L'Etat Islamique dévaste le Musée de Mossoul

Le Hamas déclaré « terroriste » en Egypte

L'Obs avec AFP

Un tribunal égyptien a ainsi classé le mouvement palestinien accusé de soutenir le djihad dans le Sinaï.

Une Palestinienne proteste devant l'ambassade égyptienne le 9 février contre la décision d'interdire l'aile armée du mouvement islamiste palestinien.  (Sipa) Une Palestinienne proteste devant l’ambassade égyptienne le 9 février contre la décision d’interdire l’aile armée du mouvement islamiste palestinien. (Sipa)

Un tribunal égyptien a classé, samedi 28 février, comme organisation « terroriste » le mouvement palestinien Hamas, selon une source judiciaire, alors que les autorités égyptiennes accusent le groupe islamiste de soutenir une insurrection djihadiste dans le Sinaï.

Fin janvier, la justice égyptienne avait classé comme mouvement « terroriste » la branche militaire du Hamas, les brigades Ezzedine al-Qassam, et en mars un tribunal avait déjà proscrit les activités du mouvement palestinien sur le sol égyptien et ordonné le gel de ses avoirs.

Les relations entre le Hamas et son voisin égyptien sont au plus bas depuis la destitution en juillet 2013 du président islamiste Mohamed Morsi par l’ex-chef de l’armée et actuel président, Abdel Fattah al-Sissi.

Le Hamas impliqué au Sinaï

Le mouvement palestinien est issu, comme Mohamed Morsi, de la confrérie des Frères musulmans, cible d’une implacable répression et déclarée elle aussi « terroriste » par Le Caire.

Le tribunal des référés a rendu son verdict après deux plaintes accusant le Hamas d’être directement impliqué dans les attaques djihadistes meurtrières qui visent l’armée et la police dans la péninsule du Sinaï (nord-est), selon un responsable du tribunal.

Ces attentats se sont multipliés depuis l’éviction de Mohamed Morsi et sont généralement revendiqués par des djihadistes qui ont fait du nord du Sinaï leur fief.

Ce verdict intervient quelques jours après l’adoption d’une nouvelle loi anti-terroriste, qui permet notamment aux autorités de fermer les locaux de toute organisation déclarée « terroriste », de geler ses avoirs et de ceux de ses membres.

Egypte: la justice déclare le mouvement palestinien Hamas « terroriste »

Un tribunal égyptien a jugé samedi que le Hamas était une organisation « terroriste », nouveau coup dur porté au mouvement palestinien dont les relations sont au plus bas avec Le Caire qui l’accuse de soutenir l’opposition islamiste.

Le Hamas islamiste, qui contrôle de facto la bande de Gaza voisine, a aussitôt dénoncé ce jugement, rendu près d’un mois après une décision similaire frappant sa branche armée, le qualifiant de « grande honte qui souille la réputation de l’Egypte ».

Les relations entre le Hamas et l’Egypte sont très tendues depuis la destitution en juillet 2013 du président islamiste Mohamed Morsi par l’ex-chef de l’armée et actuel président, Abdel Fattah al-Sissi.

Le Hamas est issu, comme M. Morsi, de la confrérie des Frères musulmans, déclarée elle aussi « terroriste » en décembre 2013 par Le Caire et dont les partisans sont la cible d’une sanglante répression dans laquelle plus de 1.400 manifestants ont été tués, sans compter quelque 15.000 personnes emprisonnées et des centaines condamnées à mort.

Le tribunal des référés a rendu son verdict samedi après deux plaintes accusant le Hamas d’être directement impliqué dans des attaques jihadistes meurtrières contre les forces de sécurité dans la péninsule du Sinaï (nord-est), voisine de la bande de Gaza.

« Il a été prouvé que le mouvement avait commis sur le territoire égyptien des actes de sabotage et assassiné des innocents, des civils et des membres de la police et de l’armée », a indiqué la cour dans ses attendus, déclarant le Hamas « organisation terroriste ».

Elle évoque notamment des attentats coordonnés fin janvier dans le nord du Sinaï et dans lesquels au moins 25 soldats avaient été tués, précisant que « les roquettes utilisées dans cette opération ne se trouvent que dans la bande de Gaza ».

Des groupes jihadistes égyptiens, qui ont fait du nord du Sinaï leur fief, revendiquent cependant les nombreux attentats contre les forces de l’ordre.

– « Sérieuse escalade » –

Alors que des centaines de tunnels ont été utilisés ces dernières années par les Gazaouis pour faire entrer du carburant et des matériaux de construction dans l’enclave palestinienne en raison du blocus israélien, les autorités égyptiennes accusent régulièrement des combattants du Hamas de s’en servir pour le trafic d’armes.

L’armée construit depuis plusieurs semaines une zone-tampon à la frontière avec Gaza pour faire cesser la menace de ces tunnels.

Fin janvier, la justice avait classé comme mouvement « terroriste » la branche militaire du Hamas, les brigades Ezzedine al-Qassam, et en mars 2014 un tribunal avait déjà proscrit les activités du mouvement palestinien sur le sol égyptien.

Le Hamas est considéré comme « organisation terroriste » par Israël et les Etats-Unis, et l’Union européenne a décidé en janvier de faire appel d’une récente décision de la justice européenne ordonnant le retrait du mouvement palestinien de la liste terroriste de l’UE.

Le verdict de samedi intervient quelques jours après l’adoption d’une nouvelle loi antiterroriste qui permet aux autorités de fermer les locaux de toute organisation déclarée « terroriste », de geler ses avoirs et de ceux de ses membres, et d’empêcher ces derniers de quitter l’Egypte ou d’y entrer.

Mais avant de pouvoir appliquer cette loi au Hamas, les plaignants doivent demander à l’exécutif ou au parquet d’ajouter officiellement le Hamas à la liste des organisations « terroristes » du pays, a indiqué à l’AFP un haut responsable judiciaire.

Le politologue gazaoui Moukhaimer Abou Saada a qualifié cette décision judiciaire d' »escalade dangereuse », estimant que « l’Egypte pourrait geler les avoirs et les investissements en Egypte d’individus appartenant au Hamas ».

Egypte: la justice déclare le mouvement palestinien Hamas « terroriste »

 

Un tribunal égyptien a jugé samedi que le Hamas était une organisation « terroriste », nouveau coup dur porté au mouvement palestinien dont les relations sont au plus bas avec Le Caire qui l’accuse de soutenir l’opposition islamiste.

Le Hamas islamiste, qui contrôle de facto la bande de Gaza voisine, a aussitôt dénoncé ce jugement, rendu près d’un mois après une décision similaire frappant sa branche armée, le qualifiant de « grande honte qui souille la réputation de l’Egypte« .

Les relations entre le Hamas et l’Egypte sont très tendues depuis la destitution en juillet 2013 du président islamiste Mohamed Morsi par l’ex-chef de l’armée et actuel président, Abdel Fattah al-Sissi.

Le Hamas est issu, comme M. Morsi, de la confrérie des Frères musulmans, déclarée elle aussi « terroriste » en décembre 2013 par Le Caire et dont les partisans sont la cible d’une sanglante répression dans laquelle plus de 1.400 manifestants ont été tués, sans compter quelque 15.000 personnes emprisonnées et des centaines condamnées à mort.

Le tribunal des référés a rendu son verdict samedi après deux plaintes accusant le Hamas d’être directement impliqué dans des attaques jihadistes meurtrières contre les forces de sécurité dans la péninsule du Sinaï (nord-est), voisine de la bande de Gaza.

« Il a été prouvé que le mouvement avait commis sur le territoire égyptien des actes de sabotage et assassiné des innocents, des civils et des membres de la police et de l’armée », a indiqué la cour dans ses attendus, déclarant le Hamas « organisation terroriste ».

De jeunes Palestiniens brandissent des drapeaux du Hamas le 5 février 2015 © Said Khatib AFP/Archives

Elle évoque notamment des attentats coordonnés fin janvier dans le nord du Sinaï et dans lesquels au moins 25 soldats avaient été tués, précisant que « les roquettes utilisées dans cette opération ne se trouvent que dans la bande de Gaza ».

Des groupes jihadistes égyptiens, qui ont fait du nord du Sinaï leur fief, revendiquent cependant les nombreux attentats contre les forces de l’ordre.

– « Sérieuse escalade » –

Alors que des centaines de tunnels ont été utilisés ces dernières années par les Gazaouis pour faire entrer du carburant et des matériaux de construction dans l’enclave palestinienne en raison du blocus israélien, les autorités égyptiennes accusent régulièrement des combattants du Hamas de s’en servir pour le trafic d’armes.

L’armée construit depuis plusieurs semaines une zone-tampon à la frontière avec Gaza pour faire cesser la menace de ces tunnels.

Fin janvier, la justice avait classé comme mouvement « terroriste » la branche militaire du Hamas, les brigades Ezzedine al-Qassam, et en mars 2014 un tribunal avait déjà proscrit les activités du mouvement palestinien sur le sol égyptien.

Le Hamas est considéré comme « organisation terroriste » par Israël et les Etats-Unis, et l’Union européenne a décidé en janvier de faire appel d’une récente décision de la justice européenne ordonnant le retrait du mouvement palestinien de la liste terroriste de l’UE.

Le verdict de samedi intervient quelques jours après l’adoption d’une nouvelle loi antiterroriste qui permet aux autorités de fermer les locaux de toute organisation déclarée « terroriste », de geler ses avoirs et de ceux de ses membres, et d’empêcher ces derniers de quitter l’Egypte ou d’y entrer.

Des enfants palestiniens brandissent des armes en plastique et portent des foulards aux symboles du Hamas lors d'une manifestation à Hébron le 15 août 2014 © Hazem Bader AFP/Archives

Mais avant de pouvoir appliquer cette loi au Hamas, les plaignants doivent demander à l’exécutif ou au parquet d’ajouter officiellement le Hamas à la liste des organisations « terroristes » du pays, a indiqué à l’AFP un haut responsable judiciaire.

Le politologue gazaoui Moukhaimer Abou Saada a qualifié cette décision judiciaire d' »escalade dangereuse », estimant que « l’Egypte pourrait geler les avoirs et les investissements en Egypte d’individus appartenant au Hamas ».

28/02/2015 13:17:20 – Le Caire (AFP) – Par Haitham EL-TABEI – © 2015 AFP

Commentaires

Vivement 2017  • 

vu le sujet ……il faut preciser que si les juifs quittent la FRANCE c est a cause de certains musulmans et pas a cause des Français ..qu on arrete de mettre l étiquette d antisemites sur tous les habitants de la FRANCE .

Eric  • 

en france cazeneuve les autorise à manifester

  • Bardamuh  •

    Voilà une grande, une très grande nouvelle .Qu’un pays à majorité Musulmane comme l’Egypte reconnaisse le Hamas pour ce qu’ils est : Un nid des cafards terroristes .Alors que tous les pays le savent mais qu’ils font semblant de l’ignorer de crainte du déchainement d’attentats terroristes sur leurs sols et leurs biens ! Merci à l’ Egypte et pas de pitié pour les tunnels d’approvisionnement , enfumez les comme des rats !

    H2o  • 

    UN PEU D’HISTOIRE…
    « La ville de Gaza a vraisemblablement été fondée vers 1500 avant J.-C. La Bible fait de nombreuses mentions à Gaza dans les livres de la Genèse, des Juges et d’Amos notamment.

    Au XIIIe siècle avant J.-C., la région est occupée par les Philistins, sur une bande côtière qui correspondrait approximativement à la bande d’aujourd’hui se prolongeant jusqu’à Ashkelon au nord. Le nom de Palestine dérive d’ailleurs de « Philistins » en passant par les langues grecque et latine. La région de Gaza a changé de mains plusieurs fois au cours des deux mille années suivantes. Elle est tombée successivement sous l’autorité des Assyriens (en 732 avant J.-C.), des Égyptiens, des Babyloniens (en 586 avant J.-C.), des Perses (en 525 avant J.-C.), et des Grecs.

    Alexandre le Grand y rencontre une vive résistance en 332 avant J.-C.. Après la victoire, il vend ses habitants en esclavage. Gaza est conquise par les Romains au IeR siècle avant J.-C.

    La région est à l’époque byzantine marquée par l’implantation de monastères chrétiens influencés par le monachisme égyptien. Vers 640, toute la région comprenant la Syrie, la Palestine, la Jordanie et le Liban tombe sous l’autorité de l’État islamique de Médine.

    Aux XIe et XIIe siècles, les Croisés conquièrent à plusieurs reprises la ville de Gaza. Le territoire est sous la domination de l’Empire ottoman à partir de 1517 et jusqu’à la campagne d’Égypte des armées napoléoniennes en 1799. En 1832, Méhémet Ali, fondateur de l’Égypte moderne, met Gaza dans le giron égyptien. Cet événement marque une première période d’influence égyptienne sur ce territoire jusqu’à sa reconquête par les Ottomans. Ceux-ci perdent définitivement ce territoire lors de la Première Guerre mondiale, lorsque la Grande-Bretagne occupe la région après la troisième bataille de Gaza du 7 novembre 1917.

    Gaza est incluse dans le mandat britannique sur la Palestine, accordé par la Société des Nations en 1922, et reste administrée par les Britanniques jusqu’à la dissolution du mandat en mai 1948. Le Plan de partage de la Palestine entre un État juif et un État arabe prévoit l’intégralité de ce territoire dans les frontières de l’entité arabe à créer. Ce plan est rejeté par les États voisins ainsi que par les représentants des Arabes de Palestine. L’Égypte répond à la déclaration d’indépendance de l’État d’Israël en envahissant son territoire par le sud, invasion suivie par les autres pays arabes sur les autres frontières.

    Les frontières actuelles de la bande de Gaza résultent des lignes d’armistice de 1949. Ces accords établissent que les frontières résultent exclusivement de considérations militaires dans le cadre de l’armistice et qu’elles n’entérinent aucun changement sur les statuts des territoires concernés. »

    absolonabsolon  •

    Le Hamas est sur la liste officielle des organisations terroristes du Canada, des États-Unis d’Amérique, de l’Union européenne, du japon et de l’Égypte. Que tous ceux qui attaquent Israël en faveur du Hamas sont des ennemis de cette coalition.

    Pascal  • 

    le hamas une bande de castrés, rien d’autre

  • Pirogue  • 

    Honte à l’extreme gauche qui défile avec les islamistes !

    AUGUSTE  •

    Vive l’Egypte…..pas etonnant si la civilisation a pris racine dans ce pays bien avant la mesopotamie…..et surtout … bien avant … tres tres avant la secte coranique ta mere

    tvox  • 

    Qui en doutait ? ..et pendant ce temps-là , en Europe on est en train de tergiverser sur la nature de cette bande de terroriste illuninée. Le Hamas ne souhaite pas la paix , puisqu’ il se nourrit du conflit .

    Franck  •

    Ça va pas faire plaisir à Erdogan tout ça : Houlala!

ERWITT GEORGES ERWITT GEORGES                                            Comment parvenir a comprendre que l’Europe puisse continuer a distribuer l’argent des contribuables a des organisations terroristes issues de la confrérie des « frères musulmans égyptiens » ?…..le général SISSI lui sait parfaitement où se trouve le mal qui ronge notre planète et c’est sans aucun doute possible ce qui le pousse a détruire ce terrorisme qui gangrène son pays et détruit son économie ….n’est il pas temps maintenant d’engager un réel combat contre ce fanatisme religieux islamique qui lui nous a déclaré la guerre depuis très longtemps déjà (attentats de PARIS, LONDRE et MADRID sans oublier les tours du WORLD TRADE CENTER et tous les autres attentats mortels !) juste une question … quelle est la raison qui empêche une coalition d’attaquer DAECH immédiatement ?….nous avons pourtant largement les moyens de détruire la totalité de ce groupe terroriste … alors ?.. qu’attendent nos dirigeants ?…
Enver Hoxha Enver Hoxha                                                 Pour faire excuser sa dictature, Sissi est pret à toute révérence devant ses protecteurs américains. Comme Sadate et Moubarak. Aura-t-il le sort du premier, ou du second?
William Ewan                                                                                Analyse totalement erronée.

La politique d’Obama en Egypte et ailleurs au Proche Orient constitue à privilégier les Frères Musulmans, ennemis absolue de l’actuel pouvoir égyptien. Les choix d’Obama exaspèrent au plus haut point l’Egypte, l’Arabie Saoudite, et les Emirats du Golfe, à l’exception notable du Qatar et de la Turquie, partisans des Frères Musulmans.
Al Sissi masse des troupes à la frontière libyenne pour prendre en tenaille les clones locaux de l’Etat islamique (qui avaient décapité récemment des coptes égyptiens qui y avaient trouvé du travail). Il sera aidé dans cette éradication des islamistes radicaux par une faction libyenne qui lutte elle aussi contre l’EI local.
Parallèlement, l’armée égyptienne est bien décidée à éradiquer toute présence de l’Etat islamique local dans la péninsule du Sinai ou elle a fait alliance avec les islamistes du Hamas. L’Egypte met actuellement en place un no man’s land et un claquemurage absolue de la bande de Gaza à la frontière egypto-gazaoui dont les dirigeants sont déclarés ennemis de l’Egypte.
Des rencontres se sont produites ces derniers jours entre les services de renseignements de la partie libyenne ennemie de l’Etat islamique et ceux de l’Egypte, la Jordanie et … Israël à Amman en Jordanie afin d’annihiler les clones de l’Etat islamique dans la zone Libye et Egypte.

Publicités