Une nouvelle filière djihadiste démantelée en France

Laisser un commentaire


Magie !

Une secrétaire nationale d’extrême droite nommée à l’UMP par Sarkozy

Elle est issue d’un micro parti affilié au Rassemblement Bleu Marine et proche de NKM, selon « Libération ».Elle a été nommée par Nicolas Sarkozy en personne. Selon Libération, dimanche 14 décembre, Fatima Allaoui, la nouvelle secrétaire nationale à la formation professionnelle, vient d’une formation d’extrême droite, le Siel (Souveraineté, indépendance et liberté). Ce micro parti est affilié au Rassemblement Bleu Marine.

Soutenue par NKM

© Fournis par Francetv info

Le nouveau patron de l’UMP, Nicolas Sarkozy, aurait « personnellement validé » la candidature de cette conseillère régionale, écrit Libération, mais « c’est Nathalie Kosciusko-Morizet, vice-présidente déléguée du parti qui en est à l’origine et l’a imposée à ce poste ».

Fatima Allaoui avait quitté l’UMP pour protester contre le refus de son parti de l’investir aux élections départementales, explique le journal. Elle aurait ensuite été frapper à la porte du maire de Béziers, Robert Ménard, soutenu par le FN. Mais il aurait fermement refusé de collaborer avec elle, malgré un coup de fil du président du Siel pour la soutenir, selon Robert Ménard. A Libération, elle dit avoir « fait une crise d’adolescence politique ».

L’UMP confrontée au cas d’une cadre passée par l’extrême droite

PARIS (Reuters) – Nathalie Kosciusko-Morizet recevra lundi après-midi une secrétaire nationale de l’UMP qui, selon Libération, est passée par le Siel, un micro parti d’extrême droite affilié au Rassemblement Bleu Marine de la présidente du Front national.

Fatima Allaoui, conseillère régionale du Languedoc-Roussillon, a été nommée vendredi secrétaire nationale de l’UMP à la formation professionnelle, sur proposition de « NKM ».

Si son « aventure politique » à l’extrême droite était confirmée, « toutes les conséquences » en seront tirées, a assuré lundi la vice-présidente de l’UMP, auteur d’un livre intitulé « Front antinational ».

« J’ai proposé cette jeune femme dont j’ai trouvé qu’elle avait un parcours de qualité (…) et par ailleurs un parcours issu de la diversité, et je souhaite promouvoir dans l’organigramme du parti des personnes avec des profils différents », a-t-elle déclaré sur France Info.

« Je ne savais absolument pas (…) qu’elle avait eu cette aventure politique, et je la recevrai dès cet après-midi. Si c’était confirmé, on en tirerait toutes les conséquences », a-t-elle ajouté.

« Nicolas Sarkozy lui-même a été très clair samedi matin (…) nous ne passerons aucun accord avec le FN et nous serons d’une fermeté totale à l’égard de quiconque dans nos rangs aurait cette idée. »

Dimanche, Fatima Allaoui expliquait à Libération avoir « fait une crise d’adolescence politique » et ne s’être tournée vers l’extrême droite que « par désespoir de cause et pour augmenter [ses] chances d’être élue » après le refus de l’UMP de l’investir dans un canton favorable.

Fatima Allaoui, de l’extrême-droite à l’UMP: la nomination de Sarkozy et NKM qui fait polémique

NKM SARKOZY

POLITIQUE – Premier couac pour la nouvelle ère Sarkozy à l’UMP. Il est provoqué par une nomination annoncée vendredi 12 décembre. En cause, non pas l’arrivée de Madeleine Bazin de Jessey, proche de la Manif pour tous mais celle de Fatima Allaoui, au poste de secrétaire nationale en charge de la formation professionnelle.

Libération a révélé dimanche soir que cette femme, propulsée par Nathalie Kosciusko-Morizet, a des proximités avec l’extrême-droite. Selon le quotidien, la conseillère régionale de Languedoc-Roussilon était adhérente au Siel, un micro-parti créé par Paul-Marie Coûteaux affilié au Rassemblement Bleu Marine et donc tout proche du Front national. Elle avait rejoint ce mouvement après que l’UMP lui a refusé une investiture aux élections départementales.

Mais promis juré, cette incartade était terminée. Elle venait de reprendre sa carte à l’UMP grâce à la vice-présidente du parti qui l’aurait « ramenée au bercail après une crise d’adolescence politique ». Sauf que le Siel confirme ce lundi matin qu’elle est toujours adhérente.

NKM dit qu’elle ne savait rien

De quoi provoquer la gêne de Nathalie Kosicusko-Morizet. Interrogée ce lundi matin sur France Info, la députée de l’Essonne a dit qu’elle ne connaissait rien du parcours de celle dont elle a proposé le nom à Nicolas Sarkozy. « Je ne savais absolument pas qu’elle avait eu cette aventure politique », a affirmé celle qui fait du combat contre le FN l’une de ses priorités. (regardez à partir de 3’05)
NKM : « Le PS est en train de sortir du jeu » par FranceInfo

Si elle l’a choisie, c’est pour son parcours jugé exemplaire. « J’ai proposé cette jeune femme parce que j’ai trouvé qu’elle avait un parcours de qualité issu de la diversité et je souhaite promouvoir dans l’organigramme du parti des personnes avec des profils différents », a-t-elle ajouté.

Au Monde, Nathalie Kosciusko-Morizet affirme même qu’elle avait identifié Fatima Allaoui «  »comme une élue UMP, très engagée dans la lutte contre le FN ». Elle raconte aussi que c’est en 2011 que les deux femmes ont connaissance autour d’un sujet environnemental le long du canal du Midi.

Une suspension lundi après-midi?

Si la nomination fait mauvais genre, pas question de trancher dans l’urgence. « Je la recevrai dès cet après-midi car on ne prend pas ce genre de décision seulement sur la base d’un article de presse. Ça se fait seulement après lui avoir donné la possibilité de répondre », précise NKM.

De quelle décision parle la numéro 2 de l’UMP? Tout simple l’annulation de sa nomination. « Si c’est vrai et qu’elle nous l’avait caché, s’il était confirmé qu’elle avait des proximités avec des personnes proches du FN, nous en tirerons toutes les conséquences », dit-elle.

Pas question, en effet, pour l’UMP de laisser croire qu’un rapprochement politique est possible avec l’extrême-droite. Même si les sympathisants du parti souhaitent une telle alliance et que les deux lignes politiques se rapprochent fréquemment, Nicolas Sarkozy ne veut pas en entendre parler d’alliance. Il l’a redit samedi matin aux cadres qu’il a réunis au siège de l’UMP. « Nous seront d’une grande fermeté à l’égard de quiconque aurait cette idée », a expliqué NKM.

Une militante d’extrême-droite à l’UMP : la défense de NKM est-elle crédible ?

POLITIQUE – Fatima Allaoui a été nommée dans les instances de l’UMP sur le conseil de Nathalie Kosciusko-Morizet. Problème : cette élue du Languedoc-Roussillon était récemment passée dans un micro-parti affilié à Marine Le Pen. Alors, conversion ou égarement ?

NKM

L’entourage de NKM confirme que c’est bien elle qui a proposé le nom de Fatima Allaoui à l’UMP. Photo : AFP

Sarkozy et sa secrétaire nationale issue de l’extrême droite

L' Obs

Le nouveau président de l’UMP vient de nommer Fatima Allaoui, une membre d’un micro-parti d’extrême droite affilié au FN.

Fatima Allaoui, fraîchement nommée secrétaire nationale de l'UMP à la formation professionnelle, sur sa page Facebook (Capture d'écran Facebook) Fatima Allaoui, fraîchement nommée secrétaire nationale de l’UMP à la formation professionnelle, sur sa page Facebook (Capture d’écran Facebook)

Nicolas Sarkozy, rassembleur jusqu’à l’extrême droite ? Fraîchement élu président de l’UMP, l’ancien président a nommé Fatima Allaoui comme secrétaire nationale du parti à la formation professionnelle, pointe « Libération », dimanche 14 décembre.

Seulement, celle-ci est membre du SIEL (Souveraineté, indépendance et liberté »), un micro-parti d’extrême droite affilié au Rassemblement Bleu Marine, lui-même sous formation du Front national.

Le quotidien rapporte que c’est Nathalie Kosciusko-Morizet, vice-présidente déléguée de l’UMP, qui a imposé Fatima Allaoui à ce poste, mais que Nicolas Sarkozy a bien personnellement validé cette nomination.

« Une crise d’adolescence politique »

Fatima Allaoui, conseillère régionale du Languedoc-Roussillon, a longtemps milité pour l’UMP à Béziers. Seulement, il y a quelques mois, elle claque la porte du parti de droite, rapporte le journal. En effet, celui-ci refuse de l’investir pour les élections départementales dans un canton favorable à la droite. L’UMP invoque le cumul des mandats, elle accuse de « communautarisme ».

Fatima Allaoui rejoint alors le SIEL et tente, en vain, d’obtenir le soutien du maire de Béziers, Robert Ménard, élu avec le soutien du FN. Celui-ci lui rappelle que, lors des élections municipales de 2014, elle l’avait combattu sous les couleurs de l’UMP.

J’ai fait une crise d’adolescence politique », plaide Fatima Allaoui, auprès de « Libé ». « J’ai demandé leur soutien [aux formations politiques d’extrême droite] par désespoir de cause et pour augmenter mes chances d’être élue. Localement, je soutiens la plupart des initiatives de Robert Ménard, que ce soit le couvre-feu pour les mineurs ou l’installation d’une crèche dans les locaux de l’hôtel de ville. »

Elle affirme toutefois aujourd’hui que Nathalie Kosciusko-Morizet l’a « ramené au bercail ». Fatima Allaoui viendrait de reprendre sa carte à l’UMP et ne serait plus au SIEL.

En tout cas, cette nomination fait suite à celle de Madeleine Bazin de Jessey, porte-parole du mouvement anti-mariage pour tous Sens Commun, au poste de secrétaire nationale de l’UMP aux programmes de formation. De quoi donner une idée du sens du « rassemblement » qu’envisage Nicolas Sarkozy pour le parti de droite.

==
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :