalité salariale entre les femmes et les hommes, les cadres n’échappent pas à la règle, si l’on se réfère aux résultats de l’enquête 2015 réalisée sur le sujet par l’Association pour l’emploi des cadres (Apec) auprès de 18.000 cadres du secteur privé. Globalement, à profil identique (âge, fonction, ancienneté, etc.), le salaire fixe des hommes cadres est supérieur de 8,5% à celui des femmes cadres. Et, toujours à profil identique, les écarts de salaires cadres entre les femmes et les hommes augmentent avec l’âge et avec l’ancienneté et ce… toujours au détriment des femmes. Ainsi, l’écart est inférieur à 5% avant l’âge de 30 ans, pour approcher les 10% vers 40 ans, voire 12,5% à partir de 50 ans.

Le salaire annuel médian des hommes cadres est supérieur de 15,7% à celui des femmes

Si, cette fois, on ne prend pas en compte l’élément « profil identique », alors les hommes cadres ont un salaire brut fixe annuel moyen supérieur de 18,6% aux femmes cadres et un salaire médian supérieur de 15,7%. Mais cet écart varie en fonction de la tranche d’ancienneté. Par exemple, le salaire fixe brut annuel des hommes cadres ayant de 5 à 9 ans d’ancienneté atteint 48.000 euros, alors que celui des femmes plafonne à 43.00 euros, soit un écart de 11,6%. Pour la tranche de 10 à 19 ans d’ancienneté, le salaire médian des hommes cadres s’élève à 52.000 euros et celui des femmes à 44.500 euros, soit un écart de 16,9%.

Ces écarts calculés sur des moyennes et des médianes s’expliquent en partie par le fait que les hommes et les femmes cadres ne possèdent pas les mêmes caractéristiques individuelles (âge, formation initiale, etc.), n’occupent pas les mêmes emplois et ne travaillent pas dans les mêmes entreprises.

L’écart de salaire varie également fortement selon la fonction occupée par le cadre. A cet égard, la fonction la plus discriminante pour les femmes est la direction d’entreprise pour laquelle un écart de salaire de 14,1% est

(…) Lire la suite sur La Tribune.fr

Pour un même poste, une femme cadre gagne 8,5% de moins qu’un homme

Les différences de salaires entre hommes et femmes sont tenaces. Comme l’indique une étude* de l’

Association pour l’emploi des cadres (Apec) publiée mercredi 4 mars, une femme cadre gagne 8,5% de moins qu’un homme occupant un poste équivalent. Cet écart concerne le salaire brut annuel fixe des hommes et des femmes cadres du privé « toutes choses égales par ailleurs » (fonction, âge, ancienneté, lieu d’emploi occupé, niveau de diplôme…) en 2013.L’étude montre que ce fossé entre hommes et femmes croît avec l’âge, passant de 4,2% chez les moins de 30 ans à 12,5% chez les cadres de plus de 50 ans. L’écart varie aussi selon la fonction occupée. Il atteint 14,1% pour la direction d’entreprise ou 12,4% pour le commercial et le marketing. A l’opposé, il est de 6,2% pour la communication ou 5,5% pour l’informatique.

Une différence globale de 18,6%

Si l’on ne prend en compte que le montant de la rémunération, la différence de salaires entre les deux sexes atteint 18,6%, avec 45 520 euros brut annuels en moyenne pour les femmes et 53 970 euros pour les hommes. Un écart accru qui s’explique notamment par le fait que les femmes cadres sont en moyenne plus jeunes que leurs homologues masculins et occupent moins souvent des postes à responsabilité.

En 2013, la rémunération annuelle brute (fixe et variable) moyenne des cadres était de 54 800 euros, près de la moitié des cadres (48%) ayant une part variable. Les femmes comptent pour 36% des cadres.

* Cette étude est basée sur une enquête menée par questionnaire en mai 2014 qui a recueilli près de 14 000 réponses de cadres du privé. Les résultats ont ensuite été redressés.

==

Commentaires

  • coralie  • 

    Discrimination positive ou négative !!

    Sam  •  

    La discrimination n’ explique pas tout,
    Chez les médecins libéraux par exemple, les femmes gagnent en moyen 25% moins que les hommes, pourtant les tarifs sont normalisés et les diplomes aussi, et en temps que propre patron, elles ne se disciminent certainement pas elles-meme……

    c’ est simplement que chez les médecins libéraux, à diplome, poste et expérience égale, elles fournissent un volume d’ activité moindre ….

    Sveta  •  

    Facilement embauchée en minijupe et décolleté à un salaire au dessus de la moyenne et libre d’arriver et partir à n’importe quelle heure voire être absente, papillonnant et téléphonant à tout va, s’absentant fréquemment pour aller se faire bronzer ou masser ou simplement aller à la piscine et bénéficiant de nombreuses primes et promotions sans avoir jamais fait grand chose mais se privant de cantine parce que le dg venait faire un tour au bureau entre 12 et 14 ou après 18 heures quand tout le monde était parti je crains d’avoir été défavorisée …

    Paul  •

    • et les retraites aussi c’est comme cela…….bon je croyais que le P S voulait faire quelque chose …..ha oui il y pense bon ça va alors dans 10 000 ans ce sera fait alors ouf me voila rassuré …….

       

    • Gaël  • 

      pauvres petits bouchons ,elles gagnent 6000 euros net au lieu de 8000 !!!                        les pauvres !Mais que dire des hommes et des femmes qui commencent leur carrière derrière une machine en 3 x8 en étant payé au smic et la finissant au smic ? Je parle même pas de ceux payer 600 euros par mois !   Là est le vrai problème , mais sur cela motus et bouche cousue !Toujours les plus nanti qui se plaignent

       

      Falk  •

       

      Normal

    • Cemoi  •  

      Pourquoi ne parler que des cadres et jamais des ouvrier(e)s, employé(e)s, etc. ? A croire que le féminisme ce n’est bon que pour les bourges

      Ange  •  

      Les politiques, qui n’ont que le mot parité à la bouche, attendent quoi pour pondre une loi interdisant les différences de salaire par rapport au sexe?

      Sara  • 

      Et voilà pourquoi il y a la fête des femmes le 8 mars….si ces différences n’existaient pas, point besoin de fête, y a t-il une fête des hommes ? non ? ils en n’ont pas besoin EUX !

      vin  •  

      C est du grand n’importe quoi cet article.
      Les femmes qui font le même travail que moi touchent exactement le même salaire.
      Malgré que une fois par mois les femmes ont mal au ventre et sont de mauvaise humeur, passent plus de 2.5 fois plus temps aux toilettes, n’ ont pas autant de force… et …
      risque à n’importe quel moment de tomber enceinte

      vin  • 

      Les hommes n’étant pas dotés des mêmes capacités, s’ils sont libres ils ne seront pas égaux, et s’ils sont égaux c’est qu’ils ne sont pas libres. (Alexandre Soljenitsyne)

       

    • julien  • 

      Dans toutes les boites où j’ai travaillé, les salaires à l’embauche n’étaient pas forcément strictement identiques à poste équivalent mais ne tenaient en aucun cas compte du sexe de l’individu . Le parcours, éventuellement les diplômes, la négociation sont les seuls critères. Je ne contexte pas les chiffres de ces études mais il serait intéressant de connaître ces secteurs et entreprises où la discrimination s’opère et qui concentre les inégalités.
      De plus, l’étude nous apprend que l’écart « s’explique notamment par le fait que les femmes cadres sont en moyenne plus jeunes que leurs homologues masculins et occupent moins souvent des postes à responsabilité ». Le vrai problème n’est-il pas plutôt l’accès aux responsabilités plutôt que la différence de salaire ?

       

    • ****95  • 

      Les ouvriers c’est la même chose il n y a pas OBLIGATION de rémunérer

       

    • m  •  

      l’Homme et la femme doivent être égaux mais ils sont différents, pour les mettre égaux nous ne sommes pas obligés de les transformer pour devenir le même moule ou modèle, la femme doit rester femme et avoir les mêmes droits que l’homme et vice versa,

      restonssage  • 

      On emploie les femme pour leurs fesses et leurs décoletés … faut être lucide !!! quand un poste est pour une femme c’est pour cela !

Publicités