« Trop d’inégalités nuit à la croissance »

Laisser un commentaire


Le cessez-le-feu dans l’est de l’Ukraine entre les forces de Kiev et les rebelles prorusses semblait tenir dimanche matin, plusieurs heures après son entrée en vigueur, première étape d’un plan de paix destiné à mettre fin à un conflit qui a fait plus de 5.500 morts en 10 mois.

Des incidents isolés ont cependant été signalés de part et d’autre. Les forces ukrainiennes ont fait état dimanche matin d’une attaque au mortier contre leurs positions dans la région de Lougansk, près de la frontière russe.

De leur côté, les rebelles ont affirmé que les militaires ukrainiens avaient ouvert le feu dans la région de Debaltseve, à 65 km au nord-ouest de Donetsk, place forte des séparatistes prorusses

Aupâravant, de fréquentes rafales d’armes automatiques avaient été entendues dimanche vers 01h30 (23h30 GMT samedi) à Donetsk, mais pas de tirs d’artillerie, selon des journalistes de l’AFP.

Des sources militaires ont confirmé que le cessez-le-feu, entré en vigueur samedi à 22h00 GMT, était respecté à Marioupol (port de la mer d’Azov) et Debaltseve (65 km au nord-est de Donetsk). Il a été précédé samedi par des combats acharnés autour du noeud ferroviaire de Debaltseve et des échanges d’artillerie qui ont fait trois morts au centre de Donetsk.

La violence des affrontements quelques heures seulement avant son entrée en vigueur avait alors renforcé les craintes de voir cette trêve aussi peu respectée que les précédentes.

L’accord conclu jeudi à Minsk à l’issue d’une nuit de négociations entre les dirigeants d’Ukraine, Russie, Allemagne et France prévoit que Kiev et les rebelles ont deux jours après l’entrée en vigueur du cessez-le-feu pour commencer à retirer leurs armes lourdes de la ligne de front.

Le président russe Vladimir Poutine, son homologue ukrainien Petro Porochenko, le président français François Hollande et la chancelière allemande Angela Merkel devaient faire ensemble dimanche un « premier point » sur l’application du cessez-le-feu, selon la présidence française.

M. Porochenko a affirmé que le processus de paix était menacé par des actions des rebelles autour de Debaltseve où les troupes ukrainiennes sont quasiment encerclées.

« Le président américain Barack Obama a appelé M. Porochenko pour lui exprimer sa « sympathie » et sa profonde « préoccupation » concernant notamment la situation « dans et autour de la ville de Debaltseve ».

Le président ukrainien a également évoqué le sujet avec M. Hollande et Mme Merkel, parrains de l’accord de paix conclu jeudi à Minsk. Selon un haut responsable du département d’Etat, le secrétaire d’Etat John Kerry a insisté sur le respect complet des accords passés à Minsk, dans un entretien téléphonique avec son homologue russe Sergueï Lavrov.

De son côté, Vladimir Poutine a réaffirmé, lors d’un entretien téléphonique avec François Hollande et Angela Merkel, son attachement au respect du cessez-le-feu, a indiqué l’Elysée.

La situation à Debaltseve a suscité des doutes quant à une application effective de la trêve. « Il n’y a pas un mot sur Debaltseve dans les accords de Minsk », avait lancé samedi le dirigeant de la république autoproclamée de Donetsk, Alexandre Zakhartchenko, cité par le site officiel séparatiste.

Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a expliqué que les tentatives des soldats ukrainiens encerclés à Debaltseve de sortir « de la chaudière » seraient considérées comme une violation du cessez-le-feu.

M. Zakhartchenko avait signé samedi en fin d’après-midi un décret introduisant le cessez-le-feu qui donne cependant le droit aux rebelles de riposter à des « tirs contre les infrastructures militaires et civiles de la République populaire de Donetsk ».

De son côté, Moscou a d’ores et déjà accusé Kiev et les Occidentaux de « déformer le contenu des accords de Minsk ».

– Debaltseve en flamme –

Un responsable régional pro-Kiev a estimé que les rebelles étaient en train de « détruire » Debaltseve, noeud ferroviaire situé à mi-chemin entre les capitales séparatistes prorusse de Donetsk et de Lougansk. « Les tirs d’artillerie contre les immeubles d’habitation et les bâtiments administratifs ne cessent pas », a indiqué Viatcheslav Abroskine, chef de la police régionale pro-Kiev.

« La ville est en flammes », a déclaré à l’AFP Natalia Karabouta, responsable du département de la santé de Debaltseve. « Il n’y a plus de médicaments, plus d’eau, ni d’électricité. »

L’armée ukrainienne avait fait état samedi matin d’une « tentative d’assaut rebelle avec des lance-roquettes multiples et des chars » près de Debaltseve.

L’ambassadeur américain en Ukraine, Geoffrey Pyatt, a indiqué samedi qu’il s’agissait de systèmes « russes et non séparatistes » près de Debaltseve y compris des systèmes de défense anti-aérienne, ce que Moscou a démenti.

Au moins 14 personnes – huit militaires ukrainiens et six civils – ont été tuées au cours des dernières 24 heures, contre 28 la veille.

Chose rare, le centre de Donetsk a été bombardé samedi. Deux civils, un homme et une femme, ont été tués.

L’armée ukrainienne a dit avoir repéré 14 vols de drones ennemis, principalement en direction de Marioupol.

Les volontaires du régiment Azov, qui défendent le secteur, ont annoncé que la localité de Chirokiné, à 10 km de Marioupol, avait été « pratiquement détruite au cours d’un combat d’artillerie ». La prise de ce port stratégique serait une étape clé pour établir un pont terrestre entre la Russie et la Crimée.

Entrée en vigueur du cessez-le-feu dans l’Est de l’Ukraine

Le Monde.fr avec AFP et Reuters |

Le cessez-le-feu conclu entre Kiev et les rebelles prorusses est entré en vigueur samedi 14 février à minuit, heure locale. Il s’agit de la première étape du plan de paix destiné à mettre fin au conflit qui a fait plus de 5 500 morts en dix mois dans l’Est de l’Ukraine. Des sources militaires ont confirmé que le cessez-le-feu était respecté à Marioupol et Debaltseve.

Quelques tirs d’artillerie ont été entendus à Donetsk, place forte des séparatistes, peu après le début du cessez-le-feu, avant de s’interrompre rapidement, selon les témoignages sur place.
La trêve a été précédée par des combats acharnés, dans la journée de samedi, autour du nœud ferroviaire de Debaltseve. Des échanges de tirs ont, par ailleurs, fait trois morts dans le centre de Donestk.

La violence des affrontements a renforcé les craintes de voir le cessez-le-feu aussi peu respecté que les précédentes tentatives d’arrêt des combats. L’accord, conclu jeudi à Minsk à l’issue d’une nuit de négociations entre les dirigeants d’Ukraine, Russie, Allemagne et France, prévoit que Kiev et les rebelles ont deux jours après l’entrée en vigueur de la trêve pour commencer à retirer leurs armes lourdes de la ligne de front.

Ukraine : entrée en vigueur du cessez-le-feu, doute sur la trêve dans une ville stratégique

Blindé des forces ukrainiennes à Artemivsk dans la région de Donetsk le 14 février 2015
 (c) Afp Blindé des forces ukrainiennes à Artemivsk dans la région de Donetsk le 14 février 2015 (c) Afp

Donetsk (Ukraine) (AFP) – Un cessez-le-feu conclu entre Kiev et les rebelles prorusses est entré en vigueur samedi à 22H00 GMT (minuit heure ukrainienne), première étape d’un plan de paix destiné à mettre fin à un conflit qui a fait plus de 5.500 morts en dix mois dans l’Est de l’Ukraine.

Quelques tirs d’artillerie ont été entendus à Donetsk, place forte des séparatistes, dans l’Est de l’Ukraine, peu après le début du cessez-le-feu, avant de s’interrompre rapidement.

Le président russe Vladimir Poutine, son homologue ukrainien Petro Porochenko, le président français François Hollande et la chancelière allemande Angela Merkel feront ensemble dimanche un « premier point » sur l’application du cessez-le-feu, selon la présidence française.

Avant l’entrée en vigueur du cessez-le-feu, les combats ont fait rage samedi autour de la ville stratégique ukrainienne de Debaltseve, Moscou et les séparatistes prorusses ayant laissé entendre qu’elle ne serait pas concernée par le cessez-le-feu.

Le président ukrainien Petro Porochenko a affirmé que le processus de paix était menacé à cause des agissements des rebelles autour de la ville où les troupes ukrainiennes sont quasiment encerclées.

« Malheureusement le processus de pays est menacé, les rebelles vont utiliser Debaltseve pour saper le régime du cessez-le-feu », a déclaré le président au cours d’une réunion d’urgence de l’Etat-major de l’armée, après avoir ordonné aux militaires d’instaurer la trêve comme prévu dans le cadre des accords de paix de Minsk.

Le président américain Barack Obama a appelé le président Porochenko pour lui exprimer sa « sympathie » et sa profonde « préoccupation » concernant notamment la situation « dans et autour de la ville de Debaltseve », selon la Maison Blanche.

Le président ukrainien a également évoqué le sujet avec François Hollande et la chancelière allemande Angela Merkel, parrains de l’accord de paix conclu jeudi à Minsk.

Vladimir Poutine a quant à lui réaffirmé, lors d’un entretien téléphonique avec François Hollande et Angela Merkel, son attachement au respect du cessez-le-feu, a indiqué le palais présidentiel de l’Elysée à l’AFP.

Les trois dirigeants « ont réaffirmé, Vladimir Poutine en particulier, la nécessité que le cessez-le-feu prévu à minuit (ndlr : heure ukrainienne) puisse être effectif. Vladimir Poutine a lui-même dit que les rebelles étaient prêts au cessez-le-feu ».

La situation à Debaltseve a en effet suscité des doutes quant à une application effective du cessez-le-feu. ) « Il n’y a pas un mot sur Debaltseve dans les accords de Minsk », a lancé samedi le dirigeant de la république autoproclamée de Donetsk Alexandre Zakhartchenko cité par le site officiel séparatiste.

Kiev a immédiatement réagi en dénonçant « les tentatives de la Russie et des terroristes qu’elle contrôle de saper le cessez-le-feu ».

Le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov a pour sa part expliqué que les tentatives des soldats ukrainiens encerclés à Debaltseve de sortir « de la chaudière » seraient considérées comme une violation du cessez-le-feu.

Alexandre Zakhartchenko, a signé samedi en fin d’après-midi un décret stipulant l’introduction du cessez-le-feu qui donne cependant le droit aux rebelles de riposter à des « tirs contre les infrastructures militaires et civiles de la République populaire de Donetsk ».

De son côté, la Russie a d’ores et déjà accusé Kiev et les Occidentaux de « déformer le contenu des accords de Minsk ».

– Debaltseve en flammes –

Un responsable régional pro-Kiev a estimé que les rebelles étaient en train de « détruire » Debaltseve, noeud ferroviaire situé à mi-chemin entre les capitales séparatistes prorusse de Donetsk et de Lougansk.

« Les tirs d’artillerie contre les immeubles d’habitation et les bâtiments administratifs ne cessent pas », a indiqué Viatcheslav Abroskine, chef de la police régionale pro-Kiev, en ajoutant qu’une roquette Grad avait touché le commissariat de police de la ville.

« La ville est en flammes », a déclaré à l’AFP Natalia Karabouta, responsable du département de la santé de Debaltseve. « Il n’y a plus de médicaments, plus d’eau, ni d’électricité ».

L’armée ukrainienne a fait état samedi matin d’une « tentative d’assaut rebelle avec des lance-roquettes multiples et des chars » contre ses positions près de Debaltseve.

L’ambassadeur américain en Ukraine, Geoffrey Pyatt, a écrit samedi sur son compte Twitter qu’il s’agissait de systèmes « russes et non séparatistes » près de Debaltseve y compris des systèmes de défense anti-aérienne, ce que Moscou a démenti.

Au moins 14 personnes – huit militaires ukrainiens et six civils – ont été tuées au cours des dernières 24 heures, contre 28 la veille.

Chose rare, le centre de Donetsk a été bombardé samedi. Deux civils, un homme et une femme, ont été tués. Les obus sont tombés à proximité de la résidence de M. Zakhartchenko.

Les lance-roquettes multiples Grad continuaient à tirer intensément dans Donetsk samedi soir.

Les combats se sont aussi intensifiés samedi aux environs du port stratégique de Marioupol sur les bords de la mer d’Azov.

L’armée ukrainienne a dit avoir repéré 14 vols de drones ennemis, principalement en direction de Marioupol.

Les volontaires du régiment Azov qui défendent le secteur ont annoncé que la localité de Chirokiné à 10 km de Marioupol avait été « pratiquement détruite au cours d’un combat d’artillerie » après une attaque « de l’ennemi » qui utilisait des chars.

– Menace de sanctions occidentales –

La prise de Marioupol serait une étape clé pour établir un pont terrestre entre la Russie et la Crimée, péninsule ukrainienne annexée en mars.

Les dirigeants des sept plus grandes puissances économiques mondiales (G7, Canada, France, Allemagne, Italie, Japon, Royaume Uni, Etats-Unis) ont appelé au « strict respect » des accords et se sont dits « prêts à adopter » des sanctions contre ceux qui violeraient cet accord.

La porte-parole du département d’Etat américain, Jennifer Psaki, a accusé Moscou de continuer à déployer « des chars et des systèmes de missiles » dans l’est de l’Ukraine.

==

Commentaires

  • Georges                                                              L’Ukraine de l’est (à partir de Kiev) est à la Russie ce qu’est l’Alsace pour nous.
    Et nous avons fait une guerre sanglante pour cela.
  • John  • 

  • –                                                                    Mais qu »a-t-il pris au parlement de Kiev de voter le 23 décembre 2014 la sortie de l’Ukraine du statut des pays non alignés pour souhaiter une adhésion à l’OTAN peut être pensait il naïvement que Poutine allait accepter de voir l’OTAN arriver à ses frontières et donc les USA.On nous amène tous les jours à réagir sur les conséquences de cette décision avec l’émergence des russophones qui ont pris les armes dans les provinces géographiquement adossées à la Russie, la conférence de Minsk est un iceberg dont on ne nous présente que la portion émergée….

    @nitrox92 : Vous avez parfaitement raison ! qui tire le premier et qui répond ! bonnet blanc blanc bonnet !

    –                                                                        Les « rebelles » n’ont aucune intention de stopper la guerre. La Russie s’est trop engagée, elle est obligée de les suivre quoi qu’il arrive. Pourquoi s’arrêteraient-ils en si bon chemin, alors qu’ils ont une puissance militaire massive à volonté et que personne ne viendra aider les troupes régulières ? Ce qu’il veulent, c’est la main-mise sur un gros morceau de territoire Ukrainien qu’ils mettront en coupe réglée, avec le soutien de Poutine. Il ne peut plus faire marche arrière, il est l’otage de sa crédibilité et de ses rêves de grandeur.
    –                                                                   Chacun sait ce qu »il y a derrière le non respect du cessez le feu de ce soir. Le président ukrainien est apparu aujourd’hui en uniforme chapska sur la tête en dénonçant l’attitude des russophones. Cela dit si les obus allaient à sens unique ça se saurait…….la nuit va être longue.
    –                                                                         Bien que dans cette affaire, je suis enclin à comprendre la réaction des Russes, je me vois mal discuter de leur soutien direct aux séparatistes. La meilleure preuve en est la présence de Mr Poutine à la table des négociations, en lieu et place des sensés ayant droit.
    –                                   Pourquoi ..toujours ..Les séparatistes ?????? …………………………………………………………………Kiev ..Les militaires. Eux .même sont contre .Le nouveau. Traité. ..merkel/hollande…je viens de voir ça aux Infos ….et .l’otan. ..de quoi se mêle-t-Il….???..malheureusement ..Les deux parties sont aidées .militairement. ……………..séparatistes ..et Kiev. .!!!!!!!!..et des innocents. ..meurent ..
    –                                                                          Je pense que les combattants des deux camps n’ont que faire des accords signes :ce n’est pas le premier et malheureusement pas le dernier .Et ce n’est pas les MERKOLLANDE qui y changeront .Les rancoeurs sont trop fortes
    –                                Comme….par hasard ..Kiev à reçu ..une très grosse somme. d’argent. .de .l’union. européenne. Pourquoi. .?..si ce n’est. Pour qu’il.puisse ..s’armer ……….et pétro porochenko .ne veux pas …lâcher ..Les prorusses. .et les richesses des régions ….convoitées!!!!!!!!!!!!
    –                                              Oh mon dieu épargne cette population ukrainienne de cette guerre interminable j’ espère que poutine pourra respecter ces accords obtenu avec moins d’espoir.

    @ nitrox 92 : je faisais la même remarque que la vôtre dans un post précédent, c’est effectivement curieux car la production de preuves couperait court à toute spéculation.

    –                                                                   Je ne doute pas de l’ingérence de la Russie. ..mais il est curieux qu’aucune photo satellite, qu’aucun prisonnier russe (et non russophone), ne soient présentes. ..étrange ce black-out alors que la terre entière est survolée par des satellites militaires.
    –                                                                 Que notre lumière aille renégocier la paix ça nous fera des vacances de ne plus le voir en France .
    –                                                                 J’ai du mal à croire à la viabilité de ce cessez-le-feu. Selon moi, plusieurs choses s’y opposent, la scission durable de la population entre ukrainiens et russophiles, le refus d’une partition du pays qui passerait sous domination étrangère, Moscou qui n’acceptera jamais de voir un état de cette importance se rapprocher de l’UE et de l’OTAN… Je pense que les troubles sont durablement installés dans cette région. D’ailleurs, cela pose la question de la responsabilité de l’Europe dans les bouleversements que l’Ukraine est en train de subir, et ne serait-il pas grand temps de prendre un peu de distance par rapport aux USA ?
                                                          Les séparatistes ont des vues différentes des autorités et les signatures des présidents n’ont qu’une valeur relative pour ces combattants qui ont la supériorité sur le terrain. L’Europe est tributaire de la Russie pour la fourniture de gaz et pétrole ainsi que de ventes de matériel bien que nos échanges soient en notre défaveur. Le président russe, que les sanctions de l’Europe agace fortement, ne veut certainement pas céder un pouce de terrain aux européens et cette guerre fait marcher son économie.
    –                                                  Le jeu des américains au coeur de l’Europe est plus que douteux , l’OTAN ne doit pas avoir cette prépondérance ,sur la communauté européenne , c’est un conflit qui nous regarde , nous devons en trouver les solutions , sans que d’autres allument des étincelles et soufflent sur les braises. La Russie doit devenir une partie plus intégrée de notre continent , serait ce cela qui fait peur?

    –                                                                Dans le fief rebelle de Donetsk, les tirs d’artillerie et les salves de lance-roquette multiple Grad, venant essentiellement des positions séparatistes… Ils tirent sur les leurs ? Pourquoi ?
    –                                                                Une date de cessez le feu à été négociée jusque là il ne faut pas s’ attendre raisonnablement à un cessez le feu anticipé. Chacun joue son va tout sur le terrain afin d’avoir la meilleure position dimanche à 0h.00 Cela rappelle par exemple une fameuse colline que se disputaient les américains et nord vietnamiens jusqu’à la dernière minute des négociations de l’avenue Kleber à paris où les deux pays allaient s’ entendre pour faire la paix.
  • drdriller                                                                           vas’y mon flamboyant flambi !! on va pas lui en vouloir de s’investir à l’international y’a que ça qui marche pour lui, et le conflit est aux portes de l’Allemagne..

    Alexandre Kastals                                                         « Des échanges de tirs ont, par ailleurs, fait trois morts dans le centre de Donestk » En fait il s’agit de bombardements de l’armée ukrainienne depuis ses positions à l’extérieur de la ville. L’AFP est toujours aussi torve dans sa façon de rapporter les évènements quand elle ne peut pas accuser les insurgés ou la Russie en reprenant les communiqués de Kiev ou de Washington. Un exemple des désinfos colportées et reprises par tous les médias http://rt.com/news/232067-fake-photos-russian-army/

     Gurney Halleck                                                     rt.com, LE média objectif par excellence. Merci AK.

    Bambi                                                                                 Flamby et merckel n’ont aucun mandat d’une instance quelconque pour jouer les gendarmes du monde ou les casques bleus. Le simple respect du droit international exige de confier le règlement de ce conflit aux instances ad hoc (ONU et plus précisément conseil de sécurité). Flamby rend un très mauvais service en s’érigeant maître du monde et il a sans doute plus à faire dans son propre pays (Cf visite calamiteuse de Valls à Marseille où l’on découvre des caches d’armes de guerre au cœur des cités).

     Jean-Yves Le Roy

    @Bambi                   A Marseille,le coeur des cités est donc dans les caves?

    incroyable…                                                                        Le Monde serait il déçu?

     

https://s.yimg.com/rq/darla/2-8-6/html/r-sf.html

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :