Bling bling Je reviens

Laisser un commentaire


Sarkozy prend l’UMP, les vraies batailles commencent

 Ellen Salvi

Nicolas Sarkozy a été élu samedi président de l’UMP avec 64,5 % des voix. Un résultat moyen qui annonce les difficultés que le nouveau patron de l’opposition va rencontrer dans le défi des primaires pour la présidentielle. Séduire les convaincus est une chose. Batailler contre des juges d’instruction et des concurrents politiques risque d’en être une autre, bien plus ardue. Surtout pour un homme seul et sans idées nouvelles.

Ce qui devait arriver arriva. Nicolas Sarkozy a été élu, samedi 29 novembre, président de l’UMP avec 64,5 % des suffrages exprimés, contre 29,18 % pour Bruno Le Maire et 6,32 % pour Hervé Mariton. Les trois candidats ont été départagés par 155 801 votants sur les 268 000 adhérents UMP. Un résultat sans surprise, accueilli sur Facebook par le principal intéressé avec une humilité et une sobriété artificielles, tout aussi prévisibles que sa victoire en demi-teinte. « Cette campagne a été digne, écrit dans un communiqué l’ancien président. Dès lundi, je rencontrerai les principaux responsables de notre famille politique afin de créer les conditions du plus large rassemblement….

Présidence de l’UMP : Nicolas Sarkozy élu avec 64.5 % des voix

UMP – Grand favori du scrutin, Nicolas Sarkozy a été élu samedi président de l’UMP avec plus de 64 % des voix devançant Bruno Le Maire, qui a récolté 29 % des suffrages.

Nicolas Sarkozy a été élu président de l'UMP par les militants du parti.

Nicolas Sarkozy a été élu président de l’UMP par les militants du parti. Photo : PASCAL GUYOT / AFP

Nicolas Sarkozy élu président de l’UMP

Le Monde.fr |

Nicolas Sarkozy, le 29 novembre à Paris.

Dix ans après sa première élection à la présidence de l’Union pour un Mouvement Populaire (UMP), Nicolas Sarkozy est revenu, samedi 29 novembre, aux manettes du parti. Il a été élu à la tête de l’UMP avec 64,5 % des suffrages. Il devance Bruno Le Maire (29,18 %) et Hervé Mariton (6,32 %). Le taux de particpation a atteint 58,1 %, battant le précédent record établi en 2012 (54,35 %).

Lire : Présidence de l’UMP : le scrutin est clos, participation record

Nicolas Sarkozy succède à un triumvirat Juppé-Fillon-Raffarin qui assurait l’intérim à la tête du parti depuis la démission au printemps de Jean-François Copé.

Les trois candidats – l’ex-chef de l’Etat et les deux anciens ministres Bruno Le Maire et Hervé Mariton – ont été départagés par 155 801 votants sur les 268 000 adhérents UMP, à l’issue d’un scrutin électronique marqué par une cyber-attaque qui a poussé le parti à porter plainte.

Le vote, uniquement par internet, a commencé vendredi à 20 heures et s’est achevé samedi à 20 heures.Les proches de l’ancien chef de l’Etat tablaient encore il y a quelques semaines sur un score supérieur à 80 %. Leur objectif avait ensuite été revu à la baisse, avec 70 %. En 2004, il avait été élu avec 85 % des voix.

Les réactions au scrutin : Nicolas Sarkozy salue un « nouveau départ » pour l’UMP

Bien que la victoire de Nicolas Sarkozy ne faisait guère de doute, ses deux challengers ont mené campagne jusqu’au bout. Surtout M. Le Maire, qui le dépasse en cote d’influence chez les sympathisants UMP (67 % contre 65 %, selon un sondage BVA publié vendredi).

Nicolas Sarkozy avait déjà présidé aux destinées de l’UMP de fin 2004 à 2007, réussissant à faire du parti un tremplin jusqu’à l’Elysée.

Lire aussi : Le « come-back » en politique est une exception française

UMP: Le « nouveau départ » contrarié de Nicolas Sarkozy

,

Si sa victoire au premier tour de l’élection à la présidence de l’UMP marque son retour dans la vie politique, son score décevant n’évitera pas à l’ancien chef de l’Etat d’ignorer le poids de ses nombreux adversaires.

UMP: Le "nouveau départ" contrarié de Nicolas Sarkozy
Nicolas Sarkozy a remporté le vote pour la présidence de l’UMP samedi 29 novembre.  AFP PHOTO / MATTHIEU ALEXANDRE 

Nicolas Sarkozy avait prévu du champagne à son QG. Ce samedi soir, le président nouvellement élu doit le boire mais il n’a sans doute pas le même petit goût pétillant que celui de Bruno Le Maire qui, lui aussi, en avait prévu (beaucoup) à son QG. Car avec 64,5%, l’ancien chef de l’Etat réalise une performance décevante. Certes, le job est fait. Il est élu dès le premier tour dans un scrutin qui, malgré des bugs informatiques, a suscité une très forte participation. Historique même (58,1%). Sa légitimité n’est donc pas remise en cause.

Mais il n’aura pas réussi à écraser la concurrence. Le minimum syndical de 70% qu’il entendait réaliser reste éloigné de 5,5 gros points. Bruno Le Maire, auréolé de ses 29,8% – son objectif ambitieux était de 30% – s’impose désormais comme un caillou dont il n’est pas prêt de se débarrasser. Et même si l’entourage du chef de l’Etat aura beau dire que le score de l’ancien ministre de l’Agriculture est à comprendre comme l’addition des scores des lemairistes, des fillonistes, des juppéistes et des anti-sarkozystes de tous poils, la marche triomphale de Nicolas Sarkozy vers sa candidature pour 2017 est mise à mal.

Un « rassemblement » qui reste à concrétiser

Le résultat à n’en pas douter d’une campagne décevante marquée par quelques mauvais épisodes comme celui du passage devant les militants de Sens commun. Nicolas Sarkozy, qui porte en bandoulière son leadership, avait fléchi devant les radicaux du Mariage pour Tous. Le résultat modeste d’Hervé Mariton, qui visait 10%, prouve d’ailleurs que ce courant de pensée reste finalement assez marginal au sein de l’UMP. Une circonstance aggravante pour le nouveau président de l’opposition. Le boulet des affaires et la guerre des chefs – les sifflets tolérés par Nicolas Sarkozy à l’encontre d’Alain Juppé – ont à coup sûr participé à l’affaiblissement de celui qui avait été élu en 2004, il y a dix ans et un jour, au même poste avec près de 85% des voix.

Reste à savoir si Nicolas Sarkozy parviendra désormais à concrétiser le « rassemblement » qu’il appelle de ses voeux et qu’il a réaffirmé dans la foulée de l’annonce des résultats. Car le nouveau chef de l’opposition ne sort pas suffisamment fort de l’élection pour imposer ses vues à des troupes au garde à vous. Ce qu’il comptait faire. Mais il n’est pas non plus affaibli au point qu’il renonce à essayer. En tous les cas, il ne pourra échapper à la case primaire ouverte, la séquence qui s’ouvre dès ce soir. Avec en ligne de mire la bataille pour 2017. Si samedi soir marque bel et bien un « nouveau départ » pour Nicolas Sarkozy, comme il l’a souligné dans son message Facebook, ce n’est pas celui qu’il espérait.

Nicolas Sarkozy élu président de l’UMP avec 64,5% des voix

PARIS (Reuters) – Nicolas Sarkozy a été élu samedi président de l’UMP au premier tour avec 64,5% des voix, un résultat en deçà de son score de 2004 lorsqu’il avait été plébiscité par 85,04% des votants.

L’ancien ministre de l’Agriculture Bruno Le Maire obtient 29,18% des suffrages, devant le député de la Drôme Hervé Mariton (6,32%), selon les résultats officiels communiqués par la Haute autorité de l’UMP.

Le scrutin par internet, qui a duré 24 heures et a été perturbé par des attaques informatiques, a été marqué par une participation record de 58,1%.

Deux ans après l’élection calamiteuse de 2012, qui avait porté Jean-François Copé à la direction du parti d’opposition face à François Fillon, 268.341 adhérents de l’UMP étaient appelés à voter pour tourner la page.

Au total, 155.851 votants se sont prononcés, 434 bulletins blancs ont été comptabilisés, a précisé Anne Levade, présidente de la Haute autorité.

Nicolas Sarkozy s’est engagé à refonder le parti, qui est exsangue financièrement et sans véritable corpus idéologique, avec à l’esprit la reconquête de l’Elysée en 2017.

Sarkozy : une victoire sans gloire, une autre histoire commence

64,5% des voix. L’ex-chef de l’Etat est loin des 70% espérés. Mais il a bel et bien le parti entre les mains désormais.

Nicolas Sarkozy après sa victoire à la présidence de l'UMP samedi 29 novembre CAU ANTOINE/SIPA Nicolas Sarkozy après sa victoire à la présidence de l’UMP samedi 29 novembre CAU ANTOINE/SIPA

Les vrais amis de Nicolas Sarkozy peuvent se réjouir. Ils espéraient tous que leur champion ne gagne pas trop largement afin qu’il ne s’imagine pas déjà réélu en 2017 sans efforts. Les voilà servis ! Comme prévu, Nicolas Sarkozy a gagné. Mais avec 64,5 % des voix, sa victoire est loin d’être un triomphe, loin des 70 % espérés, comme l’ont démontré les images de cette étrange soirée électorale, côté sarkozyste : une porte cochère fermée et gardée par un vigile pendant près d’une heure, le temps d’un conclave prolongé entre le nouveau président de l’UMP et son équipe rapprochée, tandis que les partisans de Bruno Le Maire festoyaient. Certes, il avait prévenu qu’il ne s’exprimerait pas ce samedi soir, préférant se réserver pour le 20h de TF1 dimanche, mais tout de même. S’il avait voulu que sa victoire ait un air de défaite, il ne s’y serait pas pris autrement.

Nicolas Sarkozy a pourtant rassemblé deux tiers des militants dans une consultation à forte participation, la plus forte de toutes les élections internes de l’UMP, preuve que l’électorat de droite s’est mobilisé. Une élection qui, hormis quelques incidents techniques, s’est passée sans heurts. La démocratie, cette fois a fonctionné. Voilà qui solde les mauvais souvenirs de la guerre Fillon-Copé et de la fameuse Cocoe.

Péchenard, DG du parti

Que va faire le nouveau président de l’UMP de cette victoire aux résultats « nets » comme les a qualifiés Alain Juppé ? Quels enseignements va-t-il tirer pour l’avenir de ce score mitigé ? Une chose est sûre : ce résultat va l’obliger à s’impliquer plus que prévu dans la vie du parti. Il souhaitait conserver une grande part de liberté, continuer de voyager, s’extraire des contingences, être un président loin du mouvement, comme le fut Jacques Chirac qui mettait rarement les pieds au RPR. Il va au contraire devoir s’investir à fond pour contrôler les ambitions aiguisées par ce résultat, à commencer par celle de Bruno Le Maire qui, avec ses 30 %, se sent pousser des ailes.

Au-delà des inévitables questions d’organigramme qu’il va devoir traiter (quel secrétaire général pour le nouveau parti qu’il veut créer ?), quelles leçons tirera Sarkozy de ce résultat et de la campagne qu’il vient de mener ? Aussi bien sur le plan programmatique que sur celui de son équation personnelle ? Dans l’immédiat, il veut annoncer rapidement la composition de son équipe qu’il veut « resserrée », sans doute en fin de semaine. Seule certitude : Frédéric Péchenard, ancien directeur général de la police nationale, qui fut son directeur de campagne, sera le prochain directeur général du parti.

Juppé, le vrai perdant ?

« Une autre histoire commencera pour lui le 29 novembre », disait son conseiller Pierre Giacometti pendant cette difficile campagne interne. On y est. A partir d’aujourd’hui, Nicolas Sarkozy qui recevra dès lundi tous les ténors du parti, à commencer par Le Maire, Juppé et Fillon, a les mains libres pour mettre en œuvre le rassemblement qu’il veut incarner. Il ne doute pas d’y réussir au vu du résultat. Son score n’est peut-être pas glorieux, mais il a le parti. Et il pense, dixit un proche, que le grand perdant de cette élection n’est autre que son rival Alain Juppé, chouchou des média, qui serait bien plus menacé que lui par la percée de Bruno Le Maire.

Nicolas Sarkozy victorieux, mais sous surveillance

Le Point –

Le nouveau président de l’UMP va devoir composer avec ses rivaux pour la présidentielle : Alain Juppé, François Fillon, Bruno Le Maire et Xavier Bertrand.

Nicolas Sarkozy a été élu samedi président de l'UMP.
Nicolas Sarkozy a été élu samedi président de l’UMP. © AFP

Sans surprise, Nicolas Sarkozy a été élu samedi à la tête de l’UMP. Selon les résultats officiels publiés vers 20 h 15, l’ancien chef de l’État a été élu avec 64,5 % des suffrages exprimés contre 29,18 % pour Bruno Le Maire et 6,32 % pour Hervé Mariton. Sarkozy connaît bien la maison : le 28 novembre 2004, il avait déjà été élu patron du parti et avait organisé une triomphale cérémonie de sacre lors d’un meeting au Bourget, en Seine-Saint-Denis. Dix ans plus tard, la maison n’est plus aussi florissante : avec 70 millions d’euros de dettes et menacée par l’affaire Bygmalion, l’UMP est aussi sérieusement concurrencée par le FN de Marine Le Pen. Quant à Nicolas Sarkozy, il rassemble moins les militants qu’en 2004, lorsqu’il avait réuni 85 % des suffrages exprimés.

L’appareil : l’arme capitale

Avec son score de 64,5 % des suffrages exprimés et 100 159 voix, l’ancien chef de l’État réalise un score moins élevé qu’attendu. « C’est un score exceptionnel. Les militants ont fait un choix clair, net et décisif », s’est tout de même réjoui Brice Hortefeux, son fidèle ami. Il faut dire que Sarkozy sauvegarde l’essentiel : il pourra entamer une réforme du parti comme annoncé et se mettre en marche vers la présidentielle de 2017. Pour cela, il compte mettre au tapis ses rivaux Alain Juppé, François Fillon, Bruno Le Maire et Xavier Bertrand. Dans cette bataille, il détient une arme capitale qui est celle de l’appareil : présider un parti, c’est peser sur les investitures aux élections, disposer d’une structure et de relais militants sur tout le territoire et profiter du financement public.

L’Élysée en ligne de mire

Victorieux, Nicolas Sarkozy se garde tout de même de tout triomphalisme. Discret ce samedi soir, il s’est contenté de poster un message sur son compte Facebook : « C’est un nouveau départ. Le temps est désormais venu de passer à l’action. » L’ex-retraité de la politique réserve sa première réaction pour dimanche à l’occasion d’une interview télévisée sur le plateau du 20 heures de TF1. Et il n’a même pas mis les pieds au siège du parti rue de Vaugirard samedi soir : preuve que l’enjeu n’est pas tant de présider le parti que de se mettre en pole position pour l’Élysée.

Sarkozy étroitement surveillé

Pourtant, l’UMP est loin d’être acquise entièrement à la personnalité de Nicolas Sarkozy. Dans les prochains mois, ses rivaux pour la présidentielle feront tout pour limiter son influence et garantir l’organisation d’une primaire ouverte en 2016 lors de laquelle les sympathisants pourraient élire leur candidat. Quelques minutes après l’annonce des résultats, François Fillon – l’ennemi juré de Nicolas Sarkozy – a publié un communiqué qui résonne comme un tir de sommation : « L’union n’est pas la soumission. Un grand parti moderne accepte la différence ! » Sans le nommer, l’ancien Premier ministre félicite « le nouveau président » tout en précisant qu’il poursuivra la construction de son projet présidentiel. De son côté, le maire de Bordeaux Alain Juppé a félicité le vainqueur tout en l’exhortant désormais à « rassembler » et à « redonner à l’UMP l’élan qu’elle attend. Quant à Xavier Bertrand, il s’est fendu d’un tweet laconique pour féliciter le score de Bruno Le Maire, mais sans un mot pour Sarkozy.

L’incontournable Bruno Le Maire

Si Nicolas Sarkozy a été élu, le grand vainqueur de cette élection s’appelle Bruno Le Maire. Après six mois de campagne, le député UMP de l’Eure pulvérise ses objectifs (dépasser la barre des 20 %), empêche l’ex-président d’être plébiscité et devient incontournable à droite. Il compte bien utiliser au maximum son pouvoir de nuisance pour contrer l’ex-chef de l’État. « Ce scrutin interne est capital, c’est un peu comme les qualifications à la Coupe du monde de foot (…) La probabilité d’avoir une primaire ouverte sera indexée à mon score », assurait-il en octobre. Reste à voir si le nouveau patron du parti en tiendra compte.

Consultez notre dossier : Présidence de l’UMP : un nouveau départ ?

==================================

> > > >> LA FRANCE QUI ECOUTE SON « président » A LA TV

> > > > > > > >
> > > > > > > La vérité … toute la vérité!!!

> > > > > > > Moi Président, je m’en fous car je ne serai pas réélu et je vais en profiter au maximum sur votre dos  avec mes copains qui ont toutes les manettes. Je tiens à vous dire merci à tous..

> Moi président, je remercie Mlle Nassifatou Diallo et son violeur DSK, sans lesquels je ne serais pas président aujourd’hui.
> > > > > > >
> > > > > > > Moi président
, je remercie Marine Le Pen et son Front National pour ses nombreux votes blancs qui m’ont gentiment laissé passer (alors que seulement la  moitié de ces électeurs-là auraient pu me bloquer !).
> > > > > > > Moi président, je remercie François Bayrou qui a également su faire de l’antisarkosysme primaire et qui a ainsi fait voter pour moi, bien que mes idées (quand j’en ai…) soient à l’opposé des siennes
> > > > > > > Moi président, je remercie Mélenchon et son extrême-gauche stalinienne d’avoir vilipendé violemment et méchamment, à ma place, le « candidat sortant d’avance » et d’avoir ainsi dégagé mon chemin
> > > > > > > Moi président, je remercie tous les syndicalistes et autres improductifs qui ont voté pour moi et qui auront plein de nouveaux postes improductifs, payés par les impôts croissants des Français moyens
> > > > > > > Moi président, je remercie tous les médias d’avoir fait à ma place, pendant 5 ans, sur les ondes radio, télé et journaux, une campagne socialo-communiste avec l’argent public, ce qui rend théoriquement mon élection illégitime
> > > > > > > Moi président, je remercie l’Islam de France qui va bientôt fêter son Printemps arabe chez nous
> > > > > > > Moi président, je remercie tous les français qui ont voté pour la ruine de la France.
> > > > > > > Merci à vous tous : j’ai réconcilié la France car, avec mon air con et ma vue basse, je vous ai tous bien entubés !
> > > > > > > Grille des salaires  :

> Gardien de la Paix : 1.600 euros pour risquer sa vie
> > > > > > > Pompier professionnel : 1.800 euros pour sauver une vie
> > > > > > > Instituteur : 1.600 euros pour préparer à la vie
> > > > > > > Médecin : 5.000 euros pour nous maintenir en vie
> > > > > > >  Sénateur : 19.000 euros pour profiter de la vie
> > > > > > >  Ministre : 30.000 euros pour nous pourrir la vie !!!….
> > > > > > >
> > > > > > > MORALITE : Ce sont ceux qui font le plus pour nous qui touchent le moins

> > > > > > >                                                    

==

Commentaires
–                                                 L ‘ homme qui a osé dire , sans modestie , comme d ‘habitude: je dois revenir , je n ‘ ai pas le choix ! :-)) a dû prendre un coup derrière la cafetière . Il pensait avoir tout un pays derrière lui, vu l ‘ échec cuisant du Président actuel. Il se retrouve avec environ 100000 fidèles irréductibles , « sarkothonistes » , quel échec ! Mais comprendra-t-il un jour que 100000 « fans » ce n ‘ est pas la France ? Comprendra-t-il un jour que l ‘ on ne mesure pas sa cote de popularité dans les salles de cinéma de Neuilly-sur-Seine ou du XVI° arrondissement de Paris ? Comprendra-t-il un jour que l ‘ on ne mesure pas sa cote de popularité dans les salles de concert , dans lesquelles chante , son épouse Carla Bruni ? Son seul salut pour représenter l ‘ UMP , lors de la primaire et de piper les dés. C ‘ est à dire , d ‘organiser une primaire , dans laquelle seule les militants UMP pourraient voter . Il est capable de le faire. Mais , gare à l ‘ explosion du parti.
–                            Voilà, nous y sommes, même si je le savais, j’avais espéré, qu’il y aurait au moins une différence dans l’esprit des gens, 64 % c’est encore trop, pour un homme qui manipule tellement bien son monde.Il faut croire que quand on dit l’amour est aveugle, les adhérents le sont vraiment,  » aveugles « , heureusement pour l’UMP que le restant , ceux qui n’ont pas votés pour lui, à partir de maintenant Bruno Lemaire aura son mot à dire lui aussi , même si le résultat n’est pas celui escompté , l’ancien chef de l’état, ne revient pas non plus avec un score total , l’ UMP est divisée il fallait s’y attendre, l’élu à la présidence de l’UMP , va devoir faire avec , il aura très certainement , quelques embûches sur son parcourt d’ici les primaires, A voir la suite ………………….
–                                                 Seulement la moitié des adhérents ont voté ,mais pas tous pour lui ,on ne peut pas dire que c’est une « victoire » franche et nette ,surtout qu’il y a des doutes sur le bon déroulement du vote ,incidents à répétition ! J’aurai préféré voir Bruno Lemaire ! Vu la situation au sein du parti ,cela pose problème !
–                                                    Sarko fait tout en fonction des médias, très déçu de son retour, de ses idées sur le mariage homo, de son comportement… manque de vision, de grandeur, d’innovation

@auterive : Sarkozy ne pense pas, ce serait trop beau, il s’agite. Quant aux cauchemars, gardez les pour vous.

–                                                64% sur 58 % ça fait 37 % de l’électorat le plus favorable. Très loin pour prétendre atteindre son but. Il aurait tout intérêt à suivre les conseils de NKM et de mettre Buisson au placard !
–                                                C’est décidément l’homme à abattre. Même quand i gagne, il est considéré comme perdant. En 2017, ça va recommencer? Tous les médias contre Sarkozy pour faire élire un candidat qui sera vilipendé par les mêmes médias six mois plus tard.
–                          Comment les adhérents ont-ils succombé au charme du « miroir aux alouettes » : incompréhensible et inconséquent. Une belle occasion raté de repartir du bon pied. En tous cas le constat que l’on peut faire c’est que dans notre pays tout est possible : surtout le pire. En fait notre plus grand danger : c’est nous.
–                                              à droite, désormais plus de contradictions, on doit penser sarkho, matin-midi et soir, et même rêver Sarkho !
–                                 42 % d’abstentionnistes et à peine le double de voix que Lemaire .. clairement un désaveu de la base des adhérents. Mais quel média le dira clairement ? aucun : le show leur rapporte, et faut continuer à faire danser le bateleur, d’ailleurs il adore çà.

nina                                                          Au regard des reportages TV sa clientèle représente des personnes âgées, traumatisées par ses discours alarmistes. Triste résultat pour lui.

SOS langue française                               « Bien que la victoire de Nicolas Sarkozy ne faisait guère de doute »… Juste à titre indicatif…

ML                                                           Ouais! On va l’avoir ad libitum sur toutes les chaînes – lui et sa cohorte – et dans tous les médias. Je n’ouvrirai plus mon i-phone sans craindre de voir surgir en zébulon 3D. Pourvu que « ses affaires » aient été traitées avec la méthodologie juridique idoine et que le résultat irréfutable le renvoie aphone chez lui… Mais je suis pris de doute.

GERARD BEAUCOUSIN                           Question que je me pose?Monsieur Sarkozy et le conseil constitutionnel ,sa retraite de président et ses avantages ?ne devrait il pas refuser tout cela pour être simplement président de l’UMP.

PIERRE-MARIE MURAZ                           Le PS rit jaune … L’UMP a élu un Patron, qu’il y ait un bon score de Lemaire est une excellente nouvelle …Des Primaires pour auront lieu … Il suffit de se souvenir de l’élection de Aubry à la tête du PS… Elle fut écartée aux primaires après avoir voulu fourguer un DSK ,Hollande fut choisi par défaut et devint Président de raccroc … Cette élection s’est faite dans la clarté et Sarkozy va remettre l’UMP en selle pour les élections à venir en 2015 … La gauche est elle en plein bazar .

  • El Hassan  •                                   nicolas élu mais bruno a gagner , désormais la droite a une autre voie
  • gerard  •                                        les gagnants sont les abstentionnistes, à peine 100 000  adhérents sur les 270 000 inscrits ont voté pour le nain voyou c’est une demi victoire.
  • Lilounette #AvecBLM  •               BLM n’a pas gagné mais presque 30% c’est un très bon score, c’est prometteur pour la suite…rien n’est fini, tout commence…
  • Bruno  • 
Petite mobilisation (58 % des adhérents) et petit pourcentage pour celui qui voulait se présenter comme le Sauveur de la France. Les scores du grand Charles de 1958 et de 1962 doivent le faire baver d’envie.
Christam  •                                     redevenir président et le seul truc qui lui permettra d’éviter la prison 🙂
Scarla De La Boudinière  •           Ne faire que 64% des voix parmi un électorat tout entier acquis à sa cause, le dernier bastion des fanatisés hystériques de droite … ! ça augure mal de son score quand il va se présenter devant l’ensemble des Français.
  • Sam  • Au secours! Au feu! Fuyons
@APALABROS

Du renouveau dans la continuité…

267000 adhérents 150000 votants, pas de quoi se la péter, en plus certains parlent de renouveau de l’ump, laissez moi rire, politiquement l’ump n’existera plus dans peu de temps et Sarkozy non plus d’ailleurs…

frenaie                                           Si on considère… la logique de nombreux médias et commentateurs, c’est Bruno Lemaire qui a gagné… Ils ont tous du mal à digérer le retour gagnant de Nicolas Sarkozy.   64 % ce n’est pas un plébiscite mais c’est une brillante victoire. Bravo Nicolas !
paisanu                                          Le retour catastrophe ! !On nous avez vendu le retour de Sarko comme Napoléon revenant de l’Île d’Elbe, où sur les bords des routes le peuple en liesse applaudirait le retour du chef et on a vu un camelot sans idée, ni programme qui tel un maquignon, propose parce que ça coûte pas cher, l’abolition d’une loi tout simplement parce qu’un groupuscule d’excités l’exige !
Marino

@ ARQUEBUSE : Se soumettre aux règles démocratiques…

Le 29 mai 2005, par référendum, les Français ont dit non à 55% au « Traité établissant une Constitution pour l’Europe » (TCE).
A peine arrivé à l’Elysée, Nicolas Sarkozy a réussi à faire accepter aux autres pays de l’Union européenne un prétendu « mini-traité » ou « traité simplifié » ou encore « Traité de Lisbonne », officiellement appelé « Traité Modificatif Européen » (TME).
Il l’a fait ratifier en février 2008 par la voie parlementaire, avec la complicité d’une grande partie des députés et sénateurs socialistes.

Une minorité, mathématiquement possible, de 2/5 des voix du Parlement (Assemblée nationale + Sénat) réuni en Congrès à Versailles le 4 février aurait suffi pour imposer un référendum.
Un silence assourdissant des médias, très majoritairement acquis à la cause du Traité européen comme lors du référendum en 2005, s’est abattu sur la France pour cacher ce viol de la démocratie.

Non respect du vote des français
En allant négocier avec ses homologues européens une simple remise en forme du même traité que celui que les français ont rejeté, Nicolas Sarkozy fait comme si le vote du 29 mai 2005 n’avait pas eu lieu.
Pour respecter ce vote, il aurait fallu renégocier un traité nouveau, plus social et plus démocratique. Ni la droite au pouvoir, ni le Parti Socialiste n’ont défendu cette optique.

Une insulte au peuple
Eviter le référendum c’est sous-entendre que le peuple n’a pas bien voté, qu’il n’en fait qu’à sa tête, qu’il est stupide de ne pas avoir écouté ce que les grands partis et la quasi totalité des médias lui assénaient ! Qu’il est capable de voter non à nouveau ! Qu’un tel peuple ne mérite pas d’être consulté une seconde fois !
CQFD !

nono                                       Exception française…Que de ne pas renouveller sa classe politique… Et merci à l’UMP d’avoir élu le plus détesté à gauche et même au centre, grand service rendu à Hollande…
Hal                                        Le gourou a été élu, les militants prennent de grands risques, c’est leur problème !

Les risques c’est que le multi-mis en examen soit inculpé, ce qui serait très préjudiciable à l’image du parti et plus globalement dans une moindre mesure à la démocratie.
L’autre, c’est que celui qui a su mettre en quasi faillite son parti pour rester au pouvoir recommence et efface les traces de ses anciens agissements.

marcopolis                                         Ouf LEMAIRE a sauvé l’UMP

D’abord bravo à Luc Chatel…
LE RENOUVEAU c’est l’urgence si le nouveau président ne l’a pas compris il n’ira pas loin nous continuerons
il faut d’urgence s’occuper du chômage en lieux et place de ce gouvernement de Bonnimenteurs il faut gagner triomphalement les élections cantonales en renvoyant gauche et front national dans leurs foyers l’organisation du parti sera reportée de quelques mois attention Mr SARKOSY
notre priorité mettre à genoux celui qui se présente moa le président NORMAL

tsump                                          Justice et primaires ouvertes

Pour les primaires ouvertes j’irai voter contre ce monsieur bismuth et y en entrainerai amis et familles pour faire la meme chose sauf si la justice le rattrape ce qui est souhaitable pour le démocratie jamais un type comme lui n’aura ma voix meme face à ses amis du FN l’ump est vraiment ce que l’on a de pire en politique avec des militants qui votent pour un type pareil un peu comme si à gauche cahuzac était élu président du ps hallucinant

Brenden

@ Firetiger

Et oui, mais méfiez vous de ce qui brille trop, car en 2017 l’histoire pourrait bien se répéter, c’est à dire comme en 2012, un homme qui n’a jamais été ni ministre ou un poste important au gouvernement, et qui a battu par un millions quatre cents mille voix de plus, un autre qui avait été ministre plusieurs fois, et pendant cinq ans président de la république, il fallait quand même que Sarkozy soit rejeté pour en arriver la.

Après et hier, il a été élu président d’un parti au bord du gouffre, avec un passif de près de 80 millions d’euros, l’épée de la justice planant sur sa tète ‘Bygmalion’ et ce nouveau président de l’UMP, rappelons le, a le statut actuel de « mis en examen », il n’y a pas de quoi en être fier.

Aphroditechild

@LORRAIN31

Il vaut mieux « 39% des encartés » à l’UMP que les 13% de Hollande au pouvoir. Pour N. Sarkozy, 64, 50% restent au-delà des 50% que le souhaite la démocratie et de plus, pour un ex Président rejeté soit-disant par les Français, il s’en sort très bien dans sa famille politique parmi ses fidèles électeurs qui l’ont plébiscité. Il est préférable que N. Sarkozy se rende compte que les temps ont changé et qu’il devra jouer collectif, accepter son entourage et rassembler toute la droite. Il est assez intelligent pour comprendre cela, cependant, il est le patron de l’UMP et cela est incontestable.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :