« Plug anal »

Laisser un commentaire


Hippodrome de Compiègne: non-lieu requis pour Woerth devant la CJR (avocat à l’AFP)

Le Point –

L’ancien ministre du Budget Eric Woerth était accusé d’avoir bradé l’hippodrome de Compiègne. Le ministère public a requis un non-lieu.

Non-lieu requis pour Eric Woerth devant la CJR, dans l'affaire de l'hippodrome de Compiègne.
Non-lieu requis pour Eric Woerth devant la CJR, dans l’affaire de l’hippodrome de Compiègne. © JACQUES DEMARTHON / AFP

C’est une bonne nouvelle pour l’ancien ministre du Budget, Eric Woerth. Le ministère public a requis un non-lieu devant la Cour de justice de la République, dans l’affaire de la cession de l’hippodrome de Compiègne. Il appartient désormais à la commission d’instruction de la CJR de prendre une ordonnance de renvoi ou de non-lieu pour l’ancien ministre, qui avait été placé sous le statut de témoin assisté. L’enquête a été ouverte pour prise illégale d’intérêts.

Selon Me Le Borgne, « les réquisitions constatent qu’il peut y avoir des problèmes d’ordre administratif mais pas d’intérêt personnel pour Eric Woerth et qu’il n’y a pas de dimension pénale » dans le dossier. « Ce n’est pas une surprise mais c’est un soulagement. Et sans lire dans le marc de café, on peut se dire qu’on devrait aboutir à un non-lieu », estime l’avocat, en faisant valoir que la commission d’instruction de la CJR a terminé son enquête sans mettre en examen l’ancien ministre.

2,5 millions d’euros

Au centre des interrogations de la justice, la décision, prise le 16 mars 2010 par l’élu de l’Oise, alors ministre du Budget, de valider par arrêté la vente de gré à gré pour 2,5 millions d’euros d’une parcelle de 57 hectares de la forêt de Compiègne, comportant un golf et un hippodrome, à la Société des courses de Compiègne (SCC), jusqu’alors locataire.

Une décision prise malgré l’opposition de responsables de l’Office national des forêts (ONF) et les réserves du ministère de l’Agriculture. Après la plainte d’un syndicat forestier et de députés de gauche, une information judiciaire avait également été ouverte pour le volet non ministériel du dossier. Aucune mise en examen n’a été prononcée.

Pour ceux qui contestent la vente, celle-ci serait allée à l’encontre des textes en vigueur, qui prévoient l’adoption d’une loi préalable à l’aliénation des bois et forêts de l’Etat. L’absence d’appel d’offre, de publicité et de mise en concurrence a également été dénoncée. Mais c’est surtout le prix de cession, jugé bradé par les opposants à la vente, qui a suscité la polémique. Parallèlement à ces enquêtes pénales, une procédure administrative lancée notamment par le syndicat forestier et des députés écologistes est toujours en cours à Paris pour faire annuler la vente.

Non-lieu requis pour Eric Woerth devant la CJR pour l’affaire de l’hippodrome de Compiègne

ERIC WOERTH HIPPODROME

JUSTICE – Le ministère public a requis un non-lieu pour l’ancien ministre du Budget Eric Woerth devant la Cour de justice de la République (CJR) dans l’affaire de la vente contestée de l’hippodrome de Compiègne, a annoncé samedi à l’AFP son avocat, Me Jean-Yves Le Borgne.

L’affaire n’est pas terminée. Il appartient désormais à la commission d’instruction de la CJR de prendre une ordonnance de renvoi ou de non-lieu pour l’ancien ministre, qui avait été placé sous le statut de témoin assisté au printemps 2011.

Cette affaire est l’objet de deux enquêtes menées en parallèle, celle instruite à la CJR (compétente pour juger les infractions commises par les membres du Gouvernement) et son volet non-ministériel conduit par des juges du pôle financier de Paris.

Au centre des interrogations de la justice, la décision, prise le 16 mars 2010 par l’élu de l’Oise, alors ministre du Budget, de valider par arrêté la vente de gré à gré pour 2,5 millions d’euros d’une parcelle de 57 hectares de la forêt de Compiègne, comportant un golf et un hippodrome, à la Société des courses de Compiègne (SCC), jusqu’alors locataire.

Une procédure en cours pour faire annuler la vente

Une décision prise malgré l’opposition de responsables de l’Office national des forêts (ONF) et les réserves du ministère de l’Agriculture.

L’enquête de la CJR pour prise illégale d’intérêt avait été ouverte en janvier 2011. Après la plainte d’un syndicat forestier et de députés de gauche, une information judiciaire avait été ouverte pour le volet non ministériel du dossier. Aucune mise en examen n’a été prononcée.

Pour ceux qui contestent la vente, celle-ci serait allée à l’encontre des textes en vigueur, qui prévoient l’adoption d’une loi préalable à l’aliénation des bois et forêts de l’Etat. L’absence d’appel d’offre, de publicité et de mise en concurrence a également été dénoncée. Mais c’est surtout le prix de cession (2,5 millions d’euros) qui a suscité la polémique.

Parallèlement à ces enquêtes pénales, une procédure administrative lancée notamment par le syndicat forestier et des députés écologistes est toujours en cours à Paris pour faire annuler la vente.

Hippodrome de Compiègne : non-lieu requis pour Eric Woerth

Hippodrome de Compiègne : non-lieu requis pour Eric Woerth
© MaxPPP

JUSTICE – Le parquet a requis un non-lieu devant la Cour de justice de la République, dans l’affaire de la vente contestée de l’hippodrome de Compiègne.

Le ministère public a requis un non-lieu pour l’ancien ministre du Budget Eric Woerth devant la Cour de justice de la République (CJR) dans l’affaire de la vente contestée de l’hippodrome de Compiègne, a annoncé samedi à l’AFP son avocat, Me Jean-Yves Le Borgne. L’affaire n’est pas terminée : il appartient désormais à la commission d’instruction de la CJR de prendre une ordonnance de renvoi ou de non-lieu pour l’ancien ministre, qui avait été placé sous le statut de témoin assisté.

« Pas une surprise mais un soulagement ». L’enquête avait été ouverte pour prise illégale d’intérêts .Selon Me Le Borgne, « les réquisitions constatent qu’il peut y avoir des problèmes d’ordre administratif mais pas d’intérêt personnel pour Eric Woerth et qu’il n’y a pas de dimension pénale » dans le dossier. « Ce n’est pas une surprise mais c’est un soulagement. Et sans lire dans le marc de café, on peut se dire qu’on devrait aboutir à un non-lieu », estime l’avocat, en faisant valoir que la commission d’instruction de la CJR a terminé son enquête sans mettre en examen l’ancien ministre.

>> LIRE AUSSI – Hippodrome de Compiègne : Woerth ne comprend pas

Le rappel des faits. Au centre des interrogations de la justice, la décision, prise le 16 mars 2010 par l’élu de l’Oise, alors ministre du Budget, de valider par arrêté la vente de gré à gré pour 2,5 millions d’euros d’une parcelle de 57 hectares de la forêt de Compiègne, comportant un golf et un hippodrome, à la Société des courses de Compiègne (SCC), jusqu’alors locataire. Une décision prise malgré l’opposition de responsables de l’Office national des forêts (ONF) et les réserves du ministère de l’Agriculture. Après la plainte d’un syndicat forestier et de députés de gauche, une information judiciaire avait également été ouverte pour le volet non ministériel du dossier. Aucune mise en examen n’a été prononcée.

Pour ceux qui contestent la vente, celle-ci serait allée à l’encontre des textes en vigueur, qui prévoient l’adoption d’une loi préalable à l’aliénation des bois et forêts de l’Etat. L’absence d’appel d’offre, de publicité et de mise en concurrence a également été dénoncée. Mais c’est surtout le prix de cession, jugé bradé par les opposants à la vente, qui a suscité la polémique.Parallèlement à ces enquêtes pénales, une procédure administrative lancée notamment par le syndicat forestier et des députés écologistes est toujours en cours à Paris pour faire annuler la vente.

Non-lieu requis pour Eric Woerth dans l’affaire de l’hippodrome de Compiègne

Par LEXPRESS.fr, publié le 18/10/2014 à 19:33, mis à jour à 20:27

Il appartient désormais à la commission d’instruction de la Cour de justice de la République de prendre une ordonnance de renvoi ou de non-lieu.

Non-lieu requis pour Eric Woerth dans l'affaire de l'hippodrome de Compiègne

Le ministère public a requis un non-lieu à l’encontre d’Eric Woerth dans l’affaire de la vente de l’hippodrome de Compiègne.             afp.com/Jean-Francois Monier

Le ministère public a requis un non-lieu pour l’ancien ministre du Budget Eric Woerth devant la Cour de justice de la République (CJR) dans l’affaire de la vente contestée de l’hippodrome de Compiègne, a annoncé samedi à l’AFP son avocat, Me Jean-Yves Le Borgne.

L’affaire n’est pas terminée. Il appartient désormais à la commission d’instruction de la CJR de prendre une ordonnance de renvoi ou de non-lieu pour l’ancien ministre, qui avait été placé sous le statut de témoin assisté.

Selon Me Le Borgne, « les réquisitions constatent qu’il peut y avoir des problèmes d’ordre administratif mais pas d’intérêt personnel pour Eric Woerth et qu’il n’y a pas de dimension pénale » dans le dossier. « Ce n’est pas une surprise mais c’est un soulagement. Et sans lire dans le marc de café, on peut se dire qu’on devrait aboutir à un non-lieu », estime l’avocat, en faisant valoir que la commission d’instruction de la CJR a terminé son enquête sans mettre en examen l’ancien ministre.

Que reproche-t-on à Eric Woerth?

Au centre des interrogations de la justice, la décision, prise le 16 mars 2010 par l’élu de l’Oise, alors ministre du Budget, de valider par arrêté la vente de gré à gré pour 2,5 millions d’euros d’une parcelle de 57 hectares de la forêt de Compiègne, comportant un golf et un hippodrome, à la Société des courses de Compiègne (SCC), jusqu’alors locataire. Une décision prise malgré l’opposition de responsables de l’Office national des forêts (ONF) et les réserves du ministère de l’Agriculture.

Après la plainte d’un syndicat forestier et de députés de gauche, une information judiciaire avait également été ouverte pour le volet non ministériel du dossier. Aucune mise en examen n’a été prononcée.

Pour ceux qui contestent la vente, celle-ci serait allée à l’encontre des textes en vigueur, qui prévoient l’adoption d’une loi préalable à l’aliénation des bois et forêts de l’Etat. L’absence d’appel d’offre, de publicité et de mise en concurrence a également été dénoncée. Mais c’est surtout le prix de cession, jugé bradé par les opposants à la vente, qui a suscité la polémique.

Parallèlement à ces enquêtes pénales, une procédure administrative lancée notamment par le syndicat forestier et des députés écologistes est toujours en cours à Paris pour faire annuler la vente.

Hippodrome de Compiègne : non-lieu requis pour Woerth devant la CJR

L’affaire n’est pas terminée. Il appartient désormais à la commission d’instruction de la CJR de prendre une ordonnance de renvoi ou de non-lieu pour l’ancien ministre.

Eric Woerth, le 16 juin 2010. (FACELLY/SIPA) Eric Woerth, le 16 juin 2010. (FACELLY/SIPA)

Le ministère public a requis un non-lieu pour l’ancien ministre du Budget, Eric Woerth, devant la Cour de justice de la République (CJR) dans l’affaire de la vente contestée de l’hippodrome de Compiègne, a annoncé samedi 18 octobre son avocat, Me Jean-Yves Le Borgne.

L’affaire n’est pas terminée. Il appartient désormais à la commission d’instruction de la CJR de prendre une ordonnance de renvoi ou de non-lieu pour l’ancien ministre, qui avait été placé sous le statut de témoin assisté. L’enquête a été ouverte pour prise illégale d’intérêts.

Selon Me Le Borgne, « les réquisitions constatent qu’il peut y avoir des problèmes d’ordre administratif mais pas d’intérêt personnel pour Eric Woerth et qu’il n’y a pas de dimension pénale » dans le dossier.

« Ce n’est pas une surprise mais c’est un soulagement. Et sans lire dans le marc de café, on peut se dire qu’on devrait aboutir à un non-lieu », estime l’avocat, en faisant valoir que la commission d’instruction de la CJR a terminé son enquête sans mettre en examen l’ancien ministre.

Le prix de cession, jugé bradé

Au centre des interrogations de la justice, la décision, prise le 16 mars 2010 par l’élu de l’Oise, alors ministre du Budget, de valider par arrêté la vente de gré à gré pour 2,5 millions d’euros d’une parcelle de 57 hectares de la forêt de Compiègne, comportant un golf et un hippodrome, à la Société des courses de Compiègne (SCC), jusqu’alors locataire.

Une décision prise malgré l’opposition de responsables de l’Office national des forêts (ONF) et les réserves du ministère de l’Agriculture.

Après la plainte d’un syndicat forestier et de députés de gauche, une information judiciaire avait également été ouverte pour le volet non ministériel du dossier. Aucune mise en examen n’a été prononcée.

Pour ceux qui contestent la vente, celle-ci serait allée à l’encontre des textes en vigueur, qui prévoient l’adoption d’une loi préalable à l’aliénation des bois et forêts de l’Etat. L’absence d’appel d’offre, de publicité et de mise en concurrence a également été dénoncée. Mais c’est surtout le prix de cession, jugé bradé par les opposants à la vente, qui a suscité la polémique.

Parallèlement à ces enquêtes pénales, une procédure administrative lancée notamment par le syndicat forestier et des députés écologistes est toujours en cours à Paris pour faire annuler la vente.

===

Commentaires

dr43

Oui, les médias… ::Ces gens devront être obligés par la loi d’accorder la même aura à une relaxe qu’à celle faite à l’accusation, des journaux durant ! Je pense exclusivement aux journaux télévisés !

gastonmerlinComme tous les édifices, monuments historiques, l’hippodrome ne lui appartient pas personnellement ce sont les contribuables qui paient l’acquisition ou/et l’entretien et l’élu qui décide de vendre au prix qu’il aura décidé, de le céder gratuitement s’il le désire, puisque aucune sanction, aucun compte à rendre, aucune responsabilité, aucun bilan ne lui sera demandé, depuis des décennies que cela dure, allons y gaiement vidons les caisses laissons la France exsangue et en faillite et laissons les Français à poil !

tiffany

La justice n’a vraiment pas dû pourvoir faire autrement car c’est pourtant pas faute d’avoir cherché, creusé, fouillé pour essayer de l’inculper à croire que c’était une cabale grossière il n’y a qu’un pas  Aujourd’hui ‘il en reste pas moins qu’il a été sali, traîné dans la boue, accusé du pire,

Catalaburru

Tout ça pour ça ?  Le contraire m’eut étonné. Comment se pouvait-il être autrement ? Je commence à douter de l’efficacité de notre justice car, depuis des mois d’instruction notre éléphante accouche d’une souris. Que retenir ? Mr. Woerth a été très habile ou bien nos magistrats trop benêts.

Evelyne75

Et maintenant ?  Mon Dieu, comment «ils» ont assassiné, craché sur M. Woerth avec cette affaire IL FAUT LUI RENDRE SON HONNEUR. Quatre ans d’instruction pour RIEN RIEN. Attendez les baveux, les faussaires, les raconteurs d’histoires, les salisseurs de gauche, d’autres non-lieux seront délivrés par la JUSTICE. Faut arrêter la chasse, le tir, la tuerie gratuite des personnalités de droite. Bien sûr nous espérons des excuses, en une, du journal qui parait le soir et de ses amis (es) qui ont leurs entrées au palais

Cirta

Alors, bradée ou pas ? Au delà des modalités de vente décidées par M. Woerth qui ne sont pas très transparentes, est-ce que le prix, lui, est dans les niveaux acceptables du marché ?
Si, c’est le cas, il n’y a pas eu de préjudice économique. Sinon, M. Woerth devrait rendre des comptes, y compris sur cette question.
Est-ce qu’il en sera ainsi ? Permettez moi d’en douter…

Njee l

Une affaire de plus en moins… Mais…qui a fait bien du mal en son temps. Un ministre de Sarkozy, qui avait lancé la réforme indispensable des retraites, mais dont la gauche ne voulait pas… Le non lieu ne permet pas de remonter le temps… C’est regrettable.

l eclopee

Que d’argent gaspillé pour faire croire que la gauche est transparente, Cet acharnement de la part de la justice devrait être dénoncé, et ceux qui se sont obstinés jugés condamnés à rembourser tous les frais.

antoinesQu’il est bon d’être riche et être en politique pour certaines affaires !
monsieur tout le monde obtiendrait il autant de faveur et d’indulgence ? J’en doute…

Daemon

Sur les médias On a une affaire de droite on oublie que Julien Dray a eu droit à être aussi vilipendé dans les médias pour finir par un simple rappel à la loi sans compter DSK mis en examen qui avait dû démissionner pour aboutir à un non lieu
alors on arrête de fantasmer sur des persécutions gauchistes

vall_fr

La question qui se pose c’est pourquoi toutes ces soi-disant affaires finissent par des non-lieu y compris pour MR Sarkosy et surtout pourquoi ces affaires la gauche a beaucoup à gagner à ces affaires médiatisées , gauche au sens large du terme subventionnée ou agents de l’état par l’état syndicats politiques et fonctionnaires …le journalisme lui est de gauche depuis longtemps. La pensée unique de gauche apparaît au grand jour

NoPS –              C’est sur à l’inverse de celle de Xavier Delan qui est là depuis le 6 octobre, cette info ne va pas rester affichée longtemps et @ françois 13, grnoumpf …..SILENCE !!!!

Evelyne75

Mon Dieu comment on a assassiné, craché sur M. Woerth avec cette affaire IL FAUT LUI RENDRE SON HONNEUR. Quatre ans d’instruction pour RIEN RIEN. Attendez les baveux, les faussaires, les raconteurs d’histoires, les salisseurs de gauche, d’autres non-lieux seront délivrés par la JUSTICE. Faut arrêter la chasse, le tir, la tuerie gratuite des personnalités de droite. Nous attendons les excuses du journal du soir dont les journalistes ont leurs entrée partout et de leurs amis(es)

duneuftrois –     Vous croyez au père Noël sans doute ! ! !mdr

bernrd –  Il ne pouvait en être autrement.

lamadeleine –   pas bien grave !!! nos juges indépendants de gôche auront fait leur boulot , ils l’auront sali et il en restera toujours quelque chose mission accomplie !!!!!!

duneuftrois –            Ses copains juges de droite sont plus nombreux sans doute !

bernrd –    Il ne pouvait en être autrement.

–           Magouillage en odeur de saintetée !!

–   eric woerth a fait son travail et semble constituer un bouc émissaire de taille. aussi, si la droite a des choses à se reprocher, la gauche lui emboite le pas…tout « normal » donc….;)

– Un non-lieu, qui l’eut cru?

Je suis heureux pour Eric Woerth. Son problème est certainement plus d’être honnete que le contraire. Vivement qu’il revienne au devant de la scène, cela nous changera des hypocrites, amateurs, dogmatiques et fraudeurs qui remplissent le monde politique de nos jours.

@onkrakrikru : indépendamment de l’affaire, je suis sur que si vous proposez encore aujourd’hui 7 milliards, le bien est à vous. Mais je doute que vous fassiez une bonne affaire. Facile d’écrire et critiquer, plus dur de prendre ses responsabilités… La nuit portant conseil pour que vous preniez la bonne décision, je vous la souhaite très bonne

@decocq : bonsoir /// la loi a été modifié après le départ de Gaymard: « La réforme de 2006 » En 2006, c’est une ordonnance qui codifie la partie législative du code général de la propriété des personnes publiques ; l’ancien article L. 62 précité devient le nouvel article L. 3211-5 du CGPPP. Mais la codification s’accompagne d’une modification importante. Le nouvel article L. 3211-5 dispose : "Les bois et forêts de l’État ne peuvent être aliénés qu’en vertu d’une loi. Par dérogation aux dispositions du premier alinéa, l’État peut dans les conditions précisées par décret en Conseil d’État procéder à la vente des bois et forêts qui satisfont aux conditions suivantes : 1° Être d’une contenance inférieure à 150 hectares ; 2° N’être nécessaires ni au maintien et à la protection des terrains en montagne, ni à la régularisation du régime des eaux et à la protection de la qualité des eaux, ni à l’équilibre biologique d’une région ou au bien-être de la population ; 3° Et dont les produits tirés de leur exploitation ne couvrent pas les charges de gestion. Par dérogation aux dispositions du premier alinéa, les bois et forêts de l’État compris dans le périmètre d’une déclaration d’utilité publique sont cédés conformément aux dispositions du dernier alinéa de l’article L. 12-4 du code de l’expropriation pour cause d’utilité publique dans les conditions précisées par décret en Conseil d’État."

A 2,5 millions d’euros j’achète tout de suite. … ah il n’y a pas eu de mise sur le marché? Dommage pour un bien qui vaut 7 millions d’euros minimum. .. bah il suffira de remonter un peu les impôts pour compenser le manque à gagner. …

–   Avec les politiciens…ça finit toujours par un non-lieu… À croire qu’il n’y a jamais de preuves suffisantes…contre eux! ouais…

–   En fait, il y a bien des affaires, des malversations, mais il n’y a pas de coupables ! Et surtout pas Monsieur Woerth !

–    @cloberval : justement Gaymard n’était pas d’accord du tout pour cette vente et surtout à ce prix la si le premier ministre a donné son accord on peut se poser des questions!

Christophe Maillaux

Nième affaire montée de toutes pièces contre l’UMP, et dont le dossier est totalement vide, ce qui se termine par un non-lieu prévisible à 200%.
On ne peut pas dire que le Syndicat de la Magistrature n’y met pas du sien pour tenter de faire réélire Hollande de la même manière qu’il a tout fait pour ne pas faire réélire Sarko. Idem pour la CJR, composée d’une majorité de socialistes.
Ma seule question est: quelle est la justice qui permet de se défendre contre la justice politique?

Patrick Haus Patrick Haus
 »Parallèlement à ces enquêtes pénales, une procédure administrative lancée notamment par le syndicat forestier et des députés écologistes est toujours en cours à Paris pour faire annuler la vente.  »
Donc, si au pénal, il semble qu’aucune faute ne soit retenue, au plan administratif, d’aucuns semblent persister pour contester « la braderie », l’Etat s’étant dessaisi au mauvais compte

Et on verra, si la vente n’est pas annulée dans le cadre de la procédure administrative qui perdure si on peut à la fois critiquer une entreprise publique pour manque de rentabilité de son TGV et dans le même temps exonérer un Ministre d’avoir vendu à vil prix un bien du domaine public ?

Marco Nour Marco Nour
La CJR, que Hollande veut supprimer, a toujours été très très sympa avec les politiques mis en cause : Pasqua par exemple ou Mme Lagarde dont le procès va traîner jusqu’à la fin de son mandat au FMI (ce qui est déjà plus compréhensible) et maintenant Woerth.
Le fait que les ministres, députés, sénateurs soient jugés essentiellement par leurs pairs est scandaleux.
Maintenant est-ce que la droite et le centre vont bien vouloir s’y associer pour atteindre les 3/5 des voix ?

Patrick Haus Patrick Haus
Nada : ils ne veulent pas donner la moindre satisfaction à FH de pouvoir réviser la Constitution, sur aucun point !

antoinepartnous

Pour l’instant les politiques n’ont pas eu à connaître de cette affaire !
Le filtrage est fait par des juges !!!

pat atrat       donc pshittt …    Mince ! le ministère public est passé à droite ! bientôt un mur des cons de gauche
besut burma    Impossible faute de place. Ou alors, il faut utiliser la Grande muraille de Chine; et encore,…
Christophe Maillaux

@ Pat
Le ministère public dont vous parlez est la CJR, qui n’a pas encore été modifiée et qui est majoritairement à gauche.
Mais de toute façon, on constate que la CJR comme les tribunaux civils réguliers sont plus enclins à chercher à droite qu’à gauche.
Guérini a profité de très longues années d’impunité, tout comme Sylvie Andrieux par exemple, et les juges ont tout fait pour éviter de lancer une procédure contre Martine Aubry -108 millions de dépenses possiblement frauduleuses en faveur d’un grand groupe de BTP, excusez du peu!
Quand des membres de l’UMP tiennent un meeting à Arcachon, il y a quelqu’un pour éplucher les comptes … quelle minutie!
Par contre, la fait que la trésorier de campagne de F. Hollande ait un compte et une société aux iles Caïmans, cela n’inquiète personne …
Ne vous inquiétez pas, le mur des cons restera dirigé contre les élus de droite, les intellectuels qui pensent mal et les parents de victimes qui ont osé ciré leur douleur. L’intelligentsia dont vous vous revendiquez va continuer à établir ses listes de proscription via le SM et le SNJ.

Jean888

Pschitttttttttt! Mais Gérard Davet et Fabrice Lhomme sont retournés au ministère chercher de nouvelles info !! Peu importe la méthode l’important est de salir.

Patrick Haus Patrick Haus
Lu ceci, que les mal-comprenants (qui n’ont pas compris l’enjeu de cette intimidation ou au contraire, qui l’auraient trop bien assimilée) devraient essayer d’intégrer :

« Les sociétés des rédacteurs et journalistes du Monde, du Figaro, du Nouvel Observateur, du Point, des Echos, des Radio France, de Médiapart, de Rue89, de l’Express, de Libération, d’Europe 1, de RFI, et de TF1 ont rédigé un texte de soutien à nos collaborateurs Gérard Davet et Fabrice Lhomme, attaqués par le magazine Valeurs Actuelles. Elles dénoncent « collectivement et fermement les méthodes employées » par ce journal dans un article intitulé « Retour de Sarkozy : les rendez-vous secrets des deux journalistes du Monde » et publié le 15 octobre.
« Cette atteinte grave au secret des sources est indigne de notre métier, dont nous devons tous préserver la liberté et l’indépendance, souligne ce texte. Nous soutenons nos confrères Davet et Lhomme, chargés du suivi des affaires judiciaires au Monde, dont Valeurs Actuelle a détaillé les rendez-vous. Nous tenons à rappeler qu’il n’y a pas de sources sans protection des sources. Qu’il n’y a pas d’information libre sans sources… ».
Au fait, qui, déjà, a appelé Valeurs Actuelles pour faire part de sa satisfaction au mépris de ce qui est en jeu ?

Silvère Bonhomme Silvère Bonhomme
il y a quoi en jeu ??? vu que çà finit en non-lieu … comme bettencourt, et bientôt kadhafi, Karachi, trafic d’influence, sondage etc … vu que les dossiers sont bien vides même en écoutant pendant 11 mois … à part un délit de sale gueule je ne vois pas …

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :