Gaza, Syrie et Liban : Israël pris sous trois feux différents
LePoint.frP Source AFP

L’État hébreu s’est retrouvé pris sous le feu sur trois fronts entre samedi et dimanche, essuyant des tirs de roquettes de Syrie, du Liban et de Gaza.

Israël s’est retrouvé pris sous le feu sur trois fronts différents entre samedi et dimanche, essuyant des tirs de roquettes de Syrie et du Liban en plus de ceux décochés de la bande de Gaza. Personne n’a revendiqué ces tirs provenant de Syrie et du Liban, deux voisins avec lesquels Israël reste techniquement en état de guerre. Des incidents transfrontaliers ont déjà eu lieu dans le passé.

« Au moins cinq roquettes tirées depuis la Syrie ont touché différents points du plateau du Golan », occupé par Israël depuis la guerre des Six-Jours en 1967, a indiqué l’armée israélienne. Pour Israël, la question est de savoir si ces tirs résultent ou non des combats en cours sur le territoire syrien. L’armée israélienne n’a pas riposté, a indiqué un porte-parole, au contraire du mois de juillet quand un projectile tiré de Syrie l’avait conduite à pilonner des positions de l’armée syrienne.

En juin, des appareils israéliens avaient attaqué des objectifs militaires syriens après qu’un adolescent israélien eut été tué dans ce qu’Israël a qualifié d’attaque transfrontalière par les forces loyales au régime de Bachar el-Assad. Samedi soir, une autre roquette tirée du Liban est tombée sur la Haute Galilée, dans le nord d’Israël, sans faire de dégâts ou de victimes.

Des hélicoptères israéliens survolent la frontière

Cette action non plus n’a pas été revendiquée et n’a pas donné lieu à des représailles israéliennes. Mais des hélicoptères israéliens ont survolé la frontière, a rapporté une source de sécurité libanaise. Au moins neuf roquettes avaient été tirées du Liban sur Israël mi-juillet. Israël avait riposté par des tirs d’artillerie. Des responsables militaires libanais avaient attribué ces tirs à un petit groupe palestinien solidaire des habitants de Gaza.
=========================================
Proche-Orient: Israël pris sous les feux de Gaza, de la Syrie et du

Israël s’est retrouvé pris sous le feu sur trois fronts différents entre samedi et dimanche, essuyant des tirs de roquettes de Syrie et du Liban en plus de ceux décochés de la bande de Gaza.

0502AC05085C61695CA663370D1_h403_w604_m2_q80_ckHEivCwA
Gila et Doron Tragerman, les parents de l’enfant israélien tué par un obus palestinien, lors de ses funérailles le 24 août 2014 à Yevul AFP

Israël poursuivra ses opérations militaires contre le Hamas dans la bande de Gaza jusqu’à ce qu’il ait restauré sa sécurité, a dit dimanche son Premier ministre Benjamin Netanyahu.

Personne n’a revendiqué ces tirs provenant de Syrie et du Liban, deux voisins avec lesquels Israël reste techniquement en état de guerre. Des incidents transfrontaliers ont déjà eu lieu dans le passé.

« Au moins cinq roquettes tirées depuis la Syrie ont touché différents points du plateau du Golan », occupé par Israël depuis la guerre des Six jours en 1967, a indiqué l’armée israélienne.

Pour Israël, la question est de savoir si ces tirs résultent ou non des combats en cours sur le territoire syrien.

L’armée israélienne n’a pas riposté, a indiqué un porte-parole, au contraire du mois de juillet quand un projectile tiré de Syrie l’avait conduite à pilonner des positions de l’armée syrienne. En juin, des appareils israéliens avaient attaqué des objectifs militaires syriens après qu’un adolescent israélien eut été tué dans ce qu’Israël a qualifié d’attaque transfrontalière par les forces loyales au régime de Bachar al-Assad.

Samedi soir, une autre roquette tirée du Liban est tombée sur la Haute Galilée, dans le nord d’Israël, sans faire de dégâts ou de victimes.

– « Ferme protestation » –

Cette action non plus n’a pas été revendiquée et n’a pas donné lieu à des représailles israéliennes. Mais des hélicoptères israéliens ont survolé la frontière, a rapporté une source de sécurité libanaise. Au moins neuf roquettes avaient été tirées du Liban sur Israël mi-juillet. Israël avait riposté par des tirs d’artillerie. Des responsables militaires libanais avaient attribué ces tirs à un petit groupe palestinien solidaire des habitants de Gaza.

Israël a adressé une « ferme protestation » à la Finul, la force des Nations unies qui, dans le sud du Liban, surveille la frontière.

Du côté de la bande de Gaza, où Israël fait la guerre à l’organisation islamiste Hamas depuis le 8 juillet, les Palestiniens ont poursuivi leurs tirs de roquettes sur Israël. L’armée israélienne a dénombré vingt tirs. Elle a elle-même frappé vingt objectifs « terroristes » dans le territoire dévasté, a-t-elle dit.

Deux personnes ont été tuées et cinq autres blessées dimanche matin par l’une de ces frappes, dans la ville de Gaza, ont rapporté les secours.

Plus de 2.100 personnes ont été tuées côté palestinien depuis le 8 juillet et le début de l’opération israélienne « Bordure protectrice » contre le Hamas qui contrôle le territoire palestinien, selon les secours locaux.

Côté israélien, 64 soldats et quatre civils ont perdu la vie.

Le premier enfant israélien tué par cette guerre vendredi dans un kibboutz proche de la bande de Gaza par un obus palestinien devait être enterré dimanche matin. L’exaspération va grandissant chez les riverains israéliens de la bande de Gaza contre le gouvernement, coupable selon eux de ne pas agir assez vigoureusement pour mettre fin aux tirs qu’ils subissent. Beaucoup ont fui.

– « Apprendre et non pas essayer de survivre » –

Au moins 480 enfants palestiniens âgés de 10 jours à 17 ans ont péri dans cette guerre, la troisième en six ans à Gaza, a indiqué l’Unicef, agence onusienne d’aide aux enfants.

« La mort d’enfants des deux côtés apporte une preuve supplémentaire et tragique de l’impact terrible que ce conflit a des deux côtés sur les enfants et leurs familles », a dit l’Unicef dans un communiqué où elle appelle au cessez-le-feu.

Un demi-million d’enfants qui devaient reprendre l’école dimanche dans la bande de Gaza n’ont pas pu le faire, ont dit l’Unicef et l’Unesco, autre agence onusienne pour l’éducation, ainsi que l’organisation Save The Children d’aide aux enfants.

« Aujourd’hui, les enfants devraient être à l’école pour apprendre et non pas essayer de survivre », ont dit David et Paulette Hassell, responsables de Save The Children. « Retourner à l’école est une bouée de sauvetage vitale pour ces enfants traumatisés », ont-ils souligné. Mais, avec 219 écoles endommagées, 103 d’entre elles transformées en refuges pour 330.000 Palestiniens déplacés et la menace continue des bombes, l’école devra attendre au moins deux ou trois semaines après l’instauration d’un cessez-le-feu pour reprendre, disent les humanitaires.

Or un tel cessez-le-feu restait dimanche très aléatoire.

L’Egypte, grand voisin d’Israël et de la bande de Gaza, a invité Israéliens et Palestiniens « à accepter un cessez-le-feu à la durée illimitée et à reprendre les négociations indirectes au Caire ». Ces négociations avaient avorté mardi dernier et les hostilités avaient repris après neuf jours de trêve.

Le Hamas s’est dit « pour tout accord ou tout effort sérieux qui réponde aux exigences palestiniennes ». Israël n’avait toujours pas répondu dimanche matin. Mais il a constamment asséné qu’il ne négociait pas tant que les tirs de roquettes se poursuivaient.
===================================================
Israël visé depuis le Gaza, la Syrie et le Liban
Liberation.fr

670829-un-soldat-israelien-veille-pres-du-dome-de-fer-batterie-anti-missiles-destinee-a-intercepter-les-roq
Un soldat israélien veille près du « Dôme de fer », batterie anti-missiles, destinée à intercepter les roquettes en provenance de Gaza, près de Beersheva, le 9 juillet 2014

Liberation.fr/Libération.fr – Un soldat israélien veille près du « Dôme de fer », batterie anti-missiles, destinée à intercepter les roquettes en provenance de Gaza, près de Beersheva, le 9

Des tirs de roquettes depuis les deux pays voisins se sont ajoutés ce week-end à ceux provenant du territoire palestinien. Dans le même temps, Tsahal poursuit son pilonnage de Gaza.

Israël s’est retrouvé pris sous le feu sur trois fronts différents entre samedi et dimanche, essuyant des tirs de roquettes de Syrie et du Liban en plus de ceux décochés de la bande de Gaza. Personne n’a revendiqué ces tirs provenant de Syrie et du Liban, deux voisins avec lesquels Israël reste techniquement en état de guerre. Des incidents transfrontaliers ont déjà eu lieu dans le passé. «Au moins cinq roquettes tirées depuis la Syrie ont touché différents points du plateau du Golan», occupé par Israël depuis la guerre des Six jours en 1967, a indiqué l’armée israélienne. Pour Israël, la question est de savoir si ces tirs résultent ou non des combats en cours sur le territoire syrien.

L’armée israélienne n’a pas riposté, a indiqué un porte-parole, au contraire du mois de juillet quand un projectile tiré de Syrie l’avait conduite à pilonner des positions de l’armée syrienne. En juin, des appareils israéliens avaient attaqué des objectifs militaires syriens après qu’un adolescent israélien eut été tué dans ce qu’Israël a qualifié d’attaque transfrontalière par les forces loyales au régime de Bachar al-Assad.
«Ferme protestation»

Samedi soir, une autre roquette tirée du Liban est tombée sur la Haute Galilée, dans le nord d’Israël, sans faire de dégâts ou de victimes. Cette action non plus n’a pas été revendiquée et n’a pas donné lieu à des représailles israéliennes. Mais des hélicoptères israéliens ont survolé la frontière, a rapporté une source de sécurité libanaise. Au moins neuf roquettes avaient été tirées du Liban sur Israël mi-juillet. Israël avait riposté par des tirs d’artillerie. Des responsables militaires libanais avaient attribué ces tirs à un petit groupe palestinien solidaire des habitants de Gaza. Israël a adressé une «ferme protestation» à la Finul, la force des Nations unies (…)
===========
Commentaires

Gérard
Excellente nouvelle ! Il et plus que temps que les pays voisins de l’état nazi sioniste contribuent à la destruction de cette verrue qu’est cette pourriture sur la face de l’humanité ! Mais il faut que ces missiles atteignent leur cible et détruisent de la crasse sioniste ! Partout où nous nous…

Luca
« Israël visé depuis le Gaza, la Syrie et le Liban »
encore un titre de médias sioniste alors que des civils ont massacrés sans pitié . Israël au fond serait victime . Vous êtes vous dejà demandé pourquoi Israël n’est ami d’aucun de ses voisins ? Si vous l’aviez comme voisin vous comprendriez… Plus

Ouria
Ils ne vont plus savoir où donner de la tête.

philippe
L’étau se resserre ca va PETER  » » » »
A Gerber
Tant que c’est des musulmans, ça me va.
===============================================
Proche-Orient: Israël pris sous les feux de Gaza, de la Syrie et du Liban
AFP Par Laurent LOZANO | AFP –

Israël s’est retrouvé pris sous le feu sur trois fronts différents entre samedi et dimanche, essuyant des tirs de roquettes de Syrie et du Liban en plus de ceux décochés de la bande de Gaza.

Israël poursuivra ses opérations militaires contre le Hamas dans la bande de Gaza jusqu’à ce qu’il ait restauré sa sécurité, a dit dimanche son Premier ministre Benjamin Netanyahu.

Personne n’a revendiqué ces tirs provenant de Syrie et du Liban, deux voisins avec lesquels Israël reste techniquement en état de guerre. Des incidents transfrontaliers ont déjà eu lieu dans le passé.

« Au moins cinq roquettes tirées depuis la Syrie ont touché différents points du plateau du Golan », occupé par Israël depuis la guerre des Six jours en 1967, a indiqué l’armée israélienne.

Pour Israël, la question est de savoir si ces tirs résultent ou non des combats en cours sur le territoire syrien.

L’armée israélienne n’a pas riposté, a indiqué un porte-parole, au contraire du mois de juillet quand un projectile tiré de Syrie l’avait conduite à pilonner des positions de l’armée syrienne. En juin, des appareils israéliens avaient attaqué des objectifs militaires syriens après qu’un adolescent israélien eut été tué dans ce qu’Israël a qualifié d’attaque transfrontalière par les forces loyales au régime de Bachar al-Assad.

Samedi soir, une autre roquette tirée du Liban est tombée sur la Haute Galilée, dans le nord d’Israël, sans faire de dégâts ou de victimes.

– « Ferme protestation » –

Cette action non plus n’a pas été revendiquée et n’a pas donné lieu à des représailles israéliennes. Mais des hélicoptères israéliens ont survolé la frontière, a rapporté une source de sécurité libanaise. Au moins neuf roquettes avaient été tirées du Liban sur Israël mi-juillet. Israël avait riposté par des tirs d’artillerie. Des responsables militaires libanais avaient attribué ces tirs à un petit groupe palestinien solidaire des habitants de Gaza.

Israël a adressé une « ferme protestation » à la Finul, la force des Nations unies qui, dans le sud du Liban, surveille la frontière.

Du côté de la bande de Gaza, où Israël fait la guerre à l’organisation islamiste Hamas depuis le 8 juillet, les Palestiniens ont poursuivi leurs tirs de roquettes sur Israël. L’armée israélienne a dénombré vingt tirs. Elle a elle-même frappé vingt objectifs « terroristes » dans le territoire dévasté, a-t-elle dit.

Deux personnes ont été tuées et cinq autres blessées dimanche matin par l’une de ces frappes, dans la ville de Gaza, ont rapporté les secours.
Plus de 2.100 personnes ont été tuées côté palestinien depuis le 8 juillet et le début de l’opération israélienne « Bordure protectrice » contre le Hamas qui contrôle le territoire palestinien, selon les secours locaux.

Côté israélien, 64 soldats et quatre civils ont perdu la vie.

Le premier enfant israélien tué par cette guerre vendredi dans un kibboutz proche de la bande de Gaza par un obus palestinien devait être enterré dimanche matin. L’exaspération va grandissant chez les riverains israéliens de la bande de Gaza contre le gouvernement, coupable selon eux de ne pas agir assez vigoureusement pour mettre fin aux tirs qu’ils subissent. Beaucoup ont fui.

– « Apprendre et non pas essayer de survivre » –

Au moins 480 enfants palestiniens âgés de 10 jours à 17 ans ont péri dans cette guerre, la troisième en six ans à Gaza, a indiqué l’Unicef, agence onusienne d’aide aux enfants.

« La mort d’enfants des deux côtés apporte une preuve supplémentaire et tragique de l’impact terrible que ce conflit a des deux côtés sur les enfants et leurs familles », a dit l’Unicef dans un communiqué où elle appelle au cessez-le-feu.

Un demi-million d’enfants qui devaient reprendre l’école dimanche dans la bande de Gaza n’ont pas pu le faire, ont dit l’Unicef et l’Unesco, autre agence onusienne pour l’éducation, ainsi que l’organisation Save The Children d’aide aux enfants.

« Aujourd’hui, les enfants devraient être à l’école pour apprendre et non pas essayer de survivre », ont dit David et Paulette Hassell, responsables de Save The Children. « Retourner à l’école est une bouée de sauvetage vitale pour ces enfants traumatisés », ont-ils souligné. Mais, avec 219 écoles endommagées, 103 d’entre elles transformées en refuges pour 330.000 Palestiniens déplacés et la menace continue des bombes, l’école devra attendre au moins deux ou trois semaines après l’instauration d’un cessez-le-feu pour reprendre, disent les humanitaires.

Or un tel cessez-le-feu restait dimanche très aléatoire.

L’Egypte, grand voisin d’Israël et de la bande de Gaza, a invité Israéliens et Palestiniens « à accepter un cessez-le-feu à la durée illimitée et à reprendre les négociations indirectes au Caire ». Ces négociations avaient avorté mardi dernier et les hostilités avaient repris après neuf jours de trêve.

Le Hamas s’est dit « pour tout accord ou tout effort sérieux qui réponde aux exigences palestiniennes ». Israël n’avait toujours pas répondu dimanche matin. Mais il a constamment asséné qu’il ne négociait pas tant que les tirs de roquettes se poursuivaient.
===========
Commentaires

Sara Hhkjehd
Les occidentaux sont de vrais hypocrites, quand l’état Israélien à été créé ça vous a bien arrangé de faire d’une pierre deux coups : d’une part leurs donner l’impression d’être leurs alliés en leur offrant une terre et d’autre part en les boutant hors d’Europe. Et vu la montée de l’antisémitisme…

Zounine
« La mort d’enfants des deux côtés » (Unicef) ! Lol, 500 d’un côté et 1 de l’autre, et on met tout le monde sur le même pied d’égalité ! Dingue !

Henri
Au Liban ce n’est pas le Hamas mais le Hezbollah enfin des patriotes qui viennent soutenir
les Gazaouis de l’infame massacre d’enfants et de femmes Palestiniennes.

bboudjenoun
La Palestine a toujours été habitée par des Arabes (les Phillistins auxquels fait référence la Bible sont les ancêtres des palestiniens). Les Arabes n’ont pas envahi la Palestine en 630 comme vous le prétendez Mr Jacques, ils n’ont fait que répandre une religion (l’Islam) en entrant à El-Quds…

Juan
Les islamistes sont les alliés objectifs d’Israel, contre l’armée syrienne loyale à Bashar. Déjà que l’on sait depuis longtemps qu’ils sont financés et armés par les américains.

Jacques
L’islamisation de l’Europe …
L’apparition d’une minorité musulmane importante, de plus en plus sûre d’elle et exprimant des exigences va changer notre cadre de vie, nos modes de vie et limiter nos libertés. Pas la peine d’insister sur ce que l’islam a grignoté, d’ores et déjà

Fautes
Et on nous fait croire qu’Israel est victime encore de tirs de partout ! Le ridicule ne tue point. Alors que le nombre d’enfants assassinés par l’état sioniste du côté palestineen dépasse le millier. On fait de la Pub pour un enfant Israelien mort !!!

alain
Tsahal va répondre comme il se doit à ces Nazislamistes , chacun aura sa part , qu’ils n’aient aucune crainte !

Anne
Quelque chose m’échappe : combien y a-t-il de pays dans la monde en état de guerre déclarée et ouverte avec tous ses voisins ?

Publicités