L’Ukraine promet plus d’autonomie à l’Est séparatiste

Le président ukrainien Petro Porochenko a promis mercredi une plus grande autonomie à l’est séparatiste, où la trêve est globalement respectée, alors que les rebelles exigent leur indépendance dans cet épineux règlement du conflit suivi de près par les Occidentaux.

Après plusieurs jours d’atermoiement, l’Union européenne doit trancher mercredi sur l’application de nouvelles sanctions économiques contre la Russie en fonction de la situation sur le terrain et de l’avancée des pourparlers de paix depuis la signature vendredi à Minsk d’un « protocole » de cessez-le-feu entre Kiev et les rebelles.

La situation dans l’est de l’Ukraine a « changé radicalement » depuis l’entrée en vigueur de la trêve, s’est félicité M. Porochenko lors d’une réunion du conseil des ministres.

« Avant l’annonce du cessez-le-feu, l’Ukraine perdait chaque jour des dizaines de vies de ses héros », a-t-il souligné, au lendemain d’un entretien téléphonique avec son homologue russe Vladimir Poutine confirmant sa détermination à trouver une issue pacifique au conflit.

Mais « l’Ukraine n’a fait aucune concession sur son intégrité territoriale », a déclaré M. Porochenko, en faisait allusion à la signature à Minsk d’un document en douze points qui accorde notamment un « statut spécial » aux régions de Donetsk et Lougansk, deux fiefs rebelles, pour la mise en place d’un « gouvernement autonome provisoire » et la tenue d’élections locales anticipées.

Porochenko a annoncé qu’il soumettrait au parlement un projet de loi garantissant plus d’autonomie à l’Est tout en précisant qu’il fermait la porte à toute discussion « sur une fédéralisation ou sur une quelconque séparation » (des régions de l’Est).

« La loi sur une administration autonome temporaire pour les districts de Donetsk et Lougansk fournit un statut qui maintient ces régions en Ukraine », a-t-il insisté.

– Les séparatistes rejettent l’autonomie –

Mais les séparatistes prorusses souhaitent l’indépendance de leur territoire et non un maintien au sein du pays avec des pouvoirs renforcés comme souhaité par le président ukrainien, a affirmé peu après à l’AFP un responsable des rebelles.

« Nous ne prévoyons pas de demeurer une partie de l’Ukraine », a déclaré Andreï Pourguine, le vice-Premier ministre de la République populaire de Donetsk proclamée par les rebelles.

Parallèlement, la Russie, accusée par l’Union européenne et les Etats-Unis de souffler le chaud et le froid dans ce conflit, le plus grave depuis la fin de la Guerre froide, continue de faire pression sur l’Ukraine en mettant en garde contre une entrée dans l’Otan.

« Nous ne voulons pas voir l’Ukraine dans l’Otan », a déclaré mardi l’ambassadeur de Russie auprès de l’Union européenne, Vladimir Chizhov. « L’Ukraine dans l’Otan serait un défi sans précédent à la sécurité européenne, le plus important depuis la chute du Mur de Berlin », a-t-il ajouté.

Le gouvernement ukrainien a annoncé fin août sa volonté de relancer le processus d’adhésion à l’Otan, interrompu en 2010 par le régime prorusse du président Viktor Ianoukovitch. L’Otan a laissé la porte ouverte, sous réserve que Kiev fasse les « réformes nécessaires », « s’adapte aux normes de l’Otan » et « remplisse tous les critères ».

– ‘Nuit calme’ –

Après plusieurs jours de tensions, notamment aux abords du port stratégique de Marioupol, la situation évoluait vers l’apaisement.

La mairie de Donetsk a indiqué que « la nuit a été calme » dans ce fief rebelle durement éprouvé ces derniers mois par les combats.

Le porte-parole des opérations militaires ukrainiennes, Oleksii Dmitrachkivskii, a pour sa part évoqué six tirs d’artillerie par les insurgés contre des check-points ukrainiens dans la nuit, notamment près de l’aéroport de Donetsk. « Les forces armées ukrainiennes respectent le cessez-le-feu », a-t-il souligné.

Les Etats-Unis ont estimé mardi que le cessez-le-feu en Ukraine « tenait globalement » et qu’ils décideraient d’imposer des sanctions supplémentaires à la Russie selon ce qui se passera sur le terrain « dans les prochains jours ».

L’UE, elle, a indiqué que ses Etats membres allaient « de nouveau se saisir de la question pour décider des prochaines étapes », selon la porte-parole du service diplomatique de l’UE, Maja Kocijancic.

Les 28 ambassadeurs de l’UE doivent analyser une évaluation fournie par le service diplomatique sur la mise en œuvre du cessez le feu. La « procédure normale » voudrait qu’ils lancent la mise en œuvre des sanctions, après leur adoption formelle lundi, a indiqué une source européenne.

Mais les Etats membres, dont un bon nombre redoutent les retombées des sanctions sur leurs économies, ou les jugent inopportunes après l’accord de cessez le feu, pourraient se donner plus de temps.

L’Ukraine se félicite d’une désescalade, promet plus d’autonomie à l’Est

 

Le président ukrainien Petro Porochenko a annoncé mercredi que la majeure partie des troupes russes avaient quitté l’Ukraine, cinq jours après une trêve globalement respectée, et promis une plus grande autonomie à l’Est séparatiste, qui exige l’indépendance.

A la lueur de cette évolution vers une nette désescalade et après plusieurs jours d’atermoiement, l’Union européenne devait trancher mercredi sur l’application de nouvelles sanctions économiques contre la Russie pour atteinte à la souveraineté de l’Ukraine.

« Selon la dernière information que j’ai reçue de nos services de renseignement, 70% des forces russes ont été retirées », a déclaré M. Porochenko, alors que Moscou a toujours démenti tout présence militaire en Ukraine. « Ceci nous fait espérer en l’avenir de l’initiative de paix », a-t-il ajouté.

Selon lui, la situation dans l’est a « changé radicalement » depuis l’entrée en vigueur de la trêve scellée vendredi entre Kiev et les rebelles prorusses.

« Avant l’annonce du cessez-le-feu, l’Ukraine perdait chaque jour des dizaines de vies », a-t-il souligné, au lendemain d’un entretien téléphonique avec son homologue russe Vladimir Poutine confirmant sa détermination à trouver une issue pacifique au conflit qui a fait plus de 2.700 morts.

Mais « l’Ukraine n’a fait aucune concession sur son intégrité territoriale », a déclaré M. Porochenko, en faisait allusion à la signature vendredi d’un document en douze points qui accorde notamment un « statut spécial » aux régions de Donetsk et Lougansk, deux fiefs rebelles, pour la mise en place d’un « gouvernement autonome provisoire » et la tenue d’élections locales anticipées.

Un projet de loi garantissant plus d’autonomie à l’Est sera présenté au Parlement, a-t-il dit, excluant toute discussion « sur une fédéralisation ou sur une quelconque séparation » (des régions de l’Est).

– Les séparatistes rejettent l’autonomie –

Mais les séparatistes prorusses veulent l’indépendance de leur territoire et non un maintien au sein du pays avec des pouvoirs renforcés comme souhaité par le président ukrainien, a affirmé peu après à l’AFP un responsable des rebelles.

« Nous ne prévoyons pas de demeurer une partie de l’Ukraine », a réaffirmé mercredi Andreï Pourguine, le vice-Premier ministre de la République populaire de Donetsk proclamée par les rebelles.

Accusée par l’Union européenne et les Etats-Unis de souffler le chaud et le froid dans ce conflit — le plus grave depuis la fin de la guerre froide — la Russie a de son côté affirmé que l’Ukraine était responsable du crash du vol MH17 de la Malaysia Airlines en juillet dans l’est de l’Ukraine.

« La catastrophe a eu lieu dans l’espace aérien de l’Ukraine qui porte la pleine responsabilité pour ce qui s’est passé », a argumenté le ministre russe de la Défense mercredi, au lendemain de la publication d’un rapport préliminaire sur le crash ayant fait 298 morts.

Ce rapport indique que le Boeing s’est disloqué en vol en raison d’un « grand nombre de projectiles à haute énergie qui ont pénétré de l’extérieur dans l’avion » et le Premier ministre malaisien, Najib Razak, a estimé que cela alimentait « la forte suspicion » d’un tir de missile.

Kiev a accusé les séparatistes d’avoir tiré un missile fourni par la Russie.

Moscou continue par ailleurs de faire pression sur l’Ukraine en la mettant en garde contre une entrée dans l’Otan, qui serait un défi sans précédent à la sécurité européenne, le plus important depuis la chute du Mur de Berlin » selon l’ambassadeur de Russie auprès de l’Union européenne, Vladimir Tchijov.

– ‘Nuit calme’ –

Après plusieurs jours de tensions, notamment aux abords du port stratégique de Marioupol, la situation évoluait vers l’apaisement.

La mairie de Donetsk a indiqué que « la nuit a été calme » dans ce fief rebelle durement éprouvé ces derniers mois par les combats.

Le porte-parole des opérations militaires ukrainiennes, Oleksii Dmitrachkivskii, a pour sa part évoqué six tirs d’artillerie par les insurgés contre des check-points ukrainiens dans la nuit, notamment près de l’aéroport de Donetsk. « Les forces armées ukrainiennes respectent le cessez-le-feu », a-t-il souligné.

Les Etats-Unis ont estimé mardi que le cessez-le-feu en Ukraine « tenait globalement » et qu’ils décideraient d’imposer des sanctions supplémentaires à la Russie selon ce qui se passera sur le terrain « dans les prochains jours ».

L’UE, elle, a indiqué que ses Etats membres allaient « de nouveau se saisir de la question pour décider des prochaines étapes », selon la porte-parole du service diplomatique de l’UE, Maja Kocijancic.

Les 28 ambassadeurs de l’UE doivent analyser une évaluation fournie par le service diplomatique sur la mise en oeuvre du cessez le feu.

La plupart des troupes russes ont quitté l’Ukraine

KIEV (Reuters) – Le président ukrainien Petro Porochenko a indiqué mercredi que la Russie avait rapatrié sur son territoire la majeure partie des troupes qu’elle avait déployées dans l’est de l’Ukraine, laissant espérer la possibilité d’un processus de paix.

« D’après les dernières informations que j’ai reçues de nos services de renseignement, 70% des troupes russes ont franchi la frontière dans l’autre sens », a dit Porochenko lors d’une réunion du gouvernement.

Lors de cette intervention, le chef de l’Etat ukrainien a précisé qu’une feuille de route dont le contenu a été accepté la semaine dernière par l’Ukraine et par les séparatistes pro-russes préserve le concept de souveraineté et d’unité dans les frontières du pays.

Un texte de loi accordant un statut spécifique à certaines zones occupées par les rebelles dans les régions de Donetsk et Louhansk sera soumis au Parlement la semaine prochaine, a toutefois déclaré le chef d’Etat.

« Le protocole (signé à Minsk vendredi dernier) prévoit la restauration et la préservation de la souveraineté ukrainienne sur l’ensemble du territoire du Donbass comprenant les zones contrôlées par les combattants », a dit Petro Porochenko.

Le chef de l’Etat a par ailleurs déclaré à ses ministres que le cessez-le-feu signé la semaine dernière entre les deux parties dans l’est du pays était difficile à faire respecter en raison des provocations des rebelles.

Un conseiller du Kremlin a affirmé, lui, que Vladimir Poutine et Petro Porochenko étaient largement satisfaits de la manière dont le cessez-le-feu était appliqué dans l’est de l’Ukraine.

Les deux chefs d’Etat se sont entretenus de la question mardi lors d’une conversation téléphonique, a indiqué Iouri Ouchakov. Une « satisfaction a été exprimée de notre part et de celle des Ukrainiens sur la manière dont le cessez-le-feu est observé bien que ce soit un processus difficile », a-t-il dit.

Ukraine: l’Est séparatiste restera au sein du pays

 

Le président ukrainien Petro Porochenko a annoncé mercredi qu’il soumettrait au parlement un projet de loi garantissant plus d’autonomie à l’Est séparatiste prorusse mais que cette région resterait au sein du pays.

La situation dans l’est de l’Ukraine a « changé radicalement » depuis l’entrée en vigueur du cessez-le-feu vendredi, s’est-il félicité. « Avant l’annonce du cessez-le-feu, l’Ukraine perdait chaque jour des dizaines de vies de ses héros », a-t-il dit lors d’une réunion du conseil des ministres.

Mais « l’Ukraine n’a fait aucune concession sur son intégrité territoriale », a déclaré M. Porochenko, en faisait allusion à la signature vendredi à Minsk d’un « protocole » de cessez-le-feu avec les rebelles prorusses pour mettre fin à cinq mois de conflit et alors que les rebelles réclament leur « indépendance ».

« Il ne peut y avoir de discussion sur une fédéralisation ou sur une quelconque séparation (des régions de l’Est). La loi sur une administration autonome temporaire pour les districts de Donetsk et Lougansk (deux fiefs rebelles) fournit un statut qui maintient ces régions en Ukraine », a-t-il assuré.

Mais les séparatistes prorusses souhaitent l’indépendance de leur territoire et non un maintien au sein du pays avec des pouvoirs renforcés comme souhaité par le président ukrainien, a affirmé peu après à l’AFP un responsable des rebelles.

« Nous ne prévoyons pas de demeurer une partie de l’Ukraine », a déclaré Andreï Pourguine, le vice-Premier ministre de la République populaire de Donetsk proclamée par les rebelles.

==============

Commentaires

Eric  •  

  • 1) La seule preuve de bonne foi possible c’est le referendum local ; toute autre voie est antidémocratique et contraire au droit des peuples à disposer d’eux memes, qui plus est pour une région russophone ou les russophones vivent sur la terre de leurs ancetres, et alimentent un pays en faillite e..
  • marc l  •  

    Le bras de fer continue !
    Après des milliers de morts , des centaines de milliers d’exilés , un pays détruit d’un côté et l’armée Ukrainienne largement battue de l’autre, comment les populations révoltées de l’Est pourraient elles se contenter de  » simples aménagements  » de leur statut  …
  • chryso  • 

    Il est marrant Poro, il dit que le cessez-le-feu est difficile à tenir par provocation des rebelles; mais dans le même temps il essaie de faire le ménage dans les milices de Secteur Droit et autres qui elles aussi dérapent…mais ça il ne le dit pas. Pas sûr que malgré qu’il soit président il ait…
  • TopLa  •  

    Curieux, les observateurs de l’OSCE postés sur la frontière n’ont pas vu de troupes entrer, seul Kiev semble voir des colonnes de blindés et des troupes en Ukraine… sans pouvoir prendre une seule photo, même lorsqu’ils prétendent les avoir détruits!
     
  • Brivibas  •  

    Un rapport d’Amnesty International confirme les crimes commis par le bataillon pro-Kiev Aïdar dans le sud-est de l’Ukraine
    Le rapport constate que « cette formation est devenue tristement célèbre auprès de la population régionale pour les crimes, les atrocités et le banditisme flagrant »
  • CetipasMalheureu  •  

    Les dernières informations que j’ai reçues de nos services de renseignement … » MDRR … Mais qui peut encore se fier aux sdr ukrainiens ? Une fois de plus, mensonges, calomnies et camouflages avec la complicité des services occidentaux y compris les journaleux.
    Une telle déclaration…
    Elena  •  Le taré de Porochenko doit se taire. Son pays est ruiné et démoralisé, il a fait lutter l’armée contre son peuple. Il doit capituler sans conditions
    Article mensonger. Des troupes russes inexistantes sur le territoire d’Ukraine ne  peuvent pas franchir la frontière. Voila comment fonctionne la propagande impérialiste!
     
  • Liberté  •  

    En fait il est en train d’affirmer qu’il n’y avait pas de civils dans les villes que l’armée ukrainienne a bombardées, qu’il n’y avait que des troupes russes. D’après lui meme l’ONU qui d’ailleurs est très loin d’etre pro-russe a menti en disant qu’il y a plus de 800 000 réfugiés ukrainiens en Russie… benjamin  •  Aujourd’hui le monde a changé, les valeurs aussi. Il suffit de jeter un coup d’œil sur les moyens sophistiqués en notre possession pour se rendre compte que nous sommes capables de tout manipuler : manipuler l’information, manipuler les gens, manipuler même les gouvernements et les pays.
    Gilet Vert II Le Retour  •

    • Le point commun entre Porcochoco et la fee Clochette? Il peut faire apparaitre ou disparaitre des troupes et des chars Russes, en predisant leurs actions.
      Mais il peut aussi faire disparaitre des medias occidentaux les néo-nazis à ses bottes, ainsi que leurs crimes et massacres en nombre…


      michel le rebelle  • 

      La peur du loup ou le début de la sagesse ??

      Christo  •

      l’est restera au sein de l’Ukraine mais porochenko et ses putschistes devront payer pour leur crimes.

      Vladimir  • 

      Pour encourager les efforts d’apaisements …plus de sanctions ???

      Il eut été plus juste d’éviter la mort et les destructions pour finalement discuter comme cela aurait pu se faire des le début…si j’étais eux je dormirais très mal…

Publicités