Nigeria : vers une libération des 200 lycéennes ?

Le Point –

accord sur la libération des jeunes nigérianes.

200 lycéennes nigérianes ont été enlevées par le groupe islamiste Boko Haram, il y a six mois.
200 lycéennes nigérianes ont été enlevées par le groupe islamiste Boko Haram, il y a six mois. © BOKO HARAM / AFP

Le gouvernement tchadien a confirmé la libération de plus de 200 lycéennes nigérianes, enlevées il y a six mois par Boko Haram. Le pays aurait joué le rôle de médiateur. « Le Tchad a (…) abrité les pourparlers entre le gouvernement nigérian et Ahlou Souna Li Daawa Wal Djihad, connu sous le nom de Boko Haram », indique un communiqué du ministère. Selon le texte, les négociations entre les islamistes et le gouvernement nigérian prévoient « la libération par Boko Haram des jeunes filles (lycéennes) enlevées à Chibok » en avril, en échange de la libération « de certains partisans de ce groupe détenus dans les prisons nigérianes ».

« Les modalités de ces libérations seront convenues entre les deux parties et la médiation tchadienne », conclut le communiqué tchadien, sans donner plus de précisions. Au cours des négociations, « les deux parties ont accepté le principe de régler leur différend par le dialogue et convenu de poser quelques actes traduisant la bonne volonté de part et d’autre », ajoute le communiqué.

Des otages chinois et camerounais libérés le week-end dernier

Selon le ministère, « la récente libération des otages chinois et camerounais et l’annonce d’un cessez-le-feu faite le 16 et 17 septembre dernier par les deux parties constituent la concrétisation de ces engagements ». Vingt-sept otages chinois et camerounais qui avaient été enlevés en mai et juillet dans l’extrême nord du Cameroun lors d’attaques attribuées à Boko Haram ont été libérés le week-end dernier.

Le Nigeria a annoncé vendredi avoir scellé un accord de cessez-le-feu avec le groupe islamiste, mais l’incertitude demeure sur la véracité de l’annonce. La présidence nigériane a annoncé à l’AFP la conclusion d’un accord avec Boko Haram, mettant fin aux violences et prévoyant la libération de 219 jeunes filles toujours portées disparues après le rapt dans leur lycée de Chibok, dans le nord-est du Nigeria. Mais le porte-parole des services de sécurité nigérians a affirmé par la suite qu’aucun accord n’avait encore été scellé pour les lycéennes.

Accord sur la libération des lycéennes enlevées au Nigeria

ABUJA (Reuters) – Les autorités nigérianes ont annoncé vendredi avoir conclu avec Boko Haram des accords sur un cessez-le-feu et sur la libération de plus de 200 lycéennes enlevées par la secte islamiste il y a six mois à Chibok, dans le nord-est du pays.

« Le gouvernement nigérian a conclu deux accords avec le mouvement Boko Haram : d’abord un cessez-le-feu, puis la libération des filles enlevées à Chibok », a-t-on déclaré à Reuters de source proche de la présidence.

Ces accords n’ont pas été confirmés dans l’immédiat par les rebelles.

« Je souhaite vous informer qu’un accord de cessez-le-feu a été conclu », a déclaré pour sa part le chef d’état-major de l’armée nigériane, le maréchal de l’air Alex Badeh, précisant que ce résultat avait été obtenu après trois jours de discussions avec la secte islamiste.

Le porte-parole du gouvernement nigérian, Mike Omeri, a précisé que l’accord prévoyait la libération des détenus aux mains de Boko Haram, qui « nous a assuré que les lycéennes et les autres personnes entre ses mains étaient en bonne santé ».

Le gouvernement a négocié avec Danladi Ahmadu, qui se présente comme le secrétaire général de Boko Haram, a-t-on appris auprès de la présidence nigériane.

Selon plusieurs sources, le Tchad a été impliqué dans ces discussions.

Le Cameroun a part ailleurs annoncé vendredi que huit de ses soldats et 107 membres de Boko Haram avaient été tués mercredi et jeudi dans des combats dans l’extrême nord du pays.

Le mouvement islamiste est de plus en plus actif dans le nord du Cameroun où le gouvernement de Yaoundé a déployé des troupes, se joignant aux efforts de la communauté internationale.

(Felix Onuah, Camillus Eboh, Joe Brock et Anne Mireille Nzouankeu; Jean-Philippe Lefief et Guy Kerivel pour le service français)

Lycéennes enlevées au Nigeria: le Tchad s’ajoute à la confusion

Par LEXPRESS.fr, publié le 17/10/2014 à 16:38, mis à jour le 18/10/2014 à 14:53

Armée et précidence nigérianes ont annoncé vendredi un accord en vue de la libération de plus de 200 lycéennes enlevées en avril dernier, avant d’être démenties. Au tour du Tchad de s’exprimer ce samedi, dans une situation toujours aussi confuse.

Lycéennes enlevées au Nigeria: le Tchad s'ajoute à la confusion

Capture d’écran réalisée à partir de la video obtenue lundi 12 mai 2014 par l’AFP auprès du groupe islamiste extrêmiste Boko Haram, montrant une centaine de jeunes femmes présentées comme les lycéennes nigérianes enlevées mi-avril          afp.com/-

Le Nigeria a conclu un accord de de cessez-le-feu avec Boko Haram, mais l’incertitude demeure sur la libération des 219 lycéennes toujours aux mains du groupe armé.

L’information a d’abord été annoncée vendredi par le chef d’Etat-major Alex Badeh. « Un accord de cessez-le-feu a été conclu entre le gouvernement fédéral du Nigeria et Jama’atu Ahlis Sunna Lidda’awati wal-Jihad (groupe pour la prédication et le jihad, plus connu sous le nom de Boko Haram), » a déclaré le chef d’Etat-major. Le groupe Boko Haram ne s’est pas exprimé à ce sujet.

Le Tchad confirme

[Mise à jour, samedi, 14h45] Le cessez-le-feu conclu entre le Nigeria et Boko Haram prévoirait bien la libération de plus de 200 lycéennes enlevées il y a six mois par les islamistes, selon un communiqué du ministère des affaires étrangères tchadien.

Les négociations auraient fixées, selon ce communiqué, le principe selon lequel « la libération par Boko Haram des jeunes filles enlevées à Chibok » en avril interviendrait en échange de la libération « de certains partisans de ce groupe détenus dans les prisons nigérianes ».

La libération des lycéennes annoncée puis démentie

« Boko Haram a déclaré un cessez-le-feu, à la suite des discussions que nous avons menées avec eux » a déclaré Hassan Tukur, précisant que l’annonce a été faite « hier soir », jeudi. « Ils ont accepté de libérer les jeunes filles de Chibok », a-t-il ajouté.

Mais le porte-parole des services de sécurité nigérians a affirmé vendredi qu’aucun accord n’avait encore été conclu pour la libération des lycéennes. « Cet aspect n’a pas encore abouti mais nous nous en rapprochons de plus en plus », a déclaré le responsable du Centre national d’information, Mike Omeri.

Des négociations annoncées au mois d’aout

276 lycéennes avaient été enlevées le 14 avril à Chibok, dans le nord-est du Nigeria qui abrite une communauté chrétienne importante. 219 d’entre-elles sont toujours portées disparues.

Le gouvernement nigérian avait annoncé à la fin du mois d’août avoir ouvert des pourparlers indirects avec des membres de la secte islamiste Boko Haram dans le but de mettre fin aux violences meurtrières qui ont fait plus de 1400 morts dans le nord et le centre du Nigeria depuis 2010.

Le timing de l’annonce suscite des doutes

Des doutes ont été émis quant à un tel accord, survenant juste au moment où le président nigérian Goodluck Jonathan est censé annoncer sa candidature à sa propre succession, en février prochain, et où les questions de sécurité sont au coeur du débat politique. On ignore notamment qui est Danladi Ahmadu, celui que Hassan Tukur présente comme son interlocuteur au sein de Boko Haram, et qui a donné une interview à la radio vendredi matin.

Fin septembre, l’armée nigériane avait annoncé la mort du chef de Boko Haram, Abubakar Shekau, le gourou fou de la secte. Elle prétendait également qu’elle avait abattu un chef islamiste se faisant passer pour lui. Mais il était difficile de savoir qui était mort dans les combats avec l’armée: S’agissait-il du « vrai » Aboubakar Shekau ou de l’une de ses « doublures »? Quelques jours plus tard, Abubakar Shekau réapparaissait dans une nouvelle vidéo, vantant l’application de la charia dans son « califat islamique » du nord-est du Nigeria.

Boko Haram: le cessez-le-feu prévoit bien la libération des lycéennes

Le cessez-le-feu entre le Nigeria et Boko Haram prévoit bien la libération de plus de 200 lycéennes enlevées il y a six mois par le groupe islamiste armé, a affirmé samedi le ministère des Affaires étrangères tchadien, dont le pays a joué le rôle de médiateur.

« Le Tchad a (…) abrité les pourparlers entre le gouvernement nigérian et Ahlou Souna Li Daawa Wal Djihad, connu sous le nom de Boko Haram », indique un communiqué du ministère.

Selon le texte, les négociations entre les islamistes et le gouvernement nigérian prévoient « la libération par Boko Haram des jeunes filles (lycéennes) enlevées à Chibok » en avril, en échange de la libération « de certains partisans de ce groupe détenus dans les prisons nigérianes ».

« Les modalités de ces libérations seront convenues entre les deux parties et la médiation tchadienne », conclut le communiqué tchadien, sans donner plus de précisions.

Au cours des négociations, « les deux parties ont accepté le principe de régler leur différend par le dialogue et convenu de poser quelques actes traduisant la bonne volonté de part et d’autre », ajoute le communiqué.

Selon le ministère, « la récente libération des otages chinois et camerounais et l’annonce d’un cessez le feu faite le 16 et 17 septembre dernier par les deux parties constituent la concrétisation de ces engagements ».

Vingt-sept otages chinois et camerounais qui avaient été enlevés en mai et juillet dans l’extrême-nord du Cameroun lors d’attaques attribuées à Boko Haram, ont été libérés le week-end dernier.

Le Nigeria a annoncé vendredi avoir scellé un accord de cessez-le-feu avec le groupe. Mais l’incertitude demeurait samedi matin sur la libération de plus de 200 lycéennes dont l’enlèvement mi-avril avait suscité un émoi international, suite à des déclarations contradictoires des autorités nigérianes.

La présidence nigériane a annoncé à l’AFP la conclusion d’un accord avec Boko Haram mettant fin aux violences et prévoyant la libération de 219 jeunes filles toujours portées disparues après le rapt dans leur lycée de Chibok, dans le nord-est du Nigeria. Mais le porte-parole des services de sécurité nigérians a affirmé par la suite qu’aucun règlement n’avait encore été scellé pour les lycéennes.

Boko Haram : le cessez-le-feu prévoit bien la libération des lycéennes, selon le Tchad

Le Monde.fr avec AFP et Reuters |

Une partie des 200 lycéennes enlevées par Boko Haram, filmées par le groupe terroriste dans une vidéo transmise le 12 mai 2014.

Le cessez-le-feu entre le Nigeria et le groupe terroriste islamiste Boko Haram prévoit bien la libération des lycéennes enlevées il y a six mois, en échange de la libération de certains partisans de ce groupe islamiste armé. C’est en tout cas ce qu’a affirmé, samedi 18 octobre, le ministère des affaires étrangères tchadien, dont le pays a joué le rôle de médiateur. La présidence et l’armée nigérianes avaient annoncé, vendredi 17 octobre, avoir conclu un accord de cessez-le-feu avec la secte islamiste.

Lire aussi : Qui se cache derrière Boko Haram ?

Jointes par Le Monde avant la publication de ce texte, les autorités tchadiennes ont confirmé avoir joué les « facilitateurs » à partir du mois de septembre pour des rencontres entre la présidence nigériane et des émissaires de Boko Haram. Le chef de la diplomatie tchadienne, Moussa Faki Mahamat, précise que « cette médiation a été ouverte à la demande des deux parties, qui ont convenu de régler leurs différends par des voies pacifiques et d’effectuer des actes de bonnes volontés ».

Le premier de ces actes a été « la libération, il y a une semaine, des dix otages chinois et des dix-sept Camerounais enlevés dans le nord du Cameroun », dit-il. Les deux parties, explique le ministre des affaires étrangères tchadien, sont convenues de respecter un cessez-le-feu et doivent se revoir prochainement – vraisemblablement sous huitaine – pour discuter des modalités de libération des lycéennes de Chibok.

Retour sur les faits : Six mois après, 200 lycéennes nigérianes toujours otages de Boko Haram

BOKO HARAM NE S’EST PAS EXPRIMÉ

A Paris, François Hollande affirmait vendredi avoir reçu des « informations » sur la libération des lycéennes, qui pourrait voir lieu « dans les heures ou les jours qui suivent ». Un membre de l’entourage du président français a confirmé au Monde que des négociations avaient été engagées avec l’entremise du Tchad, mais il se dit prudent « tant que Boko Haram ne s’est pas exprimé ». L’autre motif de réserve est de savoir quel est le poids des émissaires de la secte sur les différentes factions du groupe.

Selon cette source, l’accord porte sur un cessez-le-feu immédiat, qui doit être suivi par la libération des jeunes filles. Elle indique également que les survols répétés des avions du renseignement américain, britannique et français ont joué sur la décision de Boko Haram d’aller vers une solution négociée, car les militants « craignaient que ce soit le préalable à des frappes aériennes ».

LA CRÉDIBILITÉ DES AUTORITÉS SÉRIEUSEMENT ENTAMÉE

Des négociations en sous-main ont été menées depuis plusieurs mois entre les autorités et la secte islamiste. Marc-Antoine Pérouse de Montclos, chargé de recherche à l’Institut de recherche pour le développement (IRD), appelle toutefois à la prudence. « Il faut les remettre dans le contexte de la campagne pour les élections générales dans le pays. (…) Et la crédibilité des autorités a été sérieusement entamée par l’annonce, à trois reprise, de la mort du chef de Boko Haram, Aboubakar Shekau », rappelle le chercheur.

Lire le récit (édition abonnés) : L’armée nigériane annonce encore la mort du chef de Boko Haram

D’autres doutes ont été émis à l’encontre de Danladi Ahmadu, que le secrétaire de la présidence présente comme son interlocuteur au sein de Boko Haram, et qui a donné une interview à la radio vendredi matin. « Je n’ai jamais entendu parler de ce monsieur, et si Boko Haram voulait déclarer un cessez-le-feu, cela viendrait de leur chef, Aboubakar Shekau », a estimé Shehu Sani, un spécialiste de Boko Haram qui a négocié à plusieurs reprises avec le groupe islamiste aux côtés du gouvernement nigérian.

Dans le même temps, le ministère de la défense camerounais a annoncé que de violents combats s’étaient déroulés mercredi et jeudi dans l’extrême-nord du Cameroun, près de la frontière avec le Nigeria, tuant « huit soldats camerounais » et « cent sept combattants de la secte » Boko Haram.

Lire aussi les enquêtes L’enfer des 200 lycéennes enlevées au Nigeria et L’impossible libération des captives de Boko Haram

Le Nigeria espère voir les lycéennes libérées d’ici mardi

ABUJA (Reuters) – Le Nigeria espère pouvoir faire libérer d’ici mardi les quelque 200 lycéennes enlevées en avril dernier par la secte islamiste Boko Haram, apprend-on samedi auprès de la présidence nigériane.

Le lieu de leur libération n’a pas été précisé.

Le chef d’état-major de l’armée nigériane, le maréchal de l’air Alex Badeh, a annoncé vendredi avoir conclu avec Boko Haram un accord de cessez-le-feu qui permettrait la libération des lycéennes, enlevées à Chibok, dans le nord-est du pays, alors qu’elles passaient des examens.

Boko Haram, qui transmet ses messages via des enregistrements vidéo d’un homme qui se présente comme son chef, Abubakar Shekau, n’a pas non plus confirmé cet accord.

« Je peux confirmer que le GF (gouvernement fédéral) travaille dur pour remplir sa part de l’accord, de sorte que la libération des personnes enlevées puisse être effectuée ou lundi, ou, au plus tard, mardi prochain », a-t-on dit à Reuters au téléphone.

L’annonce d’un cessez-le-feu risque d’être accueillie avec un certain scepticisme au Nigeria après cinq années de violence. Depuis l’enlèvement des lycéennes, l’armée nigériane a par deux fois annoncé avoir sauvé une partie des jeunes filles pour revenir sur ses déclarations quelques heures plus tard.

Plusieurs séries de négociations ont été tentées ces dernières années avec Boko Haram mais elles n’ont jamais débouché sur un accord de cessez-le-feu, notamment parce que la secte est constituée de plusieurs sous-groupes.

Boko Haram, dont le nom veut dire « l’éducation occidentale est un péché », a tué plusieurs milliers de personnes à la faveur des diverses opérations armées qu’elle mène dans la partie nord du pays pour constituer un Etat islamique.

(Felix Onuah; Danielle Rouquié pour le service français)

===

Commentaires

ST LOUISLes services secret Nigériens ont qu’il n’étaient pas au courant, çà sent l’affaire abracadabrantesque pour normal 1er.

Lambdabis

Ben oui, nous sommes un peuple naïf : nous avons élu un Président qui nous ressemble. Avant, l’un de nos élus avait payé des avions renifleurs pour chercher du pétrole. Maintenant, nous croyons à une rumeur qui laisse croire que l’on peut négocier avec des intégristes. Quelle sera la prochaine rumeur, avec la bénédiction présidentielle ?

lola22

Pschitt pour Hollande !   Il se voyait déjà l’artisan de cette libération
pensons à toutes ces jeunes filles

tommalex     Les services américains… Ne sont plus à la hauteur ! Notre Mme Soleil, la clairvoyante de l’Elysée a confirmé cette nouvelle
  • Georges  •              Du vent rien que du vent

    Pierre  •  notre kon de flanbite annonce leur libération sans savoir !! il faut le piquer il doit souffrir d’etre aussi kon !!!
  • justice  •              Accord conclu ou pas et à quel prix la France va encore faire un prêt?
  • SEBATUTSI  •  Le gouvernement Nigérian doit faire un effort particulier sur le front afin de négocier en position de force! Sinon, il y va pour tout céder aux terroristes!!!
  • DIOMANDE  •   pourquoi attendre si longtemps pour négocier alors qu’on pouvait le faire depuis le début.On se rend compte que ce GOOD LUCK est un menteur
  • Dr  •                  Bring back our ebola !!
  • Viscope  •    …… Elles reviennent ! toutes ont réussi le brevet colonial et nombre d’entre elles ont écopé de la ballonite !! çà rame ! ouais ! pas mal ….
  • beber  •    
    Je me demande quels sont les termes de l’accord de libération ?
    Les Bokos boys ne vont certainement pas rendre les pucelles ?? à cause de leurs beaux yeux … lol
    p.spie  •                 Dans quel état va t-on retrouver ces gamines…
  • –   Et dire que le Nigeria est la première puissance économique d’Afrique ,mais bon on sait où passe le pognon

    @honni-soit-qui : Tout à fait d’accord avec vos propos. Attendre une confirmation est le minimum requis d’autant plus qu’un cessez le feu n’engage personne sur un libération prochaine des otages.

    Une fois de plus mr Hollande a confondu vitesse et précipitation, un chef d’Etat a un devoir et une obligation de Vérité dans ses propos. Annoncer à tout va que ces jeunes filles allaient être libérées avant d’en avoir la certitude est une grave erreur, un faux espoir pour les familles et pour les nigérians vivant en France

    –     @cheval-2014 : 21h53 J’ai un peu peur de vous affirmer que oui ! . . . (hélas . . .)

    –  @sinagot : sommes nous vraiment au XXI siècle !

    Un cessez le feu… Cà fait drôle. Espérons que çà se fasse, et que non seulement ces jeunes filles soient libérées, mais qu’ils arrivent à un accord de paix. Ce serait tellement bien pour tous.

    – 1

    Ces pauvres filles vont être libérées après avoir été violées combien de fois, chacune ?

    – des accords avec des terroristes, ça laisse un malaise

    – boko haram est ainsi reconnu de fait ?

    Si ces intentons sont avérées réelles c’est une très bonne chose () reste à savoir si certains politiques vont prendre cette libération comme argument de récup ! . . . »Le Nigeria espère voir les lycéennes libérées d’ici mardi »…..Mardi, les prétendues « élections » seront passées et, excusez du peu, le dénommé Goodluck (bonne chance) aura été réélu! Cherchez l’erreur. Les pauvres jeunes filles n’auront été qu’un argument électoral !

    michel  •     Très fort les islamistes : il vont rendre 200 converties islam et 200 futur islamistes – les parents vont être contents … et FH aussi …

  • Gauchiasserepentie  •    Fallait bien les libérer, afin de ne pas les voir accoucher dans la jungle … Sympas, ces barbaresNégromuzz !

    Clopes  •    Excellente nouvelle si elle se réalise !
    eddy  •    Négocier un cessez-le-feu ne suffit pas avec ces terroristes, qu’ont-ils promis d’autre ? Des armes, de l’argent, des libérations de djihadistes forcenés ?
  • Uomo  •  C’est très bien….j’espère que cela aboutira… Maintenant, il faut une mobilisation INTERNATIONALE pour faire libérer ASIA BIBI condamnée à mort au Pakistan :
    GhostWriter  •  En dépit des moyens , déployés, avec l’aide internationale, pour localiser, les 200 jeunes filles, , rien n’a permis, de savoir ce qu ‘elles étaient advenues, sauf quelques témoignages , sur des camions transportant des jeunes filles ………………
    GhostWriter  •    un « cessez le feu » …………. avec laquelle des factions de Boko Haram , qui est loin d’être une seule entité
  •  compte tenu des derniers événements au Cameroun, Boko Haram, paraît être plus dans une logique de développement du territoire , Nigéria, Cameroun, Tchad, que dans celle d ‘un cessez le feu
  • Amira  •  ils savent s’entre tuer , ils doivent savoir s’entendre !
  • Un « Noir »

    Pour paraphraser @Recherche disant »Bienvenue aux paradis,les »vierges »vous attendent je préfère,répliquer avec dégout: Bienvenue aux paradis,les »verges » vous attendent.Nous étions fait pour être libres,nous étions faits pour être heureux: Et si ce n’est pas nous la faute,montrez-moi les meneurs du jeu:Le monde l’est lui pour y vivre,et tout le reste est de l’hébreu: Vos lois vos règles et vos bibles,et la charrue avant les bœufs:Nous étions fait pour être libre,nous étions fait pour être heureux.

    Nicolas lefeuvre      Bonjour, Mon dessin sur ce sujet : http://dessinspolitiques.over-blog.com Merci de votre visite !

    ANDRE B

    @SEDDI BOURAK en terre d’islam il y a des millions et des millions de morts au niveau des états le savez vous? A votre disposition pour vous donner les chiffres du Soudan, Egypte, Iran, Irak, Lybie……….et bien d’autres

    Seddis Bourak

    Vous avez tout à fait raison sur les faits MAIS quelles sont les causes ? Ce sont les causes qui m’intéressent, les conséquences sont devant nous ! (Les musulmans sont les premières victimes des extrémistes, loin devant !)

    Lady Gaga

    @ Saddid Bourak, 6H37 voilà quelqu’un qui vient prêcher sur le Monde.fr et tente de convertir un égaré, ici ou là. La vie n’est qu’illusion, éphémère et mensonge, la vraie vérité est ailleurs…si un roi rêvait qu’il est artisan et si un artisan rêvait qu’il est roi…tout n’est qu’illusion, être ou ne pas être rêver, dormir peut-être…. Convertis-toi, PMM ! et pars faire ta B.A en Syrie ! 70 filles VIERGES qui n’attendent que toi, ça te dit rien ?

    Lady Gaga              Quand ça ne passe pas par la porte, essayez de passer par la fenêtre.

    Seddis Bourak

    Ok, parlez-nous du million de morts (1 000 000) causés par bush : C’est futile, ça ne compte pas ? Ou bien il y a souffrance et souffrance ? Tous les extrémistes se valent : Qu’ils soient daech, bush, …

    Lydie AUTE

    + 1@ Anne M 20H32 Certains experts savent avec perversité retourner comme un gant tous les concepts. Voici des femmes réelles, enlevées à leur famille par des fascistes religieux, retirées de force de l’école, emprisonnées dans un vêtement qui leur retire leur liberté de bouger mais aussi de penser, obligées de réciter des slogans, mais, non ! pour certains, ce sont les femmes occidentales qui seraient des femmes-objets. Non, ne pas confondre la pub, virtuel, et les femmes réelles.

    Seddis Bourak

    A la différence de certains, moi je dénonce TOUS les terrorismes, TOUS les intégrismes, TOUS les extrémismes. Boko Haram fait partie de ces criminels. Je dénonce aussi ceux qui poussent à la radicalisation : Daech ou l’ei est le résultat de l’action civilisatrice de bush et blair en Irak. Autre exemple : Les dictatures qui torturent leurs peuples aussi (malheureusement : Qui est derrière pinochet, le shah, noriega, moubarak, sissi, …). Il ne faut pas voir une seule souffrance !

.

Publicités