La dette publique dépasse, pour la première fois, les 2 000 milliards d’euros

Le Monde.fr avec AFP |

L'immeuble de Bercy qui abrite le ministère de l'économie.

La dette publique de la France s’est établie à 2 023,7 milliards d’euros à la fin du deuxième trimestre, dépassant pour la première fois les 2 000 milliards, a annoncé l’Insee, mercredi 30 septembre.

Rapportée à la richesse nationale, cette dette, mesurée selon les critères de Maastricht, atteint 95,1 % du produit intérieur brut (PIB), ajoute l’Insee. La dette de l’Etat a augmenté de 35,2 milliards d’euros sur le trimestre, pour s’élever à 1 612,6 milliards, précise l’Insee dans un communiqué.

Outre la dette de l’Etat, la dette publique au sens de Maastricht inclut celles des administrations de sécurité sociale (212,4 milliards à la fin de juin), des administrations publiques locales (179,0 milliards) et des organismes divers d’administration centrale (20,1 milliards).

La dette nette des administrations publiques s’élevait à 1 813,9 milliards d’euros à la fin de juin, soit 85,3 % du PIB, contre 84,3 % à la fin du premier trimestre, en progression de 23,7 milliards sur trois mois, ajoute l’Insee.

A la veille de la présentation du projet de budget 2015 de l’Etat au conseil des ministres, l’entourage du ministre des finances, Michel Sapin, assure que « la politique du gouvernement doit permettre de stopper la croissance de la dette avec l’assainissement des comptes publics grâce à des économies d’une part, et une stratégie de croissance d’autre part, avec le crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi et le pacte de responsabilité et de solidarité ».

==================================

La dette publique dépasse pour la première fois 2000 milliards d’euros

Par LEXPRESS.fr, publié le 30/09/2014 à 08:57, mis à jour à 09:34

Une barre symbolique est franchie. La dette publique de la France s’est établie à 2023,7 milliards d’euros à la fin du deuxième trimestre, annonce l’Insee.

La dette publique dépasse pour la première fois 2000 milliards d'euros

Le seuil des 2000 milliards d’euros a été dépassé

afp.com/Philippe Huguen

La dette publique de la France s’est établie à 2023,7 milliards d’euros à la fin du deuxième trimestre, dépassant pour la première fois la barre symbolique des 2.000 milliards, a annoncé ce mardi l’Insee.

Rapportée à la richesse nationale, cette dette, mesurée selon les critères de Maastricht, atteint 95,1% du PIB (Produit intérieur brut), en augmentation de 1,1 point par rapport au trimestre précédent.

L’augmentation est imputable à l’Etat, dont la contribution à la dette a progressé de 35,2 milliards d’euros, tandis que celle des administrations de sécurité sociale et des administrations publiques locales a diminué.

La défense de Bercy

Mais le gouvernement rappelle avoir largement hérité de cette situation d’endettement croissant. Ainsi, au ministère des Finances, on souligne que la dette a doublé entre 2002 et 2012, passant de 930 à 1.860 milliards d’euros, dont 600 milliards entre 2007 et 2012.

« La politique menée [aujourd’hui] repose à la fois sur un assainissement des finances publiques avec un programme d’économies et sur une stratégie de croissance avec le CICE et le Pacte de responsabilité, doit permettre de stopper la croissance de la dette », assure Bercy.

« La France bénéficie ainsi de la confiance des investisseurs, ce qui permet à l’Etat mais aussi aux entreprises et aux particuliers d’emprunter à des taux très bas« , assure le ministère.

=========================================

La dette publique dépasse les 2 000 milliards d’euros

Le Point –

Pour la première fois, la dette de la France a franchi ce cap symbolique, s’établissant à plus de 2 023 milliards à la fin du deuxième trimestre.

Le ministère de l'Économie et des Finances
Le ministère de l’Économie et des Finances © Gilles Leimdorfer / AFP

La dette publique de la France s’est établie à 2 023,7 milliards d’euros à la fin du deuxième trimestre, dépassant pour la première fois la barre symbolique des 2 000 milliards, a annoncé mercredi l’Institut national de la statistique et des études économiques. Rapportée à la richesse nationale, cette dette brute, mesurée selon les critères du traité de Maastricht, atteint 95,1 % du produit intérieur brut (PIB), soit 1,1 point de plus qu’au trimestre précédent, précise l’Insee dans un communiqué.

Par rapport à la fin du premier trimestre, la dette publique brute a augmenté de 28,7 milliards d’euros. Cette hausse est imputable à l’État, dont la contribution à la dette a progressé de 35,2 milliards d’euros, tandis que celle des administrations de sécurité sociale et des administrations publiques locales a diminué. Dans ses dernières prévisions, le gouvernement tablait sur une dette publique à 95,1 % du PIB seulement à la fin de l’année, mais ces prévisions n’ont pas été mises à jour après l’abaissement des estimations de croissance et le relèvement de celles concernant le déficit, le 10 septembre. Après la publication de l’Insee, le gouvernement a rappelé avoir largement hérité de cette situation d’endettement croissant.

Au ministère des Finances, on souligne que la dette a doublé entre 2002 et 2012, passant de 930 à 1 860 milliards d’euros, dont 600 milliards entre 2007 et 2012. « La politique menée par (l’actuel) gouvernement, qui repose à la fois sur un assainissement des finances publiques avec un programme d’économies et sur une stratégie de croissance avec le CICE et le pacte de responsabilité, doit permettre de stopper la croissance de la dette », assure Bercy. « La France bénéficie ainsi de la confiance des investisseurs, ce qui permet à l’État mais aussi aux entreprises et aux particuliers d’emprunter à des taux très bas », ajoute le ministère

=================================

La dette publique a atteint 95,1% du PIB au 2e trimestre

PARIS (Reuters) – La dette publique de la France a augmenté de 28,7 milliards d’euros au deuxième trimestre pour atteindre 2.023,7 milliards fin juin, soit 95,1% du PIB, selon les statistiques publiées mardi par l’Insee.

Le ratio de dette sur PIB a ainsi augmenté de 1,1 point par rapport à la fin du premier trimestre.

La dette de l’Etat a augmenté de 35,2 milliards d’euros sur le trimestre pour s’élever à 1.612,6 milliards, précise l’Insee dans un communiqué.

Outre la dette de l’Etat, la dette publique au sens de Maastricht inclut celles des administrations de sécurité sociale (212,4 milliards fin juin), des administrations publiques locales (179,0 milliards) et des organismes divers d’administration centrale (20,1 milliards).

La dette nette des administrations publiques s’élevait à 1.813,9 milliards d’euros fin juin, soit 85,3% du PIB, contre 84,3% à la fin du premier trimestre, en progression de 23,7 milliards sur trois mois, ajoute l’Insee.

A la veille de la présentation du projet de budget 2015 de l’Etat au conseil des ministres, l’entourage du ministre des Finances, Michel Sapin, assure que « la politique du gouvernement doit permettre de stopper la croissance de la dette avec l’assainissement des comptes publics grâce à des économies d’une part, et une stratégie de croissance d’autre part, avec le CICE et le pacte de responsabilité et de solidarité ».

(Jean-Baptiste Vey)

====================================

La dette publique dépasse la barre des 2.000 milliards d’euros

Rapportée à la richesse nationale, cette dette brute atteint 95,1% du PIB, soit 1,1 point de plus qu’au trimestre précédent.

 (SIPA) (SIPA)

La dette publique de la France s’est établie à 2.023,7 milliards d’euros à la fin du deuxième trimestre, dépassant pour la première fois la barre symbolique des 2.000 milliards, a annoncé mardi 30 septembre l’Institut national de la statistique et des études économiques.

Rapportée à la richesse nationale, cette dette brute, mesurée selon les critères du traité de Maastricht, atteint 95,1% du produit intérieur brut (PIB), soit 1,1 point de plus qu’au trimestre précédent, précise l’Insee dans un communiqué.

Par rapport à la fin du premier trimestre, la dette publique brute a augmenté de 28,7 milliards d’euros.

Cette hausse est imputable à l’Etat, dont la contribution à la dette a progressé de 35,2 milliards d’euros, tandis que celle des administrations de sécurité sociale et des administrations publiques locales a diminué.

Dans ses dernières prévisions, le gouvernement tablait sur une dette publique à 95,1% du PIB seulement à la fin de l’année, mais ces prévisions n’ont pas été mises à jour après l’abaissement des estimations de croissance et le relèvement de celles concernant le déficit, le 10 septembre.

Après la publication de l’Insee, le gouvernement a rappelé avoir largement hérité de cette situation d’endettement croissant.

Au ministère des Finances, on souligne que la dette a doublé entre 2002 et 2012, passant de 930 à 1.860 milliards d’euros, dont 600 milliards entre 2007 et 2012.

« La politique menée par (l’actuel) gouvernement, qui repose à la fois sur un assainissement des finances publiques avec un programme d’économies et sur une stratégie de croissance avec le CICE et le Pacte de responsabilité, doit permettre de stopper la croissance de la dette », assure Bercy.

« La France bénéficie ainsi de la confiance des investisseurs, ce qui permet à l’Etat mais aussi aux entreprises et aux particuliers d’emprunter à des taux très bas », ajoute le ministère.

(Avec AFP)

====

Commentaires

CONFUCIUS : tout ce qui est excessif est insignifiant ……………………………….

Tous les jours, je remercie les électeurs de hollande qui s’appauvrissent au quotidien. Avec un hollande qui va plonger la france dans le chaos et un sarkozy au bilan catastrophique, comment le FN ne pourrait t il pas s’imposer en 2017!!!!

Pas évident personne ne veut accepter les réformes!! Les avantages acquis , personne ne veut les remettre en question!! alors que les pays émergents progressent et vont nous « bouffer » Si les gouvernements avaient fait leur travail sans arrière pensée de réélection depuis ces 30- dernières années et les syndicats davantage coopératifs la France ne serait pas dans cette situation conduisant à son déclin inévitable,vu les circonstances!! Si on fait ce qu’il faut c’est la Révolution !alors je ne vois pas de solution!!

Merci pour vitre inaction et vos commérages de basse cours ! Eh oui ça coûte cher ! Sauf pour votre salaire bien sûr !

C’est normal avec tous les déplacements que nos ministres parcourent et aussi celui du chef de l’état ! Il y a également les envois de troupes dans plusieurs pays de l’Afrique alors que ça aurait être évité (l’Allemagne a eu réussi de ne pas suivre la décision prise par B. Obama)

ANDRE B

NON PILOTEE PAR DES SOCIALISTES

Kouik A

Pas la peine de se leurrer nous ne parviendrons à redresser la situation que lorsque nous serons au bord du gouffre. A ce moment là, les réformes se feront mais dans la douleur et avec la plus grande injustice. Les groupes les mieux organisés, comme les professions réglementées aujourd’hui en grève, seront ceux qui échapperont le mieux à devoir payer leur part (bien qu’ils aient très largement profité de la gabegie eux aussi). En attendant, champagne !

Kamel B.

Il serait peut-être tant de sortir la tête de sous terre Mme l’autruche !

ANDRE B

BRAVO MOI PRESIDENT DES SANS DENT

 Du bon sens

Une stratégie de croissance ? Comment dire que cette politique repose sur du sable… Et pilotée par des fous.

ravachol

C’est une gestion sapinesque…

Ancien ministre du chomage, actuel ministre de la dette française, menteur professionnel et ami de 20ans du monarque hulot qui « tient le cap « comme il nous le ressasse à chaque intervention dans les médias. ; avec le matamore qui ne fera pas mieux que l’endormi précédent… Voila la situation catastrophique ou nous sommes, aggravée par l’idéologie de ces branqs…

pipo13

Bravo la France ! Quelle belle occasion de féliciter nos gouvernants. De Mitterrand à Hollande, en passant par Chirac, Sarkozy et tous leurs collègues de gauche comme de droite, ils ont font mieux que leurs rivaux à l’étranger. Et, cerise sur le gâteau, notre pays a surtout emprunté à l’étranger, de sorte que les intérêts colossaux de notre dette ne profitent même pas à notre économie. Décidément, on est les plus forts…

DRAGOON

Réduire la dette publique ! …… Est ce que par hasard ce n’était pas aussi l’un des engagements de ce « président normal » ?… Entre autre !…

Rigoleur

Bravo les politiques     Vos efforts enfin récompensés… Persévérez, je suis certain que vous pouvez faire mieux !

RAIPONCEL’HOMME qui valait 2000 milliards… (et. Ce n’est pas un feuilleton américain… ). C’est… HOLLANDE celà lui restera comme un scotch collé sur son image et le pire c’est que la dette de la France augmente d’environ 5. 000 euros par seconde…

Firetiger

Et on continue   A nourrir grassement une classe politique en surnombre et parfaitement incompétente… Jusqu’à quand ? N’entendent – ils pas gronder autours d’eux ?

Republaïque

Curieux, pas de cocorico ? D’habitude quand la France est championne de quelque chose, le président s’en félicite… Distribue légions d’honneurs et autres ministères… Et ici, silence radio ! Curieux !

jackknight

Ce gouvernement…… Va nous dire que ça lui laisse une marge de 4. 9% !

Nipple l

Bientôt comme la Grèce. Faites que ça arrive vite que vous fermiez vos clapets de français font les opinions n’importe personne.

claide

La faute à qui ? A Sarko, bien sur !

ANDRE  • 

  • Belle réussite je trouve pour des génies de la finance

    rhalovely  • 

    le changement ça devait être maintenant … la faillite en tout cas est imminente ! ! !

    Anon  • 

    faut pas oublier les intérêts à payer qui sont de 1826€ par SECONDE !!! soit 157 Millions par jour…

Publicités