sans-titre2

Vers une action collective contre les tarifs de péage

PARIS (Reuters) – L’ancienne ministre Corinne Lepage a annoncé le lancement d’une action collective contre les sociétés d’autoroutes pour réclamer « un juste prix de péage » sur cinq portions construites depuis des décennies.

« Le but est d’exiger des sociétés d’autoroutes le juste prix du ticket de péage », explique l’avocate qui coordonne cette action avec le site actioncivile.com. « Selon nos estimations, le tarif actuel est d’au moins 20% supérieur à ce qu’il devrait être », ajoute-t-elle dans une interview publiée vendredi dans Le Parisien Aujourd’hui en France

L’action se fonde sur un rapport de la Cour des comptes de juillet 2013 qui « déplorait des hausses de tarifs nettement supérieures à l’inflation et évoquait un rapport de force plus favorable aux concessionnaires qu’aux pouvoirs publics ».

« Mais ces sociétés n’en tiennent pas compte. Ces pratiques sont toujours à l’oeuvre, cela engendre une surfacturation pour l’usager. L’automobiliste se fait plumer », estime Corinne Lepage.

Les cinq portions d’autouroute concernées sont l’A1 (Paris-Lille), A6 (Paris-Lyon), A7 (Lyon-Aix en Provence), A9 (Montpellier-Le Perthus) et l’A13 (Paris-Caen). La Sanef et la SAPN (groupe Abertis), APRR (Eiffage), et les ASF (Vinci) sont notamment visées.

Le coût de ces portions, construites dans les années 1960-1970, a depuis longtemps été amorti, fait valoir Corinne Lepage qui espère rassembler jusqu’à 50.000 contributions.

Tout automobiliste les ayant empruntées au cours des cinq dernières années peut dès à présent et jusqu’au mois de juin remplir un formulaire sur le site actioncivile.com et demander un remboursement de 20%.

Si la médiation avec les sociétés d’autoroutes n’aboutit pas, des recours seront déposés auprès des tribunaux d’instance.

« APPROCHE CARICATURALE »

Dans un communiqué, l’association des sociétés françaises d’autoroutes (ASFA) dénonce une « approche caricaturale » qui ne repose « sur aucune réalité juridique ou économique ».

« Les tarifs de péage sont fixés par l’État qui contrôle, avant de les approuver, le respect strict de la loi », écrit-t-elle. « Par ailleurs, il n’existe aucune autoroute comptablement amortie. En effet, les péages perçus sur les autoroutes les plus anciennes, à fort trafic, permettent d’asseoir le financement des autoroutes plus récentes à moindre trafic ».

Invité sur iTELE, le ministre des Finances Michel Sapin a quant à lui salué le lancement de cette action de groupe, rendue possible par la nouvelle loi sur la consommation adoptée l’an passé.

« Je ne sais pas ce que ça donnera mais Corinne Lepage dit ce que beaucoup d’entre nous disons, il y a eu des augmentations de péages par le passé largement supérieures à l’inflation et qui ont permis à ces sociétés d’autoroutes de faire des bénéfices peut-être un peu plus élevés qu’il ne conviendrait », a-t-il dit.

« Je trouve que c’est une bonne chose, surtout dans le contexte actuel où nous avons des négociations avec ces sociétés d’autoroutes. »

L’initiative survient en plein bras de fer entre le gouvernement et les sociétés d’autoroutes, engagé après le gel des tarifs des péages décidé par le gouvernement.

Six des sept sociétés d’autoroutes concernées par le gel ont déposé un recours devant le Conseil d’Etat après la décision du gouvernement de suspendre la hausse, qui devait atteindre 0,57% en moyenne pour répercuter l’inflation et les investissements.

François Hollande a déclaré samedi dernier qu’il espérait pour « les prochains jours » un accord entre les deux parties.

Corinne Lepage lance une action collective contre les sociétés d’autoroute

L’ex-ministre de l’Environnement Corinne Lepage invite les usagers de cinq portions d’autoroute à exiger un remboursement de 20% du coût des péages.

Péages de Vienne, sur l'autoroute A6 lors de la journée classée rouge par Bison futé.
AFP PHOTO FRED DUFOUR Péages de Vienne, sur l’autoroute A6 lors de la journée classée rouge par Bison futé. AFP PHOTO FRED DUFOUR

« L’automobiliste se fait plumer! », à en croire Corinne Lepage. L’avocate et ex-ministre de l’Environnement coordonne une action collective d’usagers engagés contre les sociétés d’autoroutes afin de contester les tarifs élevés de certains péages.

« Nous nous basons notamment sur un rapport de la Cour des comptes de juillet 2013 qui déplorait des hausses de tarifs nettement supérieures à l’inflation et évoquait un rapport de force plus favorable aux concessionnaires qu’aux pouvoirs publics », explique Corinne Lepage dans Le Parisien. « Mais ces sociétés n’en tiennent pas compte. Ces pratiques sont toujours à l’oeuvre, cela engendre une surfacturation pour l’usager. »

Elle s’est rapprochée du site de juristes Actioncivile.com : « Selon nos estimations, le tarif actuel est d’au moins 20 % supérieur à ce qu’il devrait être. » Concrètement, avec cette action, les personnes qui empruntent les autoroutes concernées peuvent, à partir de vendredi 13 février et jusqu’en juin prochain, remplir un formulaire sur le site et demander un remboursement de 20 %. La seule condition est d’avoir emprunté les autoroutes A 1, A 6, A 7, et l’A 9 ou A 13 lors des cinq dernières années et de pouvoir le justifier avec un ticket de péage.

Médiation ou tribunaux d’instance

L’ancienne ministre souligne que ces autoroutes ont été choisi car ce sont les plus anciennes: « elles ont été construites sous le général de Gaulle dans les années 1960-1970, et leur coût de construction est amorti depuis longtemps, » dit-elle, espérant rassembler plusieurs dizaines de milliers de demandes, peut-être jusqu’à 50. 000. Les initiateurs de cette action prévoient de faire une demande de médiation avec les sociétés. Mais si elle n’aboutit pas dans un délai d’un mois, des recours seront déposés auprès des tribunaux d’instance. « L’usager doit payer le juste prix », martèle Corinne Lepage, relevant notamment que lorsque les sociétés d’autoroutes licencient massivement les employés des péages pour les remplacer par des caisses et barrières automatiques, cela ne fait pas baisser le prix du ticket pour l’usager.

Cette action collective ouvre un nouveau front pour les sociétés d’autoroutes qui sont déjà engagées dans un bras de fer avec l’Etat depuis plusieurs mois. Ces sociétés ont déposé un recours devant le Conseil d’Etat après la décision du gouvernement de suspendre la hausse des tarifs des péages. Le gouvernement a également mis en place un groupe de travail sur l’avenir des concessions d’autoroutes. Les sociétés concessionnaires – pour la plupart des filiales des géants français du BTP Eiffage et Vinci et de l’Espagnol Abertis – exploitent 9.048 kilomètres d’autoroutes françaises, sur les 11.882 existants.

Une action collective engagée contre les tarifs des péages

Le Monde.fr avec AFP

Dans un communiqué, l'association des sociétés françaises d'autoroutes dénonce une « approche caricaturale » qui ne repose « sur aucune réalité juridique ou économique ».

« L’automobiliste se fait plumer ! » Dans un entretien au quotidien Le Parisien, l’ancienne ministre de l’environnement Corinne Lepage dénonce les « surfacturations » dont pâtissent, selon elle, les usagers. Une action collective contre les sociétés d’autoroutes afin de contester les tarifs élevés des péages sur cinq portions de voie a été engagée, explique-t-elle.

« Nous nous basons notamment sur un rapport de la Cour des comptes de juillet 2013 qui déplorait des hausses de tarifs nettement supérieures à l’inflation et évoquait un rapport de force plus favorable aux concessionnaires qu’aux pouvoirs publics. »

Lire aussi le décryptage : Pourquoi les péages sont-ils toujours plus chers ?

Confiant s’être rapprochée d’un site de juristes, Action civile.com, la fondatrice de Cap21 assure que le coût actuel est 20 % supérieur à celui qu’il devrait être. Concrètement, les personnes qui empruntent les autoroutes concernées peuvent, à partir de vendredi et jusqu’en juin prochain, remplir un formulaire sur le site et demander un remboursement à hauteur de cette estimation. La seule condition est d’avoir emprunté les autoroutes A 1, A 6, A 7, et l’A 9 ou A 13 lors des cinq dernières années et de pouvoir le justifier avec un ticket de péage.

DEMANDE DE MÉDIATION

L’ex-ministre souligne que ces voies ont été choisies pour leur ancienneté : « Elles ont été construites sous le général de Gaulle dans les années 1960-1970, et leur coût de construction est amorti depuis longtemps. » Par ailleurs, argue-t-elle, le remplacement des employés par des barrières automatiques n’a aucune répercussion à la baisse sur le prix du ticket. Corinne Lepage espère rassembler plusieurs dizaines de milliers de demandes.

Les initiateurs de cette action prévoient de faire une demande de médiation avec les sociétés autoroutières. Mais si elle n’aboutit pas dans un délai d’un mois, des recours seront déposés auprès des tribunaux d’instance. Cette procédure ouvre un nouveau front pour les sociétés d’autoroutes qui sont déjà engagées dans un bras de fer avec l’Etat depuis plusieurs mois.

Lire aussi en édition abonnés : Autoroutes : Manuel Valls décrète le gel des péages

Celles-ci ont déposé un recours devant le Conseil d’Etat, après la décision du gouvernement de suspendre la hausse des tarifs des péages. Les firmes concessionnaires exploitent 9 048 kilomètres d’autoroutes françaises, sur les 11 882 existants.

Lire aussi : Autoroutes : une éventuelle résiliation des concessions repoussée à 2017

« BONNE IDÉE » SELON LE MINISTRE DES FINANCES

« Que des consommateurs, des automobilistes veuillent agir, et éventuellement se faire rembourser, je trouve que c’est une bonne chose », a déclaré sur i-Télé Michel Sapin, le ministre des finances, ajoutant : « Surtout dans le contexte actuel où nous avons des négociations avec ces autoroutes. » « Je ne sais pas ce que ça donnera ni jusqu’où » ça ira, a poursuivi M. Sapin, estimant que Corinne Lepage « dit ce que beaucoup d’entre nous disons : il y a eu des augmentations de péages par le passé qui étaient des augmentations largement supérieures à l’inflation ».

Ces hausses de tarifs ont « permis à ces sociétés d’autoroute – je les comprends d’ailleurs, c’est leur objectif – de faire des bénéfices un peu plus élevés qu’il ne conviendrait », a expliqué le ministre. Il a en outre rappelé que la procédure en action collective était nouvelle et avait été « rendue possible » par la majorité actuelle.

UNE APPROCHE CARICATURALE SELON L’ASFA

Dans un communiqué, l’Association des sociétés françaises d’autoroutes (ASFA) dénonce une « approche caricaturale » qui ne repose « sur aucune réalité juridique ou économique ».

« Les tarifs de péage sont fixés par l’Etat qui contrôle, avant de les approuver, le respect strict de la loi. […] Par ailleurs, il n’existe aucune autoroute comptablement amortie. En effet, les péages perçus sur les autoroutes les plus anciennes, à fort trafic, permettent d’asseoir le financement des autoroutes plus récentes à moindre trafic. »

Tarifs des péages: une action collective coordonnée par Corinne Lepage engagée contre les sociétés d’autoroutes

BOUCHONS EMBOUTEILLAGES

ÉCONOMIE – Une action collective d’usagers est engagée contre les sociétés d’autoroutes afin de contester les tarifs élevés des péages sur cinq portions construites depuis des décennies, annonce vendredi l’avocate et ex-ministre de l’Environnement Corinne Lepage dans Le Parisien.

« Nous nous basons notamment sur un rapport de la Cour des comptes de juillet 2013 qui déplorait des hausses de tarifs nettement supérieures à l’inflation et évoquait un rapport de force plus favorable aux concessionnaires qu’aux pouvoirs publics », explique Corinne Lepage, qui coordonne cette action. « Mais ces sociétés n’en tiennent pas compte. Ces pratiques sont toujours à l’œuvre, cela engendre une surfacturation pour l’usager. L’automobiliste se fait plumer! »

« Je me suis rapprochée d’un site de juristes, Actioncivile.com, pour monter une action collective », déclare Corinne Lepage. « Le but est d’exiger des sociétés d’autoroutes le juste prix du ticket de péage. » « Selon nos estimations, le tarif actuel est d’au moins 20 % supérieur à ce qu’il devrait être. »

Concrètement, les personnes qui empruntent les autoroutes concernées peuvent, à partir de vendredi 13 février et jusqu’en juin prochain, remplir un formulaire sur le site et demander un remboursement de 20 %.

Le ministre des Finances Michel Sapin a qualifié vendredi de « bonne idée » cette initiative.

Cinq autoroutes concernées

La seule condition est d’avoir emprunté les autoroutes A 1, A 6, A 7, et l’A 9 ou A 13 lors des cinq dernières années et de pouvoir le justifier avec un ticket de péage.

L’ancienne ministre souligne que ces autoroutes ont été choisi car ce sont les plus anciennes: « elles ont été construites sous le général de Gaulle dans les années 1960-1970, et leur coût de construction est amorti depuis longtemps, dit-elle, espérant rassembler plusieurs dizaines de milliers de demandes, peut-être jusqu’à 50. 000.

Les initiateurs de cette action prévoit de faire une demande de médiation avec les sociétés. Mais si elle n’aboutit pas dans un délai d’un mois, des recours seront déposés auprès des tribunaux d’instance.

« L’usager doit payer le juste prix », martèle Corinne Lepage, relevant notamment que lorsque les sociétés d’autoroutes licencient massivement les employés des péages pour les remplacer par des caisses et barrières automatiques, cela ne fait pas baisser le prix du ticket pour l’usager.

Cette action collective ouvre un nouveau front pour les sociétés d’autoroutes qui sont déjà engagées dans un bras de fer avec l’Etat depuis plusieurs mois. Ces sociétés ont déposé un recours devant le Conseil d’Etat après la décision du gouvernement de suspendre la hausse des tarifs des péages. Le gouvernement a également mis en place un groupe de travail sur l’avenir des concessions d’autoroutes.

Les sociétés concessionnaires –pour la plupart des filiales des géants français du BTP Eiffage et Vinci et de l’Espagnol Abertis– exploitent 9048 kilomètres d’autoroutes françaises, sur les 11.882 existants.

Tarifs des péages: Une action collective engagée contre les sociétés d’autoroutesUn péage sur l'autroute A26 près d'Arras, en 2014 Un péage sur l’autroute A26 près d’Arras, en 2014 – Philippe Huguen AFP                      20 Minutes avec AFP

«Selon nos estimations, le tarif actuel est d’au moins 20 % supérieur à ce qu’il devrait être.» Corinne Lepage, l’avocate et ex-ministre de l’Environnement, annonce vendredi  dans Le Parisien une action collective d’usagers contre les sociétés d’autoroutes. Le but est de contester les tarifs élevés des péages sur cinq portions construites depuis des décennies.

«Nous nous basons notamment sur un rapport de la Cour des comptes de juillet 2013 qui déplorait des hausses de tarifs nettement supérieures à l’inflation et évoquait un rapport de force plus favorable aux concessionnaires qu’aux pouvoirs publics», explique Corinne Lepage, qui coordonne cette action. «Mais ces sociétés n’en tiennent pas compte. Ces pratiques sont toujours à l’oeuvre, cela engendre une surfacturation pour l’usager. L’automobiliste se fait plumer!»

Avoir emprunté les autoroutes A1, A6, A7, A9 ou A13 lors des cinq dernières années

L’ancienne ministre dit s’être rapprochée d’un site de juristes, Actioncivile.com, «pour monter une action collective», pour «exiger des sociétés d’autoroutes le juste prix du ticket de péage.»

Concrètement, les personnes qui empruntent les autoroutes concernées peuvent, à partir de vendredi 13 février et jusqu’en juin prochain, remplir un formulaire sur le site et demander un remboursement de 20 %. La seule condition est d’avoir emprunté les autoroutes A1, A6, A7, et l’A9 ou A13 lors des cinq dernières années et de pouvoir le justifier avec un ticket de péage.

L’ancienne ministre souligne que ces autoroutes ont été choisies car ce sont les plus anciennes: «elles ont été construites sous le général de Gaulle dans les années 1960-1970, et leur coût de construction est amorti depuis longtemps, dit-elle, espérant rassembler plusieurs dizaines de milliers de demandes, peut-être jusqu’à 50.000.

Le soutien de Sapin

Une initiative que le ministre des Finances Michel Sapin a qualifié vendredi de «bonne idée». «Que des consommateurs, des automobilistes, veuillent agir, et éventuellement se faire rembourser, je trouve que c’est une bonne chose», a déclaré le ministre des Finances, ajoutant: «surtout dans le contexte actuel où nous avons des négociations avec ces autoroutes».

Les hausses cachées derrière le gel du tarif des péages

Pour les automobilistes, c’était la bonne nouvelle de début 2015. “Le gouvernement a décidé de surseoir à l’application de la hausse des péages prévue contractuellement le 1er février”, annonçait Matignon au mois de janvier. Concrètement, les tarifs des péages sont donc censés rester les mêmes de 2014 à 2015. Mais à y regarder de plus près, l’Oeil du 20h s’est aperçu que le principe connaît des exceptions.

Il suffit de s’intéresser à la grille tarifaire de quelques tronçons autoroutiers pour comprendre que le gel n’a pas pris partout. En Normandie, entre Alençon et l’A13, le trajet par exemple a été majoré de 4,5% depuis 2014. Et avec lui, ce sont le prix de cinq autres tronçons qui ont augmenté, au même titre que celui de plusieurs ouvrages d’art, comme le pont de Tancarville ou le Viaduc de Millau. En tout, ce sont 650 kilomètres de bitume qui sont concernés en France.

Péages trop chers: les sociétés d’autoroutes sont visées par une action collective

Par L’Expansion.com avec AFP, publié le 13/02/2015 à  09:17, mis à jour à  10:35

L’ex-ministre de l’Environnement Corinne Lepage engage une action collective afin d’exiger « le juste prix » du ticket de péage, dénonçant une « surfacturation » des tarifs, augmentant plus vite que l’inflation.

Péages trop chers: les sociétés d'autoroutes sont visées par une action collective

APRR et Sanef ont touché au total 7,6 milliards d’euros de péages en 2011, dégageant un bénéfice net de 2 milliards d’euros d’après la Cour des comptes (photo d’illustration).

AFP PHOTO PHILIPPE HUGUEN

« L’automobiliste se fait plumer! » Corinne Lepage est à la manoeuvre d’une action collective lancée contre les sociétés d’autoroutes françaises et le prix des péages, déjà remise en cause dans plusieurs rapports officiels –dont la Cour des comptes– pour ses augmentations supérieures à l’inflation.

Ce vendredi, dans Le Parisien et sur RMC, l’ancienne ministre de l’Environnement a expliqué sa démarche. « Selon nos estimations, le tarif actuel est d’au moins 20% supérieur à ce qu’il devrait être », a-t-elle détaillé. L’avocate de profession s’est rapprochée du site de juristes Actioncivile.com pour monter cette action dont le but est « d’exiger des sociétés d’autoroutes le juste prix du ticket de péage ».

Dans la pratique, les automobilistes peuvent dès ce vendredi et jusqu’en juin prochain remplir un formulaire sur le site et demander un remboursement de 20%. La condition est d’avoir emprunté l’A1, A6, A7, A9 ou A13 (les cinq plus anciennes) lors des cinq dernières années et d’avoir conservé le ticket de péage.

Sapin y voit une « bonne idée »

Les initiateurs de cette action prévoient de faire une demande de médiation avec les sociétés. Mais si elle n’aboutit pas dans un délai d’un mois, des recours seront déposés auprès des tribunaux d’instance. « Nous espérons rassembler plusieurs dizaines de milliers de demandes, peut-être jusqu’à 50 000 », a précisé Corinne Lepage au Parisien.

Sur iTélé ce vendredi matin, le ministre des Finances Michel Sapin a d’emblée estimé que cette action collective contre les sociétés d’autoroute était d’une « bonne idée ».

Un bras de fer avec l’Etat

Pour ces entreprises, ce n’est justement pas la première attaque: elles sont déjà engagées dans un bras de fer avec l’Etat depuis plusieurs mois. Au point d’avoir déposé un recours devant le Conseil d’Etat, le gouvernement ayant suspendu la hausse des tarifs des péages. Les ministres ont également mis en place un groupe de travail sur l’avenir des concessions d’autoroutes.

L’Association des sociétés françaises d’autoroutes a répondu ce vendredi que « le dossier publié ne repose sur aucune réalité juridique ou économique » et souligne qu’aucune autoroute n’est « comptablement amortie ». En France, les concessionnaires sont pour la plupart des filiales des géants du BTP Eiffage et Vinci. Ils exploitent 9048 des 11.882km d’autoroutes françaises.

==

Commentaires

@AlainAFZ : Exactement, évitons les sorties de route avant tout.

–                                                                                           ERREUR: Il ne s’agit pas de 1 milliard d’€ mais de 3.1 milliards d’€. Voir sur internet ACCORD SECRET DU gouvernement et des concessionnaires en 2013″ et validé par le conseil constitutionnel. Article  » LES ECHOS ».

– 13/02/2015 10:44

@kjung91: d’accord avec vous et une impasse à propos des autoroutes pourrait être problématique….

–                                                                  pour pouvoir participer à l’action il faut montrer ses tickets péages et donc bien sur tout le monde les garder, mais oui les sociétés d’autoroute se gavent

– 8                                                                                                       L état se désengage de tout, cède aux actionnaires. alors qu’il est censé être garant de l’offre de services publics. Nos impôts servent à cela logiquement alors repayer encore et encore….c’est comme la CSG et le RDS impôts ré prélevés sur la paye….FAUT ARRÊTER de plumer le peuple!

–                                                                                            Ah enfin on s’attaque aux vrais problèmes ! J’avais peur qu’on perde du temps avec des choses futiles … …

@AlainAFZ : C’est là toute la contradiction des gens, ils ne veulent pas payer mais veulent de la qualité. Au bout d’un moment on arrive dans une impasse.

@Marcus7102 : La hausse de 0,57’% a été accordée par ce gouvernement avec prolongation de ces concessions en échange d’investissement de + de 1 milliard d’€ investissements et accepté par ces sociétés. L’Etat, une fois de plus n’a aucun respect de sa signature.

–                                                                                       Nous pouvons aussi revenir à des autoroutes gérées misérablement par l’état…. et nous observerons la dégradation progressive

@Zazou78 : Même 1 ou 2 fois par an, rien ne vous oblige à les prendre. Dès lors ou le trafic baissera de manière importante ces sociétés seront obligées d’ajuster leurs tarifs pour rester rentables. Il est vrai que le réseau des routes nationales et départementales sont dans leur grande majorité déplorables. C’est ça la gestion par l’Etat et les collectivités. Et pourtant nous payons des impôts autrement plus chers pour leur entretien.

–                                                                       La France est de plus en plus dirigée par des avocats et Corinne LEPAGE en est un. Il y a eu un contrat de signé, les tarifs sont publiques : si c’est trop cher les gens n’ont qu’à prendre la route. Comment peut on demander des ristournes de 20% sur un service consommé il y a 5 ans? Si je raisonne par l’absurde : je vais aller chez mon marchand de chaussures et lui demander un rabais sur mes vieilles pantoufles usées. PS : au sujet des tarifs d’autoroute, on s’est focalisé sur la légitimité d’accorder ou non une hausse de 0,57% aux autoroutes du privé mais les péages gérés par l’état augmente de 2 à 3% et cette information n’a pas fait beaucoup de bruit!! Si je résume : l’état ne sait pas gérer donc délègue la gestion et se plaind ensuite que les délégués font de l’argent!!!

–                                                                              Saisir la justice pour faire dire qu’on ne paie pas le « juste prix » suppose une base juridique. Je ne vois pas ce qui permet à un juge de dire le juste prix dans un contrat de droit privé. Mme Lepage se fait de la pub ou rend un service au gouvernement qui n’a pas choisi de dénoncer à temps le contrat de concession en 2014. Le vrai scandale est la privatisation des autoroutes construites avec l’argent des contribuables. Ce scandale est politique. Ceci étant une action collective massive peut aussi mettre la pression sur les sociétés pour leur faire baisser les prix.

–                                                                          Oui c’est sur mais ceux qui prennent l’autoroute 1 à 2 fois par an et bien ils l’auront dans le baba…:(

–                                                                     Une question? Si les tarifs des autoroutes ne vous plaisent pas: pourquoi les prenez-vous?. Aucune loi ne les rend obligatoires. Pour ma part si un produit ou service ne me convient pas, je ne l’utilise pas. Va t’on pouvoir engager des actions collectives contre l’état pour les abus et gâchis financiers  » voir le rapport de la cour des comptes publié ces jours ci » , qui sont par centaines de millions d’€ et en toute impunité.

@Zazou78 : Tout ceux qui ont le télépéage déjà, et ça fait du monde.

–                                                                         Une simple question: Qui vous oblige à utiliser ces autoroutes? Un service se paye, quand on ne veut pas ce service, on ne l’utilise pas.

–                                                                             Ba voyons c’est le genre de tickets que je garde…..je pense qu’il n’y aura pas beaucoup de monde qui va pouvoir demander le remboursement de 20%….encore du flan !

–                                                                        Je suis d accord avec Mme Le page il faut faire barrage aux augmentations exagérées des tarifs des sociétés de péage. Ils font des économies sur tout .Il n y a plus de personnel dans les cabines de péage sur plus de 90 % de leurs réseaux. Où peut-on signer la pétition? .

nicolas  •                                                                               allez Corinne défend nous, on compte sur toi !! un peu comme sur la taxe pollution de l’eau que les consommateurs paient à 85 % !! les lobbys mènent les gouvernements par le bout du nez

HamHam  •                                                                             Il faudrait faire sauter les péages. Les sociétés pourraient alors justifier leurs coûts pour la reconstruction. Appel adressé aux débiles de l’EI-France.
duris  •                                                                                  alors d accord on s attaque aux sociétés d autoroutes,qui augmentent honteusement leur tarif dixit telle ou telles personnes rapport commandé et écrit par des experts§!!?????
alors faisons la même chose pour  la SNCF,augmentation 5% il me semble tarif une vrai jungle
EDF qui nous fait payer les abus du CE financement de la cgt et autre organe politique syndical etc etc
rapport sur le financement des collectivités territoriales où les 35hrs ne sont même pas respectées pourtant on le paye
action collective contre les dingues qui signent des contrats type musém 3fois le budget prévu
le musée des confluences à Lyon budget initial environ 70millions d euros cout final 263m d euros .
et la ont me parle de jo a paris bien entendu il prévoit un budget a 4,6milliards d euros c’est sur une fois qu’on a enlevé toutes les infrastructures, construction de métro, tram et divers liaisons autoroutes et divers bâtiments
ainsi que le budget sécurité
je pense que le budget petits fours et réception a 4,6milliards çà devrait passer
alors au bout du bout je pense que les autoroutes sont sures, entretenues – personnel qualifié sociétés privées qui sont la pour faire des profits, donc action pas très justifiée ce n’est que mon point de vue
Alain  •                                                                             cette sur facturation s’est faite avec la complicité des différents gouvernements aussi bien de droite que de gauche .
Flo  •                                                                                  Pendant que la gourde du Poitou (Ségolène) raconte dans les médias que les péages sont trop chers, d’autres agissent enfin pour de vrai!
BRAVO A CETTE INITIATIVE!!!!!
Porcinethallal  •                                                               Faudra que l’on m’explique la base juridique d’une telle action … Une société privée fixe librement ses tarifs. Lorsque ce n’est pas entièrement le cas, l’Etat valide les conditions d’activité, y compris tarifaires. Or, dans le cas d’espèce, l’Etat a validé sans moufter les hausses de tarifs, depuis toujours. Le « juste prix », c’est beau, mais ne figure pas dans les lois

Annie                                                                                 Je me méfie beaucoup du « désintéressement » de C. Lepage.

FRANCK ERNOULD                                                         Ne vous inquiétez pas, les contrats signés par les concessionnaires sont blindés. Tout ce que vous leur récupérerez, ils ont le droit, accepté par la bande à Villepin, de le répercuter immédiatement sur les tarifs. Il ne faut pas rêver, dans ce monde-là, on bouffe l’autre ou on se fait bouffer. Mais qui sont les « représentants du peuple » ayant accepté des termes pareils ? Échangeant une rente contre (très peu de) cash ?

Kentoc’h Mervel                                                                             C’est une société d’ancien régime qui s’est réinstallée depuis 20 ans. Les péages sont une résurgence des pratiques d’avant 1789. Ces nouveaux fermiers généraux que sont les société d’autoroutes n’ont aucune raison d’être. L’impôt qu’ils prélèvent va à des bénéficiaires privés.

Jean Robert GERONTO RUMAZ                                                    La privatisation des autoroutes de notre vieux pays est une des plus belles réformes menées par l’UMP. Elle me rend vraiment fier! La complexité de gestion, la complexité de l’entretien, tout çà ne pouvait pas être mené par des fonctionnaires incompétents et par ailleurs reconnus pour leur paresse!

Marius                                                                                             La poste devrait s’ inquiéter.

TheVoid                                                                                           vu que l’état a encore une belle participation dedans je ne crois pas

Puv                                                                                               La Poste n’a strictement aucun souci à se faire. Elle n’utilise pas des infrastructures largement amorties (c’est même tout à fait le contraire vu les dizaines de nouveaux centres locaux construits ces dernières années). Elle ne procède pas à des hausse de tarif de 10 fois l’inflation : regardez le prix du timbre et comparez avec l’inflation sur 20/30 ans.

Dieupardonné                                                                               Il faut récupérer les autoroutes, elles appartiennent au pays et non à des privés qui se gavent. L’argent doit retourner à l’état et aux communes et aux départements. ????? L’idée du profit est il compatible avec l’intérêt général ? Voilà une question que l’on pourrait se poser, mais notre esprit n’est malheureusement pas éduquer dans ce sens. Corruption ou coopération ?

TheVoid                                                                                         le problème n’est pas tant la gestion par des entreprises privées mais leur comportement vis à vis de l’état et des usagers et tiut cela est la fautes des contrats signés pour leur exploitation laissant trop de liberté à ces entreprises

Donc 0.85xInflation+0.9 %. La hausse est bien « indexée » sur l’inflation, mais en réalité en disant cela ils se moquent de nous.

Autre exemple : (SANEF)
« Pour les exercices 2011 et 2012, l’évolution des tarifs de péage (HT) applicable aux véhicules de la classe 1 sera majorée d’une hausse de 0,35 % en 2011 et 0,17% en 2012 en compensation de l’augmentation du tarif de la taxe d’aménagement du territoire prévue par la loi de finances initiale pour 2011. »

Il s’agit là d’accroitre une hausse de tarif pour compenser une nouvelle taxe…
Certains contrats fixent les tarifs sur des décennies, comme pour le viaduc de Millau… Avec des hausses « indexées » sur l’inflation également, comme ceci :

Tarif = Tarif année précédente x Inflation + 0.127 x (Indice des prix / Indice des prix année 0)
On constate la présence d’un 0.127 tout a fait suspect, qui augmente chaque année du TOTAL de l’inflation des années passées… Pour un prix de départ de 5.1E, au bout de 20 ans on paiera 10.7E pour une inflation de 2%, soit plus de 100% de hausse pour une inflation de 48%. Une hausse théorique deux fois plus rapide que l’inflation.
Tous ces contrats ont été signés par nos dirigeants. Indexés qu’ils disent.

  • 2BoutFeneant |                                                                          il va juste falloir que je retrouve mes reçus de péages de ces 5 dernières années ,bonne initiative mais qui sert à rien

  • tempo1813                                                                                 Parfois, le prix du péage est très supérieur au prix du carburant consommé, nous sommes vraiment des moutons, en ajoutant que les caisses sont automatiques et que les bouchons sont essentiellement dus aux gares de péages, nous sommes carrément idiots.

  • irafik36 |                                                                                      c est juste retour , c’est une excellente iniative , les prix sont trop élevés et il faudrait étendre cette action collective aux autres autoroutes .
    certains péages ils ont supprimé le guichet , c’est aux usagers de payer par une caisse automatique , des postes supprimés , mais les prix n’ont céssé de grimper ..
    il faudrait mettre des abonnements illimités et la gratuité certains le dimanche et les jours fériés ..

pensée libre                                                                                         Avant de commencer, je précise qu’à titre personnel, je n’étais pas favorable à la privatisation des autoroutes. Mais ce n’est pas une raison pour dire n’importe quoi.

Donc, avant de céder à l’hystérie collective et populiste, il faut rappeler la responsabilité de l’Etat (nous …) dans cette situation :
– 40% du péage correspondent à des taxes qui vont directement à l’Etat. Si l’Etat veut baisser les prix, il peut baisser les taxes, mais il vient justement de les augmenter !
– Les fameux 20% de bénéfices, dénoncés comme scandaleux par l’autorité de la concurrence, vont aux maisons mères des sociétés d’autoroutes qui portent une part significative de la dette de l’Etat qui a été reprise en 2006 au moment du rachat et qu’il faut bien rembourser.
– Les prix des péages sont fixés par l’Etat, et sont encadrés contractuellement. Leur augmentation n’est pas très différente de ce que c’était avant la privatisation.

Mais le pire du populisme a sans doute été la proposition des autoroutes gratuites le dimanche. Pas besoin d’être très malin en effet pour comprendre que c’est justement au moment où il y a une rareté (tout le monde veut prendre l’autoroute en même temps) que la principale régulation se fera par le tarif. Toutes les autres entreprises de transports fonctionnent comme ça (SNCF, compagnies aériennes …). Le tarif devrait donc augmenter aux heures de pointe !

georges Croseille                                                                             Première action citoyenne nous rendons les badges, fini le traitement informatique il faut du personnel , certains pousseront la démarche jusqu’au paiement en espèces, nous verrons alors qui est le perdant , un peu d’attente certes mais c’est à cette condition que nous nous ferons entendre, et ne compter pas sur les élus, pour vous défendre, ceux là même qui viennent de donner le feu vert à la privatisation de l’aéroport Lyon-St.Ex.
Jacques dumon                                                                                      « lorsque les sociétés d’autoroutes licencient massivement les employés des péages pour les remplacer par des caisses et barrières automatiques, cela ne fait pas baisser le prix du ticket pour l’usager. » Argument débile bien à la sauce socialiste…

Quand Peugeot ou Renault licencient en remplaçant des hommes par des automates, ça ne fait pas baisser le prix de bagnoles.
Et quand l’Etat ne remplace plus qu’un fonctionnaire sur deux partant à la retraite à cause de l’informatisation des services, ça ne fait pas baisser les impôts…

 Ce ne sont pas les compagnies d’autoroute qu’il faut attaquer, c’est l’Etat, pour avoir signé avec elles des contrats abusifs. Un contrat une fois signé doit être honoré s’il a été conclu régulièrement. Une action en justice n’aboutira à rien, sauf à faire payer des frais de justice et d’avocats aux contribuables dans une procédure perdue d’avance.
ERWITT GEORGESERWITT GEORGES                                                            Il y a des choses comme les autoroutes qui n’auraient jamais du êtres privatisées , des choses essentielles à la vie et la sécurité de notre pays comme l’électricité , l’eau potable , les carburants , le nucléaire et autres productions ou gestion de produits sensibles et indispensables à notre économie … il est particulièrement inquiétant de voir ainsi nos forces militaires devenir « professionnelles » et aux seuls ordres d’un pouvoir politique qui peut en user comme bon lui semble y compris contre la population … la conscription pouvait empêcher une dictature de s’établir et de disposer d’un moyen de répression a ses seuls ordres ….les politiques n’ont jamais cessé de nous tromper sur leurs véritables intentions …ils sont exactement comme ces potentats africains dont le seul souci consiste à se mettre le plus d’argent possible dans leurs poches au détriment de la population ….demandez vous à qui profite les 2000 milliards d’Euros de dette publique !…..la réponse est simple .. à ceux qui ont déjà beaucoup d’argent et qui financent les campagnes électorales en attendant ensuite le « renvoi d’ascenseur » …..faites donc la liste de ces grands argentiers qui sont les véritables décideurs dans notre pays … les banques et tous ceux qui possèdent les médias et les grands groupes financiers et industriels …..
Fox Mulder Fox Mulder                                                                 Des licenciements les concessionnaires des autoroutes en ont déjà réalisé sans aucun complexe malgré des revenus plus que confortables mais il ne faut pas décevoir les actionnaires. Lors de la première privatisation partielle (l’État était majoritaire) sous Jospin cela aurait du en rester là et l’État aurait engrangé de l’argent mais la droite sous D.De Villepin les a privatisés à 100% et voilà le résultat. Il faut que l’État redevienne majoritaire des concessions 51% afin qu’elle puisse voir et donc que nous puissions voir la couleur de l’argent et pas uniquement les actionnaires. Enfin que les prix des péages baissent, car cela n’est plus abordable pour les classes basses et moyennes Si elles étaient moins chères, il y aurait plus de monde sur ces dernières et donc moins d’accidents sur les routes nationales et départementales.
Alan Des Bonnaires Alan Des Bonnaires                                                              Et tout ceci se terminera probablement par du chômage supplémentaire    Car tous ces gros financiers et actionnaires sans foi ni loi, s’il perdent, préféreront licencier chez eux plutôt que de renoncer à la moindre part de leurs mirobolants profits. Et tout ceci bien sûr au nom de ce qu’ils appellent le libéralisme.
lota  •                                                                                                    Il faudrait aussi intenter action contre le gouvernement au même titre: les taxes sur les péages s’élèvent à moitié du prix. Il est malin, le gouvernement, il se sucre et il rigole car les sociétés d’autoroutes prennent les coups à sa place.

  • Patrick  •                                                                                         la gauche a tellement de causes plus urgentes à s’occuper comme par exemple les taxes que le gouvernement  profitant de la baisse des carburants , pour eux nous  augmente le carburant à la pompe
  • Richard  •                                                                                         si déjà les autoroutes faisaient des remises pour les travaux non annoncés et qui perturbent la circulation.. tours bordeaux 340km 50km de travaux par tranche de 5 à 6kms ….pas une seule information au péage….
  • Daniele  •                                                                                           lepage n’a vraiment rien d’autre à faire pour essayer de se rendre intéressante cette super nulle écolo-bobo
  • domipiplete                                                                                        bravo Mme Lepage, il est urgent d’ utiliser les actions collectives pour ne plus engraisser certains actionnaires à notre détriment
  • Alain  •                                                                                                  La Gauche et les Verts continuent à lutter contre l’économie française, Sapin de l’économie et des finances donne son accord. Le gouvernement n’a que ça à faire de taper sur les entreprises.
  • Arsene  •                                                                                              Corinne Lepage, la Christine Boutin de l’écologie, voudrait bien un strapontin chez Royal
  • Radagast  •                                                                                         NATIONALISATION!
  • jean-Luc  •                                                                                           Qui peut croire que sans les concessions, l’Etat surendetté aura les moyens d’entretenir le réseau auto routier.

Publicités