La chute du Mur sans violence!!

Laisser un commentaire


25 ans après la chute du Mur de Berlin

Fillon-Jouyet, les secrets d’un déjeuner piégé

Le Point –

La rencontre a eu lieu au restaurant Ledoyen. Et c’est Jean-Pierre Jouyet qui en a pris l’initiative auprès du secrétariat d’Antoine Gosset-Grainville.

François Fillon, Jean-Pierre Jouyet et Nicolas Sarkozy, trois amis.
François Fillon, Jean-Pierre Jouyet et Nicolas Sarkozy, trois amis. © KENZO TRIBOUILLARD / PIERRE ANDRIEU / ERIC FEFERBERG / AFP PHOTO

Jean-Pierre Jouyet et François Fillon divergent sur à peu près tous les points. Le déjeuner qui fait aujourd’hui l’objet du scandale a eu lieu le 24 juin au Pavillon Ledoyen, à deux pas du palais de l’Élysée, dans un salon privé. Néanmoins, la rencontre n’a pas le caractère d’un secret absolu dans la mesure où les trois protagonistes sont entrés et sortis par la grande porte au vu et au su de la clientèle.

En effet, ils étaient trois. Antoine Gosset-Grainville, l’ancien directeur adjoint du cabinet de François Fillon à Matignon, qui est aussi un ami de Jean-Pierre Jouyet, a joué les intermédiaires pour monter ce déjeuner. Qui prend l’initiative d’une telle rencontre ? Selon Le Monde, Jouyet prétend que c’est Fillon qui charge Gosset-Grainville de monter la rencontre. Fillon et Gosset-Grainville affirment le contraire. Selon nos informations, le secrétariat de Jean-Pierre Jouyet a pris l’initiative de contacter le secrétariat d’Antoine Gosset-Grainville pour demander d’organiser un déjeuner à trois.

Rappelons que les trois hommes ont participé à l’aventure du gouvernement Fillon I et II, puisque Jean-Pierre Jouyet, ami de trente ans de François Hollande, avait accepté d’être secrétaire d’État aux Affaires européennes de Fillon entre mai 2007 et décembre 2008. C’est d’ailleurs la seule période de brouille connue entre Jouyet et Hollande, qui n’avait pas apprécié cette « trahison »… Passons.

Jouyet se dédit et plante Fillon

Après avoir démenti ses propos au Monde, Jean-Pierre Jouyet opère, au vu de l’enregistrement sonore brandi par les journalistes du Monde, un demi-tour millimétré par une déclaration lue à l’Agence France-Presse. « François Fillon m’a fait part de sa grave préoccupation concernant l’affaire Bygmalion, affirme Jouyet. Il s’en est déclaré profondément choqué. […] Il a également soulevé la question de la régularité du paiement des pénalités payées par l’UMP pour le dépassement des dépenses autorisées dans le cadre de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy. » Il ajoute : « J’ai fait part à mes interlocuteurs du fait que la présidence de la République ne pouvait rien s’agissant de cette procédure relevant de la justice. »

De leur côté, François Fillon et Antoine Gosset-Grainville nient la teneur de cet entretien qui, selon leurs dires, n’était qu’amical. L’ancien Premier ministre se dit victime d’un « complot », d’une « affaire d’État », de « boules puantes » visant à l’éliminer. Deux hommes contre la parole du secrétaire général de l’Élysée. Trois amis qui se déchirent en public. Et derrière Jouyet, l’ombre du président de la République. Il y a de quoi rester interdit devant un tel spectacle.

Sarkozy va se faire un plaisir de sauver le soldat Fillon

Depuis maintenant vingt-quatre heures, Jouyet avait deux options : soit il protégeait son amitié avec Fillon et admettait avoir menti aux journalistes. François Hollande ne pouvait que s’en séparer. Soit il reconnaissait ses propos en déclenchant – sans doute bien malgré lui – une guerre politique avec François Fillon et l’ensemble de la droite. Moyennant quoi, François Hollande peut le soutenir, disons, quelques mois, le temps que cette affaire s’éloigne…

Pour la droite, le ton a été donné par Henri Guaino ce matin sur Europe 1 : l’UMP va jouer à fond le « complot élyséen » et l’unité face à un pouvoir socialiste très affaibli. Se diviser serait tomber dans un piège. Dans un contexte de pré-élection présidentielle, l’unité – même de façade – s’impose. Le soldat Fillon, blessé au combat, sera sauvé par la magnanimité de Nicolas Sarkozy qui posera en fabuleux rassembleur. Du pain bénit pour sa campagne pour la présidence de l’UMP.

Dès lors, la vérité n’a plus aucune importance. Les rôles sont fixés : ce sera au couteau, camp contre camp. La guerre droite-gauche sur les affaires aura donc été déclenchée par l’élément qui faisait jusqu’ici le trait d’union, Jean-Pierre Jouyet. Quelle triste fable !

François Fillon dénonce un complot, accuse Jouyet de mensonge

PARIS (Reuters) – François Fillon dément avoir plaidé auprès de l’Elysée pour accélérer les procédures judiciaires contre Nicolas Sarkozy et accuse le secrétaire général de la présidence, dont le témoignage est à l’origine de ces allégations, de mensonge.

L’ancien Premier ministre a de même nié avoir simplement évoqué ces affaires avec Jean-Pierre Jouyet, comme celui-ci l’a indiqué dans une déclaration faite dans la journée de dimanche après avoir dans un premier temps démenti les propos qui lui étaient prêtés.

L’ancien ministre Bruno Le Maire, qui brigue la présidence de l’UMP, a réclamé la démission du secrétaire général de l’Elysée, l’accusant d’avoir menti dans sa première version.

Du côté de la majorité, le porte-parole du gouvernement, Stéphane Le Foll, a estimé qu’il n’y avait pas d’affaire Jouyet « mais une affaire de la droite et de l’UMP ».

Le président de l’Assemblée nationale, Claude Bartolone, a concédé une certaine « maladresse » dans les propos de l’intéressé mais pour ajouter que l’essentiel était qu’aujourd’hui, « il n’y a pas de possibilité de faire pression sur la justice ».

L’affaire a démarré avec des propos attribués par des journalistes du Monde à Jean-Pierre Jouyet concernant un déjeuner avec François Fillon fin juin, au cours duquel ce dernier aurait demandé à son interlocuteur de « taper vite » sur Nicolas Sarkozy pour ne pas « le laisser revenir ».

Répondant à un démenti de Jean-Pierre Jouyet, le quotidien a publié des extraits d’un entretien enregistré, amenant le secrétaire général de l’Elysée à reconnaître que François Fillon lui avait fait part de sa « grave préoccupation » sur l’affaire Bygmalion et le paiement par l’UMP des pénalités de dépassement des dépenses de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2012.

Mais il a ajouté aussitôt avoir indiqué que « la présidence de la République ne pouvait rien s’agissant de cette procédure relevant de la justice » et qu’il n’y avait plus, depuis mai 2012, « aucune intervention » de l’Elysée dans une procédure judiciaire.

Sur TF1 dimanche soir, François Fillon s’est déclaré « scandalisé » et « en colère ». « On m’accuse d’avoir demandé à l’Elysée d’accélérer des procédures judiciaires contre Nicolas Sarkozy, c’est une fable, ce sont des propos infamants », a-t-il dit.

MANIPULATIONS OU MACHINATIONS

Evoquant la « nouvelle version étonnante » donnée par Jean-Pierre Jouyet, il a ajouté : « Nous n’avons pas parlé des pénalités. Si M. Jouyet dit cela, c’est un mensonge ».

« J’ai porté plainte contre les journalistes en diffamation. Si jamais, il est avéré que les propos ont été tenus, c’est vis-à-vis de M. Jouyet que nous aurons une explication judiciaire », a-t-il poursuivi.

Il a estimé être victime « soit de manipulations si elles viennent des journalistes, soit de machinations graves si elles viennent de l’Elysée ».

Invité du Grand Jury RTL-LCI-Le Figaro, Bruno Le Maire a déclaré faire confiance à François Fillon, qui « lui a toujours tenu les mêmes propos alors que le secrétaire général de l’Elysée « a dit une chose formellement puis il l’a démentie ».

Pour lui, Jean-Pierre Jouyet « n’a d’autre pas d’autre choix que de remettre sa démission du secrétariat général de l’Elysée ».

Un proche de Nicolas Sarkozy, Henri Guaino, a de même jugé qu’il y avait une affaire Jouyet, exprimant son « intime conviction » que François Fillon n’avait fait aucune démarche anti-Sarkozy auprès de l’Elysée.

« Le secrétaire général de l’Elysée accuse M. Fillon, voilà la véritable information (…) S’il a tenu ces propos, c’est une affaire d’Etat », a-t-il dit lors du Grand Rendez-Vous i>Télé-Europe 1-Le Monde.

La présidente du Front national, Marine Le Pen, a dénoncé une « affaire symbolique » de l’UMPS, l’alliance selon elle tacite de l’UMP et du Parti socialiste qu’elle stigmatise régulièrement.

« Elle se symbolise dans la personne de Jouyet, aujourd’hui secrétaire général de l’Elysée dans un gouvernement socialiste, hier sous-ministre (des Affaires européennes) de François Fillon », a-t-elle déclaré sur France 3. « Ce sont les mêmes (…). Tous ces gens-là travaillent ensemble », a-t-elle dit avant de s’en prendre à la « fange qu’est devenue la politique française. »

Tout comprendre à l’affaire Jouyet-Fillon

Le Monde.fr |Jonathan Parienté

Jean-Pierre Jouyet (à gauche) et François Fillon (à droite), le 12 novembre 2008 à l'Elysée.

Selon les informations du Monde, publiées samedi 8 novembre, François Fillon a bien incité le secrétaire général de l’Elysée, Jean-Pierre Jouyet à « taper vite » contre Nicolas Sarkozy pour accélérer les enquêtes en cours. Le point sur cette affaire.

  •  Qu’a demandé Fillon a Jouyet ?

Le 24 juin, François Fillon et Jean-Pierre Jouyet ont déjeuné en compagnie d’un ami commun dans un restaurant proche de l’Elysée. Aucun des protagonistes ne conteste que ce repas ait été pris en commun : les deux hommes se connaissent, M. Jouyet a été secrétaire d’Etat du gouvernement Fillon.

Selon le récit qu’a fait Jean-Pierre Jouyet à deux journalistes du Monde, Gérard Davet et Fabrice Lhomme, M. Fillon a demandé à l’Elysée d’intervenir afin d’accélérer le cours des affaires qui visent Nicolas Sarkozy – confirmant les informations données au Monde par une autre source.

« Où Fillon a été le plus dur, vraiment le plus dur, c’est sur le remboursement que Sarkozy avait demandé des pénalités pour le dépassement des frais de campagne. Fillon m’a dit, texto : “Jean-Pierre, c’est de l’abus de bien social. C’est une faute personnelle. Il n’y avait rien à demander à l’UMP, de payer tout ça. (…) Et puis il me dit : “Mais Jean-Pierre, t’as bien conscience que si vous ne tapez pas vite, vous allez le laisser revenir ? »

  • L’affaire des pénalités de Nicolas Sarkozy

Le contexte est le suivant : fin juin, le scandale Bygmalion a eu raison de Jean-François Copé qui a dû quitter son poste de président de l’UMP, cédant sa place au « triumvirat » d’anciens premiers ministres : Jean-Pierre Raffarin, Alain Juppé et François Fillon.

Lorsque le Conseil constitutionnel a confirmé, en juillet 2013, le rejet de ses comptes de campagne, Nicolas Sarkozy a été sommé de restituer au Trésor public l’avance forfaitaire de 150 000 euros qui lui avait été versée pour mener sa campagne et lui payer les 363 615 euros correspondant au dépassement du plafond légal des dépenses.

Après son entrée en fonction le 16 juin, le « triumvirat » a découvert que fin 2013, le parti avait adressé un chèque de 363 615 euros au Trésor public. En novembre 2013, des hauts fonctionnaires de Bercy avaient toutefois jugé licite le versement de la somme par l’UMP, autorisant son encaissement, selon des notes détaillées par le JDD et déjà évoquées dans Le Monde.

Mais cette analyse juridique est désormais contestée : il n’est pas certain que la formation politique avait le droit de payer pour M. Sarkozy. Cela a poussé la direction du parti à s’interroger sur la légalité de ce règlement. Finalement, si les commissaires aux comptes ont certifié sans réserve les comptes du parti, le 30 juin, ils ont aussi décidé le lendemain d’alerter le parquet de Paris.

Après l’enquête préliminaire qui a débuté le 2 juillet, le parquet de Paris a ouvert, le 6 octobre une information judiciaire pour « abus de confiance », « complicité » et « recel ».

Cette enquête vise, de fait, directement Nicolas Sarkozy.

  • La version de François Fillon

Fillon s’est défendu en deux temps ce dimanche.

Dans une interview accordée au Journal du dimanche, M. Fillon a une première fois démenti les propos rapportés par Le Monde et annoncé qu’il portait plainte contre le journal.

« Aujourd’hui, on me prête des propos que je démens formellement avoir tenus et que les deux participants à ce déjeuner, Antoine Gosset-Grainville et Jean-Pierre Jouyet démentent formellement. C’est la raison pour laquelle j’ai porté plainte en diffamation et je demande désormais à la justice de faire toute la vérité. (…)

Je ne peux pas croire que le secrétaire général de l’Elysée ait pu tenir aux journalistes du Monde les propos qui lui sont prêtés. Si c’était le cas, ce serait une affaire d’État d’une extrême gravité. Ce serait une tentative de déstabilisation d’un responsable de l’opposition. »

En fin de journée, invité du journal de TF1, M. Fillon a tenu des propos similaires, insistant sur son intégrité. Il a également accusé Jean-Pierre Jouyet de « mensonge ».

« M. Jouyet a redit ce soir dans une sorte de nouvelle version étonnante que jamais je ne lui avais demandé d’agir sur la justice (…). A aucun moment je ne lui ai demandé cela. Nous n’avons pas parlé des pénalités. Si M. Jouyet dit cela, c’est un mensonge. »

M. Fillon a également demandé aux journalistes du Monde de produire l’enregistrement de leur entrevue avec M. Jouyet.

  • Les deux versions de Jean-Pierre Jouyet

Jean-Pierre Jouyet a finalement reconnu ses déclarations faites au Monde, selon lesquelles l’affaire Bygmalion et les pénalités de Sarkozy étaient bien au menu du fameux déjeuner du 24 juin. Il l’a fait savoir dans un communiqué, après avoir démenti quelques jours plus tôt.

« François Fillon m’a fait part de sa grave préoccupation concernant l’affaire Bygmalion. Il s’en est déclaré profondément choqué (…) Il a également soulevé la question de la régularité du paiement des pénalités payées par l’UMP pour le dépassement des dépenses autorisées dans le cadre de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy. »

Jeudi, quand les premiers éléments de l’affaire ont été dévoilés, M. Jouyet avait nié dans un premier temps. « J’ai bien déjeuné avec M. Fillon pour lequel j’ai du respect, mais je démens » que l’ancien premier ministre « ait tenu les propos » rapportés par les journalistes du Monde. « Nous avons parlé d’autre chose », « il ne m’a, bien entendu, pas demandé une quelconque intervention, démarche par ailleurs inimaginable », a-t-il poursuivi.

  • Quelle influence sur la justice ?

Aux journalistes du Monde, M. Jouyet a expliqué qu’il avait rapporté la teneur des propos de M. Fillon :

« Quand Fillon m’a dit ça, j’ai dit, tiens, oui, on pourrait peut-être simplement signaler le machin… Mais François [Hollande] m’a dit : ‘Non, non, on ne s’en occupe pas.’ »

Rien n’indique que l’exécutif ait interféré dans les procédures judiciaires, mais le fait est qu’une enquête préliminaire a été ouverte le 2 juillet, soit quelques jours après le déjeuner Fillon-Jouyet.

Le parquet a indiqué dimanche après-midi qu’il avait agi uniquement en raison de l’alerte donnée par les commissaires aux comptes qui, expertisant les comptes de l’UMP, ont découvert qu’un chèque de 363 615 euros avait été réglé au Trésor public.

Contacté par Le Monde dimanche, un proche de François Hollande a assuré que la justice ne recevait pas d’ordre de l’exécutif : « Depuis mai 2012, on tient à distance toutes les procédures judiciaires, il n’y a d’intervention d’aucune sorte dans les affaires de justice ».

Avant cela, dans son communiqué M. Jouyet s’en était tenu à cette même ligne :

« J’ai fait part à mes interlocuteurs [lors du déjeuner du 24 juin] du fait que la présidence de la République ne pouvait rien s’agissant de cette procédure relevant de la justice. J’ai également rappelé que, depuis mai 2012, il n’y a plus aucune intervention de la présidence de la République dans une procédure judiciaire ».

« Il était nécessaire que [M. Jouyet fasse ] fasse cette précision. Il est pleinement secrétaire général de l’Elysée », explique-t-on à la présidence de la République, répondant – au moins provisoirement – aux membres de l’opposition qui, à l’instar de Bruno Le Maire, ont demandé la tête de ce très proche collaborateur de François Hollande.

Affaire Fillon-Jouyet: « Marine Le Pen les remercie, plutôt deux fois qu’une »

 LEXPRESS.fr

La presse consacre ce lundi ses éditoriaux à l’affaire des présumées pressions de François Fillon auprès de l’Elysée pour faire accélérer les enquêtes visant Nicolas Sarkozy. Elle se demande qui sortira victorieux du scandale: l’ex-président ou Marine Le Pen.

Affaire Fillon-Jouyet: "Marine Le Pen les remercie, plutôt deux fois qu'une"

Lors d’un déjeuner avec Jean-Pierre Jouyet, secrétaire général de l’Elysée, François Fillon aurait demandé à ce qu’il accélère les procédures judiciaires à l’encontre de Nicolas Sarkozy.     AFP PHOTO / GERARD CERLES

Après les révélations des journalistes du Monde, puis le « poker menteur » entre François Fillon et Jean-Pierre Jouyet, les éditorialistes sont ce lundi partagés sur les bénéficiaires du « Fillongate »: Nicolas Sarkozy et Marine Le Pen.

« Cerné par les affaires, confronté à des sondages médiocres, contesté jusque dans son propre camp, Nicolas Sarkozy ne pouvait rêver d’une telle aubaine », estime Eric Decouty de Libération.

Cécile Cornudet des Echos note que grâce à cette affaire, l’ex-chef de l’Etat « peut aujourd’hui donner corps à son statut autoproclamé de ‘victime’. Au menu de ce déjeuner du 24 juin, il y avait, semble-t-il, un plat unique: comment faire pour le sortir du jeu politique », précise-t-elle. Jean-Michel Helvig, de La République des Pyrénées, fait partie de ceux qui voient l’ancien président profiter de la situation: « Et qui se frotte les mains ? Nicolas Sarkozy bien sûr. »

« Le FN jubile et compte les points »

A contrario, Paul-Henri du Limbert du Figaro se demande « pourquoi s’indigner que le vote FN progresse quand on fait tout pour qu’il en soit ainsi? » Il ajoute: « La présidente du FN n’a guère à se plaindre […] Elle les remercie. Plutôt deux fois qu’une. »

La presse locale ne dit pas autre chose. « On a vécu hier au rythme des affirmations, dénégations, protestations du Fillongate » constate Monique Raux dans L’Est Républicain. « Et pendant ce temps le FN jubile et compte les points », affirme-t-elle. « Et ce poker menteur affligeant émaillé de connivences droite-gauche, de soupçon de complot, de politique fric et frac, à qui profite-t-il ? Devinez un peu… » suggère également Jean-Pierre Lacan dans Le Midi Libre .

« Pour Le Pen, c’est noël tous les jours »

D’autres pensent que aussi bien Nicolas Sarkozy et que Marine Le Pen profitent tous deux du « crime ». Tel Dominique Garraud de La Charente Libre qui juge que « les proches de Nicolas Sarkozy n’ont guère tardé à mesurer tout le bénéfice que leur champion pourrait tirer de cette affaire,  » mais dépeint aussi une « Marine Le Pen déjà radieuse de voir les ‘magouilles et les manipulations’ liant les responsables de ‘l’UMPS’ jetées en pâture à l’opinion. »

Pour Philippe Waucampt du Républicain Lorrain, « le premier à qui profite l’embrouillamini est évidemment Nicolas Sarkozy. », mais il trouve qu' »au-delà, la vraie bénéficiaire est Marine Le Pen. Pour elle c’est Noël tous les jours, » regrette-t-il.

Didier Rose, éditorialiste aux Dernières Nouvelles d’Alsace trouve lui que « l’ancien président ne sortira pas grandi de l’épisode. » Et ce d’autant plus que d’après lui « apparaît, en toile de fond de cette affaire, le potentiel ravageur d’une personnalité comme Nicolas Sarkozy, diviseur toujours plus marqué de la droite. »

Une analogie avec l’affaire Nabilla

« On ne sait, entre l’affaire Nabilla et l’affaire Jouyet-Fillon, laquelle est la plus pathétique des deux. Coups de poignard réels d’un côté, coups de couteau virtuels de l’autre » écrit Patrice Carmouze de L’Eclair des Pyrénées.

« De la jeune créature écervelée de la téléréalité, on n’attendait rien; d’un secrétaire général de l’Elysée et d’un ancien Premier ministre, pas grand-chose peut-être, mais plus, en tout cas, que cette conjuration de bras cassés qui sent le calcul rance, la haine recuite et la hauteur de vue de rats de caniveau ».

Fillon – Jouyet : et le déjeuner devint une affaire d’Etat

L' Obs

Les révélations des deux journalistes du « Monde » plongent dans l’embarras l’ex-Premier ministre de Nicolas Sarkozy et le secrétaire général de l’Élysée.

François Fillon, alors Premier ministre, et Jean-Pierre Jouyet, alors ministre des Affaires européennes, le 12 novembre 2008. (GERARD CERLES / AFP) François Fillon, alors Premier ministre, et Jean-Pierre Jouyet, alors ministre des Affaires européennes, le 12 novembre 2008. (GERARD CERLES / AFP)

François Fillon a-t-il sollicité l’exécutif pour accélérer les procédures judiciaires visant Nicolas Sarkozy ?

Les révélations des deux journalistes du « Monde », Gérard Davet et Fabrice Lhomme, dans leur livre « Sarko s’est tuer » (Stock) plongent dans l’embarras l’ex-Premier ministre de Nicolas Sarkozy, qui crie au « complot ». Mais pas seulement. Jean-Pierre Jouyet, secrétaire général de l’Elysée et ami proche de François Hollande, est aussi sur la sellette.

En cinq jours, les positions de François Fillon et de Jean-Pierre Jouyet sont devenues intenables. « L’Obs » vous refait l’histoire.

1 Mercredi 5 novembre : quand Fillon exhorte l’Elysée à « taper » sur Sarkozy

Mercredi 5 novembre, « l’Obs » publie en exclusivité les bonnes feuilles du livre de Gérard Davet et Fabrice Lhomme. Dans l’un des extraits, on apprend qu’au cours d’un déjeuner dans un restaurant proche de l’Elysée le 24 juin, François Fillon a dénoncé auprès de Jean-Pierre Jouyet le remboursement par l’UMP des pénalités liées au dépassement du plafond des dépenses de campagne de Nicolas Sarkozy, en 2012. Mais aussi que Fillon a formulé une curieuse demande.

> Extrait

L’anecdote date du début de l’été 2014. Du mardi 24 juin, très précisément. Cela s’est passé en toute discrétion. L’ancien Premier ministre François Fillon, déjà en campagne pour l’élection présidentielle de 2017, convie ce jour-là à déjeuner Jean-Pierre Jouyet, le nouveau secrétaire général de l’Elysée. François Hollande, averti de cette invitation, donne son feu vert à une condition : que le repas n’ait pas lieu à l’Elysée. Jusque-là, rien de bien choquant. »

De cette entrevue, le bras droit du président de la République, nommé au secrétariat général quelques semaines plus tôt, le 16 avril 2014, a surtout retenu une demande, à la fois insistante et déconcertante. Ce jour-là, l’ancien « collaborateur » de Nicolas Sarkozy, comme ce dernier l’a un jour méchamment qualifié, formule une drôle d’interrogation : il veut tout bonnement savoir si l’Elysée va user de ses prérogatives pour accélérer le cours judiciaire des affaires visant Nicolas Sarkozy !

Mais tapez vite, tapez vite ! Jean-Pierre, tu as bien conscience que si vous ne tapez pas vite, vous allez le laisser revenir. Alors agissez ! », exhorte l’ex-Premier ministre, à l’adresse du secrétaire général de l’Elysée.

Ce 24 juin, François Fillon demande donc explicitement au principal collaborateur du président de la République que soient « boostées » les procédures susceptibles de nuire à Nicolas Sarkozy, dont le retour dans l’arène politique est alors annoncé comme imminent.

2 Fillon dément, Jouyet déplore

La réaction de François Fillon à ces révélations ne se fait pas attendre. Dans un communiqué publié mercredi, il déclare :

Je démens formellement les propos que m’attribuent Gérard Davet et Fabrice Lhomme. J’ai effectivement déjeuné à sa demande avec Jean-Pierre Jouyet qui fut ministre de mon gouvernement. Le procédé qui consiste à me prêter la volonté de m’appuyer sur les plus hautes autorités de l’Etat pour faire pression sur l’autorité judiciaire est méprisable. La manoeuvre est grossière. Pour moi, le combat politique se mène strictement sur le terrain des idées. »

Dans un SMS adressé à François Fillon, que Jean-Pierre Jouyet a communiqué à « l’Obs », le secrétaire général de l’Elysée se dit « sincèrement désolé de ces bruits de couloirs élyséens rapportés à des journalistes ». Renouvelant son « amitié » à l’ex-Premier ministre, il lui présente ses « excuses et regrets », déplore une fuite qu’il qualifie de « canard » et assure que « François Hollande avait d’autres soucis » à gérer plutôt que de « taper » Sarkozy.

Joints par « l’Obs » jeudi matin, Gérard Davet et Fabrice Lhomme maintiennent l’intégralité des informations publiées dans leur ouvrage.

3 Samedi 8 novembre : les journalistes ont un enregistrement

C’est la parole des uns – Davet et Lhomme – contre celle des autres – Fillon et Jouyet. Mais les enquêteurs sortent de leurs poches de quoi faire pencher la balance : ils possèdent un enregistrement de leur discussion avec Jean-Pierre Jouyet. Une bombe.

« On a l’enregistrement, il est béton. Cet enregistrement, nous le produirons en justice si la justice le réclame », indique Gérard Davet à l’AFP, soucieux de ne pas être accusé de rouler pour un camps :

Notre position est très simple : nous ne répondrons à aucune injonction politique, on ne veut pas le livrer à une quelconque interprétation politicienne. »

Gérard Davet et Fabrice Lhomme détaillent cette rencontre avec le haut responsable, le 20 septembre à l’Elysée, avec force notes et dictaphones. Ils révèlent avoir demandé « au secrétaire général de l’Elysée de confirmer la teneur du déjeuner » dont ils avaient déjà été informés « par des sources fiables ».

Ils enregistrent tout, « afin de restituer le plus fidèlement possible les propos échangés lors du repas du 24 juin 2014 », tels que les aurait rapportés quatre mois plus tard Jouyet. « Ils ont ensuite pris soin de [le] rappeler » afin « de lui indiquer que ce déjeuner du 24 juin 2014 et son contenu seraient mentionnés ».

L’intéressé « ne s’y est pas opposé, souhaitant seulement qu’aucune déclaration entre guillemets ne lui soit attribuée, ce que nos auteurs ont évidemment respecté ».

Dès lors, pour Gérard Davet et Fabrice Lhomme, le communiqué de Jean-Pierre Jouyet « démentant la teneur des conversations tenues lors du déjeuner, et même la réalité de l’entretien accordé à nos auteurs, apparaît clairement contraire à la vérité ».

4 Dimanche 9 novembre : Fillon contre-attaque

Embarrassé, critiqué au sein de l’UMP, François Fillon contre-attaque plus sévèrement.

Samedi, le candidat à la primaire UMP pour la présidentielle de 2017 fait dire par son entourage qu’il va porter plainte en diffamation contre les deux journalistes du « Monde » et le « Monde ». Et dimanche, il donne une interview au « Journal du dimanche » :

Je ne peux pas croire que le secrétaire général de l’Élysée ait pu tenir aux journalistes du ‘Monde’ les propos qui lui sont prêtés. Si c’était le cas, ce serait une affaire d’État d’une extrême gravité. Ce serait une tentative de déstabilisation d’un responsable de l’opposition », dénonce-t-il.

François Fillon confirme le déjeuné du 24 juin en présence de son ancien directeur adjoint de cabinet à Matignon, Antoine Gosset-Grainvillle. Mais selon lui, « à aucun moment » ils n’ont évoqué la question des pénalités financières infligées à Nicolas Sarkozy et réglées par l’UMP.

« Je n’éprouve que du dégoût devant de tels procédés qui discréditent notre démocratie », observe le député de Paris avant de lancer : « Stop aux boules puantes ! ». La contre-offensive doit alors trouver son point d’orgue sur le plateau de TF1 le dimanche soir. Sauf qu’un nouvel obstacle surgit.

5 La volte-face de Jouyet

Dimanche en fin d’après-midi, Jean-Pierre Jouyet, admet dans une déclaration lue à l’AFP que , lors d’un déjeuner en juin dernier, François Fillon lui a effectivement parlé de l’affaire Bygmalion et des pénalités liées au dépassement du plafond des dépenses de campagne de Nicolas Sarkozy en 2012.

« François Fillon m’a fait part de sa grave préoccupation concernant l’affaire Bygmalion. Il s’en est déclaré profondément choqué (…) Il a également soulevé la question de la régularité du paiement des pénalités payées par l’UMP pour le dépassement des dépenses autorisées dans le cadre de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy », explique Jouyet, contredisant son démenti du jeudi précédent.

J’ai fait part à mes interlocuteurs [François Fillon et Antoine Gosset-Grainville, NDLR] du fait que la présidence de la République ne pouvait rien s’agissant de cette procédure relevant de la justice », ajoute Jean-Pierre Jouyet.

6 Fillon accuse Jouyet de « mensonge »

Sur le plateau de TF1, François Fillon doit s’adapter à ce changement de discours. Droit dans ses bottes, l’ancien Premier ministre reste sur ses premières déclarations : il dément avoir évoqué avec Jean-Pierre Jouyet les pénalités payées par l’UMP pour la campagne de Nicolas Sarkozy et accuse de « mensonge » le secrétaire général de l’Elysée.

« Jean-Pierre Jouyet a redit ce soir dans une sorte de nouvelle version étonnante que jamais je ne lui avais demandé d’agir sur la justice (…). A aucun moment je ne lui ai demandé cela. Nous n’avons pas parlé des pénalités. Si Jean-Pierre Jouyet dit cela, c’est un mensonge », lance François Fillon.

M’accuser de cette infamie, de la part de journalistes du « Monde », je pouvais penser qu’il s’agissait d’une manipulation. Si cette accusation est vraiment celle du secrétaire général de l’Elysée, un personnage important, elle est paraît-il enregistrée, donc il faut que ces enregistrements soient livrés au public », demande-t-il.

Comme dans le « JDD » le matin, il dénonce le « scandale d’Etat » que constituerait cette accusation de la part de Jean-Pierre Jouyet :

Ça voudrait dire (…) qu’au sommet de l’Etat, des personnes cherchent à déstabiliser un responsable de l’opposition, peut-être à éliminer un probable concurrent à la présidentielle, à diviser le principal parti de l’opposition, cherchent avec une balle à atteindre Nicolas Sarkozy et François Fillon en même temps. »

Affaire Fillon : Jean-Pierre Jouyet, un gaffeur à l’Elysée

Mis en cause par l’opposition, le secrétaire général de l’Elysée est un habitué des bourdes.

Le secrétaire général de l'Elysée, Jean-Pierre Jouyet, et le président de la République, François Hollande, le 10 janvier 2013 à l'Elysée.
Le secrétaire général de l’Elysée, Jean-Pierre Jouyet, et le président de la République, François Hollande, le 10 janvier 2013 à l’Elysée. (BERTRAND LANGLOIS / AFP)

Il est en fâcheuse posture. Après les révélations du livre Sarko s’est tuer, Jean-Pierre Jouyet, le secrétaire général de l’Elysée, est devenu en l’espace d’un week-end la cible de l’opposition. Ce proche de François Hollande est accusé de « mensonge » pour avoir raconté à deux journalistes du Monde la teneur d’un déjeuner avec François Fillon au cours duquel ce dernier lui aurait demandé d’accélérer les procédures judiciaires contre Nicolas Sarkozy. Coincé entre le démenti virulent de l’ancien Premier ministre et l’enregistrement de ses propos par les deux journalistes, le numéro deux de l’Elysée a dû faire marche arrière et changer de version.

Ce n’est pas la première fois que Jean-Pierre Jouyet met son camp dans l’embarras. Francetv info revient sur ses précédentes gaffes.

En 2007, il passe de la gauche à ministre de Sarkozy

Camarade de chambrée à l’armée et de promotion à l’ENA, Jean-Pierre Jouyet est un intime de François Hollande. « C’est la seule personne en trente-cinq ans avec qui je ne me suis jamais ennuyé un seul instant », explique-t-il à France 3. Comme le chef de l’Etat, il fait ses premières armes politiques à gauche, aux côtés de Jacques Delors et de Lionel Jospin.

Mais, en 2007, Jean-Pierre Jouyet décide d’aller voir ailleurs. Il accepte la proposition de Nicolas Sarkozy d’entrer au gouvernement, comme secrétaire d’Etat aux Affaires européennes. « C’est ta décision, et je la respecte. Mais je la regrette aussi. Elle va nous éloigner », réagit François Hollande, « tout pâle », selon des propos rapportés par un témoin au Monde (lien abonnés).

Si le président finit par lui pardonner, cet aller-retour entre la droite et la gauche ne passe pas. Selon un membre de l’exécutif cité par l’AFP, nombre de ministres du gouvernement Valls voient en Jean-Pierre Jouyet « un personnage intrigant » qui « manipule tout le monde ». Ils lui reprochent d’entretenir des relations « troubles » avec la droite.

En juin 2012, il grille la politesse à tout le monde en annonçant la nomination de Jean-Marc Ayrault

Dès le début du quinquennat de François Hollande, Jean-Pierre Jouyet, alors président de l’Autorité des marchés financiers, commet une première gaffe. Invité sur RTL, il confirme avant tout le monde la nomination de Jean-Marc Ayrault comme Premier ministre. « Je pense qu’il sera nommé tout à l’heure », lâche-t-il, juste après avoir évoqué des sources privées.

« C’est une gaffe, ce n’est pas bien de faire ça », commente Ségolène Royal dans la foulée sur BFMTV. « Il faut respecter les institutions de la République française et c’est au secrétaire général de l’Elysée d’annoncer, sur le perron de l’Elysée et sur instruction du président de la République, qui sera le chef de gouvernement. Et à personne d’autre », tacle la présidente de la région Poitou-Charentes.

En octobre 2012, il qualifie l’usine de Florange de « canard boiteux »

Quelques mois plus tard, Jean-Pierre Jouyet est nommé à la tête de la Banque publique d’investissement (BPI). Interrogé sur Europe 1 sur l’usine ArcelorMittal de Florange (Moselle), alors au cœur de l’actualité, le futur président de l’institution réplique sèchement que la BPI « aura vocation à maintenir l’activité et non pas à aider les canards boiteux ».

La réaction ne se fait pas attendre. « C’est inadmissible de nous traiter de canards boiteux aujourd’hui, surtout que la situation est difficile », réagit le délégué FO à Florange, Walter Broccoli. Pour le Parti communiste, Jouyet « a perdu une occasion de fermer son bec ».

François Hollande doit le contredire publiquement pour calmer le jeu. « Florange n’est pas un canard boiteux, rectifie le président de la République. Florange fait partie d’ArcelorMittal et à ma connaissance, ArcelorMittal n’est pas un canard boiteux. »

Jean-Pierre Jouyet, l’ami devenu le boulet de François Hollande

Rosalie Lucas

Paris, le 12 novembre 2008. Dans l’affaire du déjeuner Jouyet-Fillon, « Jouyet (à gauche, qui était alors membre du gouvernement de François Fillon) s’est pris lui-même les pieds dans le tapis mais, si Jouyet était un fin politique, ça se saurait », dit un socialiste.

Paris, le 12 novembre 2008. Dans l’affaire du déjeuner Jouyet-Fillon, « Jouyet (à gauche, qui était alors membre du gouvernement de François Fillon) s’est pris lui-même les pieds dans le tapis mais, si Jouyet était un fin politique, ça se saurait », dit un socialiste. | AFP / Gérard Cerles

« Autant d’amateurisme à ce niveau de l’Etat, c’est lamentable ! » dénonce un député socialiste.
Le changement de version du secrétaire général de l’Elysée ne passe pas. Après avoir certifié à des journalistes que l’ancien Premier ministre avait demandé l’intervention de l’Elysée pour accélérer les procédures judiciaires contre Nicolas Sarkozy, Jouyet a nié jeudi dernier en déclarant qu’ils « avaient parlé d’autre chose » lors du rendez-vous avec Fillon. Avant de rechanger hier de version.
« Corriger son démenti, ce n’est jamais bon, c’est même emmerdant », reconnaît un proche de Hollande. « Il aurait dû se taire jeudi, qu’est-ce qui lui a pris de réagir  ? » s’agace un autre qui tempère en estimant que le mensonge ne concerne pas un secret d’Etat. « Il s’est pris lui-même les pieds dans le tapis mais, si Jouyet était un fin politique, ça se saurait », grince un socialiste. Il s’est déjà fait remarquer par plusieurs gaffes, notamment en annonçant Jean-Marc Ayrault à Matignon avant même sa nomination officielle ou en qualifiant le site de Florange de canard boiteux. Au PS, beaucoup n’ont surtout pas pardonné à celui qui a connu Hollande à l’armée de le trahir en acceptant en 2007 de rejoindre Sarkozy pour devenir secrétaire d’Etat aux Affaires européennes du gouvernement Fillon. « Si Hollande ne l’avait pas repris auprès de lui, on n’en serait pas là, grogne un élu. On ne peut pas un coup servir la droite à un très haut niveau et après la gauche, dommage que personne ne l’ait compris. »

QUESTION DU JOUR. S’il a menti, Jean-Pierre Jouyet doit-il démissionner ?

« Son attitude est digne des mœurs de palais florentins et non du palais de l’Elysée », se désole un membre du gouvernement.

A l’Elysée, on ne concède qu’une « maladresse » du secrétaire général. Officiellement, c’est Jouyet qui a décidé de communiquer hier, alors que, depuis quarante-huit heures, c’était silence radio sur l’affaire. Quand le secrétaire général contacte l’AFP hier, Hollande, lui, est en pleine projection du documentaire « Chante ton bac d’abord », à l’Elysée en compagnie des jeunes du tournage et de leurs parents…

« Cela aurait été plus simple de laisser l’UMP touiller la salade »

Les socialistes regrettent que l’attitude du secrétaire général brouille le message de République exemplaire de Hollande. « Ce qu’il faut retenir, c’est qu’il y a désormais un principe clair : il n’y a plus aucune intervention de la présidence dans les affaires judiciaires », insiste l’Elysée. « Il ne faut pas parler de l’affaire dans l’affaire, mais revenir au fond du sujet », demande un socialiste. « Il faut arrêter de chercher des poux dans la tête, l’important c’est bien que depuis 2012 l’Elysée n’intervient plus », renchérit Didier Guillaume, président du groupe PS au Sénat. « C’est sûr que ça, la droite a du mal à le comprendre », raille un cadre socialiste.

L’entourage de Hollande souligne que c’est l’UMP elle-même qui a déclenché la procédure sur le paiement par le parti de l’amende pour les dépassements des comptes de campagne de Sarkozy.

« C’est sûr que cela aurait été plus simple de laisser l’UMP touiller la salade », estime un proche de Hollande, qui veut croire que la maladresse de Jouyet sera vite oubliée. « Car cela m’étonnerait que le président veuille s’en séparer », poursuit-il.

« Garder ou se séparer de Jouyet, il n’y a pas de bonne solution pour Hollande, souffle un ministre. Mais cela va être dur de laisser passer l’orage. »

Le Parisien

Ailleurs sur le web

==

Commentaires

kiles

On découvre que FILLON a, par le passé, employé ce JOUYET, un PS, ami du PR. Pour une mission qui ne pouvait être remplie par un UMP ?
On sait que N. S, a nommé des ministres PS. Idem, pas assez de compétences à l’UMP ?
On voit que ce JOUYET mange à tous les rateliers. Qu’il vient de mentir au moins partiellement, une première fois.
C’est ça l’UMPS.
Le FN doit se marrer. Il passe de 30 à 40% !

calicot                                        De quel bord ?

Vrai arriviste ce jouyet un coup à droite, un coup à gauche, mais on voit bien que la manipulation est forte. Jouyet un ancien de droite qui passe à gauche, en invitant un de droite, si ça c’est pas de la manipulation commandée par le « plus haut gradé de l’état », comme cela on fait dire à fillon des choses que nous on pense, NI VU, NI CONNU. Je pense que Fillon S’EST BIEN FAIT PIEGE

meline 33                       Elle est belle la classe poitique !

Tous plus menteurs les uns que les autres. Que de magouilles, de tractations souterraines. Ils ne s’étonneront pas après que les français se détournent de plus en plus d’eux. C’est écoeurant.
On finit par se demander si c’est de la bêtise, de l’inconscience, les deux à la fois ?
En tout cas se laisser piéger de cette façon ce n’est digne de personnes qui occupent des postes clés à la tête du pays.
Quant aux journalistes du Monde, quel est leur but ? Ils est vrai qu’ils ont un livre sur NS à vendre, ils veulent faire du buzz ? Quitte à mettre un peu plus de bazar alors que la situation du pays ne fait que s’aggraver chaque jour davantage, que nous sommes à deux doigts de nous voir infliger une amende de plusieurs milliards par l’Europe à cause d’un budget mal ficelé ?
Sont-t-ils vraiment tous ces  » écervelés « , uniquement préoccupés par leur petite personne, que nous allons de plus en plus vers le gouffre et qu’avec leurs agissements nous n’en sortirons pas demain au contraire ?

claudel53                                  Quel est le rôle de ces 2 journalistes ? ?

Salariés de leur rédaction, appointés?, mandatés? Par l’elysée, et en plus ils écrivent un livre contre Sarko, qu’ils vont vendre ! À des dizaines de milliers d’exemplaire. On parle des liens entre la justice et le pouvoir et les liens entre une certaine presse et le pouvoir! ?

serdav                                      Indépendance de la justice

Jouyet comme Fillon savent bien qu’il n’est guère possible d’accélérer une procédure déjà lancé, alors la conversation n’a pas porté sur ce terme accélérateur.
Par contre ils ont peut être parlé de ces sujets embarrassants.
Comme souvent les journalistes sèment la discorde en déformant, les propos tenus par les protagonistes.

cabotine                                 Le doute !

Qu’est-ce que F. Fillon voulait demander a Monsieur Jouyet pour accepter son invitation. N’oublions pas que F. Fillon a été un des premiers a attaquer N. Sarkozy pour les amandes qui ont été payées par les militants et a demander que la justice tranche… Son honnêteté est mise en doute d’autant plus qu’il veut absolument etre président de la république en 2017 quel qu’en soit le prix! Hélas il n’est pas le seul dans ce domaine.

Silvia                                    Manipulés

Peu importe qui dit la vérité, mais il me semble que les journalistes du Monde sont en train de se faire manipuler. Par qui ? Pourquoi ?
Ils devraient s’interroger là-dessus.
Sinon, on sait qu’un ment, l’autre pas. Alors, faites faites vos jeux une chance sur deux de vous tromper.

Pingouin number one                            Jouyet

C’est pas Gayet…

Retraité18                                    Pire que Nabilla !

Ils mentent, ils inventent, ils démentent, quel feuilleton !
La crédibilité dans tout ce cinéma ?

robbon                                       Perseverare diabolicum

Aujourd’hui, en politique, il y a des pièges partout. Et c’est les Français qui sont pris au collet. Le problème est qu’ils ont tout oublié au moment de voter. Donc tout continue comme avant.

LAURENT  •         Quelle que soit la vérité, voilà qui donne une bien mauvaise image du fonctionnement de nos institutions ! Des journalistes en mal de copie prêt à tout pour piéger des homme politiques et #$%$ de l’encre, un membre éminent de l’opposition suspecté de compromission avec le gouvernement, un secrétaire général de l’Elysée qui n’en finit plus de varier dans ses déclarations (en se donnant le beau rôle, bien entendu)…A quel saint se vouer après ça ? Comment se déterminer lorsqu’il s’agira de glisser son bulletin dans l’urne?

  • jos  •                      moi je detiens sur mon walkman des conversations top secret entre pierre francois paul jacques
  • Leclech  •                Il suffit de rendre public l’enregistrement et Fillon sera innocent ou coupable aux yeux de l’opinion. Cependant, quelles curieuses mœurs que d’enregistrer des conversations privées pour en faire un usage douteux. C’était déjà le cas avec Buisson.
    Gardez-moi des mes « amis », mes ennemis, je m’en charge…
  • Pazoozoo  •                     Sérieux… on s’en tape!
  • Navarro  •                         Au fait… ce soir je mange un pot au feu… je vous jure que c’est pas Hollande qui le fait!
  • Nathalie  •                       Je suis viscéralement Umpiste mais franchement ce Fillon, je ne l’ai jamais porté dans mon coeur. Une tête de faux cul et d’arriviste ! Cette histoire ne m’étonnerait pas venant de sa part….

    Olivier  •         De nos jours, chacun y va de son petit complot pour entuber son prochain…plutôt que se rentrer dans le lard !
  • Olive  • 
  • Carriéristes, avides de pouvoir et d’argent, de notre argent : pas un pour rattraper l’autre, PS comme UMP – pour autant, je ne voterai jamais pour la fille du borgne ! Je ne voterai jamais pour l’UMP qui fait siennes les thèses du FN et, je ne voterai jamais plus PS – vu ce qu’il reste comme choix, je me demande si mes prochains bulletins de vote ne vont pas être blancs …
  • Bruno  • 

    « Nous n’avons pas parlé des pénalités »
    Ok, compris, donc :
    1 – on a effectivement parlé
    2 – on a bien parlé de Bygmalion
    3 – j’ai bien demandé ce qu’il en était mais pour moi ce n’était pas une pression pour ce que ça aille plus vite
    Avec les politiques, c’est comme d’hab, ils poussent des cris d’orfraie sur 5% du sujet pour masquer les 95% restants. pierrety  •                           La nuit des longs couteaux à l’UMP.

     Mécanique Appliquée

    C’est pas compliqué à comprendre: Y en a un qui dit et un autre qui dit pas. Du coup, celui qui dit pas dit que l’autre a pas dit. Mais c’est celui qui dit qui est.

    jean Michel seLve

    Trois déjeuners chez Ledoyen : comme aurait pu dire Coluche :  » BRAVO , C’EST NOUS QUI PAYE !

    HdA

    Un déjeuner à 3. Jouyet « confirme » les dires d’un autre (devinons qui…). Et Jouyet se répend en confidences enregistrées par des journalistes. Cà fait un peu trop pour être honnête. Qui manipule qui? Fillon est out pour la présidence de l’UMP. L’élection sera donc Sarko-Juppé. Un scénario qui plait au centre-gauche. Et l’indépendance du Monde dans tout cela?

    Jacques DOUDEUIL

    Fillon se croît encore  » au temps béni de la sarkozie  » . C’est lui qui fut demandeur du déjeuner ; c’est lui qui a abordé Bygmalion et le reste – rien de scandaleux pour des personnages ayant ( eu) les fonctions respectives que l’on sait . Sur la forme l’UMP pousse le bouchon « un peu loin » en réclamant la démission de Jouyet . C’est Fillon qui demande     l ‘ « intervention de la Justice » . Ah Alliot -Marie , Dati , la bonne époque … Cela étant , on sait que Jouyet est un grand maladroit …

    Skeria

    Qui peut croire que le secrétaire général de l’Elysée va faire des confidences mettant en cause de supposés candidats à une élection présidentielle à des journalistes sans l’aval de son patron ? Qui peut croire, à part Mme Taubira, brandissant la preuve de son mensonge, que depuis 2012 la justice est totalement indépendante ? Mr. Jouyet nous le confirmera-t-il la main sur le cœur, droit dans les yeux, comme en son temps Mr. Cahuzac ?

    tite souris tite souris
    Affaire d’Etat ? BIGRE !
    n’exagérons rien, c’est tout de même moins important que l’affaire concernant une tentative de corruption d’un membre de la Cour de Cassation, ou les affaires Lybie et Karachi !!!

    annick durban

    Le 30 juin, six jours après le déjeuner secret Fillon-Jouyet, Nicolas Sarkozy et son avocat Me Thierry Herzog sont en garde à vue et mis en examen dans l’affaire dite des écoutes. Le lendemain, sept jours après le déjeuner, le 1er juillet, les commissaires aux comptes de l’UMP écrivent au parquet de Paris pour dénoncer les conditions de prise en charge des pénalités. Le 2 juillet, avec une extrême rapidité donc, le procureur de Paris, François Molins, lance une enquête préliminaire « pour abus de confiance ». JDD du 9 novembre
    Alors, indépendante la justice ?

    Remise Encause

    On nous parle d’affaire d’Etat, mais c’est quoi l’affaire d’Etat ?
    Un secrétaire général de l’Elysée qui a peut-être menti, peut-être dit la vérité quand il a dit qu’ils avaient discuté des pénalités payées par l’UMP ?
    Un ancien premier ministre qui a peut-être demandé, peut-être pas demandé que l’Elysée intervienne pour accélérer une procédure ?
    Ou alors, un ancien Président de la République qui a fait payer par son parti l’amende qu’il devait payer personnellement ?
    Revenons aux fondamentaux : d’un côté des paroles non suivies de faits, de l’autre un abus de bien social.

    Michel Romarin Michel Romarin
    Allez répéter à des journalistes des propos privés (et ce quelque soit ces propos), est indigne, d’un des plus hauts personnage de l’Etat
    Il démontre la collusion entre le pouvoir socialiste qui laisse filtrer toute sorte de vraies ou fausses informations et le système médiatique pour saper l’opposition démocratique
    Cela pu la magouille politico médiatique, un dévoiement de notre République par le pouvoir en place
    Ce genre de pratique est hautement détestable; mais personne ne s’en étonnera venant des énarques socialistes.

    harry vederci harry vederci
    Ca étonne qui, vraiment, que Fillon souhaite la chute de Sarko ? Ca me parait naturel. Non, le côté jouissif de l’histoire c’est qu’un journal de gauche, Le Monde, savonne la planche d’un secrétaire général de l’Elysée, supposé être de gauche aussi.
    Sur le fond, y’a pas matière à un scandale d’état. Il y en aurait un s’il s’avérait que l’Elysée interfère avec la « justice ». Or l’exécutif n’en a pas besoin, la « justice » ayant prouvé, par le mur des cons entre autres, qu’elle identifie parfaitement l’intérêt du peuple de gauche.

    jean marie pouthé jean marie pouthé
    hollande doit démissionner .

    FTVi

    #UMP @anonyme Jean-Pierre Jouyet et François Hollande sont des amis de longue date. Tous les deux se sont connus il y a trente-cinq ans, à l’armée puis sur les bancs de la promotion Voltaire de l’ENA. Depuis, les deux hommes ne s’étaient jamais quittés, jusqu’à ce que Sarkozy fasse de Jouyet l’une de ses prises de guerre en 2007, en le nommant secrétaire d’Etat aux Affaires européennes du gouvernement Fillon. Si François Hollande s’est senti à l’époque trahi, suspendant leurs relations, les deux hommes ont renoué lorsque Jouyet a quitté le gouvernement fin 2008.
    Commentaire de anonyme

    #UMP Jean-Pierre Jouyet a été ministre sous Fillon et est désormais secrétaire général de l’Elysee? Comment est ce possible ?

    FTVi

    #UMP La position de Jean-Pierre Jouyet était devenue intenable. Après avoir éludé et démenti les propos qui lui sont prêtés par deux journalistes du Monde, le secrétaire général de l’Elysée a changé de version et admis que l’ancien Premier ministre, François Fillon lui a parlé de Bygmalion et des pénalités de la campagne de Sarkozy lors d’un déjeuner. François Fillon, furieux, l’accuse de mentir. Vous êtes perdus ? Francetv info reprend le fil de cette affaire.
    FTVi

    On commence par un premier point sur l’actualité.

    • #ROUTE_DU_RHUM Loïck Peyron remporte la 10e édition de la Route du rhum. Le skipper a franchi la ligne d’arrivée à 0h08 locales (5h08 heure de Paris), après 7 jours 15 heures et 8 minutes de course, battant par la même occasion le record de l’épreuve.

    • #UMP François Fillon accuse Jean-Pierre Jouyet de « mensonge » et dément la nouvelle version proposée par le secrétaire général de l’Elysée, selon laquelle l’ancien Premier ministre aurait bel et bien évoqué devant lui l’affaire Bygmalion lors d’un déjeuner. « Je rendrai coup pour coup », prévient le député de Paris.

    • #CATALOGNE Quelque 80,7% des personnes ayant participé au vote symbolique sur l’indépendance organisé hier en Catalogne se sont prononcés en faveur de celle-ci, soit 1,6 million de voix, selon des résultats provisoires diffusés par l’exécutif catalan.

    • #FOOT Le PSG remporte le choc de la 13e journée de L1. Les hommes de Laurent Blanc se sont imposés hier soir 2-0 face à l’OM. Paris est 2e de L1, à 1 point du leader marseillais.

    FTVi

    Ce direct est terminé pour ce soir. En attendant sa reprise, demain à 6 heures, n’hésitez pas à consulter nos articles. Voici ce qu’il faut retenir de l’actualité :

    • #UMP « Je suis outré et dégoûté. » En pleine polémique sur l’objet de son déjeuner avec le secrétaire général de l’Elysée, François Fillon a accusé Jean-Pierre Jouyet d’avoir menti en affirmant avoir parlé avec lui de l’affaire Bygmalion et des pénalités infligées à l’UMP.

    • #CATALOGNE Le résultat et le taux de participation définitif sont inconnus, mais qu’importe : pour le président catalan Artur Mas, la consultation symbolique sur l’indépendance de la région espagnole est « un succès total ». Il faut dire qu’au moins 2 millions de personnes se sont rendues aux urnes.

    • #METEO Nouvelle alerte aux intempéries dans le Sud-Est. Les départements du Var et des Alpes-Maritimes sont toujours placés en vigilance orange par Météo France, en raison des forts orages, et des inondations qui pourraient en découler.

    #FOOT C’était le choc de la 13e journée de L1. Le PSG s’est imposé dimanche soir 2-0 face à un OM séduisant en première période, mais bien trop brouillon. Paris est 2e de L1, à 1 point du leader marseillais.

    Commentaire de anonyme

    #UMP Ça commence toujours comme ça, puis ça finit par une démission… Jouyet sera-t-il plus résistant que les autres?!

    Commentaire de Ecoeuré 59

    #UMP Quand cela va-t-il s’arrêter, A quoi jouent les politiques? A qui perd gagne peut-être! A qui les Français vont-ils pouvoir faire confiance en 2017? Comment voulez-vous qu’ils ne disent pas: »tous pourris »!

    Commentaire de anonyme

    #UMP Va bientôt prendre la porte Jouyet… Puis il devrait être suivi de près par Fillon… Enfin, tout ca ce serait dans un monde idéal !

    Vincent Matalon Journaliste FTVi

    #UMP Vous êtes toujours très nombreux à vous exprimer sur l’affaire Jouyet-Fillon. Voici quelques unes de vos réactions, marquées par un certain dépit.
    FTVi

    #UMP « Je dis que c’est faux et je l’accuse de mensonge. » sur TF1, François Fillon maintient sa version et affirme que le secrétaire général de l’Elysée ne dit pas la vérité sur l’objet de leur déjeuner du mois de juin.

    #UMP « Ce que je demande à Jean-Pierre Jouyet, c’est de dire la vérité », continue François Fillon. L’ancien Premier ministre, qui était interrogé sur le plateau de TF1, s’est dit « dégoûté soit de la manipulation si elle vient des journalistes, soit du scandale d’Etat s’il vient de l’Elysée ».
    #UMP « Nous n’avons pas parlé des pénalités [payées par l’UMP à la place de Nicolas Sarkozy]. Si Jean-Pierre Jouyet dit cela, c’est un mensonge », continue François Fillon, qui confirme avoir porté plainte contre les journalistes du Monde. Il ajoute envisager de le faire contre le secrétaire général de l’Elysée.
    FTVi

    #UMP François Fillon assure sur TF1 n’avoir à « aucun moment » demandé à Jean-Pierre Jouyet d’accélérer les procédures visant Nicolas Sarkozy.
    FTVi

    Il est 20 heures, voici le point sur l’actualité :

    • #UMP Jean-Pierre Jouyet change de version. Après avoir démenti les révélations de journalistes du Monde sur une intervention de François Fillon auprès de l’exécutif pour gêner le retour de Nicolas Sarkozy, le secrétaire général de l’Elysée est revenu sur ses propos.

    #CATALOGNE Les Catalans sont appelés aux urnes, aujourd’hui, pour un référendum sur l’indépendance de leur province vis-à-vis de l’Espagne. Un scrutin qui n’a pas de valeur légal, mais pour lequel près de 2 millions de personnes se sont déplacées selon un bilan donné à 18 heures.

    • #METEO Nouvelle alerte aux intempéries dans le Sud-Est. Les départements du Var, des Bouches-du-Rhône et des Alpes-Maritimes sont aujourd’hui placés en vigilance orange par Météo France, en raison des forts orages attendus, et des inondations qui pourraient en découler.

    • #FOOT C’est un match très attendu : le PSG, 2e de Ligue 1, reçoit ce soir l’OM, 1er au classement. Un choc à l’occasion duquel la star parisienne Zlatan Ibrahimovic devrait faire son grand retour, après plusieurs semaines d’absence pour cause de blessure.

    FTVi

    #UMP Comme Claude Bartolone, président de l’Assemblée nationale, Stéphane Le Foll, le porte-parole du gouvernement, prend la défense de Jean-Pierre Jouyet. « Il n’y aucune injonction dans le déroulement de la justice »assure-t-il sur France Inter.

    #UMP En pleine polémique Jouyet-Fillon, le parquet de Paris tient à préciser qu’il n’a pas été influencé par le pouvoir exécutif.
    Dans un communiqué, il précise ce soir avoir lancé une enquête sur le paiement par l’UMP, à la place de Nicolas Sarkozy, de pénalités pour dépassement de ses dépenses de campagne « au vu des seuls éléments » transmis « par les commissaires aux comptes de l’UMP ».
    #UMP Pour Claude Bartolone, le revirement de Jean-Pierre Jouyet n’est qu’une « maladresse ». Le président de l’Assemblée prend la défense du bras droit de François Hollande, dans « C Politique », sur France 5.

    #UMP Journalistes du Monde qui assurent que Fillon a demandé à l’Elysée de « casser les pattes » de Sarkozy, Jouyet qui dément, puis revient sur ses propos… Vous êtes perdus dans l’affaire Jouyet-Fillon ? Pas de panique, nous vous récapitulons tout en cinq actes.

    #UMP Cette déclaration intervient alors que les appels à la démission de Jean-Pierre Jouyet commencent à venir de la droite. Invité de RTL, Bruno Le Maire vient d’indiquer que le secrétaire général de l’Elysée « n’avait pas d’autre choix » que de remettre sa démission au Président après être revenu sur ses propos.
    FTVi

    #UMP L’entourage de François Hollande indique au Monde que Jean-Pierre Jouyet est « pleinement » secrétaire général de l’Elysée.
    Commentaire de anonyme

    #UMP Oui, enfin ça c’est la réponse de l’Elysee que de dire qu’il n’y a eu aucune suite de la part de Hollande! En est-on sûr ? Dans cette affaire à épisodes, attendons la suite…

    Commentaire de riri

    #UMP Que les agissements de Fillon ou du conseiller de FH soient discutables… soit! mais ils n’ont rien inventé non?

    Commentaire de Armen

    #UMP Attention à ne pas inverser les rôles : l’affaire Bygmalion c’est l’affaire UMP ! Et qui était le candidat UMP : Sarkozy !!!!

    Vincent Matalon Journaliste FTVi

    #UMP La bouillonnante affaire Jouyet-Fillon vous fait énormément réagir dans les commentaires. Certains d’entre vous jugent qu’elle occulte les éventuelles responsabilités de Nicolas Sarkozy dans l’affaire Bygmalion, d’autres qu’elle pourrait accréditer la thèse d’une intervention de l’Elysée dans les procédures judiciaires.
    Claude Bartolone Président de l’Assemblée nationale

    « Que quelqu’un comme Fillon ait le courage de dire le côté inadmissible de l’affaire Fillon, cela me paraît normal. Qu’il puisse rencontrer le secrétaire général de l’Elysée aussi. (…) Que Jean-Pierre Jouyet ait voulu cacher une conversation privée, cela peut être une maladresse. Mais le plus important, c’est que l’on voit bien qu’Elysée n’intervient plus aujourd’hui sur la justice »

    #UMP Invité de C Politique, Claude Bartolone a réagi aux nouveaux aveux du secrétaire général de l’Elysée concernant son déjeuner avec François Fillon.

    FTVi

    Il est 18 heures, voici le point sur l’actualité :

    • #UMP Jean-Pierre Jouyet change de version. Après avoir démenti les révélations de journalistes du Monde sur une intervention de François Fillon auprès de l’exécutif pour gêner le retour de Nicolas Sarkozy, le secrétaire général de l’Elysée est revenu sur ses propos.

    #CATALOGNE Les Catalans sont appelés aux urnes, aujourd’hui, pour un référendum sur l’indépendance de leur province vis-à-vis de l’Espagne. Un scrutin qui n’a pas de valeur légal, mais dont les résultats seront très suivis sur le plan politique.

    • #METEO Nouvelle alerte aux intempéries dans le Sud-Est. Les départements du Var, des Bouches-du-Rhône et des Alpes-Maritimes sont aujourd’hui placés en vigilance orange par Météo France, en raison des forts orages attendus, et des inondations qui pourraient en découler.

    • #FOOT C’est un match très attendu : le PSG, 2e de Ligue 1, reçoit ce soir l’OM, 1er au classement. Un choc à l’occasion duquel la star parisienne Zlatan Ibrahimovic devrait faire son grand retour, après plusieurs semaines d’absence pour cause de blessure.

    FTVi

    #UMP Sur Twitter, le vice-président de l’UMP Luc Chatel tire à boulets rouges sur Jean-Pierre Jouyet, qui est revenu cet après-midi sur ses déclarations concernant son déjeuner avec François Fillon.
    Pour lui, ces aveux « accréditent la thèse du cabinet noir » à l’Elysée, qui chercherait à empêcher Nicolas Sarkozy de revenir.
    Commentaire de anonyme

    #UMP On dément ´formellement’, puis on admet’ ! Quelle image donnent ces hommes politiques, si ce n’est un monde de menteurs ?

    Une citoyenne                            Point positif dans ce magma politique, la clairvoyance (par la force des choses) de certains socialistes envers les leurs, à se demander si f hollande n’en manque pas grandement pour s’entourer de pareils phénomènes. serait-ce une habitude chez ce président?!

    Gavroche                            On a pas les moyens de s’inviter à des gueuletons payés par les petits français, et de préparer ensemble qui va faire quoi à l’avenir, et pour quel parti et quelles solutions. il va falloir pencher et adopter !!!!!!………….. nous, dans le ruisseau, on préfère gueuler dans la rue, se battre jusqu’à ce que le meilleur gagne ! /. on est des hommes, nous !!!! en résumé : ce déjeuner : pourquoi ? sinon que pour préparer une action . non ?…..

    bienvrai                                         Sarko l’homme à abattre par des moyens dignes de mafieux ! c’est lamentable sur le plan humain ! et quelle image de la france ! pour l’instant sarko est innocent sur tout ; alors les élucubrations sont ridicules ! quelle époque les français sont toujours avec leur vieille habitude de jalousie et de ragots ! qui supporterait un tel acharnement médiatique et politique ?

    jackdboomer                            Recherche mercenaires de la politique en tout genre. primes de risques assurées!!! peu importe les méthodes!!! c’est le temps des barbouzes!!!

    Pmp                            Appréciation au facies : « franc comme jouyet » va devenir proverbial, il le porte sur lui, notamment dans son regard biaisé : c’est tout le portrait d’une certaine gauche : « oui » aujourd’hui, « non » demain, « re-oui » le surlendemain, etc. c’est sans nul doute, ce proche conseiller de hollande qui est l’un des inventeurs de la valse (sans jeu de mot) hésitation de nos pseudo « gouvernants » fantoches. tous pareils, en effet : qui se ressemblent…

    cestlafete                             Trop fort les magouilles et les guerres intestines à l’ump, et en plus ils voudraient mettre ça sur le dos du gouvernement.

    Léole

    @ steppenwolf pourquoi une affaire montée par la gauche. je n’ai pas l’impression que ca l’arrange. du coup on ne parle plus des turpitudes de sarkozy

    @ mimi vous pensez que sarkozy n’y pense pas à 2017 ? ii avait pourtant dit que l’on n’entendrait plus parler de lui.

    __Totole                                 Je suis d’accord avec les autres commentateurs. cabinet noir elysee – justice – presse afin de couler sarkozy en y ajoutant des personnes tierces qui tentent de retourner les chefs de l’ump les uns contre les autres. ca permet de bosser tranquille. tout ce que je demande a monsieur jouyet c’est de nous balancer ce que font les « journalistes » du monde à l’elysee quasi tout les jours, c’est le moment ou jamais, il doit savoir des choses.

    gravix                               C’est lamentable de les voir tous essayer de sortir d’un sac de noeuds au fond de leur poubelle de la course de 2017. pendant qu’ils nous rabattent les oreilles avec cette histoire, on oublierait presque toute la betise de la politique actuelle.

    beru                                       Jouyet, manœuvrier de seconde zone, bien digne de son maitre actuel… il se croyait malin et maintenant toute cette histoire va lui péter à la figure. Éclaboussant encore plus les journalistes/coursiers du monde… aux vrais journalistes de nous informer sur qui a payé la note de chez ledoyen ou jouyet a invité fillon: le contribuable?

    Steppenwolf                                  En réponse @546068980755a. vous avez raison, heureusement que toutes ces affaires montées de toutes pièces par la gauche, aboutissent à des non-lieux. on peu saluer également le fait que la justice de gauche soit devenue indépendante.

    Lacasec                           En réponse @fmarie-anne. vous dites ***il n’a pas inventé une chose pareille***, moi j’ai des doutes, ils sont tellement tordus, et ces 30 mois de roublardise le confirme.

    jackdboomer                         Un élevage de boulets menacé de fermeture à paris. fillon envisagé pour la reprise…

    mimile                                  Qu’on le veuille ou non mais sarkosy est bien victime de vengance de la part de l’elysee hollande ne pense qu’a 2017 et avoir marine le pen en face de lui

    zen                                     Je crois que mr jouyet est tombé dans un traquenard!! Ça ne m étonnerait pas qu il soit remplacé par un très récemment promu !!! qui a déjà son épouse au gouvernement !!!!

    54606ed807398                       Le bal des faux culs et des hypocrites des hôtes de l’elysées et des anciens tournent au drame. les mensonges depuis 2012 tournent à plein..

    mamule                     Et ça continue encore et encore… ce n’est que le début !!!! finalement au ps comme au ump, il se passe toujours quelque chose… pas bon tout ça !!! pauvre france, ta politique fout l’camp…

    calimerole                      Dans ce pays c’est le bordel à tous les étages vite un général de gaule au pouvoir

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :