« Tous ensemble » : mécontents des travaux, ils veulent porter plainte

Le Point –

VIDÉO. L’émission est venue en aide à Thierry et sa famille qui aujourd’hui envisagent de porter plainte. Au risque de friser l’indécence…

Marc-Emmanuel accompagne Thierry et sa famille lors de l'émission "Tous ensemble" diffusée le 18 octobre 2014.
Marc-Emmanuel accompagne Thierry et sa famille lors de l’émission « Tous ensemble » diffusée le 18 octobre 2014. © TF1

Tous ensemble, diffusée sur TF1, vient en aide aux personnes dans le besoin en leur permettant de faire refaire leurs maisons (gratuitement, avec l’aide de bénévoles) qui sont, le plus souvent, dans un état lamentable. Dans l’épisode diffusé samedi 18 octobre, la production venait en aide à Thierry et sa famille dans l’Eure. À la suite d’une maladie, Thierry n’a pas pu terminer sa maison. Avec sa femme et ses cinq enfants, il vivait dans une maison proche de l’insalubrité et dormait dans une caravane installée dans le jardin.

Un mois après la fin du chantier, Thierry se rend compte qu’il y a des malfaçons. L’émotion d’avoir une maison habitable est bel et bien passée et il envisage de porter plainte contre la société de production. Un cas qui n’est pas une première : deux plaintes ont déjà été déposées depuis le début de l’année.

« Manque de respect »

Comment a-t-on pu en arriver là ? La famille qui dormait dans le salon ou dans une caravane dort désormais correctement dans sa maison. Il y a quelques malfaçons mais qui ne sont pas non plus insurmontables : un meuble mal accroché se raccroche, des fils électriques sortant du tableau peuvent se ranger derrière un cache de même que des tuyaux peuvent se camoufler derrière une cloison. Ajoutez à cela des petits soucis de finitions comme une plinthe qui se décolle… Thierry fait état d’une fuite d’eau, un dégât des eaux qui malheureusement arrive chez tout le monde. Il est sûr que, quand l’installation est neuve, c’est plutôt énervant, mais il aurait pu tout de même relativiser, car les travaux ont été réalisés par des bénévoles (qui sont d’ailleurs venus réparer depuis) et qu’il n’a pas sorti un sou de sa poche.

Le plus important n’est-il pas le gros oeuvre ? Le toit refait à neuf, l’isolation, l’électricité…, des travaux qui coûtent une fortune à un particulier. L’essentiel n’est-il pas d’être en sécurité dans une maison saine ? Thierry lui-même qualifiait sa demeure de « pourrie ». Dans une maison, les finitions esthétiques sont secondaires, le plus important était de rendre cette maison habitable, comme le souligne le présentateur Marc-Emmanuel dans une interview donnée à Télé Star : « Des défauts, il y en a sur tous les chantiers, il faut juste ici les remettre en perspective avec le temps et le matériel qui ont été donnés. Gratuitement. Le monsieur se plaint que son escalier ne puisse pas faire passer des meubles de plus de 60 cm de large. On lui a offert et installé gracieusement un escalier en fer forgé, sur mesure, là où auparavant il devait grimper à une échelle alors qu’il est en mauvaise santé. Encore une fois, il faut mettre les choses en perspective… »

« Situations difficiles »

La directrice de la société de production a également réagi : « Nous, on leur dit précisément pourquoi on est là, précisément comment les choses vont se passer, maintenant, comme ce sont des gens dans des situations difficiles, ils entendent souvent la partie un peu rose de l’histoire et ils n’entendent pas qu’il y a un delta au-delà duquel on ne peut pas être. »

Nul doute que d’autres personnes dans le besoin auraient été moins regardantes sur de petits détails qui ne rendent pas la vie impossible. Au-delà du côté « business », l’émission a quand même donné un sérieux coup de pouce à des familles dans le besoin.

Marc-Emma­nuel (Tous Ensemble) répond à la famille mécon­tente des travaux

« Ça me mine, ça me scie les pattes ! »

Cette semaine, une famille a critiqué la qualité des travaux réali­sés dans sa maison grâce à l’émis­sion Tous Ensemble. L’ani­ma­teur Marc-Emma­nuel et la produc­tion ont très mal pris cette nouvelle attaque.

Jamais deux sans trois : cette semaine, une nouvelle famille ayant été aidée par l’émis­sion Tous Ensemble s’est plaint de la qualité des travaux réali­sés. Comme les Sijmons de la Sarthe et les Rémy de Charente avant eux, Thierry et Natha­lie, un couple rési­dant à Goupillères, dans l’Eure, ont vive­ment critiqué la produc­tion. Mécon­tents, ils ont dénoncé de nombreuses malfaçons consta­tées après le passage des arti­sans et des béné­voles. « C’est tout beau tout rose ce que l’on voit à la télé, ça brille, mais quand on vit dedans, ça n’a rien à voir », a expliqué Natha­lie devant les camé­ras de France 3 Haute-Norman­die. Les meubles qui se décrochent des murs, la venti­la­tion défaillante, l’ab­sence d’ar­ri­vée d’eau, les dizaines de fini­tions ratées… Cela fait beau­coup pour elle et son mari.

S’ils n’en veulent pas à tous ceux qui ont donné de leur temps et de leur éner­gie pour leur venir en aide, ils sont en revanche en colère contre La Concep­te­ria, la société qui produit l’émis­sion. Ils lui reprochent de ne pas avoir assez bien super­visé le chan­tier, et la tiennent pour respon­sable. « Je suis obligé de rattra­­per tous les travaux en catas­­trophe », s’est plaint le père de famille, déçu, qui envi­sage à présent de porter plainte contre la produc­tion. Une réac­tion sévère que celle-ci a du mal à suppor­ter : « Ces critiques sont malsaines pour toutes les personnes qui ont travaillé sur le chan­tier », s’est indi­gnée Florence Chalom, la direc­trice de La Concep­te­ria, sur Télé-Loisirs.fr.

Selon elle, de nouveaux travaux étaient prévus hors caméra pour corri­ger les plus gros problèmes, notam­ment en ce qui concerne l’eau et l’élec­tri­cité. Mais depuis que Thierry et Natha­lie ont média­tisé les soucis sur leur maison, certains profes­sion­nels ayant travaillé sur le chan­tier, vexés, pour­raient ne plus avoir envie d’y retour­ner. « Les arti­sans sont mécon­tents et outrés de cette diffa­ma­tion », a expliqué Florence Chalom, rappe­lant que le but de Tous Ensemble n’est abso­lu­ment pas de construire des maisons tout confort : « Nous ne sommes pas des magi­ciens, mais nous créons un élan de soli­da­rité pour des familles en urgence. » Si la produc­tion semble piquée au vif par les critiques de la famille de l’Eure, elle ne l’est pas autant que Marc-Emma­nuel.

Contacté par Télés­tar.fr, l’ani­ma­teur de Tous Ensemble a confié qu’il avait mal pris ces attaques : « Ça me mine, ça me scie les pattes ! » Selon lui, Thierry et Natha­lie devraient montrer un peu plus de grati­tude : « Vous mangez par terre, on vous offre une belle table, gratui­te­ment. Vous vous foca­li­sez sur les deux trois imper­fec­tions et vous râlez ? Non, vous trou­vez de la colle à mastic et vous répa­rez, a-t-il pesté. Cette famille vivait dans une maison insa­lubre, tota­le­ment hors-normes, sans eau potable, sans cuisine, sans chambre indi­vi­duelle. Là ils ont désor­mais tout ça et un mini­mum de confort… »

Certes, tout n’est pas parfait, mais pour Marc-Emma­nuel, il ne faut pas pous­ser le bouchon trop loin : « Bien sûr qu’il y a des erreurs et des imper­fec­tions, c’est le cas sur tous les chan­tiers, a-t-il admis. Mais ces gens ont reçu l’équi­valent de presque 200 000 € de dons de maté­riel, de géné­ro­sité. Le seul forage pour amener de l’eau potable dans la maison, qui en était dépour­vue, coûtait 14 000 €… » Encore un petit effort et elle pourra arri­ver jusqu’aux robi­nets…

Polémique : Tous Ensemble – Une famille dénonce des malfaçons  

Chaque semaine, Marc Emmanuel et ses bénévoles viennent en aide à des familles en détresse. Il y a deux semaines, toute l’équipe s’est rendue au domicile de Thierry et Nathalie Le Fur. Mécontents à la suite des rénovations faites, ils envisagent de porter plainte contre la boite de production de l’émission. 

Une nouvelle polémique pour Marc Emmanuel. Il y a quelques mois, deux familles s’étaient plaintes après avoir été aidées par les équipes de Tous Ensemble. Si la première considérait que le travail avait été « bâclé » et déplorait les « énormes factures » qu’elle devait payer à la suite des dysfonctionnements du chantier, le couple formé par Patrice et Magali avait avoué avoir très vite déchanté. « Si c’était à refaire, je ne le referai pas » avait lâché Patrice Rémy dans les pages de La Charente Libre.

« C’est tout beau, tout rose ce qu’on voit à la télé…ça brille ! »

Aujourd’hui, une nouvelle famille se plaint des travaux effectués par l’équipe de l’émission diffusée sur TF1. Ce samedi, les téléspectateurs ont découvert le séjour de Marc Emmanuel à Goupillières dans l’Eure. L’animateur se rendait chez Thierry et Nathalie Le Fur. Deux semaines après le tournage du programme, le couple regrette (déjà) d’avoir fait appel à ses services.

Nos confrères de France 3 Régions se sont entretenus avec ces derniers. Face à la caméra, ils listent les nombreux dommages et font part de leur mécontentement. « J’ai le meuble qui a lâché (…) On n’a toujours pas d’eau » déplore Thierry. De son côté, sa compagne regrette que l’émerveillement n’ait été que de courte durée : « C’est tout beau tout rose ce qu’on voit à la télé, ça brille. Mais quand on vit dedans, ça n’a rien à voir ». Mécontents et déçus, tous deux prévoient d’ores et déjà de porter plainte contre la boite de production La Concepteria, qui a tenu à donner sa propre version des faits et affirme que la famille était consciente des travaux qui allaient être entrepris à son domicile. « Comme ce sont des gens qui sont dans des situations difficiles, ils entendent souvent la partie un peu rose de l’histoire » s’est-elle justifiée.

===

Commentaires

routinedu92Ils veulent certainement qu’on les plaignent. Désolé mais moi, c’est l’émission et tous les bénévoles pour qui j’ai de la peine. A partir du moment où tu vis dans une caravane et tu demandes une maison, et qu’on te la fait gratos mais qu’il y a une planche qui tient pas vient et patati et patata, ça, tu peux aussi le faire tout seul.

Pirel

@ totote @ Retraité18

@ totote : Merci, mais c’est précisément ce que j’ai dis. Dans le cadre de cette émission, leur réaction est assez bizarre (même si je ne leur donnerai pas tort ou raison sans avoir pu constater réellement ce qu’ils reprochent). A côté de ça, clamer que vu qu’ils n’avaient rien au départ et que maintenant ils ont quelque chose qui ne leur convient pas, ils devraient s’estimer heureux, non, c’est d’une bêtise profonde. Et c’est ça que je dénonçais.

@ Retraité18 : C’est bien dommage d’avoir laissé tomber le bénévolat à cause de quelques imbéciles. Des imbéciles, il y en a toujours. A côté, à combien de gens nécessiteux avec vous rendu le sourire et auriez vous pu le rendre si vous aviez continué ? Cà me fait un peu penser à ceux qui ralent contre les gens qui profitent du système et de l’assistanat de l’Etat, alors que, à côté, ils sont quand même une large majorité à avoir besoin des aides qu’ils touchent, et que les fraudes des grands patrons représentent des pertes 1000 fois plus importantes pour la France. C’est un peu se tromper de principe…

gribouille22Oui, HONTE à eux, ils bénéficient d’un formidable cadeau de la part de l’émission, « tous ensemble » et ils osent se plaindre voir faire un procès qu’ils perdront c’est certain. Les bénévoles et les artisans sont géniaux mais mal
récompensés. Vous avez une belle maison qui n’est pas pourrie comme l’autre,  vous dormez dans une chambre avec un lit, vous êtes au chaud pour l’hiver et
vous osez vous plaindre pour des petits trucs. Retroussez vos manches et faites les petites réparations vous même, bande D’INGRATS.

JacquelineMoulard

Quel manque de reconnaissance, déjà cette aide apportée est un don après Monsieur, Marc Emmanuel n’est pas responsable de vos choix de vies ni ne fera votre vie à vote place, vous vouliez une famille nombreuse assumez la, un coup de main de 200 000 euros vous vivez sur quelle planète ?. C’est à vous de faire le reste et de continuer les efforts pour entretenir la maison, elle est bien arrangée pour le gros œuvre, après c’est votre maison… Quand tout un village vous aide avez vous au moins été voir comment. Vivez ceux qui ont donné de leur personne, qu’avez vous donné en retour et á qui ? La vie ce n’est pas recevoir que pour sa gueule mais avoir aussi être généreux pour les autres dans le besoin… C’est ça aussi être humain…

jeanlouis69

Et aux restos du cœur !  Pour se rendre compte de l’ingratitude humaine, allez donc faire un tour dans les restos du cœur. Là aussi on y rencontre parfois des personnes absolument ignobles. Tout leur semble du oubliant du même coup que ceux qui s’occupent d’eux sont des bénévoles qui leur consacrent parfois beaucoup de temps et d’énergie. Bien qu’il ne s’agisse évidemment que de cas isolés, il faut parfois avoir l’esprit d’entraide bien accroché pour continué malgré tout tant le comportement de quelques uns peut se révéler abject !

des elfes de lune

Tous Ensembles…Cette famille est vraiment scandaleuse ! Tout un village se mobilise pour eux, gratuitement, ils se retrouvent dans une maison neuve, meublée à neuf, une maison décente qu’ils ne pouvaient pas avoir avec leurs moyens et maintenant ils portent plainte ! J’espère que tous les bénévoles leur fermeront leur porte et qu’ils vont se retrouver isolés dans leur petit Paradis…
Si cela ne leur convient pas, qu’ils vendent la maison et qu’ils retournent dans leur caravane, ils y seront peut être plus heureux ! Comme dit le proverbe : fait du bien à Bertrand, il te le rend en caguant, pour être polie !
Ils n’ont aucun respect ces gens, pour les bénévoles qui ont travaillé pour eux gratuitement et à la sueur de leur front pour qu’ils soient heureux ! Comportement très indécent de leur part, et j’espère que la Justice les déboutera et que les frais liés à leur plainte leur soient facturés !

ELDE34

Je suis écoeurée de l’attitude de ces gens. S’il trouve le travail mal fait, qu’ils retroussent ses manches ! Il est malade ? Ah oui, mais pas pour insulter les bénévoles (non professionnels).
C’est à vous dégoûter de rendre service. Il faut savoir doser qui l’on veut aider ! C’est ce genre d’individus toujours prêts à tendre la main, sans honneur, sans courage, sans reconnaissance, sans responsabilités, HONTE A VOUS ! Bel exemple de fainéantise pour vos enfants !

Retraité18

Vous connaissez la banque alimentaires ?  Mon épouse et moi, oui !
un matin de distribution, gratuite comme toujours, je me suis fait « pourrir  » par une dame, car le lait distribué était un produit sans marque.
– Vous n’avez pas de Cand… ?
– Non madame !
– La prochaine fois faites un effort !
Nous avons fait l’effort. Depuis mon épouse et moi ne sommes plus bénévoles. Ecoeurés.

MICRAPHAvec les aides qu’ils reçoivent de partout, les cas sociaux peuvent se permettent d’attaquer en justice, vu que ça ne va rien leur coûter, comme la CMU, une partie de leur facture d’électricité, d’eau etc. Les plus à plaindre sont les enfants face à l’exemple de parents qui sont toujours à se plaindre, à pleurnicher et rejeter leur fainéantise, leurs échecs, imprévoyances, bêtises sur le dos des autres… Tu parles d’un exemple pour les gosses.

Benoit75

Honte à eux    C’est l’émission qui doit porter plainte contre eux pour escroquerie (manœuvres frauduleuses) acceptant au départ les conditions de l’émission puis en essayant de retirer du profit.

Anonyme -Je répond a Cilou , d’accord tous n’est pas parfait mais c’est quand meme mieux que ce qu’ils avaient non ?

Anonyme -C est une honte se sont des gens qui en ont jamais assez et qui veulent gratter des sous en plus. J’appelle ça des procéduriers ( profiteur du système) si les gens n’abusaient pas on n’en serait pas là. Ils sortent des gens de la misère et ils réagissent comme ça !?! Ils font le plus gros et leur facilite la vie forcément qu’à la suite il faut prendre le reste en main.

onestpascommelesautres -même un mois de travaux !! une maison de rêve à la clé tout de même !! il y a tellement de misère autour de nous que nous ne le voyons même plus !! alors qu’ils ne se plaignent pas ! on devrait être heureux de vivre en france!! et pas se plaindre en permanence –

je suis ok avec « anonyme  » « fais du bien à bertrand il te le rend en chiant » çà s’est confirmé des 10ènes de fois !!

Anonyme -Ils vivent dans la fange des tas de personnes de bonne volonté viennent les sortir de là et ça ne va encore pas!! Et bien ils devraient leur proposer de tout remettre comme c’était ! Quelle ingratitude. dans le sud il y a un dicton qui résume bien la situation traduit du patois en français, ça donne : » Fais du bien à Bertrand il te le rend en chiant »

jeanmich314 -Pas possible de se plaindre quand tout a été refait à neuf et gratuit pour les malfaçons il n’ a qu’à les reprendre

marie -Quel culot !!!! ils ne déboursent rien et encore rien ne va. Mais où va t on ???

quedal -La maison refaite gratuit et maintenant de l argent tous sans lever le doigt sans aller au boulot cool pour eux non mais je reve moi aussi j ai des travaux on fait le fait seul et ce n est pas parfait pas grave

Anonyme -Je ne comprends pas les familles qui se plaignent de l’émission de Tous Ensemble sachant qu’on les sort de la misère même si parfois quelques malfaçons apparaissent cela peut arriver , peut-être que certaines familles aimeraient être dépannées et restent dans leur misère. Le français n’est jamais content, je trouve cette émission formidable pour ceux qui ont la chance de pouvoir en profiter.

SIRENE56 -C’est le bouquet ! Une mobilisation : des voisins, de membres de la famille, d’inconnus, d’entreprises, de fournisseurs en matériaux de construction. Tous cela pour pas un copec ! Et ils osent se plaindre ! Pourquoi ne se sont-ils pas débrouillés tous seuls, par eux mêmes. Rendez service et on vous récompensera ! Des mal façons… Ben ça alors, elle est forte. S’ils avaient eu à faire à une ou plusieurs entreprises et avaient du payer, qu’ils déposent plainte pour mal façons, je comprendrais. Mais là, ils n’ont vraiment honte de rien !!! La prochaine fois, s’ils ont encore besoin d’aide, laissons les dans leur,( excusez moi le terme) MERDE !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Anonyme -Je tiens a préciser que la réalités est que les travaux pour cette émission dur en réalité 14 jour a 1 mois et non pas quelques jours. En ayant participer je vous le dis

Anonyme -Je pense que ces gens qui se plaignent ne se rendent pas compte du boulot qui a été fait pour eux. Il y avait pour eux d’autres solutions : revendre leur maison ou alors se retrousser les manches et bosser un peu…Quand je vois l’état de délabrement de ces maisons avant l’intervention des équipes de bénévoles , je me dis que ces propriétaires n’ont pas entretenu leur maison , la plupart du temps un entretien régulier , un coup de peinture , un peu de cimentage .. auraient suffi à faire de leur maison quelque chose d’habitable. Là , les gens achètent des maisons à rénover et ils ne sont pas capables de le faire , le pompon revenait à l’ex architecte qui maintenant se plaint de malfaçons de la part des bénévoles : un remake de l’arroseur arrosé ! Je n’apprécie pas particulièrement l’émission qui fait trop de sentimentalisme mais reconnaissons que tous ces gens qui viennent avec leurs bras aider les gens méritent un peu plus de reconnaissance. Ce sont toujours ceux qui ne font rien qui se plaignent et qui en veulent au monde de leurs incompétences et leurs négligences. Moi , j’ai rénové ma maison tout seul et j’ai parfois créé des malfaçons mais je ne me suis pas lamenté , j’ai corrigé cela moi-même.

Sharona -C’est déjà mieux que de vivre dans une ruine faut toujours des mécontent ils avait qu’à faire eux même les travaux moi j’aimerais que Marc vienne chez moi

Anonyme -A la base, les maisons sont invivables voir des taudis, il y a bcp de bénévoles qui souhaitent les aider, alors avant de s’inscrire à ce genre d’émission pourquoi ne pas faire les travaux eux même si c’est pour critiquer le travail derrière

hugues  • Que dit le dicton ? Caresse un chien, il te mordra la main.

Rochelle Non Hugues :  » la reconnaissance est une maladie du chien non transmissible à l’homme  » (Antoine Berneim )

  • annik  •  Sincèrement, il y a des gens qui n’ont aucune pudeur !
    Même s’il y a des malfaçons….ce qui peut aussi arriver quand on commande les travaux par un entrepreneur…..c’est quand même pour leur rendre service et uniquement pour ça que des bénévoles et artisans donnent de leur temps …
  • Clara  • C’est n’est ni plus ni moins que le reflet de notre société. Des éternels assistés à qui tout est dû, qui passent leur temps à pleurer et à quémander et qui lorsqu’ils obtiennent satisfaction vous crachent à la figure…pauvre France.
  • Nicolas  •  Il ne faut pas jouer à mère Thérèsa avec ces gens là. Tout leur est du et eux ne vous rateront pas s’ils le peuvent obtenir encore plus en vous menaçant. Vive l’assistanat!
  • yo  • Ces personnes n’ont rien, pas d’argent sont dans la misère totale ; il se trouve qu’une émission leur vient en aide, meme si ce n’est pas parfait, c’est toujours mieux que de vivre dans la M……
    Comment peux t-on ne pas etre reconnaissant de tout le travail accompli, de tous ces bénévoles… vincent  •  j’ai parfois regardé cette émission, et j’ai trouvé le concept formidable, beaucoup d’émotions et la générosité des bénévoles est incroyables, les magasins qui fournissent le matériel c’est épatant, j’aurai pas pensé que ça pouvait tant éxister…et malgré tout ça il y a encore des gens mécontents ..
  • anti  •  Ce sont généralement des boubourses!!!!!
    Pas de boulot, assistés, etc……
    Moi, je me démerde dans ma maison pour tout refaire…..
    Cela prendra du temps…..
  • Talata  • Ainsi va la vie…
    L2XL  •  L’émission rapporte du pognon, c’est normal que les protagonistes soient bénéficiaires. Après si c’est pour saloper le boulot tout ça pour frimer devant les caméras, ça le fait moins
    didierdufresne  • Quand on veut aider les gens on le fait sans tintamarre ni publiquement.
    La production y trouve forcément son compte car elle n’est pas philanthropique elle cherche a gagner de l’argent.
    C’est un peu se servir des pauvres gens que de leur promettre monts et merveille devant les spectateur et les laisser après se démer…..
  • ================================================================
  • Expulsion d’un camp de Roms à Bobigny : « On remplace une misère par une autre misère »

    Le Monde.fr |François Béguin

    Le campement dit des « Coquetiers », un camp rom situé à Bobigny (Seine-Saint-Denis), qui accueillait encore récemment quelque 200 personnes, dont de nombreux enfants scolarisés, a été évacué, mardi 21 octobre, en vertu d’un arrêté municipal pris par le nouveau maire de la ville Stéphane De Paoli (UDI), qui invoquait l’insalubrité des lieux.

    Guillaume Lardanchet, porte-parole de la structure RomEurope et directeur de Hors la rue, une association qui intervient auprès des mineurs étrangers en danger en région parisienne, explique pourquoi il juge « absurde » cette expulsion.

    Au lendemain de l’expulsion du camp des Coquetiers, que deviennent les personnes à qui aucune solution de relogement n’a été proposée ?

    Guillaume Lardanchet : Une soixantaine de personnes sont actuellement abritées dans un gymnase à Paris. Je ne pense pas que la mairie de Paris, qui a pallié l’urgence, hier, soit en mesure de trouver des solutions de relogement en vingt-quatre heures, ce que la ville de Bobigny, le territoire de Seine-Saint-Denis et l’Etat n’ont pas pu faire pendant plusieurs mois.

    Aujourd’hui, à court terme, il n’y a pas de solution. On remplace une misère par une autre misère. Ces familles étaient ancrées dans un territoire et on les condamne à l’errance. Que vont devenir les suivis médicaux ? Les démarches pour accéder à l’emploi, au logement, à la protection de l’enfance ? L’Etat procède à une évacuation à Bobigny et c’est la ville de Paris qui gère l’urgence. Cela illustre l’absurdité de cette politique.

    Quelle était la situation du camp des Coquetiers ?

    C’était un bidonville plutôt stable, où il y avait beaucoup d’enfants scolarisés, grâce notamment à une directrice d’école très impliquée auprès des familles. Il y avait une vraie implication pour que les scolarisations tiennent. En ce sens, le campement était un peu exemplaire.

    La circulaire du 26 août 2012, qui prévoit qu’il n’y ait pas d’évacuation sans solution de relogement, est-elle appliquée lors des évacuations ?

    L’évacuation du campement de Bobigny n’est conforme ni à l’esprit, ni à la lettre de la circulaire de 2012 : soixante personnes, dont beaucoup sont vulnérables, se trouvent aujourd’hui sans solution de relogement.

    On remarque de façon générale que les diagnostics sociaux, préalables à toute évacuation, sont souvent mal menés, d’une façon trop rapide, trop massive, sur une seule journée, au moment où des familles ne sont pas là. Ces diagnostics ne sont parfois pas actualisés non plus. La manière dont est mise en œuvre la circulaire exclut de facto certaines familles du diagnostic et donc des solutions de relogement.

    Où en est la politique d’expulsion des bidonvilles ?

    Au troisième trimestre 2014, 3 695 personnes ont été expulsées de 41 lieux de vie en France, selon les décomptes de la Ligue des droits de l’homme et de ERRC (European Roma Rights Centre), ce qui porte à 10 355 au total le nombre de personnes expulsées de janvier à septembre 2014.

    2013 avait été une année noire. Plus de 20 000 personnes avaient été concernées par une évacuation de bidonville en France. Sachant que 17 000 personnes vivent dans les bidonvilles, cela veut dire qu’il y a des familles qui vivent plusieurs évacuations en une année.

    Avant 2012, on tournait autour de 10 000 personnes. L’accélération du rythme à partir de 2012 n’a pas eu d’impact sur les bidonvilles. Il y en a toujours autant. Ce qui a changé, c’est que les personnes expulsées ont des problèmes encore plus profonds car les accompagnements médicaux ou sociaux ont été rompus, et les scolarisations interrompues.

    Cela nous pousse à militer pour la stabilisation provisoire des bidonvilles pour limiter la casse provoquée par les expulsions massives.

  • Camp de Roms évacué à Bobigny : combien de familles à la rue ?

    Les « Coquetiers », un des plus anciens camps de Seine-Saint-Denis, a été évacué mardi. Plusieurs centaines de Roms y vivaient. Une trentaine de familles se sont vues proposer un hébergement.

    Campement Roms, Bobigny, Seine-Saint-Denis. (SIPA/ Pierre Crom/LeJournal) Campement Roms, Bobigny, Seine-Saint-Denis. (SIPA/ Pierre Crom/LeJournal)

    Il avait tristement fait parler de lui, en février dernier, quand un incendie y avait causé la mort d’une fillette de sept ans. Le camp dit des « Coquetiers », à Bobigny, un des plus anciens de Seine-Saint-Denis, a été évacué mardi en tout début d’après-midi. A l’issue d’une longue bataille judiciaire. Et en vertu d’un arrêté municipal pris en août par le nouveau maire UDI de la ville Stéphane De Paoli, invoquant l’insalubrité des lieux. Le campement accueillait encore récemment plusieurs centaines de Roms, « plus de 300 » selon les associations. Tous ont dû quitter les lieux. Pour aller où ?

    • Propositions de relogement pour une trentaine de familles

    Selon la préfecture de Seine-Saint-Denis, « un peu plus d’une trentaine de familles » présentes lors des derniers diagnostics sociaux, en février et en août, et dont les enfants sont scolarisés, ont reçu une proposition de relogement. Soit « environ 140 personnes » selon le préfet à l’égalité des chances Didier Leschi.

    Or, selon les associations, de nombreuses familles n’ont pas été recensées lors de ces diagnostics. « Certaines étaient absentes en février car leurs logements avaient brûlé lors de l’incendie, et beaucoup n’étaient pas là en août » nous assure Véronique Decker, directrice de l’école primaire Marie-Curie de Bobigny, particulièrement impliquée dans l’accueil des enfants Roms. « La préfecture dit avoir pris en compte toutes les familles dont les enfants sont scolarisés, mais ce n’est pas le cas. Il y en a bien plus que cela. »

    Dans le département

    Une poignée de familles, disposant de « revenus stables », de CDI, se sont vues proposer un logement social dans le département. Présentées d’abord comme étant une dizaine, elles ne seraient, selon Didier Leschi, finalement que quatre. « Peut-être six. »

    « En quoi le fait d’avoir ou non un CDI peut-il être un critère pour attribuer ou non un logement dans le 93 ? » questionne Véronique Decker, selon laquelle ces quelques familles auraient dû se voir proposer un logement « depuis longtemps déjà ». Et d’insister : « les critères applicables aux Roms sont-ils les mêmes qu’aux autres ? Si non, pourquoi ? »

    Quelques « personnes isolées » se sont vues, en outre, proposer un hébergement en hôtel.

    Hors du département

    A la majorité des familles qui se sont vues proposer un relogement, soit « d’ores et déjà 24 ménages » selon Didier Leschi, la préfecture a proposé un logement en foyers Adoma (ex-Sonacotra). Hors de la Seine-Saint-Denis et de l’Ile-de-France, « faute de place » dans la région. Dans le Cher, la Seine-Maritime, le Nord, la Somme… en fonction des disponibilités. Certaines personnes se sont vues proposer de rejoindre immédiatement ces foyers.

    Selon Didier Leschi, « une personne sur deux » qui vivait aux Coquetiers s’est vue proposer un relogement. Ce qui est, assure-t-il, « sans précédent sur un campement ».

    La préfecture, qui a pris ces décisions en terme de « foyers » et non de famille au sens large, « a une vision extrêmement archaïque de la famille » dénonce aussi la directrice d’école, citant l’exemple d’un couple auquel on a proposé un hébergement sans la possibilité d’emmener leur fille, jeune majeure. Ou encore cet homme qui a préféré dormir dans sa voiture qu’accepter une chambre d’hôtel. « Il aurait dû abandonner sa mère. »

    « Quel projet est prévu pour les personnes qu’on envoie ainsi dans des régions où l’emploi est effondré ? » interroge encore Véronique Decker. Rappelant que « 80 enfants » environ du camp étaient scolarisés, elle s’inquiète, en outre, de la transmission des dossiers scolaires. Et doute que toutes les formalités soient faites pour la prochaine rentrée.

    • Plusieurs dizaines de Roms accueillis en urgence à Paris

    A la suite de l’expulsion, plusieurs dizaines de Roms auxquels aucune proposition n’a été faite se sont retrouvés à la rue. Certains ont pu rejoindre des proches. D’autres ont dormi dehors. Combien ? « J’ai vu des personnes âgées dormir sous un pont à Bobigny » déplore Véronique Decker. Après avoir quitté Bobigny pour rejoindre Paris à pied sous une pluie battante, une cinquantaine de Roms se sont regroupés place de la République pour « manifester leur condition » et « demander un hébergement d’urgence ».

    Ils se sont ensuite rendus à l’hôpital Saint-Louis, d’où ils se sont fait déloger dans la soirée. Véronique Decker a compté pas moins de « 17 camionnettes de CRS ». Pour atterrir, finalement, dans un gymnase du 10è arrondissement où ils ont pu passer la nuit. Ils y resteront ce mercredi soir. Selon Didier Cusserne de l’association Convivances, ils sont actuellement 30 adultes et 29 enfants. « Dans l’attente », toujours, d’une proposition de relogement.

    C. R. – Le Nouvel Observateur

    ===

  • Réactions

    Fabienne Courvoisier

    « TOU(TE)S les Hommes naissent et demeurent Egales-Egaux… »:
    quand tou(te)s les « enfantsdesecoles » (ré)apprendront ce « fondamental » ,un grand(très grand) pas sera franchi par L’Humanité .
    Et pourtant, « elles-ils » récitent,dans leurs prières :
    « et j’aime mon prochain comme moi-même.. » !
    Si pour « elles-eux »,ça n’a pas(ou peu) de sens , alors…

    diabolodenfer méphisto diabolodenfer méphisto
    L’Europe et les gens comme Mme Redding dont le pays (le Luxembourg) ne fait rien d’autre pour les roms que de leur donner de l’élan our aller plus vite en France se frottent les manis lorsque la polémique reste dans les limites du territoire français.
    En effet, nous sommes en train de nous affronter entre pour et contre l’intégration des roms exactement comme s’il était officiellement convenu que c’est la responsabilité exclusive de la France de gérer ce problème.
    Les campements de roms ne seront jamais acceptés car ils ne sont pas acceptables pour les populations qui en subissent les nombreuses conséquences et n’ont pas besoin de ca en plus du reste…..Mais alors? Que faire des occupants des campements démantelés? Et bien c’est la responsabilité de Bruxelles de s’en occuper et de trouver à les reloger, à supposer qu’ils le veuillent, et pas du tout exclusivement en France mais dans leurs pays d’origine qui ont perçu une montagne de fric pour çà ou bien alors répartis sur les territoires de tous les états membres….On est une communauté oui ou non?

    Kim Sora Kim Sora
    Merci de m’expliquer pourquoi chez les roms, le domicile est un campement , et pourquoi le chef de famille roule en BMW ou en AUDI flambant neuve….
    Aux bonnes âmes, pas la peine de me parler de « fantasme » à ce sujet c’est juste une constatation visuelle, vu que dans le Sud, nous avons aussi des « campements »…….avec tous les « à côtés » qui animent les riverains et la police….

    Tigre Bleu Tigre Bleu
    Gitans ou Roms, ce n’est pas la même chose. Les premiers ont souvent de très belles voitures allemandes toutes neuves et des caravanes rutilantes (sans parler des terrains et des maisons achetés un peu partout). Ils sont les stars des ventes de fin de salon, ceux à qui les vendeurs accordent de gros rabais tant ils achètent gros. Ils sont aussi de très bons clients des banques où ils déposent beaucoup d’espèces.
    Les Roms, c’est un autre histoire. Ils sont manifestement moins bien implantés, ne sont pas Français, eux, et n’ont manifestement pas le même niveau de vie (il y a peu de véhicules de luxe dans les campements où ils s’entassent, même si les chefs mafieux doivent bien vivre, eux).

    Erwann Meriadec Erwann Meriadec
    « Selon la commissaire européenne V.Reding, Bruxelles met beaucoup d’argent sur la table pour aider à l’intégration des Roms, que les états n’utilisent pas. Selon Reding, Bruxelles mettrait 50 milliards d’euros sur la table pour l’intégration des populations Roms partout en Europe. Les fonds ne seraient pas dépensés »
    « Combien reçoit la France ?
    Le budget européen 2007-2013 prévoyait plus de 23 milliards d’euros pour la France sur la période, répartis sur trois programmes : le Fonds social européen (FSE), le Fonds européen de développement régional (Feder) et le Fonds de cohésion. Parmi ces fonds, seule une minorité peut effectivement financer des programmes d’aide aux Roms, au titre de l’inclusion sociale et de la lutte contre les discriminations. Le FSE a ainsi alloué 1,669 milliard d’euros entre 2007 et 2013 à cet objectif. » (Libération)     Cherchez l’erreur.

    Ce n’est pas une affaire économique ni politique, c’est une affaire de BON SENS.
    On n’expulse pas des ROMS au début de l’hiver .
    Ils iront 500 m. plus loin, pour ceux que la commune ne reloge pas dans des hôtels pendant 1 mois (payé sur les fonds de la commune, donc, action limitée dans le temps). Ils recréeront le même univers de cartons et de bâches, et la même déchèterie à ciel ouvert à juste quelques pâtés de maisons plus loin.
    Enfants scolarisés, CDI pour beaucoup d’entre eux, il fallait les laisser sur ce site, en imaginant le remplacement ponctuel des cabanes et caravanes en ruine par des modules comme les containers de marine (j’y reviens, mais c’est exactement comme pour mes SDF) .
    Cette évacuation donc ne résout rien et met en danger des enfants, déscolarisés, des emplois (« relogés » et pas dans ce département, ils feront comment pour aller dans les écoles , ou rejoindre leurs lieux de travail?).
    Un peu d’humanité au début des froids semble un minimum.

    Simone Couturier

    La préfecture est obligée de les reloger (hôtels, H.L.M ) ou de régler une somme à tous les membres de ces familles tous les jours. J ai vu des Roms arrivés en voiture (mieux que la mienne qui date de 1996) , femmes, enfants dans les poussettes, hommes même en train de téléphoner sur portable, arriver en nombre incroyable au resto du coeur et repartir les bras chargés de paquets. Ne pas s étonner donc que c est un afflux permanent. Hélas au détriment de certaines personnes que les services sociaux ne peuvent aider faute de moyens. Tant que l Etat et l UE ne prendront pas des mesures cela ne changera pas. Il serait préférable de financer leur pays respectif, et serait peut être moins onéreux pour nous.

    Alain allione

    30 familles françaises qui depuis des années payent taxes,impots,cotisations sociales ..etc et qui sont inscrites sur les listes d’attente remercient l’ETAT FRANCAIS!   et MLP additionne des milliers de voix en plus!!!!!!
    je suis ecoeuré de financer par mes impôts ces gens dont personne ne veut en europe depuis des siècles (il doit bien y avoir une raison)!

    jean-paul pham     qu’on les expulse dans leur pays d’origine ! point barre

    FDD              « Stabiliser les bidonvilles » BRAVO!!!

    JFr

    Un de ces jours il faudra aussi réfléchir sur cette facilité qu’ont les maires, certains du moins (et les préfets aussi d’ailleurs) de prendre des arrêtés municipaux (ou préfectoraux) sans concertations approfondies et en invoquant l’urgence ; je mets de côté les cas de réelle urgence.

     christian scholtes

    Hélas beaucoup de français se désintéressent du sort des Roms , comme autrefois ils se désintéressaient nombreux du sort des juifs… On aurait pu espérer que cet élu du centre eut un peu plus de  » charité chrétienne » vis à vis de cette communauté ostracisée que des Sarkosy ou des Valls. Ce que vous faites aux plus démunis, c’est à moi que vous le faites disait un certain Jésus, dont ce maire UDI n’a sans doute jamais entendu parler !

     Dominique ROLLAND

    Je connais bien le camp des coquetiers, et les personnes qui y intervenaient, permettant ainsi à ses habitants d’entrer en dialogue avec l’extérieur, de stabiliser leur situation. Une soixantaine d’enfants étaient scolarisés dans l’école primaire voisine, et quelques uns avaient intégré le collège.Cette expulsion est absurde et scandaleuse. http://vietdom.blog.lemonde.fr/2014/04/04/monsieur-manuel-valls-ce-soir-je-reviens-des-coquetiers/

     

Publicités